Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Archives et écriture de l’histoire

Une source irremplaçable mais biaisée : les dossiers d’homologation des résistants

Julien Blanc

Texte intégral

  • 1 Julien Blanc, « Du côté du musée de l’Homme. Les débuts de la Résistance en zone occupée, été 1940 (...)

1Ces dernières années, dans le cadre d’une thèse portant sur la nébuleuse du musée de l’Homme, j’ai travaillé sur les débuts de la Résistance en France occupée1. Très vite, j’ai été confronté à une quasi-absence de documentation contemporaine laissée par cette organisation en germe. Cette pénurie, pour angoissante qu’elle soit, renvoie pour partie à la nature même de la lutte clandestine. Tous les spécialistes de ce champ s’y trouvent immanquablement confrontés au cours de leurs recherches.

  • 2 La Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) et le Comité d’h (...)

2Mais dans mon cas, ce trait se trouvait encore accentué. Organisation emblématique des premiers pas du refus en zone occupée, le « réseau du musée de l’Homme » n’a en effet, mis à part quelques tracts et journaux, pas produit d’archives propres susceptibles d’éclairer son fonctionnement. Sur quels matériaux peut-on dès lors s’appuyer pour essayer de retracer son histoire ? Très majoritairement sur des papiers postérieurs aux événements, c’est-à-dire constitués et rassemblés après-guerre. C’est le cas, bien connu, des enquêtes orales initiées par la CHOLF et poursuivies par le CH2GM2.

  • 3 On parle aussi de processus de liquidation administrative.

3Un autre gisement de première main est formé des dossiers constitués par les résistants eux-mêmes en vue de leur homologation3 au sein des réseaux et des mouvements reconnus par la France combattante aux lendemains de la Libération. Ces dossiers individuels, classés par organisation, sont conservés au « Bureau Résistance » du Service Historique de la Défense à Vincennes. Ils sont difficiles d’accès puisque soumis à dérogation et régis par des conditions de communication restrictives.

4C’est donc sur ce type de documentation à travers un exemple particulier, celui du « réseau du musée de l’Homme », que mon propos va porter, en précisant d’emblée qu’il s’agit ici d’exposer des pistes de réflexion sur un sujet encore en friche.

5La réflexion qui suit s’articule en trois temps : il s’agira d’abord de définir dans ses grandes lignes le processus d’homologation administrative en s’interrogeant sur le type de documents produits et sur la manière dont ils ont été fabriqués. J’insisterai ensuite sur l’intérêt et la richesse que présente ce genre de source pour l’histoire de la Résistance. Pour terminer, j’essaierai de pointer les lacunes et limites, à mon sens importantes, de cette documentation.

Le processus d’homologation : une procédure administrative complexe

6Que recouvre précisément cette appellation ? À la Libération, après quatre années de lutte, la Résistance sort de l’illégalité. Elle accède enfin à la reconnaissance officielle et aux honneurs. Ce passage de l’ombre à la lumière, de la clandestinité au grand jour n’allait pas de soi comme le note l’ethnologue Germaine Tillion, à la fois résistante de la première heure au sein du « réseau musée de l’Homme » et personnage-clef de son homologation :

  • 4 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée. Du côté du réseau “musée de l’Homme-Hauet (...)

« Dès la Libération s’est imposée la nécessité d’une mise en ordre du chaos que représentaient les débris de nos organisations. Œuvre ardue, à cause de la disparition des principaux témoins ; œuvre indispensable, parce qu’il fallait assurer de quoi vivre aux familles des victimes et éliminer des “margoulins”4. »

  • 5 Rappelons très brièvement, en reprenant les définitions données par Claude Bourdet (L’aventure inc (...)

7Très vite donc la question de la reconnaissance des faits de Résistance s’est posée avec acuité. Il était en effet urgent de faire reconnaître et d’officialiser les états de service des résistants pour permettre aux membres survivants ou à leurs ayants droit de percevoir pensions, décorations et autres titres de reconnaissance. Pour pouvoir remettre « de l’ordre » comme le dit Germaine Tillion, un cadre juridique s’imposait. Ce fut bientôt chose faite avec la création de cinq catégories distinctes de résistants : Forces Françaises Combattantes (FFC) pour les membres des réseaux, Résistance Intérieure française (RIF) pour les militants des mouvements, Forces françaises libres (FFL), Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et enfin Déportés, Internés de la Résistance (DIR). À chaque statut ou label préalablement défini correspondait une Commission nationale d’homologation (CNH) compétente. L’une d’entre elles était donc chargée de décerner le label « Réseau5 ».

8Pour être reconnu (ou homologué) en tant que réseau de la France Combattante, deux critères incontournables étaient requis. Primo, l’organisation devait pouvoir exciper de son caractère militaire. Ses activités devaient donc toucher aux domaines du renseignement, de l’évasion et de l’action directe et non se limiter à la propagande anti-allemande considérée comme une activité purement civile. La seconde condition était l’existence d’un lien avéré et continu avec Londres ou, plus tard, Alger.

  • 6 André Vellay, un des fondateurs et survivant du groupe Valmy fit ainsi des démarches incessantes a (...)

9À ce stade de la réflexion, deux remarques complémentaires s’imposent : pour les survivants des organisations de Résistance, l’homologation « réseau » (FFC) était très recherchée car une des plus avantageuses : elle ouvrait en effet systématiquement droit à l’obtention de grades et de pensions militaires6. En somme, tout résistant étiqueté FFC était considéré comme un soldat en activité. D’autre part, une règle fut établie qui imposait que les demandes individuelles d’homologation soient traitées par la dernière organisation d’appartenance. Ce cadre juridique préalable une fois défini, le processus d’homologation individuel pouvait commencer. Il s’est déroulé en trois étapes successives.

10Une liste de réseaux est d’abord arrêtée et validée par la Commission nationale d’homologation, après enquêtes de la Direction générale des études et recherches (DGER). Chaque réseau ainsi homologué se voit attribuer un nom officiel ; il est dès lors reconnu et enregistré comme « unité combattante » avec des bornes chronologiques précises, c’est-à-dire une date de début et une date de fin d’activité.

  • 7 Agent « P0 » signifie agent occasionnel ; l’agent « P1 » est un agent permanent qui conserve son a (...)

11Dans un second temps, un officier liquidateur, personnalité reconnue et désignée par les rescapés de son organisation, établit des listes de membres intitulées « État nominatif du réseau », les classe en différentes catégories (agents P0, P1, P27) et certifie, après enquête, leur appartenance. Ces listes ne sont pas gravées dans le marbre une fois pour toutes. Elles font au contraire l’objet de corrections successives au fur et à mesure que l’enquête progresse. Elles sont par contre systématiquement authentifiées par le tampon officiel de l’organisation conservé par le liquidateur. Insistons sur ce point essentiel, les prérogatives de l’officier-liquidateur sont considérables puisque c’est lui seul qui détermine in fine les contours de son réseau en y rattachant tel ou tel, en accordant, ou pas, la certification.

12Enfin, la troisième et dernière étape consiste en l’enregistrement, sans contre-enquête préalable, des listes nominatives ainsi dressées par le Bureau de la France Combattante. Cette instance officielle n’intervient donc qu’en dernier ressort, lorsqu’un résistant ou ses ayants droit se manifestent auprès d’elle pour réclamer une « attestation d’appartenance FFC ». Le bureau consulte alors les listes déposées par le liquidateur avant, selon les cas, de délivrer ou non ledit document.

  • 8 Le premier numéro du journal est daté du 15 décembre 1940.
  • 9 Dossier individuel d’homologation FFC de Jean Cassou (Service historique de la Défense, Bureau Rés (...)

13Mais ce bel ordonnancement, en apparence simple et cohérent, se complique du fait qu’un même individu peut avoir milité au sein de diverses organisations à des moments différents. Il relève alors, pour cette raison, de plusieurs affiliations successives. Ce cas de figure est fréquent, en particulier pour des résistants qui ont eu un parcours clandestin au long cours, s’engageant tôt dans la voie de la désobéissance active et multipliant les expériences dans des groupes variés. L’écrivain et critique d’art Jean Cassou est l’un deux. Pionnier du groupe du musée de l’Homme, il participe à la fondation du journal Résistance, un des premiers titres de la presse clandestine à paraître dans Paris occupé8. Son dossier d’homologation fait songer à un mille-feuilles dans la mesure où il égrène des appartenances multiples et variées au fil du temps : agent « P1 » au titre du « réseau du musée de l’Homme », « P2 » pour le « réseau Bertaux » mais aussi déporté et interné de la Résistance (DIR) et enfin membre des FFI9.

14Voici donc, très grossièrement retracées, les procédures et logiques qui furent mises en œuvre dans les années qui suivirent la Libération. Elles constituent un cadre de référence fondamental. Mais revenons aux conditions de la liquidation administrative du « réseau musée de l’Homme », cas d’école qui fait ici office de fil rouge.

  • 10 Les listes définitives de membres devaient être déposées avant le 7 décembre 1949 mais le délai, i (...)
  • 11 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée : du côte du réseau “Musée de l’Homme-Haue (...)

15À peine rentrée d’une déportation de plus de deux ans au camp de Ravensbrück à l’été 1945, Germaine Tillion est désignée à l’unanimité par ses camarades pour prendre en charge la procédure d’homologation. Une procédure longue et complexe qui s’apparente à un labeur écrasant, effectué qui plus est dans des conditions matérielles et morales très difficiles : l’ethnologue enquête seule, sans aide ou presque (et notamment sans secrétaire pour l’épauler), avec des menaces de forclusions successives10 qui l’obligent à travailler dans l’urgence pour sauvegarder les droits des membres et n’oublier personne. C’est donc Germaine Tillion qui a choisi d’elle-même l’appellation de « réseau du musée de l’Homme-Hauet-Vildé » comme patronyme officiel de son organisation, « en cinq minutes […], un jour de 1946, pour les besoins de la liquidation11 ». Mais à y regarder de plus près, ce choix était en réalité l’aboutissement d’un processus chaotique dont elle décrivait les multiples péripéties dans une lettre-circulaire adressée à ses camarades en 1946. Ce texte mérite d’être longuement cité car il décrit à merveille les méandres de l’homologation et les problèmes rencontrés :

  • 12 Archives privées Germaine Tillion (Bibliothèque Nationale de France, BNF), lettre-circulaire de Ge (...)

« À mon retour de déportation, en juillet 1945, LECOMPTE BOINET chargea nos camarades de Manipule de liquider mon dossier. J’insistai simplement pour qu’on liquide en même temps les dossiers de mon groupe ce qui fut accepté sans difficulté. Par respect pour la mémoire du pauvre Colonel HAUET dont je venais d’apprendre la mort, je donnai son nom à ce secteur de Manipule, puis le nom de VILDE […].
C’est vers cette époque que la plupart d’entre vous ont reçu des formulaires à remplir au nom de Manipule. Pour certains qui étaient des vrais “Manipule” ça allait tout seul, pour les autres ils continuaient à ne pas comprendre, mais depuis 5 ans, ils en avaient l’habitude […].
Au bout de quelques mois, après avoir travaillé sans arrêt pour établir tous les dossiers, nous apprenons que ça ne “colle” plus et on nous déclare à la France Combattante que nous ne pouvons pas être liquidés par Manipule étant donné que ce réseau était reconnu depuis 43 et que beaucoup d’entre nous étaient déjà arrêtés en 41. “Vous n’êtes pas réguliers”, “vous avez commencé trop tôt”. “La résistance, ça n’existait pas en 40”… etc. Telles furent quelques-unes des objections qui nous furent faites […] Pour finir, nous fûmes reconnus et homologués comme réseau indépendant sous le nom de HAUET-VILDE. Nous remettons nos dossiers ; je refais encore un rapport, deux rapports, trois rapports. Du temps passe et rien ne vient. Nouvelles démarches pour savoir ce qui se passe et j’apprends avec beaucoup de satisfaction bien que cela nous retarde encore, que chaque réseau doit subir un contrôle avant d’être définitivement homologué. C’était une mesure absolument nécessaire et particulièrement facile pour nous, dont les dossiers étaient nets et honnêtes […].
Une seconde fois, nous fûmes reconnus et homologués. Cette fois sous le nom de “Réseau Musée de l’Homme”, nom qui se trouvait en tête de nos dossiers parce qu’il est le siège de notre secrétariat. Je n’aurais pas pris l’initiative de faire changer encore une fois le nom de notre réseau, mais puisque c’était fait, j’ai pensé que cela vous serait égal, et à moi cela faisait plaisir car le groupe Musée de l’Homme a été notre premier bataillon tombé à l’ennemi, les premiers arrêtés, les premiers fusillés, les premiers déportés […] Pour nous, les camarades restés libres, ces heures ont si fortement marqué notre vie, ces arrestations, ces exécutions, ces déportations nous les avons suivies, heure par heure, et de si près, que lorsque notre tour est venu de suivre ce même chemin, nous en avons reconnu chaque marche et chaque étape12. »

  • 13 Dans son ensemble, la nébuleuse du musée de l’Homme n’avait pas de patronyme précis durant la clan (...)
  • 14 Cette allocution, prononcée au Sénat le 7 mai 1986, a été publiée sous le titre « Le réseau musée (...)

16Cet historique des circonstances qui présidèrent à la reconnaissance officielle du « réseau du musée de l’Homme » appelle deux remarques de fond. Premièrement, l’appellation « réseau musée de l’Homme-Hauet-Vildé » est bien décernée après la guerre au terme d’un véritable parcours du combattant. Autrement dit, pendant l’Occupation, la nébuleuse de groupes qui s’était formée autour du Palais de Chaillot n’avait pas de patronyme établi. Il s’agit donc d’un nom posthume. En somme, baptême et liquidation sont contemporains13. Deuxièmement, à chaque instant du labeur bénévole, militant et écrasant qu’a représenté la liquidation, la fidélité aux morts, le sentiment de la dette contractée à leur égard et le souci de leur rendre justice ont tenu lieu de guide. Revenant en 1986 sur la question de savoir pourquoi elle avait spontanément placé le musée de l’Homme au centre de l’appellation qu’on lui demandait de définir dans l’urgence, Germaine Tillion enfonçait le clou : « Pourquoi ce nom ? parce que lorsque nous parlions de nos premiers morts, nous disions “ceux du musée”14… » C’est là un autre aspect essentiel sur lequel il faudra revenir.

17Il reste que, grâce à cette procédure et au sérieux avec lequel elle a été menée de bout en bout, l’historien dispose de listes de membres et de dossiers individuels complets. Cela représente un gisement documentaire essentiel qui offre au chercheur un cadre rassurant auquel il peut enfin se raccrocher.

Un cadre rassurant

18S’agissant du « réseau musée de l’Homme » comme de toutes les autres organisations de Résistance reconnues (réseaux ou mouvements) par la France combattante, les originaux des dossiers de liquidation ont donc été déposés au « Bureau Résistance » à Vincennes. Mais Germaine Tillion en avait soigneusement conservé des doubles à son domicile de Saint-Maur ainsi que l’ensemble de la correspondance échangée avec les membres du réseau. C’est là que j’ai pu, avec son aide, en sa compagnie et sous son regard, les consulter.

19Ces dossiers présentent pour le chercheur plusieurs avantages évidents. Dans le contexte de pénurie documentaire évoqué plus haut, ils constituent même une véritable planche de salut. Cette procédure d’enregistrement aboutit en effet à la mise en fiches d’organisations entières. Pour une fois, l’historien découvre une série archivistique constituée, continue et complète.

  • 15 Ces données sont tirées des documents intitulés « États nominatifs des agents » (Archives privées (...)

20Grâce aux archives de l’homologation, il devient en effet possible de chiffrer avec précision les effectifs concernés. En s’appuyant sur les listes intitulées « États nominatifs du réseau » et établies successivement par l’ethnologue jusqu’au milieu des années cinquante, on aboutit ainsi à un total de 757 membres répertoriés. Ils se répartissent selon la ventilation suivante : 155 sont des agents « occasionnels » (« P0 »), 302 des agents « P1 » et 297 des agents « P215 ». Mais le tableau se complique du fait que, si tous ont bien fait partie à un moment donné de cette organisation, tous n’ont pas été pour autant officiellement homologués au « réseau du musée de l’Homme » : au final, ils sont environ 450 à avoir été enregistrés comme tel c’est-à-dire à avoir obtenu une « attestation d’appartenance FFC ». Il y a là un écart sensible, un phénomène de distorsion qui s’explique par les appartenances successives et multiples signalées plus haut et par la règle en vigueur qui veut que l’homologation soit prise en charge par la dernière organisation d’appartenance. Par ailleurs, la répression a concerné, à des degrés divers, 264 personnes. Cela permet de rappeler utilement cette évidence : résister en zone occupée, même dès l’année 1940, c’est toujours prendre des risques considérables.

21Un autre intérêt majeur des dossiers individuels d’homologation tient au fait qu’ils permettent de cerner les profils sociologiques (milieux, métiers, activités) des membres, leurs parcours et états de service, les circonstances de leur basculement en Résistance, leurs rencontres et contacts successifs. Pour établir les biographies des résistants, on gagne ainsi un temps précieux même si, en la matière, les dossiers se révèlent d’une densité très inégale. Certains sont très complets tandis que d’autres sont lacunaires. C’est le cas, assez surprenant, de celui de Boris Vildé, jeune linguiste du musée de l’Homme de 33 ans que tous s’accordent à décrire comme le chef de file de l’organisation. Son dossier est pourtant quasi-vide.

22Les dossiers sont individuels mais, à chaque fois, Germaine Tillion a pris soin de mentionner un noyau, un groupe et un secteur d’appartenance ou de rattachement. La liquidation offre ainsi une photographie d’ensemble de l’objet et de sa structuration singulière. Un cadre académique apparaît alors : à travers fiches et dossiers, c’est bien une organisation pyramidale avec des groupes et sous-groupes, avec ses chefs et ses hiérarchies qui sort de la brume.

  • 16 On note une très forte proportion de femmes dans certains groupes.

23De l’étude de cette masse documentaire de 450 dossiers individuels d’homologation, on peut tirer un premier enseignement majeur : la nébuleuse du musée de l’Homme est une organisation qui dispose d’une base militante aussi large (en termes d’effectifs) que diverse (en termes de milieux sociaux, de sexe16, d’âge). On est loin de l’image habituelle et longtemps dominante, celle d’un petit noyau composé de quelques intellectuels parisiens et progressistes.

24Une seconde leçon s’impose. Le dépouillement systématique des dossiers individuels confirme le rôle central joué par l’officier liquidateur. Le processus d’homologation du « réseau du musée de l’Homme » est en effet inséparable de la personnalité de celle qui en fut à la fois la maîtresse d’œuvre et la cheville ouvrière, à savoir Germaine Tillion. Celle-ci, en plus d’être une des protagonistes majeures de cette histoire, un des rares témoins survivants et l’officier-liquidateur de son organisation, est avant tout une ethnologue de formation et de métier. Ce dernier trait est fondamental car il éclaire en grande partie sa manière de procéder. En réalité, trois logiques, concomitantes mais de nature différente, ont guidé son travail d’enquêtrice.

25La première logique à l’œuvre est celle du témoin. Germaine Tillion est d’abord une actrice de premier plan qui n’a jamais cessé de jouer un rôle central dans cette aventure. Son engagement initial n’a d’ailleurs pas eu pour cadre de départ le musée de l’Homme comme on pouvait s’y attendre mais une association d’aide aux prisonniers de guerre coloniaux (l’Union nationale des combattants coloniaux – UNCC). Sous le paravent de cette association caritative, elle a en effet créé de toutes pièces et coordonné, avec le colonel Paul Hauet, un secteur entier de l’organisation, spécialisé dans la mise en place de filières d’évasions au profit de prisonniers de guerre coloniaux. Parmi les rares survivants, elle est celle qui a tenu en mains le plus de fils. Si Germaine Tillion a été désignée pour prendre en main la liquidation en 1945, c’est parce qu’elle était incontestable aux yeux de ses camarades rescapés, parce que son parcours, depuis les prémices de l’engagement à l’été 1940 jusqu’au camp de Ravensbrück, en passant par les prisons françaises, était sans tache. Ce statut hors norme lui conférait une légitimité et une autorité inégalées pour mener à bien sa mission. Mais, aussi centrales qu’aient été sa position et son action, elles ne lui ont pas permis de connaître tous les rouages de sa propre organisation. Certains groupes, certains pans de la nébuleuse lui sont demeurés étrangers du temps de la clandestinité. Comme tout témoin, Germaine Tillion parle d’abord de ce qu’elle a connu.

26La seconde logique repérable est une logique historienne, celle de l’enquêtrice qui cherche justement à combler les angles morts qui accablent le témoin. Devenue par la force des choses historienne de sa propre organisation, Germaine Tillion découvre peu à peu l’existence de ramifications dont elle n’avait jamais soupçonné l’existence. Au fur et à mesure de son travail, sa vision s’ouvre, se complexifie, s’enrichit. En rattachant un à un au « réseau du musée de l’Homme » des groupes divers et adjacents, la liquidation traduit cet élargissement progressif du regard de l’ethnologue.

27La troisième et dernière dimension est administrative ; omniprésente, elle a tendance à recouvrir les deux précédentes. Le patient travail de reconstitution effectué par l’ethnologue débouche sur la création d’ensembles et de familles qui doivent constituer une construction suffisamment cohérente et rationnelle pour être validée par la Commission nationale d’homologation.

  • 17 C’est sur ce sujet que portait la thèse d’ethnologie de Germaine Tillion.
  • 18 Voir Nancy Wood, Germaine Tillion, une femme-mémoire. D’une Algérie à l’autre, Paris, Éditions Aut (...)
  • 19 Ibid., p. 67. Dans les archives privées de Germaine Tillion (BNF), on trouve plusieurs dossiers in (...)
  • 20 Voir Anise Postel-vinay, « Une ethnologue en camp de concentration », Esprit, « Les vies de Germai (...)

28Toute la difficulté était de faire coïncider ces trois dimensions, testimoniale, historienne et administrative. Il n’y a là rien de très original : tous les officiers liquidateurs ont été confrontés, à un moment ou à un autre, à des difficultés du même ordre. Mais la patte personnelle de la liquidatrice est clairement perceptible dans le rendu final. Par le sérieux et la rigueur déployés, son travail s’apparente en effet à un modèle du genre. Il faut dire que l’ethnologue, en raison de sa formation intellectuelle et de sa pratique professionnelle, était particulièrement bien outillée pour mener à bien cette mission. Scientifique de haut vol, Germaine Tillion est une intellectuelle rompue à l’analyse et au décryptage des organisations. La mise en fiche a toujours été une des caractéristique centrale de sa méthode de travail et ce quel que soit l’objet d’étude abordé. Dans son enquête de terrain sur les systèmes de parenté chez les Chaouias de l’Aurès algérien17 dans les années 30, elle utilisait déjà ce type de comptage individualisé. Plus tard, pendant la Résistance, elle établira un système de classement des prisonniers de guerre coloniaux, par camps, régiments, pays d’origine18. À Ravensbrück enfin, elle essaiera de tenir un compte systématique de la situation de chaque prisonnière19 ». Sa compagne de déportation Anise Postel-Vinay parle à son sujet, l’image est forte, « d’une ethnologue au camp de concentration20 ». Comprendre les rouages d’un phénomène, en décortiquer les composantes variées et exposer le plus clairement possible un système, voilà le souci constant qui a animé cette chercheuse tout au long de sa vie dans des circonstances et à propos de sujets très divers. Au cœur de sa démarche, elle porte toujours une grande attention aux parentés, aux points de contacts, aux logiques d’alliances. C’est bien ce qu’elle fait ici en étudiant, en ethnologue toujours, son organisation de Résistance.

  • 21 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée… », art. cit., p. 121.

29Au terme de cette procédure, on peut affirmer que la liquidation a parfaitement atteint son objectif initial et prioritaire qui était de faire reconnaître des droits. En 1958, dans un article important qui posait les premiers jalons d’une histoire qu’elle appelait de ses vœux, Germaine Tillion se félicitait d’ailleurs de ce que « le nombre des injustices soit aujourd’hui minime21 ». L’homologation du « réseau musée de l’Homme » a aussi permis, ce qui était peut-être une des ambitions d’une femme toujours soucieuse de l’histoire qui serait un jour écrite, de constituer une documentation hors pair, source incontournable et véritable aubaine pour le chercheur.

30Reste qu’en dépit de ces qualités, le maniement et l’exploitation de ce fonds recèlent aussi quantité de pièges. C’est sur ce point que je souhaite attirer l’attention pour finir.

Un prisme déformant

31On peut parler d’un prisme déformant de ces sources pour plusieurs raisons.

32Commençons par la plus évidente et revenons un instant sur la dénomination retenue. L’appellation « réseau musée de l’Homme-Hauet-Vildé » est décernée, on l’a dit, après la Libération. On a souligné combien la fidélité envers les disparus avait pesé lourd dans ce choix. Mais, en mettant à l’honneur un lieu prestigieux et deux individus dont l’un, Boris Vildé, irradie d’un éclat incomparable au point d’éclipser toute concurrence, Germaine Tillion a, sans en avoir conscience, laissé dans l’ombre d’autres composantes et d’autres personnalités, à commencer par la sienne. Du coup, elle a schématisé une réalité autrement complexe. Se trouvait ainsi légitimée l’idée selon laquelle les premiers pas de la désobéissance se réduisaient à un milieu précis et à un lieu emblématique clairement circonscrit.

33D’autre part, le terme de réseau est discutable et même largement impropre pour caractériser une nébuleuse éclatée constituée de noyaux divers. Cette construction s’apparente en réalité davantage à un mouvement de Résistance en gestation qu’à un réseau au sens administratif et militaire du terme. Quant au lien avec Londres, critère cardinal pour prétendre à l’homologation FFC, le moins que l’on puisse en dire est qu’il pose question. Cette liaison est souvent introuvable pour les premières nébuleuses qui sont coupées de la France libre et agissent de leur propre chef. Quand elle existe, cette connexion est toujours fragile, distendue et intermittente.

  • 22 Voir sur ce point François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fon (...)

34Les mêmes réserves peuvent être formulées concernant les effectifs de cette nébuleuse. On a donné quelques chiffres bruts. Il est difficile de s’en satisfaire ou plus exactement de ne pas s’interroger davantage sur leur signification. La question des effectifs pose des problèmes de méthode très difficiles, voire insolubles22. La difficulté n’est pas tant de savoir comment on compte que de déterminer qui l’on s’apprête à compter. Cette question n’a rien de secondaire car, au-delà des chiffres, c’est bien la définition même de la Résistance qui est en jeu. On perçoit très bien ces chausse-trappes au sujet des homologations puisqu’il existe un décalage, sous la forme d’une déperdition certaine, entre deux ordres de données distincts : répétons-le, l’engagement avéré dans une organisation (les listes de membres dressée par l’officier liquidateur) n’a pas systématiquement donné lieu à l’établissement d’un dossier individuel d’homologation (comprenant une attestation d’appartenance FFC) au sein de cette même organisation.

35Un autre biais, plus important encore, concerne l’architecture globale reconstituée par l’officier liquidateur. Là encore, la représentation qui en découle s’avère très discutable, sinon biaisée. Pour sauvegarder des droits, Germaine Tillion a été amenée à reconstruire, voire à fabriquer une organisation hiérarchisée qui n’avait parfois que peu de rapport avec la réalité éclatée, mouvante et pour tout dire assez insaisissable de la nébuleuse en gestation des années 1940-41. Autrement dit, pour donner à l’entité « Réseau musée de l’Homme » l’unité et la cohérence interne que réclamait ce type d’exercice, Germaine Tillion a eu tendance à amalgamer des groupes épars et, par ricochet, à sur-structurer l’ensemble. C’est ainsi que certaines entités qui n’ont pourtant eu que très peu de contacts avec la nébuleuse ont été reconnues comme faisant partie, à part entière, de l’organisation préalablement nommée. Il y a eu ainsi des rattachements historiquement discutables mais administrativement – et humainement - nécessaires. Germaine Tillion en donne plusieurs exemples dont celui d’un groupe basé à Nantes, le groupe Adam, rattaché au secteur Vildé de l’organisation alors même que leur unique point de contact a été une tentative commune d’embarquement pour l’Angleterre sur le thonier La Monique à Douarnenez en décembre 1940…, tentative d’ailleurs avortée. A contrario, de nombreux autres noyaux qui avaient pourtant évolué dans l’orbite du musée de l’Homme ont été homologués ailleurs, c’est-à-dire rattachés administrativement à d’autres réseaux. C’est le cas du groupe Séjournan, du nom de cet avocat parisien qui est en relation étroite avec Boris Vildé dès l’automne 1940 mais dont les animateurs ne seront jamais officiellement reconnus comme membres du « réseau musée de l’Homme-Hauet-Vildé ». Germaine Tillion se démena pour obtenir des rectifications, le plus souvent en vain.

36On le voit donc, l’homologation imposait à plein une logique administrative, logique qui n’est assurément ni celle de l’historien, ni celle d’une Résistance pionnière en construction et en évolution constante. Tout en se pliant scrupuleusement aux règlements établis parce qu’elle en percevait l’intérêt et la nécessité, Germaine Tillion n’a jamais été dupe des risques de distorsion possibles. Elle a en effet tout de suite perçu le décalage existant entre une réalité historique d’une rare complexité et une traduction administrative portée, par nature, à la simplification. Dès 1948, au moment où l’homologation battait son plein, elle confiait ainsi dans une lettre :

  • 23 Archives Privées Germaine Tillion (BNF), dossier « États nominatifs des agents », lettre de Germai (...)

« J’ai l’impression que les réalités administratives de 45-48 faussent légèrement la perspective historique de la Résistance de 1940-194123. »

37Dix ans plus tard, elle précisait son analyse en ces termes :

« Pour un très grand nombre de réseaux, cependant, la “mise en dossiers” n’a pas correspondu exactement au tracé historique de l’organisation. Il faut bien avouer que ce dernier était difficile à suivre. À l’exception de quelques groupes monolithiques créés et dirigés, du premier au dernier jour, par un chef unique ayant survécu, on se trouvait en présence d’organismes dont les éléments pouvaient légitimement se réclamer de plusieurs appartenances successives ou même simultanées et dont ceux qui détenaient les articulations étaient morts.

  • 24 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée… », art. cit., p. 121-122.

La liquidation administrative était obligée de simplifier, d’attribuer tel “noyau” à telle organisation, de « reconnaître » celle-ci à partir de telle date (d’ignorer par conséquent les services antérieurs) : elle a ainsi renforcé les liens qu’elle a authentifiés ; elle a nécessairement affaibli ceux qu’elle a négligés24. »

38Ces écarts entre la réalité résistante et la logique administrative qui se surimpose plus tard valent pour les organisations comme pour les dossiers personnels des membres. Pour qu’un dossier individuel soit constitué et une attestation délivrée, les résistants ou leurs familles devaient d’abord en formuler la demande. Il y a donc des trous, des oublis lorsque personne ne s’est manifesté. De ce fait, il arrive que certains résistants ne soient homologués nulle part. Il y a là un biais social majeur lorsque l’on sait combien la quête de la reconnaissance nécessite des ressources inégalement partagées. Pour le dire autrement, tout le monde ne part pas sur un pied d’égalité lorsqu’il s’agit d’entreprendre des démarches administratives complexes.

39D’autre part, les dossiers administratifs recèlent souvent des mentions déroutantes, voire surréalistes. Prenons, entre des centaines d’autres, l’« attestation d’appartenance FFC » délivrée à Agnès Humbert. Voici comment ce document officiel résume l’engagement de cette pionnière de la désobéissance, très proche de Jean Cassou, membre actif du groupe des écrivains et cheville ouvrière du périodique clandestin Résistance :

« Mme Agnès Humbert, née le 12.10.1894 a signé un contrat d’engagement en application du décret 366 du 25 juillet 1942.

Réseau : Musée de l’Homme.

Arrêtée le 15.4.1941. Libérée le 12.6.1945.

  • 25 Attestation d’appartenance aux FFC délivrée à Agnès Humbert en date du 23 avril 1956 (Service hist (...)

Les services accomplis comme agent P2 comptent du 1.8.1940 au 12.6.1945 en qualité de Chargé de mission de 2ème classe.
Grade correspondant homologué par la Commission nationale d’homologation : Lieutenant (pendant la durée de la mission)25. »

  • 26 Le « décret 366 du 25-07-1942 et la note d’application no 1.368 D / BCRA du 27-07-1942 » figurent (...)

40Ainsi libellée, cette attestation soulève plusieurs problèmes de fond. Primo, Agnès Humbert n’a bien évidemment jamais rien signé « en application » d’un quelconque décret dont elle ne connaissait même pas l’existence. Et même si elle avait signé un papier, il lui aurait été difficile en août 1940 de s’engager en vertu d’un texte (le décret 366) publié en juillet 194226. D’autre part, être qualifié d’« agent P2 », c’est-à-dire d’agent permanent et salarié, n’a pas la moindre signification en zone occupée en 1940 et 1941. Enfin, que peut bien signifier l’expression « chargé de mission » quand, précisément, l’engagement des pionniers dans la lutte souterraine fut spontané et n’a jamais répondu à la moindre directive extérieure ?

  • 27 Marcelle Monmarché est une amie d’enfance de Germaine Tillion. Elle joue un rôle clef dans les fil (...)
  • 28 Dossier individuel d’homologation FFC de Marcelle Monmarché (Service historique de la Défense, Bur (...)

41Dans le même ordre d’idée, l’attestation d’appartenance de Marcelle Monmarché27 simplifie à l’excès un parcours composite et illustre bien le risque d’assèchement inhérent à ce type de document administratif. La jeune femme est présentée comme « agent P2 du 1er octobre 1940 au 25 août 1944 en qualité de chargé de mission 2e classe » au « réseau musée de l’Homme » avec le grade de « Lieutenant28 ». Étrangement, sa double appartenance au réseau Manipule et au mouvement CDLR n’est pas même mentionnée. Elle fut pourtant, à compter de l’été 1942, une des plus proches collaboratrices de Jacques Lecompte-Boinet, patron du réseau Manipule et du mouvement CDLR mais aussi futur membre du CNR.

42À travers les deux exemples d’Agnès Humbert et de Marcelle Monmarché, on perçoit combien l’homologation fabrique des catégories artificielles, simplifie à l’excès des parcours tortueux et finit mécaniquement par enfermer les individus dans des rôles prédéfinis qui ne correspondent pas toujours, loin s’en faut, à la variété de leurs engagements et aux conditions objectives de la lutte clandestine.

43Enfin, et j’en terminerai par cet écueil, utiliser les dossiers d’homologation oblige à scruter la personnalité de l’officier-liquidateur. Les dossiers en sont toujours un reflet fidèle. Pour le réseau du musée de l’Homme, ils se sont avérés fouillés, méthodiques et parfaitement classés, à l’image de celle qui les a constitués, Germaine Tillion… Mais de telles qualités de rigueur et de sérieux sont loin d’être unanimement partagées et il y a fort à parier que certaines autres procédures d’homologation ne présentent pas les mêmes garanties.

44Par sa logique interne et ses modalités concrètes, l’homologation rendait en effet certaines dérives possibles. Elles ont été pointées par le cinéaste Jacques Audiard dans Un héros très discret, film sorti en salle en 1996. Adapté d’un roman de Jean-François Deniau, il met en scène le parcours du jeune Albert Dehousse, attentiste tout au long de l’occupation, et qui, soucieux de devenir enfin quelqu’un, décide d’endosser après la Libération les habits du héros de la Résistance qu’il n’a jamais été. En se fabriquant de fausses attestations d’appartenance, en s’immisçant dans les cercles d’anciens résistants, il parvient à ses fins et acquiert un statut enviable dans le monde des combattants de l’ombre ainsi que les responsabilités qui vont avec. L’histoire même de cette imposture, finalement démasquée, soulignait les failles du processus administratif de liquidation, failles dans lesquelles Albert Dehousse s’engouffrait avec un rare talent.

45Sans aller aussi loin que ne le faisait cette fiction, certains résistants n’ont pas hésité à dénoncer les irrégularités rendues possibles par l’homologation des réseaux et mouvements. Membres fondateurs en décembre 1940 de l’Armée des Volontaires (AV), Henri Letourneur et le commandant Lhopital évoquaient ainsi le cas de leur propre organisation et des manipulations dont s’était, selon eux, rendu coupable Albert Meresse, officier liquidateur de l’AV. Alertés, les enquêteurs de la Commission d’histoire et de la libération de la France (CHOLF) prenaient en tout cas l’affaire suffisamment au sérieux pour rédiger une « Note sur Meresse » dans laquelle on pouvait lire :

  • 29 Archives nationales, 72 AJ 36, dossier « Armée des Volontaires », pièce A n ° 12 II, « Note sur Me (...)

« MERESSE a incontestablement été un résistant actif. Il avait déjà un groupe lorsqu’il fut contacté par un membre de l’AV en mai 1941. […] Le cas MERESSE paraît extrêmement complexe. […] D’autre part, il a recruté à bureaux ouverts pour l’AV depuis son retour de déportation, c’est-à-dire depuis le moment où il a pris en main la liquidation du « réseau ». On se souvient de sa stupéfiante affirmation dans son historique de l’AV lorsqu’il nous disait qu’au moment de son arrestation (novembre 42), l’AV comptait au moins 60 000 adhérents. […] Pourquoi ce recrutement massif en 1945-194629 ? »

46À mots à peine couverts, Albert Meresse était ici clairement suspecté d’avoir gonflé artificiellement les effectifs de son mouvement dans le but d’asseoir sa position et d’élargir son influence. Au-delà des rivalités entre anciens clandestins ayant milité dans la même organisation et des différends possibles nés de l’après-guerre, le propos tenu est instructif : il renvoie à la nature profonde de la liquidation et aux dévoiements qu’elle est susceptible d’engendrer.

  • 30 Dans l’élaboration des dossiers individuels dont elle avait la charge, Germaine Tillion a pris gra (...)

47De toutes parts donc, le processus d’homologation fausse la perspective historique de la Résistance naissante de 1940-1941. Il organise, hiérarchise à outrance et finit par scléroser ce qui ressemblait davantage à un magma enchevêtré, volatile, désordonné voire anarchique30.

48En fait, il tire la Résistance vers ce qui s’apparente à des formes de professionnalisation et de fonctionnarisation (avec grade, qualité, arrêté de nomination, date d’entrée en service…). Ces dérives possibles n’ont au fond rien d’étonnant si l’on songe que le cadre normatif de la liquidation a été conçu en se fondant sur le modèle plus tardif du réseau militaire classique.

*

49Les dossiers de liquidation forment un corpus documentaire incontournable d’une indéniable richesse. Il est difficile pour le chercheur de s’en passer. Mais il s’agit aussi d’un corpus documentaire biaisé qu’il faut aborder, comme n’importe quelle source, tous sens critiques en éveil.

  • 31 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée… », art. cit., p. 120.

50Par l’architecture globale qu’elle donne à voir, par le cloisonnement, la rigidité et même l’enfermement qu’elle induit, l’homologation renvoie sans doute une image trop lisse, trop ordonnée d’une réalité qui ressemblait davantage à des « broussailles emmêlées31 » pour reprendre une expression chère à Germaine Tillion.

51Pourtant, même conscient de ses nombreuses limites, il est difficile de se déprendre tout à fait de l’emprise d’une telle documentation. La liquidation administrative n’est en effet jamais sans conséquences sur l’histoire que l’on tente de reconstituer. Cette procédure a effectivement joué un rôle clef à la fois dans la fixation d’une image d’Épinal des pionniers du musée de l’Homme, dans l’élaboration d’une mémoire collective et dans notre façon d’en faire l’histoire. Pas plus qu’un autre, je n’ai totalement échappé à la tentation de m’y réfugier d’autant plus que les autres sources exploitables étaient rares.

52On peut partir de ce cadre mais il faut aussi, le moment venu, savoir s’en affranchir, le questionner et ne pas hésiter à le déconstruire en partie. C’est ce que Germaine Tillion a essayé, à maintes reprises, de me dire lors de nos entretiens. C’est un conseil que je me suis efforcé de suivre.

Notes

1 Julien Blanc, « Du côté du musée de l’Homme. Les débuts de la Résistance en zone occupée, été 1940-été 1941 », thèse de doctorat en histoire soutenue sous la direction de Laurent Douzou, université de Lyon 2, 2008, 3 vol. Un ouvrage a été tiré de cette thèse : Julien Blanc, Au commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme. 1940-1941, Paris, Seuil, 2010.

2 La Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) et le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM) ont été respectivement créés en octobre 1944 et en décembre 1951. Ces sources constituent la série 72 AJ des Archives de France. Elles sont couramment utilisées par les chercheurs. Voir sur ce point, Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, PUR, 2010.

3 On parle aussi de processus de liquidation administrative.

4 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée. Du côté du réseau “musée de l’Homme-Hauet-Vildé” », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 30, avril 1958, p. 6-22 ; rééd. Esprit, février 2000, p. 106-124, p. 121.

5 Rappelons très brièvement, en reprenant les définitions données par Claude Bourdet (L’aventure incertaine, Paris, Stock, 1975 ; rééd. Éditions du Félin, 1998, p. 95-96), les différences entre réseau et mouvement de Résistance. Un réseau est une organisation de type militaire, créé de l’extérieur et en relation avec les alliés, qui se spécialise dans le renseignement et l’évasion. Son recrutement est ciblé. Un mouvement de Résistance est au contraire un organisme civil créé sur place, qui vise un recrutement de masse et s’occupe, parmi d’autres activités, de propagande ; le nom d’un mouvement est d’ailleurs souvent celui de son journal.

6 André Vellay, un des fondateurs et survivant du groupe Valmy fit ainsi des démarches incessantes auprès du ministère en vue d’obtenir une homologation FFC pour son organisation. En vain.

7 Agent « P0 » signifie agent occasionnel ; l’agent « P1 » est un agent permanent qui conserve son activité professionnelle ; l’agent « P2 » désigne un agent permanent rétribué, à la disposition totale du réseau. L’arrestation rend automatique le classement en « P2 » pour la période de détention.

8 Le premier numéro du journal est daté du 15 décembre 1940.

9 Dossier individuel d’homologation FFC de Jean Cassou (Service historique de la Défense, Bureau Résistance et Deuxième Guerre mondiale, Vincennes). Dans ce dossier figure notamment :
– Une attestation d’appartenance aux FFC délivrée le 18 mars 1952 et reconnaissant Jean Cassou comme « agent P1 du 1-09-1940 au 30-04-1941 au réseau musée de l’Homme ».
– Une attestation d’appartenance aux FFC délivrée le 18 mars 1952 et reconnaissant Jean Cassou comme « agent P2 du 1-08-1941 au 15-06-1943 au réseau Bertaux en qualité de chef de mission de 2e classe » avec le grade de « commandant ».
– Une décision portant attribution du titre d’« Interné Résistant » à Jean Cassou par le ministère des Anciens Combattants en date du 25 novembre 1952 et validant une « période d’internement du 12 décembre 1941 au 16 juin 1943 ».
Ajoutons que Jean Cassou avait été désigné pour devenir Commissaire de la République à Toulouse à la veille de la Libération de la ville (août 1944). Grièvement blessé par des soldats allemands quittant la ville rose dans la nuit du 23 août 1944, Jean Cassou ne pourra pas assumer ces fonctions. Il sera remplacé à ce poste par Pierre Bertaux avec qui Cassou avait « travaillé » au sein de la Résistance toulousaine à partir de mai 1941.

10 Les listes définitives de membres devaient être déposées avant le 7 décembre 1949 mais le délai, impossible à tenir, fut repoussé à plusieurs reprises.

11 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée : du côte du réseau “Musée de l’Homme-Hauet-Vildé” »…, art. cit., p. 119.

12 Archives privées Germaine Tillion (Bibliothèque Nationale de France, BNF), lettre-circulaire de Germaine Tillion aux membres du « réseau musée de l’Homme-Hauet-Vildé », 1946 (sans date précise).
Jacques Lecompte-Boinet est un ami de famille de Germaine Tillion. Après avoir fait ses premières armes au sein de Combat-zone Nord, il fonde le réseau de renseignement Manipule et le mouvement Ceux de la Résistance (CDLR).
Paul Hauet est un ancien colonel d’active. Il est âgé de soixante-dix ans passés quand Germaine Tillion le rencontre par hasard à Paris en juin 1940. Ensemble, ils prennent la direction de l’Union nationale des combattants coloniaux (UNCC), une association caritative qui s’occupe des prisonniers de guerre coloniaux.
Boris Vildé est un jeune linguiste (spécialiste des peuples polaires) du musée de l’Homme. C’est lui qui initie la désobéissance au palais de Chaillot.

13 Dans son ensemble, la nébuleuse du musée de l’Homme n’avait pas de patronyme précis durant la clandestinité (à la différence de certains des groupes qui la composaient). Plus largement, les dénominations des réseaux homologués en 1945-1946 ne coïncident pas toujours avec les noms en usage du temps de l’occupation.

14 Cette allocution, prononcée au Sénat le 7 mai 1986, a été publiée sous le titre « Le réseau musée de l’Homme », in Germaine Tillion, À la recherche du vrai et du juste. À propos rompus avec le siècle, Textes réunis et présentés par Tzvetan Todorov, Paris, Seuil, 2001, p. 144-145.

15 Ces données sont tirées des documents intitulés « États nominatifs des agents » (Archives privées Germaine Tillion à la BNF et « Bureau Résistance » de Vincennes).

16 On note une très forte proportion de femmes dans certains groupes.

17 C’est sur ce sujet que portait la thèse d’ethnologie de Germaine Tillion.

18 Voir Nancy Wood, Germaine Tillion, une femme-mémoire. D’une Algérie à l’autre, Paris, Éditions Autrement, coll. « Mémoires », 2003, p. 67. Ce travail titanesque ne pouvait être exhaustif mais dans les archives privées de Germaine Tillion (BNF), des milliers de fiches individuelles sont conservées.

19 Ibid., p. 67. Dans les archives privées de Germaine Tillion (BNF), on trouve plusieurs dossiers intitulés « Fichiers par camps ».

20 Voir Anise Postel-vinay, « Une ethnologue en camp de concentration », Esprit, « Les vies de Germaine Tillion », février 2000, p. 126. À Ravensbrück, Germaine Tillion ne cessa jamais d’enquêter pour comprendre, exposer et rendre intelligible à ses camarades de camp le système qui les oppressait. Voir Germaine Tillion, Ravensbrück, Cahier du Rhône n ° 65, décembre 1946, Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 214 p. Les 77 pages de la contribution de Germaine Tillion se distinguent de celles de ses camarades par leur approche ethnographique.

21 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée… », art. cit., p. 121.

22 Voir sur ce point François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Édition de l’Atelier, 1997, p. 21-41 et la mise au point récente de Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Paris, Bayard, 2011, p. 197-203.

23 Archives Privées Germaine Tillion (BNF), dossier « États nominatifs des agents », lettre de Germaine Tillion à Albert Crémieux en date du 30 juillet 1948. Albert Crémieux était l’administrateur du périodique L’Agent de liaison ; il souhaitait mener une enquête sur le « réseau du musée de l’Homme ».

24 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée… », art. cit., p. 121-122.

25 Attestation d’appartenance aux FFC délivrée à Agnès Humbert en date du 23 avril 1956 (Service historique de la Défense, Bureau Résistance et Deuxième Guerre mondiale, Vincennes). C’est moi qui souligne.

26 Le « décret 366 du 25-07-1942 et la note d’application no 1.368 D / BCRA du 27-07-1942 » figurent sur toutes les attestations d’appartenance FFC.

27 Marcelle Monmarché est une amie d’enfance de Germaine Tillion. Elle joue un rôle clef dans les filières d’évasions de prisonniers de guerre coloniaux que cette dernière met en place.

28 Dossier individuel d’homologation FFC de Marcelle Monmarché (Service historique de la Défense, Bureau Résistance et Deuxième Guerre mondiale, Vincennes), attestation d’appartenance aux FFC.

29 Archives nationales, 72 AJ 36, dossier « Armée des Volontaires », pièce A n ° 12 II, « Note sur Meresse d’après les indications fournies par deux membres fondateurs d’un des groupes qui a constitué l’AV : Lhopital et le Letourneur-Hugon », non datée, non signée. Dans un autre témoignage, toujours recueilli par la CHOLF, le baron Henri Letourneur-Hugon enfonçait le clou en déclarant au sujet de Meresse : « Il est difficile de démêler le vrai du faux car Meresse n’a aucune sincérité et est très intrigant » (Archives nationales, 72 AJ 69, dossier « Pantagruel », pièce 4, témoignage du Baron Henri Letourneur-Hugon, date inconnue). Au terme de cet entretien, l’enquêteur de la CHOLF faisait le commentaire suivant : « Letourneur paraît sans passion, sauf lorsqu’il parle de Meresse pour qui il nourrit un solide mépris. »

30 Dans l’élaboration des dossiers individuels dont elle avait la charge, Germaine Tillion a pris grand soin, à chaque fois que c’était possible, de faire ressortir cette dimension.

31 Germaine Tillion, « Première Résistance en zone occupée… », art. cit., p. 120.

Auteur

Docteur en histoire de l’université de Lyon 2, chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540