Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Archives et écriture de l’histoire

Les archives du BCRA et l’écriture de l’histoire de la Résistance

Sébastien Albertelli

Texte intégral

1Les archives du BCRA ont suscité d’autant plus de fantasmes qu’il s’agissait des archives d’un service secret, qu’elles renfermaient une masse inhabituelle de documents relatifs à la période de l’Occupation et qu’elles avaient été soustraites pendant des décennies à la curiosité des historiens. En 1998, alors que je commençais à m’immerger dans ce fonds rendu accessible à tous par une décision du Premier ministre, Lionel Jospin, je vis ainsi arriver aux Archives nationales les équipes de TF1, attirées par le caractère supposé sulfureux de certains dossiers relatifs à des traîtres.

Qu’est-ce que « les archives du BCRA » ?

2Mais l’expression « les archives du BCRA », d’usage courant, est en définitive bien vague. Elle nourrit l’illusion qu’il existerait un fonds constitué, global et exhaustif. Or, force est de constater que ce n’est pas le cas et que le fonds détenu par les Archives Nationales sous la cote 3AG2, bien qu’exceptionnel, ne rassemble qu’une partie des archives des services secrets du général de Gaulle.

  • 1 Ordre d’alerte no 3, Manuel, 18 septembre 1944, AN 3 AG 2/liasse 7, pièce 7.

3Dès le mois d’août 1944, les services spéciaux français – il s’agit alors de la Direction Générale des Services Spéciaux (DGSS) – reprennent pied à Paris. Aussitôt se pose la question du rapatriement de leurs archives depuis leurs bases de Londres (le BCRAL) et d’Alger (le BCRAA). Le service se trouve dans l’obligation d’effectuer un tri et d’établir des priorités car les Alliés ne lui allouent que des moyens de transports limités. Il est alors décidé que les archives les plus secrètes, les plus sensibles, celles qui sont jugées indispensables à la mise en route des services à Paris, seront transférées sur le continent par avion, sous escorte. Cette partie représente environ 900 kg de documents qui concernent essentiellement le renseignement, le contre-espionnage et l’administration du BCRA1.

  • 2 Adjudant-chef Parker à M. le commandant Cazala, chef des Services Administratifs, Paris, 20 décemb (...)
  • 3 S/Lt Goetz Charles au commandant Cathal, « Attaque à main armée contre le convoi chargé de récupér (...)

4Le reste des archives du service, beaucoup plus volumineux mais jugé moins sensible, sera expédié en train vers le port de Southampton en même temps que les bagages des membres du BCRA qui regagnent la France. L’ensemble, qui représente 2 877 caisses et bagages, est confié à la garde de trois soldats. Mais les autorités du port de Southampton n’autorisent l’escorte à pénétrer sur les quais que quelques heures avant l’embarquement. Entre-temps, les dockers se sont livrés à un pillage en règle, qui semble toutefois s’être concentré sur les bagages à main du personnel du BCRA. Au terme de la traversée, le déchargement initialement prévu à Cherbourg a finalement lieu à Isigny-sur-Mer. Une centaine de prisonniers allemands sont affectés à cette tâche « en pleine nuit sous une pluie battante, n’ayant pour tout éclairage que les phares des camions ». La cargaison semble avoir beaucoup souffert de ces conditions de transbordement. Les caisses sont ensuite empilées sous un hangar placé sous la surveillance de soldats américains puis français. Fin octobre 1944, quelques camions sont chargés et emportent une partie des archives à Paris. Mais l’essentiel de la documentation reste stocké pendant plusieurs semaines à Isigny-sur-Mer, dans des conditions telles qu’une partie, mouillée et bientôt pourrie, est irrémédiablement détruite2. Les péripéties de l’ultime transfert à Paris soulignent combien la situation restait confuse en France début décembre 1944. Le sous-lieutenant Goetz se voit alors confier le commandement d’un détachement de trois camions chargé d’aller chercher les archives qui restent encore à Isigny. De retour à Paris, il rédige un rapport pour signaler que son convoi a été victime d’une « attaque à main armée » sur la route nationale 13. La vérité finit toutefois par s’imposer dans toute sa simplicité : un poste de garde établi à la demande des Britanniques pour surveiller l’oléoduc qui longe la route semble avoir contracté l’habitude de tirer sans sommation, la nuit, sur tout ce qui bougeait3.

  • 4 Marie-Thérèse Chabord, Introduction…, op. cit.
  • 5 Stéphane Hessel, Danse avec le siècle, Paris, Seuil, 1997, p. 100. ; Daniel Cordier, Jean Moulin, (...)

5Arrivées à Paris, ces archives n’étaient pas au bout de leur périple. Dans la capitale, elles ne bénéficièrent pas immédiatement de conditions de sécurité renforcées et beaucoup de personnes semblent en avoir profité pour venir y puiser les dossiers susceptibles de les intéresser4. Finalement pris en charge par la DGER – qui avait succédé au BCRA et à la DGSS – le fonds désordonné fut confié à trois anciens du BCRA – Stéphane Hessel, Vitia Hessel et Daniel Cordier – qui furent chargés de le reclasser5. Il s’agissait alors moins de les rendre exploitables par la DGER que de mettre en ordre la documentation à partir de laquelle serait rédigé un historique de l’action des services spéciaux gaullistes à partir de 1940.

  • 6 Télégramme de Kœnig à de Gaulle, no 81/TEL/FILA, 11 juillet 1944, AN 3 AG 2, liasse 413, pièce 131
  • 7 Dewavrin fit porter à de Gaulle fin novembre 1945 les trois premières parties du Livre Blanc (Pass (...)

6Tout au long de la guerre, Passy avait été accusé des intentions les plus noires et des pires crimes sans pouvoir se défendre devant la justice : soit que de Gaulle lui ait interdit de le faire, soit que les frais à engager aient été trop élevés6. Mais au lendemain de la Libération, la situation avait changé et le Général donna son accord pour qu’un Livre Blanc du BCRA fût rédigé afin de contrer les accusations dont le service était la cible7. Après avoir reclassé les archives, Stéphane Hessel, Vitia Hessel et Daniel Cordier rédigèrent effectivement un Livre Blanc du BCRA, mais la démission du général de Gaulle, début 1946, puis celle de Passy quelques semaines plus tard, mirent un terme à ce projet éminemment politique. Le travail des trois anciens du BCRA eut toutefois un impact sur les archives qu’ils venaient de classer car de nombreuses pièces furent purement et simplement retirées des cartons pour être placées en annexes du Livre Blanc. Ainsi cet ouvrage renferme-t-il une partie peu volumineuse mais soigneusement sélectionnée des archives du BCRA.

  • 8 Marie-Thérèse Chabord, Introduction…, op. cit.

7Début 1948, le SDECE – créé début 1946 pour succéder à la DGER – effectua de nouveau un tri dans les archives qu’il avait héritées du BCRA. Fait exceptionnel, il estima qu’une partie de cette documentation, devenue a priori inutile pour son travail, pouvait être remise aux Archives Nationales. C’est ce versement qui constitue le fonds 3AG2 des Archives Nationales, riche de 605 liasses de documents8. Pour volumineux qu’il soit, ce fonds ne rassemble toutefois pas – loin s’en faut – l’ensemble des archives du BCRA.

8Il existe au moins deux autres fonds constitués qui rassemblent des archives du service fondé et dirigé par le colonel Passy. Aux Archives Nationales, le fonds 46 MI rassemble pour l’essentiel, sous forme de microfilms, des dossiers de missions beaucoup plus complets que ceux conservés sous la cote 3AG2. Les conditions dans lesquelles ces archives ont été versées restent mystérieuses. Les Archives nationales ne détenant que les microfilms, sans doute faut-il considérer que les documents originaux ont été conservés par le SDECE, puis la DGSE.

  • 9 Michel Roucaud, « La partie “militaire” des archives du BCRA, conservées au Service historique de (...)

9Le Service Historique de la Défense, à Vincennes, détient quant à lui une autre partie des archives du BCRA. D’après Michel Roucaud, qui fut responsable de ce fonds en 2002-2003, ces archives correspondraient à la partie militaire des archives du BCRA tandis que les Archives nationales détiendraient la partie civile « portant sur les affaires de résistance en France ». Cette distinction fournit certes une explication logique à la partition du fonds entre les archives militaires de Vincennes et les archives nationales, mais la fréquentation assidue de ces fonds conduit à en mettre en doute la pertinence. Quoi qu’il en soit, les archives conservées à Vincennes correspondent à une documentation que le SDECE avait décidé de conserver à la fin des années 1940. Il semble qu’elles aient ensuite été déposées à Vincennes dans les années 1970, puis reprises par la DGSE au cours des années 1980 avant d’être finalement reversées en décembre 19999. On estime que ce fonds représente un volume d’environ 1 500 cartons, dont une partie seulement a été inventoriée, notamment sous les cotes 10 R 1204 à 1499. Fin 2012, il semble que le Service Historique de la Défense ait décidé d’entreprendre la réalisation d’un inventaire qui permettrait à terme d’ouvrir ce fonds aux chercheurs dans les mêmes conditions que les autres fonds conservés à Vincennes. Ce travail s’annonce toutefois particulièrement difficile pour une partie importante du fonds, composée non pas de dossiers mais de pièces isolées, juxtaposées sans logique apparente, exploitables uniquement à partir d’une base nominative.

10Au-delà de ces fonds constitués, de nombreuses pièces issues des archives du BCRA figurent dans d’autres fonds. Elles sont loin de toujours faire doublon avec celles que l’on peut consulter par ailleurs. Sans chercher à être exhaustif, citons tout d’abord le très important fonds 72 AJ des Archives Nationales, constitué par le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale et, sous la même cote, les fonds privés particulièrement riches de responsables comme Emmanuel d’Astier (72 AJ 408-410) ou le général Cochet (72 AJ 438-451). Citons également les dossiers du Bureau Résistance, à Vincennes, et le fonds privé d’une nature un peu particulière que constituent les archives du général de Gaulle, conservées aux Archives Nationales sous la cote 3AG1. Il faut y ajouter l’ensemble des pièces conservées dans les archives de services ayant entretenu des relations suivies avec le BCRA, en particulier le commissariat à l’Intérieur (Archives nationales F1a 3710 et suivants) ou les différentes armes (par exemple les archives des Forces navales françaises libres conservées au SHD sous la cote TTC). Ajoutons enfin les archives étrangères, américaines mais surtout britanniques, d’autant plus riches que le BCRA dépendait entièrement des services alliés pour son travail en France : les archives du Special Operations Executice (SOE) constituent ainsi une source incontournable (The National Archives, TNA, cotes HS).

La montée en puissance du fonds 3AG2

  • 10 L’idée d’une publication refait régulièrement surface depuis une dizaine d’années. Ce fut notammen (...)
  • 11 Colonel Passy, Souvenirs. I. 2e Bureau Londres, Monte Carlo, Raoul Solar, 1947, 237 p. ; Colonel P (...)
  • 12 Henri Noguères, Marcel Degliame-fouche, Jean-Louis Vigier, Histoire de la Résistance en France, t. (...)
  • 13 Henri Noguères, Marcel, Degliame-fouche, Histoire de la Résistance en France, t. 3, novembre 1942- (...)

11L’influence des archives du BCRA sur l’écriture de l’histoire de la Résistance a commencé dès 1945, avec la rédaction du Livre Blanc du BCRA, que nous avons déjà évoquée. Certes, l’ouvrage ne fut jamais publié et il sombra dans l’oubli après la démission du général de Gaulle puis du colonel Passy10. Mais le succès et l’influence durable qu’ont eus les trois volumes de mémoires du colonel Passy, publiés en 1947 et 195111, sur l’écriture de l’histoire de la Résistance tiennent pour beaucoup à leur filiation avec ce premier travail de synthèse. Bien sûr, Passy avait occupé tout au long de la guerre une position stratégique qui donnait un poids considérable à son témoignage, mais l’intérêt de ses Souvenirs tint également au fait qu’il pouvait citer – et souvent reproduire – nombre de documents issus des archives du BCRA, documents auxquels les historiens ne purent longtemps espérer accéder autrement. Après Passy, Jacques Soustelle et le général de Gaulle – quoique de manière plus indirecte pour ce dernier – ont puisé aux mêmes sources. Retenons, à titre d’exemple de l’influence exercée par les ouvrages de Passy, le deuxième volume de l’Histoire de la Résistance en France publié en 1969 par Henri Noguères. Les 668 pages de cette chronique de la Résistance couvraient les mois de juillet 1941 à octobre 1942. Le nom de Passy est le seul à être cité tous les mois. Au final, il est mentionné à 113 reprises dans l’index, contre 112 pour le général de Gaulle, 103 pour Frenay et 87 pour Rémy, qui avaient tous les trois également publié leurs Mémoires. Noguères utilisait 49 citations des Souvenirs de Passy – chacune longue de plus d’une dizaine de lignes en moyenne – contre 34 pour Rémy, 13 pour Frenay et 8 pour de Gaulle. Surtout, Noguères devait confesser qu’il n’avait pas moyen de soumettre les propos de Passy à la critique : « Il faut bien le croire, observait-il, puisque Passy le dit12. » Si les extraits des mémoires de Passy se firent plus rares dans les volumes suivants, c’est largement parce que l’ancien chef du BCRA tint à rappeler à Noguères les limites du « droit de citation13 ».

  • 14 Daniel Cordier, « Jean Moulin et la genèse du C.N.R. », in François Bédarida, Jean-Pierre Azéma, D (...)
  • 15 Bénédicte Vergez-chaignon, « La “révolution” Cordier », in Jean-Pierre Azéma (dir.), Jean Moulin, (...)

12L’arrivée au premier plan du fonds d’archives du BCRA proprement dit dans les études historiques consacrées à l’histoire de la Résistance correspond aux premiers travaux de Daniel Cordier sur Jean Moulin, rendus publics à partir de 198314. Daniel Cordier s’est livré à une quête d’archives tous azimuts, mais il n’est pas exagéré d’affirmer que c’est l’accès aux archives du BCRA dont il a bénéficié qui lui a permis de s’ériger en défenseur intransigeant d’un travail historique sur la Résistance basé sur les archives et non plus, comme ce fut longtemps le cas, sur les seuls témoignages15. Même si, faute d’alternative, il recourt lui-même à l’occasion à la parole d’anciens résistants, ses travaux reposent avant tout sur l’exploitation d’archives qu’il aura longtemps été le seul à pouvoir consulter. Ce privilège tenait à plusieurs facteurs.

  • 16 Stéphane Hessel, ancien no 2 de la section Renseignement, s’occupait plus particulièrement de cet (...)
  • 17 Daniel Cordier a publié ceux datés de 1941 in Daniel Cordier, L’inconnu du Panthéon…, tome 3, op. (...)

13Tout d’abord, Daniel Cordier possédait personnellement un volume non négligeable d’archives provenant du BCRA. Lorsqu’il démissionna du SDECE, début 1946, l’ancien secrétaire de Jean Moulin s’occupait de rédiger les chapitres du Livre Blanc du BCRA relatifs à ce qui lui était le plus familier, l’« Action » c’est-à-dire pour une bonne part les relations avec la Résistance intérieure16. Pour ce faire, il préleva dans les archives du BCRA, qu’il venait de classer, les documents dont il avait besoin et dont une partie fut placée dans les annexes du Livre Blanc. Qu’advint-il du reste ? D’après Daniel Cordier, son bureau du SDECE fut vidé en son absence au moment de sa démission, en 1946. Les documents qui s’y trouvaient auraient alors été mis en caisses et expédiés à son domicile, où ils auraient dormi jusqu’à ce que Daniel Cordier, à la fin des années 1970, en réalise l’intérêt historique. C’est ainsi, par exemple, que Daniel Cordier s’est retrouvé en possession de la seule série complète des rapports hebdomadaires rédigés par le chef de la section Action du BCRA entre novembre 1941 et juin 194317. Par la suite, il eut la chance d’hériter des précieuses archives d’André Pélabon, qui avait été le chef du BCRA à Alger. Enfin, son statut d’ancien secrétaire de Jean Moulin et de Compagnon de la Libération lui permit de bénéficier d’un accès extrêmement privilégié aux archives du BCRA conservées aux Archives Nationales. À une époque où le fonds était hermétiquement clos, il eut même le loisir d’en reproduire une large partie.

  • 18 Les deux thèses ont été publiées : Laurent Douzou, La désobéissance. Histoire du mouvement Libérat (...)
  • 19 Lionel Jospin, Circulaire relative à l’accès aux archives publiques de la période 1940-1945, 2 oct (...)

14Tout au long des années 1980, alors que Daniel Cordier faisait son miel des archives du BCRA, le fonds resta en effet rigoureusement fermé aux autres chercheurs. C’est seulement au cours des années 1990 qu’il s’ouvrit progressivement. Il resta d’abord soumis à la règle contraignante des dérogations, dont l’application évolua toutefois rapidement, comme en atteste l’utilisation qu’ont pu en faire Laurent Douzou et Guillaume Piketty dans leurs thèses, soutenues respectivement en 1993 et en 199718 : alors que le premier n’eut accès, dans l’urgence – il avait déjà commencé à rédiger –, qu’à trois cartons, Guillaume Piketty put en consulter plusieurs dizaines. L’année même où ce dernier soutint sa thèse, une décision du Premier ministre permit enfin de placer tous les chercheurs sur un pied d’égalité : Lionel Jospin signa en effet une circulaire libéralisant l’accès à l’ensemble des archives relatives à la période 1940-1945 et, début 1998, le fonds 3AG2 des Archives nationales fit l’objet d’une dérogation générale qui le rendit accessible sans restriction19. Dès lors, ce fonds put être appréhendé de manière globale, comme l’émanation d’une administration dont l’une des principales fonctions avait été d’assurer la liaison entre la France Libre et la résistance intérieure. C’est ce contexte particulier qui m’a conduit à entreprendre en 1998 un DEA puis une thèse consacrés au BCRA.

15Depuis 1998, le fonds 3AG2 s’est imposé comme un passage obligé pour les chercheurs qui travaillent sur l’histoire de la Résistance. Chacun l’aborde toutefois avec ses exigences propres, comme le montrent trois thèses récentes.

  • 20 Cécile Vast, Une histoire des Mouvements Unis de Résistance (de 1941 à l’après-guerre). Essai sur (...)
  • 21 Julien Blanc, Du côté du musée de l’Homme ; les débuts de la Résistance en zone occupée, 1940-1941(...)
  • 22 Ibid., p. 37.
  • 23 Ibid., p. 356.
  • 24 Johanna Barasz, De Vichy à la Résistance ; les vichysto-résistants, 1940-1944, thèse soutenue en f (...)

16Pour les recherches qu’elle a consacrées à l’expérience de la Résistance et à l’identité résistante, Cécile Vast a utilisé les archives du BCRA comme le réceptacle d’une documentation émanant de la Résistance. Commodes, certaines liasses de ces archives rassemblent en effet des documents produits par les mouvements de résistance qui auront constitué pour l’historienne un appoint précieux en dépit de leur caractère à la fois assez tardif (1942-1944) et lacunaire20. Le cas de Julien Blanc est bien différent. Dans sa thèse sur les débuts de la Résistance en zone occupée, cet historien n’a pu s’appuyer sur des liasses clairement identifiées centralisant la documentation susceptible de l’intéresser21. Cherchant à mesurer ce que les services et autorités de Londres savaient des débuts de la Résistance en zone occupée, il a dû dépouiller minutieusement près de quatre-vingt-dix liasses des archives du BCRA – « le plus souvent en pure perte » – pour finalement recueillir de maigres indices qu’il a mis bout à bout pour produire « une matière exploitable22 ». Un travail de bénédictin, donc, pour conclure que les « traces » qu’il a pu retrouver ne sauraient masquer le silence dominant attestant de la faible connaissance que l’on avait à Londres des débuts de la Résistance en zone occupée23. Le cas de Johanna Barasz est encore différent puisque les vichysto-résistants auxquels elle a consacré sa thèse ont très tôt été perçus à la fois comme des alliés potentiels et comme des adversaires en puissance par les services gaullistes de Londres. À ce titre, ils ont fait l’objet d’une attention suivie qui a laissé de nombreuses traces disséminées dans les archives : un même travail de bénédictin, donc, mais avec cette fois la satisfaction de mettre en lumière autre chose qu’un silence24.

Typologie d’une documentation

  • 25 Jean-François Sirinelli est l’auteur de cette formule, inspirée d’une phrase tirée de la correspon (...)

17En définitive, le fonds 3AG2 s’est donc imposé comme un fonds très riche, souvent incontournable, dont l’exploitation a contribué à l’élargissement considérable de la documentation dont disposent aujourd’hui les historiens de la Résistance et plus généralement de la France des années sombres. Après des décennies de disette documentaire, l’ampleur de ce fonds est symptomatique de la situation nouvelle dans laquelle se trouvent les chercheurs : alors même qu’on limite à 3 ans la durée de leurs recherches dans le cadre d’une thèse, ils courent aujourd’hui le risque d’être ensevelis sous la masse des informations qu’ils collectent, tel le mineur qui succombe, écrasé sous le poids de ses trésors25.

18L’une des principales singularités du BCRA est d’avoir pris en charge tout le spectre des activités clandestines, en particulier le renseignement, l’action et le contre-espionnage. Il n’y a dès lors guère d’aspects de la vie en France qui soit resté à l’écart de ses préoccupations : la section Renseignement s’est appliquée à accumuler une documentation sur Vichy, les Allemands, la Résistance et l’ensemble des secteurs de la vie des Français ; la section Action s’est notamment chargée des relations avec les mouvements de résistance ; la section Contre-Espionnage a constitué des dossiers sur toutes les personnes qui, à un titre ou à un autre, amis ou ennemis, sortaient de l’anonymat. Dans ces conditions, le fonds 3AG2 comprend une immense variété de documents, pour partie reçus et pour partie produits par le BCRA.

19Le service recevait une masse de documents de tous les individus et organisations avec lesquels il était en relation. Sans chercher l’exhaustivité, mentionnons le cas, hors de France, de ses autorités de tutelle – notamment le général de Gaulle et son état-major –, de l’ensemble des services de la France Libre – le Commissariat à l’Intérieur, les armes, etc. –, des services étrangers – le SOE, l’Intelligence Service, l’OSS, etc. – ou encore des services giraudistes à partir de 1943. En France, le BCRA collectait des documents émanant essentiellement des réseaux – dont les informations embrassent tous les aspects de la vie du pays – et des mouvements. Ces derniers adressaient leurs journaux et des rapports, mais relativement peu de documents sur leur fonctionnement interne.

20Comme toute administration, le BCRA a par ailleurs lui-même produit une masse considérable de documents : ceux destinés aux individus et aux organisations avec lesquels il était en relation, en France et hors de France ; les milliers de rapports et de télégrammes transmis par ses agents travaillant en France ; la documentation administrative relative à la vie du service (notes de service, mémorandums, etc.) ; les dossiers de missions comprenant projets, ordres de mission, courriers et télégrammes destinés aux agents ; des comptes rendus de conversations et d’interrogatoires, etc.

21Une partie de l’attrait qu’exercent les archives du BCRA sur les historiens tient sans doute, comme pour celles de la justice ou de la police, à ce qu’elles émanent d’un service dont les fonctions recoupent partiellement les leurs : rassembler une information aussi complète et pertinente que possible dans le but de comprendre ce qui se passait en France. Il est toutefois bien évident que de multiples biais entachent l’idée que l’on peut se faire de la situation en métropole et de l’action qu’y mena le BCRA à travers ce fonds.

  • 26 Service Historique de la Défense, série TTC.

22Nous avons déjà souligné que le fonds 3AG2 est loin d’être complet. Eternelle insatisfaction du chercheur ! Les lacunes ne tiennent pas seulement aux conditions dans lesquelles ces archives, nous l’avons vu, ont été triées puis transférées en France. Elles témoignent aussi, à leur manière, de l’histoire du service : ainsi, l’improvisation dans laquelle le 2e Bureau, ancêtre du BCRA, s’est mis en place à partir de juillet 1940 et le recrutement d’un personnel dénué d’expérience administrative expliquent en partie la pauvreté des archives pour les périodes les plus anciennes. N’est-il pas de ce point de vue symptomatique que certains documents produits par le service ne figurent pas en série continue dans ses propres archives alors qu’ils se trouvent dans les archives de services mieux et plus précocement structurés ? C’est le cas par exemple des rapports sur l’opinion rédigés en 1940-1941, que nous avons retrouvés dans les archives de la Marine26. D’autres lacunes tiennent aux pertes et destructions. Ainsi, les archives dont on dispose émanent en majorité de la base londonienne du BCRA. Certes, la capitale britannique resta jusqu’à la fin de la guerre la principale base opérationnelle du service. Mais la rareté des archives en provenance de la base algéroise, très active à partir du deuxième semestre 1943, tord la perception que l’on peut avoir de certains événements en zone sud à partir de cette date. D’autres lacunes tiennent aux prélèvements sélectifs opérés par les services secrets après guerre. Le SDECE conserva de toute évidence certains dossiers qu’il jugeait essentiels. Ainsi, de la documentation relatives aux terrains destinés aux opérations aériennes, jugée d’autant plus sensible que ces terrains risquaient d’être utilisés par d’éventuels ennemis bien après la guerre. Ainsi encore des documents relatifs aux relations avec la résistance communiste, à l’évidence sous-représentés dans le fonds 3AG2.

23Il convient par ailleurs de toujours garder à l’esprit que le fonds 3AG2 rassemble une partie des archives d’un service d’état-major de la France Libre et que, dans ces conditions, si la Résistance y est omniprésente, elle occupe une place particulière. Les interlocuteurs du BCRA – aussi bien au sein des mouvements qu’au sein des réseaux – sont avant tout les chefs, même s’il ne faut pas négliger les interrogatoires (au demeurant anormalement peu nombreux dans le fonds 3GA2) de membres moins importants qui parviennent à gagner Londres en nombre croissant à partir de 1943. En outre, si le BCRA, comme tout état-major, entend comprendre ce qui se passe en France, c’est d’abord et avant tout pour affirmer son autorité et son contrôle sur les événements. Cette approche s’accommode mal du flou : le BCRA s’évertue à organiser, quantifier, localiser ; il ne cesse de bâtir organigrammes et cartes ; il définit des statuts précis que d’aucuns jugeront impraticables dans la clandestinité. En somme, la vision que le BCRA offre de la Résistance prépare celle qu’auront tendance à ancrer les procédures de reconnaissance administrative d’après la guerre : elle l’enferme dans des constructions séduisantes dont les historiens, après les témoins, soulignent combien elles peuvent être éloignées de la réalité.

24En outre, cette volonté de contrôle débouche sur un processus de sélection qui simplifie la réalité. L’intérêt du BCRA se focalise sur les organisations avec lesquelles il est entré en contact le plus tôt, qu’il juge utiles – d’un double point de vue militaire et politique – et qui, peu ou proue, acceptent la tutelle gaulliste. De multitudes initiatives résistantes passent de toute évidence au travers d’un tel tamis, depuis les initiatives les plus précoces, victimes de la répression avant même d’avoir pu se faire connaître des services londoniens, jusqu’aux groupes aspirant à une certaine autonomie tant à l’égard des grands mouvements de résistance (on songe ici aux groupes Véni) qu’à l’égard des services de la France Libre (communistes et giraudistes notamment).

*

  • 27 Je n’ai jamais pu lire les travaux inédits de cet historien. Une synthèse – ou un extrait ? – en a (...)

25En somme, les archives du BCRA n’échappent à aucune des règles et chausse-trapes communes. À l’image des archives policières, aujourd’hui largement accessibles, elles offrent à l’historien des années sombres une source d’une richesse inhabituelle en même temps qu’elles l’inscrivent dans un point de vue dont il lui est d’autant plus difficile de s’extraire qu’il est richement documenté. Pour comprendre comment le BCRA fonctionne et plus encore comment il s’insère dans un cadre plus large, qui justifie seul son existence (celui de la France Libre, celui des relations avec les Alliés et celui de la Résistance française), il est nécessaire de rester fidèle à l’une des bases du travail historique en s’appliquant à croiser ses sources. J’ai été frappé que l’historien David de Young de la Marck ait pu entreprendre une étude sur un sujet proche du mien en ne se basant pratiquement que sur des archives britanniques27. Il m’a semblé au contraire indispensable d’exploiter d’autres fonds conservés dans les archives françaises, britanniques et américaines pour mettre en lumière la spécificité du BCRA et l’originalité de son point de vue tel qu’il ressort de l’étude du fonds 3AG2. Même si ce dernier a de toute évidence fourni la colonne vertébrale de mon travail, c’est au croisement de ces différents fonds que je me suis consacré dans le cadre de mes recherches sur le BCRA.

Notes

1 Ordre d’alerte no 3, Manuel, 18 septembre 1944, AN 3 AG 2/liasse 7, pièce 7.

2 Adjudant-chef Parker à M. le commandant Cazala, chef des Services Administratifs, Paris, 20 décembre 1944, AN 46 MI 10 ; Marie-Thérèse Chabord, Introduction à l’inventaire du fonds 3 AG 2 des Archives Nationales, s.d., 19 p.

3 S/Lt Goetz Charles au commandant Cathal, « Attaque à main armée contre le convoi chargé de récupérer les archives à Isigny-sur-Mer », 5 décembre 1944, archives privées.

4 Marie-Thérèse Chabord, Introduction…, op. cit.

5 Stéphane Hessel, Danse avec le siècle, Paris, Seuil, 1997, p. 100. ; Daniel Cordier, Jean Moulin, La République des catacombes, Paris, Gallimard, 1998, p. 808-811.

6 Télégramme de Kœnig à de Gaulle, no 81/TEL/FILA, 11 juillet 1944, AN 3 AG 2, liasse 413, pièce 131.

7 Dewavrin fit porter à de Gaulle fin novembre 1945 les trois premières parties du Livre Blanc (Passy, Journal manuscrit, novembre 1945 à mars 1946, Archives privées M. et Mme Dewavrin. Entrée du 24 novembre 1945). De Gaulle donna son accord le 28 pour qu’il fût publié chez Gallimard après qu’une commission d’étude qu’il avait désignée – composée de Diethelm, Billotte et de Courcel – eut statué (Ibid., entrée du 28 novembre 1945).

8 Marie-Thérèse Chabord, Introduction…, op. cit.

9 Michel Roucaud, « La partie “militaire” des archives du BCRA, conservées au Service historique de la Défense », Revue historique des armées, no 247, 2007, p. 133. Consultable en ligne : [http://rha.revues.org/index2123.html].

10 L’idée d’une publication refait régulièrement surface depuis une dizaine d’années. Ce fut notamment le cas en 2012 à l’occasion du 70e anniversaire de la création du BCRA.

11 Colonel Passy, Souvenirs. I. 2e Bureau Londres, Monte Carlo, Raoul Solar, 1947, 237 p. ; Colonel Passy, Souvenirs. II. 10 Duke Street Londres, Monte Carlo, Raoul Solar, 1947, 385 p. ; Colonel Passy, Missions secrètes en France. Novembre 1942-juin 1943. Souvenirs du BCRA, Paris, Plon, 1951, 439 p. Le quatrième tome, qui constituait en fait la seconde partie du troisième, a été rédigé mais pas publié.

12 Henri Noguères, Marcel Degliame-fouche, Jean-Louis Vigier, Histoire de la Résistance en France, t. 2, juillet 1941-octobre 1942, Paris, R. Laffont, 1969, p. 157.

13 Henri Noguères, Marcel, Degliame-fouche, Histoire de la Résistance en France, t. 3, novembre 1942-septembre 1943, Paris, R. Laffont, 1972, p. 59.

14 Daniel Cordier, « Jean Moulin et la genèse du C.N.R. », in François Bédarida, Jean-Pierre Azéma, Daniel Cordier, Jean Moulin et le Conseil national de la Résistance : études et témoignages, Paris, IHTP-Editions du CNRS, 1983, p. 9-28 ; Daniel Cordier, Jean Moulin. L’inconnu du Panthéon. Tome 1. Une ambition pour la République, juin 1899-juin 1936, Paris, J.-C. Lattès, 1989, 896 p. ; Tome 2. Le choix d’un destin, juin 1936-novembre 1940, Paris, J.-C. Lattès, 1989, 762 p. ; Tome 3. De Gaulle, capitale de la Résistance, novembre 1940-décembre 1941, Paris, J.-C. Lattès, 1993, 1 480 p. ; Daniel Cordier, Jean Moulin. La République des catacombes, Paris, Gallimard, 1998, 1 000 p.

15 Bénédicte Vergez-chaignon, « La “révolution” Cordier », in Jean-Pierre Azéma (dir.), Jean Moulin, Paris, Flammarion, 2000, p. 347-361. Laurent Douzou écrit que « Daniel Cordier, acteurtémoin lui-même, discréditait la valeur des témoignages, tentant d’amorcer de la sorte un tournant néo-positiviste extrêmement important dans l’historiographie de la Résistance » (Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Points Seuil, 2005, p. 211).

16 Stéphane Hessel, ancien no 2 de la section Renseignement, s’occupait plus particulièrement de cet aspect du travail du BCRA.

17 Daniel Cordier a publié ceux datés de 1941 in Daniel Cordier, L’inconnu du Panthéon…, tome 3, op. cit., p. 1278-1285. Il m’a offert une copie de ces documents au début des années 2000, alors que je travaillais sur ma thèse consacrée au BCRA.

18 Les deux thèses ont été publiées : Laurent Douzou, La désobéissance. Histoire du mouvement Libération-Sud, Paris, Odile Jacob, 1995, 480 p. ; Guillaume Piketty, Pierre Brossolette, un héros de la Résistance, Paris, Odile Jacob, 1998, 416 p.

19 Lionel Jospin, Circulaire relative à l’accès aux archives publiques de la période 1940-1945, 2 octobre 1997, Reproduction du Journal Officiel de la République Française (14339), Extrait du 3 octobre 1997, # 230.

20 Cécile Vast, Une histoire des Mouvements Unis de Résistance (de 1941 à l’après-guerre). Essai sur l’expérience de la Résistance et l’identité résistante, thèse soutenue en novembre 2008 à l’université de Franche-Comté sous la direction de François Marcot. Cécile Vast a essentiellement utilisé les liasses 377 à 379. Cette thèse a été publiée : Cécile Vast, L’identité de la Résistance. Être résistant, de l’Occupation à l’après-guerre, Paris, Payot, 2010.

21 Julien Blanc, Du côté du musée de l’Homme ; les débuts de la Résistance en zone occupée, 1940-1941, thèse soutenue en décembre 2008 à l’université de Lyon 2 sous la direction de Laurent Douzou. Cette thèse a été publiée : Julien Blanc, Au commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme, 1940-1941, Paris, Seuil, 2010.

22 Ibid., p. 37.

23 Ibid., p. 356.

24 Johanna Barasz, De Vichy à la Résistance ; les vichysto-résistants, 1940-1944, thèse soutenue en février 2010 à l’IEP de Paris sous la direction de Jean-Pierre Azéma. Une version de cette thèse doit être publiée chez Payot.

25 Jean-François Sirinelli est l’auteur de cette formule, inspirée d’une phrase tirée de la correspondance de Tocqueville : « J’étais comme le chercheur d’or auquel la mine serait tombée sur la tête : j’étais écrasé sous le poids de mes notes et ne savais plus comment sortir de là avec mon trésor » (J.-F. Sirinelli, « Les intellectuels », in René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Seuil, 1988, p. 199-231).

26 Service Historique de la Défense, série TTC.

27 Je n’ai jamais pu lire les travaux inédits de cet historien. Une synthèse – ou un extrait ? – en a été publiée en 2003 : David de YoungdeLaMarck, « De Gaulle, Colonel Passy and British Intelligence, 1940-1942 », in Intelligence and National Security, vol. no 18, no 1, Spring 2003, p. 21-40.

Auteur

Docteur en histoire de l’Institut d’Études Politiques de Paris, chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540