Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Les documents à la source : fonctions, langages et représentations

Les archives de gendarmerie : notes de bas de pages, compléments d’objets ou sujets de l’histoire de la Résistance ?

Emmanuel Chevet

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jean-Marc Berlière, « Archives “interdites”, archives “spéciales” » in Jonas Campion (ed.), Justic (...)

1Jean-Marc Berlière a écrit récemment à propos de l’histoire de la Résistance en France sous l’occupation allemande, que, « longtemps fondée essentiellement sur la parole et les écrits des acteurs, au prétexte qu’il n’y avait pas d’archives et qu’il ne pouvait pas y en avoir du fait de la clandestinité et de ses contraintes, elle relève souvent davantage de la légende et du mythe que de l’histoire ». C’est pourquoi les archives de la « répression » lui paraissent déterminantes : « Comptes-rendus de filatures, aveux, dénonciations, papiers et documents internes saisis lors des fouilles et des perquisitions, coupés et recoupés avec toutes les autres sources, donnent une image bien différente de celle, portée par les récits à fonctions héroïque, patriotiques ou idéologiques. Exit les “hommes de fer” qui ne parlent pas, même sous les plus abominables tortures. À nuancer la solidarité et la communion des résistants dans un même idéal patriotique, la pureté, le désintéressement de l’engagement, la noirceur des fonctionnaires de Vichy ou de l’administration que donnaient à voir la plupart des mémoires et ouvrages résistants. Les procédures établies par les policiers – originellement pour la justice française – les interrogatoires, les documents internes saisis… donnent à voir imprudences, rodomontades, dissensions, luttes internes, trahisons, règlements de comptes, rivalités et haines mortelles qui affectent une Résistance divisée. Leur exploitation raisonnée amène à réviser effectifs gonflés, chronologies anachroniques, organigrammes reconstitués ou théoriques, bilans surévalués des actions et des attentats qui abondent dans la plupart des ouvrages. Ces archives ont également le mérite de mettre en lumière des sujets et questions – le sexe, l’argent – qu’on chercherait vainement dans les ouvrages des spécialistes de la Résistance. Une autre Résistance apparaît : plus humaine certainement plus authentique que celle transmise par les gardiens du sacré1. »

  • 2 Julian Jackson, La France sous l’Occupation, 1940-1944, Paris, Flammarion, 2004, p. 25.

2Jean-Marc Berlière n’a pas tort de souligner les limites de la rhétorique sur des archives liées à la clandestinité de la Résistance mais il n’y a pas de raison de la stigmatiser ou de la réfuter. Il n’a pas tort de vouloir la démythifier, car « il existait bel et bien un mythe de la Résistance qu’il fallait dégonfler, mais cela ne signifie pas que la Résistance elle-même fut un mythe2 », et que ses archives en soient le seul vecteur. Il n’a pas tort de désacraliser et humaniser cette Résistance mais il n’y a pas de raison, en revers, de ne pas faire de même sur les agents de « la répression » : d’ailleurs sexe, argent, ajoutons aussi alcool, sont des thèmes tabous qu’il est loin d’être évident de dénicher dans les ouvrages sur les forces de l’ordre sous l’Occupation. Surtout, s’il est bien loin d’avoir tort quand il critique et nuance les constructions incertaines dans les archives de la Résistance – avancées par ses acteurs au moment des faits comme après –, il n’y a aucune raison d’un côté de les délaisser car la représentation, la dé(sin)formation, l’imaginaire font partie intégrante de la Résistance. Et de l’autre, il n’y a aucune raison d’utiliser les « archives de la répression » en les opposant à ces archives résistantes, donc en postulant que ces « archives de la répression » avancent, elles, des certitudes.

3Les archives de la gendarmerie doivent à ce titre être interrogées : ce n’est pas se demander si l’histoire de la Résistance peut se faire à travers les archives de gendarmerie mais plutôt d’analyser quelle histoire de la Résistance est-il possible d’écrire par ce biais. Autrement dit, en sont-elles seulement des notes de bas de pages ou ne sont-elles pas, par ailleurs, des compléments d’objets, voire un des sujets de l’histoire de la Résistance ?

Des notes de bas de pages

  • 3 Bulletin Présidence du Conseil du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 92, novembr (...)

4Une note du président du conseil du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM), datée de 1960, insiste auprès de ses correspondants locaux, mandatés au dépouillement des rapports de la gendarmerie, de « bien précis [er] que l’enquête ne porte en aucune manière sur le comportement des gendarmes pendant la guerre, mais que l’on note simplement les faits qu’ils ont enregistrés3 ». Cette note nous renseigne sur deux éléments. Elle dévoile d’une part l’ampleur du tabou qui pèse alors sur la collaboration d’État menée par le régime de Vichy à travers la représentation après-guerre des forces de l’ordre. D’autre part, elle soulève la problématique d’accès à ces sources institutionnelles, problématique engoncée entre raison d’État et enjeux de société. D’autant plus que les gendarmes ont été des témoins sans pareil qui ont enregistré quantités de faits sous l’Occupation.

  • 4 Sixième décret du 10 septembre 1935 – Article 3.
  • 5 Jean Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Actes du Colloque de la Sorbonn (...)

5Bien qu’étant une institution militaire, la gendarmerie n’est pas une grande muette. Parce qu’elle est aussi civile, elle rapporte mais surtout elle écrit ce que les autres disent, spéculent, veulent ou pensent… Essentiellement en France rurale puisque la gendarmerie est une force de l’ordre rurale, « répartie sur tout le territoire en brigades à cheval, à pied ou mixtes4 ». « Les fonctions habituelles et ordinaires des brigades sont de faire des tournées, courses ou patrouilles sur les grandes routes, chemins vicinaux, dans les communes, hameaux, fermes et bois, enfin de tous les lieux de leur circonscription respective » (décret du 20 mai 1903 – Article 149). Échelon minimal, la brigade est là où sont les hommes donc là où s’exécutent les missions ; les ordres parviennent de niveaux supérieurs (la section à l’échelle de l’arrondissement, la compagnie qui chapote le département, la légion qui administre la région et, pour finir, la direction nationale). « La prose du gendarme », souligne son plus grand spécialiste, l’historien Jean-Noël Luc, « livre de nombreux renseignements sur la vie quotidienne, les activités professionnelles et les rapports sociaux élémentaires, comme les mésententes familiales ou les conflits de voisinages » au XIXe siècle5. Quelle est précisément cette prose ?

  • 6 Pour une consultation de ces fonds : Service Historique de la Défense – Département Gendarmerie, S (...)
  • 7 Jean-Noël Luc (dir.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie, guide de recherche, Paris, (...)
  • 8 Jean-Noël Luc (dir.), op. cit., p. 504.

6Le type de documents écrit est restreint : registres de correspondances courantes et confidentielles, registres de gardes à vue, carnets de transfèrements, carnets de déclaration et procès-verbaux constituent l’essentiel du corpus archivistique6. « Le carnet de déclaration, toujours dans la poche du gendarme, est un document préparatoire à l’élaboration du procès-verbal, sur lequel le gendarme note les allégations des témoins et les fait signer. Rentré à la brigade, il élabore le procès-verbal à partir des renseignements contenus dans son carnet. Ces documents peuvent être parfois plus riches en renseignements que le procès-verbal lui-même, écrit selon des normes strictes7. » Carnets de déclaration et procès-verbaux traduisent un quotidien fait de rondes, d’incidents, de manifestations et d’entretiens, couché sur papier. Comme l’indique leur nom, le carnet de transfèrement et le registre de garde à vue détaillent le déroulement de ces missions confiées à la gendarmerie. Les registres de correspondances courantes (R2) et confidentielles (R4) sont plus éclatés : pour les R2, « selon les niveaux hiérarchiques concernés, les dimensions et les informations utiles varient fortement. Les registres tenus au niveau de la brigade font la part belle aux rapports journaliers, à partir desquels il est parfois possible de mesurer le travail effectué. Ces documents informeront aussi avec profit l’histoire locale et l’histoire sociale. En effet, la gestion de la conscription conduit les gendarmes à dresser des rapports précis sur les individus et leurs familles. Au niveau de l’arrondissement, ces renseignements disparaissent, et l’on s’attardera plutôt sur la surveillance disciplinaire menée par l’officier. La correspondance échangée avec les instances civiles et judiciaires fournit également une idée des conflits ponctuels et des rivalités institutionnelles. Enfin, les registres de compagnie ou de légion offrent une vue beaucoup plus globale de l’institution. S’il est difficile, à cet échelon, d’observer le détail du service mené dans chaque brigade, les affaires les plus importantes y trouvent une place conséquente. De plus de nombreux rapports envoyés aux autorités centrales ou au préfet livrent des informations précieuses sur l’état d’esprit des gendarmes, les priorités du service, le casernement, etc. À chaque niveau correspond donc un ou plusieurs types d’information8 ». Un regard similaire doit être porté à l’égard des registres de correspondances confidentielles (R4). Ils sont d’un nombre restreint – la période de l’Occupation est généralement enregistrée sur un seul volume pour chaque département – car ce sont des documents destinés à une correspondance ayant un caractère confidentiel ou secret, sur le personnel officiers, la mobilisation, des réquisitions, centré sur la surveillance locale et l’espionnage et, surtout, traitant des sujets les plus épineux du moment ; donc la Résistance apparaît de manière diverse et variée au sein de ces archives de gendarmerie.

  • 9 Expression de Jacqueline Sainclivier in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Rési (...)

7Et la prose du gendarme livre de nombreux renseignements sur la vie quotidienne des campagnes sous l’Occupation et, partant, l’évolution de leur gestation au fur et à mesure d’une « ruralisation de la Résistance9 » – notamment à partir du printemps 1943. Par le biais des archives de gendarmerie, ce sont plusieurs visages de la Résistance rurale qui apparaissent :

  1. Sa typologie d’action (sabotages, menaces, enlèvements, attentats, assassinats, etc.).
  2. Sa stratégie d’action, avec justement le développement du phénomène des maquis.
  3. Ce qui met en évidence ses logiques spatiales (fonction d’une géographie originale) mais aussi ses logiques sociales ; autrement dit, le rôle fondamental de la population rurale dans l’histoire des maquis, et de la population française en général dans celle de la Résistance. Comment ne pas remarquer par exemple le véritable « mur du silence » qu’opposent aux gendarmes les villageois à compter de l’été 1943 dans la traque aux réfractaires du STO ?
  4. Ce qui met à son tour en exergue une certaine temporalité de la structuration de la Résistance : l’effervescence de l’été 1943, son recul à l’automne/hiver 1943-1944 puis son explosion à la fin de 1944. Par exemple, les attaques de brigades de gendarmerie qui augmentent au fil du printemps 1944 et la désertion des gendarmes en juin 1944 !
  5. Ce qui pose alors la question du rôle des gendarmes vis-à-vis de l’histoire de la Résistance. Spectateurs, vecteurs ou acteurs ?

8Question qui nous renvoie donc à notre problématique sur leurs archives. Au fond, les archives de gendarmerie nous renseignent toujours d’une manière ou d’une autre sur la Résistance ; à quelque échelon que ce soit. Premièrement, à travers les ordres et les discours de la hiérarchie à tous ses échelons inférieurs, l’historien peut mesurer l’ampleur de la répression imprimée par les chefs de gendarmerie, imprimée par l’État Français et aussi l’occupant dans la lutte contre la désobéissance, la dissidence et la Résistance. Deuxièmement, à travers l’évaluation de l’état d’esprit des gendarmes à l’échelle départementale – qui sont des rapports mensuels – l’historien peut sentir l’évolution de la confiance, la méfiance puis la peur qui s’installe ici ou là dans les rangs d’une institution ancrée au cœur du monde rural, de soldats de la loi menacés par la Résistance. On voit par ailleurs la phobie communiste évoluer chez les gendarmes. De l’archétype du suspect à surveiller, hérité de l’entre-deux-guerres, le communiste devient le criminel et terroriste à réprimer. Troisièmement, à travers les rapports sur l’état d’esprit des populations, aussi, l’historien peut ressentir combien le mythe de la Résistance – et des maquis – se construit en corollaire du mot lui-même… d’ailleurs « réfractaires », « groupes de réfractaires », « bandes armées », « camps terroristes », « résistants », « maquis » sont des mots dont l’usage différencié puis connecté – dans les archives de gendarmerie – apporte des éclairages à l’historien de la Résistance. Le terme de « maquis » étant d’ailleurs rarement employé avant l’été 1944.

  • 10 « Les archives de la Gendarmerie nationale sont encore aujourd’hui méconnues – pour ne pas dire ig (...)

9Au final, le gendarme-spectateur s’élève au rang d’auxiliaire de l’historien de la Résistance et ses archives sont des notes de bas de page à ne pas – à ne plus10 – ignorer dans l’histoire de la Résistance. D’une part sur le plan événementiel, elles permettent de croiser nombre de données avancées par d’autres archives. D’autre part, sur le plan des représentations, elles offrent une vue décalée – bien que tronquée aussi – sur le phénomène protéiforme qu’est la Résistance. Se pose alors la question du croisement de ces archives institutionnelles, en compléments de l’histoire de la Résistance.

Des compléments d’objets

  • 11 Pour exemple : Volume 24E99, compagnie départementale de Dordogne, 80 % des folios sont manuscrits (...)
  • 12 Expression transposée d’un propos de Denis Peschanski, « Pour une utilisation raisonnée des archiv (...)

10Difficile d’ignorer les centaines de volumes de sources à déballer, par département, pour la Seconde Guerre mondiale. Difficile d’ignorer le redondant ballet de la cinq-centaine de folios à tourner, pour chaque volume. Difficile d’ignorer ce foisonnement de feuillets numérotés, datés, signés, dactylographiés ou parfois manuscrits, invitant le contemporanéiste à l’abnégation de l’archiviste sinon au fatalisme du paléographe11. Difficile d’ignorer toutes ces lignes où se lisent ce que voient les gendarmes, ce qu’ils entendent, ce qu’ils font et ce qu’ils expriment. Malgré la vertigineuse matière à disposition, les archives de la gendarmerie ne suffisent pas à l’analyse sous l’Occupation. Parce que se cantonner à ces seules archives pose le « risque de voir surestimée la dimension (gendarmique) de par l’origine même des pièces12 ».

  • 13 Alain Fougeray, « Archives civiles et histoire militaire. Aperçu des sources », Revue Internationa (...)
  • 14 Formule empruntée à Arlette Farge, La vie fragile, Paris, Hachette, 1986, introduction.
  • 15 Carlo Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Seuil/Gallimard, 2003, p.  (...)

11Alain Fougeray stigmatise en 2001 dans la revue internationale d’histoire militaire qu’« il est un réflexe naturel au chercheur en histoire militaire, c’est celui de se diriger vers les seules archives militaires […]. La spécificité de ces archives, leur homogénéité et l’absolue certitude (nous soulignons) de la réponse qu’elles vont apporter aux questions posées par une recherche justifient ce choix premier et souvent unique13 ». Pour les mêmes présupposés, il est un réflexe naturel au chercheur en histoire de la gendarmerie, c’est celui de se diriger vers les archives de gendarmerie : ce sont des documents officiels, des décrets, des rapports, des notes, des registres, des dossiers, des sentences, des ordres de missions, des listes ; ils sont datés, signés, numérotés ; ils sont formatés, agencés selon une grille d’écriture logique et stricte qui ne tolère aucune latitude personnelle. Le langage est protocolaire. Les phrases sont concises. Parce qu’elles ne sont pas paroles libres et foisonnantes, parce qu’elles paraissent non maîtrisées par leur auteur si ce n’est dépossédées, sont-elles pour autant impersonnelles ? Sont-elles sans atmosphères, c’est-à-dire sèches, détachées, voire froides mais rationnelles et truffées de certitudes, faites de vérités sur des personnes, des lieux, des moments ? Sont-elles moins réfutables « parce qu’elles n’existent que parce qu’une pratique de pouvoir les a fait naître14 » ? Comment ne pas souscrire à la conception de Carlo Ginzburg selon laquelle « les sources ne sont ni des fenêtres ouvertes, comme le croient les positivistes, ni des murs qui obstruent la vue, comme le soutiennent les sceptiques : en fait, c’est à des vitres déformantes qu’il faut les comparer. L’analyse des distorsions spécifiques à chaque source implique déjà un élément constructif15 ».

12Donc, quelles peuvent être les propriétés de la vitre gendarmique ? D’instinct, n’inclinons-nous pas à hisser au-dessus de tout soupçon les archives de gendarmerie ? Au-delà de deux incertitudes majeures, la première liée à l’identité même de chaque auteur gendarme, la seconde née de toute contingence possible et imaginable, quel genre de suspicion pourrait bien peser sur les archives de gendarmerie ? Nous en voyons cinq.

  • 16 Tal Bruttmann, « Les rapports d’information des préfets à Vichy » cité sur l’adresse électronique (...)

13En premier lieu, il faut s’interroger sur la présence d’erreurs factuelles dans les archives. L’auteur sait-il indubitablement ce qu’il couche par écrit ? Ne peut-il y avoir des fautes, des contradictions ou des oublis ? Les rapports sur l’état d’esprit de l’effectif subordonné ou l’opinion des populations – qui sont signés de la main des commandants de section, de compagnie et de légion de gendarmerie – présentent ce problème de n’être parfois qu’une simple compilation de rapports subalternes. Toute erreur faite au bas de l’échelle peut ainsi se répercuter vers le haut. C’est une critique corollaire adressée, par exemple, aux préfets : ceux-ci synthétisent des rapports leur parvenant des sous-préfets, des Renseignements Généraux, de la police mais aussi du Contrôle technique, des Chantiers de Jeunesse, des directions des PTT ou des Ponts et Chaussées… L’usage de « l’emprunt » et du copier-coller ne mettent pas l’auteur à l’abri d’une erreur16. Cette incertitude est ambivalente à cerner. Elle est supposée plutôt que certifiée. Un oubli ou une faute ne peuvent être expliquées que par l’ampleur de leur grossièreté ou de leur inutilité dans le document, ce qui n’est pas évident à démontrer. Surtout, jusqu’où les erreurs apportent-elles à l’historien un faisceau d’explication sur la Résistance ou les résistants ?

  • 17 Michael Marrus, Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1981, p. 253, note de b (...)
  • 18 François Boulet, Les montagnes françaises 1940-1944 : des montagnes-refuges aux montagnes-maquis, (...)

14Ce qui pose, en second lieu, la question de la subjectivité du rédacteur de l’archive, l’avis, l’opinion, les sentiments, voire l’idéologie qui transpirent d’elle. Il faut à nouveau recouper des remarques énoncées sur les préfets sous l’Occupation. En 1981, Robert Owen Paxton et Michael Marrus considèrent que l’archive préfectorale sous Vichy est une « source sérieuse, si elle est utilisée avec toute la prudence requise17 ». Ce sont des synthèses mensuelles adressées au ministère de l’Intérieur à la fois sur la situation politique, économique et sociale du département et sur son opinion publique. Suivant une optique d’approche déjà évoquée par Pierre Laborie, François Boulet considère que la lecture des archives préfectorales impose pour l’Occupation la prise en compte de la part d’idéologie qui réside dans le statut même de la fonction, et partant, la flagornerie ou la mystification que l’auteur peut employer18. L’état d’esprit de l’auteur et de ses interlocuteurs a un rôle dominant dans l’écriture. Dans un ordre d’idées en tous points identiques, les considérations que portent les chefs d’unités de gendarmerie départementale (sections, compagnies, légions) ne sont pas dissociables des sentiments profonds de ces hommes. S’ils peuvent fausser le sens d’une réalité – mais pas des faits – ces sentiments nous offrent une vue des mentalités par le Haut de l’institution. Concernant les gendarmes du rang, l’usage brusque de locutions singulières voire de jugements personnels mal dissimulés dans certains rapports de correspondances ou PV, peuvent fournir des indices de moralité ou d’opinion sur un sujet comme la Résistance.

  • 19 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, réédition 1993, p (...)
  • 20 Albert Michel (lieutenant-colonel), Le portrait-parlé : guide de poche pour l’établissement du sig (...)

15En troisième lieu, il faut passer les rapports de gendarmerie au crible de la réflexion de Marc Bloch : « tout recueil de choses vues est en fait, pour une bonne moitié, des choses vues par autrui19 ». Pour une première moitié donc, quand le gendarme dresse PV ou tape son rapport, il écrit sur des faits et des personnes dont il a été le témoin direct. Sur les personnes, il transpose un langage descriptif très formel influencé, par exemple, par le système du “portrait parlé” : « le gendarme doit être à même de relever pratiquement, à la seule vue et sans aucun outillage, le signalement d’une personne, et de le noter au moyen de repères ayant une valeur recognitive suffisante. De plus, il doit être en état de lire et de comprendre les principales parties des signalements, telles qu’elles sont notées par des abréviations conventionnelles20 ».

  • 21 Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe (...)
  • 22 Dominique Kalifa, « L’histoire culturelle contre l’histoire sociale ? », in Laurent Martin, Sylvai (...)

16Comment le gendarme décrit-il les hommes du maquis par exemple ? Perçoit-on des évolutions sensibles ou radicales au fil des événements ? La retranscription faite par le gendarme est-elle vectrice ou indicatrice de la mystique visuelle des maquis ? De plus, en quoi l’usage de termes codifiés par la pratique bureaucratique, le fait même de devoir mettre différents mots formatés sur un phénomène comme les maquis, participe-t-il à la perception de sa réalité ? Ce qui nécessite de savoir si les termes à utiliser sont imposés par la hiérarchie ou si les gendarmes de terrain ne s’inspirent pas d’un phrasé populaire. Mais pour une autre moitié, il arrive aussi que le gendarme reporte des informations dont il n’est qu’un auditeur, un spectateur indirect. Dès lors, son archive se situe dans le registre de ce qui a été dit de ce qui a eu lieu et l’explication des faits résulte de la déformation opérée par l’enquête. Cette dernière est donc gouvernée par les altérations du témoignage, ses incertitudes, ses constructions, ses approximations voire ses erreurs, oublis ou mensonges21. Comme l’a souligné Dominique Kalifa, l’enquête policière et judiciaire – les officiers de gendarmerie en produisent – s’emploie à reconstruire les circonstances et modalités d’un fait ou d’un événement, ce qui induit un processus culturel de reconstruction même de ce fait ou de cet événement22. Toutes ces reconstructions révèlent des schémas de penser et des systèmes de représentations qu’il faut sonder.

  • 23 Jean-Pierre Azema, François Bedarida (dir.), La France des années noires, tome I & II, Paris, Seui (...)
  • 24 Grand dictionnaire Larousse, volume I, lettre A : « Allégation », p. 88.
  • 25 Jean-Marc Berlière, L’institution policière en France sous la IIIe République, 1875-1914, thèse d’ (...)
  • 26 Rapport de l’adjudant chef Quintard, commandant provisoirement l’arrondissement de gendarmerie de (...)
  • 27 Harry G. Frankfurt, On bullshit, Paris, rééditions Poches, 2005, p. 65.
  • 28 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, réédition 1993, p (...)
  • 29 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève. France, 1871-1890, Paris, La Haye-Mouton, 1974, p. 451.

17Évoquer les « années noires23 » de l’Occupation est parfois l’occasion de déployer des impressions sur une période où les instincts les plus bas – en corollaire des plus admirables – auraient forcément proliféré… S’il faut nuancer ce genre d’impressions, il nous semble déterminant, en quatrième lieu, de critiquer les allégations faites dans les archives de gendarmerie sous l’Occupation. Le terme allégation est connoté : il s’agit selon le Grand dictionnaire Larousse d’une « affirmation, assertion le plus souvent considérée comme mal-fondée ou mensongère24 ». De quels types de mensonges les gendarmes useraient-ils ? Jusqu’à quel point peuvent-ils mentir ? À qui ? Et pourquoi ? Étudiant la police sous la IIIe République, Jean-Marc Berlière s’interroge sans détour sur la véracité de ces archives policières sous la IIIe République : « Peut-on accorder réellement beaucoup de confiance à leurs propres rapports ; sont-ils toujours aussi bien renseignés qu’ils le prétendent ? N’ont-ils pas tendance à inventer, à “broder” pour suppléer au manque de faits précis, par crainte, par zèle, par intérêt25 ? » Sous l’Occupation, au sein de notre échantillon, la hiérarchie ne repère – et sanctionne – qu’un seul et unique rapport qualifié stricto sensu de mensonger : un gendarme prétend avoir participé à une mission de liaison à laquelle il n’a en réalité jamais pris part26. Les preuves sont rares, les présomptions courantes : le chercheur doit, lui, croiser les sources pour retrouver le mensonge. Il ne s’agit pas seulement de le détecter mais de comprendre ses logiques, les motifs qui l’ont inspiré, les structures mentales et les réalités physiques qui le justifient ; si possible en rapport avec les maquis. Parce que « personne ne peut mentir sans être persuadé de connaître la vérité27 » : mentir sur le maquis témoigne donc des perceptions et/ou connaissances sur celui-ci de la part de gendarmes. Et parce que, comme le murmure Marc Bloch, dans une note de bas de page de l’apologie pour l’histoire, le mensonge « exprime une mentalité28 ». Inversement à l’allégation, le silence n’est-il pas une autre forme de mensonge ? Dans un métier où il faut écrire, comment ne pas tout dire, voire ne rien dire ? Pourquoi cacher des informations ou les travestir ? Michelle Perrot se plaît à lire ce qu’écrit le gendarme car, dit-elle, contrairement aux autres policiers, dans ses archives, « il fait parler le suspect29 ». Est-ce toujours le cas sous l’Occupation ? Au final, que révèlent de telles pratiques ?

  • 30 Se rendre coupable de mauvaise foi ou d’intérêt.
  • 31 Dossier 2764, 1 A 210, SHD-DGN.

18Nous posons donc l’hypothèse de l’instrumentalisation de l’archive par ses propres auteurs en dernier lieu. Jusqu’à quel point sont-ils conscients de la valeur de leur témoignage, de leurs paroles, à travers ce qu’ils écrivent ? Qu’inspire dans l’usage des rapports le refus théorique de la « prévarication » (Décret du 20 mai 1903 – article 303)30 ? Les gendarmes usent-ils de leurs rapports bureaucratiques à des fins personnelles ? Pour protéger ou atteindre un proche, un collègue, un ennemi, voire une autre personne sous l’Occupation ? Pour se justifier après-guerre ? Une temporalité doit donc être établie : il y a d’un côté les archives écrites sous l’Occupation et, de l’autre, celles au sortir de l’Occupation qui possèdent nettement plus d’ambivalences et d’incertitudes car se basant sur des éléments rapportés. Ainsi, comment vérifier les dires de ce gendarme qui, aux lendemains de l’Occupation, « prétend avoir avisé deux Israélites qui devaient être arrêtés, d’en avoir laissé échapper un troisième, d’avoir fait cacher un patriote et procuré de fausses pièces d’identité à un officier espagnol et deux Alsaciens Lorrains31 » ? Il n’y a aucun témoin, aucun nom cité… Comment la hiérarchie instrumentalise-t-elle les archives de ses hommes ou d’autres formes d’archives pour réaliser des desseins d’une portée institutionnelle ? À quels moments de la période que nous étudions ? Avec quel usage pluriel du label « maquis » ? Et avec, justement, quelles relations par rapport aux archives écrites et orales – produites ou dont ils anticipent la production – émanant des maquis, de la Résistance donc de leurs témoins ?

19Il est prépondérant de recourir à la prise en compte de cinq types dominants d’incertitudes dans les archives de gendarmerie par rapport à la Résistance, c’est-à-dire par rapport à ce que les gendarmes écrivent – ou pas, justement – sur les maquis par exemple. Elles ne sont pas mesurables ou quantifiables mais elles soulèvent plusieurs questionnements. Quand les nomment-ils ? De quelles manières ? Brodent-ils les informations qu’ils possèdent sur les maquis ? Les inventent-ils ? Les minimisent-ils ? Transmettent-ils tout ce qu’ils savent sur eux ? Pour quelles raisons et dans quel but ? Nous le voyons, cela ne fait pas que dévoiler des logiques de la relation à l’histoire de la Résistance, c’est une forme même du rapport à la Résistance qui s’opère dans ces archives de gendarmerie.

Des sujets de l’histoire de la Résistance

  • 32 Jean Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Actes du Colloque de la Sorbonn (...)
  • 33 Jean-Noël Luc (dir.), op. cit., p. 9.
  • 34 Clive Emsley, « Les polices aux XIXe et XXe siècles », Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, no 1 (...)
  • 35 SHD-DGN : autrefois situé au Fort de Charenton, désormais au Château de Vincennes (Paris).
  • 36 Ou Corps : ce sont deux appellations de la gendarmerie. Si elles permettent notamment d’éviter les (...)
  • 37 Jean-Noël Luc, « L’Histoire de la gendarmerie : essor d’un nouveau chantier », Revue de la Gendarm (...)
  • 38 Deux ouvrages où transparaît une tentative d’objectivité : Marcellin Cazals, Journal de marche d’u (...)
  • 39 Jean-Noël Luc, « La gendarmerie et les gendarmes pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre l’État (...)
  • 40 Colette Couvreur, Pierre Descamps, Vie et mort du chef d’escadron Descamps, héros et martyr de la (...)
  • 41 Pierre Accoce, Les gendarmes dans la Résistance, Paris, Presses de la Cité, 2001 ; Claude Cazals, (...)

20Longtemps n’existait « aucune bibliographie, aucun instrument de travail, aucun interlocuteur32 » ; surtout, « aucune université, aucun centre de recherche, n’avait estimé que l’histoire des gendarmes méritait de faire l’objet d’un colloque33 ». Clive Emsley, chercheur anglo-saxon, défricheur d’une approche sociale des forces de l’ordre dans les années 1980, parlait alors de la gendarmerie comme de « la grande absente de l’historiographie34. » La gendarmerie était spectatrice plutôt qu’actrice de l’histoire. En 1995, parallèlement à la fondation du Service Historique de la Gendarmerie Nationale – désormais Service Historique de la Défense, Département de la Gendarmerie Nationale (SHD-DGN)35 –, sous l’impulsion du professeur Jean-Noël Luc, l’université Paris-IV La Sorbonne lance un programme de recherche sur toute l’histoire de la gendarmerie – et de manière corollaire sur ses archives36. Cette démarche combinée de gendarmes et d’universitaires, entre État et société, marque selon le point de vue « l’essor » ou « l’ouverture d’un nouveau chantier37 ». Mais le défaut d’accès aux archives de gendarmerie a entre-temps laissé le champ libre à une histoire interne, une ego-histoire, que l’on pourrait décrire comme étant une histoire sur les gendarmes par les gendarmes, mais qui correspond plutôt à une histoire autoproclamée, une mémoire savante où les vues dépassionnées sont rares38. Face « au discours plutôt accusateur de la littérature, du cinéma et des médias39 », dessinant la figure du gendarme collaborateur aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, cette ego-histoire se fit non seulement un honneur de présenter l’archétype inverse du gendarme résistant40 ou désobéissant mais elle accola tous azimut le nom de gendarmerie et le terme de Résistance41.

21La gendarmerie résiste-t-elle sous l’Occupation ? Les gendarmes résistent-ils ? Et les archives de gendarmerie sont-elles des archives de la Résistance ?

  • 42 Pierre Accoce, Les gendarmes dans la Résistance, Paris, Presses de la Cité, 2001 ; Jean-Pierre Din (...)

22Une première réponse consiste à user de la négative. Car d’un côté, à l’échelle de la gendarmerie, il n’existe nulle organisation d’opposition clandestine en interne. Du moins, elles sont minimes, temporaires ou évanescentes. Il y a le commandant Jean Vérines et l’officier Maurice Duclos qui font parler de leurs activités à Paris et en Indre-et-Loire, avec le réseau “Saint-Jacques”, toile vite tissée mais décapitée fin 1941. Il y a le commandant Maurice Guillaudot qui incarne encore aujourd’hui le profil-type du gendarme résistant. Juin 1941 : il refuse de charger la foule rennaise venue fleurir la tombe des victimes de bombardements ; muté dans le Morbihan. 1942 : il contrecarre les ordres du régime de Vichy en organisant et couvrant ses subordonnés. Avril 1943 : il devient « Yodi » (agent P2) dans le réseau Cookle. Juin 1943 : il transmet à Londres de vastes renseignements sur le dispositif allemand dans le Morbihan. Arrêté en décembre 1943, torturé puis déporté à Neuengamme, il rentre en mai 1945 en France. Il est fait Compagnon de la Libération. Voilà pour les plus célèbres. Mais ils sont des centaines d’anonymes agissant en « dissidents ». Et des milliers à ne pas toujours obéir durant quatre années d’Occupation… Il y a enfin le passage de nombreux gendarmes dans les rangs des maquis à l’été 1944 ; parfois même de manière institutionnalisée. Pourtant, il nous paraît prudent de dire qu’il n’y pas de gendarmerie dans la Résistance. Parce que tout engagement dans la Résistance implique d’un autre côté le basculement dans une organisation dite « terroriste », le passage à une vie collective souterraine, l’action illégale et frontale, l’abandon de l’uniforme et, partant, la fin de l’être gendarme en tant que tel. Il n’y a pas tant de gendarmes dans la Résistance ; contrairement à la formule consacrée d’une certaine historiographie42. À la rigueur, il se pourra que le passé professionnel (du gendarme) resurgisse après son passage à la Résistance – mais il ne sera alors plus gendarme et il n’y aura d’ailleurs pas d’archive de gendarme dans la Résistance.

  • 43 Bernard Mouraz (dir.), Gendarmes résistants, du refus aux combats de la Libération (1940-1945), Vi (...)
  • 44 Claude Cazals, La gendarmerie sous l’occupation, Paris, Éditions La Musse, 1994, p. 237.
  • 45 Claude Cazals, La gendarmerie et la « Libération », Paris, Éditions La Musse, 2001, p. 167.
  • 46 François Boulet, « Résistance passive et gestes d’entraide du gendarme au juif et au réfractaire d (...)
  • 47 Benoît Haberbusch in Pascal Brouillet, De la maréchaussée à la gendarmerie. Histoire et patrimoine(...)

23Une seconde réponse est, a contrario, affirmative. Des gendarmes sont résistants. À n’en pas douter, leurs actes visent à ébranler si ce n’est abattre l’occupant, le régime de Vichy et les individus perçus – à tort ou à raison – comme « collaborateurs43 ». Pionnier sur le sujet, Claude Cazals, a défini deux concepts propres aux gendarmes sous l’Occupation en l’espace de deux ouvrages. S’inspirant des analyses de Pierre Laborie, il conclut d’abord à des « faits de résistance dans la gendarmerie » durant l’Occupation44 ; il choisit ensuite d’orienter ses conclusions vers la notion – plus discutable – d’« actions patriotiques des gendarmes en marge de la Résistance45 ». Plutôt qu’observer en marge de la Résistance, d’autres spécialistes examinent une résistance marginale : Benoît Haberbusch et François Boulet usent du principe de « résistance passive » au sein de l’institution sous l’Occupation. Le second l’exprime sur la question juive et réfractaire et la nuance même par une idée d’action, le « geste d’entraide » ou de sauvetage que le gendarme peut faire à l’égard d’une personne. Le premier l’évoque d’un bloc sur l’ensemble de la période d’Occupation46. Le même auteur, mais dans un autre ouvrage, fait la synthèse de ces points de vue en recensant trois niveaux de « résistance » dans la gendarmerie “occupée” : « active », « passive » et il ajoute alors le « passage dans le maquis47 » ; sans s’interroger sur ses logiques, ses chronologies et ses espaces… sa troisième définition mérite donc d’être mise en perspective.

  • 48 Jonas Campion, Le rétablissement de la légalité policière après la Seconde Guerre mondiale : les g (...)

24La complexe relation entre gendarmerie et Résistance se tisse à l’aune de ses propres archives. À notre sens, l’historiographie de la gendarmerie s’est focalisée à outrance sur son objet, à savoir, soit vouloir octroyer à l’institution et ses hommes une singularité d’action résistante, soit appliquer une typologie plurielle d’actions résistantes… deux logiques tributaires d’une seule et même lecture des archives de gendarmerie ; une lecture monale. Or, sur la période de l’Occupation, leur lecture doit impérativement être duale, fonction d’une temporalité dédoublée48. Il y a d’une part les archives produites sous l’Occupation, entre l’armistice et la Libération, et d’autre part les archives produites aux lendemains de l’Occupation, les jours, les mois et les années d’après. Si justement les premières sont trompeuses dans l’analyse du concept de collaboration des gendarmes, les secondes le sont tout autant sur le concept de résistance.

*

  • 49 Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mond (...)
  • 50 Emmanuel Chevet, Gendarmerie et maquis sous l’Occupation (1943-1944), doctorat d’histoire contempo (...)

25Les secondes n’existent que parce qu’une pratique d’après-guerre les a fait naître. Les « services rendus à la cause de la libération » et autres rapports sur les « actions en faveur de la Résistance » datés des mois de novembre-décembre 1944 sont littéralement biaisés. Ce qui ne signifie pas qu’ils sont faussés. Ces archives ne révèlent pas tant l’authentique degré d’action de résistance de l’institution et de ses hommes sous l’Occupation mais, bien plus, le degré de représentation déformée de la Résistance – en majuscule – à laquelle elle et ils s’évertuent coûte que coûte de se rattacher à la sortie de l’Occupation. L’écriture de l’histoire de la gendarmerie ne collaborant pas sous l’Occupation s’étant toujours très vastement appuyée sur ces archives des lendemains plutôt que sur celles du temps de l’Occupation elle-même ne pouvait donc qu’en conclure – archives en main – qu’il y avait eu une « résistance » de la part de certains gendarmes… Les archives de l’Occupation n’étant là que pour un renvoi : l’opposition préfectorale entre 1940-1944 ? résistance ; les « recherches infructueuses » ? résistance ; les contredanses négligées ? résistance ; l’écoute de la BBC non sanctionnée ? etc. C’est pourtant en prenant du recul sur ces archives de gendarmerie des lendemains de l’Occupation que la lecture des archives produites entre l’armistice et la libération, renferme d’irremplaçables indices, traces et expressions sur de possibles gestes de résistance de certains gendarmes replacés dans leur propre contexte d’intentions. Et c’est pourquoi, au cœur d’un renouvellement des problématiques sur la gendarmerie occupée49, il nous a semblé déterminant de ré-interroger, en les croisant constamment à d’autres, les archives de gendarmerie de l’Occupation dans le cadre de notre doctorat50.

Notes

1 Jean-Marc Berlière, « Archives “interdites”, archives “spéciales” » in Jonas Campion (ed.), Justice & Society, no 1, Les archives de police en Belgique, Bruxelles, 2009, p. 127. L’historien Jean-Marc Berlière est aujourd’hui la figure incontestée et incontestable de l’histoire de la police française, notamment sur la période de la Seconde Guerre mondiale. Ce qui l’a amené à se pencher parallèlement sur le sujet de la Résistance française. Son approche hypercritique des sources – écrites comme orales – issues de la Résistance, aux côtés de chercheurs tels qu’Olivier Wieviorka ou Franck Liaigre, a le mérite d’ouvrir un débat plus vaste au sein de la communauté universitaire sur la manière d’écrire l’histoire de la Résistance.

2 Julian Jackson, La France sous l’Occupation, 1940-1944, Paris, Flammarion, 2004, p. 25.

3 Bulletin Présidence du Conseil du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 92, novembre 1960, dossier 6, ARC 075, IHTP.

4 Sixième décret du 10 septembre 1935 – Article 3.

5 Jean Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Actes du Colloque de la Sorbonne, 10-11 mars 2000, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 14.

6 Pour une consultation de ces fonds : Service Historique de la Défense – Département Gendarmerie, Série E.

7 Jean-Noël Luc (dir.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie, guide de recherche, Paris, SHGN, 2005, p. 502.

8 Jean-Noël Luc (dir.), op. cit., p. 504.

9 Expression de Jacqueline Sainclivier in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 74.

10 « Les archives de la Gendarmerie nationale sont encore aujourd’hui méconnues – pour ne pas dire ignorées – des chercheurs » selon Laurent Veyssière, Répertoire numérique détaillé de la sous-série 1A, Direction de la Gendarmerie Nationale : Seconde Guerre mondiale, 2001, p. 7, avant-propos.

11 Pour exemple : Volume 24E99, compagnie départementale de Dordogne, 80 % des folios sont manuscrits, à l’écriture légère et mal décalquée, ce qui rend sa consultation aux limites de l’illisible.

12 Expression transposée d’un propos de Denis Peschanski, « Pour une utilisation raisonnée des archives », in Serge Wolikow (dir.), Une histoire en révolution ? Du bon usage des archives, de Moscou et d’ailleurs, Dijon, EUD, 1996, p. 123.

13 Alain Fougeray, « Archives civiles et histoire militaire. Aperçu des sources », Revue Internationale d’Histoire Militaire, no 81, 2001, p. 11. À la décharge d’Alain Fougeray, notons qu’il propose de dépasser la seule vue de ces archives militaires et de les croiser à d’autres…

14 Formule empruntée à Arlette Farge, La vie fragile, Paris, Hachette, 1986, introduction.

15 Carlo Ginzburg, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Seuil/Gallimard, 2003, p. 34.

16 Tal Bruttmann, « Les rapports d’information des préfets à Vichy » cité sur l’adresse électronique [www.ihtp.cnrs.fr/préfets/rap_inform_bruttmann.html].

17 Michael Marrus, Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1981, p. 253, note de bas de page.

18 François Boulet, Les montagnes françaises 1940-1944 : des montagnes-refuges aux montagnes-maquis, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999, p. 37.

19 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, réédition 1993, p. 101.

20 Albert Michel (lieutenant-colonel), Le portrait-parlé : guide de poche pour l’établissement du signalement descriptif, Paris, Charles-Lavauzelle, 1920.

21 Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle : acteurs, imaginaires, pratiques, Grâne, Créaphis, 2007.

22 Dominique Kalifa, « L’histoire culturelle contre l’histoire sociale ? », in Laurent Martin, Sylvain Venayre (dir.), L’histoire culturelle du contemporain, Malesherbes, Nouveau monde éditions, 2005, p. 75-84.

23 Jean-Pierre Azema, François Bedarida (dir.), La France des années noires, tome I & II, Paris, Seuil, 2000.

24 Grand dictionnaire Larousse, volume I, lettre A : « Allégation », p. 88.

25 Jean-Marc Berlière, L’institution policière en France sous la IIIe République, 1875-1914, thèse d’État sous la dir. Pierre Lévêque, Université de Lille, 1991, p. 95. Jean-Marc Berlière est le spécialiste incontesté de l’histoire de la police en France.

26 Rapport de l’adjudant chef Quintard, commandant provisoirement l’arrondissement de gendarmerie de Provins (Seine-et-Marne), no 3/4, 27 janvier 1944, 77E103, SHD-DGN.

27 Harry G. Frankfurt, On bullshit, Paris, rééditions Poches, 2005, p. 65.

28 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, réédition 1993, p. 96, note de bas de page « F ».

29 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève. France, 1871-1890, Paris, La Haye-Mouton, 1974, p. 451.

30 Se rendre coupable de mauvaise foi ou d’intérêt.

31 Dossier 2764, 1 A 210, SHD-DGN.

32 Jean Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Actes du Colloque de la Sorbonne, 10-11 mars 2000, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 21.

33 Jean-Noël Luc (dir.), op. cit., p. 9.

34 Clive Emsley, « Les polices aux XIXe et XXe siècles », Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, no 17, 1994.

35 SHD-DGN : autrefois situé au Fort de Charenton, désormais au Château de Vincennes (Paris).

36 Ou Corps : ce sont deux appellations de la gendarmerie. Si elles permettent notamment d’éviter les répétitions, l’usage du terme d’Arme reste néanmoins discuté par François Dieu, Gendarmerie et modernité, Paris, Montchrestien, 1993.

37 Jean-Noël Luc, « L’Histoire de la gendarmerie : essor d’un nouveau chantier », Revue de la Gendarmerie Nationale, hors série histoire no 2, 2000, La Gendarmerie de la Révolution à l’entre-deux-guerres, p. 9, Jean-Noël Luc, « L’ouverture d’un nouveau chantier », Cahiers du CEHD, no 35, 2008, La représentation du héros dans la culture de la gendarmerie, XIXe -XXe siècles, p. 5-14.

38 Deux ouvrages où transparaît une tentative d’objectivité : Marcellin Cazals, Journal de marche d’un gendarme, édité par l’auteur, 1995 ; Louis Larrieu (Général), Le drame de la gendarmerie sous l’Occupation allemande, Toulouse, Privat, 1952.

39 Jean-Noël Luc, « La gendarmerie et les gendarmes pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre l’État et la Nation », Journée d’études, SNHPG – Paris IV La Sorbonne, 26 octobre 2006, Actes publiés dans Force Publique, no 2, février 2007, p. 19.

40 Colette Couvreur, Pierre Descamps, Vie et mort du chef d’escadron Descamps, héros et martyr de la Résistance française, Toulouse, Privat, 1968 ; Patrick de Gmeline, Le lieutenant-colonel Jean Vérines, gendarme, garde républicain, soldat de l’ombre, d’après le témoignage, les documents et les archives du colonel (c. r.) Guy Vérines, Paris, Charles-Lavauzelle, 1985 ; Henri Longuechaud, Conformément à l’ordre de nos chefs, Paris, Plon, 1985 et Charles Gilbert, Soldats bleus dans l’ombre, Les Sables-d’Olonne, Le Cercle d’or, 1997 ; Jean-Paul Lefebvre-filleau, Gendarmes FFI de l’Îlede-France, chronique d’une libération, Luneray, Bertout, 1994 ; Adrien Maurice Sanvoisin (général), Contribution à l’étude de la Résistance dans le département de la Loire, les gendarmes du groupe France de l’armée secrète de la Loire, s. l., Chez l’auteur, 1984.

41 Pierre Accoce, Les gendarmes dans la Résistance, Paris, Presses de la Cité, 2001 ; Claude Cazals, « Gendarmerie et résistance », Revue de la Gendarmerie Nationale, hors série no 3, 3e trimestre 2002, p. 76-78 ; Jean-Pierre Dintilhac, « Les gendarmes dans la Résistance », RHA, no 2, 1993 ; Éric Alary, « Les gendarmes dans la Résistance » in L’histoire de la gendarmerie. De la Renaissance au troisième millénaire, Paris, Calmann-Lévy, 2000, p. 163-172 ; Bernard Mouraz (dir.), Gendarmes résistants, du refus aux combats de la Libération (1940-1945), Vincennes, SHD, 2006.

42 Pierre Accoce, Les gendarmes dans la Résistance, Paris, Presses de la Cité, 2001 ; Jean-Pierre Dintilhac, « Les gendarmes dans la Résistance », RHA, no 2, 1993. À considérer avec moins d’ambivalences et beaucoup plus d’impartialité : Eric Alary, « Les gendarmes dans la Résistance », in L’histoire de la gendarmerie. De la Renaissance au troisième millénaire, Paris, Calmann-Lévy, 2000, p. 163-172.

43 Bernard Mouraz (dir.), Gendarmes résistants, du refus aux combats de la Libération (1940-1945), Vincennes, SHD, 2006 ; Eric Alary, L’histoire de la gendarmerie. De la Renaissance au troisième millénaire, Paris, Calmann-Lévy, 2000, p. 164-166.

44 Claude Cazals, La gendarmerie sous l’occupation, Paris, Éditions La Musse, 1994, p. 237.

45 Claude Cazals, La gendarmerie et la « Libération », Paris, Éditions La Musse, 2001, p. 167.

46 François Boulet, « Résistance passive et gestes d’entraide du gendarme au juif et au réfractaire du service du travail obligatoire », in Jean-Noël Luc, La gendarmerie et les gendarmes pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre l’État et la Nation, Journée d’études, SNHPG – Paris IV La Sorbonne, 26 octobre 2006, Actes publiés dans Force Publique, no 2, février 2007, p. 107-122 ; Benoît Haberbusch, La gendarmerie des Deux-Sèvres entre 1939 et 1945, maîtrise d’histoire sous la direction de Paul Lévy, université de Poitiers, 1997, p. 97.

47 Benoît Haberbusch in Pascal Brouillet, De la maréchaussée à la gendarmerie. Histoire et patrimoine, Maisons-Alfort, SHGN, 2004, p. 125-126.

48 Jonas Campion, Le rétablissement de la légalité policière après la Seconde Guerre mondiale : les gendarmeries belge, française et la Koninklijke marechaussee néerlandaise, Thèse de doctorat en histoire, UCL/Paris IV Sorbonne, sous la dir. de Xavier Rousseaux et Jean-Noël Luc, 2009, 588 p. Publiée sous le titre : Les Gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille Éditeur, 2012, 346 pages.

49 Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille, 2012, 346 p. ; Jean-Noël Luc, « La gendarmerie et les gendarmes pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre l’État et la Nation », Journée d’études, SNHPG/Paris IV-La Sorbonne, 26 octobre 2006, Actes publiés dans Force Publique, no 2, février 2007.

50 Emmanuel Chevet, Gendarmerie et maquis sous l’Occupation (1943-1944), doctorat d’histoire contemporaine sous la direction du Pr Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2011.

Auteur

Docteur en histoire de l’université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540