Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Les documents à la source : fonctions, langages et représentations

Les « vichysto-résistants » : invention des sources

Johanna Barasz

Texte intégral

1Il faut, pour évoquer la question des sources, revenir à la définition que j’ai donnée des vichysto-résistants : des femmes et des hommes qui, engagés dans la résistance active, ont été des soutiens effectifs de l’État français, approuvant, au-delà de la personne du maréchal Pétain, le régime, son idéologie ainsi que les politiques mises en œuvre, et dont l’expérience vichyste a marqué, d’un point de vue idéologique, organisationnel, stratégique et/ou relationnel, les formes de leur résistance.

2Cette définition ne permet ni de dresser une liste exhaustive d’organisations et d’individus vichysto-résistants ni de rendre compte de l’ensemble des contacts entre Vichy et la Résistance. Ce n’était pas son objectif. Il s’agissait de me doter d’un outil qui permette de constituer un corpus, d’identifier et de sélectionner des sources afin d’analyser et de rendre intelligibles les parcours de résistants dont la spécificité tient aux rapports qu’ils ont entretenus avec le régime de Vichy.

De l’idéal-type aux sources (ou l’inverse)

3Trop ou pas assez : l’historien est rarement satisfait de la quantité de sources dont il dispose. Il arrive bien sûr qu’un sujet corresponde à un gisement d’archives, voire que la découverte ou l’ouverture de celui-ci commande le choix de l’objet d’étude. Aucun inventaire de fonds archivistiques ne fait en revanche directement apparaître les vichysto-résistants. La catégorie telle que je l’ai construite ne correspond à aucun ensemble de groupes ou d’individus prédéfinis : il n’y a donc ni fonds d’archives constitué et immédiatement accessible correspondant à l’objet, ni sources, ni bibliographie désignées de manière incontestable comme point de départ de la recherche.

4Dès lors, par quoi commencer ? Les vichysto-résistants se situent par définition à la charnière de Vichy et de la Résistance et leur étude rend nécessaire le recours aux sources afférentes à ces deux univers. Le champ était donc extrêmement vaste et a nécessité des choix. Ces choix n’ont pas été immédiats, car la sélection des sources dépendait de l’élaboration d’un corpus, et celui-ci découlait – devait découler – de la définition. Or, si la nécessité de me doter d’une définition s’est imposée d’emblée, son élaboration a été longue et progressive. Surtout, elle a été concomitante des recherches elles-mêmes et résulte largement de la nécessité de trier parmi les découvertes empiriques que j’ai faites dans des fonds épars.

  • 1 De grands espoirs sont ainsi parfois déçus. Les fonds de l’état-major du général Giraud à Alger pa (...)

5Les bornes chronologiques (1943, 1944, l’après-guerre), la géographie (Zone Sud, Zone Nord, Afrique du Nord), le périmètre même n’étaient pas des données préalables. Je ne disposais pas, en m’immergeant dans les premiers fonds d’archives, d’une vision claire de ce que j’y cherchais – et de ce que je n’y cherchais pas. Les tâtonnements et les culs-de-sac étaient inévitables1.

Vichy ou la Résistance ?

6La première décision à prendre concernait la manière « d’entrer » dans le sujet. Fallait-il partir de Vichy, comme les itinéraires des vichysto-résistants y incitaient, ou de la Résistance ? Partir de la Résistance comportait un biais important. En appréhendant les parcours à leur « aboutissement », je présupposais la forme de cet aboutissement et risquais de passer à côté d’itinéraires plus marginaux. Concrètement, cette démarche pouvait conduire à surreprésenter la part de la résistance organisée, en particulier celle de la résistance giraudiste, dans les itinéraires vichysto-résistants et à trop insister sur des résistants déjà assez connus, plus facilement repérables dans les sources (le général Cochet, le colonel Groussard, Marie-Madeleine Fourcade par exemple). Néanmoins, la solution alternative – examiner l’ensemble des milieux vichyssois (appareil d’État, milieux gouvernementaux, organismes et associations, soutiens) pour y rechercher des (futurs) résistants – n’était pas envisageable, pour des raisons évidentes de masse et d’absence de cohérence.

  • 2 Les règles de l’art commanderaient de commencer par la bibliographie, avant de se jeter tête baiss (...)

7Il était acquis, depuis le début, que je travaillais sur des résistants. C’est donc dans les archives et la bibliographie2 de la Résistance que s’est effectué l’essentiel du recensement.

  • 3 L’ouvrage d’Henri Noguères, Marcel Degliame et Jean-Louis Vigier m’a fourni, comme il se doit, une (...)
  • 4 Dans le désordre chronologique et sans préjuger à ce stade de la catégorisation de leurs itinérair (...)

8Quelques noms, quelques organisations, glanés dans les ouvrages généraux sur la Résistance3, les cas évoqués par Laurent Douzou et Denis Peschanski4 ont servi de point d’appui à un premier dépouillement au cours duquel j’ai longuement tâtonné à l’aveuglette. Cette démarche a fait émerger un certain nombre de figures marquantes qui me paraissaient soit relever de l’idée de plus en plus précise que j’avais de ce qu’était un vichysto-résistant, soit devoir y être confrontées. Pour les premières années de l’occupation, le général de La Laurencie, le colonel Groussard, le commandant Loustaunau-Lacau et le noyau initial d’Alliance, le général Cochet et ses appels à la résistance sous l’égide du Maréchal, semblaient, parmi d’autres, s’imposer. Il était également indispensable de se pencher sur les services de renseignement de Vichy, officiels ou camouflés comme les services du colonel Paillole, ainsi que les militaires qui, autour de l’Étatmajor de l’armée de l’armistice, organisèrent en Zone nord les Groupes d’Autodéfense (GAD) ou couvrirent les activités officieuses du colonel Mollard et de son service de Camouflage du Matériel ainsi que celles du contrôleur général Carmille dont les statistiques devaient permettre la préparation d’une Mobilisation Secrète. Vinrent plus tard Dunoyer de Segonzac et son équipe d’Uriage, les Prisonniers de Guerre dont François Mitterrand prit la tête, et bien sûr l’Organisation de Résistance de l’Armée (ORA). Cette deuxième génération de vichysto-résistants fut, dans sa large majorité, giraudiste ou côtoya la résistance se réclamant du général Giraud. Par conséquent, cette dernière devait être étudiée dans le détail. La liste n’est pas exhaustive : j’ai procédé de proche en proche pour l’étendre. Dès cette étape, s’est évidemment posée la question des cas limites, dont l’un des plus emblématiques est celui d’Henri Frenay. Il m’a semblé indispensable de les intégrer pour les traiter sans a priori.

Zone nord ou Zone sud ?

  • 5 L. Douzou et D. Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », op. cit.
  • 6 Claire Andrieu, « Ceux de la Libération », in François Marcot (dir.), Dictionnaire Historique de l (...)
  • 7 Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la résistance : défense de la France, 1940-1949, Seuil, 19 (...)
  • 8 C. Andrieu, « Ceux de la Libération », op. cit.
  • 9 O. Wieviorka, Défense de la France, op. cit., p. 157.
  • 10 J. Blanc, Du côté du Musée de l’homme, op. cit.
  • 11 Arthur Calmette, L’« O.C.M. » : Organisation civile et militaire ; histoire d’un mouvement de rési (...)
  • 12 Cf. sur cette question, Marcel Aboulker, Alger et ses complots, Les Documents nuit et jour, 1945 ; (...)

9La quantité d’informations disponibles nécessitait en outre de circonscrire le cadre géographique de la recherche. Je décidais de restreindre, pour la période 1940-1942, le champ de mes investigations à la Zone sud. Non que les vichysto-résistants furent inexistants en Zone occupée. La sympathie pour Vichy, en tout état de cause, n’y fut pas marginale dans les rangs résistants. En témoignent par exemple les « plaidoyers pétainistes » de Jean Arthuys, co-fondateur de l’EFOR (Équipe française d’organisation du redressement), puis de l’Organisation Civile et Militaire5 ; les liens entretenus par le mouvement Ceux de la Libération (CDLL) avec les services de renseignement de Vichy, et la défense, par le même mouvement, d’un « ordre nouveau » corporatiste, xénophobe et antisémite6 ; la confiance du chef de Défense de la France, Philippe Viannay, dans le maréchal Pétain, etc. Il semble cependant que la question de Vichy fut moins structurante en Zone occupée, en présence des forces d’occupation allemandes, qu’elle ne le fut là où Vichy étendait sa souveraineté. Défense de la France put, sans difficulté majeure, abriter dès l’origine des militants radicalement antivichystes sous la férule d’un responsable qui ne cachait pas ses opinions pétainistes, parce qu’au Nord, Vichy était un « problème secondaire7 ». De même, Claire Andrieu souligne que malgré la proximité idéologique de CDLL avec le projet du régime, le mouvement ignore Vichy8. « Une différence majeure oppose ainsi les sudistes aux nordistes », écrit Olivier Wieviorka. « Au Sud, la Résistance intègre Vichy à sa réflexion, et le combat se construit, positivement ou négativement, sur cette réalité. Au nord en revanche, la présence allemande minore cette donnée9. » Quelle que soit l’idéologie des résistants de Zone nord, il n’est pas certain que la question de Vichy détermine leurs choix stratégiques, ni influence leur action. La comparaison aurait certes été intéressante mais les débuts de la Résistance en Zone occupée étaient, jusqu’aux travaux de Julien Blanc, trop peu connus10. À l’exception du travail d’Olivier Wieviorka sur Défense de la France, la bibliographie était ancienne et lacunaire11. Les bases manquaient donc pour asseoir une étude des vichysto-résistants dans cette zone où les liens avec Vichy furent par essence radicalement différents de ceux de la Zone sud et la chronologie des métamorphoses, nécessairement décalée. Pour des raisons semblables, je n’ai pas traité en tant que telle de la résistance en Afrique du nord, où Vichy est à la fois très présent et très distant12.

Quels fonds ?

  • 13 La sous-série AN 72AJ, « hétérogène et empirique », se compose de quatre parties essentielles : de (...)
  • 14 605 liasses de documents, qui ne constituent qu’une partie des archives du BCRA, une partie ayant (...)
  • 15 Ibid ; J. Blanc, Du côté du Musée de l’homme, op. cit, p. 31 ; L. Douzou, La Résistance, une histo (...)
  • 16 L’ordre d’ouverture de ces cartons m’a généralement été dicté par la bibliographie, et, pour le BC (...)
  • 17 À l’exception, notable, du général Cochet.

10Dans l’ensemble, les fonds que j’ai consultés sont bien connus. Comme tous les historiens de la Résistance, j’ai eu recours aux deux imposantes sous-séries des Archives nationales : 72 AJ (archives du comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, fonds privés et documents divers, relatifs à la période 1939-194513) et 3 AG 2 (archives du Bureau central de renseignement et d’action, « administration, dont l’objet était de s’assurer une connaissance aussi précise que possible de la vie clandestine en France », ouvert sans dérogation depuis 199814). L’incroyable richesse comme les limites de ces fonds ont été amplement commentés dans des ouvrages récents15. Comme les autres, j’ai souvent cru succomber sous la masse d’information, tout en m’interrogeant sur le statut à accorder à une parole recueillie après coup (72 AJ) ou, lorsqu’elle était contemporaine, émanant très rarement des acteurs que j’étudiais. C’est l’une des raisons qui m’ont conduit à la fois à abandonner tout fantasme d’exhaustivité, et à travailler davantage sur les discours produits par les vichysto-résistants, et autour d’eux, que sur leurs activités. Avec la volonté toutefois d’éviter de donner une présentation désincarnée de ces discours et de tenter de rendre compte des conditions concrètes de leur énonciation. Carton après carton16, j’en ai trouvé de nombreuses traces, moins souvent dans des documents de propagande (presse, tracts, manifestes, déclarations) que les vichysto-résistants ont finalement peu produits17, que dans les textes internes des organisations (ordres, directives, rapports, débriefings) et ceux destinés à Londres, Alger ou aux Alliés, qui se sont révélés plus instructifs.

  • 18 Pour les organisations de Jeunesse de l’État Français, dont le traitement dans notre perspective é (...)

11Les sources de la Résistance n’étaient cependant pas suffisantes. Se priver des sources produites par les organismes de Vichy aurait conduit à éluder la question du milieu d’origine, de « l’habitus » des vichysto-résistants, ainsi que celle de la transformation (ou de la non transformation) d’activités antiallemandes semi-clandestines en résistance réelle. Sur ces sujets, je décidais de m’en remettre largement à la bibliographie18. Fréquemment, celle-ci s’est révélée lacunaire ou inexploitable, non parce qu’elle était médiocre ou peu scientifique, mais parce que les problématiques des auteurs n’étaient pas les miennes, que le regard qu’ils avaient posé sur leurs sources n’était pas le mien et ne répondait pas à mes interrogations. La tentation était grande d’aller y voir par moi-même. La plupart du temps, j’y ai renoncé. Bien que cela soit extrêmement frustrant, il n’est pas possible dans le cadre d’une thèse d’explorer toutes les pistes, de combler tous les manques que sa propre recherche fait apparaître. Il faut sans doute accepter de refermer certaines des portes que l’on a entrouvertes.

  • 19 Séries SHD 1K et 3K du SHD.
  • 20 Respectivement SHD 1K 235; SHD 1K 331; SHD 1K 298.
  • 21 Nous avons constitué une base de données qui contient les noms, prénoms, grade, fonction dans la r (...)
  • 22 Paul Paillole a laissé des instructions très précises et très variées sur l’accessibilité des diff (...)
  • 23 SHD 13Yd et 14Yd.
  • 24 Notée « base des officiers généraux » dans les références. Cette base comprend les entrées suivant (...)

12Je me suis donc concentrée sur un terrain d’observation privilégié : l’armée, qui est, pour des raisons à la fois fonctionnelles et idéologiques, un des principaux viviers de vichysto-résistants. La très petite salle de lecture des archives privées et orales du SHD19 s’est accommodée de ma présence pendant de longs mois. Parmi d’autres, les archives des généraux Frère, Pfister et Revers20, en raison des informations qu’elles contiennent sur la résistance de l’armée, celles du général Ely pour ses indications précieuses sur les officiers d’active membres de l’ORA réunies après la libération dans le but d’assurer leur homologation FFI (plus de mille noms21), le très riche fonds de Paul Paillole22, méritent une mention particulière. Au SHD également, outre les dossiers individuels du Bureau résistance et la documentation réunie par ce même bureau, conservée sous la cote 13 P, j’ai pu consulter les dossiers de carrière23 de près de quatre-vingt généraux de l’ORA ou d’autres organisations vichysto-résistantes. Ceux-ci m’ont permis, si ce n’est de réaliser une étude prosopographique dans les règles de l’art, de suivre leur parcours avant, pendant et après la guerre et, grâce à leurs notes et au rythme d’avancée de leur carrière – dont il m’a fallu apprivoiser la logique et les règles –, de me faire une idée de la manière dont ils étaient perçus par leurs pairs et supérieurs24. L’amicale de l’Organisation de Résistance de l’Armée et celle des Anciens des services secrets de la défense nationale (AASSDN) m’ont également accueillie dans leurs locaux aux Invalides et à Dupleix. Quelques fonds privés, malheureusement trop rares, ont complété ma documentation sur la résistance des militaires.

  • 25 Noté SHD 7NN dans les références. Cf. « Les archives de la Défense rapatriées de Moscou », Revue h (...)

13Sur les rapports entre les vichysto-résistants et les services spéciaux et de répression de l’État français, notamment le contre-espionnage (Bureaux des menées antinationales et « Travaux ruraux » du commandant Paillole), quelques dossiers du fonds dit « de Moscou25 », que j’ai pu consulter in extremis avant leur fermeture au public pour inventaire, ont fourni quelques précieuses pépites. Ce fonds constitue d’ailleurs sans doute un des gisements les plus prometteurs pour l’histoire de cette période.

  • 26 Voir la bibliographie finale, section E « les Alliés, Vichy et la Résistance ».
  • 27 OSS/State Department, Intelligence and Research Reports.
  • 28 Film M436 – LEAHY, Diaries and notes for diaries: 1931-1956. Un document précieux pour savoir qui, (...)
  • 29 Il s’agit en réalité, de copies très complètes des « President’s secretary files » (PSF), visibles (...)
  • 30 La « Map Room » réunit à partir de janvier 1942 les documents concernant la politique militaire. L (...)
  • 31 Il s’agit des papiers issus des départements du FO et de ses correspondants (SOE, SIS, gouvernemen (...)
  • 32 PREM 3: Prime Minister’s Office: Operational Correspondence and Papers (1937-1946). J’ai complété (...)
  • 33 Notamment Sumner Welles, Harry Hopkins, Francis Biddle etc. La recherche que j’ai pu y mener, grâc (...)
  • 34 Les conditions de travail dans ce centre d’archives et la disponibilité de son personnel ont de qu (...)
  • 35 Nara RG 89 et RG 224.
  • 36 Nara RG 226

14Par ailleurs, les sources alliées m’ont paru pouvoir apporter un éclairage assez neuf, et ce à plusieurs titres. La politique des Anglo-Saxons à l’égard de Vichy et de la Résistance fait l’objet d’une bibliographie assez abondante, qui laisse néanmoins subsister quelques zones d’ombre propices à alimenter des fantasmes26. L’attitude des États-Unis à l’égard de la résistance intérieure, notamment, reste assez mal connue. Comment les positions américaines au sujet de la France se traduisirent-elles concrètement dans les relations de leurs différents services, secrets et diplomatiques, avec la Résistance ? L’étude de leurs rapports avec les vichysto-résistants aide à mieux le comprendre. En outre, les archives et la bibliographie anglo-saxonnes ont permis ponctuellement de découvrir des itinéraires sur lesquels les fonds de la Résistance et de l’armée restaient muets, notamment dans les milieux diplomatiques, que ce soit en France à travers le personnel des ambassades et des consulats, ou en poste à l’étranger. Une année passée aux États-Unis dans le cadre d’un échange doctoral m’a permis d’écumer les fonds répartis dans trois centres. À la bibliothèque de l’université d’Harvard peuvent se consulter de très nombreuses copies sur microfilms de fonds américains (rapports de l’Office of Stategic Services, OSS)27, « Journal » de l’amiral Leahy28 et surtout, « Roosevelt office files29 » et « Map Room files30 », ainsi que d’archives britan niques (notamment série FO 371 du Foreign Office, « Conditions in occupied western Europe31 » et une sélection des « papiers Churchill32 »). La bibliothèque présidentielle de Franklin Roosevelt abrite, outre la documentation d’ores et déjà citée, les archives de plusieurs proches du Président et de membres du State Department33. Les fonds les plus importants se trouvent bien entendu au National Archives and Records Administration de College Park, près de Washington DC34. J’y ai consulté à la fois des archives diplomatiques35 et les archives extrêmement riches de l’OSS qui comprennent de nombreux documents français issus de la Résistance36. Ce détour par les archives américaines, qui permettent à la fois d’élargir et de décentrer le regard, est à mon sens, extrêmement utile pour étudier la Résistance.

*

15La rédaction d’une thèse fait disparaître bien des processus d’élaboration et des tâtonnements. J’ai essayé d’en rendre compte ici et il me semble qu’il faut encore insister sur un point. La rigueur scientifique voudrait que le choix des sources, la décision de les circonscrire et d’en exclure certaines, procèdent d’un raisonnement, d’une justification scientifique, préalables. L’honnêteté oblige à dire que ce ne fut pas toujours, loin de là le cas. Les contraintes de l’exercice – rédiger, dans un temps le moins déraisonnable possible, une thèse – ont dicté des choix. L’argumentation est venue ensuite. Est-elle moins scientifique pour autant ?

Notes

1 De grands espoirs sont ainsi parfois déçus. Les fonds de l’état-major du général Giraud à Alger par exemple, ne m’ont rien apporté de significatif.

2 Les règles de l’art commanderaient de commencer par la bibliographie, avant de se jeter tête baissée dans les archives. En réalité, les contraintes de temps et d’organisation, ainsi, certainement, qu’une forme d’impatience, interdisent la plupart du temps de respecter cet ordre logique. Lectures et recherches archivistiques se sont donc menées conjointement, au risque, les premiers mois du moins, de mal comprendre, sous-estimer ou négliger certains documents.

3 L’ouvrage d’Henri Noguères, Marcel Degliame et Jean-Louis Vigier m’a fourni, comme il se doit, une bonne partie de ma liste initiale (Histoire de la Résistance en France, de 1940 à 1945, R. Laffont, 1967.)

4 Dans le désordre chronologique et sans préjuger à ce stade de la catégorisation de leurs itinéraires, La Laurencie, Darlan, Giraud, Fourcaud, Groussard, Loustaunau-Lacau, le MLN d’Henri Frenay, Liberté, le général Cochet, le colonel Groussard, l’Organisation de Résistance de l’Armée, les Prisonniers de François Mitterrand, etc.

5 L. Douzou et D. Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », op. cit.

6 Claire Andrieu, « Ceux de la Libération », in François Marcot (dir.), Dictionnaire Historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 114-116.

7 Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la résistance : défense de la France, 1940-1949, Seuil, 1995, p. 155.

8 C. Andrieu, « Ceux de la Libération », op. cit.

9 O. Wieviorka, Défense de la France, op. cit., p. 157.

10 J. Blanc, Du côté du Musée de l’homme, op. cit.

11 Arthur Calmette, L’« O.C.M. » : Organisation civile et militaire ; histoire d’un mouvement de résistance de 1940 à 1946, Paris, PUF, 1961 ; Marie Granet, Ceux de la Résistance, 1940-1944, Paris, Éditions de Minuit, 1964 ; O. Wieviorka, Défense de la France, op. cit.

12 Cf. sur cette question, Marcel Aboulker, Alger et ses complots, Les Documents nuit et jour, 1945 ; Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002 ; Christine Levisse-Touze, L’Afrique du Nord : recours ou secours ? septembre 1939-juin 1943, Thèse d’État, 1991.

13 La sous-série AN 72AJ, « hétérogène et empirique », se compose de quatre parties essentielles : des témoignages sur la Résistance, résultat de l’enquête orale de la Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France (CHOLF) à partir de 1944 et, à partir de 1951, par le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre Mondiale (CH2GM) sous la direction d’Henri Michel (par mouvements et réseaux, classés alphabétiquement, puis par département) ; des fonds privés complétés de pièces isolées sur la Seconde Guerre mondiale ; une collection d’un millier d’affiches s’étendant des années trente aux années cinquante ; les archives de fonctionnement du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Cf. [http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/AN72AJ_2009.pdf]. Ce sont les deux premières qui m’ont intéressée.

14 605 liasses de documents, qui ne constituent qu’une partie des archives du BCRA, une partie ayant été perdue ou détruite, l’autre, étant répartie dans d’autres fonds, plus difficile d’accès. Pour une analyse détaillée du fonds, cf. Sébastien Albertelli, Les services secrets de la France Libre, le Bureau Central de Renseignement et d’Action (BCRA), 1940-1944, Thèse de Doctorat, IEP de Paris, 2006, p. 18-19. Tant les documents reçus par le BCRA de la part d’individus et organisations avec lesquels il était en relation, que les documents qu’il a lui-même produits se sont avérés précieux pour notre étude. Nous avons complété cette documentation par d’autres fonds provenant du même service, (46 mi des Archives Nationales). Nous n’avons pas eu l’occasion de consulter les pièces disponibles au SHD depuis 2000 (10 R).

15 Ibid ; J. Blanc, Du côté du Musée de l’homme, op. cit, p. 31 ; L. Douzou, La Résistance, une histoire périlleuse, op. cit. p. 53-80.

16 L’ordre d’ouverture de ces cartons m’a généralement été dicté par la bibliographie, et, pour le BCRA, par l’aide précieuse de Sébastien Albertelli.

17 À l’exception, notable, du général Cochet.

18 Pour les organisations de Jeunesse de l’État Français, dont le traitement dans notre perspective était indispensable du fait de la centralité, dans les réseaux vichysto-résistants, de plusieurs résistants issus de leurs rangs, la tâche a été facilitée par l’existence de travaux universitaires qui mettent à disposition un riche matériel et permettent de suivre des vichysto-résistants tout au long de leur parcours et sur lesquels nous nous sommes largement reposé : Comte, op. cit., Halls, op. cit ; Antoine HUAN et al., Les chantiers de la jeunesse, 1940-1944 : une expérience de service civil, Opéra éditions, 1998 ; Tournemire-le Galde Kerangal, Les compagnons de France, op. cit.

19 Séries SHD 1K et 3K du SHD.

20 Respectivement SHD 1K 235; SHD 1K 331; SHD 1K 298.

21 Nous avons constitué une base de données qui contient les noms, prénoms, grade, fonction dans la résistance, date de naissance et de décès, éventuelles arrestations et déportations et classement dans les catégories de l’épuration de ce millier d’officiers. (SHD 1K233). Notée « Base des officiers de l’ORA » dans les références.

22 Paul Paillole a laissé des instructions très précises et très variées sur l’accessibilité des différents documents. Grâce à l’intervention de Sébastien Laurent, que je remercie ici, j’ai pu consulter plusieurs cartons habituellement fermés aux chercheurs. (SHD 1K 545).

23 SHD 13Yd et 14Yd.

24 Notée « base des officiers généraux » dans les références. Cette base comprend les entrées suivantes : nom, prénom, grade en fin de carrière, date et lieu de naissance, date et lieu de décès, arme, entrée dans la carrière, affectations et grades pendant la première guerre mondiale, affectations et grades pendant l’entre-deux-guerres, affectations et grande entre 1940 et novembre 1942, activité entre novembre 1942 et l’été 1944, grades et affectation après guerre, blessures etcitations, pièces résistance (attestation, FFI, citations…), informations personnelles (famille, santé ; divers), notes reçues au cours de la carrière.

25 Noté SHD 7NN dans les références. Cf. « Les archives de la Défense rapatriées de Moscou », Revue historique des armées, 244 | 2006, [http://rha.revues.org//index6062.html].

26 Voir la bibliographie finale, section E « les Alliés, Vichy et la Résistance ».

27 OSS/State Department, Intelligence and Research Reports.

28 Film M436 – LEAHY, Diaries and notes for diaries: 1931-1956. Un document précieux pour savoir qui, quand et pour quels motifs des Français se rendaient à l’ambassade des États-Unis.

29 Il s’agit en réalité, de copies très complètes des « President’s secretary files » (PSF), visibles par ailleurs à la Franklin Delano Roosevelt Library, Hyde Park, NY. (NB : il n’y a pas de fond, à la FDR Library intitulé « Office Files »). Le PSF a été créé par Roosevelt pour avoir à portée de main les documents qu’il considérait comme les plus importants. Ce fond contient les Safe files, les Confidential files, les Diplomatic files, les Départmental files et les Subject files.

30 La « Map Room » réunit à partir de janvier 1942 les documents concernant la politique militaire. Le fond a été composé sous la supervision de l’aide naval du président, afin de réunir la documentation nécessaire à sa politique.

31 Il s’agit des papiers issus des départements du FO et de ses correspondants (SOE, SIS, gouvernements en exil), classés par aire géographique.

32 PREM 3: Prime Minister’s Office: Operational Correspondence and Papers (1937-1946). J’ai complété cette documentation, à la fois partielle et présélectionnée, par un sondage dans les archives britanniques (National Archives, Public Records Office, noté PRO dans les références), notamment les archives du SOE (série HS). Le site web des archives britanniques [http://www.nationalarchives.gov.uk], extrêmement utile, permet de se faire une première idée des fonds détenus à Kew et de commander des documents à distance.

33 Notamment Sumner Welles, Harry Hopkins, Francis Biddle etc. La recherche que j’ai pu y mener, grâce à une bourse locale, ne m’a pas apporté grand-chose de plus que ce que j’avais d’ores et déjà trouvé à Harvard.

34 Les conditions de travail dans ce centre d’archives et la disponibilité de son personnel ont de quoi faire pâlir d’envie les chercheurs habitués des archives publiques de notre pays. Plus sérieusement, elles autorisent, même lorsque le temps est limité, à opérer de véritables sondages puisqu’on peut y ouvrir plusieurs dizaines de cartons par jour.

35 Nara RG 89 et RG 224.

36 Nara RG 226

Auteur

Docteure en histoire de l’Institut d’Études Politiques de Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540