Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Première partie. Une histoire toujours en chantier

Sur l’expérience de la Résistance : modes d’appropriation, sens et construction identitaire

Cécile Vast

Texte intégral

  • 1 « Les Inconnus », Combat, janvier 1943
  • 2 AG 2 BCRA liasse 377.

1« L’Histoire, un jour, dira ce que furent les chefs, les cadres, les soldats de la Résistance. Mourir face à l’ennemi, faire payer chèrement sa peau, c’est le lot des soldats guerriers. Risquer chaque jour, chaque nuit, pendant des semaines, des mois, la prison, le poteau, c’est le lot des soldats de la Résistance. Ils n’ont comme ruban, comme galon, comme renommée que le néant1. » Voici résumé, par ces quelques phrases d’un éditorial du journal Combat, le sentiment d’appartenance à une identité forgée par l’expérience de la Résistance. Il suscite, dès la clandestinité, le besoin d’en affirmer la part de singularité, d’en exprimer toute la dimension légendaire et de l’inscrire dans l’histoire. Cette conscience partagée d’une idée, d’une entité et d’une manière d’être spécifiques ne se manifeste pas seulement dans la presse clandestine ; on la retrouve aussi dans des documents plus techniques, par exemple au détour du rapport d’un chef de maquis des Cévennes réclamant à Londres de l’aide matérielle pour organiser un camp de réfractaires. « Notre région est adossée aux Cévennes, protectrices de nos jeunes requis, qui vont rechercher dans leurs fourrés inexpugnables le souvenir des “Camisards” et y soutenir comme eux leur idéal de liberté. Les bonnes volontés existent, et certains centres locaux de résistance ont travaillé depuis les toutes premières heures à s’organiser chichement, homme par homme, revolver par revolver, chaque jour dans le cadre très restreint de leurs moyens personnels, surmontant les premières déceptions, resserrant les rangs pour combler les vides de leurs camarades arrêtés, luttant pour conserver bien haut les sentiments d’une France martyre, mais vivante, et dont parfois ils étaient obligés d’assister impuissants à une souillure2. »

2Quelques questions simples ont inspiré puis guidé notre travail de recherche : comment expliquer le besoin d’écrire sur l’expérience de la Résistance ? Comment, quand et où se forme le sentiment d’appartenance à une identité singulière ? Les deux textes cités laissent entrevoir différents modes d’appropriation d’une expérience commune, selon les lieux, les personnes, les services et les niveaux de responsabilité. L’écriture, la dimension légendaire, pour laquelle un effort de définition s’impose, et la réflexion éthique sur l’action de résistance donnent sens à cette expérience. La construction identitaire participe d’un processus dynamique qui suit une chronologie et tient compte de la diversité des modes d’appropriation.

3Comment construire un objet d’histoire qui n’est pas donné au préalable ? S’engager dans une histoire du sens et du sentiment d’identité oblige à éviter quelques écueils. Le risque est grand, en effet, de s’enfermer dans une philosophie politique ou dans une histoire essentialiste et désincarnée ; d’où la nécessité de s’appuyer sur un terrain d’observation et sur un cadre d’étude. Autre piège, celui de décréter d’emblée la singularité d’une identité, celui aussi de l’influence d’une écriture de l’histoire de la Résistance imprégnée de cette singularité affirmée.

4Une réflexion préalable sur la méthode et les modes d’écriture est donc indispensable : comment écrit-on une histoire qui emprunte largement à l’anthropologie historique, comme à l’étude des mentalités et des représentations ? Entre invention et rigueur, cette histoire doit délimiter son cadre d’étude, définir ses outils et les grilles de lecture de ses sources.

5Une histoire des processus de construction identitaire peut également contribuer à repenser et réinterroger les critères de compréhension et d’analyse de la Résistance : comment penser la part de singularité du phénomène ?

Une histoire entre invention et rigueur : outils et cadre d’étude

  • 3 « Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes. Candidature au Collège de (...)
  • 4 Michel Foucault, Dits et Écrits I, 1954-1975, Gallimard (Quarto), 1994, p. 1017.

6Pour tenter de reconstituer les formes d’un processus identitaire, notre démarche se place au plus près du vécu, des représentations des résistants et de leur vision du monde. Il ne s’agit pas d’adopter une posture qui domine, écrase et aplanit le temps des acteurs – en créant a posteriori l’illusion d’une continuité rassurante –, mais observer l’expérience de la Résistance de l’intérieur, « par le dedans », pour reprendre l’expression de Marc Bloch3. La démarche emprunte aussi un peu à l’approche « généalogique » de Michel Foucault4. Pour l’essentiel elle s’appuie sur quelques outils d’interprétation dont le rapport au temps forme la clef de voûte.

Le rapport au temps

  • 5 Sur ces documents et sur les méthodes d’analyse, voir dans ce volume notre article : « Presse clan (...)

7Cette étude se conçoit comme un moyen de mieux comprendre comment, à certains moments et dans la durée, le temps est perçu, pensé et imaginé. L’intérêt de la démarche est double, à condition de l’insérer dans un dialogue permanent entre construction identitaire et rapport au temps. Les représentations du passé et du futur – et leurs effets réciproques – sont révélatrices du contenu et des caractères d’une identité. En les recherchant on peut parvenir à reconstituer des processus identitaires. À l’inverse, en amont, l’action et les formes de l’action peuvent aussi commander les représentations du temps. La façon dont on s’inscrit dans le temps (repli sur le passé ou projection dans le futur) commande en partie les manières d’être et les pratiques. L’étude des rapports au temps – mémoires et poids du passé, présence ou absence de l’histoire, vécu quotidien et perceptions des événements, priorités et préoccupations, aspirations, incertitudes, constructions et visions du futur – peut éclairer les intentions, les processus de décision et les mécanismes qui fondent les choix et les modes de l’action. Appliquée aux documents internes des mouvements unis, elle a permis d’établir une chronologie fine des rapports au temps changeants5. Elle distingue trois périodes plus ou moins longues à l’intérieur desquelles les préoccupations ne changent pas fondamentalement, et un moment de rupture. Une première étape s’étire de l’année 1941 au début de 1943 ; ouverte sur le passé et le futur, elle est dominée par les préoccupations des chefs de mouvements. Une courte phase de rupture et de transition lui succède. Il s’agit du printemps 1943, à la fois replié sur un événement – l’instauration du travail obligatoire – et tendu vers un futur immédiat perçu comme menaçant. Le sentiment de l’imminence, l’urgence dans l’unification et la préparation de ce qui est communément appelé le « jour J », la volonté d’agir sur l’événement, rythment un long moment qui s’étend de l’été 1943 au 6 juin 1944. Enfin, l’été 1944 est une période très dense, au cours de laquelle convergent les multiples préoccupations antérieures, amplifiées par la participation aux combats et la question des pouvoirs.

Les processus de construction identitaire

  • 6 L’esquisse de définition proposée ici s’appuie en sur la description du processus identitaire prop (...)

8Construction, reconstruction, processus : ces trois mots soulignent le caractère mouvant et élastique de la notion d’identité. La nécessité de cerner l’objet d’étude dans toutes ses dimensions est un préalable indispensable à l’interrogation minutieuse de la réalité d’une identité singulière liée à l’expérience de la Résistance. Divers ressorts agissent sur la formation, le développement, l’affirmation, la transformation ou l’effacement des identités. On peut tenter de délimiter la notion de construction identitaire en démêlant les quelques critères autour desquels elle s’ordonne, se structure et se modifie. En rappelant que cette construction obéit à un processus que l’historien cherche à fixer sur une chronologie pour lui donner une forme de cohérence, trois facteurs distincts mais entremêlés entrent en jeu. Leur poids, leur place et leur influence respectifs à l’intérieur du processus varient dans le temps et ne sont jamais définitivement figés, perpétuellement en mouvement. Le processus se fonde et s’ordonne d’abord autour de quelques éléments structurants, que viennent ensuite transformer un certain nombre de variables. Ainsi construite et modelée par des mécanismes d’appropriation, l’identité se manifeste à travers des manières d’être, des pratiques et des attitudes. Elle se traduit aussi par des usages et des appropriations multiples6.

9Des critères distinctifs et partagés, relativement permanents et stables dans le temps, constituent le noyau d’une identité forgée par l’expérience de la Résistance. Ces éléments endogènes sont solidaires et parcourent toute la période de l’Occupation avec une intensité et une influence inégales. Parmi ceux-ci la question de l’action – la nécessité et les formes de l’action – est la plus déterminante. On ne peut toutefois la dissocier d’autres facteurs structurants qui la portent, la justifient, la légitiment et lui donnent une signification.

10Sur ces caractères propres se greffent des éléments exogènes qui en modifient le contenu, par confrontation, imprégnation, appropriation ou rejet. La chronologie et les événements, la relation d’opposition ou de reconnaissance à autrui – autres groupes de résistance, ennemis, populations – et à la représentation que l’on s’en fait, la diversité des acteurs, la diversification des services, des compétences et des responsabilités, sont quelques-unes des variables contribuant à révéler et à façonner cette identité. Les événements, à travers leur perception et leur résonance, ont aussi une fonction identitaire. Dynamiques, parfois imprévus, ils participent au processus de construction identitaire par des effets de cristallisation. Ils ne se réduisent pas au factuel ou au présent. Événements fondateurs ou événements traumatisme, événements attendus, espérés ou projetés dans le futur, ils contribuent à révéler et à façonner les identités, scandant les continuités et les discontinuités.

11La confrontation dans le temps des éléments structurants et des variables exogènes bouscule le noyau identitaire et oblige, pour que l’identité perdure, à une appropriation de ce qui est nouveau. Des mécanismes dynamiques de confrontation, d’identification, de différenciation, d’opposition, d’imprégnation, d’agrégation, de défense ou d’absorption permettent d’intégrer à l’identité première les éléments exogènes en leur donnant sens et signification. Cette confrontation s’exprime plus particulièrement à travers des phases de crise ou de maturation. Si l’identité en sort confortée, elle finit par s’enrichir, s’affermir et se diversifier. En revanche lorsqu’elle ne parvient pas à surmonter les moments de crise, elle peut s’aliéner, se diluer et se perdre.

  • 7 « Le sentiment d’identité n’est pas une donnée a priori de la conscience individuelle, mais le rés (...)
  • 8 « L’affirmation de l’identité est moins la manifestation ou le reflet de l’unité culturelle et soc (...)

12Enfin, au bout de la chaîne, les identités se manifestent par des attitudes, des comportements, des pratiques, des manières d’être et des usages, plus ou moins explicites, plus ou moins visibles et affichés, plus ou moins symboliques, plus ou moins conscients et signifiants. Le sentiment d’appartenance7 ainsi que la conscience identitaire participent également de la constitution d’une forme de reconnaissance à l’intérieur d’un groupe8.

13Pour les mouvements unis, on peut distinguer trois étapes progressives, au cours desquelles une identité singulière se forme, se développe, se diversifie et suit des voies d’appropriations multiples. Jusqu’au début de 1943 il est plus juste d’évoquer, à propos de Libération-Sud, de Franc-Tireur et de Combat – groupes séparés et parfois désunis – une identité « mouvements ». En effet, la conscience identitaire est d’abord celle de chefs qui se pensent « Mouvements » avant de s’identifier à l’entité et l’idée « Résistance ». Puis, entre 1943 et le début de 1944, avec l’unification, l’élaboration d’une pensée stratégique et le développement des maquis, une identité résistante propre aux trois mouvements prend forme et s’affirme comme telle. Multidimensionnelle, elle se décline selon des univers différents (maquis, tacticiens et stratèges, responsables). L’année 1944, enfin, est celle de l’identification pleine et entière des mouvements unis à la Résistance.

Le choix d’un cadre d’étude : les mouvements non communistes de la zone sud et l’ensemble MUR-MLN

14Notre étude privilégie deux échelles entremêlées. L’approche par l’organisation – les mouvements de la zone sud, les MUR et le MLN – se double d’une réflexion sur le parcours et la pensée d’un responsable régional, Alban Vistel. À la tête du directoire régional des MUR (Lyon) depuis janvier 1944, ce dernier est nommé chef régional des Forces Françaises de l’Intérieur le 16 juillet. Il cumule ainsi au cours de l’été 1944 les responsabilités civiles, politiques et militaires. Cette situation le place au centre des décisions et démultiplie ses fonctions, dans l’urgence de l’action comme dans l’appropriation réflexive.

  • 9 Pour reprendre le titre du livre de Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérienc (...)

15Par ce « jeu d’échelles9 », il s’agit de retracer la formation, le développement et les modes d’appropriation d’une identité résistante en croisant le cadre d’un regroupement progressif d’organisations avec celui d’un itinéraire individuel. La comparaison et la confrontation des situations sont en effet nécessaires. En distinguant des manières spécifiques de penser et de vivre l’expérience de la Résistance, elles aident à situer dans une hiérarchie d’appartenances identitaires multiples la place plus ou moins relative, plus ou moins centrale, plus ou moins structurante et déterminante de celle-ci.

16Parce qu’il répond à un certain nombre de critères distinctifs, le choix d’étudier les trois mouvements de la zone sud – observés non pour eux-mêmes mais dans la perspective de leur intégration au sein des MUR et du MLN – s’est peu à peu imposé. À la différence d’autres groupes, ces trois mouvements, séparés puis unis, et tout en préservant chacun une certaine autonomie, ne revendiquent pas de filiation idéologique ou d’appartenance politique spécifiques (gauche socialiste, communistes, autres) qui détermineraient leur lecture de la réalité. Au premier abord la Résistance semble être leur dénominateur commun, et le nom qui les désigne à partir de 1943 est à cet égard significatif. Par ailleurs ces trois mouvements, qui résultent eux-mêmes de fusions antérieures – mêlant patriotes de droite, socialisants et démocrates-chrétiens – participent progressivement à un processus de regroupement et d’unification. Ces rapprochements successifs finissent par lisser les différences et créent, par confrontation ou par imprégnation, un sentiment d’identité fondé sur une expérience partagée, qui dépasse les appartenances politiques. Cet ensemble s’insère dans une chronologie étendue couvrant presque toute la période de l’Occupation, du milieu de l’année 1941 à l’été 1944. Elle offre la possibilité de suivre pas à pas un processus de construction identitaire qui s’étale sur le « long terme ».

  • 10 R1 (Lyon), R2 (Marseille), R3 (Montpellier), R4 (Toulouse), R5 (Limoges) et R6 (Clermont-Ferrand).
  • 11 Six journaux clandestins sont ainsi étudiés : un organe national, Combat, un Bulletin intérieur de (...)

17Par ailleurs, l’unification dans la zone sud des trois mouvements obéit à une double hiérarchisation, horizontale et verticale. Organisés en six « régions10 », elles-mêmes divisées en départements, en secteurs géographiques spécifiques (montagnes) ou en zones de maquis, les mouvements unis se spécialisent également dans de nombreux services cloisonnés (presse clandestine, noyautage des administrations publiques, maquis et action immédiate). Autant de « lieux de résistance », autant de niveaux de conscience, de modes d’appropriation, de vécus et d’appartenances identitaires sur lesquels peut s’appuyer une démarche comparative. Enfin l’existence et la disponibilité de fonds d’archives regroupant quantité de documents internes (circulaires, directives, procès verbaux de réunion, notes de services ou consignes d’action) émis par ces trois mouvements et par les entités qui les regroupent (MUR et MLN), ainsi que des séries entières de la presse clandestine11, confortent le choix de cet ensemble.

18Au-delà des outils et du cadre d’étude, les questionnements et les critères utilisés pour comprendre la Résistance doivent aussi être interrogés, approfondis et, pour certains, revisités.

Penser la singularité de la Résistance

19Apparues peu à peu au fil de la recherche, les pistes d’exploration proposées ci-après cherchent à appréhender l’événement avec des catégories autres que celles habituellement avancées par l’historiographie. Quelques éléments de réflexion peuvent être retenus qui tentent de dépasser les seules analyses politiques, institutionnelles ou militaires : la plasticité du phénomène pensé comme un processus de construction dynamique ; la prise en compte de sa dimension légendaire ; le lien étroit entre action et éthique de l’action ; la question de l’image et de l’héritage de la Résistance.

Plasticité du phénomène : un processus de construction dynamique

20Comme tout phénomène historique, la Résistance participe d’un processus de construction, dont l’étude nécessite d’adopter des angles de vue à la fois diachronique et synchronique. Il convient notamment de suivre les variations de la chronologie tout en observant dans leur diversité les lieux et les acteurs, de définir l’ensemble des paramètres, des facteurs et des variables, de décrypter les mécanismes dynamiques du processus, enfin de caractériser les principaux caractères de cette identité.

21Plus ou moins déterminants selon la période et les groupes de résistance, plusieurs paramètres entrent en jeu dans la construction identitaire. De nombreuses variables endogènes et exogènes entrent en jeu. En simplifiant, elles sont au nombre de cinq : les événements ; les stratégies et les modalités de l’action ; les autres ; le vécu clandestin et les réalités de la guerre ; la diversification et la multiplication des lieux de résistance.

  • 12 « Une sorte de psychologie dans le temps » dirait Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Ga (...)
  • 13 Voir Jean-Marie Guillon, « Regards décentrés. La Résistance vue des régions », in Laurent Douzou ( (...)

22Afin de comprendre le fonctionnement interne du processus, il faut essayer d’en déconstruire les mécanismes, de démêler les éléments et les interactions qui, dans le temps et selon les lieux, contribuent à façonner peu à peu l’identité résistante des mouvements unis. Tenter en somme de déployer un espace à trois dimensions12 dont l’observation doit permettre de saisir à la fois les variations de la chronologie, les divers lieux de résistance et les modes d’appropriation identitaire. Au sein des mouvements unis, nous avons retenu trois lieux de résistance, trois expériences distinctes, placés à des échelles géographiques (locales, régionales, nationales), sociales et de responsabilités (individuelles et collectives) croisées. Ces lieux constituent des unités d’appartenance spécifiques qui échappent au découpage traditionnel des institutions de la Résistance ; il s’agit de l’univers des maquis, des « stratèges » et des services intermédiaires, des responsables de mouvements. Ce choix permet d’adopter un regard multicentré, polycentrique, de réfléchir en termes de centre et de périphérie, de prendre en compte forces centrifuges et forces centripètes13. Il met en valeur la diversité des modes d’appropriation et le caractère multidimensionnel d’une identité partagée, selon des logiques de pensée, des perceptions et des préoccupations changeantes. En effet, ces lieux, parfois isolés, sont soumis à des interactions et des influences réciproques et ce en dépit d’une organisation clandestine qui exige un cloisonnement de sécurité. La porosité, la perméabilité et le décloisonnement des lieux au sein des mouvements unis contribuent très largement à précipiter ou faciliter l’adhésion à une identité résistante partagée.

23Comme le contenu et les formes de l’action, l’expérience de la Résistance varie considérablement entre le milieu de l’année 1941 et l’été 1944, en fonction du contexte de l’Occupation et de la guerre, en fonction aussi des bouleversements et des transformations propres aux mouvements unis. Deux grandes périodes, aux préoccupations changeantes, parfois même récurrentes, révèlent ici une maturation et une prise de conscience progressives. Entre 1941 et le début de 1943, elle s’exprime soit par l’appartenance à un ensemble « mouvements » soit par l’adhésion à un groupe de résistance particulier – ainsi de Combat. La résistance est alors conçue essentiellement comme un témoignage. Par la suite, jusqu’à la Libération, cette identité de groupe se transforme en une identification de plus en plus affirmée à une Résistance conçue à la fois comme idée et comme entité.

Une résistance de témoignage

  • 14 L’expression est avancée par Pierre Laborie. Voir Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupat (...)

24Jusqu’à la fin de 1942 et le début de 1943 on constate, dans le discours de la presse clandestine, une perméabilité, une porosité des frontières entre les mouvements et le reste des Français. Les uns et les autres semblent appartenir à une communauté de sort que soudent des gestes de connivence, de complicité et de non-consentement14. Résistants et premières victimes de l’Occupation sont confondus, et l’identité de groupes l’emporte sur une identité résistante encore floue et indéterminée. La Résistance reste éloignée d’une résistance qui se pense avant tout comme une présence, un témoignage – et ce dans une continuité avec les premiers temps de la clandestinité (1940-1941). Cette idée de témoignage, d’être là, de présence face à l’inéluctable, si elle caractérise les premiers temps de la clandestinité, jusqu’à la fin de 1942 et le début de 1943, ne disparaît pas pour autant au moment où s’affirme en 1944 une Résistance plus élitiste.

Appréhender la dimension légendaire

25Les spécialistes de périodes plus éloignées, médiévistes et antiquisants en particulier, ont depuis longtemps réfléchi à l’utilisation des mots qui qualifient les formes et les manifestations de l’imaginaire (Jean-Pierre Vernant, Nicole Loraux, Jacques Le Goff, sans oublier Marc Bloch ou Lucien Febvre). Il arrive souvent que des historiens du très contemporain emploient indifféremment les mots « légendaire », « légende », « fable », « dimension légendaire », « mythe », « dimension mythique ». Qu’il s’agisse de chercher à démêler, dans les représentations de la Résistance, la part respective de la réalité et de l’invention ou d’insister sur la nécessité de prendre en compte sa dimension légendaire, l’absence de clarification du vocabulaire est source de confusion. Quelques critères permettent de distinguer les notions de légende, mythe et légendaire, dans la diversité de leurs fonctions et de leurs usages.

26Apparentée à la fable, au conte ou à l’épopée, la légende désigne avant tout un récit inventé qui raconte les faits, les gestes et l’histoire de personnages appartenant à l’univers du merveilleux. Le mot a subi des glissements de sens, et des habitudes de langage l’associent couramment à l’idée du faux et du mensonge, tout en l’utilisant aussi pour valoriser l’extraordinaire. De connotation voisine, le mot mythe subit les mêmes altérations de signification. Dans le sens commun, une utilisation banale du terme renvoie à une conception négative de la notion. En opposition à la réalité et au vrai, le mythe est souvent assimilé à une invention ou une affabulation (Raoul Girardet). On ne peut toutefois limiter cette notion à la seule idée du mensonge ou de l’illusion. Le mythe, comme représentation symbolique et idéalisée du réel, ne conserve de celui-ci que quelques éléments qu’il normalise, reconstruit, organise et fige. Il fait de cette réalité transformée le support d’un récit structuré à visée explicative, identitaire et parfois aussi légitimante. Le mythe remplit plusieurs fonctions ; il dit et enseigne à l’homme ses origines, lui fournit des repères temporels, fonde son identité, encadre et oriente son action présente et le rassure quant à son avenir. Porteur de sens, le mythe aide les hommes à s’approprier le monde à travers leur passé et leur futur.

27Au mot légende, d’usage équivoque, nous préférons le terme de légendaire pour qualifier les divers récits qui s’inspirent et se nourrissent de la clandestinité. Le légendaire naît de faits réels et les interprète en s’éloignant de la réalité originelle. Il se caractérise par l’immédiateté et répond au besoin de donner une signification à une expérience jugée révélatrice, qu’elle soit directement vécue ou plus simplement perçue et reçue. Plus englobante, la notion s’applique aussi bien aux écrits élaborés de la presse de mouvements ou de la littérature clandestine, qu’aux récits populaires, à la parole, aux gestes, aux symboles et à tout autre vecteur. Variant selon les lieux, les habitudes culturelles et les moments, le légendaire alimente sans cesse une mémoire multiforme et changeante de l’expérience de la Résistance.

Une autre guerre ?

28Dans le prolongement de la réflexion d’Enzo Traverso sur les processus de violence et sur la « déresponsabilisation éthique des acteurs sociaux » dans les régimes d’oppression (Allemagne nazie), l’expérience de la Résistance, pensée comme phénomène socio-culturel enserré dans un environnement social, peut servir de contre-exemple. En effet, elle peut à l’inverse être lue comme une tentative de re-responsabilisation éthique, notamment au travers des multiples solidarités anonymes dont elle a pu bénéficier. Elle est une sorte de « morale en action » (Laurent Douzou) dont l’analyse des caractéristiques peut aussi aider à reconsidérer les notions de « brutalisation » (George Mosse) ou de « culture de guerre » (Stéphane Audouin-Rouzeau, Christian Ingrao).

29De fait, de la défaite française à la Libération deux conceptions antinomiques de l’action et de la guerre se font face. Elles recouvrent des enjeux multiples, militaires, stratégiques, mais surtout idéologiques et humains. Indissociable du témoignage, conçue comme une nécessité, l’action est consubstantielle à la Résistance et la question de sa signification éthique traverse en permanence les écrits des mouvements unis. Jusqu’à la fin 1942 et le début de 1943, à quelques exceptions près – les coups de main des groupes francs –, leur action reste éloignée des perspectives de la lutte armée. À partir de l’été 1943, la perspective d’une participation à la libération du territoire fait définitivement entrer la lutte armée dans leurs stratégies. Sur fond de légitimité et de concurrence avec d’autres groupes de résistance, un débat intense s’engage sur les formes et les modalités de l’action immédiate. Pour l’essentiel, tout en condamnant l’attentisme, les mouvements unis s’orientent, avec des nuances selon les lieux, les secteurs et les dirigeants, vers un activisme responsable et mesuré, dans le discours comme dans la pratique. Par ailleurs, les logiques de guerre, de même que les tortures, les exécutions et les exactions commises par l’occupant et ses collaborateurs français obligent la Résistance à penser sans cesse son rapport à la violence. Ces crimes exacerbent des sentiments et des intentions parfois contradictoires. Ils soulèvent le problème de la singularité de l’action résistante comme celui de la nature profonde de la guerre menée par les mouvements unis. La responsabilité morale et la défense des principes fondamentaux forment en théorie la toile de fond des actions, des combats et des stratégies mises en œuvre. Pourtant l’aggravation brutale et aveugle de l’état de guerre repousse toujours plus loin les seuils et les points de non-retour. Les mouvements de résistance n’échappent pas aux violences et aux vertiges de leur temps. Lucides sur la condition humaine, conscients de leurs faiblesses, confrontés parfois dans leurs propres rangs à des dérives, ils résistent néanmoins à une brutalisation à laquelle ils ne consentent pas, et maintiennent, envers et contre tout, une certaine éthique de l’action. En cela l’expérience de la Résistance se distingue nettement des expériences combattantes ordinaires vécues et perçues à travers les modèles de la guerre conventionnelle. Elle pourrait, à certains égards, être pensée comme un refus du consentement à la guerre et à ses logiques, comme une « non-culture de guerre ».

Images et héritage de la Résistance

30Si le légendaire représente l’une des formes d’écriture de l’histoire de l’événement par les contemporains, la question de l’héritage participe aussi d’un phénomène d’appropriation et de réappropriation de l’expérience. Elle renvoie également à la centralité ou la relativité d’une identité sociale modelée par l’expérience d’une situation contrainte. L’exemple de la Résistance peut à nouveau servir de matrice. Très tôt, dès la clandestinité, s’expriment des interrogations existentielles sur le devenir de la Résistance. Elles sont le fruit d’une longue réflexion sur la nature du phénomène et témoignent de la forte conscience de sa singularité. Ici, la définition des formes de l’héritage, politiques, morales ou autres, participe encore de cette volonté de s’approprier l’expérience. C’est à travers la survivance ou la disparition, dans les mois qui suivent la Libération, de ses grandes composantes que l’on peut juger de la centralité ou de la relativité de cette identité résistante. La question de l’héritage oblige à revenir sur les traces, les mémoires et les retours d’expérience ; elle pose aussi plus largement le problème du rapport des sociétés à leur passé, des usages qui en sont faits et de son instrumentalisation à travers les enjeux mémoriels, des outils utilisés par les historiens pour l’appréhender.

31Les combats de l’été 1944 ont fortement pesé sur les représentations dominantes de la Résistance à la Libération. Elles fixent et figent à la fois l’image d’une Résistance identifiée à la lutte armée. La volonté de valoriser le caractère combattant de l’action résistante imprègne les tout premiers récits, qui insistent avant tout sur le critère de l’efficacité militaire. Cette vision marque l’historiographie de la Résistance, et contribue à effacer ce qui fonde, en profondeur et dans la durée, l’identité de la Résistance.

32Le poète René Char disait de la Résistance qu’elle laissait un « testament sans héritage ». La remarque renvoie autant aux usages politiques qu’aux fidélités indéfectibles à ce que représente la Résistance (message, valeurs et manière d’être). Quelle idée de la Résistance peut survivre à un contexte autre que celui dans lequel elle s’est développée ? Les réponses apportées dépendent du regard que l’on porte sur la nature du phénomène et sur sa signification. Le retour progressif au fonctionnement démocratique en 1945 a mis crûment au jour les divisions internes et les difficultés de la Résistance à se transformer en mouvement politique durable. C’est sur cette image que reposent des jugements définitifs sur le sens et la portée de l’événement ; son échec politique s’expliquerait par l’incapacité de la Résistance à passer de la mystique au politique. Pourtant, la Résistance n’a été ni un rejet du politique ni un refuge dans une mystique désincarnée. Sa singularité réside justement dans une association étroite entre une vocation éminemment politique et une dimension morale revendiquée. Dans les années d’après-guerre, la Résistance reste incontestablement présente dans les débats politiques, bien au-delà des seuls partis et des gouvernements. Des associations, des groupes de pensée (club Jean-Moulin, cercle Tocqueville) et des organes de presse (Combat, France-Observateur, Témoignage chrétien) en témoignent.

*

33Ces diverses approches (culturelle, sociale, anthropologique) placent l’objet Résistance au cœur de questionnements historiques bien plus larges et en font une sorte de « laboratoire » épistémologique. Questionnement, par exemple, sur les comportements collectifs dans des régimes d’oppression ou en situation contrainte ; celui de la pertinence et des limites des concepts de « consentement » ou de « culture de guerre » ; ou encore, à travers la question du légendaire, celui de la perception et de la réception par les contemporains, dans leur propre temporalité, de l’événement et du sens qui lui est donné. On l’entrevoit ici, loin de se restreindre à son contenu épisodique, l’expérience de la Résistance, à la fois dans les formes de récit et les modes d’appréhension, fournit des clés et des grilles de lecture des phénomènes politiques et sociaux propres aux conflits du XXe siècle. Elles élargissent le champ de vision des historiens et bousculent les données culturellement marquées des analyses politico-militaires habituelles, encore largement répandues quand il s’agit du phénomène de Résistance et de ses enjeux mémoriels et identitaires.

Notes

1 « Les Inconnus », Combat, janvier 1943

2 AG 2 BCRA liasse 377.

3 « Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes. Candidature au Collège de France. 1934 », in Marc Bloch. L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Gallimard, 2006, p. 445.

4 Michel Foucault, Dits et Écrits I, 1954-1975, Gallimard (Quarto), 1994, p. 1017.

5 Sur ces documents et sur les méthodes d’analyse, voir dans ce volume notre article : « Presse clandestine et documents internes : lectures croisées ».

6 L’esquisse de définition proposée ici s’appuie en sur la description du processus identitaire proposée dans l’ouvrage d’Alex Mucchielli, L’identité, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

7 « Le sentiment d’identité n’est pas une donnée a priori de la conscience individuelle, mais le résultat d’un processus de socialisation », Edmond Marc Lipiansky, « Comment se forme l’identité des groupes » in L’identité. L’individu, le groupe, la société, coordonné par Jean-Claude Ruano-Borbola, Paris, Éditions Sciences Humaines, 1998, p. 143-147.

8 « L’affirmation de l’identité est moins la manifestation ou le reflet de l’unité culturelle et sociale d’un groupe qu’un des moyens par lesquels ce groupe cherche à construire cette unité », in L’identité. L’individu, le groupe, la société, op. cit., p. 146.

9 Pour reprendre le titre du livre de Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996, 245 p.

10 R1 (Lyon), R2 (Marseille), R3 (Montpellier), R4 (Toulouse), R5 (Limoges) et R6 (Clermont-Ferrand).

11 Six journaux clandestins sont ainsi étudiés : un organe national, Combat, un Bulletin intérieur des Mouvements Unis de Résistance (BIMU) destiné aux cadres, et quatre publications régionales : La Libre Comté et La Marseillaise (région R1), Provence Libre (région R2) et Le Mur d’Auvergne (région R6).

12 « Une sorte de psychologie dans le temps » dirait Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Gallimard, 1987.

13 Voir Jean-Marie Guillon, « Regards décentrés. La Résistance vue des régions », in Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, PUR, 2010.

14 L’expression est avancée par Pierre Laborie. Voir Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Bayard, 2011, p. 248.

Auteur

Docteure en histoire de l’université de Franche-Comté, chercheuse associée au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540