Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Première partie. Une histoire toujours en chantier

(Ré)écrire l’histoire de la Résistance corse : de l’enjeu mémoriel à l’essai historiographique

Sylvain Gregori

Texte intégral

1Au cours des dix dernières années, la prise en compte de la dimension sociale dans la tentative d’interprétation du fait résistant a donné lieu à différentes définitions de ce phénomène, renouvelant par là-même toute son historiographie.

Dans le sillage d’une autre interprétation de la Résistance

  • 1 Voir l’introduction de l’édition de poche de l’ouvrage de Jacques Semelin, Sans armes face à Hitle (...)
  • 2 Ibid., p. VIII.
  • 3 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », Le mouvem (...)
  • 4 Sur l’apport de l’anthropologie dans l’étude du phénomène résistant, on se reportera notamment à H (...)

2En effet, après avoir longtemps étudié la Résistance dans son aspect politico-militaire, sous l’influence des images développées dans la foulée de la Libération, la recherche s’oriente vers les formes moins spectaculaires de ce phénomène, vers une Résistance « civile », une Résistance au quotidien1. Avant d’être un choix politique (individuel ou collectif), une action militaire, la Résistance est aussi un acte social, pensé et accompli par un acteur social au sein d’une société donnée : la « résistance d’acteurs sociaux ou politiques appartenant à la société civile et/ou à l’appareil de l’État, et ce par des moyens politiques, juridiques, économiques ou culturels2 ». Cette définition de la Résistance civile a l’avantage d’englober très souvent la Résistance-mouvement et la Résistance organisationnelle, typologies définies par François Marcot3. Dépassant cette approche socio-historique qu’elle prend néanmoins comme base, la démarche anthropologique – dont témoignent les travaux de Patrick Cabanel, Roderick Kedward, Jean-Marie Guillon et François Marcot4 – a fait également son entrée parmi les approches scientifiques et les grilles d’interprétation du phénomène résistant.

3Si la pertinence de cette distinction complémentaire entre la Résistance civile et la Résistance militaire mise en lumière par Jacques Semelin est unanimement reconnue, beaucoup moins consensuels semblent être les essais de définition(s) plus précis du concept de Résistance.

  • 5 P. Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », Les (...)

4Pour Pierre Laborie, la spécificité du phénomène résistant réside dans la distinction entre sa « phénoménologie, ses manifestations explicites » et « ses formes d’organisation ou ses modes de fonctionnement »5. Une des difficultés rencontrées dans l’application de cette analyse tient au fait que certaines cultures rendent moins aisément perceptibles une différence tranchée entre ces deux typologies. Pierre Laborie en vient donc à définir la Résistance à travers une association de concepts : volonté de nuire à l’occupant et à ses alliés en se plaçant délibérément dans une situation conflictuelle, importance de l’action, sens et conscience de cette action et enfin notion de transgression.

  • 6 J. Sainclivier, D. Veillon, « Sens et formes de la Résistance française », Les cahiers de l’IHTP, (...)

5Une définition davantage fondée sur une analyse formelle de ses manifestations est proposée par Jacqueline Sainclivier et Dominique Veillon. Elles interprètent la Résistance a-organisationnelle (et donc civile) comme des « actions spontanées sans projet défini : tracts, graffitis, lacération d’affiche, sifflets lors de passages des actualités » et décrivent la Résistance pré-organisationnelle comme l’ensemble des actions à vocation organisationnelle préalables à la structuration et à la mise en place de réseaux et de mouvements6.

  • 7 L. Douzou, « Organisations et modes de fonctionnement de la Résistance », Les cahiers de l’IHTP, n(...)

6Jugeant ces deux interprétations comme trop figées et ne rendant pas bien compte de leur superposition à l’origine d’un des aspects complexes et mouvant du phénomène résistant, Laurent Douzou opte pour une approche temporelle du processus d’évolution de la Résistance7.

  • 8 F. Bédarida, « Sur le concept de Résistance », in J.-M. Guillon, P. Laborie (dir.), Mémoire et his (...)

7Quant à François Bédarida, il s’inspire de l’idéal-type weberien afin de mieux cerner le phénomène qu’il interprète à travers quatre dimensions co-existantes : ressorts de l’engagement, formes de luttes, dimension politique et morale des logiques d’action et importance de la fonction mémorielle8.

  • 9 P. Laborie, « L’idée de résistance… », op. cit., p. 24.

8Mais ces définitions intègrent difficilement un des fondements des sociétés dans lesquelles la Résistance prend forme : la culture dominante. Pierre Laborie précise que « le problème du sens se révèle cependant particulièrement complexe à l’usage, en raison du rapport variable entre la notion de Résistance et les valeurs de la culture dominante, nationale ou locale. Les mêmes faits, sous des cultures différentes prennent des sens divers quand ils sont pensés comme des actions de résistance9 ».

  • 10 S. Barcellini, « La Résistance française à travers le prisme de la carte CVR », in L. Douzou et al (...)
  • 11 A. Prost, « Résistance et société : quels liens ? », Le mouvement social, no 180, juillet-septembr (...)

9À l’image du débat portant sur les critères d’attribution de la carte de combattant volontaire de la Résistance opposant deux perceptions antagonistes de cet engagement10, force est de constater que la lente évolution d’un concept trop généraliste et ouvert à une vision dont la théorisation parfois trop rigide et abstraite a toujours bien du mal – malgré les réels progrès accomplis – à rendre compte d’un phénomène globalement mouvant et multiple dans ses formes. Même si l’ensemble de ces tentatives de définition(s) historiographiques vise davantage à une complémentarité mutuelle qu’à une opposition respective. Car, comme le remarque Antoine Prost, société et Résistance interagissent l’une sur l’autre de façon permanente11.

  • 12 P. Laborie, « L’idée de Résistance… », op. cit., p. 17.
  • 13 J. Semelin, op. cit., p. 45.
  • 14 P. Laborie, « L’idée de Résistance… », op. cit., p. 17.
  • 15 Ibid.

10Aussi, en raison de la multiplicité des formes, des constantes évolutions et adaptations de la Résistance au contexte du moment, Pierre Laborie exprime ses doutes quant à l’idée « de dominer totalement le concept et de parvenir à en traduire la réalité dans une synthèse brillante, probante et définitive12 ». Jacques Semelin reconnaît également que « La Résistance est en réalité un phénomène très complexe qui supporte mal les cadres d’interprétation trop rigides13 ». Ainsi, afin de mieux appréhender les liens entre la Résistance et la société dans laquelle elle s’inscrit et qui fondent la complexité protéiforme du phénomène, préfère-t-il adopter – et nous nous rallions à cette opinion – « la voie de définitions larges14 » plutôt qu’une abstraction trop rationalisante incapable par nature de rendre compte « sans perte de sens, [de] la diversité mouvante du réel15 ».

  • 16 Ibid., p. 21.

11Mais adopter un tel postulat risque d’induire, par glissement, l’effet inverse de celui souhaité. Le danger pourrait être de confondre « l’essence de la Résistance […] avec son expression manifeste16 » comme Jacques Semelin l’avait d’ailleurs déjà souligné en explicitant le concept de Résistance civile a-organisationnelle. Et tout le problème est bien là. Comment rendre compte de la complexité du phénomène résistant à travers ses liens avec le corps social sans que ce rapport – pourtant fondamental – n’éclipse les spécificités de la Résistance en confondant sens et formes ?

Une autre échelle : l’infranational et son rapport au national et à l’international

12De ces problématiques dépendantes du champ social découle un autre questionnement permettant d’apporter des esquisses de réponses : peut-on encore écrire une histoire nationale de la Résistance ? L’échelle hexagonale est-elle aussi pertinente qu’elle le semblait dans les années 1960-1980 ? Est-il possible de rendre compte de la complexité et de la diversité des sens et des formes du phénomène résistant en adoptant ce degré d’analyse ? Est-il possible d’aller au-delà d’une Résistance perçue comme un monolithe fondé uniquement sur la défense de valeurs universelles, patriotiques ou politiques ? Bref, y-a-t-il une Résistance française ou des Résistances françaises ?

13Cette approche paraît d’autant plus pertinente qu’il convient de s’interroger sur le concept de nation lui-même tel qu’il se manifeste après l’armistice de juin 1940. Le fractionnement géopolitique de la France en zones occupées (allemande et italienne), zone libre, zone interdite, zone annexée, la menace d’un éclatement de la communauté nationale comprise comme un sujet central dans l’évolution de l’opinion publique et des propagandes tant vichyste que résistante, la réapparition des terroirs comme milieux de refuge(s) pour une grande partie de la population et enfin les divers modèles d’occupation et les rapports centre-périphéries qu’ils induisent sont autant d’arguments susceptibles de replacer au cœur de la recherche les études monographiques régionales ou locales.

14Cette échelle infranationale permet en effet d’appliquer à des sociétés géographiquement délimitées, socialement déterminées, en prenant en compte leur mode de fonctionnement spécifique, les nouveaux questionnements et approches historiographiques qui ont vu le jour dans les années 1980-1990. Ces études régionales peuvent dégager des typologies concourant à la définition nationale d’un phénomène résistant susceptible d’intégrer la pluralité de ses aspects et de ses significations. Les recherches ayant porté sur certaines aires géographiques et leurs sociétés ont prouvé la pertinence d’une telle approche ; citons notamment la thèse de J.-M. Guillon, La Résistance dans le Var, essai d’histoire politique (1989), les colloques La Résistance et les Européens du Sud (1994), La Résistance et les Européens du Nord (1996), le travail de P. Cabanel, Ph. Joutard et J. Poujol, Cévennes, terre de refuge (1987) ou celui de J. Sainclivier, La Résistance en Ille-et-Vilaine (1993). Les dimensions sociales et sociétales de la Résistance sont ainsi apparues sous l’angle de l’histoire culturelle et de l’ethno-anthropologie historique.

15Mais ne nous méprenons pas pour autant sur l’intérêt de cette prise en compte d’un phénomène résistant ainsi perçu : il a moins d’intérêt scientifique pour lui-même que mis en perspective dans une approche comparatiste nationale et internationale, participant ainsi, à travers les typologies déterminées, à une définition – toujours en cours et jamais aboutie – de la Résistance ou plutôt des Résistances. La variation du focus, les allers-retours de l’infra national au national et à l’international s’avèrent donc indispensables.

16La prise en compte de la dimension sociale ou sociétale du phénomène résistant et le changement d’échelle conduisent à déterminer une aire géographique correspondant à une société donnée au sein de laquelle l’apparition, les formes et sens de la Résistance peuvent être étudiés non pas en eux-mêmes mais dans leurs interactions avec ce corps social, à l’aune de l’histoire politique bien sûr mais surtout de l’histoire culturelle, de la sociologie et de l’anthropologie historique.

La Résistance corse : un exemple d’écriture précoce mais peu féconde

17Ces orientations scientifiques s’avèrent d’autant plus légitimes que, malgré ses nouvelles approches historiographiques, l’étude de la Résistance dans certaines régions semble en marge de cette évolution. Avec près de quarante années de retard sur l’ensemble national et européen, l’historiographie de la Résistance corse demeure, pour l’essentiel, un champ de recherche presque vierge, prisonnière de sa propre image et de ses mythifications.

  • 17 La Corse n’est scindée en deux départements qu’en 1975.
  • 18 Bornons-nous à évoquer sa très modeste place dans les volumes de L’Histoire de la Résistance en Fr (...)
  • 19 L. Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Le Seuil, 2004.

18Espace périphérique à la chronologie spécifique, le cas de ce département insulaire17 a longtemps été perçu comme en marge du reste de l’hexagone comme l’illustrent souvent les grands projets éditoriaux d’ampleur nationale18. Une place qui y demeure très influencée par l’écriture et l’interprétation d’une historiographie locale presque exclusivement fondée – ici comme ailleurs19 – sur le témoignage, et où l’événementiel puis le mémoriel ont pris le pas sur toute approche scientifique et structurelle. La Résistance insulaire est ainsi un objet d’histoire figé depuis les années 1950. Les plus récentes publications ne font que le confirmer à l’image de la quatrième édition de Tous bandits d’honneur ! paru en 1956 et remis sous presse en 2011. Ils ressassent périodiquement les mêmes faits, les mêmes hommes, les mêmes dates… et les mêmes erreurs. Trop longtemps, les documents de propagande imprimés par le FN et le PC insulaires dès la Libération, comme les témoignages, se sont vus accorder par certains auteurs le statut de sources archivistiques incontestables, comme s’ils devaient échapper à toute forme d’analyse critique. Un rapide passage en revue des grandes références ou projets bibliographiques pionniers sur ce thème démontre les racines finalement peu fertiles d’une historiographie largement engluée dans l’événementiel.

  • 20 Article intitulé « Une page de notre histoire », Le Patriote du 5 janvier 1944, édition de Bastia, (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Selon Jean Leandri, Simon-Jean Vinciguerra aurait abandonné ce projet « parce qu’il y avait des ta (...)
  • 23 Archives départementales de Corse-du-Sud (ADCS), 1J20.

19Ainsi, dès janvier 1944, un professeur d’histoire au lycée de Bastia, lui-même ancien coresponsable de la Résistance dans cette ville et militant communiste, Simon-Jean Vinciguerra (1903-1971), est désigné par le Front national pour écrire une Histoire des mouvements de Résistance en Corse20. Le titre de ce projet confirme la stratégie unitaire que la Région corse du PCF donne alors au FN. L’histoire doit relayer le politique. La collecte de sources écrites et de témoignages, lancée dans le quotidien Le Patriote et dans le bulletin Le 9 septembre, avec, croit-on déjà bon de préciser, « la plus grande sincérité21 », dure trois ans. Simon-Jean Vinciguerra est chargé de dépouiller ce fonds et de rédiger l’ouvrage. Mais, à une époque où bon nombre de résistants sont mobilisés ou engagés volontaires dans l’Armée de Libération, où la lutte politique se réveille entre FN et giacobbistes, où beaucoup tentent de tirer de leur appartenance à la Résistance une légitimité politique, voire souvent carriériste, Vinciguerra abandonne ce projet. Malgré le matériel accumulé, écrire au sujet de la Résistance corse dans cet après-guerre lui semble inopportun par manque de recul22. Toutefois, il s’était tout de même attelé à la tâche et, en 1947, quelques modestes pages de sa Résistance corse – c’est le titre – paraissent dans Le Patriote. Quoique militant politique, Simon-Jean Vinciguerra a été incontestablement heurté par l’opération d’instrumentalisation que le FN et la Région Corse du PCF ont voulu tenter dès la Libération. Ses autres travaux historiques prouvent la haute estime qu’il avait du travail d’historien et de la déontologie qui la sous-tend. Quelques années plus tard, il intègre comme secrétaire le Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale qui se structure dans le département. L’Ajaccien Jean-André Livrelli y occupe, lui aussi, la même fonction23. Le nord et le sud de l’île – indispensable dichotomie traditionnelle – sont ainsi représentés, à moins que ce secrétariat bicéphale ne réponde plutôt à la représentativité des deux grandes familles politiques ayant animé la Résistance insulaire : la communiste et la radicale-socialiste.

  • 24 J.-A. Livrelli, L’occupation italienne en Corse, Paris, Paul Fieschi, 1949, 246 p.

20Mais ce comité départemental regroupe surtout deux auteurs ayant écrit, dans cet immédiat après-guerre, sur la Résistance insulaire. En effet, en 1949, l’instituteur et rédacteur ajaccien du radical-socialiste Le Journal de la Corse, Jean-André Livrelli (1874-1967), ancien déporté en Italie puis en Autriche, publie L’occupation italienne en Corse24. Cette violente charge italophobe consacre néanmoins ses quarante premières pages à expliquer – sous une forme plus « intuitive » que strictement historique mais très éclairante d’un point de vue anthropologique – la naissance du sentiment résistant dans la population insulaire. Viennent ensuite le récit – qui est davantage un témoignage – de la captivité des résistants corses déportés par les Italiens et enfin, une longue chronologie (79 pages sur un ensemble de 244 !), sans doute la première d’un genre plutôt prolixe, de la Libération de la Corse. Œuvre personnelle à plus d’un titre, son propos extrêmement « revanchard », voire haineux, cumule les handicaps du genre. Toutefois, cet ouvrage représente une source incomparable pour ce qui est de la représentation mentale de l’Italien dans l’imaginaire social corse des années 1930-1940 et de son impact dans les processus de gestation du phénomène résistant et d’engagements personnels.

  • 25 Cette exposition s’est déroulée dans un magasin d’Alger et a été organisée par le journal communis (...)

21Le projet de Vinciguerra est rapidement repris plus ou moins officieusement par un autre résistant, vieux militant communiste, ancien commissaire politique des Brigades internationales et responsable militaire départemental du FN clandestin : François Vittori (1902-1977). Celui-ci, déjà auteur de quelques articles sur la Libération de la Corse dans Le Patriote a également participé à la première exposition sur ce même thème à Alger dès la fin septembre 194325. Vers 1946-1947, alors qu’il est élu conseiller de la République, il se décide à écrire un projet d’histoire de la Résistance corse vue principalement à travers son action au cours de la Libération de l’île. Il faut dire que sa fonction d’élu et son statut d’ancien responsable du FN l’obligent à se documenter pour établir les attestations de résistance individuelles dans le cadre des demandes de statut CVR. En plus de quelques documents personnels qu’il a conservés de cette époque (tracts, journaux clandestins, etc.), il décide de faire appel aux militants du PC et du FN afin qu’ils lui fassent parvenir leurs témoignages individuels ou groupés sur leur participation à la Libération de septembre-octobre 1943. Parallèlement, il consulte directement par courrier des anciens résistants qui lui apportent leurs témoignages écrits. Ainsi, de 1946 au milieu des années 1950, François Vittori constitue-t-il un fonds d’inégale valeur, de première et de seconde mains, auquel il ajoute bien entendu de nombreuses notes et brouillons – souvent fragmentaires – de ses souvenirs personnels. Malheureusement, mis à part quelques courts articles sur la Libération de la Corse parus dans des périodiques comme La Marseillaise, La Corse Résistante ou Le Réveil Corse, Vittori n’écrira jamais son ouvrage. « Exilé » à Paris et mis sur la touche par le Parti, il est la victime des rivalités internes entre dirigeants du FN et du PCF corses. Les relations qu’il avait tissées avec Marty durant la guerre d’Espagne lui valent d’être exclu du Comité Central en 1950. Rongé par la maladie, il décède quelques années plus tard.

  • 26 Maurice Choury avait auparavant co-rédigé avec Arthur Giovoni le scénario d’une bande-dessinée int (...)
  • 27 M. Choury, Tous bandits d’honneur ! Résistance et libération de la Corse, Paris, éditions sociales (...)
  • 28 Comme le prouvent les variations du texte des éditions de 1956 et 1958.
  • 29 Voir plus loin.

22Enfin, quatrième personnage à se pencher sur l’histoire de la Résistance corse : Maurice Choury (1912-1969), cadre communiste et ancien coresponsable clandestin du comité d’arrondissement FN d’Ajaccio. Grâce à sa formation journalistique mais aussi à son expérience de propagandiste, Choury va réunir à son tour un fonds documentaire important26. En 1956, paraît donc sous sa plume Tous Bandits d’honneur ! sous-titré Résistance et Libération de la Corse juin 1940-octobre 194327. Durant des décennies, l’ouvrage de Choury demeure la « bible » incontournable pour qui veut traiter de la période 1940-1943 en Corse. Il faut reconnaître à Tous bandits d’honneur certaines qualités : un style narratif épique attrayant auquel s’ajoutent surtout des références à des sources jusqu’alors inédites. Pourtant, à sa sortie, l’ouvrage provoque une forte polémique avec les anciens résistants communistes du nord de l’île qui pâtissent énormément d’une action résistante que l’auteur a délibérément basée à Ajaccio. Certaines personnes qui ont eu une fonction importante dans la mise en place du FN sont à peine évoquées tandis que d’autres voient leur responsabilité surévaluée28. Quant au rôle fondamental joué par la Région Corse du PCF dans la mise en place et le contrôle du FN, il est considérablement minimisé. Enfin, il faut en convenir, l’historien Choury cède un peu trop la place au Choury romancier. En pleine guerre froide et alors que la fédération corse du PCF est depuis un moment déjà en perte de vitesse, cette parution a également le parfum d’un règlement de comptes interne. L’affaire remonte d’ailleurs jusqu’au Comité Central où elle apparaît comme l’aboutissement de conflits stratégiques et de rivalités personnelles hérités de la clandestinité. Malgré tout, il reste un des ouvrages les plus fouillés sur le sujet même si le ton est largement hagiographique, au point d’inspirer, tant sur le fond que sur la forme, une exposition au titre éponyme qui s’est tenue à Ajaccio en septembre 201129.

Mythification et pré carré : le Résistance corse comme exemple d’enjeu mémoriel

23Quoi qu’il en soit, ces principaux exemples, malgré leurs limites respectives, ont, chacun à leur manière, fait progresser le niveau de connaissance que nous avons du phénomène si complexe qu’a été la Résistance. Mais leur défaut est également celui d’une génération d’auteurs puisque ces quatre hommes ont tous été, à des degrés forts différents, des acteurs de cette Résistance. C’est sans doute pour cette raison qu’ils symbolisent tous le même moment ou la même étape de l’historiographie de la Résistance corse dont les débuts sont marqués par l’empreinte du vécu individuel, du politique et de sa symbolique. La Résistance, phénomène structurel, s’y confond étroitement avec la Libération, évènement conjoncturel. Cette étroite imbrication cristallise pour des décennies l’historiographie de la Résistance insulaire.

24Celle-ci apparaît donc bien comme prisonnière de ses mythifications, c’est-à-dire de l’image, à la fois symbolique et mémorielle, qu’elle se donne d’elle-même et qu’elle a presque « toujours » – serait-on tenté d’écrire aux vues de sa précocité à se légitimer par une inscription dans un continuum historique – donné aux autres. Mythification historisante du soulèvement du 9 septembre 1943, mythification « avant-gardiste » d’avoir fait de l’île le premier département français libéré le 4 octobre 1943, mythification cultuelle de ses martyrs – par ailleurs souvent « triés » sur le volet –, mythification culturelle d’un maquis, refuge séculaire d’un peuple toujours rebelle et par ailleurs éternel champion, au sens grec du terme, de la Liberté. C’est toujours la même idée qui y est développée, finalement très proche des visions gaulliste et communiste sur le plan national : toute la Corse aurait été résistante précocement par patriotisme et aussi par une sorte de culture multiséculaire de résistance face à l’oppression étrangère.

25Ces mythifications peuvent évidemment être objets d’histoire mais elles ne peuvent en aucun cas prétendre à être l’Histoire car leur compromission avec la mémoire – toujours partielle et donc sélective – le leur interdit.

26À nos yeux, en nous situant dans le courant historiographique qui s’est fait jour en France ces trois dernières décennies, la Résistance corse est un phénomène qui mérite une relecture dont la finalité serait plutôt, sans faire table rase des travaux de nos prédécesseurs, de tenter d’explorer les zones d’ombres, de dépasser les limites d’affirmations trop souvent élevées au rang de généralités, tout en participant à la tentative de définition d’un phénomène multiforme, à la fois national et euro-méditerranéen.

  • 30 Citons les recherches pionnières dans ces années d’Hélène Chaubin, correspondante corse du Comité (...)

27À partir des années 1970-1980, la Résistance insulaire redevient l’objet d’un intérêt. Malheureusement, ces travaux scientifiques et universitaires demeurent encore aussi isolés que ponctuels, à cause notamment d’un accès aux sources alors difficile30.

28Cette amorce de rattrapage historiographique n’a pas empêché la réactivation d’une mémoire qui se veut comme la gardienne, pour le moins sourcilleuse, de cette histoire résistante. Le phénomène n’est pas original puisqu’il se retrouve sur le plan national durant les décennies d’après-guerre au cours desquelles, la parole de l’acteur se heurte à celle de l’historien. Or, en Corse, à partir des années 2000, la disparition des derniers principaux acteurs et témoins engagés de cette époque a paradoxalement cristallisé l’attitude des défenseurs de la mémoire résistante. Dépourvus du sacro-saint statut d’acteur qui conférait une inégalée légitimité de la parole, ceux-ci se sont réfugiés dans un vernis de déontologie historique camouflant pourtant bien mal une vision très idéologiquement orientée du phénomène résistant dans l’île et diffusant les stéréotypes hagiographiques d’une écriture digne de celle des années 1950. Ainsi peut-on lire sur le site de l’ANACR de Corse-du-Sud :

  • 31 Discours prononcé le 9 septembre 2011 à Ajaccio.

« […] nous préférons inverser les priorités et dire que « l’histoire est faite pour retranscrire une réalité passée avec ses pages de gloire – la Résistance corse en est une – et éventuellement toutes ses ambiguïtés, ses non-dits et ses tabous ». C’est le moyen le plus sûr de ne pas se fourvoyer et perdre de vue l’essentiel.
[…] Mais attention que cette démythification de la Résistance [corse] […] n’en vienne à oublier l’essentiel et qu’on puisse lui faire le reproche qu’adressait Germaine Tillion à certains historiens : “Il y aura toujours ceux qui ne s’intéressent qu’au petit bout de vérité qui peut déclencher le scandale ; ils n’auront qu’indifférence ou condescendance pour la vérité massive, trop banale, usée par trop de familiarité d’usage31.” »

  • 32 Cette exposition a en effet été montée par les enfants de Maurice Choury pour qui leur père a été (...)

29À l’occasion d’une récente exposition à Ajaccio reprenant, à nouveau, le titre de l’ouvrage de Maurice Choury et destinée à célébrer, non sans polémique32, la mémoire de cet acteur-auteur, le premier adjoint au maire, élu communiste, n’a pas manqué de rappeler aux chercheurs travaillant sur ce sujet, quelques règles élémentaires du travail d’historien et de son rapport à la mémoire :

  • 33 Le discours de cet élu a été reproduit sur le site de l’ANACR de Corse-du-Sud mais l’extrait que n (...)

« On a entendu, parfois, tel chercheur contemporain dénoncer un prétendu “dogmatisme” dont le travail de mémoire se serait rendu coupable. Cette mise en cause, qui résulte visiblement d’une erreur d’appréciation, revient en fait à imputer à son voisin un défaut dont on est soi-même affligé. L’approche scientifique des faits historiques n’a nullement besoin, pour valoriser ses apports, de stigmatiser l’approche mémorielle. Elle doit prendre appui, au contraire, sur les acquis incontestables du travail de mémoire pour aller au-delà de la seule commémoration, en re-contextualisant les faits, en examinant et en confrontant les sources, en élaguant les polémiques et les récits légendaires, en intégrant les travaux toujours renouvelés des chercheurs33… »

  • 34 S. GREGORI, « Forti saremu se saremu uniti », entre continuité et rupture, Résistance (s) et socié (...)
  • 35 G. Guerrini, « Entre histoire et politique, les commémorations de la Libération de la Corse », Étu (...)
  • 36 Notamment les deux fédérations corses du PCF, comme l’illustre à deux reprises les allusions conte (...)

30Ces tentatives de contrôle – ou du moins de surveillance – de la parole historienne rendent compte d’un autre particularisme dont les pesanteurs sont encore aujourd’hui extrêmement fortes, quoique sous-jacentes, dans la construction du discours « historicisé » par la mémoire résistante « officielle » : il s’agit de la réaction aux mouvements autonomistes et nationalistes corses apparus dans les années 1970. Si, comme nous l’avons démontré dans nos travaux34, le discours résistant corse renonce à toute référence culturelle dans son autodéfinition identitaire – pourtant à l’origine de son succès auprès de l’opinion durant la période clandestine – immédiatement après la Libération de l’île, dans le cadre plus général d’une « remise en ordre » de la société, ce revirement se fixe définitivement à la veille des années 1980. Il s’illustre dans le changement du sens du combat résistant insulaire : de celui pour la défense de la Corse non italienne à celui de la défense de la Corse française, alors que le second n’est finalement que la conséquence du premier. Ce basculement correspond alors à la tentative de récupération politique dont la Résistance est l’objet de la part des mouvements revendicatifs indépendantistes. Le nouveau sens qui lui est ainsi donné explique l’échec de toute instrumentalisation autonomiste ou nationaliste corse35. Il n’en demeure pas moins que cette expérience politico-mémorielle va profondément marquer, voire traumatiser, le monde ancien combattant résistant et certains partis politiques insulaires36, toujours méfiants vis-à-vis des interprétations dont la Résistance peut être l’objet. Cette défense d’un pré carré mémoriel par la diffusion d’un discours figé a participé à la stérilisation et au retard historiographique évoqué plus haut.

Des sources revisitées à l’aune de l’anthropologique historique et de l’histoire culturelle

31Afin de dépasser les limites d’une analyse de la Résistance corse telle que l’historiographie traditionnelle insulaire et la mémoire officielle du monde ancien combattant la présentent – tout en essayant de répondre aux nouveaux questionnements scientifiques nationaux –, nous avons opté non pas pour une analyse du phénomène résistant en lui-même, mais pour celle de ses liens avec la société insulaire. Ce choix nous a semblé pertinent parce qu’il apparaît comme complémentaire des domaines politique et militaire qui ont fortement déterminé les travaux et publications de nos prédécesseurs. D’une certaine manière, il fallait essayer de faire sauter les entraves à la recherche formées par ces deux domaines afin de tendre vers une vision plus globalisante du phénomène résistant. À cette fin, c’est à une sorte d’« archéologie contemporaine » que nous avons tenté de nous livrer : il fallait passer au crible de la méthodologie de l’ensemble des sciences sociales les moindres traces du comportement résistant, qu’il soit individuel ou collectif.

  • 37 D. Virieux, Le Front National de Lutte pour la Liberté et l’Indépendance de la France, un mouvemen (...)

32Cette approche s’inscrit ainsi résolument dans la (re)découverte de la notion de Résistance et de ses définitions actuellement en cours d’élaboration avec une attention particulière à la diversité d’expression du concept perçu dans ses dimensions sociale, sociologique, culturelle, voire ethno-anthropologique. À travers l’exemple de la Résistance en Corse – dont certains s’accordent à reconnaître l’exceptionnalité, en l’enfermant dans le strict champ politique ou chronologique37 – nous tenterons de souligner comment, au même titre, si ce n’est plus que le politique, le contexte social – pris dans le sens le plus large de son acception – joue un rôle fondateur dans l’apparition, la genèse, la structuration, les manifestations, l’évolution et le fonctionnement de ce type de phénomène.

33Qu’est-ce que résister dans la Corse des « années noires » ? Mise sous forme de questionnement, notre problématique peut ainsi être résumée : les liens entre la société insulaire et la Résistance, entre 1940 et 1943, permettent-ils de définir d’éventuelles spécificités du phénomène résistant insulaire et d’en proposer une ou plusieurs typologies comparativement dans un cadre à la fois national et méditerranéen. Problématiser ainsi notre sujet nous conduit à donner une définition volontairement floue du concept de résistance dont l’élaboration ne peut être conçue que consubstantiellement au travail de dépouillement et d’interprétation des sources.

34La Résistance n’est pas un concept totalement nouveau, externe à une île dans laquelle elle aurait été « importée » et transplantée ex-nihilo. Elle n’est pas davantage un phénomène « spontané » auto-généré par une culture corse, trop souvent décrite comme un conservatoire de traditions, bastion imperméable à toute « nouveauté », à tout courant national ou international et terre mythique d’une résistance éternelle aux envahisseurs.

35Tout tend donc à nous ramener à cette société corse aux particularismes (re)marqués et très souvent présentés, notamment depuis le XVIIIe siècle, comme des invariants historiques. Au début des années 1940, la société corse est loin d’avoir le même tissu social que celui qu’elle possède actuellement. Même comparativement à un idéal-type national, elle fait figure – certes à l’image d’une certaine partie de la France méridionale – de périphérie anachronique et archaïque. Encore très majoritairement rurale, peu industrialisée, dans un territoire insulaire aisément délimité par sa nature même, la société corse présente un profil original dans l’ensemble hexagonal. Cette originalité est d’autant plus marquée dans le domaine culturel et au niveau des structures traditionnelles politiques et sociales. C’est donc dans ce contexte ou plutôt sur ce substrat que la Résistance, à travers la diversité de ses expressions, va se manifester. Fort de ce constat et afin de mieux appréhender les liens unissant le phénomène résistant et la société insulaire, nous avons déterminé trois axes de recherches :

  • la Résistance comme structure de pouvoir et organisation,
  • la Résistance comme phénomène d’opinion,
  • la Résistance comme mouvement social et sociétal.

36Si le premier axe est largement orienté dans la longue tradition historiographique de la Résistance, c’est parce qu’il nous a semblé nécessaire de faire la synthèse des rares travaux existants, tout en essayant d’éclairer quelques points à la faveur de sources publiques et privées récemment mises au jour. Ces sources (principalement celles de la répression vichyste, de la propagande clandestine résistante, les Mémoires inédits de certains acteurs et les dossiers d’homologation de CVR) mettent en lumière des ramifications départementales jusqu’alors peu étudiées comme Combat ou Libération ou des groupements propres à l’île qui n’avaient jamais été le sujet de recherches comme la Légion Corse. Cet axe de recherche a donc nécessité un important travail de relecture et de croisement des sources d’époque et de documents postérieurs afin de reconstituer groupes, réseaux et mouvements qui se structurent dans l’île, et de permettre d’avoir une vision globale – mais non encore exhaustive – de la Résistance organisationnelle corse. Il nous a également obligé à examiner les différents pouvoirs en présence : autorités vichystes (préfet, légion française des combattants), occupant italien, partis politiques ayant localement survécu à la chute de la IIIe République et à reconstituer le rapport de force qui s’instaure entre eux. Apparaissant en l’occurrence comme conflictuel, ce dernier conduit à un contexte de vacance du pouvoir. Celui-ci s’avère déterminant dans le processus d’apparition d’une Résistance perçue et conçue comme une force politique alternative.

  • 38 P. Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, 405 p.

37Enfin, il nous a semblé important de déterminer la chronologie et la logique selon lesquelles la Résistance gagne l’opinion publique insulaire et sous quelles formes, en tant que telle, elle s’y manifeste. À partir de la méthodologie proposée par Pierre Laborie38, notre propos est axé sur le poids de l’imaginaire social et des modèles cognitifs d’interprétation qui en découlent ainsi que sur le(s) rôle(s) de ces derniers dans la diffusion du sentiment résistant, des idées et courants de la Résistance au sein de la population insulaire. Quels comportements et attitudes collectives en découlent ? Quelles sont les relations entre l’expression d’un gaullisme, d’une italophobie, d’une anglophilie et les options et valeurs de la Résistance ? Par rapport à l’ensemble national, cette Résistance corse analysée comme phénomène d’opinion possède-t-elle des spécificités dans sa chronologie et son mode de fonctionnement ?

38Pour que cette Résistance-organisation apparaisse et prenne l’ampleur qui fera son succès politique voire militaire mais aussi en tant que phénomène d’opinion, il faut au préalable qu’elle soit ce que nous qualifierions de mouvement social voire sociétal. Aussi, sommes-nous logiquement conduit à un nouveau questionnement qui nous fait dépasser ces aspects de la Résistance qui, en réalité, cachent des formes d’engagement collectif et individuel plus diffuses, et a priori moins perceptibles. L’intérêt porté à celles-ci se justifie par le fait qu’elles participent également à la structuration du phénomène résistant et à son emprise sur la société, en en devenant le socle fondateur. Leur diffusion préalable dans les différentes couches sociales va conduire à la coexistence complémentaire de cette Résistance-mouvement avec la Résistance-organisation. Il est donc nécessaire de déterminer des thématiques à la fois propres aux singularités de la société à étudier ainsi que d’autres, plus générales, destinées à être utilisées selon une approche comparatiste avec d’autres régions ou zones géographiques.

  • 39 Pour reprendre le concept de Maurice Agulhon.

39Nous sommes ici dans le cœur du sujet : quels sont les liens et les interactions entre le phénomène résistant et une société ? Par quelles pratiques et fonctionnements socioculturels la Résistance passe-t-elle afin de s’implanter dans le corps social ? Quelles sont les formes de cette implantation ? Quels en sont les « intermédiaires culturels39 » en termes d’individus et de leur(s) influence(s) sur la société ? Quels sens un acte ou une action de Résistance prennent-ils dans une société ? Comment certains groupes sociaux légitiment-ils leur présence ou leur surreprésentation dans les organisations clandestines de la Résistance ? Comment la Résistance canalise-t-elle à son profit des forces et des dynamiques sociales nouvelles (jeunes, classes moyennes, politisation et nationalisation de la vie politique locale), comme des formes archaïques du fonctionnement de la société (solidarités claniques, réseaux clientélaires, solidarités communautaires, structure familiale) ? Quels liens la Résistance – qu’elle soit organisationnelle ou non – entretient-elle avec les différents espaces, territoires, terroirs, vécus et imaginés, composant les entités spatiales d’une société ? Quels rôles l’expression et la défense d’une identité culturelle locale ont-elles joué dans l’apparition et l’autodéfinition de la Résistance aussi bien sur le plan de la construction du discours de la propagande clandestine que de celui de son adéquation avec les représentations mentales de l’opinion publique ? Quel(s) rapport(s) la Résistance entretient-elle avec la violence sociale ?

  • 40 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à G. Levi, Le pouvoir au village, Histoire d’un ex (...)
  • 41 Ibid., p. XII.

40Ces questions trouvent une réponse dans une relecture des sources à travers le prisme de l’histoire socio-culturelle et celui de l’anthropologie historique. De même, la micro-histoire et la vision du social qu’elle propose peuvent également être une clé de lecture scientifiquement pertinente d’un phénomène résistant conceptualisé comme un phénomène social. Ayant pour objet une « histoire au ras du sol40 », telle qu’elle est vécue par des groupes sociaux ou des sociétés, la micro-histoire s’inscrit dans l’« écheveau complexe de relations » et « une multiplicité des espaces et des temps » qui caractérisent l’insertion de tout grand phénomène historique au niveau du quotidien et du local41.

41Mais quel que soit l’axe envisagé, il est nécessaire de s’atteler à l’invention – au sens latin du terme – d’un corpus de documents qui sera passé au crible des approches méthodologiques et thématiques retenues. Les sources d’époque : celles de la répression (vichyste, italienne), celles émanant des organisations de Résistance (propagande clandestine, documents internes) mais également les témoignages oraux suscités comme ceux écrits spontanément après la Libération composent un fonds d’une richesse remarquable lorsqu’il est dépouillé sous l’angle de l’anthropologie historique.

42Cette approche rend compte d’un autre temps de la construction de la Résistance, parallèle mais étroitement lié à celui des organisations clandestines, celui d’un phénomène éminemment culturel, social et sociétal, finalement représentatif du fonctionnement de la société dans laquelle il s’enracine.

*

43Ainsi, se focaliser sur la société corse, spatialement et culturellement bien délimitée, a permis d’affiner – à travers le cas qu’elle représente au sein de l’espace national – le concept de Résistance, ses typologies à travers ses différentes formes et sens, participant, par une variation d’échelle comparatiste, à la définition d’un modèle français protéiforme mais aussi méditerranéen. C’est en ce sens que les approches, questionnements et pistes de recherches ici évoqués peuvent être appliqués ou adaptés à d’autres aires géographiques et à d’autres corps sociaux.

Notes

1 Voir l’introduction de l’édition de poche de l’ouvrage de Jacques Semelin, Sans armes face à Hitler, Paris, Payot, 1998, p. I-XV.

2 Ibid., p. VIII.

3 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », Le mouvement social, no 180, juillet-septembre 1997, p. 21-42.

4 Sur l’apport de l’anthropologie dans l’étude du phénomène résistant, on se reportera notamment à H. R. Kedward, « La Résistance, l’histoire et l’anthropologie : quelques domaines de la théorie », in J.-M. Guillon, P. Laborie (dir.), Mémoire et histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, p. 109-118.

5 P. Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », Les cahiers de l’IHTP, no 37, décembre 1997, p. 21.

6 J. Sainclivier, D. Veillon, « Sens et formes de la Résistance française », Les cahiers de l’IHTP, no 37, décembre 1997, p. 105.

7 L. Douzou, « Organisations et modes de fonctionnement de la Résistance », Les cahiers de l’IHTP, no 37, décembre 1997, p. 109-127.

8 F. Bédarida, « Sur le concept de Résistance », in J.-M. Guillon, P. Laborie (dir.), Mémoire et histoire…, op. cit., p. 45-50.

9 P. Laborie, « L’idée de résistance… », op. cit., p. 24.

10 S. Barcellini, « La Résistance française à travers le prisme de la carte CVR », in L. Douzou et al. (dir.), La Résistance et les Français, villes, centres et logiques de décision, Les cahiers de l’IHTP, 1995, p. 151-183.

11 A. Prost, « Résistance et société : quels liens ? », Le mouvement social, no 180, juillet-septembre 1997, p. 3-8.

12 P. Laborie, « L’idée de Résistance… », op. cit., p. 17.

13 J. Semelin, op. cit., p. 45.

14 P. Laborie, « L’idée de Résistance… », op. cit., p. 17.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 21.

17 La Corse n’est scindée en deux départements qu’en 1975.

18 Bornons-nous à évoquer sa très modeste place dans les volumes de L’Histoire de la Résistance en France dirigée par Henri Noguères parus en 1976.

19 L. Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Le Seuil, 2004.

20 Article intitulé « Une page de notre histoire », Le Patriote du 5 janvier 1944, édition de Bastia, Bibliothèque patrimoniale de Bastia Tommaso Prelà (BPBTP), fonds de la presse corse.

21 Ibid.

22 Selon Jean Leandri, Simon-Jean Vinciguerra aurait abandonné ce projet « parce qu’il y avait des tabous et que la première documentation qui lui parvenait concernait plus particulièrement la mise en valeur de chacun de ses auteurs », lettre dactylographiée du 21 mars 1968 de Jean Leandri à François Vittori, Archives départementales de Haute-Corse (ADHC), 3J3/14.

23 Archives départementales de Corse-du-Sud (ADCS), 1J20.

24 J.-A. Livrelli, L’occupation italienne en Corse, Paris, Paul Fieschi, 1949, 246 p.

25 Cette exposition s’est déroulée dans un magasin d’Alger et a été organisée par le journal communiste Liberté à partir des documents ramenés de Corse par François Vittori qui avait débarqué en Afrique du Nord le 21 septembre 1943, compte rendu succinct et journalier des événements du 18 au 30 septembre 1943 de la délégation du Comité central du PCF à Alger, Archives du Parti communiste français (APCF), microfilm 881.

26 Maurice Choury avait auparavant co-rédigé avec Arthur Giovoni le scénario d’une bande-dessinée intitulée Vendetta, une aventure épique, Résistance et Libération de la Corse, parue dans la collection Jeunesse des éditions France d’Abord, sans date [vers 1945].

27 M. Choury, Tous bandits d’honneur ! Résistance et libération de la Corse, Paris, éditions sociales, 1956, 220 p. Cet ouvrage connaîtra deux autres éditions : l’une remaniée par l’auteur en 1958 et un reprint en 1988. Une nouvelle édition mise à jour par les enfants de Maurice Choury est sous presse.

28 Comme le prouvent les variations du texte des éditions de 1956 et 1958.

29 Voir plus loin.

30 Citons les recherches pionnières dans ces années d’Hélène Chaubin, correspondante corse du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, les mémoires de maîtrise de Pierre Desideri, Attitudes et comportements de la Corse devant la défaite et l’occupation, mémoire de maîtrise en histoire sous la direction de P. Guiral, université de Provence, centre d’histoire militaire d’Aix-Salon de Provence, 1973, 227 p. et celle de Iannis Roder, Le Parti Communiste Français dans la Résistance corse 1939-1943, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction d’A. Prost, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1994, 166 p. et enfin les articles d’Ange Rovere sur la stratégie politique de la Région corse du PCF et du FN à la Libération qui présentent quelques éléments sur la période clandestine. Le travail de P. Desideri présente de nombreuses problématiques communes à notre travail mais, à l’image de sa conclusion et malgré quelques pistes de recherche entrevues, il demeure fortement entravé par la tradition historiographique militaire et politique qui régnait encore sur le sujet dans les années 1970. Sa démarche de replacer la Résistance insulaire dans la longue durée n’est pas sans une certaine pertinence même si son analyse demeure confuse et superficielle. Le mémoire de Iannis Roder est quant à lui fortement influencé par le témoignage du dernier membre de la direction départementale de la Résistance communiste, Léo Micheli.

31 Discours prononcé le 9 septembre 2011 à Ajaccio.

32 Cette exposition a en effet été montée par les enfants de Maurice Choury pour qui leur père a été « l’oublié de l’histoire officielle […] à qui le parti communiste n’a jamais reconnu la place centrale qui a été la sienne, notamment à cause de l’opposition du PC bastiais, toute sa vie saqué par ses camarades. », 24 ore du 8 au 14 septembre 2011, p. 9. Une relecture quelque peu subjective du parcours de cet homme, acceptant de reprendre son activité militante à l’été 1943 alors qu’il est dans l’île depuis 1942, qui su lui-même se mettre en avant dans Tous bandits d’honneur ! et forger son propre mythe d’initiateur de l’appel à l’insurrection du 9 septembre alors que l’événement découlait d’une décision stratégique des dirigeants communistes du département arrêtée peu après l’annonce de la chute de Mussolini. Après la guerre, loin d’être marginalisé, Maurice Choury devient conseiller du ministre Laurent Casanova – son beau-frère – au cabinet des anciens combattants et victimes de guerre avant de reprendre son activité de journaliste à L’Humanité-Dimanche. Il rompt avec le PCF lors de l’invasion de la Hongrie par l’URSS en 1956.

33 Le discours de cet élu a été reproduit sur le site de l’ANACR de Corse-du-Sud mais l’extrait que nous citons n’y figure pas.

34 S. GREGORI, « Forti saremu se saremu uniti », entre continuité et rupture, Résistance (s) et société corse, juillet 1940-septembre 1943, thèse de doctorat sous la direction de J.-M. Guillon soutenue à l’université de Provence le 28 novembre 2008, 3 volumes, 1 280 p. et « Résistance (s) et identité (s) : le cas corse 1940-1943 », Études corses, no 57, 2004, p. 145-184.

35 G. Guerrini, « Entre histoire et politique, les commémorations de la Libération de la Corse », Études corses, no 57, 2004, p. 185-212.

36 Notamment les deux fédérations corses du PCF, comme l’illustre à deux reprises les allusions contenues dans le discours du 9 septembre 2011 du premier adjoint de la ville d’Ajaccio, pour ne citer que ce seul document récent. Voir pour les enjeux mémoriels et politiques des dates commémoratives de la Libération de la Corse depuis les années 1970, G. Guerrini, op. cit.

37 D. Virieux, Le Front National de Lutte pour la Liberté et l’Indépendance de la France, un mouvement de Résistance, période clandestine (mai 1941-août 1944), thèse de doctorat en histoire sous la direction de C. Willard, université de Paris VIII, 1995, volume I, p. 7.

38 P. Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, 405 p.

39 Pour reprendre le concept de Maurice Agulhon.

40 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à G. Levi, Le pouvoir au village, Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. XXI.

41 Ibid., p. XII.

Auteur

Docteur en histoire de l’université de Provence, attaché de conservation du patrimoine.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540