Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Première partie. Une histoire toujours en chantier

Écrire l’histoire des déportations de répression

Thomas Fontaine

Texte intégral

Introduction : un peu d’ego-histoire

  • 1 Déporter. Politiques de déportation et répression en France occupée. 1940-1944, Université Paris 1 (...)

1Je viens d’achever une thèse de doctorat sur les déportations de répression depuis la France occupée1. Tout projet a son histoire et, sans être particulièrement originale, celle de ce travail mérite d’abord d’être explicitée. C’est l’objet de cet article. En effet, l’histoire de ce sujet éclaire son choix, sa façon de le traiter et, il faut bien le reconnaître, le temps qu’il m’a fallu pour le mener à bien. Cet article se doit donc de commencer par un petit peu d’ego-histoire.

  • 2 Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Le Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par (...)

2En 1998-1999, j’ai effectué mon service national au sein de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD), qui réalisait depuis deux ans le Livre-Mémorial des déportés arrêtés par mesure de répression. La pluralité des cas de déportations découverts, la complexité de leur enchaînement, la précocité des départs et la prise en compte des convois dirigés vers les prisons du Reich ne correspondaient guère à mes lectures sur le sujet, celles aussi d’un jeune enseignant. Or, la bibliographie disponible ne répondait pas à mes questions ou à celles des chercheurs de la FMD. L’idée de cette thèse germa ainsi. Sa nécessité m’apparut davantage encore lors d’une mise à disposition de l’Éducation nationale à la FMD, de 2000 à 2003, pour coordonner son équipe du Livre-Mémorial. Sa réalisation me permit de maîtriser le cadre statistique et chronologique des déportations depuis la France occupée, un préalable indispensable2.

3J’engageais en parallèle un mémoire de DEA intitulé « Les déportés de répression partis de France : approche notionnelle et méthodologique », soutenu en 2001. Si le but était de définir précisément qui furent ceux qui partirent pour les camps et les prisons du Reich et pourquoi, pour y arriver, je pris en compte les processus de déportation. Mais ils n’étaient pas encore au centre de mon sujet.

4Ma thèse s’est ensuite fortement enrichie des travaux menés pendant quatre ans pour le Conseil général de la Seine-Saint-Denis sur le fort de Romainville, camp d’internement allemand important et point de départ en déportation. Cette approche monographique fut essentielle, précisément par l’importance donnée au cadre répressif allemand.

5La poursuite de la recherche et le début de l’écriture n’ont pu être réalisés que grâce à trois ans de bourse offerte par la Fondation de la Résistance et la Fondation de la Shoah, de 2007 à 2010.

6Ce sujet est le fruit de ce parcours professionnel et de réflexions sur les silences d’une historiographie confrontés à la richesse de fonds d’archives encore largement inexploités.

7Pour essayer de cerner les principaux questionnements qui jalonnèrent ce parcours, et pour envisager l’intérêt de leurs réponses pour l’histoire de la Résistance, je présenterai ici quatre enjeux principaux. Ils constituent aujourd’hui les fondations essentielles de ma réflexion sur les déportations de répression depuis la France occupée. En ne cessant de les relire, j’ai structuré une grille de lecture d’un sujet qui m’a emmené donc plus loin que ce j’avais envisagé initialement. Mais c’est sans doute le propre de la recherche historique.

Dépasser nos représentations, maîtriser les enjeux mémoriels

8Il ne s’agit pas ici de revenir sur le débat entre « mémoire » et « histoire », mais simplement de comprendre comment, sur un sujet où le poids mémoriel est précisément très important, le cadre d’analyse offert par les représentations et les mémoires ont mal orienté jusqu’à présent le travail historique sur les déportations de répression.

9Nos représentations, tout d’abord, sont profondément marquées par les images d’horreur de la découverte des camps de concentration par les troupes alliées. Leur force fait généralement démarrer la réflexion en 1945. Isolée du reste de la guerre, l’horreur apparaît comme une fin programmée par les nazis. Le regard se focalise sur celle-ci et non sur le début des processus qui menèrent aux camps, c’est-à-dire au déroulement de la répression en France. Les récits des convois de déportation, étant d’abord le témoignage de la première étape des camps, ont renforcé cette sorte « d’histoire à rebours ».

10Ces représentations invitent donc au récit de l’expérience concentrationnaire, et non à la compréhension des mécanismes qui amènent tant de déportés à s’y trouver plongés. La déportation n’est plus alors que le premier outil de cette atteinte intolérable aux droits de l’homme, elle n’est pas le prolongement de politiques répressives menées en France occupée. Le point d’arrivée compte plus que le point de départ. Et si le Häftling pointe déjà, le déporté de répression, lui, est absent.

11S’il faut donc dépasser ces représentations, remarquons rapidement que le cadre d’étude proposé par les mémoires et leurs évolutions n’est pas plus pertinent.

  • 3 Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992, p. 157

12Aujourd’hui, et depuis les années 1980, dans la mémoire collective, la déportation n’est globalement plus un « prolongement de la Résistance3 », mais essentiellement le résultat de la persécution des Juifs.

  • 4 Sur ce point, ibid.

13Dès la Libération, et surtout à partir de 1947 avec les débuts de la Guerre froide, les différentes mémoires patriotiques ont instrumentalisé le thème de la déportation. Les statuts juridiques accordant une reconnaissance aux anciens déportés, qui furent l’objet de vifs débats entre gaullistes et communistes, en sont une conséquence évidente : le premier des deux consacre la position privilégiée du « résistant », défini avant tout comme le membre d’une organisation ; ne laissant ainsi au second que le rôle de rassembler tous les autres déportés improprement baptisés « politiques4 ». Ces deux statuts votés en 1948, qui excluent en outre d’autres déportés, dont le droit commun, ont longtemps servi de définitions aux victimes, à leurs familles, aux associations, mais aussi aux historiens.

  • 5 Pour reprendre l’expression de Laurent Douzou, La Résistance, une histoire périlleuse, Paris, Poin (...)
  • 6 Se reporter à la thèse de Bertrand hamelin, Singulier et pluriel : Michel de Boüard, Université de (...)

14Il y aurait d’autres exemples de ces « fausses pistes » tracées par ce cadre mémoriel. Mais retenons surtout que ce contexte politico-mémoriel accentue la dimension d’une histoire écrite sous le contrôle des acteurs concernés, une histoire dès lors « périlleuse5 ». En 1964, l’historien Michel de Boüard, membre du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM) et ancien déporté à Mauthausen, se trouve contraint par son Amicale de publier un rectificatif à propos d’un point de sa recherche sur la répression allemande en France. L’historien avait écrit qu’en 1943 l’opération Meerschaum avait entraîné la déportation de nombreux droit commun et de non-résistants. L’Amicale de Mauthausen demande fermement à l’historien de nuancer cette information, aujourd’hui historiquement établie dans des proportions variables selon les convois de déportation de cette période. Si Michel de Boüard y consent – dans le Bulletin du CH2GM – par fidélité à ses camarades, il est frappant de constater qu’ensuite il ne publie plus sur le sujet, cessant sans doute de travailler à l’histoire de la déportation, tout en continuant de se consacrer à des entreprises de commémoration6.

  • 7 Annette Wieviorka, « Conclusion » in Tal Bruttmann, Laurent Joly, Annette Wieviorka (dir.), Qu’est (...)
  • 8 Cf. Thomas Fontaine, Bertrand Hamelin, « Olga Wormser-Migot dans l’histoire », Questions de commun (...)

15Pour autant, devons-nous retenir le seul cadre d’une hégémonie de la mémoire de la Résistance. Des résistants ? Des déportés résistants ? Face à d’autres mémoires ainsi occultées, à commencer par celle du génocide des Juifs ? Une hégémonie qui aurait ainsi « triomphé » de l’histoire. Annette Wieviorka avance cette conclusion à propos de la polémique qui suivit la publication de la thèse d’Olga Wormser-Migot, en raison de l’erreur de l’historienne qui avait écrit que les chambres à gaz des « camps de l’Ouest » relevaient du « mythe ». La portée de la première thèse sur le système concentrationnaire en fut singulièrement réduite. Pour Annette Wieviorka, cette affaire illustrerait le « double blind » dans lequel auraient été pris les chercheurs : « injonction de faire l’histoire ; interdiction de la faire ». « Mise à l’index après la soutenance de sa thèse, la totalité de son travail fut alors invalidé. La mémoire a triomphé7 ». Mais en quoi le rétablissement de la vérité historique signe-t-il le triomphe de la mémoire ? Car, en l’occurrence ici, les anciens déportés qui répondent à Olga Wormser-Migot argumentent leurs conclusions d’une véritable recherche historique8.

16Aussi, même s’il faut considérer les hautes eaux de la mémoire résistante comme des basses eaux historiographiques, les acteurs de cette mémoire étant surtout censés avoir refusé de faire l’histoire, si les obstacles furent bien réels, surtout du fait de la césure de la Guerre froide et de la force des mémoires politiques de la guerre, encore faut-il détailler le bilan historiographique, en considérant ses frontières les plus larges. Des résultats s’y trouvent évidemment, et ils ont complété notre cadre d’analyse.

Relire une historiographie singulière

  • 9 Laurent Douzou, Une histoire périlleuse, op. cit., p. 10-11 et 20.

« Il s’agit de prendre la mesure et de saisir la signification d’une historiographie traversée de passion, de débats, de polémiques, tenaillée entre la nécessité de respecter une histoire où l’éthique a joué le premier rôle et l’obligation de mettre à distance et en perspective les événements qui l’ont jalonnée. [Il s’agit de] réfléchir à une historiographie sécrétée, jusqu’en ce début du XXIe siècle, autant par la mémoire que par l’histoire9. »

17Singulière, l’historiographie de la déportation l’est assurément. Elle est à la fois limitée en nombre de travaux et large dans ses frontières, peu universitaire mais dominée par le collectif atypique que fut le CH2GM, marquée enfin par des travaux de déportés-historiens, de fonctionnaires chargés d’archiver les fonds de la déportation, voire parfois de journalistes.

  • 10 Sur ce point, outre le livre de Laurent Douzou, lire l’ouvrage collectif dirigé par le même, Faire (...)
  • 11 Jean-Marc Dreyfus, Ami, si tu tombes, Paris, Perrin, 2005, p. 179-180.
  • 12 J’ai commencé à le faire dans un article de Guerres mondiales et conflits contemporains, « Les pre (...)

18Côté CH2GM, la cause semble pourtant entendue. Si on lui reconnaît le fait d’être une structure originale10, son bilan en matière d’histoire de la Déportation est jugé peu intéressant. Comme le conclut par exemple Jean-Marc Dreyfus, « ce fut en fait peu de chose, surtout comparé au travail effectué au sein du Centre de documentation juive contemporaine11 » (CDJC). Le difficile passage de témoins avec l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), à la fin des années 1970, n’a sans doute pas aidé à modifier ce jugement. Le Comité est pourtant, en ce début des années cinquante, le premier organisme d’histoire à s’engager dans l’étude de la déportation des résistants et des politiques. Sur ce thème, son travail n’a pas été étudié12.

  • 13 Archives nationales (AN), 72 AJ 2168, lettre d’Henri Michel rédigée en tant que secrétaire général (...)
  • 14 Ils sont depuis longtemps connus et utilisés dans le fonds 72 AJ des AN.
  • 15 Annette Wieviorka, Déportation et génocide, op. cit., p. 426-430.

19Pourtant, à l’époque, le CH2GM a réfléchi à ce champ d’étude. Il se pose même comme l’acteur historiographique principal. Il est par exemple significatif de voir comment se présente Henri Michel, son secrétaire général, en 1956 : « Je n’ai pas été déporté, mais je suis un peu l’historien de la déportation13 ! » Le mérite premier du CH2GM est d’avoir récolté des témoignages d’anciens déportés14. De plus, les deux objectifs sans cesse rappelés par Henri Michel sont toujours d’actualité : dresser un état des lieux de la répression allemande en France occupée grâce à des études départementales ; et dresser un profil sociopolitique du groupe des déportés partis. Mais, surtout, le préalable statistique à toutes ces études fut engagé. On explique souvent qu’une polémique lancée au début des années 1970 par la principale association d’anciens déportés, la FNDIRP, proche du PCF, empêcha la publication de la statistique du CH2GM pourtant achevée, parce qu’elle proposait des chiffres inférieurs à ceux avancés jusque-là15. La réalité me semble en fait plus complexe. Sans le dire, le CH2GM – en premier lieu son secrétaire général – avait conscience des failles importantes de sa méthode pour établir la statistique, et cela joua finalement aussi pour ne pas l’éditer. Les anciens déportés ne refusèrent pas toujours la discussion et demandèrent aussi des compléments constructifs. Mais cette absence de publication de la statistique empêcha le CH2GM de défendre un bilan en matière d’histoire de la déportation. Le rôle que les « gardiens de la mémoire » auraient joué dans ce constat empêche en outre de regarder de ce côté de l’historiographie, où pourtant d’anciens déportés devenus parfois des historiens qui travaillent.

  • 16 Pierre-Serge Choumoff, Les chambres à gaz de Mauthausen, camp de concentration nazi. La vérité his (...)
  • 17 Notamment Le décret et la procédure Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard), Orléans, Impressions Bou (...)
  • 18 André Sellier, Histoire du camp de Dora, Paris, La Découverte, 1998 (éditions de poche, 2001).

20En effet, un tel regard est absent de l’historiographie de la déportation ; ou plutôt, il est réservé à celle du génocide des Juifs. On met en avant, à juste titre, le rôle des autodidactes du CDJC, dès 1945. On souligne avec raison l’importance des travaux historiques menés par Serge Klarsfeld, avocat et fils de déporté, dans le réveil de la mémoire juive de l’événement. Mais seules quelques rares mentions positives signalent les travaux analogues d’anciens déportés résistants. Or, ils apparaissent finalement très importants, et même à certains moments de l’historiographie plus nombreux que ceux des « historiens professionnels ». La réponse à Olga Wormser-Migot sur l’existence des chambres à gaz a avant tout été portée par Serge Choumoff, scientifique de formation, ancien déporté à Mauthausen et Gusen16. La principale recherche documentaire et la première analyse en langue française portant sur le décret « NN », dit Nacht und Nebel, crucial pour comprendre les politiques de déportation au départ de France, sont le fait de l’ancien déporté d’Hinzert Joseph de la Martinière17. L’indispensable monographie du camp de Dora, où l’essentiel des déportés français du second semestre de 1943 et du début de 1944 sont dirigés, a été écrite par André Sellier, historien de formation et ancien déporté du complexe de Mittelbau18. Les recherches de Paul Le Goupil sur des Kommandos de Buchenwald ou sur les convois de non juifs dirigés vers Auschwitz sont d’autant plus précieuses qu’elles n’éludent pas les questions statistiques.

21Ainsi, le « devoir de mémoire » – car ils écrivent évidemment aussi en fonction de ce qui est pour eux un enjeu fort – n’est pas forcément incompatible avec un travail d’histoire. Voici comment André Sellier présente sa recherche en introduction de son livre :

  • 19 Ibid., p. 17.

« Depuis que le Reich hitlérien a disparu, avec les camps de concentration qui en étaient une caractéristique essentielle, la littérature sur ce sujet n’a pas cessé d’être importante […]. Le livre sur le camp de Dora qui est présenté aujourd’hui au lecteur est d’une autre nature. C’est une étude historique, rédigée par un historien, qui se trouve avoir été aussi un Häftling, un “détenu” de ce camp, dont l’identité se résumait au matricule 39 570. Si j’ai entrepris ce travail, c’était pour répondre à l’attente de mes camarades, qui souhaitaient qu’il soit mené à bien, en ce sens, par un spécialiste19. »

22Nous ferons de cette judicieuse présentation une invitation à porter un autre regard sur cette autre historiographie.

  • 20 Je renvoie au cas des fonctionnaires du ministère des Anciens combattants étudié dans ma thèse, op (...)

23Ce regard doit enfin être prolongé hors des limites de l’écriture même de l’histoire. Il faut par exemple prendre en considération les enjeux archivistiques où, pour inventorier et classer, des fonctionnaires réfléchissent à l’histoire de la déportation20.

  • 21 En effet, il n’est sans doute pas inutile de s’intéresser à ce que des centaines de milliers de Fr (...)
  • 22 Le Train de la mort, sur le convoi du 2 juillet 1944, propose ainsi pour la première fois un chiff (...)

24Il faut aussi considérer des livres de journalistes, non reconnus comme historiques, qui ne prétendent pas l’être, aux procédés souvent jugés voyeurs, sinon racoleurs – sans l’être forcément – et qui sont des succès de librairie. La série de douze livres de Christian Bernadac en est sans doute le meilleur exemple21. Ces livres peuvent même parfois être utiles à la démarche historique, notamment lorsqu’ils sont les seuls à traiter d’un sujet et qu’ils proposent des sources nouvelles – ici une somme de témoignages jusque-là jamais édités. Le Train de la mort de Christian Bernadac présente, par exemple, un résultat statistique juste du nombre de décédés durant le convoi22. En somme, ce n’est donc pas parce que c’est en apparence mauvais, que ce n’est pas objet d’historiographie.

Définir un cadre notionnel

25Donner forme à une réalité historique, ou du moins tendre vers elle, en la nommant : tel est l’enjeu de toute recherche. En l’occurrence, et progressivement, en tâtonnant, nous avons accolé dans l’expression deux notions qui, prises individuellement, ne posent pas de problème de définition : la déportation – c’est-à-dire le fait de transférer de façon forcée un groupe de personnes d’un pays à un autre – et la répression – exercée par un occupant sur tous ceux qui sont ses ennemis, lui résistent ou ne respectent pas ses « lois ». Pas plus que les dénominations précédentes de « déportation politique » et de « déportation résistante », cette expression d’une « déportation de répression » ne fait ressortir la destination principale des convois de déportés de la Seconde Guerre mondiale : les camps de concentration. Mais en privilégiant le mot de « répression », elle fait ressortir l’importance essentielle de prendre en compte les « politiques de répression » issues du contexte de l’Occupation qui commandent la grande majorité des déportations et permettent d’unir ses différentes réalités. Car, pour ne citer que cet exemple, c’est un fait qu’une partie des résistants déportés – et parmi les plus dangereux aux yeux des autorités allemandes –, à certains moments, ne sont délibérément pas dirigés vers les camps de concentration mais vers des camps spéciaux et des prisons du Reich. Par la composition de ces convois, le phénomène n’est pas marginal. Les déportations au départ de France furent donc plurielles et le tableau d’ensemble diffère des représentations que l’on se forme habituellement.

26La notion de « déportations de répression » relie donc trois critères essentiels dans la compréhension des processus et des dynamiques à l’œuvre : l’arrestation en France occupée (où les objectifs répressifs dominent sur toute la période), l’entrée dans le système concentrationnaire et carcéral du Reich (10 % des 60 500 déportés étudiés ne sont pas de prime abord dirigés vers un camp de concentration ; certains n’y entrent jamais), et donc aussi le déplacement forcé hors de France suivant des politiques théorisées et appliquées (plurielles, elles relient deux espaces, celui des zones d’occupation et le système concentrationnaire et carcéral du Reich).

27Au total, il faut évoquer non pas une déportation, mais bien des déportations de répression, avec des genèses et des évolutions différentes, des importances numériques variables, constitutif d’un ensemble ainsi progressivement créé. Il est donc nécessaire, pour décrire ces déportations de répression depuis la France occupée, de cerner précisément les objectifs et les politiques suivies par les différents acteurs concernés, à Paris comme à Berlin. Il faut souligner l’importance des évolutions du contexte de l’Occupation, de la guerre mondiale ou encore des structures du IIIe Reich. Ainsi, pour penser les dynamiques à l’œuvre, il faut au préalable dissocier les éléments d’une déportation et la penser comme un processus.

  • 23 « Les déportations de répression depuis le ressort du Militärbefehlshaber in Frankreich (1940-1944 (...)

28Avant la soutenance de la thèse, j’avais déjà développé ces points un peu plus longuement dans un ouvrage collectif23. À le lire, il est clair que je n’ai guère été compris.

  • 24 Laurent Joly, « Introduction », in Tal Bruttmann, Laurent JOLY, Annette Wieviorka (dir.), op. cit. (...)
  • 25 Ibid., p. 9.
  • 26 Se référer aux travaux de Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord-Pas-de-Calais, « zo (...)

29Certes, dans l’introduction de l’ouvrage, évoquant l’historiographie française, Laurent Joly accorde une « utilité » à cette notion de « déportations de répression analysées comme modalité de la politique de maintien de l’ordre et de la stratégie sécuritaire des autorités occupantes24 ». Mais il les résume avec l’expression de « la déportation par l’usage de la Schutzhaft » – la « détention de sécurité », qui permet un envoi direct en camp de concentration, sans recours à la voie judiciaire habituelle25. Or, si celle-ci concerne la grande majorité des déportés considérés, elle ne les englobe pas tous, dont parfois les principaux résistants, et plus ou moins selon les périodes de l’Occupation et les régions. Le cas des deux départements du Nord-Pas-de-Calais est à cet égard très significatif car, précisément, la déportation de Schutzhaft n’y est pas majoritaire, et cela sur toute la période26.

  • 27 « Dans le travail de classement qui est un de ses devoirs, l’historien peut être mu – consciemment (...)
  • 28 Ibid. Dans une contribution de cet ouvrage, et sans justifier lui non plus cette assertion, Olivie (...)

30Plus nette, la conclusion d’Annette Wieviorka ne considère pas cette notion de déportation de répression comme « pertinente27 ». Selon l’historienne, elle peut même laisser penser que ses « inventeurs » et ses « propagateurs » veulent « revoir la statistique », la « doper », pour mieux dissoudre « ainsi le phénomène emblématique du nazisme, si spécifique, du “camp concentrationnaire” dans le monde beaucoup plus vaste de tous les emprisonnements28 ».

  • 29 C’est le recours premier à cette seule explication qui permet pourtant à Jean Quellien de s’interr (...)

31En nous tenant aux faits, rappelons rapidement que les déportations évoquées, au départ des zones Nord et Sud, représentent un peu plus de 60 000 personnes ; que notre réflexion ne part pas seulement du point d’arrivée, aussi « emblématique » soit-il ; qu’il s’agit, pour expliquer le recours à cet outil rapidement essentiel, de réfléchir à la répression menée en France occupée dans une approche synthétique, tenant compte de sa pluralité et de ses évolutions chronologiques. Or, les faits le montrent : pour ces cas, la déportation au départ de France n’implique pas obligatoirement d’être dirigé vers un camp de concentration ; et les besoins croissants en main-d’œuvre esclave du système concentrationnaire ne forment pas le seul critère explicatif des départs29.

32Enfin, insistons sur ce point, c’est l’analyse fine de la répression de la Résistance qui valide surtout ces conclusions. Car les autorités allemandes ont réservé un sort particulier à certains résistants, parce qu’elles les jugeaient plus importants et plus dangereux. Elles ont ainsi, en quelque sorte, établi des hiérarchies entre résistants, selon ce qu’ils étaient, ce qu’ils représentaient et ce qu’ils avaient fait. Leurs déportations ont donc pu varier selon les classements quotidiens opérés par les services allemands qui les décident : cela me laisse penser qu’on peut évoquer des déportations de répression.

Approches multiples et enjeu d’une synthèse

Un phénomène massif et pluriel

  • 30 À l’exception de la zone correspondant au Nord-Pas-de-Calais rattachée au Commandement militaire a (...)

33Il s’agit donc de donner une mesure correcte d’un phénomène d’ampleur, au regard notamment du bilan humain de la répression : les déportés s’ajoutent aux fusillés après une condamnation à mort par un tribunal militaire allemand (plus de 2 500), aux otages fusillés de septembre 1941 à octobre 1943 dans le cadre de « mesures d’expiation » (735), aux victimes des cours martiales constituées en 1944 par Vichy (environ 200), de celles de « la lutte contre les bandes » (15 000 maquisards et civils), qui précèdent et suivent le débarquement de Normandie. On recense 60 500 personnes déportées de 1940 à 1944 vers les camps de concentration nazis et des prisons du Reich depuis les zones Nord et Sud30, dont au moins 42 % décèdent. À partir de 1943, ces déportations deviennent l’instrument principal des autorités allemandes pour réprimer les actes d’opposition.

  • 31 Gaël Eismann, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, (...)

34Tout en mettant en perspective ces résultats avec un bilan d’ensemble à l’échelle de toute la France occupée, notamment grâce à des comparaisons géographiques avec les deux zones rattachée et annexée, nous avons traité dans notre thèse des seules déportations depuis la zone occupée de 1940 et celle, au sud de la ligne de démarcation, qui le devient à partir de novembre 1942. En effet, il s’agit des espaces placés dans le ressort du Commandement militaire allemand installé à Paris, le Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF)31. Ce choix, correspondant à l’essentiel de la France occupée, est cohérent au regard des systèmes d’occupation, des acteurs allemands et de leurs prises de décision, qui rendent spécifique l’histoire des répressions dans chacune des zones issues de l’armistice. Ainsi, le sujet s’inscrit dans une dimension politique affirmée qui met à jour les différents services allemands ayant la charge des déportations. Dans le ressort du MBF, cette polycratie caractérisant le fonctionnement de l’État hitlérien trouve une nouvelle occasion de s’exprimer et un partenaire, avec un Etat français ouvert à une collaboration avec le Reich. Ses effets sont essentiels sur l’évolution d’une politique répressive plurielle, marquée par de nombreuses césures. Ce seul constat renforce l’hypothèse de la pluralité des déportations de répression.

35En effet, dès 1940, les premiers déportés le sont pour purger dans les prisons allemandes une peine prononcée par un tribunal militaire allemand siégeant en zone occupée : celui-ci est alors l’instrument central d’une répression essentiellement judiciaire contrôlée par le MBF.

36La fin de l’année 1941 est toutefois marquée par l’opération de grande envergure dénommée « Porto », menée par un autre acteur militaire, l’Abwehr, l’antenne du service de renseignement allemand en France : plus de 200 personnes partent ainsi vers le Reich, sans avoir été jugées et pour les besoins d’une enquête centralisée à Düsseldorf. Cette spécificité répressive les rattachera ultérieurement à la procédure « NN », dite Nacht und Nebel, qui est décidée au même moment pour durcir la répression et accentuer le sentiment de terreur au sein de la population française.

37Ce décret « NN » entraîne des déportations avant tout placées sous le signe du secret, qui ne sont plus la conséquence d’un jugement mais son préalable, les détenus NN devant être présentés, en théorie, devant un tribunal civil du Reich.

  • 32 Sicherheitspolizei und Sicherheitsdienst, police de sûreté d’État et services de sécurité du parti (...)

38Mais, à l’automne 1941, cette volonté de répondre par une répression implacable à l’augmentation des actions de la Résistance et au début de la lutte armée amène surtout la mise en place d’une véritable « politique des otages » dont les « mesures d’expiation » se soldent par des centaines de fusillés et par l’organisation de convois de représailles composés de Juifs et de communistes dirigés vers le camp d’Auschwitz. Les décisions et le contrôle des plus hautes autorités du Reich, à Berlin, font beaucoup évoluer la répression. La période est en effet décisive. D’abord parce que sont dès lors imbriqués politique répressive et débuts de la Solution finale. C’est aussi le moment où bascule une politique d’ensemble où les déportations massives – qui alimentent en main-d’œuvre esclave l’économie de guerre allemande – se substituent dorénavant aux fusillades d’otages. Enfin, on observe la prise en main de la répression par les services policiers nazis. Présents depuis l’invasion de 1940, mais ne disposant pas jusqu’en juin 1942 du pouvoir exécutif, les représentants en France de la Sipo-SD32 reprennent progressivement les dossiers en cours. Ils les font évoluer vers un dispositif qui privilégie à partir du printemps 1943 – sur le plan du bilan statistique – les déportations massives à caractère « préventif » de Schutzhäftlinge, sans faire disparaître les départs de condamnés vers les prisons du Reich et en utilisant la procédure NN initiale pour déporter les résistants jugés les plus dangereux directement vers un camp de concentration (donc sans l’intention de les juger).

39C’est ce schéma qui marque le temps fort des déportations de répression depuis les zones occupées de janvier 1943 à l’été 1944, les derniers mois de l’Occupation étant marqués par une poursuite des départs, pas toujours marqués par l’urgence, où les procédures individuelles à l’encontre des personnes arrêtées se diluent de plus en plus les unes dans les autres.

Nourrir une synthèse par des approches multiples

  • 33 Pour disposer d’un premier cadre d’ensemble, je renvoie à mon article « Chronology of Repression a (...)

40On le constate, le premier axe qu’il s’agit de maîtriser est celui de la chronologie, pour distinguer les différentes formes de répression et de persécution, et mettre en perspective les déportations à cerner33.

41Le phénomène repose sur un réseau d’acteurs faisant fonctionner au quotidien, avec leurs objectifs propres, des structures conçues comme pérennes – et dont de nombreux éléments sont en place dans les rouages administratifs du Reich allemand avant même l’Occupation. Les uns comme les autres doivent donc être identifiés et décrits. Dans ce réseau de personnes et de bureaux répondant à des autorités différentes, il faut déterminer les degrés de responsabilités et évaluer les processus en place. Quelle est la part des décideurs, à Berlin et à Paris en territoire occupé ? Quelle est celle des exécuteurs locaux et notamment, dans les régions, des Kommandeurs de la Sipo-SD, qui prennent en charge dès leur arrestation la majorité des déportés ? Quelles interactions se produisent entre ces différentes sphères et quels arbitrages sont rendus ? Le rôle des acteurs français, au service du gouvernement de Vichy, doit aussi être cerné tant la collaboration policière, pénitentiaire et politique – pour la livraison des détenus notamment – apparaît cruciale en matière répressive.

  • 34 Denis Peschanski, La France des camps, L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.
  • 35 Les oubliés de Romainville, un camp allemand en France (1940-1944), Paris, Tallandier, 2005 ; « Le (...)
  • 36 « Compiègne-Romainville : deux camps, une seule entité. Questions autour d’une dénomination », Le (...)

42Au début de la chaîne proprement dite des déportations, il y a les camps d’internement et de départ allemands. Dans ce domaine, seuls les rôles des camps de Vichy ont été mis en perspective34. Une monographie approfondie sur celui de Romainville m’a permis de croiser les échelles de décisions et d’étudier les parcours détaillés de plusieurs milliers de déportés35. Le camp de Romainville fonctionnait en parallèle avec celui de Compiègne et s’intégrait dans un réseau plus large encore : son étude me permit d’appréhender toutes ces dimensions36.

  • 37 Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45 000 » (...)
  • 38 Notamment celles de Serge Klarsfeld, Florent Brayard, Gaël Eismann.

43L’approche monographique des convois n’a été finalement que très peu suivie. La thèse de Claudine Cardon-Hamet permet cependant de disposer d’une excellente étude du premier transport massif parti dans le cadre de la « politique des otages37 ». Ce temps fort de la répression, entremêlé avec la réalisation du génocide, est aujourd’hui particulièrement bien connu grâce à différentes recherches38.

  • 39 Pour une mise en perspective par exemple des déportations vers Mauthausen, lire Adeline Lee, Thoma (...)

44À l’autre bout de la chaîne, les camps d’arrivée et les flux qui y conduisent doivent également être considérés39.

  • 40 J’ai proposé une première lecture de ces phénomènes dans : « Les rôles du camp de Sarrebruck Neue (...)

45Enfin, dernier axe à envisager, celui qui privilégie l’étude des déportés eux-mêmes et des raisons qui expliquent leur déportation. Il doit tenir compte des processus répressifs mis en place pour les transférer dans le Reich. Le cas des résistants retient évidemment une attention particulière, notamment ceux considérés par les autorités allemandes comme les plus dangereux40.

46Au final, ces approches multiples doivent nourrir une synthèse d’ensemble qui demeure l’objectif premier.

Conclusion : un complément à l’histoire des déportations au départ de France, une histoire de la répression de la Résistance

47Les déportations de la « solution finale » des Juifs de France sont aujourd’hui bien connues, grâce surtout aux travaux de Serge Klarsfeld. L’histoire des autres déportations depuis la France occupée souffrait de l’absence d’une même vue d’ensemble, que le CH2GM, en son temps, ne réussit pas à proposer. La recherche menée par la FMD dans le cadre de son Livre-Mémorial des déportés arrêtés par mesure de répression permit de disposer en 2004 de statistiques et de chronologies précises. La thèse que j’ai soutenue, axée sur une compréhension des politiques des déportations, entend proposer une lecture de ces phénomènes jusque-là décrits le plus souvent isolément, sans lien et donc sans logique les uns avec les autres.

48L’enjeu était crucial puisqu’il s’est agi, en nombre, du premier mode répressif utilisé contre les résistants. Sa compréhension permet de réfléchir à la place de la répression de la Résistance tout au long de l’Occupation. Cela complète notre connaissance d’un des acteurs clés de la période que sont les services policiers nazis, à l’origine de la majorité des déportations. Cette synthèse propose également des lectures historiographiques et mémorielles de ces sujets.

  • 41 AN, 72 AJ 2141, lettre du 22 février 1957 d’Henri Michel à Annette Lazard.

49« Pour que les générations après la nôtre apprennent ce qu’a été la déportation, il faut que ses maîtres le leur apprennent, et pour cela, il faut que l’histoire en soit écrite41. » Cette juste remarque rejoint finalement mon constat premier, à l’origine de cette thèse, qui se doublait d’un souci pédagogique alors que je commençais mon métier d’enseignant.

50À l’heure où les programmes d’histoire évoluent de nouveau, où l’étude de la Seconde Guerre mondiale évoque spécifiquement ses mémoires, en pointant souvent les occultations du « résistancialisme », comment effectivement enseigner ces déportations de répression et conclure sur leurs mémoires sans, au préalable, un tableau d’ensemble maîtrisé ?

Notes

1 Déporter. Politiques de déportation et répression en France occupée. 1940-1944, Université Paris 1, 2013.

2 Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Le Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution, 1940-1945, Paris, Éditions Tirésias, 2004. Je renvoie à mon article présentant ce travail : « Les enquêtes sur la déportation : l’exemple du Livre-Mémorial des déportés arrêtés par mesure de répression », La gazette des archives, no 215, 2009-3, p. 179-186.

3 Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992, p. 157.

4 Sur ce point, ibid.

5 Pour reprendre l’expression de Laurent Douzou, La Résistance, une histoire périlleuse, Paris, Points Seuil, 2005.

6 Se reporter à la thèse de Bertrand hamelin, Singulier et pluriel : Michel de Boüard, Université de Caen, 2011.

7 Annette Wieviorka, « Conclusion » in Tal Bruttmann, Laurent Joly, Annette Wieviorka (dir.), Qu’est-ce qu’un déporté ? Histoire et mémoires des déportations de la Seconde Guerre mondiale, Paris, CNRS Éditions, 2009, p. 408-409. Sur la mémoire du génocide, nous renvoyons surtout à François Azouvi, Le mythe du grand silence. Auschwitz, les Français, la mémoire, Paris, Fayard, 2012.

8 Cf. Thomas Fontaine, Bertrand Hamelin, « Olga Wormser-Migot dans l’histoire », Questions de communication, série Actes, 9.2010, p. 211-230.

9 Laurent Douzou, Une histoire périlleuse, op. cit., p. 10-11 et 20.

10 Sur ce point, outre le livre de Laurent Douzou, lire l’ouvrage collectif dirigé par le même, Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, PUR, 2010. Le bilan sur l’histoire de la déportation est toutefois absent de cet ensemble.

11 Jean-Marc Dreyfus, Ami, si tu tombes, Paris, Perrin, 2005, p. 179-180.

12 J’ai commencé à le faire dans un article de Guerres mondiales et conflits contemporains, « Les premiers pas du CH2GM en histoire de la Déportation », no 242, avril 2011, p. 101-119. J’ai poursuivi cette étude dans ma thèse.

13 Archives nationales (AN), 72 AJ 2168, lettre d’Henri Michel rédigée en tant que secrétaire général du Réseau du Souvenir au journal Le Monde, 12 juin 1956.

14 Ils sont depuis longtemps connus et utilisés dans le fonds 72 AJ des AN.

15 Annette Wieviorka, Déportation et génocide, op. cit., p. 426-430.

16 Pierre-Serge Choumoff, Les chambres à gaz de Mauthausen, camp de concentration nazi. La vérité historique, rétablie par P.S. Choumoff à la demande de l’amicale de Mauthausen, Paris, édité par l’amicale, 1972.

17 Notamment Le décret et la procédure Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard), Orléans, Impressions Boulas-Vitry, 1981 ; réédité Paris, FNDIRP, 1989.

18 André Sellier, Histoire du camp de Dora, Paris, La Découverte, 1998 (éditions de poche, 2001).

19 Ibid., p. 17.

20 Je renvoie au cas des fonctionnaires du ministère des Anciens combattants étudié dans ma thèse, op. cit.

21 En effet, il n’est sans doute pas inutile de s’intéresser à ce que des centaines de milliers de Français ont lu sur la déportation. Une étude de cette œuvre montre qu’au final, Bernadac commémore davantage qu’il ne travestit l’expérience concentrationnaire. De nombreux déportés et associations lui en furent reconnaissants. Sur le plan des procédés utilisés pour rendre compte et transmettre ce sujet difficile, ce type d’œuvre sert aujourd’hui de puissant contre-modèle à une époque où la sobriété est désormais privilégiée. Cf. Thomas Fontaine, Bertrand Hamelin : « Un exemple d’usage parahistorique du témoignage oral : le journaliste Christian Bernadac et les déportés », in Jean-Marc Berlière et René Lévy (dir.), Le témoin, le sociologue et l’historien, Paris, Nouveau monde, 2010, p. 321-336 ; « La “mémoire spectacle” de la Déportation », in Béatrice Fleury et Jacques Walter (dir.), Questions de communication, série actes 13, 2011, p. 251-269.

22 Le Train de la mort, sur le convoi du 2 juillet 1944, propose ainsi pour la première fois un chiffre (536) proche de la vérité du nombre des morts du transport le plus meurtrier, par son voyage, au départ de France. En 1990, le chiffre de 984 morts invalidé par le journaliste est pourtant repris par Anise Postel-Vinay et Jacques Prévotat dans leur article « La Déportation » du collectif La France des années noires, ouvrage de référence sur la période. « La déportation », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France des années noires, Seuil, Paris, 1990, p. 446.

23 « Les déportations de répression depuis le ressort du Militärbefehlshaber in Frankreich (1940-1944) : mots et politiques », in Tal Bruttmann, Laurent Joly, Annette Wieviorka (dir.), op. cit., p. 113-132.

24 Laurent Joly, « Introduction », in Tal Bruttmann, Laurent JOLY, Annette Wieviorka (dir.), op. cit., p. 14.

25 Ibid., p. 9.

26 Se référer aux travaux de Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord-Pas-de-Calais, « zone rattachée » au Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich (1940-1944), thèse de doctorat, université de Lille Nord de France, 2011.

27 « Dans le travail de classement qui est un de ses devoirs, l’historien peut être mu – consciemment ou inconsciemment – par d’autres désirs que celui de comprendre et tenter d’expliquer. […] Ainsi en est-il peut-être de ces curieuses catégories d’invention récente : la “déportation de répression”, qui se distingue de celle “de persécution”. […] Par un mouvement fort rare, certains ont choisi une expression encore plus englobante que celle de déportation politique et déportation résistante, et qui brouille les phénomènes au lieu de les éclaircir. » Annette Wieviorka, « Conclusion » in Tal Bruttmann, Laurent Joly, Annette Wieviorka (dir.), op. cit., p. 407-408.

28 Ibid. Dans une contribution de cet ouvrage, et sans justifier lui non plus cette assertion, Olivier Lalieu voit se profiler derrière cette dénomination « parfois une réticence à accepter pleinement la spécificité de la déportation des juifs en vue de leur extermination »… Olivier Lalieu, « Le statut juridique du déporté et les enjeux de mémoire, de 1948 à nos jours », in Tal Bruttmann, Laurent JOLY, Annette Wieviorka (dir.), op. cit., p. 349-350.

29 C’est le recours premier à cette seule explication qui permet pourtant à Jean Quellien de s’interroger lui aussi sur la « totale pertinence du terme de déportation de répression ». « Motifs d’arrestation et de déportation », in Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu, Jean Quellien, La répression en France, 1940-1945, Caen, CRHQ, 2007, p. 163-172.

30 À l’exception de la zone correspondant au Nord-Pas-de-Calais rattachée au Commandement militaire allemand de Bruxelles et des trois départements d’Alsace-Moselle annexés de fait.

31 Gaël Eismann, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010.

32 Sicherheitspolizei und Sicherheitsdienst, police de sûreté d’État et services de sécurité du parti nazi, réunis au sein du RSHA, l’Office principal de sécurité du Reich.

33 Pour disposer d’un premier cadre d’ensemble, je renvoie à mon article « Chronology of Repression and Persecution in Occupied France, 1940-44 »/» Répression et persécution en France occupée. Chronologie, 1940-1944 », Online encyclopedia of mass violence, [www.massviolence.org],2008.

34 Denis Peschanski, La France des camps, L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

35 Les oubliés de Romainville, un camp allemand en France (1940-1944), Paris, Tallandier, 2005 ; « Les politiques répressives en France occupée : l’exemple du camp d’internement installé au fort de Romainville, 1940-1944 », in Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu, Jean Quellien, La répression en France, 1940-1945, Actes du colloque international de Caen, 8-10 décembre 2005, Caen, Éditions du CRHQ, p. 69-90, 2007.

36 « Compiègne-Romainville : deux camps, une seule entité. Questions autour d’une dénomination », Le camp de Royallieu (1941-1944). De l’histoire au Mémorial, textes et documents réunis par Christian Delage, Le Mémorial de l’internement et de la Déportation, Camp de Royallieu, Compiègne, 2008, p. 151-158 ; « Le Mont-Valérien dans le réseau des camps et des prisons en France occupée, 1940-1944 » in Claire Cameron (dir.), Le Mont-Valérien, Résistance, Répression et Mémoire, catalogue de l’exposition de la DMPA au Mont-Valérien, Gourcuff Gradenigo, Ministère de la Défense, 2010, p. 61-73.

37 Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45 000 », Paris, FMD-Graphein, 1997, 2000 ; et Triangles rouges à Auschwitz. Le convoi politique du 6 juillet 1942, Paris, Autrement, 2005.

38 Notamment celles de Serge Klarsfeld, Florent Brayard, Gaël Eismann.

39 Pour une mise en perspective par exemple des déportations vers Mauthausen, lire Adeline Lee, Thomas Fontaine, « Les arrivées de Français et de déportés partis de France à Mauthausen (1940 – 1945). Première synthèse et pistes de travail », actes de la journée d’études organisée en septembre 2005 par les Archives nationales, « Regards croisés sur le camp de concentration nazi de Mauthausen », Cahiers de Mauthausen/ 3, Amicale de Mauthausen, Paris, 2010, p. 18-46.

40 J’ai proposé une première lecture de ces phénomènes dans : « Les rôles du camp de Sarrebruck Neue Bremm dans les déportations depuis la France occupée, été 1943-été 1944 », Questions de communication, série Actes, 5, 2008, p. 39-55.

41 AN, 72 AJ 2141, lettre du 22 février 1957 d’Henri Michel à Annette Lazard.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540