Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Première partie. Une histoire toujours en chantier

Les « vichysto-résistants » : choix d’un sujet, construction d’un objet

Johanna Barasz

Texte intégral

1Il est de règle que les sujets de thèse et leur périmètre se précisent, s’affinent, dévient de leur formulation initiale, que celle-ci ait été proposée par l’étudiant, son directeur, ou – c’est l’idéal – en collaboration entre les deux. Dans mon cas, ce processus a pris des proportions assez singulières : je n’ai déposé mon sujet définitif – « De Vichy à la Résistance ; les vichysto-résistants 1940-1944 » – que quelques semaines avant la remise de mon manuscrit, tant j’ai douté, jusqu’au bout, de sa légitimité.

2En choisissant de travailler sur les « vichysto-résistants », j’ai en effet été amenée à traiter d’un objet qui « n’existait pas » : il ne s’agit pas d’une organisation, d’une institution, ni même d’un groupe identifiable a priori. L’expression même n’avait jamais été utilisée avant la fin des années 1980. C’était donc un concept, un concept dont je n’étais pas « l’inventrice » et dont les acceptions successives suscitaient, si ce n’est une farouche hostilité, au moins des réticences parmi les historiens. Ces réticences, je les partageais en partie. Je reviendrai plus avant sur leurs raisons scientifiques. Ces réserves s’expliquaient aussi par d’autres facteurs, plus délicats à exprimer car ils amènent à s’interroger sur les raisons profondes, intimes même, qui déterminent le choix d’un sujet de thèse.

  • 1 Claire Andrieu, « La Résistance dans le siècle », in François Marcot (dir.), Dictionnaire Historiq (...)

3Dans l’imaginaire collectif, un imaginaire qui imprègne, nécessairement, le mien, la Résistance est combat du bien contre le mal. Érigée en « valeur nationale universellement partagée ou presque1 », elle « fait partie du Bien » tout en absorbant des conceptions du Bien diverses, et même parfois contradictoires. Les témoins toujours, les historiens souvent, sont pénétrés de ce caractère paradigmatique : les définitions de la Résistance qu’elles soient spontanées ou élaborées et scientifiques y sont rarement indifférentes. Ce n’est pas porter atteinte à la scientificité des travaux sur la Résistance ni à l’objectivité de leurs auteurs que de dire que dans la place reconnue aux diverses motivations de l’engagement ou dans l’attention portée aux différentes formes de cet engagement – résistance militaire, résistance civile, spirituelle, humanitaire… – percent souvent des préoccupations éthiques.

  • 2 Ce qui ne veut en aucun cas dire « pure », « vertueuse » ou « désintéressée » mais correspondant à (...)
  • 3 Lettre de Manuel à Pélabon, 21 juillet 1943, AN 91 AJ 39 (AP Sudreau), cité par Sébastien Albertel (...)

4De fait, nous portons tous en nous, je le crois, une image du résistant idéal2. Une image que les individus et les citoyens que nous sommes répugnent parfois à abandonner aux mains démystificatrices des historiens scientifiques et distanciés que nous essayons d’être. Une part de moi continue à vouloir que les bons soient bons (c’est-à-dire qu’ils ressemblent à ce que je voudrais être, qu’ils fassent les choix que je souhaiterais avoir fait) et les méchants tout à fait méchants. « Hélas », comme le regrettait André Manuel en 1943, reconnaissant que la guerre avait bouleversé son échelle de valeur : « Je pensais une humanité où toutes les vertus, l’intelligence, le courage étaient d’un côté, toutes les lâchetés et les bassesses de l’autre. La vie n’est pas si simple3. »

  • 4 Je parle ici, bien entendu, de leurs engagements politiques et non de leur résistance.
  • 5 Pour reprendre les termes qu’il a utilisés lors de la journée d’études de Besançon.

5Étudier des résistants dont le parcours commença à Vichy, aux engagements si différents de ceux dans lesquels je pouvais me reconnaître4, n’était pas un choix facile. En commençant mes travaux, j’étais incapable de dire si la conscience de cet écart entre cette résistance-là et une résistance à mes yeux idéale me permettrait d’acquérir une distance propice à une analyse historique sereine, ou si, au contraire, elle me conduirait à tomber dans les pièges du jugement de valeur. Nombre d’historiens ont évoqué la complexité de leurs rapports avec les acteurs de cette histoire, vivants ou disparus. En ce qui me concerne, j’étais d’une certaine manière à l’abri de « l’empathie éprouvée, la proximité et l’admiration ressenties » par exemple par Julien Blanc pour Germaine Tillion5, sans savoir toutefois si cette absence de sentiments était une chance ou un voile qui me masquerait l’essentiel. En évitant les jugements, en mettant au jour porosité et ambivalences, ne risquais-je pas de participer à une entreprise de dévalorisation et de dénaturation de la Résistance ?

6Ce sujet, que je n’avais pas spontanément choisi, il a donc fallu me l’approprier, le légitimer à mes propres yeux et aux yeux des autres, le réinventer – en un mot, construire mon objet d’étude.

Genèse : du Corps Franc Pommiès aux vichysto-résistants6

  • 6 Les pages qui suivent sont très fortement inspirées de l’introduction de ma thèse, dont elles repr (...)

7Lorsque j’ai commencé mon troisième cycle d’histoire, rien n’indiquait qu’il déboucherait sur une recherche consacrée aux vichysto-résistants. Le sujet de mon DEA m’a été dicté, comme souvent, par une rencontre, en l’occurrence avec un ancien résistant, qui depuis des années me passionnait par ses récits et qui m’a offert l’accès aux archives de son organisation, le Corps Franc Pommiès (CFP) – une organisation de résistance de la région toulousaine. Je ne savais rien encore de ce groupe, et très peu de chose sur l’organisation à laquelle il se rattachait, l’ORA, l’Organisation de résistance de l’armée. J’étais essentiellement guidée par une grande curiosité pour un groupe dont la sociologie m’était alors complètement étrangère : il s’agissait de militaires que ni mon parcours personnel ni mes études ne m’avaient jusqu’alors amené à côtoyer.

  • 7 Johanna Barasz, L’Armée dans la résistance de la région toulousaine : le Corps-Franc Pommiès, 1942 (...)
  • 8 Au cours du procès de Maurice Papon, Jean-Pierre Azéma a évoqué les résistants qui avaient « comme (...)
  • 9 Pierre Pean, Une jeunesse française : François Mitterrand, 1934-1947, Fayard, 1994.
  • 10 Jean-Pierre Azema, « Vichy, la Resistance : enfin la vérité », entretien avec Laurent Joffrin, Le (...)
  • 11 Sur l’ambivalence de l’opinion publique voir notamment Pierre Laborie, « 1940-1944 : les Français (...)
  • 12 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La Résistance française face à l’hypothèque Vichy », in Deni (...)
  • 13 Gabriel Roger Cochet, Appels à la résistance, lancés par le général Cochet, 1940-1941, Gallimard, (...)

8Rapidement, il s’est avéré que l’une des dimensions majeures de cette étude tournerait autour des rapports ambigus qu’avaient entretenus les chefs du CFP et certains de ses membres avec le régime de Vichy. J’hésitais cependant avant d’en intituler un chapitre : « des vichysto-résistants7 ». L’expression était alors plus communément employée dans la presse et les prétoires8 que dans les publications universitaires. Sa popularisation, au moment de la polémique entourant la parution de l’ouvrage de Pierre Péan sur la jeunesse de François Mitterrand en 19949, s’était accompagnée d’un parfum de scandale. Le grand public découvrait l’existence d’une certaine porosité entre deux visages de la France occupée qu’il avait longtemps crus incompatibles. L’idée que les Français n’avaient été, dans leur grande majorité, « ni des héros ni des salauds10 » s’imposait. Pourtant, le fait que les « héros » eux-mêmes puissent avoir été ambivalents à l’égard de l’État français11 demeurait difficile à admettre tant la Résistance elle-même avait contribué à faire de la complaisance à l’égard du maréchal Pétain et de son régime une tâche « infâmante », dont il convenait d’effacer les traces12. Du général Cochet, publiant dès 1945 une version de ses appels à la résistance expurgée de leurs références maréchalistes, à Marie-Madeleine Fourcade se présentant dans ses Mémoires comme une gaulliste de la première heure, les exemples ne manquent pas de ces résistants qui nièrent après guerre – dès la guerre parfois – avoir un temps apporté leur soutien au régime de Vichy et à la Révolution nationale13.

  • 14 Jean-Pierre Azéma a de longue date proposé une distinction devenue classique entre pétainisme et « (...)
  • 15 Cf. André Laffargue, La Victoire du « Vieux Renard », La Table ronde, 1983. Bénédicte Vergez-chaig (...)
  • 16 On peut citer parmi d’autres, les autobiographies du colonel Groussard (Chemins secrets, Paris, Ba (...)
  • 17 Henri Giraud, Un seul but, la victoire : Alger, 1942-1944, Paris, Julliard, 1949.
  • 18 Lettre de Diego [général Giraud] à Carlos [Malaise], 28 avril 1944 cité in Jacques Soustelle, Enve (...)

9Les voix discordantes de ceux qui assumaient leur héritage maréchaliste ou pleinement vichyste14 étaient devenues inaudibles et s’étaient perdues dans le chœur des vaincus de l’histoire : les serviteurs du régime, les épurés, les anciens ministres, qui tous défendaient la thèse du double jeu du « vieux renard15 ». En prétendant que leurs activités avaient reçu l’accord – tacite ou explicite – du Maréchal, des hommes qui avaient incontestablement participé à la lutte anti-allemande avaient décrédibilisé leur parole et concouru à leur propre marginalisation. Leurs dénégations et leurs justifications, leurs textes fréquemment hagiographiques ou apologétiques, les omissions et les déformations trop manifestes ou, au contraire, leur trop grande proximité idéologique avec la mémoire de Vichy avaient davantage contribué à entretenir la suspicion qu’à enrichir le panthéon résistant16. La parution des mémoires du général Giraud17 par exemple, a mis en lumière la profondeur de son attachement au maréchal Pétain et aux principes de la Révolution nationale. Elle a été en outre immédiatement suivie de publications révélant les intrigues qu’il avait menées, au printemps 1944 pour participer à la mise en place d’un gouvernement « à base de gens propres et sans juiverie18 ». Il n’est guère surprenant que le giraudisme ne se soit jamais imposé dans le roman national comme une composante de la Résistance à part entière.

  • 19 Robert O. Paxton, Vichy France: old guard and new order, 1940-1944, Norton, 1975. Henri Michel ava (...)
  • 20 La mise en perspective de l’éviction de Pierre Laval le 13 décembre 1940 et l’intérêt porté à « l’ (...)
  • 21 Cf. Michael R. Marrus, « Vichy et les Juifs : quinze ans après », in Sarah Fishman et al. (dir.), (...)
  • 22 J.-P. Azema, « Vichy et la mémoire savante », op. cit. ; Sarah Fishman (dir.), La France sous Vich (...)

10Parallèlement, les travaux sur Vichy contribuaient, par un effet induit, à décrédibiliser l’idée d’une résistance liée d’une manière ou d’une autre à Vichy. S’engouffrant dans la brèche ouverte par Robert Paxton au milieu des années 1970, les historiens se sont en effet attachés à démontrer le caractère indissociable de la Révolution nationale et d’une collaboration activement recherchée par l’État français19. Avec l’effondrement des mythes du double-jeu du maréchal Pétain et de « l’épée et du bouclier », l’insistance sur l’unicité du régime de Vichy autant que sur la pluralité de ses composantes20 et, plus récemment, la focalisation sur la persécution antisémite21, démonstration était faite qu’il n’y avait pas, qu’il n’y avait jamais eu de résistance de Vichy22. Dès lors, l’idée qu’il ait pu y avoir des résistants à Vichy et/ou venus de Vichy – ce régime complice du nazisme, du paradigme du mal – était devenue incongrue, voire scandaleuse.

  • 23 Jean-Marie Guillon, « La résistance, 50 ans et 50 000 titres après », in Jean-Marie Guillon et Pie (...)
  • 24 Voir notamment Daniel Cordier, Jean Moulin : l’inconnu du Panthéon, t. 1, Une ambition pour la Rép (...)
  • 25 Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance : Défense de la France, 1940-1949, Paris, Se (...)
  • 26 Wilfred. D. Halls, The youth of Vichy France, Clarendon Press/Oxford University Press, 1981.
  • 27 Rozenn de Tournemire-le Galde Kerangal, Un mouvement de Jeunesse entre Révolution Nationale et rés (...)
  • 28 Bernard Comte, Une utopie combattante : l’École des cadres d’Uriage, 1940-1942, Paris, Fayard, 199 (...)

11Le renouvellement de l’histoire de la Résistance opéré depuis la fin des années 1980 n’avait cependant pas été indifférent au sujet. Comme l’a indiqué Jean-Marie Guillon, « la question des relations entre résistants et vichystes, celle de la possibilité d’une résistance, au moins morale et intellectuelle, dans Vichy, a été ranimée par le réexamen – indispensable – des débuts de la Résistance23 ». Les travaux de Daniel Cordier, la polémique autour du Manifeste du Mouvement de Libération Nationale d’Henri Frenay24, des monographies comme celle d’Olivier Wieviorka sur Défense de la France25, avaient ainsi mis au jour des relations parfois ambiguës entre la Résistance des premiers temps et le régime de Vichy. On savait désormais qu’à des degrés divers, une partie non négligeable de la Résistance des pionniers avait partagé le maréchalisme de la majorité de la population et même affiché un soutien idéologique au régime et à la Révolution nationale : le refus de la collaboration, le désir de reprendre le combat purent s’accommoder d’un loyalisme sincère à l’égard du Maréchal, voire de la volonté de participer à son œuvre de régénération morale de la France. L’intérêt pour les structures d’encadrement de la jeunesse26 (Ecoles de cadres, Compagnons27), renouvelait également la perspective. Ainsi, la thèse de Bernard Comte sur Uriage avait montré comment une équipe au service d’une institution placée dans l’orbite de Vichy pouvait évoluer vers la Résistance, « non par brusque rupture et retournement, mais par le développement progressif, à l’épreuve des faits, des affirmations fondamentales professées dès l’origine28 ».

  • 29 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », in Deni (...)
  • 30 Par la suite, Denis Peschanski lui-même en a étendu l’emploi pour évoquer, dans le Dictionnaire Hi (...)
  • 31 J. Barasz, Le CFP, op. cit., p. 50.
  • 32 Je travaillais sur des militaires dont l’itinéraire avait connu une incontestable césure en novemb (...)

12C’est dans ce contexte historiographique qu’était apparu le terme de « vichysto-résistant ». Il témoignait de la volonté de désigner et de décrire une « nouvelle » catégorie de résistants, dont la spécificité tiendrait à ses rapports entretenus avec le régime de Vichy. Dans l’article fondateur coécrit par Laurent Douzou et Denis Peschanski en 1996, l’expression ne s’appliquait encore qu’à la génération des résistants de 1943, dont l’originalité était « d’être partie intégrante de l’appareil d’État », dont ils ne remettaient pas en cause les valeurs. Il désignait « des individus […] convaincus à la fois d’une nécessaire résistance dont ils se donnent les moyens, et de la qualité des principes qui ont présidé à l’instauration de l’État français29 ». Les vichysto-résistants étaient donc une des catégories de résistants ayant entretenu des liens idéologiques et institutionnels avec Vichy, aux côtés des « Résistants vichystes de 1940-1941 » et des « militaires » entrés en résistance au tournant des années 1942-1943. À l’heure où j’achevais mon DEA, cette définition était, à ma connaissance, la seule à avoir été proposée dans un cadre scientifique – et elle ne correspondait pas réellement à mon objet étude30. Avec un peu de scrupules et tout en craignant de dévoyer l’usage de l’expression, j’en donnais une définition susceptible d’englober « les militaires ». Les vichysto-résistants étaient « ces individus, mouvements, corps ou organismes d’État, qui, pendant un temps suffisamment long pour être significatif, ont, par leurs actes ou par leurs discours, soutenu, non seulement la personne du maréchal Pétain, mais aussi le régime de Vichy et l’idéologie qui le sous-tendait, avant de rentrer de plain-pied dans la Résistance31 ». La conceptualisation restait limitée. De surcroît, la définition tranchait sans justification la question de l’articulation dans le temps des deux identités vichyste et résistante en suggérant qu’il y avait eu un « avant » et un « après ». Quoiqu’elle me permît dans l’immédiat de rendre compte d’un certain nombre de caractéristiques du Corps Franc Pommiès32, elle restait donc insatisfaisante.

  • 33 Jean-Pierre Azema, « Statistiques sans conscience n’est que ruine… » Paris : Syndicats CFDT-CGT de (...)
  • 34 Jean-Pierre Azema et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, Perrin, 1997, p. 355-356. ; Azema, « Un (...)
  • 35 Claude D’Abzac-Epezy, « Vichystes ou résistants ? Quelques itinéraires militaires », in Guerres Mo (...)
  • 36 La marginalité des vichysto-résistants dans l’historiographie était encore soulignée récemment par (...)
  • 37 Julien Blanc, Du côté du Musée de l’homme, les débuts de la Résistance en zone occupée (été 1940-é (...)
  • 38 François Mitterrand à Vichy, diffusé le 22 avril 2008 sur France 2. Voir notamment les interventio (...)
  • 39 Robert Belot, La Résistance sans de Gaulle, Paris, Fayard, 2006.
  • 40 Bénédicte Vergez-chaignon, Les vichysto-résistants, de 1940 à nos jours, Perrin, 2008. La parution (...)

13En 1997, puis en 1998, Jean-Pierre Azéma conférait au terme un sens plus large que celui que lui avaient attribué Laurent Douzou et Denis Peschanski. « Vichysto-résistant » désignait, selon lui, « ceux qui ont été sans conteste résistants, […] tout en ayant servi loyalement, dans un premier temps, le régime de Vichy, en étant anti-allemands, au point [d’être] prêts à préparer la revanche33 ». Il estimait également que les « patriotes, souvent anti-allemands, qui [ont rallié] Vichy par admiration pour le Maréchal ou bien pour préparer le relèvement du pays, puis qui [se sont aperçu] plus ou moins tard de la nocivité du régime, ou de son échec34 », constituaient une quatrième catégorie de résistants, à côté des communistes, des gaullistes et de ceux qu’il appelle les « ni-ni ». La même année, Claude d’Abzac-Epezy reprenait l’expression dans son étude de deux itinéraires d’officiers de l’armée de l’Air, le général Cochet et le colonel Faye, et tentait une typologie en fonction du degré d’engagement à Vichy et du degré d’engagement dans la Résistance35. Dans les années suivantes, bien que la matière universitaire restât encore maigre36, la diffusion de l’expression s’est poursuivie, au point d’en devenir banale et « d’entrer dans le langage courant37 ». En 2008, le documentaire d’Hugues Nancy diffusé le même soir que le docu-fiction de Serge Moati sur François Mitterrand l’a consacrée auprès de plus de trois millions de téléspectateurs38. Deux livres, publiés à deux ans d’écart, attestent de l’intérêt éditorial pour le sujet. Sans y être directement consacré, l’opus de Robert Belot sur la résistance non-gaulliste lui accorde une large place39. Surtout, les vichysto-résistants font l’objet d’un ouvrage destiné au grand public, publié par Bénédicte Vergez-Chaignon en 200840.

  • 41 Le dictionnaire Larousse définit les vichystes, laconiquement, comme « les partisans du régime de (...)

14Au cours de ces années, les efforts de conceptualisation ont cependant été peu nombreux et la réflexion sur le contenu et les limites du terme est restée en friche. « Vichysto-résistant » en est parfois venu à désigner de manière générale à peu près toutes les situations de contact entre Vichy et la Résistance, faute de définition des deux termes dont l’expression est composée : « vichyste » et « résistant ». Qu’entend-on en particulier par « vichyste41 » ? Quels types de liens avec le régime, quel degré d’engagement dans la Résistance sont-ils sous-entendus ici ? Par la grâce des mots, n’a-t-on pas créé l’illusion d’une communauté d’expériences qui ne correspond ni à une réalité vécue, ni à une catégorisation scientifique intelligible ?

  • 42 Éric Conan, « Un vichysto-résistant parmi d’autres », L’Express, 2 octobre 1997.
  • 43 Daniel Cordier, Jean Moulin : l’inconnu du Panthéon, t. 3, De Gaulle, capitale de la résistance, P (...)
  • 44 Bénédicte Vergez-chaignon, Les vichysto-résistants, op. cit, p. 397-405, 413-420. Les deux cas son (...)
  • 45 Claire Andrieu in « Où en est l’histoire de la Résistance ? », Compte rendu synthétique du débat d (...)
  • 46 Notamment Jean-Marie Guillon, in ibid. D’autres historiens m’ont exprimé oralement des réticences (...)

15Maurice Papon devient par exemple « un vichysto-résistant parmi d’autres » aux côtés de Maurice Couve de Murville, du général Juin, de François Valentin, et bien sûr de François Mitterrand, membre d’un « vaste troupeau migratoire passé, plus ou moins tardivement, d’un camp à l’autre42 ». Lorsqu’une même catégorie réunit à la fois Joseph Darnand, chef de la Milice – parce qu’il prit contact avec Jean Moulin43 – et l’Organisation Civile et Militaire (OCM) – parce que les premiers textes de l’organisation étaient antisémites44, on conçoit que son usage puisse susciter des réserves. Le risque est grand de voir le terme vichysto-résistant devenir « un fourre-tout45 » inutile et même dangereux. Les réticences et les interrogations exprimées par certains historiens46 sont en réalité de plusieurs ordres, à la fois scientifiques et éthiques. Elles s’adressent parfois au terme même, parfois à ses mésusages. D’un point de vue mémoriel, n’est-il pas susceptible de créer ou d’entretenir la confusion ? De faire renaître la croyance en un Vichy résistant ? Ou encore de participer à une entreprise de dénigrement de la Résistance ? Et surtout, le concept est-il seulement opératoire ? Permet-il au chercheur de rendre compte, mieux qu’avant son invention, d’une certaine réalité, ou n’est-il qu’un néologisme commode ?

La construction d’un objet d’etude

16À ce point de la réflexion, l’interrogation était donc la suivante : Y avait-il eu une résistance dont la spécificité, perçue non seulement par les historiens a posteriori mais également par les acteurs de l’époque, avait été sa proximité avec le régime de Vichy ?

  • 47 AN 3AG2 374 – 37 : Rex 47/5, « Conflit de Gaulle-Giraud », arrivé le 27 juin 1943.
  • 48 AN 3AG2 374 – 41 : MRU 10/31500, France Politique, CE, Mouvement Giraud, 20 août 1943 ; FO 371/360 (...)
  • 49 Franklin Delano Roosevelt Office Files – Diplomatic Papers – Dossier France 1942 – Lettre de Frena (...)
  • 50 AN 3AG2 37 – dossier 2 – pièce 12 : Philippe Roques à André Diethelm, 19 février 1942.
  • 51 AN 3AG2 376 143 – pièce 17 – rapport de Philippe Roques – arrivé le 30 novembre 1942 ; AN 3AG2 397 (...)
  • 52 Entre autres, William D. Leahy, I was there. The personal story of the Chief of Staff to President (...)
  • 53 NARA RG 226 – Entry 123 – Box 9 – Folder 95 – Rapport non signé 21 novembre 1943 ; AN 3AG2 58 – Do (...)
  • 54 SHD 1K 545 – Carton 25 – Bulletin de l’Amicale des Anciens Membres des Services de Sécurité Milita (...)
  • 55 Georges André Groussard, Chemins secrets, vol. 1, Bader-Dufour, 1948, p. 113.

17Le vocabulaire des contemporains semble plaider en faveur d’une réponse négative : aucun individu, aucune organisation, ne s’est jamais défini comme vichysto-résistant, ni n’a été qualifié ainsi par les acteurs de l’époque. Au hasard des sources, on repère tout de même, sous la plume de membres de la Résistance et de services secrets ou diplomatiques alliés, quelques expressions visant à désigner des résistants venus de Vichy et/ou partisans de la Révolution nationale. Jean Moulin évoque par exemple, en 1943, les « néovichystes47 ». Les références aux « pétainistes48 », « pétinistes49 » et vichystes anti-allemands et/ou patriotes ne sont pas abondantes, mais elles existent : Philippe Roques, un agent gaulliste, décrit même « une équipe vichyssoise de résistance » autour, notamment, du général de La Laurencie50. Dans les textes émanant de la Résistance, il est le plus souvent souligné que ces hommes résistent, apportent leur aide, ou se montrent « bien orientés » « malgré » leurs positions vichystes51. Plus spécifique, mais beaucoup plus fréquent à partir de 1943, le terme de « giraudiste », employé par les gaullistes et les communistes, désigne autant un rapport de subordination au général commandant en chef d’Alger qu’une sympathie supposée à l’égard du régime de Vichy et du maréchal Pétain. Les Alliés évoquent en général des « sympathisants », « supporters » ou « défenseurs » de leur cause parmi les partisans de Pétain, les membres des services spéciaux français ou les fonctionnaires52. Ces appellations variées, généralement péjoratives, n’émanent presque jamais des rangs de ceux qui, soixante ans plus tard, ont été regroupés sous le qualificatif de vichysto-résistants. Lorsqu’ils se décrivent eux-mêmes dans les sources d’époque, ils se disent simplement « patriotes » ou « résistants53 ». Ce n’est que plus tard que certains d’entre eux se sont réclamés d’« une forme vichyssoise de résistance54 » ou se sont présentés comme « des vichyssois antinazi55 ». Quels que soient les locuteurs, aucune de ces expressions n’est le résultat d’une réflexion conceptuelle aboutie. Les situations auxquelles elles se réfèrent sont extrêmement hétérogènes. Simple discours pro-allié, aide ponctuelle à la Résistance de vichystes au service du régime, parfois au contraire résistance, clandestine et armée, d’hommes qui continuent de professer une certaine admiration du Maréchal, peuvent être alternativement visés par ces différents qualificatifs qui ne sont par conséquent pas d’un grand secours pour l’historien d’aujourd’hui qui cherche à élaborer une définition.

18C’est donc sur les travaux des scientifiques, non sur les discours des acteurs, qu’il convenait de s’appuyer pour construire l’objet d’étude. Travaux d’histoire qui avaient défriché le concept, bien entendu, mais aussi, issus d’autres disciplines, telles que la sociologie ou la psychologie sociale. Pour ces derniers, les emprunts ont davantage relevé de l’analogie que de l’importation stricte des méthodes et des concepts.

Métamorphoses

  • 56 Jean-Pierre Azema, « Pétainiste ou Résistant ? », L’Histoire, no 253, avril 2001.
  • 57 Jean-Pierre Azema et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, op. cit., p. 355-356.
  • 58 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », op. cit
  • 59 Voir à ce sujet Denis Peschanski, « Legitimacy, legitimation, delegitimation: France in the Dark y (...)

19« Vichysto-résistant » : l’expression permet certes de suggérer l’existence de ponts entre deux univers plus poreux que l’on ne l’admet généralement, mais en tant que telle, elle ne dit rien de la nature de ces ponts, ni de la manière dont ils furent empruntés. La question soulevée par Jean-Pierre Azéma – « l’évaluation, chronologique notamment, des modalités de passage de l’un [Vichy] à l’autre [la Résistance]56 » – reste entière. D’autant plus que le mot « passage » utilisé ici est lui-même problématique. La construction du mot – le tiret et la terminaison en « o » – suggère en effet une simultanéité des identités vichyste et résistante. Pourtant, les historiens qui ont forgé la notion évoquent une temporalité différente. Jean-Pierre Azéma considère notamment que les vichysto-résistants servirent loyalement Vichy « dans un premier temps » et entrèrent en Résistance « sans esprit de retour57 ». Denis Peschanski s’interroge sur la manière dont « s’est opérée la rupture que constitue [pour les vichysto-résistants], l’engagement dans la résistance58 ». L’insistance sur la rupture semble compréhensible. Le vichysme et la résistance sont à bien des égards des états théoriquement antinomiques dès lors qu’ils reposent sur des conceptions de la légitimité59 et sur une hiérarchisation des valeurs et des motivations nettement incompatibles. Armistice, collaboration et exclusion, qui forment les soubassements du régime, sont les objets mêmes du refus exprimé par la Résistance. Toutefois, s’il ne s’agissait que d’évoquer des processus de conversion, de passage d’un état à un autre – d’abord strictement vichyste puis strictement résistant – l’invention d’un néologisme n’aurait sans doute pas été nécessaire. Il aurait été aussi simple de relever la présence « d’anciens » ou « d’ex » vichystes dans la Résistance.

  • 60 Pierre Laborie, « 1940-1944 : les Français du penser-double », op. cit.
  • 61 Leon Festinger, A theory of cognitive dissonance, Row Peterson, 1957, p. 12.

20Le concept n’a, à mon sens, d’intérêt que dans la mesure où il permet de rendre compte à la fois d’une simultanéité, d’une coexistence – chez des individus ou au sein de groupes – d’idées et de représentations contradictoires et des processus de clarification qui les amènent en définitive à choisir leur camp. Pierre Laborie appelle « penser-double » le phénomène qui permit un temps de « faire cohabiter, dans les mêmes têtes, deux façons de penser la France60 ». On peut considérer que, selon des facteurs et une chronologie qui varient en fonction des individus, en particulier avec l’engagement de plus en plus marqué de Vichy dans la répression et dans la collaboration, ces contradictions finirent par induire un phénomène que la psychologie sociale désigne sous le terme de « dissonance cognitive ». La dissonance est « un état de tension désagréable dû à la présence simultanée de deux cognitions (idées, opinions, comportements) psychologiquement incohérentes61 ». Pour échapper à cet état instable, les acteurs sont amenés à modifier l’une, l’autre ou les deux « cognitions » initiales – c’est-à-dire pour le sujet qui nous intéresse, leurs représentations et/ou leurs comportements vis-à-vis de Vichy et de la Résistance.

  • 62 Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, Paris, Seuil, 2003, [2e éd (...)
  • 63 La littérature offre nombre d’exemples de ces métamorphoses qui laissent subsister, enfouis, les t (...)

21Ce postulat m’a conduit à envisager les itinéraires des vichysto-résistants comme des « métamorphoses », empruntant le terme à Philippe Burrin qui qualifie ainsi le phénomène de glissement de la gauche vers le fascisme62. La notion m’a paru particulièrement adaptée car elle suggère un processus de transformation profonde, radicale même, mais qui laisse percer sous de nouvelles formes les traces des principes et des valeurs originels63. Elle invite à s’interroger sur les passerelles existant entre des univers différents, voire opposés. En reconstituant les itinéraires de Marcel Déat, Jacques Doriot et Gaston Bergery, Philippe Burrin montre qu’ils ont constitué des « dérives » de leur passé politique, un passé dont ces hommes ont absorbé les valeurs et les comportements. Dans une large mesure, la résistance des vichysto-résistants « dérive » elle aussi de leur expérience vichyste. Cette expérience imprègne le sens et les formes de leur résistance, leurs discours tout autant que leurs modalités d’intervention dans la lutte contre l’occupant.

  • 64 Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, p. 16.

22L’auteur de la Dérive Fasciste affirme également qu’il n’est pas « indifférent » que les hommes qu’il étudie soient venus du communisme ou du syndicalisme, du socialisme ou du radicalisme et qu’il faut en conséquence « chercher au-delà d’une collection de catégories singulières et […] au travers de la variété, à saisir l’unité du phénomène64 ». La démarche idéaltypique qu’il met en œuvre pour décrire les processus de fascisation et les conditions de passage de la gauche au fascisme, peut sans doute en partie être transposée dans le cadre de l’étude des vichysto-résistants puisqu’il n’est évidemment pas « indifférent » que des résistants viennent de Vichy. J’ai donc tenté de « saisir l’unité du phénomène » à l’aide d’une construction à même d’ordonner ses caractéristiques essentielles.

  • 65 Dans « L’idée de résistance entre définition et sens : retour sur un questionnement » (La Résistan (...)

23Dans l’introduction de ma thèse, je m’étais défendue de l’usage peu orthodoxe de cette méthode au regard des canons de la sociologie wéberienne en le qualifiant de « bricolage65 ». Je ne suis plus si certaine aujourd’hui que les historiens ont à s’excuser de faire des incursions dans d’autres champs de la connaissance et de s’essayer à la conceptualisation, ni, en réalité, que le « bricolage » leur soit propre. Quoi qu’il en soit, il s’agissait bien en l’occurrence de s’émanciper de la description fidèle des « faits » et de la diversité des itinéraires considérés. J’ai donc choisi de mettre en avant certains traits de ces itinéraires (la position vis-à-vis de l’État français, les formes de la résistance et les modalités de la transition) au détriment d’autres (la posture idéologique ou les parcours d’avant-guerre par exemple) afin d’obtenir un type idéal. Ce dernier m’a servi de jauge, de boussole dans mes recherches, un point d’ancrage auquel comparer la réalité que je découvrais dans les sources.

L’idéaltype vichysto-résistant

24J’ai ainsi considéré que les vichysto-résistants étaient d’authentiques résistants et d’authentiques vichystes, cette double identité fondant leur singularité.

  • 66 Notons toutefois que si cette exclusion est théoriquement aisée, la question du noyautage méritera (...)

25Les vichysto-résistants sont des vichystes, des soutiens effectifs de l’État français. Leur vichysme est un engagement conscient, qui, s’il n’est évidemment pas incompatible avec l’expression d’un « maréchalisme de base », ne saurait se confondre avec lui. Par leurs discours et/ou leurs actes, ils approuvent et défendent non seulement la personne du maréchal Pétain mais aussi le régime, l’idéologie et les principes qui le sous-tendent. Membres des institutions mises en place par Vichy, au service de l’État français, ou propagandistes volontaires de la Révolution nationale, ils ont choisi et accepté de mettre en œuvre, d’appliquer ou de plaider en faveur des politiques définies par le gouvernement de Vichy. Ils reconnaissent la légitimité du régime et entendent participer, de diverses manières, à son œuvre. Pour cette raison j’ai exclu de la catégorie les hommes qui utilisèrent leurs fonctions officielles comme couverture pour leurs activités de résistance, notamment quand ils restèrent en poste à la demande d’un mouvement ou d’un réseau : leur loyauté fut de fait unilatérale envers la Résistance et leur situation, bien souvent dangereuse, ne fut en revanche ni dissonante ni ambivalente66.

  • 67 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », op. cit
  • 68 Pierre Laborie, « L’idée de résistance entre définition et sens : retour sur un questionnement », (...)

26Les vichysto-résistants sont des résistants. Ici aussi, l’engagement est un critère déterminant. Je n’ai pris en considération que des hommes qui se donnèrent les moyens de la lutte contre l’occupant67. Des vichystes « sympathisants » ou « patriotes » ont pu avoir un rôle d’interface important, voire, dans une certaine mesure favoriser la résistance des vichysto-résistants et influer sur ses formes. Ils ne se confondent pas avec eux. J’ai utilisé ici les critères d’identification de la résistance proposés par Pierre Laborie : les vichysto-résistants ont « la volonté de nuire à un ennemi identifié » et s’organisent pour empêcher par tous les moyens la réalisation de ses objectifs. Ils acceptent « la nécessité de la lutte armée », ont « conscience de participer à une expression collective de refus » et adhèrent, « avec une juste conscience des risques et du sens de la lutte » à des objectifs clairement affirmés. « Leur engagement dans l’action est fondamentalement lié à des pratiques de transgression68. » Cette notion de transgression prend d’ailleurs pour les vichysto-résistants une dimension particulière, car ils transgressent un ordre hiérarchique et politique auquel ils ont clairement et consciemment consenti.

  • 69 Qui était, d’ailleurs, celui que j’avais initialement déposé.
  • 70 Voir notamment Denis Peschanski, « La Résistance, l’Occupant et Vichy », op. cit.

27Enfin, résistants d’origine vichyste, les vichysto-résistants conservent dans la résistance des traits hérités de leur expérience vichyste. Ce critère distinctif découle des notions de métamorphose et de dissonance évoquées plus haut. Ces traits peuvent être de natures diverses. Idéologiques, lorsque le désir d’ordre ou l’anticommunisme par exemple, continuent à déterminer en partie les modalités de l’engagement. Organisationnels lorsque les vichysto-résistants mettent sur pied leurs propres organisations, volontairement distinctes des groupes communistes, gaullistes et des mouvements – on pense notamment à la résistance giraudiste. Stratégiques, lorsque, rejoignant des organisations de la résistance intérieure ou de la France libre, les vichysto-résistants y défendent des choix politiques et militaires spécifiques. Fonctionnels et/ou relationnels quand des contacts sont maintenus avec Vichy, son administration et ses institutions, particulièrement quand ces contacts orientent les formes et les modalités de la résistance… Je n’ai donc pas traité du phénomène que l’on pourrait qualifier de « conversion », c’est-à-dire de ceux qui, ayant estimé faire fausse route à Vichy, se sont engagés dans la résistance sans rien conserver de leurs attaches idéologiques et/ou institutionnelles avec le régime, sans que leur résistance ne soit marquée de quelconque manière par leur passé vichyste. Cela a été l’une des décisions les plus difficiles à justifier. En effet, il ne s’agit pas de nier leur existence, bien au contraire. Mais la foule des maréchalistes désillusionnés de 1940-1941 m’a toutefois semblé à la fois trop nombreuse et trop disparate pour constituer un objet d’étude. Il y a là un autre sujet69, en partie d’ailleurs défriché au cours de ces vingt dernières années70 : celui des rapports entretenus par la Résistance avec l’État français, de leur évolution, parallèle à celle de l’opinion publique, des représentations de la légalité et de la légitimité étatique dans les rangs de ceux qui choisirent de désobéir… Pour ceux qui, au-delà de leur attachement au chef de l’État, furent réellement vichystes se pose un redoutable problème méthodologique : comment les repérer, comment constituer un corpus s’ils se fondent, après leur conversion, dans les mouvements ou la France libre sans y témoigner de leur singularité ? Quels critères, quelle chronologie retenir ? Une prosopographie menée sur les militants de tel ou tel mouvement – Combat ou l’OCM par exemple – permettrait sans doute d’approcher le phénomène. À l’échelle de la Résistance, la tâche me paraît insurmontable.

28En définitive, j’ai défini les vichysto-résistants comme des hommes qui, engagés dans la résistance active, ont été des soutiens effectifs de l’État français, approuvant, au-delà de la personne du maréchal Pétain, le régime, son idéologie ainsi que les politiques mises en œuvre, et dont l’expérience vichyste marque, d’un point de vue idéologique, organisationnel, stratégique et/ou relationnels, les formes de leur résistance. Le terme s’applique non à la situation d’un individu à un instant « t », mais à une trajectoire prise dans son ensemble.

29Cette définition, répétons-le, n’a pas vocation à couvrir tous les parcours, tous les points de contacts entre Vichy et la Résistance, encore moins à nier qu’il y en eu d’autres formes. Elle permet, en revanche, de constituer un corpus, de l’ordonner, de valider sa cohérence et d’en faire l’histoire. Elle autorise, confrontée aux sources, à affirmer qu’il y eut bien au-delà de la diversité des trajectoires et des destinées, un phénomène identifiable : on peut repérer des chronologies, des modalités de basculement et d’intégration dans la Résistance ainsi que des éléments d’une identité commune – et même, d’une identité collective. Les vichysto-résistants constituaient bien une mouvance de la Résistance.

30L’histoire des vichysto-résistants que j’ai tenté d’écrire est l’histoire de leur métamorphose. C’est l’histoire de leur intégration progressive, difficile et parfois incomplète à la communauté résistante, une communauté qui se définit par des critères exogènes, qui touchent à l’action et aux objectifs poursuivis, mais aussi par des processus endogènes de création d’une identité collective. La Résistance identifie progressivement un « dedans » et un « dehors » et fixe ses propres limites. Ces limites sont mouvantes et poreuses. Mais elles n’en existent pas moins et ce travail, je l’espère, peut contribuer à les éclairer, tout en apportant quelques éléments de réponse à une question qui se pose en d’autres temps et d’autres lieux : comment change-t-on de camp ?

Notes

1 Claire Andrieu, « La Résistance dans le siècle », in François Marcot (dir.), Dictionnaire Historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 46-54.

2 Ce qui ne veut en aucun cas dire « pure », « vertueuse » ou « désintéressée » mais correspondant à l’image que l’on se fait d’une juste cause et d’un juste combat.

3 Lettre de Manuel à Pélabon, 21 juillet 1943, AN 91 AJ 39 (AP Sudreau), cité par Sébastien Albertelli, Les services secrets de la France Libre, le Bureau Central de Renseignement et d’Action (BCRA), 1940-1944, Thèse de Doctorat, IEP de Paris, 2006, p. 814. Merci à Sébastien pour m’avoir communiqué cette citation.

4 Je parle ici, bien entendu, de leurs engagements politiques et non de leur résistance.

5 Pour reprendre les termes qu’il a utilisés lors de la journée d’études de Besançon.

6 Les pages qui suivent sont très fortement inspirées de l’introduction de ma thèse, dont elles reprennent l’articulation et l’essentiel du contenu. Au moment de la journée de Besançon, j’étais en effet en train de terminer mon doctorat. Intervenir lors de cette journée m’avait permis de préciser et de clarifier ce qui faisait le cœur de mon introduction : le questionnement, les problématiques et plus encore, mon rapport au sujet. C’est à ce moment que j’ai notamment décidé de l’écrire à la première personne, un mode narratif moins distancié que le style indirect auquel j’étais jusqu’alors attachée et qui me paraissait plus à même de rendre compte des cheminements et des doutes traversés au cours de ces longues années.

7 Johanna Barasz, L’Armée dans la résistance de la région toulousaine : le Corps-Franc Pommiès, 1942-1944, Mémoire de DEA, IEP de Paris, 1997.

8 Au cours du procès de Maurice Papon, Jean-Pierre Azéma a évoqué les résistants qui avaient « commencé par Vichy mais se sont rendu compte de l’énormité et qui ont choisi une autre voie », pour les opposer au « vichysto-vichyste » Papon. Cf. Catherine Erhel et al., Le procès de M. Papon. Compte rendu sténographique, vol. 1 (8 oct. 1997-8 jan. 1998) Paris, Albin Michel, p. 726-727.

9 Pierre Pean, Une jeunesse française : François Mitterrand, 1934-1947, Fayard, 1994.

10 Jean-Pierre Azema, « Vichy, la Resistance : enfin la vérité », entretien avec Laurent Joffrin, Le Nouvel Observateur, 2 novembre 2000.

11 Sur l’ambivalence de l’opinion publique voir notamment Pierre Laborie, « 1940-1944 : les Français du penser-double », Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, p. 25-38 ; L’opinion française sous Vichy, Seuil, 1990.

12 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La Résistance française face à l’hypothèque Vichy », in Denis Peschanski (dir.), Vichy, 1940-1944, Milano, Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, 1996, p. 3-42.

13 Gabriel Roger Cochet, Appels à la résistance, lancés par le général Cochet, 1940-1941, Gallimard, 1945 ; Marie-Madeleine Fourcade, L’Arche de Noé, Fayard, 1968. Certains résistants ont cependant reconnu avoir un temps partagé la « ferveur » de la majorité de leurs compatriotes pour le maréchal Pétain. Cf. entre autres, Henri Frenay, La nuit finira, R. Laffont, 1973, p. 26-28 ; Serge Ravanel, L’esprit de Résistance, Paris, Seuil, 1995, p. 43-47.

14 Jean-Pierre Azéma a de longue date proposé une distinction devenue classique entre pétainisme et « maréchalisme de base » – attachement irrationnel au sauveur de Verdun, suscitant la ferveur populaire et prenant parfois la forme d’un véritable culte de la personnalité –. Cf. Jean-Pierre Azema, De Munich à la libération, 1938-1944, Paris, Seuil, 1979, p. 101.

15 Cf. André Laffargue, La Victoire du « Vieux Renard », La Table ronde, 1983. Bénédicte Vergez-chaignon développe longuement cette question dans Les vichysto-résistants, de 1940 à nos jours, Paris, Perrin, 2008, p. 541 sqq.

16 On peut citer parmi d’autres, les autobiographies du colonel Groussard (Chemins secrets, Paris, Bader-Dufour, 1948), de Georges Loustaunau-Lacau (Mémoires d’un Français rebelle, Paris, Robert Laffont, 1948), de Pierre Dunoyer de Segonzac (Le vieux chef, Paris, Seuil, 1971), de Jean Vallette d’Osia (Quarante-deux ans de vie militaire, 1916-1958, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1988) ou la biographie consacrée à Paul Dungler (Jean Eschbach, Au cœur de la Résistance alsacienne : le combat de Paul Dungler, fondateur de la 7e colonne d’Alsace, chef du réseau Martial, Jérôme Do Bentzinger, 2003).

17 Henri Giraud, Un seul but, la victoire : Alger, 1942-1944, Paris, Julliard, 1949.

18 Lettre de Diego [général Giraud] à Carlos [Malaise], 28 avril 1944 cité in Jacques Soustelle, Envers et contre tout, D’Alger à Paris (1942-1944), vol. II, R. Laffont, 1950, p. 384. Pour Giraud, il s’agit d’empêcher le général de Gaulle de prendre le pouvoir avec « un état-major de communistes, de socialistes et de Juifs ». Avant Jacques Soustelle, l’hebdomadaire Carrefour avait publié certaines des lettres échangées entre Giraud et Malaise, cf. B. Vergez-Chaignon, Les vichysto-résistants, op. cit., p. 588.

19 Robert O. Paxton, Vichy France: old guard and new order, 1940-1944, Norton, 1975. Henri Michel avait déjà, quelques années plus tôt, insisté sur le caractère volontaire de la collaboration d’État, cf. Henri Michel, Vichy, année 40, Paris, Robert Laffont, 1966.

20 La mise en perspective de l’éviction de Pierre Laval le 13 décembre 1940 et l’intérêt porté à « l’année Darlan » (1941) tendent notamment à relativiser la césure constituée par le retour du premier au pouvoir en avril 1942, Denis Peschanski, « Vichy un et pluriel », in Sarah Fishman et al. (dir.), La France sous Vichy. Autour de Robert O. Paxton, op., p. 137 ; « Le régime de Vichy a existé. Gouvernants et gouvernés dans la France de Vichy, juillet 1940-avril 1942 », op. cit.

21 Cf. Michael R. Marrus, « Vichy et les Juifs : quinze ans après », in Sarah Fishman et al. (dir.), La France sous Vichy. Autour de Robert O. Paxton, Bruxelles, Complexe, 2004, p. 49-62.

22 J.-P. Azema, « Vichy et la mémoire savante », op. cit. ; Sarah Fishman (dir.), La France sous Vichy. Autour de Robert O. Paxton, Paris, Complexe, 2004.

23 Jean-Marie Guillon, « La résistance, 50 ans et 50 000 titres après », in Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie (dir.), Mémoire et histoire – la Résistance, Toulouse, Editions Privat, 1995, p. 28-43. op. cit.

24 Voir notamment Daniel Cordier, Jean Moulin : l’inconnu du Panthéon, t. 1, Une ambition pour la République, J.-C. Lattès, 1989, p. 945-1067 ; Jean Moulin : l’inconnu du Panthéon, t. 3, De Gaulle, capitale de la résistance, Paris, J.-C. Lattès, 1993 ; Jean-Louis Cuvelliez, « Les débuts de la Résistance dans la région de Toulouse », in Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie (dir.), Mémoire et histoire – la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, p. 121-136. Robert Belot, Henri Frenay : de la Résistance à l’Europe, Paris, Seuil, 2003, p. 163-189.

25 Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance : Défense de la France, 1940-1949, Paris, Seuil, 1995.

26 Wilfred. D. Halls, The youth of Vichy France, Clarendon Press/Oxford University Press, 1981.

27 Rozenn de Tournemire-le Galde Kerangal, Un mouvement de Jeunesse entre Révolution Nationale et résistance : Les compagnons de France, 1940-1944, Doctorat nouveau régime, université de Champagne-Ardennes, 1999.

28 Bernard Comte, Une utopie combattante : l’École des cadres d’Uriage, 1940-1942, Paris, Fayard, 1991.

29 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », in Denis Peschanski (dir.), Vichy, 1940-1944, Milano, Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, 1986, p. 3-42. op. cit. Les auteurs distinguent, dans cet article essentiel, trois « générations » de résistants : celle de 1940-1941, celle de la « résistance des militaires » et enfin celle des « vichysto-résistants de 1943 ». Lors d’un colloque tenu l’année précédente à Cachan, les deux auteurs avaient présenté une communication consacrée aux deux premières années de l’occupation qui devait constituer le premier volet de cet article. Le terme vichysto-résistant n’apparaissait pas. Laurent Douzou et Denis Peschanski, « Les premiers Résistants face à l’hypothèque Vichy », in La Résistance et les Français : Villes, centres et logiques de décision, Actes du colloque tenu à Cachan, 16-18 novembre 1995, Institut d’histoire du temps présent, 1996, p. 427-446.

30 Par la suite, Denis Peschanski lui-même en a étendu l’emploi pour évoquer, dans le Dictionnaire Historique de la Résistance, « des hommes et des femmes qui agissent sans réserve contre l’occupant mais font confiance au Maréchal et approuvent même souvent sa politique ». Denis Peschanski, « Les vichysto-résistants », in Bernard Garnier (dir.), Pourquoi résister ? Résister pour quoi faire ? Actes du colloque des 2, 3 et 4 décembre 2004, Caen, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, 2006. Voir également sa communication « Les vichysto-résistants », (communication au colloque Pourquoi résister, Résister pourquoi faire, Caen, 2004). « Vichysto-résistant » désigne donc désormais sous sa plume les trois générations de résistants entretenant des liens avec Vichy.

31 J. Barasz, Le CFP, op. cit., p. 50.

32 Je travaillais sur des militaires dont l’itinéraire avait connu une incontestable césure en novembre 1942.

33 Jean-Pierre Azema, « Statistiques sans conscience n’est que ruine… » Paris : Syndicats CFDT-CGT de l’INSEE, 1998.

34 Jean-Pierre Azema et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, Perrin, 1997, p. 355-356. ; Azema, « Un fonctionnaire comme les autres ? », L’Histoire, no 222, juin 1998, p. 78-79 ; Azema, « Vichy La Resistance : enfin la vérité », op. cit. Jean-Pierre Azéma a par la suite employé de nombreuses fois l’expression et y a consacré une communication récente, cf. Jean-Pierre Azema, « Les vichysto-résistants », (communication au colloque Guerre, collaboration, résistance : un demi-siècle d’historiographie française, Tel-Aviv, mai 2005).

35 Claude D’Abzac-Epezy, « Vichystes ou résistants ? Quelques itinéraires militaires », in Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, no 192, 1998, p. 133-149.

36 La marginalité des vichysto-résistants dans l’historiographie était encore soulignée récemment par Henry Rousso in « Sortons des clichés ! », Marianne, 12-18 avril 2008. La notion est néanmoins utilisée dans les plusieurs thèses de doctorat comme celles de Karine Le Bail, (Musique, pouvoir, responsabilité. La politique musicale de la radiodiff usion française, 1939-1953, sous la direction de Jean-Pierre Azema, IEP de Paris, 2005) et de Christophe Capuano, Le « familial » en France sous le régime de Vichy : territoires, réseaux, trajectoires : les exemples de la Bourgogne et de la Franche-Comté, Besançon, Université de Franche-Comté, 2008.

37 Julien Blanc, Du côté du Musée de l’homme, les débuts de la Résistance en zone occupée (été 1940-été 1941), Thèse de doctorat, Lyon II, 2008, p. 557.

38 François Mitterrand à Vichy, diffusé le 22 avril 2008 sur France 2. Voir notamment les interventions de Jean-Pierre Azéma et d’Henry Rousso.

39 Robert Belot, La Résistance sans de Gaulle, Paris, Fayard, 2006.

40 Bénédicte Vergez-chaignon, Les vichysto-résistants, de 1940 à nos jours, Perrin, 2008. La parution d’un ouvrage sur son sujet de thèse, à quelques mois de son achèvement, fait partie des mésaventures les plus redoutées – et les plus fréquemment expérimentées – par les doctorants. Frayeur et abattement passés, on doit cependant se convaincre qu’elle n’empêche ni d’aller à son terme, ni le cas échéant de publier le résultat de ses propres travaux.

41 Le dictionnaire Larousse définit les vichystes, laconiquement, comme « les partisans du régime de Vichy ». Dans Le nouveau Petit Robert, édition 1996 et Dictionnaire culturel en langue française, éditions Le Robert, 2005, le terme n’existe pas. On trouve la définition « partisan du régime de Vichy » à l’entrée « vichyssois ».

42 Éric Conan, « Un vichysto-résistant parmi d’autres », L’Express, 2 octobre 1997.

43 Daniel Cordier, Jean Moulin : l’inconnu du Panthéon, t. 3, De Gaulle, capitale de la résistance, Paris, J.-C. Lattès, 1993, p. 27.

44 Bénédicte Vergez-chaignon, Les vichysto-résistants, op. cit, p. 397-405, 413-420. Les deux cas sont évoqués dans le même chapitre intitulé « La dissidence de la dissidence ». Le passage consacré à Darnand, sans doute avec ironie, a pour titre « Darnand résistant », sans ponctuation particulière.

45 Claire Andrieu in « Où en est l’histoire de la Résistance ? », Compte rendu synthétique du débat du samedi 11 octobre 2008 proposé par la Fondation de la Résistance dans le cadre des Rendez-vous de l’histoire de Blois, cf. [http://www.fondationresistance.org/documents/dossier_them/Doc00100.pdf].

46 Notamment Jean-Marie Guillon, in ibid. D’autres historiens m’ont exprimé oralement des réticences que je ne peux retranscrire ici puisqu’elles n’ont pas fait l’objet de communication ni de publication.

47 AN 3AG2 374 – 37 : Rex 47/5, « Conflit de Gaulle-Giraud », arrivé le 27 juin 1943.

48 AN 3AG2 374 – 41 : MRU 10/31500, France Politique, CE, Mouvement Giraud, 20 août 1943 ; FO 371/36015 – Compte rendu d’une entrevue de Fernand-Laurent avec le Major Morton, 15 février 1943 ; FO 371/31973 – Conditions in France – Mémorandum rédigé par le Canadien Pinkersgill, 21 novembre 1942 ; AN 3AG2 317 – pièce 8 – Entretien du capitaine Pierre-Bloch avec Monsieur Villiers, jacques 23 avril 1943 ; AN 3AG2 376 143 – pièce 35 – rapport de DOK, arrivé le 15 avril 1943 ; AN 72AJ 410 – dossier « Correspondance » – Pierre Hervé à d’Astier, 6 mai 1944.

49 Franklin Delano Roosevelt Office Files – Diplomatic Papers – Dossier France 1942 – Lettre de Frenay au président Roosevelt 7 octobre 1942 ; AN 3AG2 374 – 36 : JAC 6/1 Contact avec Millerand, chef du groupe Francs-tireurs prisonniers, Courrier du 27 juillet 1943.

50 AN 3AG2 37 – dossier 2 – pièce 12 : Philippe Roques à André Diethelm, 19 février 1942.

51 AN 3AG2 376 143 – pièce 17 – rapport de Philippe Roques – arrivé le 30 novembre 1942 ; AN 3AG2 397 – dossier Necker – pièce 126 : 1er rapport mensuel de [Jacques Bingen], août-septembre 1943, arrivé le 18 septembre 1943 ; AN 3AG2 15 – pièce 92 – Conférence Brook, Frank, Philip, Boris, Passy, Bingen, 19 juillet 1943.

52 Entre autres, William D. Leahy, I was there. The personal story of the Chief of Staff to Presidents Roosevelt and Truman, based on his notes and diaries made at the time, Whittlesey House, 1950, p. 340.

53 NARA RG 226 – Entry 123 – Box 9 – Folder 95 – Rapport non signé 21 novembre 1943 ; AN 3AG2 58 – Dossier Alliance – Lettre du « Représentant de l’Alliance à Londres » [Marie-Madeleine Méric] à Manuel, 18 avril 1944 ; Compte-rendu de mission auprès du général commandant la 1e DB, signé lieutenant-colonel Demetz, s. d. [autour du 15 décembre 1943], cité in Alain Du Vigier, Le général Touzet du Vigier, F. Lanore, 1990. ; Lettre de Michel Dupouey au lieutenant Margeut, Lyon, 24 mai 1943, cité in Vergez-chaignon, Les vichysto-résistants, op. cit, p. 347.

54 SHD 1K 545 – Carton 25 – Bulletin de l’Amicale des Anciens Membres des Services de Sécurité Militaire et des Réseaux T. R., no 60 – 1968/IV.

55 Georges André Groussard, Chemins secrets, vol. 1, Bader-Dufour, 1948, p. 113.

56 Jean-Pierre Azema, « Pétainiste ou Résistant ? », L’Histoire, no 253, avril 2001.

57 Jean-Pierre Azema et Olivier Wieviorka, Vichy, 1940-1944, op. cit., p. 355-356.

58 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », op. cit.

59 Voir à ce sujet Denis Peschanski, « Legitimacy, legitimation, delegitimation: France in the Dark years, a textbook case », Contemporary European History, vol. no 13, no 4, 2004, p. 409-423.

60 Pierre Laborie, « 1940-1944 : les Français du penser-double », op. cit.

61 Leon Festinger, A theory of cognitive dissonance, Row Peterson, 1957, p. 12.

62 Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, Paris, Seuil, 2003, [2e éd.].

63 La littérature offre nombre d’exemples de ces métamorphoses qui laissent subsister, enfouis, les traits originaux des sujets – victimes – de métamorphose. Ainsi que l’écrit Guy Achard-Bayle, lorsque l’âne d’Apulée affirme conserver une intelligence humaine « bien [qu’il] fusse devenu un âne en tout », il fait le récit d’une « cohésion de vie » (Apulée, L’Âne d’Or ou les métamorphoses, Paris, Gallimard, 1975, p. 88, Guy Achard-bayle, Grammaire des métamorphoses, références, identité, changement, fiction, Paris, Duculot, 2001, 300 p.). On pense évidemment également à Grégor Samsa, qui continue de penser et de comprendre comme un être humain sous sa carapace de « monstrueux insecte ». Ses natures humaine et animale coexistent, provoquant confusion et souffrance (Franz Kafka, La Métamorphose, Paris, Gallimard, 2004, 173 p).

64 Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, p. 16.

65 Dans « L’idée de résistance entre définition et sens : retour sur un questionnement » (La Résistance et les Français, Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent, no 37, Paris, CNRS, 1997, p. 15-27) Pierre Laborie intitule l’une de ses parties « Entre bricolage inventif et idéaltype ».

66 Notons toutefois que si cette exclusion est théoriquement aisée, la question du noyautage mériterait par ailleurs un examen approfondi. En effet, les membres des services de noyautage des administrations publiques (Nap et du Supernap) ne furent vraisemblablement pas tous des espions éprouvés capables de dissimuler en toute occasion leurs sentiments à l’égard du régime pour mener à bien un travail de sape clandestin. On pressent qu’il y eut sans doute, dans l’exercice concret du noyautage, davantage d’ambivalence et même d’ambiguïté que dans sa conception – c’est tout aussi vrai, sinon plus, pour le noyautage des services maintenus de l’armée entrepris par l’Organisation de résistance de l’armée après la dissolution de l’armée.

67 Laurent Douzou et Denis Peschanski, « La résistance française face à l’hypothèque Vichy », op. cit.

68 Pierre Laborie, « L’idée de résistance entre définition et sens : retour sur un questionnement », op. cit.

69 Qui était, d’ailleurs, celui que j’avais initialement déposé.

70 Voir notamment Denis Peschanski, « La Résistance, l’Occupant et Vichy », op. cit.

Auteur

Docteure en histoire de l’Institut d’Études Politiques de Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540