Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Première partie. Une histoire toujours en chantier

Une Résistance londonienne ? L’étude du Bureau Central de Renseignement et d’Action

Sébastien Albertelli

Texte intégral

  • 1 Sur ces archives, voir dans ce même volume, « Les archives du BCRA et l’écriture de l’histoire de l (...)

1J’ai entamé mes recherches sur le Bureau Central de Renseignement et d’Action (BCRA) en 1998, après une maîtrise en histoire médiévale et quelques années consacrées à passer les concours de l’enseignement et à découvrir le monde. J’avais décidé de me lancer dans la préparation d’une thèse et de revenir au sujet qui m’avait toujours le plus attiré : l’histoire de la Résistance. Ignorant tout de la manière dont le champ des études sur la Résistance s’organisait, je contactai Jean-Pierre Azéma, sans doute l’historien le plus en vue sur le sujet, pour lui demander de m’aider à choisir un sujet. Le hasard voulut qu’au même moment, les archives du BCRA déposées aux Archives nationales firent l’objet d’une dérogation générale qui permettait de les consulter sans passer par le processus contraignant et aléatoire des demandes de dérogations. Ce fonds représentait plus de 600 cartons d’archives produites ou compilées par l’administration centrale de la France Libre chargée d’assurer la liaison avec la Résistance en métropole. C’était bien plus que ce à quoi j’avais jamais pu rêver. Jusqu’alors, seul Daniel Cordier avait eu le privilège d’accéder à ce fonds dans son intégralité. Les autres historiens avaient dû se contenter de dérogations plus ou moins restrictives1. L’opportunité qui s’offrait à moi me parut donc magnifique et je ne fus pas long à choisir, parmi plusieurs suggestions que me fit Jean-Pierre Azéma, celle qui allait me conduire à étudier le BCRA.

  • 2 Colonel Passy, Souvenirs. I. 2e Bureau Londres, Monte Carlo, Raoul Solar, 1947, 237 p. ; Colonel Pa (...)
  • 3 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France Libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallima (...)

2Le service n’était bien sûr pas inconnu. Loin s’en faut. Le colonel Passy avait écrit trois volumes de mémoires publiés en 1947 et 19512. Les ouvrages couvraient la période de 1940 à juin 1943. Faute d’accès aux archives, les historiens en avaient fait leur miel pendant des décennies. Mais les choses commençaient à évoluer. Daniel Cordier, Jean-Louis Crémieux-Brilhac et quelques autres avaient commencé à soumettre ces ouvrages à la critique historique3. Avec l’ouverture des archives, les conditions paraissaient réunies pour jeter un regard neuf sur l’histoire du service.

  • 4 Pierre Pean, Vies et morts de Jean Moulin : éléments d’une biographie, Paris, Fayard, 1998, 715 p.  (...)

3J’entamai mes recherches dans le cadre d’un Diplôme d’Études Approfondies, équivalent de l’actuel Master 2 de recherche. Jean-Pierre Azéma me suggéra tout d’abord d’étudier les relations entre le BCRA et Jean Moulin. Nous étions en pleine polémique après la publication des ouvrages de Pierre Péan et Jacques Baynac consacrés à Moulin4. En outre, je ne disposais que de quelques mois pour aborder ce sujet alors que Daniel Cordier labourait le terrain depuis vingt ans. Je risquais fort de ne pouvoir faire autre chose que mettre mes pas dans les siens. Après réflexion, il me sembla donc préférable d’aborder autrement l’histoire du BCRA. Mon choix se porta sur une étude prosopographique des officiers qui dirigeaient le service à Londres, que l’on appelait les cadres sédentaires du BCRA. Hormis quelques exceptions, ces officiers étaient largement méconnus. Leurs dossiers personnels, détenus par le Bureau Résistance à Vincennes, étaient encore inaccessibles : lorsque je leur soumis ma première liste de noms, les responsables du Bureau me déclarèrent avec un large sourire qu’ils avaient toutes les informations dont j’avais besoin (je ne réclamais que des états de services) mais qu’il était hors de question de me les fournir… Il me fallut donc reconstituer le parcours de ces officiers en me livrant à un méticuleux travail de collecte de renseignements dispersés au hasard de centaines de cartons d’archives. Cette tâche, souvent ingrate, offrait un avantage : en me contraignant à passer en revue de manière systématique le fonds du BCRA, elle me conduisit à me familiariser avec une documentation considérable. En quelques mois, je constituai un corpus d’une soixantaine d’officiers qui avaient exercé les fonctions de chef ou de chef adjoint de section à Londres entre 1940 et 1944. En même temps que je me familiarisais avec l’organisation interne du service – et son évolution permanente –, je mettais en lumière plusieurs générations d’officiers ayant servi à Londres. Cela me permit notamment de comprendre les échanges croissants qui eurent lieu entre le terrain et les bureaux londoniens : treize officiers sur les soixante de mon corpus (21,6 %) partirent en mission en France après avoir occupé un poste important au sein du cadre sédentaire.

  • 5 D’Estienne d’Orves fut fusillé, Scamaroni, Brossolette et Bingen se suicidèrent et Larat mourut en (...)
  • 6 Ibid., p. 180-182.

4Parmi eux, huit furent capturés au cours de leur mission et cinq y perdirent la vie5. En sens inverse, 18 des 46 officiers intégrés au cadre sédentaire du BCRA entre juillet 1940 et novembre 1943 (39 %) avaient auparavant été en activité en France, soit qu’ils aient été envoyés en mission et soient revenus, soit qu’ils se soient réfugiés à Londres après avoir œuvré en France, principalement au sein des réseaux6.

  • 7 Sébastien Albertelli, Les services secrets de la France Libre : le Bureau Central de Renseignement (...)
  • 8 Voir pour cela : Sébastien Albertelli, « Les services secrets de la France Libre : le Bureau Centra (...)

5Sitôt achevé mon Diplôme d’Études Approfondies, je m’engageai dans un travail de bien plus longue haleine, qui me conduisit finalement à soutenir fin 2006 une thèse consacrée au BCRA7. Mon objet ne sera pas ici de proposer une synthèse de ce travail8 mais plutôt de souligner certaines difficultés que j’ai eu à surmonter en dehors même de celles relatives à la masse d’archives que je devais appréhender.

Histoire de la Résistance ou histoire des services secrets ?

6Tout au long de mes études d’histoire, mes professeurs m’ont enseigné l’intérêt qu’il y a à se défaire des cloisons artificielles et à croiser aussi bien les approches, que les méthodes et les points de vue. Si je partage entièrement cette idée, mes recherches m’ont conduit à mesurer l’inconfort lié au fait de traiter un sujet qui se rattache à plusieurs champs d’étude. J’ai sans cesse navigué entre l’histoire de la France Libre, celle de la Résistance et celle des services secrets, voire celle des relations internationales.

  • 9 Voir en particulier : Laurent Douzou, La désobéissance. Histoire du mouvement Libération-Sud, Paris (...)
  • 10 IHTP-Centre de recherches et d’études historiques de la seconde guerre mondiale, La Résistance et l (...)
  • 11 Voir « La Résistance, objet d’histoire et enjeu de mémoire », La Résistance et les Français. Nouvel (...)
  • 12 D. Cordier, La République des catacombes, op. cit., p. 26-27.

7Je l’ai dit, j’aspirais à travailler sur la Résistance, qui alimentait depuis longtemps un courant continu d’études. Plusieurs thèses majeures9 et d’importants colloques10 venaient d’être soutenus et/ou publiés. Or, je réalisais progressivement que mon propre sujet occupait une place particulière dans ce champ : bien sûr, l’histoire du BCRA était intimement liée à celle de la Résistance, mais une juste compréhension de son action nécessitait de le considérer avant tout pour ce qu’il était, à savoir une administration de la France Libre, dont les choix furent largement guidés par l’évolution du mouvement initié par le général de Gaulle. Il n’était pas possible de faire l’impasse sur la dimension administrative et organisationnelle de l’histoire du service, pas davantage que sur son insertion dans les débats internes à la France Libre, assez éloignés des centres d’intérêts des historiens de la Résistance. En outre, aborder ainsi l’histoire de la Résistance à travers l’action d’un état-major londonien conduisait à pratiquer une histoire « par le haut » qui était tout à fait passée de mode. Depuis plus de trente ans, le renouvellement de l’histoire de la Résistance intérieure s’était en effet traduit à la fois par une rupture avec le discours commémoratif et la vision épique qui prédominaient jusqu’alors et par l’affirmation d’une ambition : celle d’entreprendre une histoire globale, qui ne se limitât pas au petit cercle des chefs ou à la résistance organisée11. Conscient que ses propres travaux rompaient avec cette tendance, Daniel Cordier avait bien pris soin de s’excuser de continuer à accorder de l’intérêt à la Résistance des chefs12. Il ne faisait pas de doute que mon travail, nolens volens, se heurterait à la même critique de fond puisqu’il conduisait à adopter bien davantage le point de vue du « centre » que celui de la base. De fait, le BCRA, basé pour l’essentiel à Londres, fut conçu comme un véritable état-major de l’action clandestine en France, chargé d’affirmer l’autorité gaulliste sur les troupes de la Résistance. Cette perspective, très marquée à l’époque, n’interdit toutefois pas à distance, nous le verrons, d’interroger cette notion même de centralité revendiquée par l’état-major.

  • 13 Voir par exemple : Olivier Forcade, « Histoire militaire et renseignement : état des lieux », in Pi (...)

8Mais l’étude du BCRA se rattache à un autre champ que celui de la Résistance – celui des services secrets – qui soulève bien d’autres problèmes. D’une manière générale, l’étude des services secrets occupe une place marginale dans la production historiographique française – surtout si l’on compare avec la situation qui lui est faite dans les pays anglo-saxons – et relève davantage d’un travail journalistique, parfois sérieux mais toujours soucieux de ne pas exposer ses sources au regard critique. Quelques chercheurs français commençaient toutefois à investir ce champ et à jeter les bases d’une école française de l’étude du renseigne ment13. Incontestablement, le cas du BCRA offrait l’opportunité, rare, d’étudier un service secret en s’appuyant sur une partie non négligeable de ses archives.

9En définitive, j’eus surtout le sentiment de me retrouver en porte-à-faux aussi bien vis-à-vis des historiens qui travaillaient sur la Résistance que vis-àvis de ceux qui travaillaient sur les services secrets. D’un côté, l’histoire du BCRA comme service secret éloigne du champ d’étude de la Résistance, où l’on se montre à raison méfiant – comme l’étaient les acteurs eux-mêmes – à l’égard d’une vision qui réduirait l’histoire de la Résistance à l’action occulte de quelques agents. De l’autre, les problématiques propres aux services secrets sont très particulières dans le cadre du BCRA dès lors que ce service servait un État coupé jusqu’au bout de l’essentiel du territoire sur lequel il aspirait à affirmer sa souveraineté et pour qui « l’Intérieur » était non seulement ailleurs, mais entre les mains de l’ennemi. Le BCRA agissait en territoire national dans le cadre d’une coopération avec un mouvement national de résistance qui lui assurait des complicités telles qu’aucun service secret ne peut jamais en bénéficier dans des conditions réputées « normales ».

Quelle place pour l’incertitude ?

10La capacité à adopter une attitude critique à l’égard de son objet d’étude est à mes yeux l’une des qualités essentielles d’un historien. Non pas pour s’inscrire dans une hypercritique suspicieuse prompte à voir partout mensonge et manipulation, mais bien plutôt pour mettre en évidence les biais qui, consciemment ou non, tendent à donner une certaine vision de la réalité.

11Ma réflexion est partie d’un constat : les mémoires de Passy combinaient la vision téléologique du témoin et celle du chef d’état-major. L’un comme l’autre ont tendance à surestimer a posteriori, dans leurs récits, leur capacité à anticiper les événements, voire à les influencer ou à les contrôler. Dès lors, l’étude d’un service d’état-major, dont le chef a rédigé des mémoires qui ont constitué pendant des décennies la seule source d’information à son sujet, devait inévitablement me conduire à placer au cœur de ma recherche la notion d’incertitude, qui fait le sel de l’histoire.

  • 14 Ainsi, Passy dissimule dans ses mémoires les doutes qu’il a pu éprouver à l’égard du général de Gau (...)

12La vocation d’un état-major est de dresser des plans en anticipant autant que possible les évolutions à venir. On mesurera donc son succès, ou même son utilité, à sa capacité à mettre en œuvre sur le terrain les plans qu’il aura élaborés et à l’adéquation entre les prévisions et les évolutions effectivement constatées. Les aléas de la mémoire comme la volonté de glorifier un service conduisent à sous-estimer les incertitudes, les inflexions et les réorientations et à considérer que tout s’est passé comme prévu. L’incertitude ne fait pas bon ménage avec le travail d’état-major. Même si l’on ne s’attarde pas sur ce qui relève de la pure dissimulation14, on peut observer que les mémorialistes minimisent considérablement les voies qui se sont révélées – à l’expérience – sans issue et qu’ils ont tendance à faire passer le résultat d’une évolution pour l’objectif fixé initialement. J’en donnerai ici brièvement trois exemples qui mériteraient chacun un long développement : celui des relations avec la Résistance intérieure, celui de l’état-major prévu pour la zone occupée en 1942 et celui de la mission de Jean Moulin.

  • 15 Passy, 2e Bureau, op. cit., p. 213.

13Passy a écrit que son service ne savait pas grand-chose des mouvements de résistance jusqu’à la fin de 1941 et il a imputé la responsabilité de cette carence aux mouvements eux-mêmes, qui n’auraient rien fait pour se faire connaître à Londres15. Le propos, fort peu nuancé, fait de toute évidence trop peu de cas des efforts déployés par des nombreuses personnalités et groupes résistants pour établir le contact avec les services basés en Grande-Bretagne. En outre, l’affirmation de Passy constitue le point de départ d’une présentation linéaire de la manière dont les relations entre la France Libre et la Résistance intérieure se sont établies : dans un contexte marqué par l’ignorance mutuelle, l’arrivée de Moulin à Londres (octobre 1941) et son départ en mission (janvier 1942) auraient marqué les premières étapes d’un processus de découverte, de prise de contact et, finalement, d’approfondissement régulier des relations jusqu’à l’apothéose de la création du Comité de Coordination de zone sud et de l’Armée Secrète (octobre 1942) puis du CNR (mai 1943). Les acteurs comme les historiens avaient déjà pu mettre en évidence les obstacles qui s’étaient dressés sur la voie de cette unification de la Résistance sous l’égide de la France Libre. Le rejet par les principaux chefs de mouvement d’une pure et simple inféodation à de Gaulle était bien connu. En revanche, rien ne permettait de penser que la foi placée par les organes londoniens dans les groupements de résistance avait pu fluctuer. Or, tel fut pourtant bien le cas. Tout au long de 1941, les agents du BCRA ont rendu compte du processus de structuration de la Résistance. Au moins dès le début de l’été 1941, l’ensemble des projets militaires du service reposèrent sur l’utilisation des troupes de ces groupements, dont il se faisait une haute idée. Sur le terrain, les agents du BCRA, peu nombreux et formés davantage à l’exécution de coups de main qu’à une tâche de liaison avec des rebelles, eurent tendance à prendre pour argent comptant les projets militaires des mouvements dont ils eurent connaissance et, conformément au statut de service d’état-major du BCRA, ils imaginèrent que ce dernier pourrait naturellement asseoir son autorité sur ces troupes. En parlant d’ignorance, Passy a fait l’impasse sur les espoirs que nourrissait son service avant même l’arrivée de Jean Moulin à Londres en octobre 1941. Par la même occasion, il a passé sous silence la profonde déception et le véritable désamour que son service éprouva à l’égard des mouvements au printemps 1942. Alors que les communications avec Moulin étaient réduites à leur plus simple expression, le BCRA s’appuya essentiellement sur les rapports établis par quelques-uns de ses agents de retour à Londres : Jean Forman, Joël et Yves Le Tac, Fred Scamaroni. Une vision très négative des mouvements ressortait de ces rapports : peu soucieux d’examiner leurs propres lacunes, les agents pointaient les faiblesses des mouvements en matière de sécurité, la tendance de beaucoup de leurs membres à baisser les bras à la moindre difficulté, leur propension à parler plutôt qu’agir et leur volonté de s’affirmer en interlocuteurs autonomes de la France Libre plutôt qu’en exécutants dociles. En somme, ils les jugeaient inutiles du point de vue militaire et dangereux du point de vue politique. L’historien doit naturellement porter un regard critique sur ces comptes-rendus de missions. Il doit toutefois souligner qu’ils eurent un impact considérable sur les responsables du BCRA à Londres. Ceux-ci éprouvèrent une telle déception qu’ils envisagèrent de cesser de travailler avec les mouvements. Ce désamour permet d’ailleurs de comprendre leur volonté soudaine et appuyée, au printemps 1942, de travailler avec les communistes qui leur parurent en définitive être les seuls capables de mettre effectivement des troupes à leur disposition. Ainsi, c’est paradoxalement au moment où les mouvements, grâce notamment à l’action de Jean Moulin sur le terrain, s’affirmèrent comme les principaux soutiens politiques du général de Gaulle, que le BCRA fut le plus réservé à leur égard, au point d’envisager très sérieusement de ne plus travailler avec eux. Finalement, les mouvements s’imposèrent bien comme ses principaux pourvoyeurs de combattants et comme les principaux interlocuteurs politiques de la France Libre. Mais la création du Comité de Coordination de zone sud et de l’AS en octobre 1942 vint bien davantage couronner l’action de Moulin sur le terrain que les projets – fluctuants – du BCRA. Au demeurant, la méfiance que ce dernier contracta à l’égard des mouvements au printemps laissa des traces. Ainsi, les doutes quant à leur efficacité militaire, mis en sourdine pour ne pas nuire aux intérêts français face aux Alliés, s’enracinèrent-ils durablement.

  • 16 Passy, 10 Duke Street, op. cit., p. 304.

14Le projet d’état-major de zone occupée (EMZO) soulève pour sa part la question de l’importance que l’historien doit accorder aux projets avortés. Les mémorialistes, consciemment ou non, ont tendance à ne pas s’y attarder. Ils préfèrent se concentrer sur ceux de leurs projets qui ont abouti, renforçant par là même le sentiment qu’ils ont invariablement fait les bons choix. Ainsi, le colonel Passy ne consacre-t-il que deux lignes au projet né au cours de l’été 1942 d’implanter un état-major en zone occupée, au motif que le BCRA s’orienta finalement dans une autre direction pour organiser les troupes paramilitaires des mouvements de zone nord16. Ce choix – car nul ne peut douter, eu égard à la documentation dont Passy disposait pour rédiger ses ouvrages, qu’il s’agissait bien d’un choix – permet à Passy de passer sous silence le fait que ce projet accapara une part essentielle de l’attention et des espoirs des responsables de son service tout au long du second semestre 1942. Il lui permet surtout de passer sous silence le fait que ce projet se solda par un échec. Or, cet échec est essentiel à bien des égards, notamment parce qu’il fut imputé par le BCRA à Rémy, son principal agent en zone occupée, et parce qu’en conséquence, il favorisa le passage de témoin douloureux entre Rémy et Pierre Brossolette comme agent no 1 du BCRA en zone nord.

  • 17 Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre. L’Appel, 1940-1942, Paris, Plon, 1954, p. 647-648.
  • 18 Daniel Cordier, L’inconnu du Panthéon…, tome 3, op. cit., p. 915 sq.

15Un troisième exemple justifiera ultérieurement une étude plus poussée tant il va à rebours de certitudes fermement ancrées. Contentons-nous ici d’en fixer les lignes principales. Depuis 1954 et la publication par le général de Gaulle d’un ordre de mission destiné à Jean Moulin, daté du 24 décembre 1941, faisant de lui le « délégué » du Comité national français en zone non occupée, tous les travaux concernant ce dernier reposent sur l’idée qu’il a été nommé représentant du général de Gaulle pour la zone Sud avant son parachutage en France, début 194217. Malheureusement, ce document est le seul de cette importance dont l’original n’ait pu être retrouvé et la manière dont il est rédigé a suscité de nombreuses interrogations, y compris sur le fait qu’il ait jamais existé. Daniel Cordier s’est ainsi demandé si l’ordre de mission original avait pu être retouché par de Gaulle avant publication, notamment pour faire apparaître en clair le nom de Moulin et sa fonction préfectorale. Se pourrait-il même que ce document soit une reconstitution, rédigée plus tard à Londres, voire au moment de la rédaction de ses Mémoires par le Général ? Cet ordre de mission a-t-il même existé ? Faute de mieux, et même s’il indique que Moulin n’est désigné pour la première fois dans les documents qu’il a pu consulter sous le titre de « délégué de la France Combattante » qu’en août 1942, Daniel Cordier tient cet ordre de mission pour authentique dans son contenu, soulignant que de Gaulle avait bien mentionné, notamment auprès des Anglais, sa volonté de former une organisation massive destinée à rassembler les Français dans la résistance à l’ennemi et à ses complices18. Dans cette hypothèse, la centralisation de l’organisation clandestine en France autour de Moulin, qui se met en place au cours de l’été 1942, doit bien être considérée comme le résultat d’un plan établi à Londres. Or, tout ce que nous savons par ailleurs indique que les services de la France Libre se sont opposés jusqu’à l’été 1942 à la nomination d’un tel représentant. L’hypothèse est-elle sacrilège ? Porte-t-elle atteinte à la figure de Jean Moulin ? Ou ce dernier – c’est notre point de vue – n’en sort-il pas davantage grandi encore dès lors qu’il aurait fini, par son efficacité sur le terrain, par imposer aux services londoniens une organisation dont ceux-ci ne voulaient pas ?

16En définitive, un état-major a tendance à conférer une dimension quelque peu magique aux notions de contrôle et d’organisation. À y regarder de plus près, on découvre une sorte de schizophrénie entre l’affirmation sans cesse répétée d’une volonté de contrôle et la conscience qu’il est proprement impossible d’y parvenir, en particulier dans un cadre clandestin. On sait combien les relations entre le BCRA et les résistants de l’intérieur furent compliquées par la volonté de ces derniers de se soustraire autant qu’ils le pouvaient au contrôle des services et agents gaullistes. On sait moins que le BCRA éprouva également des difficultés à contrôler ses propres agents, pour lesquels l’action clandestine était assez paradoxalement synonyme de liberté. On observe que les agents, comme bien des responsables de mouvements, renâclaient face au contrôle que le BCRA entendait exercer sur eux. Il n’était pas rare de les voir réinvestir les critiques traditionnelles des combattants clandestins à l’égard des états-majors.

  • 19 Lettre d’André Dewavrin à Henri Frenay, s. d. [1950], publiée in Passy, Missions secrètes, op. cit. (...)
  • 20 Lettre de Rémy au cdt Manuel, 2 juillet 1942, AN 3AG2, liasse 33, dossier 2, pièce 42.

17Au final, ce qui semble souvent prévaloir pour expliquer le comportement des agents du BCRA, c’est moins leur rattachement au service que leur position – en France ou en Angleterre. Tous échappent naturellement en partie au contrôle du BCRA sitôt qu’ils mettent un pied en France. Passy lui-même en constitue un exemple frappant puisque le chef du BCRA, sitôt arrivé en France en février 1943, s’empressa de transgresser les directives qu’il avait contribué à rédiger et qu’il apportait à Pierre Brossolette. Il estimera d’ailleurs dans ses Mémoires avoir commis une erreur en adoptant avec trop d’enthousiasme le point de vue du terrain19. D’autres cas sont beaucoup plus extrêmes et ont été tout aussi bien dissimulés : je pense en particulier aux projets de Jean Forman, le principal agent gaulliste en France au cours de l’hiver 1941-1942. Celui-ci ambitionna rien moins que coordonner lui-même l’action des agents du BCRA en mission en France afin de pouvoir s’émanciper de la tutelle de la France Libre. Entre 1940 et 1942, Raymond – le futur Rémy – illustra jusqu’à la caricature l’indépendance des agents en mission à l’égard du BCRA. « Rien ne nous encourage davantage, écrivit-il à Manuel en juillet 1942, […] que de nous entendre dire que vous nous donnez carte blanche. En fait, du reste, et quels que soient vos télégrammes, nous agissons toujours comme si cette carte blanche nous avait été délivrée une fois pour toute20. » On pourrait encore mentionner le cas de Louis Mangin, en 1943-1944, qui fit office de principal représentant militaire du CFLN en France et auquel le BCRA reprocha de mettre en place une centralisation militaire qu’il était chargé d’empêcher à tout prix : une nouvelle fois, les plans élaborés à Londres avaient dû être adaptés aux réalités du terrain.

Identité résistante et représentations

18Mes recherches consacrées au BCRA ont naturellement soulevé bien d’autres questions que celles relatives au poids de l’incertitude. Retenons-en ici deux, celle de l’identité résistante des membres du service et celle du poids des représentations.

  • 21 Daniel Cordier, Alias Caracalla : mémoires, 1940-1943, Paris, Gallimard, 2009.
  • 22 Voir à ce sujet : Bingen, Note à Philip, Attitude à adopter envers Rex au cours de la présente cris (...)

19Les agents du BCRA ont développé une identité propre, comme le soulignent encore tout récemment les Mémoires de Daniel Cordier21 : c’est d’une part, au moins jusqu’en 1943, une identité de Français libres, marquée par un attachement au général de Gaulle et à son acte fondateur. En outre, les Français libres de Londres sont animés par la conviction d’être investis de l’autorité d’une administration centrale22. Les membres du BCRA se distinguent toutefois par certains éléments constitutifs d’une identité qui les rapproche des résistants de l’intérieur, sur lesquels ils portent un regard à la fois admiratif et critique. Malgré des heurts parfois violents, ils ont conscience de partager avec eux un même destin. Cette conscience se construit et se renforce progressivement, à mesure que se multiplient les va-et-vient entre Londres et la France. Comme les résistants de l’intérieur, les volontaires du BCRA ont dû accepter l’idée de transgression : non seulement ils ont rallié un général rebelle, mais ils ont transgressé l’idée qu’ils se faisaient du combat en s’engageant, souvent par défaut, dans l’action clandestine plutôt que dans les combats ouverts en Afrique ou ailleurs. Cette décision s’accompagne d’une conscience aiguë des risques spécifiques qu’implique le combat clandestin (torture, suicide, etc.). Enfin, comme pour beaucoup de résistants de l’intérieur, la conscience de résister s’accompagne de la revendication d’un esprit particulier, propre aux engagés volontaires, qui exige qu’on leur accorde une plus grande marge de manœuvre qu’aux combattants d’unités régulières. Le cas de Rémy, on l’a dit, est typique de cette tendance jusqu’à en être caricatural. Si mes travaux ont permis de mieux comprendre l’esprit des membres du BCRA, il reste toutefois beaucoup à faire pour définir le profil des quelques centaines de volontaires que le service a recrutés et envoyés en mission en France.

  • 23 [Comert], Les services du Lt-Col Passy, 16 mars 1943, AN 72 AJ 461.
  • 24 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. L’unité 1942-1944, Paris, Plon, 1954, p. 216-219 ; Jean-Loui (...)
  • 25 Stanislas Mangin, Témoignage pour la CHOLF, 1951, AN 72 AJ 1912.
  • 26 Philippe Bernert, Roger Wybot et la bataille pour la DST, Paris, Presses de la Cité, 1975, p. 74.
  • 27 Témoignage d’André Manuel in André Gillois, Histoire secrète des Français à Londres de 1940 à 1944, (...)

20Mes travaux, enfin, ont été menés avec l’idée que les représentations dont le BCRA a fait l’objet faisaient partie intégrante de son identité. Il était donc essentiel d’en retracer la genèse, ce qui permit de souligner ce qui reliait ces représentations à celles dont les services secrets étaient l’objet bien avant la guerre. Je m’attachai ensuite à retracer les cheminements de ces représentations et leurs enrichissements par strates successives en montrant que les adversaires du général de Gaulle – d’abord au sein même de la France Libre, puis à l’extérieur – cherchèrent à instrumentaliser la mauvaise réputation du BCRA pour l’affaiblir. Certains sombrèrent dans ce qu’il faut bien appeler un véritable délire, à l’image de Pierre Comert, qui présenta Georges Boris – un ancien proche de Léon Blum, devenu l’un des dirigeants du Commissariat national à l’Intérieur – comme l’une des têtes de l’extrême droite cagoularde censée contrôler le BCRA23. L’affaire Dufour est sans doute l’expression la plus aboutie de cette volonté des antigaullistes – ici américains – de salir la réputation d’un homme drapé dans son intransigeance24. Pour autant, la volonté manifeste des adversaires du Général d’instrumentaliser les supposées turpitudes du BCRA suffitelle à balayer ces accusations d’un revers de main ? Suffit-il que les accusations de torture portées à l’encontre de plusieurs cadres du service aient de toute évidence servi les intérêts de ceux qui accusaient de Gaulle d’être un apprenti dictateur pour leur dénier tout fondement ? La question n’a pas été définitivement tranchée et elle donnera lieu, sans aucun doute, à des travaux ultérieurs à la lumière d’archives encore inexploitées. Qu’il suffise ici, pour conclure, de souligner ce qu’en pensait André Manuel, l’adjoint de Passy à la tête du BCRA. D’après Stanislas Mangin, l’adjoint de Roger Wybot à la tête de la section Contre-Espionnage du BCRA, Manuel aurait fait de la manière dont se déroulaient certains interrogatoires son « cheval de bataille » contre Wybot, qu’il accusait « de monter une gestapo25 ». Ce dernier lui reprocha de faire preuve d’une « sensibilité néfaste dans le domaine des services secrets26 », mais Manuel conclut dans l’un des très rares témoignages qu’il donna après la guerre : « Je ne m’étais pas engagé dans les Forces Françaises Libres pour prêter mon nom à des méthodes rappelant celles de la Gestapo27. »

Notes

1 Sur ces archives, voir dans ce même volume, « Les archives du BCRA et l’écriture de l’histoire de la Résistance ».

2 Colonel Passy, Souvenirs. I. 2e Bureau Londres, Monte Carlo, Raoul Solar, 1947, 237 p. ; Colonel Passy, Souvenirs. II. 10 Duke Street Londres, Monte Carlo, Raoul Solar, 1947, 385 p. ; Colonel Passy, Missions secrètes en France. Novembre 1942-juin 1943. Souvenirs du BCRA, Paris, Plon, 1951, 439 p.

3 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France Libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallimard, 1996, 969 p. ; Pour Daniel Cordier, voir : François Bedarida, Jean-Pierre Azema, Daniel Cordier, Jean Moulin et le Conseil National de la Résistance : études et témoignage, Paris, IHTP-Editions du CNRS, 1983, 192 p. ; Daniel Cordier, Jean Moulin. L’inconnu du Panthéon. Tome 1. Une ambition pour la République, juin 1899-juin 1936, Paris, J.-C. Lattès, 1989, 896 p. ; Daniel Cordier, Jean Moulin. L’inconnu du Panthéon. Tome 3. De Gaulle, capitale de la Résistance, novembre 1940-décembre 1941, Paris, JC-Lattès, 1993, 1480 p. ; Daniel Cordier, Jean Moulin, La République des catacombes, Paris, Gallimard, 1998, 1000 p.

4 Pierre Pean, Vies et morts de Jean Moulin : éléments d’une biographie, Paris, Fayard, 1998, 715 p. ; Jacques Baynac, Les secrets de l’affaire Jean Moulin, Paris, Seuil, 1998, 511 p.

5 D’Estienne d’Orves fut fusillé, Scamaroni, Brossolette et Bingen se suicidèrent et Larat mourut en déportation. Sébastien Albertelli, Les officiers du B.C.R.A., Londres, 1940-1944. Essai d’étude prosopographique, DEA d’histoire, sous la direction de Jean-Pierre Azéma, IEP de Paris, 1999, p. 199.

6 Ibid., p. 180-182.

7 Sébastien Albertelli, Les services secrets de la France Libre : le Bureau Central de Renseignement et d’Action (BCRA), 1940-1944, thèse d’histoire sous la direction de Jean-Pierre Azema, IEP de Paris, 2006, 3 vol., 1 260 p. Une version en a été publiée : Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle : le BCRA, 1940-1944, Paris, Perrin, 2009, 617 p.

8 Voir pour cela : Sébastien Albertelli, « Les services secrets de la France Libre : le Bureau Central de Renseignement et d’Action (BCRA), 1940-1944 », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 242, avril 2011, p. 7-26.

9 Voir en particulier : Laurent Douzou, La désobéissance. Histoire du mouvement Libération-Sud, Paris, Odile Jacob, 1995, 480 p. ; Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la résistance : défense de la France, 1940-1949, Paris, Seuil, 1995, 487 p. ; Alya Aglan, La Résistance sacrifiée : le Mouvement Libération-Nord, Paris, Flammarion, 1999, 455 p.

10 IHTP-Centre de recherches et d’études historiques de la seconde guerre mondiale, La Résistance et les européens du Nord : communications présentées lors du colloque de Bruxelles, 23-25 novembre 1994, Bruxelles, 1994 ; Jean-Marie Guillon, Pierre Laborie (dir.), Mémoire et histoire. La Résistance, Toulouse, Privat, 1995, 352 p. ; Jacqueline Sainclivier, Christian Bougeard, La Résistance et les Français : enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1995, 368 p. ; Laurent Douzou, Robert Frank, Denis Peschanski, Dominique Veillon (dir.), La Résistance et les Français : Villes, centres et logiques de décision, Actes du colloque international, Cachan, 16-18 novembre 1995, Cachan, Supplément au Bulletin de l’IHTP no 61, 1996, 547 p. ; François Marcot (dir.), La Résistance et les Français. Lutte armée et Maquis. Actes du colloque international de Besançon (1995), Paris, Les Belles Lettres, 1996, 549 p. ; Christian Bougeard (dir.), La Résistance et les Français : nouvelles approches, Paris, IHTP, 1997, 185 p. ; Jean-Marie Guillon, Robert Mencherini (dir.), La Résistance et les Européens du Sud : actes du colloque tenu à Aix-en-Provence, 20-22 mars 1997, Paris, L’Harmattan, 1999, 401 p.

11 Voir « La Résistance, objet d’histoire et enjeu de mémoire », La Résistance et les Français. Nouvelles approches, Cahiers de l’IHTP no 37, 1997, p. 7-10 ; François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Robert Laffont, 2006, p. X.

12 D. Cordier, La République des catacombes, op. cit., p. 26-27.

13 Voir par exemple : Olivier Forcade, « Histoire militaire et renseignement : état des lieux », in Pierre Lacoste (dir.), Le Renseignement à la française, Paris, Economica, 1998, p. 49-78 ; Sébastien Laurent, « Faire l’histoire du renseignement », Archives « secrètes » secrets d’archives ? : l’historien et l’archiviste face aux archives sensibles, Paris, CNRS, 2003, p. 211-220, Sébastien Laurent, « Pour une autre histoire de l’État. Le secret, l’information politique et le renseignement », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 83, juillet-septembre 2004, p. 173-184.

14 Ainsi, Passy dissimule dans ses mémoires les doutes qu’il a pu éprouver à l’égard du général de Gaulle au printemps 1941 ainsi que la confiance qu’il témoignait alors à l’égard de ses partenaires britanniques.

15 Passy, 2e Bureau, op. cit., p. 213.

16 Passy, 10 Duke Street, op. cit., p. 304.

17 Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre. L’Appel, 1940-1942, Paris, Plon, 1954, p. 647-648.

18 Daniel Cordier, L’inconnu du Panthéon…, tome 3, op. cit., p. 915 sq.

19 Lettre d’André Dewavrin à Henri Frenay, s. d. [1950], publiée in Passy, Missions secrètes, op. cit., p. 416-421.

20 Lettre de Rémy au cdt Manuel, 2 juillet 1942, AN 3AG2, liasse 33, dossier 2, pièce 42.

21 Daniel Cordier, Alias Caracalla : mémoires, 1940-1943, Paris, Gallimard, 2009.

22 Voir à ce sujet : Bingen, Note à Philip, Attitude à adopter envers Rex au cours de la présente crise, 4 mai 1943, AN 3 AG 2, liasse 181, dossier 2, pièce 5.

23 [Comert], Les services du Lt-Col Passy, 16 mars 1943, AN 72 AJ 461.

24 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. L’unité 1942-1944, Paris, Plon, 1954, p. 216-219 ; Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France Libre, op. cit., p. 729-733.

25 Stanislas Mangin, Témoignage pour la CHOLF, 1951, AN 72 AJ 1912.

26 Philippe Bernert, Roger Wybot et la bataille pour la DST, Paris, Presses de la Cité, 1975, p. 74.

27 Témoignage d’André Manuel in André Gillois, Histoire secrète des Français à Londres de 1940 à 1944, Hachette, 1973, p. 130.

Auteur

Docteur en histoire de l’Institut d’Études Politiques de Paris, chercheur associé au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540