Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la Grande Guerre

 | 
Philippe Nivet
, 
Coraline Coutant-Daydé
, 
Mathieu Stoll

Le retour à la vie civile

Pensions et pupilles de la Nation

Olivier Faron et Georges Rech

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première guerre mondiale provoque une crise démographique sans précédent. On peut estimer à 600 000 veuves et 1 100 000 orphelins les victimes civiles de guerre, sans oublier tous leurs parents ou leurs proches qui leur sont unis par des cercles de deuil.

Plusieurs réponses sont apportées à cette crise démographique. Elles sont échelonnées dans le temps et d’importance inégale, mais elles vont toutes contribuer à faire des veuves, des orphelins et de leur parentèle, des victimes de guerre stricto sensu, plus ou moins reconnues et plus ou moins secourues.

La première réponse est sans conteste celle de la bienfaisance et de toutes ses manifestations : de l’assistance mutuelle à la prévoyance ou à la protection. Dès le début du conflit et longtemps après, des œuvres de guerre s’efforcent d’apporter des secours matériels ou d’atténuer les difficultés encourues. Certaines associations ciblent des groupes – par exemple, les veuves de militaires, les pupilles de l’école publique ou les tu...

Auteurs

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud et de l’École française de Rome, Olivier Faron est agrégé d’histoire et habilité à diriger des recherches. Ses travaux ont porté sur la démographie milanaise du XIXe siècle, les orphelins de la première guerre mondiale et les chantiers de jeunesse de la seconde. Il a été chercheur au CNRS, puis professeur d’histoire contemporaine dans les universités Lumière-Lyon II et Paris-Sorbonne (Paris IV). Après avoir été directeur général de l’École normale supérieure de Lyon, il exerce aujourd’hui les fonctions d’administrateur général du Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM).
Archiviste paléographe, conservateur en chef du patrimoine, Georges Rech a été responsable de la division archives du Service historique de l’armée de l’Air (1993-1996) avant de diriger les archives départementales de la Haute-Saône. Membre associé du laboratoire Métallurgie et culture du CNRS (UMR 5060), il est spécialiste de l’histoire de la métallurgie des non-ferreux à l’époque moderne. Ses fonctions aux archives départementales l’ont conduit à s’intéresser à l’histoire de la Haute-Saône aux XIXe et XXe siècles, sur laquelle il a publié plusieurs articles.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540