Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la Grande Guerre

 | 
Philippe Nivet
, 
Coraline Coutant-Daydé
, 
Mathieu Stoll

Guerre et paix

La diplomatie française et les traités de paix

Georges-Henri Soutou, Isabelle Richefort et Grégoire Eldin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première guerre mondiale prend fin avec une série de traités : traité de Versailles avec l’Allemagne, mais aussi traité de Saint-Germain-en-Laye avec l’Autriche, traité de Neuilly avec la Bulgarie, traité de Trianon avec la Hongrie, traité de Sèvres avec la Turquie. Signé le 28 juin 1919, le traité de Versailles est bien sûr le plus important. Il prétend fonder un ordre européen et international nouveau, établi en principe sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, conformément aux Quatorze points proclamés par le président américain Wilson en janvier 1918. Néanmoins, il ne règle pas certains problèmes importants (en particulier celui du statut international de la Russie bolchevique) et suscite beaucoup d’opposition et de ressentiment chez les vaincus.

Une conférence interalliée à Londres, début décembre 1918, fixe le lieu de la conférence de la Paix à Paris (ce qui signifie que la France présidera les débats) et les grandes lignes du programme de travail, en suivant d’aille...

Auteurs

Membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, Georges-Henri Soutou est professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV). Il travaille sur les relations internationales au XXe siècle, en particulier sur la première guerre mondiale, les rapports franco-allemands et les relations Est-Ouest après 1945. Il a notamment publié L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la première guerre mondiale (Fayard, 1989) ; L’Alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996 (Fayard, 1996) ; La guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990 (Fayard, 2001) ; L’Europe de 1815 à nos jours (Presses universitaires de France, 2007) ; La Guerre froide (Pluriel, 2011). Il a publié en 2011 les souvenirs de son père : Jean-Marie Soutou, Un diplomate engagé. Mémoires 1939-1979 (Éditions de Fallois, 2011).
Ancienne élève de l’École nationale des chartes et de l’École du Louvre, archiviste paléographe, docteur en histoire de l’art (université Paris-Sorbonne), Isabelle Richefort est conservateur général du patrimoine, adjointe au directeur des Archives du ministère des Affaires étrangères. Elle a notamment publié Peintre à Paris au XVIIe siècle (1600-1650) (Imago, 1998) ; Adam-François Van der Meulen (1632-1690) : Peintre flamand au service de Louis XIV (Presses universitaires de Rennes, 2004), et de nombreux articles portant sur l’histoire de l’art et l’histoire des relations internationales et de la diplomatie.
Archiviste paléographe, Grégoire Eldin est conservateur en chef du patrimoine aux Archives du ministère des Affaires étrangères, au Quai d’Orsay depuis 1995 et, depuis 2009, à La Courneuve. Commissaire, en 2009, d’une exposition consacrée au rôle de la France dans la naissance de la Tchécoslovaquie de 1914 à 1925, il est aujourd’hui notamment responsable des archives de la direction d’Asie et d’Océanie.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540