Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la Grande Guerre

 | 
Philippe Nivet
, 
Coraline Coutant-Daydé
, 
Mathieu Stoll

Vivre en temps de guerre

Foi, ferveurs et religions en guerre

Frédéric Gugelot et Emmanuel Pénicaut

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On fait la guerre pour un presque rien, mais qui est tout : une certaine manière de penser, de sentir… On fait la guerre pour une certaine façon de voir le monde. Toute guerre est une guerre de religion1… » Si le prisonnier Jacques Rivière assimile, en 1915, la guerre en cours à une guerre de religion, c’est-à-dire, à ses yeux, à une guerre de civilisation, la Grande Guerre n’est pas une guerre des religions.

Mais l’horreur du conflit et la mort de masse bousculent les croyances des Européens. Est-il encore possible de croire après les hécatombes de Tannenberg et de Verdun, quand les valeurs qui donnent sens à votre vie et à votre sacrifice sont mises à l’épreuve de la peur, de la blessure et de la mort ? Le conflit affecte la manière de croire et de vivre la foi. Une « religion de guerre » suscite des ferveurs nécessaires à l’expression d’une espérance ou à la consolation d’un désespoir.

Une première approche historiographique, idéologique et institutionnelle envisage le rôle des É...

Auteurs

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims, Frédéric Gugelot travaille entre autres sur l’histoire culturelle et religieuse de la première guerre mondiale. Il a notamment publié « Henri Ghéon ou l’histoire d’une âme en guerre », dans Nadine-Josette Chaline (dir.), Chrétiens dans la première guerre mondiale, Éditions du Cerf, 1993, p. 67-93 ; « La preuve de l’inexistence de Dieu : le premier des conflits mondiaux et l’abandon de la foi », dans Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker et Vincent Duclert (dir.), La politique et la guerre. Mélanges offerts à Jean-Jacques Becker, Agnès Viénot Éditions, 2002, p. 216-225 ; et « Union sacrée autour de la cathédrale. Le cardinal Luçon dans la Grande Guerre », dans Jean-François Boulanger, Philippe Buton, Yohann Chanoir, Frédéric Gugelot et al. (dir.), Reims 14-18. De la guerre à la paix, La Nuée bleue, 2013, p. 83-88.
Archiviste paléographe, Emmanuel Pénicaut est conservateur en chef du patrimoine au Service interministériel des Archives de France. Il a travaillé sur l’histoire institutionnelle de l’État moderne et, en tant que responsable des archives de l’armée de Terre au Service historique de la Défense (2006-2010), sur l’histoire administrative de l’armée et du ministère de la Défense aux époques moderne et contemporaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540