Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la Grande Guerre

 | 
Philippe Nivet
, 
Coraline Coutant-Daydé
, 
Mathieu Stoll

Vivre en temps de guerre

Les œuvres de guerre

Axelle Brodiez-Dolino, Frank Gilson et Benoît Charenton

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de Frank Gilson pour les sources conservées au niveau central.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’ampleur des besoins nés du conflit engendre en France, comme dans la plupart des pays belligérants, une explosion caritative bien perçue par les contemporains. Présentes en périphérie des champs d’étude de la Grande Guerre, ces œuvres sont un objet historiographique encore peu étudié2. De fait, le travail est titanesque : du plus petit village aux grandes villes, de la Seine à la province, des œuvres préexistantes à celles créées durant et après le conflit, de la « poussière d’associations3 » locales aux grandes fédérations et aux organisations internationales, elles mobilisent toutes les classes d’âge et couches sociales ; en prendre la mesure nécessite de surcroît de les intégrer dans un temps long, qui court jusqu’aux années 1930.

Ces associations participent pleinement de la « guerre totale » et de la « culture de guerre » qui se forgent au fil du conflit. Elles en reflètent aussi les évolutions et la complexité, des premières mobilisations pour protéger les soldats du froid à ...

Auteurs

Historienne, chargée de recherche au CNRS-LARHRA, Axelle Brodiez-Dolino travaille sur les associations de solidarité et humanitaires au XXe siècle, l’histoire de la pauvreté-précarité, les recompositions des engagements contemporains. Elle a notamment publié Combattre la pauvreté. Vulnérabilités sociales et sanitaires de 1880 à nos jours (CNRS Éditions, 2013) ; Emmaüs et l’abbé Pierre (Presses de Sciences Po, 2009) ; Le Secours populaire français, du communisme à l’humanitaire (Presses de Sciences Po, 2006).
Frank Gilson est doctorant à l’École des hautes études en sciences sociales. Sa thèse, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, porte sur les œuvres de guerre à Paris et dans le département de la Seine pendant la première guerre mondiale. Après plusieurs missions au sein de la BDIC à Nanterre, il est aujourd’hui professeur d’histoire-géographie dans un collège du département du Nord où il participe aussi, à travers des projets pédagogiques, à la célébration du centenaire du premier conflit mondial.
Archiviste paléographe, directeur des archives départementales de la Drôme, Benoît Charenton a consacré sa thèse d’École des chartes à l’histoire de la fondation Léopold-Bellan, œuvre caritative de la IIIe République dont le fonctionnement fut bouleversé par la Grande Guerre. Il a poursuivi ses recherches sur les œuvres d’assistance pendant la première guerre mondiale à l’occasion d’une communication au colloque La Grande Guerre dans les Vosges organisé à Épinal en 2008. Il participe à l’organisation du colloque « La Drôme et la Grande Guerre : un département du “front de l’arrière” » (Valence, 4 et 5 octobre 2014).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540