Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la Grande Guerre

 | 
Philippe Nivet
, 
Coraline Coutant-Daydé
, 
Mathieu Stoll

Vivre en temps de guerre

Le travail en usine

Emmanuelle Cronier et Frédéric Laux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mobilisation générale de l’été 1914 désorganise immédiatement le monde de l’usine, qui perd une grande partie de sa capacité productive avec l’occupation des grandes régions industrielles du Nord et de l’Est de la France, et une grande partie de sa main-d’œuvre masculine. Signe de cette désorganisation, les premières semaines du conflit sont marquées par le chômage dans certains secteurs comme le textile. Le prolongement de la guerre impose cependant une mobilisation et une reconversion industrielle qui n’ont pas été anticipées, alors que la baisse de la production dans des secteurs-clés comme l’armement menace l’approvisionnement du front. Dès septembre 1914, le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, demande aux industriels de multiplier par dix la production d’obus de calibre 75, pour atteindre cent mille obus par jour. Dans la logique de la mise en place d’un capitalisme d’État organisé sur un mode corporatiste (John Horne), le socialiste Albert Thomas est chargé à l’auto...

Auteurs

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, agrégée et docteure en histoire, Emmanuelle Cronier est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie-Jules-Verne. Spécialiste de l’histoire des sociétés en guerre, elle a publié Permissionnaires dans la Grande Guerre (Belin, 2013).
Ancien élève de l’École nationale des chartes, archiviste paléographe, diplômé d’études approfondies en histoire, Frédéric Laux est directeur des archives municipales de Bordeaux. Il est membre du Conseil supérieur des archives. Il a été précédemment archiviste à la chambre de commerce et d’industrie de Nantes, chef de bureau aux Archives du ministère des Affaires étrangères, chef de service aux archives départementales de la Gironde, directeur des archives départementales de l’Eure.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540