Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la Grande Guerre

 | 
Philippe Nivet
, 
Coraline Coutant-Daydé
, 
Mathieu Stoll

Être soldat

Le soldat prisonnier

Odon Abbal et Françoise Petit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En août 1914, les stratèges sont persuadés que la guerre sera brève, mais la durée inattendue du conflit, la mobilisation de millions d’hommes, la multiplication des zones d’opérations et des lignes de front entraînent, outre des pertes humaines effroyables, la capture de plusieurs millions de soldats qui restent pendant de longues années sous la domination des États qui les ont faits prisonniers. Il faut les nourrir, les habiller, les loger. Exceptés les officiers, ils sont parfois employés comme main-d’œuvre forcée. Au cours de l’année 1915, le grand public découvre l’univers des camps, des kommandos. Tandis que les armées s’affrontent, l’inquiétude des familles, mal ou peu informées, s’accroît. Les prisonniers souffrent de la faim, parfois de mauvais traitements, de maladies comme l’épidémie de typhus exanthématique qui sévit dans quelques camps allemands et, surtout, du déracinement. Dans chaque pays, l’opinion publique se nourrit des nouvelles colportées, des méfaits perpétrés,...

Auteurs

Odon Abbal est membre du Centre d’histoire de Montpellier, docteur en histoire et auteur de nombreux articles sur la captivité au cours de la Grande Guerre. Il a publié Les monuments aux morts de l’Hérault (université Paul Valéry, 1997), Soldats oubliés : les prisonniers de guerre français (E & C, 2001) et Un prêtre aux armées : Mgr Alexandre Poncet (Ysec, 2011). Il travaille également sur l’histoire de l’outre-mer et a écrit Wallis et Futuna aux temps premiers de la mission, 1841-1862 (L’Harmattan, 2003), L’exposition coloniale de 1889 : la Guyane présentée aux Français (Ibis rouge, 2010) et achève un ouvrage sur La Grande Guerre : le cas guyanais.
Chargée d’études documentaires aux archives départementales de Haute-Garonne, Françoise Petit travaille au classement des archives des XIXe et XXe siècles.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540