Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives de la Grande Guerre

 | 
Philippe Nivet
, 
Coraline Coutant-Daydé
, 
Mathieu Stoll

Organiser

Du renseignement en 1914-1918

Olivier Forcade et Hélène Guillot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première guerre mondiale intronise la cryptographie – c’est-à-dire l’opération de chiffrement rendant un texte inintelligible par des modifications diverses le transformant en texte chiffré ou cryptogramme – comme moyen essentiel et permanent d’information des états-majors1. Le chiffrement permet de coder un texte selon des règles et la clé du système de chiffrement. Le déchiffrement convertit un texte codé en texte clair. C’est la France qui est précurseur en matière de chiffrement-déchiffrement et de décryptement, à savoir l’établissement des règles et des clés du système mis en œuvre par un tiers. Elle doit cette prééminence à l’avance prise par la cryptographie militaire, lancée par le général Lewal en 1886-1890, et à la cryptanalyse du début du siècle. L’organisation de la section du chiffre, attachée à l’État-Major de l’Armée avant-guerre, est établie dès 1907 par le colonel Givierge. En outre, à la suite des indiscrétions de la presse sur l’espionnage français des télégram...

Auteurs

Professeur à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), Olivier Forcade dirige les Presses de l’université Paris-Sorbonne. À paraître en co-direction : Les évacuations de population à la frontière franco-allemande 1939-1945, Metropol Verlag, et Le renseignement en 1914-1918, Fayard.
Docteur en histoire de l’université Paris I, Hélène Guillot est officier, responsable des fonds contemporains de l’armée de Terre au Service historique de la Défense, membre associée de Images, Sociétés, Représentations/CRH XIXe siècle (Paris I-Paris IV). Sa thèse, intitulée Photographier la Grande Guerre : les soldats de la mémoire, 1915-1919, a reçu le premier prix de l’Institut des hautes études de Défense nationale et une mention spéciale au prix de thèse du Sénat en 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540