Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Algérie : sortie(s) de guerre

 | 
Patrick Harismendy
, 
Vincent Joly

Troisième partie. Après-guerres

Sorties de guerre sur la Côte d’Opale (1962-1963)

Marc Coppin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Côte d’Opale, c’est-à-dire les Flandres, le Calaisis, le Boulonnais, l’Audomarois et le Montreuillois forment l’espace métropolitain le plus éloigné de l’Algérie. Cette France septentrionale est par ailleurs peu ouverte sur l’extérieur. Mais éloignement ne signifie pas indifférence, le littoral est sensible à la question algérienne, d’autant plus qu’existent des flux commerciaux entre l’Algérie et la Côte d’Opale. La distance géographique n’entraine en rien une sortie en douceur du conflit ou un oubli facile de ces années de guerre.

Comment a été perçue l’arrivée des pieds noirs et des harkis ? Les relations économiques avec l’Algérie ont-elles perdurées au-delà de l’indépendance ? Le soutien au chef de l’État a-t-il continué après le 19 mars 1962 ?

Poids de la guerre, sortie de guerre : quelques chiffres pour la région

À l’échelle de la région Nord-Pas-de-Calais, 1 721 morts sont recensés. 956 victimes pour le département du Nord1 ; 765 morts pour le Pas-de-Calais...

Auteur

Professeur d’histoire et géographie, docteur en histoire contemporaine, université du Littoral Côte d’Opale, chercheur associé, CNRS EA 4030 HLLI-CRHAEL [Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel – Centre de Recherche en Histoire Atlantique et Littorale].

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540