Version classiqueVersion mobile

Algérie : sortie(s) de guerre

 | 
Patrick Harismendy
, 
Vincent Joly

Deuxième partie. Faire transition

Brèves remarques en marge de la communication de Nathalie Viet-Depaule et Tangi Cavalin

Pierre Le Baut

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est des jours, où des écailles vous tombent des yeux. Ce fut le cas pour moi le 5 juillet 1962, fête nationale de l’indépendance algérienne, après le référendum du 2 juillet. Dans l’euphorie de cette paix et pour participer à la liesse populaire, dans la matinée, je décidai d’aller me mêler à la foule algérienne et de parcourir la ville. Je descendis donc des hauteurs du chemin Laperlier et en arrivant au Carrefour Télemly/Saint-Saëns, en haut de la rue Claude Debussy, pour ceux qui connaissent Alger, je fus doublé par un camion débâché, empli de jeunes filles algériennes, arborant des drapeaux vert et blanc et lançant à gorge déployées leurs youyous triomphants. Je dois dire que j’étais en costume dominicain, c’est-à-dire en grande robe blanche, rappelant celle des Pères Blancs et donc symbole d’une mission de conversion. En me voyant, ces filles enthousiastes me gratifièrent d’un immense et collectif « bras d’honneur » qui disait bien ce qu’il voulait dire !

Le coup fut tel pour...

Auteur

Docteur en théologie, ancien prieur du couvent des dominicains d’Alger de 1958 à 1970.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search