Version classiqueVersion mobile

Algérie : sortie(s) de guerre

 | 
Patrick Harismendy
, 
Vincent Joly

Deuxième partie. Faire transition

Feu la chrétienté d’Algérie : les prêtres français de la Mission de France et du couvent dominicain d’Alger au sortir de la guerre d’Algérie

Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’indépendance de l’Algérie instaure une rupture fondamentale du point de vue du catholicisme romain. Le départ, aussi massif que subit, des populations européennes à partir des accords d’Évian vide la chrétienté algérienne de tout contenu et crée une situation de table rase après cent trente ans de défense de la « civilisation chrétienne ». Si l’adoption de l’islam comme religion d’État par la constitution de 1963 entérine la nouvelle norme en vigueur dans le champ religieux, elle ne marque pas la fin du catholicisme dans la nation algérienne. S’étant vu reconnaître un droit de cité par le nouveau pouvoir, l’Église entend maintenir une présence qui ne soit ni celle d’un service cultuel au profit des derniers ressortissants français, ni celle d’une instance prosélyte.

En 1962, la Mission de France et l’Ordre des frères prêcheurs font partie des quelques groupes religieux d’hommes et de femmes qui entendent donner corps à cette option. Rester, pour eux, c’est concevoir la continuité d...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search