Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Algérie : sortie(s) de guerre

 | 
Patrick Harismendy
, 
Vincent Joly

Première partie. Partir-Arriver

Une administration ex nihilo à l’épreuve des rapatriements des Français d’Algérie (1961-1964) : organiser la sortie de guerre

Yann Scioldo-Zürcher

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le gouvernement de Michel Debré évaluait, en décembre 1961, à 164 000 le nombre de Français qui avaient quitté les départements algériens. Il ne sous-estimait pas que l’immigration allait croissant et que la sortie de guerre, proche, allait entraîner des mouvements de populations bien supérieurs encore1. Il savait aussi que la forte instabilité politique qui avait caractérisé l’année 1961 en Algérie, comme en France métropolitaine, risquait de fragiliser le régime en place ; l’extrême droite française, en berne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, connaissait une importante vitalité. Elle avait à son actif la fondation de l’OAS, une tentative de putsch militaire et appuyait un quotidien émeutier qui représentaient une très claire menace pour l’ordre républicain. Il était donc évident, à ses yeux, qu’il était urgent d’organiser au mieux l’insertion des rapatriés d’Algérie en métropole, toutes mesures de régulation sociale et politique étant le plus à même de résoudre la crise...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540