Version classiqueVersion mobile

Algérie : sortie(s) de guerre

 | 
Patrick Harismendy
, 
Vincent Joly

Première partie. Partir-Arriver

Survivre à l’indépendance algérienne : itinéraires de Moghaznis en 1962-1963

Gregor Mathias

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1955, le Gouvernement général de l’Algérie crée des SAS (Sections administratives spécialisées) destinées à conquérir « les cœurs et les esprits » de la population. La SAS aide la population en construisant des écoles, en embauchant des chômeurs pour des chantiers de routes et de pistes, en développant l’agriculture, en soignant les malades, en scolarisant les enfants et en faisant élire des conseillers municipaux. La SAS recrute une trentaine de supplétifs, les moghaznis, pour protéger l’officier SAS et assurer la sécurité de la population. À la tête de son maghzen, l’officier SAS organise des patrouilles, recherche des renseignements, démantèle l’infrastructure rebelle, c’est à dire l’organisation politico-administrative du FLN présente au sein de la population1. Les moghaznis, par leurs missions civiles et militaires au sein des SAS, se distinguent souvent des autres groupes de supplétifs aux missions purement militaires, comme les gardes des GMS (Groupes mobiles de sécurité) ...

Auteur

Professeur certifié d’histoire et géographie, doctorant en histoire contemporaine, université de Toulouse 2 Le Mirail, CNRS UMR 5136 Framespa [France méridionale et Espagne].

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search