Version classiqueVersion mobile

1940 : l’empreinte de la défaite

 | 
Bertrand Fonck
, 
Amable Sablon Du Corail

Témoignages et expériences de la Seconde Guerre mondiale

Du témoignage dans l’historiographie de la Résistance, de son poids, de ses méfaits

Jean-Marc Berlière

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il me raconta beaucoup de choses en effet, mais pas l’essentiel. Depuis, j’ai appris que celui qui vient solliciter les souvenirs des témoins doit en savoir plus qu’eux. Il comble ensuite les lacunes, ajuste les détails, et ne se laisse pas détourner par leur mémoire imprécise. Moi, à l’époque, je ne savais rien1. »

Le « poison du témoignage » : cette formule de Bacon rappelle la méfiance systématique que doivent susciter témoins et témoignages auprès des professionnels de l’enquête, les chercheurs de vérité que sont policiers, juges et magistrats, journalistes et... historiens.

On le sait, à de très rares exceptions, le témoin, et c’est normal, oublie, se trompe, confond, recompose, fabule, reconstruit, ment, exagère, dissimule, invente, se vante... ce qui impose vérifications scrupuleuses, croisements incessants et recoupements multiples avec toutes les sources disponibles et notamment les archives contemporaines des faits. Tous les historiens connaissent le problème et usent géné...

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne et chercheur au CESDIP (CNRS/ministère de la Justice), est spécialiste de l’histoire de l’institution et de la société policières (1870-1968). Sa familiarité avec les archives l’a amené à s’intéresser à la répression sous l’Occupation et à la Résistance. Ses derniers ouvrages Le Sang des communistes (Fayard, 2004), Liquider les traîtres et Ainsi finissent les salauds (Robert Laffont, 2007 et 2011), écrits avec Franck Liaigre, revisitent l’histoire du PCF, ses mythes et son rôle dans la Résistance, tandis que Liaisons dangereuses (Perrin, 2013, avec F. Le Goarant) s’attache aux collusions truands-résistants-miliciens de l’été 1944. Il termine un ouvrage sur l’implication, après-guerre, d’anciens FTP-MOI dans les réseaux d’espionnage des pays de l’Est (à paraître fin 2014 chez Robert Laffont).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search