Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

Responsables, itinéraires, recompositions

Les syndicats d’employés, entre collaboration, double jeu et Résistance

Jeanne Siwek-Pouydesseau

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les employés ont toujours eu du mal à se situer entre ouvriers et fonctionnaires. Ils se sentent socialement distincts des ouvriers mais, à l’exception des syndicalistes chrétiens, ils ressentent une sorte d’infériorité et de culpabilité à l’égard de la classe ouvrière, considérée comme la classe de référence et la matrice sociale. Pendant longtemps, les employés se distinguent des ouvriers parce qu’ils ont un niveau scolaire souvent supérieur et qu’ils sont, comme les fonctionnaires, payés au mois et ont un régime de congés plus favorable. Dès les années 1870, les employés parisiens se réunissent dans une chambre syndicale et la Fédération nationale des employés participe à la création de la CGT en 1895. De leur côté, les employés catholiques fondent un syndicat des employés du commerce et de l’industrie (SECI) en 1887, qui soutient l’organisation de syndicats en province. La Fédération française des employés catholiques voit le jour en 1913 et ses cadres jouent un rôle majeur dans...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540