Version classiqueVersion mobile

Louis Guilloux

 | 
Jean-Baptiste Legavre
, 
Michèle Touret

Deuxième partie. Entre journalisme et littérature

Tombeau de Pierre Chesnet, journaliste « de peu » (1900-1940)

Jean-Baptiste Legavre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le titre de cette contribution peut surprendre ou passer pour grandiloquent. Après tout, le personnage du Jeu de patience de Louis Guilloux n’a pas la notoriété de Cripure, de Zabelle ou de Coco, pour n’en citer que quelques-uns. Mais s’arrêter aux deux acceptions du vocable permet de saisir que Pierre Chesnet mérite bien un tombeau ! Souvenons-nous de deux pages proches de la fin (p. 789-790)1. Un jour de Toussaint 1943, le narrateur se promène parmi les tombes et « finit par découvrir non pas la tombe, mais le caveau de famille […], beau monument de marbre aux inscriptions dorées, avec des chaînes et des urnes blanc d’argent, des violettes artificielles, un ange ». Et d’égrener les noms de ceux qui y sont enterrés, dont Pierre Chesnet. Il ne repose pourtant pas dans le caveau. Personne n’a retrouvé son corps, « hélas » commente le narrateur. Il est mort dans « les batailles de 40 », mais « probablement », « pas eu confirmation » (p. 400) avait précisé comme seule information le na...

Auteur

Professeur en sciences de l’information et de la communication. Il dirige l’École de journalisme de l’Institut français de presse (université Panthéon-Assas) et co-dirige l’axe 1, « Le journalisme en reconfiguration », du laboratoire de recherche CARISM, de la même université. Ses travaux portent sur les sources des journalistes, sur le journalisme d’organisation et sur les liens entre littérature et journalisme. Sur Louis Guilloux, il a déjà publié « Journalistes et journalisme dans l’œuvre de Louis Guilloux », Confrontations, 2011, et « Louis Guilloux et le journalisme : une écriture à l’encre sympathique », in Frédéric M., Touret M. (dir.), L’Atlier de Louis Guilloux, PUR, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search