Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Guilloux

 | 
Jean-Baptiste Legavre
, 
Michèle Touret

Première partie. Une vie dans la presse, nécessité et engagements

Louis Guilloux à Ce soir (1937) : l’attraction dans le système d’action communiste

Bernard Pudal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on en croit la notice biographique que Nicole Racine lui a consacrée dans « le Maitron », Louis Guilloux devint, après 1935, « un compagnon de route du PCF1 ». Le premier mouvement de Philippe Baudorre le conduit au contraire à récuser cette qualification de la posture d’engagement de Louis Guilloux : « Peut-on conclure de ces quelques éléments – et en attendant d’autres témoignages – qu’il est “compagnon de route du PCF” ? Non, ou alors il faudrait s’entendre sur l’expression2. » L’expression « compagnon de route » a tout, en effet, du concept écran qui, masquant la complexité des relations entre les intellectuels et le PCF, tend à fonctionner comme un catégorème. Être un « compagnon de route » dans l’entre-deux-guerres n’a pas le même sens selon que l’on se situe dans les années 1920, années confuses et particulièrement sujettes aux projections plus ou moins fantasmatiques sur l’URSS, dans les années 1932-1936 où le fascisme menaçant favorise les alliances, ou dans les années...

Auteur

Professeur de science politique à Paris Ouest-Nanterre-La-Défense, chercheur au CSU-CNRS, spécialiste du communisme, a notamment publié : « Paul Nizan : l’homme et ses doubles », Mots, Septembre 1992, no 32, « Les Mémoires de la politique » ; « La seconde réception de Nizan (1960-1990) », dans « Intellectuels engagés d’une guerre à l’autre », Les Cahiers de l’IHTP, no 26, mars 1994 ; « Aragon au miroir du Comité central d’Argenteuil, 1966 » (en collaboration avec Philippe Olivera), Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, no 2, 2000 ; « Récits édifiants du mythe prolétarien et Réalisme socialiste en France », Sociétés et Représentation, no 15, 2003, Aron J.-P. et Sapiro G. (dir.).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540