Version classiqueVersion mobile

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

Responsables, itinéraires, recompositions

Les responsables des unions départementales CGT de 1939 à 1944

Michel Dreyfus et Gilles Morin

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du syndicalisme sous Vichy s’organise largement sur la base de ces traumatismes successifs que sont la défaite du Front populaire, l’échec de la grève du 30 novembre 1938, le Pacte germano-soviétique, la défaite puis, dès août 1940, la dissolution des confédérations syndicales par le nouveau régime ; suit une seconde étape dans laquelle les syndicalistes non communistes s’interrogent tant à l’égard de la Résistance que de la Charte du travail, ce système corporatiste que le régime de Vichy s’essaie à mettre en œuvre, pour associer les patrons, les cadres et les ouvriers au sein d’organisations verticales ayant vocation à défendre les seuls intérêts de la « profession organisée », avec pour corollaire, la suppression des libertés syndicales et du droit de grève. Pour comprendre les réactions des syndicalistes à la Charte, il faut remonter dans le temps et prendre également en compte ce qui s’est joué dans le mouvement syndical avant Vichy et qui l’annonce, en particulier l...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search