Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

Espaces locaux, pratiques interprofessionnelles

De la vie syndicale à Nantes et Saint-Nazaire pendant l’Occupation et des difficultés d’en rendre compte

Jean-Pierre Le Crom

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin des années 1980, « animateur-chercheur » au Centre de documentation du mouvement ouvrier et du travail – qui deviendra plus tard le Centre d’histoire du travail – situé rue Désiré-Colombe à Nantes, siège de la Bourse du travail, je préparais une thèse consacrée à l’organisation des relations professionnelles en France de 1939 à 1945, c’est-à-dire, pour l’essentiel, à la Charte du travail1. Je me suis alors assez souvent demandé ce qui s’était passé dans ces locaux pendant la Seconde Guerre mondiale : qui étaient les syndicalistes les fréquentant, de quelle nature étaient les discussions entre eux et, surtout, quelle était la nature de leurs activités ? Au-delà des débats idéologiques, j’étais curieux de la vie quotidienne et soucieux de comprendre comment les syndicats ont pu continuer leur travail de défense des intérêts des salariés dans une période où le pays est occupé par les Allemands et gouverné par un régime antidémocratique rejetant le syndicalisme tel qu’il s’est ...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540