Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Élégances félines : entre rhétorique et chorégraphie

Dominique Millet-Gérard et Kwong Kuen-Shan

Texte intégral

  • 1 St. Mallarmé, « Ballets » [« Notes sur le théâtre », La Revue Indépendante, 1er décembre 1886, p. 2 (...)

1Mallarmé l’a bien dit : la danse est une rhétorique, puisque « la danseuse n’est pas une femme qui danse […] mais une métaphore résumant un des aspects élémentaires de notre forme, glaive, coupe, fleur, etc1 ». Or les chats sont naturellement, spontanément, sans apprentissage, des danseurs, Anne-Simone Dufief le sait mieux que personne. Ils sont donc aussi, sans peut-être le savoir, des maîtres de rhétorique, voire, qui sait, parfois des sophistes. On excusera d’autant plus la construction sophistique qui va suivre, où l’elegantia, vertu du discours antique mais aussi grande spécialité française, sera examinée à travers le prisme félin.

  • 2 Rhétorique à Herennius, 4, 2, 17. Cité dans H. Lausberg, Handbuch der literarischen Rhetorik, Max H (...)

2Qu’est-ce que l’elegantia ? La Rhétorique à Herennius, longtemps attribuée à Cicéron, la définit mélange de latinitas et d’explanatio2. L’explanatio, c’est la clarté du discours, sa transparence, encore appelée perspicuitas, et opposée à l’obscuritas. La latinitas, c’est la correction parfaite de la langue. À nous d’examiner à cette aune le langage-chat. Plus largement, l’elegantia, c’est la délicatesse, la distinction naturelle, la bonne tenue, le raffinement, qui n’exclut pas les curiosités, les fantaisies. Le grec, lui, a plusieurs mots pour désigner l’élégance : celle de la forme, εὐμορφία, celle du style, κομψεἱα, celle de la parure, καλλωπισμός, celle des manières, εὐσχημοσύνη, et enfin l’urbanité, ἀστειότης. Tout cela, sans aucun doute, est très chat.

3Quant à la perspicuitas, il semble bien que Boileau, fin connaisseur s’il en est en clarté du langage, n’ait pas pris son exemple au hasard en disant

  • 3 N. Boileau, Satire I, v. 52. Rolet était un magistrat du temps de Boileau.

J’appelle un chat un chat, et Rolet un fripon3.

  • 4 Colette, Les Vrilles de la Vigne [Éditions de la Vie parisienne, 1908], cité dans Colette, Œuvres, (...)
  • 5 J.-K. Huysmans, Là-Bas [Tresse et Stock, 1891], cité dans l’édition Garnier-Flammarion de 1978, p.  (...)
  • 6 Colette, La Paix chez les Bêtes, Paris, Fayard, 1958, « Poum ».
  • 7 J. Green, Journal, respectivement 12 janvier 1959 et 31 octobre 1961, Œuvres, t. V, Paris, Gallimar (...)
  • 8 Colette, Les Vrilles de la Vigne, op. cit., p. 990 sq.
  • 9 E. Heidenreich, Nero Corleone, eine Katzengeschichte, mit Bildern von Quint Buchholz, Sanssouci, Ca (...)
  • 10 Colette, La Paix chez les Bêtes, op. cit., « Le Tentateur ».
  • 11 Ibid., « Ricotte ».
  • 12 Loc. cit.
  • 13 Ibid., p. 75 (« Le Naturaliste et la Chatte »).
  • 14 Dans Nero Corleone (E. Heidenreich, op. cit., p. 7, 90, et passim). Le nom de Madonnina a une expli (...)
  • 15 E. Heidenreich, op. cit., p. 50, 58, 72. Et passim!
  • 16 Ibid., p. 55 : « Regarde, Petit Lièvre fait un petit pipi. »

4L’élégance du chat est essentiellement graphique ; il dessine des lignes qui suscitent spontanément autour de lui tout un registre de figures. À commencer par l’onomastique : alors que les chiens portent sottement, par manque d’imagination, des noms humains travestis, Médor (qui n’est plus à la mode), Totor, Dolly, Toby-Chien4, les chats suscitent spontanément des figures de rhétorique, que ce soit le Barre-de-Rouille ou le Mouche5 de Huysmans, Prrou ou Poum chez Colette, – ce dernier ayant d’ailleurs failli s’appeler Gnome, Poulpiquet, Kornigaret ou Korrigan6, Joujou et Domino chez Julien Green7, ou encore Tigrou, le chat de deux auteurs célèbres qui ne sont pas les Goncourt. Parfois le nom s’étoffe d’une épithète délicate, comme Kiki-la-Doucette8, ou épique, comme Nero Corleone, ou plutôt Don Nero Corleone, personnage éponyme d’une délicieuse Katzengeschichte9 – à quoi l’on voit que les chats sont aussi créateurs de genres littéraires, mineurs, certes, mais enfin tout de même, genres élégants à coup sûr. Parfois encore l’élégance même du chat le met au-dessus de tout nom, comme c’est le cas chez Colette : c’est « la Chatte », « le Chat10 », « la mère Chatte », « la fille Chatte11 », par une sorte d’antonomase et de privilège félin : on n’aurait pas l’idée de s’appeler « la Chienne », laquelle d’ailleurs, lorsqu’elle est évoquée, n’a pas l’honneur de la Majuscule12. La Chatte peut encore tout simplement être Elle, avec la majuscule et en italique13. L’élégance onomastique féline est souvent hypocoristique (chacun sait que l’élégance s’accommode mal de la démesure), avec Madonnina, Grigiolina14, ou Cicchetto (« le petit amuse-gueule vénitien », qui n’a pas encore de gloire littéraire, mais cela viendra). Il est vrai que l’italien, l’allemand et le russe, langues gracieuses et plastiques grâce à leurs multiples suffixes, fournissent de très nombreux « petits noms » de chats. Mais un chat a rarement un seul nom : il suscite de lui-même des tas de diminutifs de substitution, et ce dans toutes les langues : celui qui est Cœur de Lion dans la basse-cour devient dans l’intimité de la maison « Hasilein », « Petit Lièvre » ou « Putzelchen », « Tout Petit Chou », « Engelchen », « Petit Ange », « Schätzchen », « Petit Trésor », « Prinzlein », « Petit Prince », « Täubchen », « Petite Colombe », ou même encore « Hasenherzchen », « Petit Cœur de Lièvre »15 – tous les fous de chats connaissent l’inventivité débordante dont ils sont capables dans ce domaine. Le mode hypocoristique peut d’ailleurs contaminer une phrase entière, retentissant du nom sur l’action : « guck mal, Hasilein macht Bächlein » que la bienséance me retient de traduire ici16.

  • 17 H. Lausberg, op. cit., § 1079 I f.

5Nous touchons ici un point essentiel de notre rhétorique féline. Les manuels précisent bien que l’elegantia se rattache au genus subtile17 mais que d’une part elle ne saurait être vulgaire, de l’autre elle emprunte au style moyen les ornatus (donc les figures) mesurés et appropriés. Traduisons cela en chat.

6Un passage important de Quintilien définit l’adjectif facetus :

  • 18 Quintilien, Institution oratoire VI, 3, 20. Trad. Jean Cousin: « Il en est de même de facetus (i. e (...)

Facetum quoque non tantum circa ridicula opinor consistere ; neque enim diceret Horatius facetum carminis genus natura concessum esse Vergilio. Decoris hanc magis et et excultae cujusdam elegantiae appellationem puto18.

  • 19 J. Péladan, Comment on devient Fée [Paris, Chamuel, 1892], cité dans Éditions d’aujourd’hui, Plan-d (...)
  • 20 Ch. Baudelaire, Fusées, XIX (ms. 1851, publication dans Ch. Baudelaire, Œuvres posthumes et corresp (...)

7Grâce, élégance, voire facéties charmantes, urbanité du sourire entendu contre la grossièreté rustique du rire. Voilà qui s’accorde bien au propos de Péladan : « Les chats et les gens supérieurs détestent le rire, qui est aussi peu de mise dans le commerce social intelligent que les larmes elles-mêmes19 », ou de Baudelaire : « Pourquoi les démocrates n’aiment pas les chats, il est facile de le deviner. Le chat est beau ; il révèle des idées de luxe, de propreté, de volupté, etc20» Nous ajouterons que l’élégance du chat consiste à ne pas faire comme tout le monde et à mépriser les grandeurs d’établissement, ce que confirme l’histoire du calendrier chinois :

À l’aube des temps, le Bouddha tint une audience solennelle à laquelle il invita toutes les créatures de la terre.
Le jour venu, seuls douze animaux répondirent à l’appel. Pour preuve de sa générosité et en remerciement de leur courtoisie, le Bouddha consacra à chacun d’entre eux une année de son temps, en fonction de leur ordre d’arrivée ce jour-là. Les invités présents étaient le rat, le bœuf, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq, le chien et le cochon. […]
Le chat, lui, ne répondit pas à l’appel. Il passa sa journée à dormir.

  • 21 Kwong Kuen-Shan, Le Chat Philosophe, p. 10. Voir note suivante.

J’agis à ma guise, hors des conventions
Et ma vie sans maître est libre et tranquille
21.

8Ce facetum félin repose encore sur un double usage des figures, où la chorégraphie spécifique à notre gracieux compagnon recoupe notre terminologie rhétorique. Nous en prendrons quelques exemples.

  • 22 Respectivement The Cat and the Tao, et The Philosopher Cat, London, William Heinemann, 2002 et 2004 (...)
  • 23 Kwong Kuen-Shan, Le Chat philosophe, op. cit., p. 5-6.
  • 24 Colette, Les Vrilles de la Vigne, op. cit., p. 990.

9Nul ne niera que la gestuelle du chat ne soit essentiellement graphique. Cela a été relevé plusieurs fois par des plumes averties. La dessinatrice Kwong Kuen-Shan, Chinoise de Hong Kong, auteur des deux délicieux petits livres Le Chat Zen et Le Chat philosophe22, où elle illustre de ses aquarelles une anthologie de poèmes classiques chinois, nous livre sa source d’inspiration : « L’observation de leur langage gestuel fait mes délices23. » Colette n’est pas de reste, qui observe la chatte Nonoche en activité de toilette, « la cuisse en l’air, copi [ant] cette classique figure du chahut qu’on appelle “le port d’armes”24 » : le chahut est originellement une danse, que Colette a peut-être dansée au music-hall, et nous voyons bien ici se superposer, en filigrane de la pose naturellement gracieuse de l’animal, la figure chorégraphique avec son graphisme propre et l’humour rhétorique de la romancière.

  • 25 M. Revon, Anthologie de la littérature japonaise [Paris, Delagrave, 1910], cité dans l’édition de 1 (...)
  • 26 M. Takashi, Le Chat qui venait du ciel [Neko no kyaku, 2001], trad. fr. É. Suetsugu, Arles, Philipp (...)

10Il n’est pas étonnant que les Asiatiques, dont la pensée par idéogrammes ne se perd pas dans le labyrinthe des idées, aient été particulièrement sensibles à ce graphisme elliptique et sylleptique du chat ; Michel Revon le signale dans son Anthologie de la littérature japonaise : « les auteurs de Haï-kaï éprouvent pour ces charmants animaux une sympathie moitié sincère moitié plaisante, dont l’expression ne leur paraît pas déroger à la dignité de la poésie classique25 ». Le Japonais Hiraidé Takashi, dans l’énigmatique et ravissante nouvelle intitulée Le Chat qui venait du ciel26, en décompose et analyse, d’une manière un peu déconcertante pour nos esprits occidentaux, le processus :

L’escalade de l’arbre était aussi fulgurante qu’un éclair. D’ordinaire, un éclair décrit dans le ciel un zigzag de haut en bas, mais là, c’était le contraire. D’une décharge électrique, Chibi se hissait au sommet d’un plaqueminier, et dans son cahier, ma femme avait noté « telle une pointe d’éclair », ajoutant « comme pour aider le tonnerre à venir ». Oui, elle avait vu juste, c’était bien l’impression qu’on ressentait.

Je me suis alors souvenu d’un passage du Nihonshoki décrivant le dieu de la chasse […]

… N’était-ce pas l’innocence intacte, l’attitude sauvage que précisément son maître ignorait, qui étaient à l’origine du mystère qu’il dégageait […] En conséquence, cette posture extrême avait fini par s’appeler « la capture de l’éclair ».

« La capture de l’éclair » est également le titre d’une série légendaire de lithographies en couleurs ainsi que de cires réalisées par un artiste qui a débuté par la gravure sur cuivre. […] Que représentait pour ce peintre la capture d’un éclair ? Son travail sur la couleur pour « la capture de l’éclair » consistait à saisir un espace où les couleurs ne cessent de bouger et de se transformer en créant des images nées de la lumière ou de l’air. […]

  • 27 Ibid., éd. 2006, p. 71-74. Le Nihonshoki est une chronique du Japon achevée en 720 et rédigée en ch (...)

En un mot, le chat, d’un geste fulgurant comme l’éclair, tentait de saisir les éclairs27.

11À quoi fait écho André Suarès, en mode occidental, décrivant la tombée de la nuit à Venise :

  • 28 A. Suarès, Voyage du Condottière. Vers Venise [Paris, Cornély, 1910], cité dans Émile-Paul éditions (...)

Cependant, l’ombre fauve arrive comme un chat. La panthère noire, qui bondit et qu’on n’entend pas, glisse à pas de velours et dévore le canal. La place roule dans la gueule de la nuit28.

  • 29 M. Rollinat, Les Névroses [Paris, Charpentier, 1883], « Le Chat ».
  • 30 E. de Goncourt, Journal, III, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1989, p. 580 (5 mai 1891).
  • 31 J. Barlas (1860-1914), « The Cat-Lady », cité sur Æsthetes and Decadents of the 1890’s, Academy Chi (...)
  • 32 A. Suarès, Fragments de Chroniques de Caërdal, dans Vita Nova, Mortemart, Rougerie, 1977, p. 116. T (...)

12Ainsi le petit animal familier s’apparente-t-il, par l’élégance proprement métaphorique de ses gestes, à la sublimité d’un dieu ; tel est sans doute ce mystère du chat que la littérature n’a cessé de célébrer. De ce point de vue, il oscille constamment entre le style élevé et le style bas, il occupe une place instable et indéfinissable entre le noble et le domestique et nourrit l’oxymore dans la grille des elocutionis genera, superposant l’élégance de sa petitesse et la noblesse de son allure : « Panthère des foyers, tigre en miniature29 », « réduction de sphinx30 » ; « She purrs like a young leopard soothed and pleased / At flattery […] / She broods like a young lioness of play31 » (on précise qu’ici il s’agit d’une femme-chat) ; « Non pas du tout tigre, mais petit lion, lion noir, en velours […] Et sa petite cravate blanche, au haut de la poitrine, presque sous le menton32 ». Le même Suarès s’en donne à cœur-joie à Venise, dont les chats sont les miroirs de l’élégance, et de la si grande noblesse en si petit format, de la Sérénissisme :

Je touche à la Piazzetta. Les lions rient sur les colonnes, avec leurs moustaches de la Chine. Ils sont si bien du Levant, et peut-être de Ninive, qu’ils se donnent l’air d’être nés au fond de l’Extrême Asie, dans le Fo-Kien ou l’un des Kiangs.

  • 33 A. Suarès, Voyage du Condottière, op. cit., p. 253-254.

Venise est pleine de lions en pierre, et de chats paisiblement assis, au seuil des maisons, dans l’orbe de leur queue. Les chats font des yeux heureux dans la voluptueuse Venise, et leur fourrure brille33.

  • 34 Kwong Kuen-Shan. Le Chat Philosophe, op. cit., p. 31.

13Passage que l’on mettra volontiers en regard d’une aquarelle du Chat Philosophe représentant une trois-couleurs nonchalamment endormie au pied d’un martial et redoutable dragon, à côté d’un temple asiatique bariolé34.

Le Chat philosophe, L’Archipel, 2008, p. 31.

Toutes les illustrations sont publiées ici avec l’aimable autorisation de l’auteur Kwong Kuen-Shan et des Éditions de l’Archipel.

14Le chat appelle encore mainte autre figure : son nom même, prédestiné, suscite l’antanaclase qui dit sa vraie nature :

  • 35 A. Suarès, Sur la Vie III, « Baudelaire » [Paris, Émile-Paul éditions, 1912], cité dans l’édition d (...)

Car les chats sont princes d’Orient, qui daignent visiter nos brumes. Ils sont le luxe de la nature et le présent d’Ormuz aux brusques Barbares. Plus fiers que les satrapes, plus voluptueux que les sultanes, plus secrets que les rois des rois persans, les chats sont Shâs, s’il en fut jamais, de la race la plus antique, entre Ecbatane et Ispahan. Et Baudelaire, leur cousin, ne les a pas seulement vantés, comme on le croit, dans un chant admirable ; il en a fait l’image de sa propre présence au milieu des hommes : les chats, toujours solitaires dans la maison peuplée, toujours beaux, toujours nobles ; les chats aux pieds de velours, et aux yeux d’océan immobile ; les chats qui ne se souillent jamais, et dont la beauté patricienne et magique évoque, sans la pleurer, la nostalgie immémoriale de l’Asie et les divans de l’Hindoustan35.

  • 36 M. Rollinat, op. cit., « Le Chat », p. 104.
  • 37 P. Fontanier, Les Figures du discours [1818], cité dans l’édition de 1977, Flammarion, coll. « Cham (...)
  • 38 J.-K. Huysmans, op. cit., p. 183 et 92.
  • 39 Kwong Kuen-Shan, Le Chat Philosophe, op. cit., p. 81.

15Lorsqu’« il passe comme un souffle36 », le chat est lui-même figure de l’ellipse. D’ailleurs la figure d’éthopée, qui consiste en « une description ayant pour objet les vices et vertus d’un personnage réel ou fictif37 » se réduit bien naturellement (et bien élégamment), en ce qui concerne le chat, à sa plus extrême brevitas ; ainsi du chat Mouche, dans Là-Bas de Huysmans, spectateur des turpitudes plus ou moins volontaires de Durtal et qualifié par ce dernier d’« évier de [s]on âme, confesseur inattentif et indulgent qui approuve, vaguement, sans surprise, les méfaits d’esprit qu’on lui avoue, afin de se soulager, sans qu’il en coûte38 ». Autre éthopée, en image cette fois, élégante variation sur le préjugé répandu, on ne sait pourquoi, de la supposée hypocrisie du chat : sur un tapis en peau de zèbre, dort tranquillement un gros chat tigré (titre : « Un camouflage parfait39 »).

Le Chat philosophe, L’Archipel, 2008, p. 81.

16Se produit d’ailleurs à cet égard (l’éthopée) un transfert du chat sur celui que l’on n’ose appeler son maître, comme nous le rappellent Huysmans et Colette :

  • 40 Texte signé A. Meunier, du nom de la maîtresse de Huysmans [Les Hommes d’aujourd’hui, no 263, Paris (...)

Je regardais l’homme tandis qu’il me parlait. Il me faisait l’effet d’un chat courtois, très poli, presque aimable, mais nerveux, prêt à sortir ses griffes au moindre mot40.

  • 41 Colette, Les Vrilles de la Vigne, op. cit., p. 983. Voir aussi J. Green, op. cit., p. 159, la chatt (...)

À l’espèce chat, je suis redevable d’une certaine sorte, honorable, de dissimulation, d’un grand empire sur moi-même, d’une aversion caractérisée pour les sons brutaux, et du besoin de me taire longuement41.

  • 42 Kwong Kuen-Shan, Le Chat Philosophe, op. cit., p. 32.

17Le chat est également expert en la figure de fabulation qu’il met en pratique avec toute son inventivité chorégraphique : ainsi lorsque Kwong Kuen-Shan le représente faisant semblant de se mettre dans tous ses états devant l’anse en forme de dragon d’un vase chinois42.

Le Chat philosophe, L’Archipel, 2008, p. 81.

  • 43 M. Choisy, « L’archétype des trois rois S : Satan-Serpent-Scorpion », dans Satan. Études carmélitai (...)

18De ce catalogue inachevé on ne conclura cependant pas que le chat serait réductible à la rhétorique. Ce n’est pas pour rien que, selon une étymologie qui reste à vérifier, « chat » viendrait du caractère égyptien KHA, s’écrivant comme un X : « Cette croix signifiait l’électricité positive et négative, les moustaches du chat. Les Égyptiens considéraient que le chat était l’animal le plus magnétique43. » Nous ne gloserons pas ici sur le mystère du chat, déjà évoqué, et qui risquerait de contredire nos propos initiaux sur la clarté de l’elegantia. Mais justement la suprême élégance du chat n’est-elle pas d’être double, sublime et familier, câlin et indépendant, présent et distant, naïf et mystérieux ?

  • 44 Colette, Les Vrilles de la vigne, op. cit., p. 989.
  • 45 Colette, La Paix chez les Bêtes, op. cit., « Ricotte », p. 81. Ricotte n’est pas un chat mais « une (...)

19Ce propos s’adressait en priorité « aux seuls initiés qu’a marqués le signe du Chat44 », qui sont familiers de « l’arc mystérieux, [du] pont idéal qui franchit l’abîme, de l’âme des bêtes à la nôtre45 ». Il n’a évidemment aucune prétention au discours universitaire actuel, puisque, comme le disait Confucius illustré par un de nos amis chats

Les savants du passé étudiaient pour se réaliser ;

  • 46 Cité dans Kwong Kuen-Shan, Le Chat Zen, op. cit., p. 74.

Aujourd’hui les savants étudient pour devenir célèbres46.

Le Chat zen, L’Archipel, 2003, p. 75.

  • 47 Je ne suis pas sûre que ce mot soit attesté en latin, mais peu importe.
  • 48 Au sens rhétorique bien sûr, de l’élégance du style: H. Lausberg, op. cit., § 949 et 982. Quintilie (...)

20Il se veut simplement un modeste hommage à une amie en qui s’unissent les vertus de modestie, certes, mais surtout de felinitas47, de felicitas48 et de feminitas ce qui est bien sûr une tautologie.

21Et pour finir, nous reviendrons à l’élégance raffinée de Nero Corleone, qui fait ainsi l’éloge du compositeur du merveilleux « Duo des chats »:

  • 49 E. Heidenreich, Nero Corleone, op. cit., p. 81 : « À ce propos il faut savoir que Rossini ne fut pa (...)

Dazu muss man wissen, dass Rossini nicht nur ein wunderbarer Komponist war, sondern auch ein grossartiger Koch. Noch heute sind ja die Tournedos à la Rossini nach ihm benannt. Die Vorstellung von Musik und guter Küche hatte für einen wie Nero Corleone etwas unwidersteheliches49.

22Si l’élégance est un art de vivre, le gourmet chat musicien se doit de nous être un maître et un modèle, de distinction légère, de malice contenue et d’écriture arabesque: les trois qualités majeures, comme chacun sait, d’un grand professeur.

Notes

1 St. Mallarmé, « Ballets » [« Notes sur le théâtre », La Revue Indépendante, 1er décembre 1886, p. 247-253], cité dans St. Mallarmé, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », H. Mondor et G. Jean-Aubry (éd.), 1974, p. 304.

2 Rhétorique à Herennius, 4, 2, 17. Cité dans H. Lausberg, Handbuch der literarischen Rhetorik, Max Hueber Verlag München, 1960, § 1079 I f.

3 N. Boileau, Satire I, v. 52. Rolet était un magistrat du temps de Boileau.

4 Colette, Les Vrilles de la Vigne [Éditions de la Vie parisienne, 1908], cité dans Colette, Œuvres, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, p. 993 et passim.

5 J.-K. Huysmans, Là-Bas [Tresse et Stock, 1891], cité dans l’édition Garnier-Flammarion de 1978, p. 158.

6 Colette, La Paix chez les Bêtes, Paris, Fayard, 1958, « Poum ».

7 J. Green, Journal, respectivement 12 janvier 1959 et 31 octobre 1961, Œuvres, t. V, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1977, p. 159 et 285.

8 Colette, Les Vrilles de la Vigne, op. cit., p. 990 sq.

9 E. Heidenreich, Nero Corleone, eine Katzengeschichte, mit Bildern von Quint Buchholz, Sanssouci, Carl Hanser Verlag, München, 1995. Voir p. 28.

10 Colette, La Paix chez les Bêtes, op. cit., « Le Tentateur ».

11 Ibid., « Ricotte ».

12 Loc. cit.

13 Ibid., p. 75 (« Le Naturaliste et la Chatte »).

14 Dans Nero Corleone (E. Heidenreich, op. cit., p. 7, 90, et passim). Le nom de Madonnina a une explication: « Den Namen verdankte sir ihrem hellroten Kopf, dessen Fell genau in der Mitte fromm gescheitelt war, wie bei einer kleinen Madonna »: « Elle devait son nom à sa tête d’un roux clair, dont la fourrure était séparée au milieu par une sage tache claire, comme une petite Madone. » Mais cela peut aussi vouloir dire « sainte-nitouche ». On n’y verra aucun rapport avec le caractère félin ou certains topoï inconsidérément répandus.

15 E. Heidenreich, op. cit., p. 50, 58, 72. Et passim!

16 Ibid., p. 55 : « Regarde, Petit Lièvre fait un petit pipi. »

17 H. Lausberg, op. cit., § 1079 I f.

18 Quintilien, Institution oratoire VI, 3, 20. Trad. Jean Cousin: « Il en est de même de facetus (i. e. que d’urbanus et de venustus), qui selon moi ne s’applique pas seulement à ce qui est risible, car alors Horace ne dirait pas que le genre de poésie attribué à Virgile est facetum. J’y vois plutôt un terme s’appliquant à la grâce et à une élégance vraiment raffinée » (référence à Horace, « Molle atque facetum / Vergilio adnuerunt […] Camenae », Satires, I, 10, v. 44-45).

19 J. Péladan, Comment on devient Fée [Paris, Chamuel, 1892], cité dans Éditions d’aujourd’hui, Plan-de-la-Tour, 1993, p. 172.

20 Ch. Baudelaire, Fusées, XIX (ms. 1851, publication dans Ch. Baudelaire, Œuvres posthumes et correspondances inédites, E. Crépet (éd.), Paris, Quantin, 1887.

21 Kwong Kuen-Shan, Le Chat Philosophe, p. 10. Voir note suivante.

22 Respectivement The Cat and the Tao, et The Philosopher Cat, London, William Heinemann, 2002 et 2004 ; traduction française par C. Joyeux, Paris, France Loisirs, 2003, et Paris, L’Archipel, 2004 et 2010. Voir aussi Le Chat à l’Orchidée, L’Archipel, 2015.

23 Kwong Kuen-Shan, Le Chat philosophe, op. cit., p. 5-6.

24 Colette, Les Vrilles de la Vigne, op. cit., p. 990.

25 M. Revon, Anthologie de la littérature japonaise [Paris, Delagrave, 1910], cité dans l’édition de 1919, p. 387.

26 M. Takashi, Le Chat qui venait du ciel [Neko no kyaku, 2001], trad. fr. É. Suetsugu, Arles, Philippe Picquier éditions [2001].

27 Ibid., éd. 2006, p. 71-74. Le Nihonshoki est une chronique du Japon achevée en 720 et rédigée en chinois. Elle comporte plus d’une centaine de poèmes. Le plaqueminier est mieux connu sous le nom d’arbre à kaki.

28 A. Suarès, Voyage du Condottière. Vers Venise [Paris, Cornély, 1910], cité dans Émile-Paul éditions, Paris, 1914, p. 238.

29 M. Rollinat, Les Névroses [Paris, Charpentier, 1883], « Le Chat ».

30 E. de Goncourt, Journal, III, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1989, p. 580 (5 mai 1891).

31 J. Barlas (1860-1914), « The Cat-Lady », cité sur Æsthetes and Decadents of the 1890’s, Academy Chicago, 1981, p. 3. « Elle ronronne comme un jeune léopard heureux et apaisé quand on le flatte […] Elle boude comme une jeune lionne, pour de rire. »

32 A. Suarès, Fragments de Chroniques de Caërdal, dans Vita Nova, Mortemart, Rougerie, 1977, p. 116. Très certainement allusion à l’opposition sémantique entre « cœur de tigre », qui connote la cruauté, et « cœur de lion », la noblesse (voir Corleone!).

33 A. Suarès, Voyage du Condottière, op. cit., p. 253-254.

34 Kwong Kuen-Shan. Le Chat Philosophe, op. cit., p. 31.

35 A. Suarès, Sur la Vie III, « Baudelaire » [Paris, Émile-Paul éditions, 1912], cité dans l’édition de 1928, p. 249-250.

36 M. Rollinat, op. cit., « Le Chat », p. 104.

37 P. Fontanier, Les Figures du discours [1818], cité dans l’édition de 1977, Flammarion, coll. « Champs », p. 427.

38 J.-K. Huysmans, op. cit., p. 183 et 92.

39 Kwong Kuen-Shan, Le Chat Philosophe, op. cit., p. 81.

40 Texte signé A. Meunier, du nom de la maîtresse de Huysmans [Les Hommes d’aujourd’hui, no 263, Paris, Vanier, 1885], repris dans En marge et dans le Cahier de l’Herne Huysmans, 1985, p. 28. De fait l’auteur en est Huysmans lui-même.

41 Colette, Les Vrilles de la Vigne, op. cit., p. 983. Voir aussi J. Green, op. cit., p. 159, la chatte Domino qui ne supporte pas le cri de Siegfried!

42 Kwong Kuen-Shan, Le Chat Philosophe, op. cit., p. 32.

43 M. Choisy, « L’archétype des trois rois S : Satan-Serpent-Scorpion », dans Satan. Études carmélitaines, Paris, Desclée de Brouwer, 1948, p. 444.

44 Colette, Les Vrilles de la vigne, op. cit., p. 989.

45 Colette, La Paix chez les Bêtes, op. cit., « Ricotte », p. 81. Ricotte n’est pas un chat mais « une écureuille ». Cela ne change rien pour notre propos.

46 Cité dans Kwong Kuen-Shan, Le Chat Zen, op. cit., p. 74.

47 Je ne suis pas sûre que ce mot soit attesté en latin, mais peu importe.

48 Au sens rhétorique bien sûr, de l’élégance du style: H. Lausberg, op. cit., § 949 et 982. Quintilien, op. cit., 9, 4, 27: « Felicissimus sermo est, cui et rectus ordo et apta iunctura et cum his numerus opportune cadens contingit. »

49 E. Heidenreich, Nero Corleone, op. cit., p. 81 : « À ce propos il faut savoir que Rossini ne fut pas simplement un merveilleux musicien, mais aussi un cuisinier génial: c’est de lui que, encore aujourd’hui, le Tournedos Rossini tient son nom. L’idée de la musique et de la bonne cuisine avait pour quelqu’un comme Nero Corleone quelque chose d’irrésistible. »

Table des illustrations

Légende Le Chat philosophe, L’Archipel, 2008, p. 31.
Crédits Toutes les illustrations sont publiées ici avec l’aimable autorisation de l’auteur Kwong Kuen-Shan et des Éditions de l’Archipel.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Le Chat philosophe, L’Archipel, 2008, p. 81.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Le Chat philosophe, L’Archipel, 2008, p. 81.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Le Chat zen, L’Archipel, 2003, p. 75.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr