Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

L’élégance de l’oiseau-mouche

Pauline Bruley

Texte intégral

De tous les êtres animés, voici le plus élégant pour la forme, et le plus brillant pour les couleurs. Les pierres et les métaux polis par notre art, ne sont pas comparables à ce bijou de la Nature ; elle l’a placé dans l’ordre des oiseaux, au dernier degré de l’échelle de grandeur, maxime miranda in minimis ; son chef-d’œuvre est le petit oiseau-mouche ; elle l’a comblé de tous les dons qu’elle n’a fait que partager aux autres oiseaux, légèreté, rapidité, prestesse, grâce et riche parure, tout appartient à ce petit favori. L’émeraude, le rubis, la topaze brillent sur ses habits, il ne les souille jamais de la poussière de la terre, et dans sa vie toute aërienne on le voit à peine toucher le gazon par instans; il est toujours en l’air, volant de fleurs en fleurs ; il a leur fraîcheur comme il a leur éclat : il vit de leur nectar et n’habite que les climats où sans cesse elles se renouvellent.

  • 1 G.-L. Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, XXII. Les éditions consultées sont celle d (...)

C’est dans les contrées les plus chaudes du nouveau monde que se trouvent toutes les espèces d’oiseaux‑mouches ; elles sont assez nombreuses et paroissent confinées entre les deux tropiques, car ceux qui s’avancent en été dans les zones tempérées n’y font qu’un court séjour ; ils semblent suivre le soleil, s’avancer, se retirer avec lui, et voler sur l’aile des zéphirs à la suite d’un printemps éternel1.

  • 2 Voir L. Perret-Truchot, « Buffon au miroir de l’enseignement, 1803-2000 », dans L’Héritage de Buffo (...)

1Ce portrait fut longtemps considéré comme un modèle de style élégant, et non seulement donné aux petites classes ou dans les « Buffons des familles », mais aussi dans les classes de Rhétorique. Dans les sections « tableaux et descriptions », ou dans les anthologies (Noël et Delaplace en tête), il fut l’un des joyaux de la couronne stylistique jusqu’à la fin du xixe siècle2. Mais avant de comprendre pourquoi, qu’appelle-t-on style élégant, ou élégance dans les traités de rhétorique, critique et conseils sur l’art d’écrire durant ces deux siècles ?

Élégance/éloquence

  • 3 Cicéron, Orator, IX, 28, Paris, Les Belles Lettres, « Coll. des universités de France », 1964, p. 1 (...)
  • 4 B. Lamy, La Rhétorique ou l’art de parler [1675-1715], I, XVIII, Paris, Champion, Ch. Noille-Clauza (...)
  • 5 Voltaire, « Élégance » pour les « belles lettres », Encyclopédie, V [1755], p. 483, est cité dans C (...)
  • 6 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 87.
  • 7 G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Livre de poche, 1992.

2La distinction est ancienne et constamment reprise à l’époque moderne. Pourtant, l’élégance était partie intégrante des qualités de l’éloquence. Le refus de séparer éloquence et sagesse, formulé dans l’Orator, anime la réflexion des Dialogues sur l’éloquence de Fénelon. La réflexion de l’Orator s’inscrivait dans la perspective du véritable atticisme, conforme au goût athénien. Les néo-atticistes, éplucheurs de mots dans une grammaire sans harmonie, « pensent » à tort « que celui qui parle d’un style hirsute et sans apprêt, pourvu qu’il le fasse élégamment en épluchant ses mots, est le seul à parler en Attique3 ». Au rebours de la sécheresse aristocratique, l’orateur cicéronien varie lexique, syntaxe et rythmes, dans une suprême convenance langagière. Envisageant l’intérêt de varier les trois styles, Cicéron marque l’exigence d’élégance pour le style simple, avant de valoriser une certaine « négligence diligente ». La promotion de l’art caché sera fondamentale pour toutes les peintures de l’élégance stylistique, aux confins de l’antirhétorique du « naturel ». En témoigne la Rhétorique de Lamy, qui compare « ces belles statues qu’on appelle en latin elegantia signa » aux « statues grossières dont les membres sont raides, et collés les uns aux autres, rigentia signa ». La « facilité plaît à la vue, en ce qu’elle imite de plus près la nature, dont les opérations n’ont rien de gêné4 ». Le parallèle avec la statuaire reparaît dans l’Encyclopédie sous la plume de Voltaire, inaugurant un long passage sur « l’élégance », promis à une carrière scolaire5. Tous les auteurs combinent en effet exigence de « naturel » et impératif de l’art. L’élégance exige que l’on ne fasse pas sentir le savoir-faire, conformément à ce que Castiglione appelle sprezzatura. Bien plus tard, ce que Bourdieu décrit comme « la détente dans la tension6 » répondra comme un écho sociologique à ces descriptions normatives. C’est sans doute parce qu’il requiert une extrême attention à de multiples conventions sociales que le souci de l’élégance se double systématiquement de l’injonction d’être naturel. Georges Molinié a souligné ce paradoxe d’une quête de « distinction » aux effets « naturels7 ».

  • 8 J. de La Bruyère, Caractères, « De la société et de la conversation », VII.
  • 9 J.-B. Morvan de Bellegarde, Réflexions sur l’élégance et la politesse du style [1675], Genève, Slat (...)
  • 10 Sur l’« imaginaire » et la construction du « génie de la langue », voir G. Siouffi, Le Génie de la (...)
  • 11 Sur la compétence des femmes, voir G. Siouffi, op. cit., p. 406 sq.
  • 12 F. de Salignac de La Mothe-Fénelon, Dialogues sur l’éloquence en général et sur celle de la chaire (...)
  • 13 Voir pour une synthèse l’article du Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, article « Élégance (...)
  • 14 Voltaire, op. cit. Ce passage est repris par Gidel dans son anthologie, et par Leclerc, sans être r (...)
  • 15 Dans les dictionnaires d’Estienne, Nicot, Richelet, Furetière, de l’Académie, chez Féraud qui cite (...)
  • 16 « Avons-nous des prédicateurs qui soient en état d’en faire autant ? Saint Jérôme a encore ses défa (...)

3L’autre repoussoir de l’élégance, à l’époque classique, consiste en effet dans le « phébus8 ». Morvan de Bellegarde, auteur didactique de Réflexions sur l’élégance et la politesse du style y insiste : « Les règles et les préceptes ne sont pas d’un grand secours pour parler délicatement, si la nature ne s’en mêle9. » Ainsi, « [l]es femmes de qualité expriment tout un sentiment dans un seul mot, et laissent encore mille choses agréables à deviner, c’est en quoi consiste la délicatesse de l’expression » : « […] il faut je ne sais quoi de naturel, d’ailé, de simple, de naïf, de facile, mais vif, & ingénieux ». À l’horizon du « naturel » se trouve le « génie de la langue française10 » qui doit combiner clarté et art de la suggestion : paradoxe supplémentaire de l’élégance. L’éloge de la « locutrice parfaite11 » est éloge de « la langue française » elle-même, idéalisée par un horizon grammatical qui se nimbe d’un « je ne sais quoi » secret. Linguistique, elle se différencie fortement de l’effémination rhétorique. D’un point de vue moral en effet, cet « art caché » est au principe de la distinction de Fénelon entre la force persuasive qui anime la vérité et l’agrément des jeux d’esprits, ornementation d’une élégance « efféminée12 ». L’effémination constituera pour longtemps un repoussoir de l’élégance, avec ses cousines la langueur et la mollesse13. « Le grand point dans la poésie et dans l’Art oratoire est que l’élégance ne fasse jamais du tort à la force14. » Ligne de rupture entre éloquence et élégance : un discours éloquent peut manquer d’élégance, tandis qu’un discours élégant peut ne guère être éloquent. L’élégance résidant avant tout dans le choix des mots et dans l’harmonie, elle semble plus appropriée à la poésie. Couramment inscrit dans le domaine du langage15, élégant issu d’élégans marque en effet par son étymologie un « choix » socialement régulé, produisant l’ethos afférent. L’éloquence, elle, a pour enjeu plus immédiat le pathos. Cette dissociation entre l’élégance et l’éloquence témoigne d’une méfiance vis-à-vis de tout attrait pour le plaisir et ses séductions, aux dépens d’une noble et mâle émotion. Fénelon avait lui aussi tracé la frontière entre élégance et éloquence dans son IIIe Dialogue sur l’éloquence, pour rattacher à l’éloquence l’énergie du discours des Pères de l’Église, réputés, pour certains, manquer d’élégance selon le goût de son siècle16. La définition de l’élégance comme « éloquence sans passion » sera récurrente. Pellissier, auteur d’un manuel de rhétorique souvent réédité dans la seconde partie du xixsiècle, réserve l’élégance aux « sujets simples ». À l’éloquence, les émotions ; à l’élégance, l’agrément et le plaisir. Dans cette perspective s’inscrit la distinction des Synonymes français de l’abbé Girard entre éloquence et élégance. La première vise à « persuader », tandis que la seconde veut « plaire » :

Je crois que l’élégance consiste à donner à la pensée un tour noble & poli, & à la rendre par des expressions châtiées, coulantes & gracieuses à l’oreille : ce qui fait l’éloquence est un tour vif & persuasif, rendu par des expressions hardies, brillantes et figurées, sans cesser d’être justes & naturelles.

  • 17 Abbé Girard, article « Élégance, éloquence », Synonymes françois, leurs différentes significations (...)

L’élégance s’applique plus à la beauté des mots & à l’arrangement de la phrase. L’éloquence s’attache plus à la force des termes & à l’ordre des idées. La première, contente de plaire, ne cherche que les grâces de l’élocution. La seconde, voulant persuader, met du véhément & du sublime dans le discours. L’une fait les beaux parleurs ; & l’autre, les grands Orateurs17.

  • 18 Voltaire, op. cit., à propos de la statue de Jupiter Olympien de Phidias.
  • 19 Cicéron, De Oratore, I, 21. Fénelon reprend ce passage dans son IIe dialogue sur l’éloquence.

4Si d’un objet comme le Jupiter Olympien de Phidias, on dit qu’il est « élégant », on glisse dans la satire18. L’abbé Girard définit donc l’élégance comme une élocution dont l’agrément tient à un lexique et à une syntaxe choisis, parfaitement solidaires d’un « tour » poli. Ternie chez l’auteur des Synonymes français par le renvoi aux « beaux parleurs », l’élégance est associée à la qualité d’être « disert », à défaut d’être éloquent selon le De Oratore19.

  • 20 J.-V. Leclerc, Nouvelle rhétorique, Paris, Delalain, 1823, p. 2. Cette distinction suit une premièr (...)

Nous distinguerons aussi l’homme disert et l’homme éloquent. Celui dont le style est facile, clair, pur, élégant, est disert : un discours est éloquent lorsqu’il y a du nerf, de la chaleur, du sentiment, il émeut, il élève l’âme, il la maîtrise. Ainsi Fléchier n’est, le plus souvent, que disert ; Bossuet sera l’homme éloquent20.

  • 21 Ibid., p. 221.

5Le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle reprendra le parallèle presque mot pour mot. Toujours est-il que cette distinction libère l’élégance de l’art de persuader en lui-même. Si elle ne bénéficie pas de l’aura de l’éloquence, l’élégance constituera cependant un idéal de style pour nombre de rhétoriciens, dont Joseph-Victor Leclerc21. Elle va plutôt se trouver investie d’enjeux profondément littéraires. Dans ses Éléments de littérature, Marmontel reprend la définition de Girard :

  • 22 J.-F. Marmontel, Éléments de littérature [1787], S. Le Ménahèze (éd.), Paris, Desjonquères, 2005, p (...)

« L’élégance consiste, dit l’auteur des Synonymes français, dans un tour de pensée noble et poli, rendu par des expressions, châtiées, coulantes et gracieuses à l’oreille. » Disons mieux [ajoute Marmontel] : c’est la réunion de toutes les grâces du style ; et c’est par là qu’un ouvrage relu sans cesse est sans cesse nouveau22.

6La rectification de Marmontel transforme l’élégance en qualité du style en général – ou qualité absolue du style. Traditionnellement, Marmontel rappelle que les qualités de langue constituent les présupposés de l’élégance du style :

  • 23 Loc. cit.

[L’élégance] du style suppose la correction, la justesse, la pureté de la diction, c’est-à-dire la fidélité la plus sévère aux règles de la langue, au sens de la pensée, aux lois de l’usage et du goût ; mais tout cela contribue à l’élégance et n’y suffit pas. Elle exige encore une liberté noble, un air facile et naturel, qui, sans nuire à la correction, déguise l’étude et la gêne23.

  • 24 Ibid., p. 442. Dans son acception linguistique, le « naturel » (imaginaire de la langue française) (...)
  • 25 Loc. cit.
  • 26 Ibid., p. 442-443. Sur le style comme singularité d’un esprit, avant d’être singularité d’une écrit (...)

7De plus, l’article introduit l’intéressant critère de la nouveauté, qui résout ce problème : « comment concilier l’élégance avec le naturel24 ? » L’élégance est finalement du côté de l’ingenium, de « l’ingéniosité », qui formule le « style à soi25 » selon Marmontel et marque l’évolution du singulier au tournant classique, tel qu’il est aussi représenté par le Discours sur le style de Buffon26.

« Qualité de la langue » ou « qualité du style » ?

8L’ingéniosité est en effet une vertu cardinale de l’élégance. Les « qualités générales » du style des traités et manuels réunissent des caractères d’abord propres à la langue. Il est fréquemment rappelé que toute élégance présuppose la netteté et la pureté de la langue, comme chez Lamy. Morvan de Bellegarde, prescripteur aussi dans l’ordre du savoir-vivre, met sur le même plan l’élégance et la discipline strictement linguistique et langagière :

  • 27 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., préface, n. p.

Rien n’est plus opposé à l’élégance & à la netteté du stile, que les mauvaises constructions, les constructions louches, & les équivoques ; elles détournent le sens, & font naître d’autres idées que celles qui sont attachées aux paroles dont on se sert27.

  • 28 Ibid., p. 67 : « le dernier membre n’est point construit avec ce qui précède ; il le serait, si l’o (...)

9Par exemple, l’équivoque créée autour de la portée d’un circonstant : « il ne faut pas s’engager dans le mariage, dans le seul espoir du plaisir28 ». Mais à la « politesse » de la langue, Morvan de Bellegarde adjoint sa pierre de touche de l’élégance : le « mystère », ou le « je ne sais quoi » des figures, à relier au critère de la nouveauté réclamée par Marmontel.

  • 29 Ces lignes de la préface sont commentées par G. Siouffi (op. cit., p. 327), comme manifestant à la (...)

Les expressions figurées sont à mon sens le plus grand mystère, & le plus grand ornement de la Langue Française : c’est dans ces expressions que consiste l’élégance ; & l’on est d’autant plus heureux à les trouver, qu’on a plus de génie, & plus de goût pour la Langue29.

10Cette caractérisation de l’élégance rejoint celles de Girard et de Marmontel : elle tient au choix des expressions délicates et à l’assemblage de ces expressions. C’est à ces deux niveaux, lexico-sémantique et syntaxique, que joue la figuralité, grâce essentielle d’une sorte d’inouï seyant pourtant au goût de l’époque. L’élégance s’entend à introduire un génie de la nouveauté tel qu’il transfigure le bon usage, dans une dimension non seulement idiolectale, mais encore d’ambition linguistique.

11Sur le plan du style, l’élégance se trouve soit catégorisée comme une vertu générale, soit comme une qualité particulière, propre au style tempéré. L’auteur de la Nouvelle Rhétorique inscrit l’élégance au rang des qualités particulières du style tempéré et emprunte à Girard sa définition de l’élégance. Pellissier fait aussi de l’élégance une qualité du style tempéré, aux côtés de la richesse, équilibrée par la sobriété, de la grâce, de la finesse et de la délicatesse. On atteint avec Leclerc à une synthèse pour la rhétorique scolaire, et l’on voit que la réflexion linguistique n’informe plus les recommandations des rhétoriciens :

L’élégance est une qualité difficile à définir, son nom veut dire choix ; elle consiste en effet dans le choix d’expressions distinguées ; elle résulte de l’union de la justesse avec la noblesse dans les mots et dans les tournures.

  • 30 A. Pellissier, Principes de rhétorique française, Paris, Hachette, 1873, p. 281-282.

Cette qualité est due à l’emploi d’ornements qui, sans nuire au naturel, annoncent un certain dessein de plaire, une attention délicate à y réussir30.

  • 31 Ibid., p. 283 (« Ny la grâce plus belle encor que la beauté », Adonis, v. 78).
  • 32 Voltaire, op. cit., p. 482. Ces distinctions rattachant l’élégance à un domaine plus immédiatement (...)

12Les distinctions de Voltaire sont reprises par Pellissier : l’élégance n’est pas exactement la finesse, ni la délicatesse, ni tout à fait la grâce. La délicatesse « convient surtout à l’expression des sentiments doux et aux éloges qui ne veulent pas tomber dans la platitude et la servilité », elle ressortit à toutes sortes de modalisations affectives, aux figures de suggestion comme la litote, l’euphémisme. La finesse est d’ordre plus logique : « La finesse se laissera deviner assez aisément pour ne pas fatiguer l’esprit. » Enfin, « [à] l’élégance se rattache la grâce, charme ou attrait indéfinissable que La Fontaine a caractérisé par ces mots : Et la grâce, plus belle encor que la beauté31 ». La grâce est sans doute à l’élégance ce que le sublime est à l’éloquence. Voltaire s’appuie sur l’usage pour distinguer l’élégance et la grâce : on dit « des contours élégants », et non « un visage élégant ». « La raison en est que la grâce a toujours quelque chose d’animé, et c’est dans le visage que paraît l’âme32. »

13Malgré tout cet art de la distinction, revient souvent le « je ne sais quoi », porteur d’ouverture et de fascination. En effet, le goût de l’analyse et du raffinement psychologique, servi par la synonymie, peut mener à une classification sans âme. Vladimir Jankélévitch en a synthétisé l’écueil :

  • 33 V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, I. La manière et l’occasion, Paris, Édition (...)

on commence par chercher la manière, et on finit par faire des manières, comme celui qui à force d’avoir de la grâce, finit par faire des grâces ; les manières prolifèrent à l’infini, selon les éclairages et les modes d’être circonstanciels de l’être33.

14L’idée d’un « je ne sais quoi » de l’élégance, propre au style simple, paraît ainsi chez Rollin :

  • 34 A. Didier, dans ses Principes de rhétorique et de littérature appliqués à l’étude du français, cite (...)

Le [genre simple] paraît convenir plus particulièrement à la narration et à la preuve. Son caractère principal est la clarté, la simplicité, la précision […], la naïveté des pensées, la pureté du langage, et je ne sais quelle élégance qui se fait plus sentir qu’elle ne paraît, en font tout l’ornement34.

  • 35 Sur le « je ne sais quoi », voir G. Siouffi, op. cit., p. 160: « [l]e xviie siècle, face à la techn (...)

15L’évolution de la catégorie de l’élégance dans les traités de rhétorique et les arts d’écrire reconduit ainsi cette quête d’un « je ne sais quoi35 » qui en constitue le charme – mais un charme moins mystérieux que la « grâce », dans la mesure où il est aussi résolument marqué d’un ethos socio-discursif.

16L’élégance est en effet ce qui distingue du commun et marque une activité permanente d’élection, de choix, et de savoir-être ou de savoir-faire propre au goût des meilleurs locuteurs du temps. La distinction lexicale est expressément liée à la « qualité » des locuteurs, chez Lamy comme plus tard chez son compilateur du Parfait Maître de langue française.

  • 36 B. Lamy, op. cit., p. 184.

Les plus belles expressions deviennent basses lorsqu’elles sont profanées par l’usage de la populace qui les applique à des choses basses […]. Ceux qui écrivent poliment, évitent avec soin ces expressions, et c’est de là en partie que vient ce changement continuel dans le langage36.

17À son tour, l’auteur du Parfait Maître de langue française ou l’art de parler avec élégance, facilité et clarté […] s’appuie autant sur le mythe du « génie de la langue française » que sur cette distinction sociale :

  • 37 Le Parfait Maître de langue française, Paris, Chez Blankenstein, Libraire, 1812, p. 97.

Les honnêtes gens, c’est-à-dire ceux qui composent la bonne compagnie, ainsi que les personnes instruites et qui cultivent les sciences, tâchent, en cela comme en toute autre chose, de s’élever au-dessus du commun ; et pour cela, évitant avec soin tout ce qui les rapprocherait de la populace, […] dans fort peu de temps, les mots et les expressions que les honnêtes gens bannissent du commerce du monde, ne sont reçus de personne, et […] obligés de quitter la cour et la bonne société des villes ; ils se retirent dans quelques faubourgs ou villages ; où ils deviennent, si l’on peut dire, la pâture des gens grossiers qui les adoptent, faute de les mieux connaître37.

  • 38 La métonymie se retrouve encore dans l’appréciation de la grammaire de Régnier-Desmarais par Jean-P (...)

18Ainsi le « parfait maître de langue française » condamne-t-il, en 1812, la locution savoir gré. L’usage qui gouverne les locutions, comme des constructions et des tours, se retrouve dans un ensemble de déterminations pragmatiques et stylistiques de l’élégance (au sens où elle correspond à un style que l’on peut dire, dans cet imaginaire, « linguistique »), produisant des « élégances38 ».

Quels conseils pour l’élégance ?

  • 39 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 7.
  • 40 L’« arrangement » est crucial pour la nouvelle sensibilité syntagmatique des contemporains : il sem (...)

19En tant que telle, la catégorie de l’élégance semble donc appeler un système de distinctions, traditionnellement réparti sur deux niveaux : le lexique (« choix des expressions délicates ») et la syntaxe (« place des expressions assemblées39 », ou « arrangement40 »), deux niveaux où interviennent les quelques libertés tempérées des figures. Leur usage répond régulièrement à un idéal de « couleur », qui sait embellir la matière en lui prêtant vie.

  • 41 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 36.
  • 42 Ibid., p. 48.

20Le goût prescrit la propriété et proscrit archaïsmes et néologie. Les mots ne doivent pas être « mal assortis » : « Afin qu’un visage soit régulier, il faut que les traits soient faits les uns pour les autres41. » C’est pourquoi, selon Morvan de Bellegarde, « Allumez cette lumière : […] est une faute que font toutes les femmes de Paris. Il faut dire, allumez ce flambeau, apportez de la lumière42. »

  • 43 Quintilien, Institution oratoire, livre VIII (explicite sur le modèle du « tableau »). Je souhaite (...)
  • 44 « L’impression de rapidité qui peut s’éprouver à la lecture d’un texte provient du sentiment d’une (...)
  • 45 J.-P. Seguin, La Langue française au xviiie siècle, Paris-Bruxelles-Montréal, Bordas, 1972, p. 138- (...)
  • 46 Voir J. Lecointe, L’Idéal et la Différence, Genève, Droz, 1993, sur l’elegantia et son importance à (...)
  • 47 J. Déchelette, Traité d’élégance latine. Prose et vers, Lyon, Paris, Delagrave/Palud [1866], 1875, (...)
  • 48 J. Déchelette, op. cit., p. 17.

21Mais surtout, la valeur ajoutée de l’élégance par rapport à la pureté de la langue et à sa politesse est un certain esprit d’invention, dont le « coloris43 » fait la légitimité. À cette vivacité de la couleur se joint idéalement l’esprit de la concision qui produit un effet de vitesse44. Quand la couleur est apportée par un mot, ou une locution – par excellence, une épithète ou un noyau verbal – alors le style est d’autant plus élégant. On retrouve « l’idéal de resserrement45 » des grammairiens du siècle des Lumières. Cette tendance a peut-être son correspondant dans l’habitude de valoriser certains tours de la grammaire latine, qui constitue encore un lieu de formation du style, par imitation et distinction. Les « traités d’élégance latine46 », régulièrement réédités durant le xixe siècle, font souvent ressentir la qualité d’un tour latin en variant ses transpositions, et plus spécifiquement les tournures poétiques les plus concises. Le génie latin est censé préférer les participes et ablatifs absolus, les épithètes et constructions détachées, même s’il pratique la subordination du vieux modèle périodique. Le Traité d’élégance latine de l’abbé Déchelette guide l’élève vers les « moyens employés d’ordinaire par les poètes pour exprimer leurs idées avec force, éclat ou douceur, pour donner du mouvement à leur style et peindre les objets sous de plus vives couleurs47. » Pour le verbe « [il]faut, en général préférer aux verbes abstraits ceux qui font image, qui peignent vivement l’action, la situation ». La traduction de La Fontaine présente l’idéal d’un Virgile français48 :

  • 49 Ibid., p. 74.

Virgile veut décrire le vol de l’hirondelle à la surface des eaux ; il emploie le verbe circumvolitavit :
Aut arguta lacus circumvolitavit hirundo (Georg., I-377)
La Fontaine s’est-il souvenu de ce vers, lorsqu’il a représenté l’hirondelle Caracolant, frisant l’air et les eaux ? (X-VII)49

  • 50 Loc. cit.

22La plus scrupuleuse attention est consacrée aux épithètes, vecteurs habituels de la « couleur » dans l’expression. Les épithètes non nécessaires rendent le style languissant. « L’épithète n’a pas toujours pour but d’éveiller le sentiment ; le plus souvent elle ne sert qu’à représenter plus vivement les objets50. » Les antithèses d’épithètes participent de cette couleur et de ces sentiments :

L’hirondelle rapporte la douce nourriture à sa barbare couvée :
Ore ferunt dulcem nidi immitibus escam (Georg., IV-17)

  • 51 Ibid., p. 80.
  • 52 Ibid., p. 81.

23L’épithète la meilleure est celle qui fait « naître une idée inattendue51 ». Le « sentiment est souvent enfermé tout entier dans l’épithète52 ».

  • 53 Ibid., p. 82.

Nous sommes émus et nous plaignons l’araignée en lisant ces vers de La Fontaine :
L’hirondelle, en passant, emporta toile et tout,
Et l’animal pendant au bout. (X-VII53)

24L’idéal de concision semble l’apanage du latin : ablatifs absolus, participes. Pour un peu, ce latin (s’il est en plus non périodique) serait la quintessence du génie français de la phrase courte et alerte.

  • 54 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 9.
  • 55 Ibid., p. 75.
  • 56 Ibid., p. 71.
  • 57 Ibid., p. 53. Pragmatiquement, la litote est de conversation, et bien plus proche de l’inventivité (...)
  • 58 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 71.

25Morvan de Bellegarde prônait explicitement la condensation des figures en un seul mot. Une locution courante peut devenir noble quand elle est employée au sens figuré : « le cœur se soulève contre telle malice54 ». L’innovation a de l’esprit dans de quasi-alliances de mots, ou des métonymies et hypallages : « Soins tumultueux dépeint parfaitement l’agitation d’un Prince accablé d’affaires ; & qui ne goûte nul repos55. » En revanche, l’épithète sera trop forte dans « L’éclatant embarras des superbes équipages56 », « expression ampoulée » empruntée au « discours froid » de Saint-Évremond. L’innovation dans les épithètes, le tour inattendu, doivent en effet reposer sur le lexique en usage, et sur des mots non connotés. Ainsi avec la litote, recommandée parmi les « expressions délicates » : « Il a une forte tendresse pour ses ouvrages57 », ou encore avec l’euphémisme : « Je ne voulus point entrer dans une confidence si délicate pour dire, suspecte & dangereuse58. » Pour le tour d’esprit et l’énonciation, les tournures négatives litotiques sont, vers le latin, considérées comme souvent plus élégantes que les tournures affirmatives :

  • 59 J. Déchelette, op. cit., p. 58.

Non semel, non raro – Souvent
haud difficile facilement59.

  • 60 A. Filon, Éléments de rhétorique française, Hachette, 1854, « II. Genre tempéré. Du style élégant » (...)

26De même, le « style élégant ne renonce pas à plaire60 ».

  • 61 Voir G. Siouffi, op. cit., p. 317.
  • 62 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 40.
  • 63 Loc. cit.
  • 64 M. Bonhomme, Pragmatique des figures du discours, Champion, 2005, p. 33. La question de l’ingéniosi (...)

27A contrario, on critique d’autant plus des métaphores sur des mots « mal assortis » que la tendance classique à la « démétaphorisation » oriente la pratique des tropes vers une préférence pour les locutions et les figures en voie de lexicalisation61. Est trop recherchée, par exemple, « la source des appréhensions m’est aussi inconnuë que la source du Nil62 ». Même Racine, dans Esther, prête à la critique : « Tel qu’un ruisseau docile/Obéit à la main qui détourne son cours » : « une personne est docile, et non un ruisseau63 ». Une telle critique de l’usage littéraire témoigne de cette nécessité : « pour être totalement réalisées et fonctionnelles, les figures ont besoin d’être co-construites au niveau de leur réception64 ». La nouveauté se heurte fréquemment à l’usage, peu inventif. Toute innovation métaphorique causant un changement de la structure admise de transitivité du verbe ou de l’adjectif est rejetée, par exemple : « on était furieux de la liberté » (Saint-Évremond) est vivement critiqué.

28Si le « mot » constitue une véritable unité expressive, la périphrase a aussi des avantages. C’est une sorte de compromis entre nouveauté et concision. « Elle n’est pas une manière d’éviter le mot propre, mais un moyen d’exprimer l’idée avec plus de justesse, plus de grâce que ne le ferait le mot propre. » Elle va

  • 65 J. Déchelette, op. cit., p. 98.

présenter [l’idée] sous des couleurs plus délicates, plus gracieuses. Ovide parlant du
id de l’hirondelle :
Et luteum celsa sub trabe fingit opus (Fast., I-157)
Luteum opus au lieu de nidum65.

29Déchelette reconnaît de la grâce à ces expressions vagues, euphémisantes. Achille Didier, professeur de rhétorique, vante l’élégance de la périphrase :

  • 66 A. Didier, op. cit., p. 113.

30Elle décrit l’objet au lieu de le nommer, elle […] désigne par un détail ou par une qualité (circonlocution) ; c’est la monnaie du mot propre. Cette figure, dont on a si souvent abusé par système ou par impuissance, donne au style beaucoup d’élégance et même de force, quand elle est employée à propos, et qu’elle ajoute à la pensée66.

  • 67 J. Déchelette, op. cit., p. 59. On reconnaît l’influence de Malherbe et Boileau, en faveur d’une él (...)

31Mais c’est « mis en sa place » que le mot peut apporter toute son efficacité. « L’arrangement des mots dans la phrase […] est subordonné à la clarté d’expression, puis à l’idée, et enfin à l’élégance67. »

  • 68 J.-P. Seguin, op. cit., p. 137 et 144.

32L’élégance suppose le respect du déroulement logique (pensée et procès), mais aussi d’un sentiment de linéarité française perçue phoniquement, en conflit potentiel avec la « séquence progressive68 » et la belle cadence, sans oublier la couleur.

On place au commencement de la phrase les verbes qui doivent saisir l’esprit tout d’abord, surtout quand ils font image ; on réserve assez élégamment pour la fin ceux qui ne réclament aucune place particulière, surtout lorsqu’ils se composent de plusieurs syllabes.

  • 69 J. Déchelette, op. cit., p. 22.

Ses yeux étincelaient, la cruauté était peinte sur tout son visage : en latin, cette phrase est ainsi plus élégante, commençant par Ardebant oculi, toto ex ore crudelitas eminebat69.

33La recommandation est intéressante à deux titres : d’une part, elle reprend tous les autres conseils sur les cadences qui doivent éviter monosyllabes et consonances (ce qui serait beaucoup trop schématique, si le critère devait être un discriminant pour l’élégance du français), d’autre part, elle illustre l’effet d’une métaphore discrète, condensée dans un verbe qui « colore » toute la phrase.

  • 70 G. Siouffi, op. cit., p. 94.
  • 71 C. Chesneau du Marsais, Encyclopédie, t. IV, article « Construction », « C’est par ce motif, sans d (...)

34Le travail sur les « incises » et les constructions détachées fait aussi « image », en vertu de l’iconicité, les circonstances suivant en latin l’ordre des événements, surtout. L’illustration de l’adéquation entre ordre mental et linéarité phrastique correspond à une préoccupation grammaticale et stylistique prégnante à l’époque de Buffon70. L’article « Construction » de Dumarsais dans l’Encyclopédie considère l’élégance comme une qualité de la « construction usuelle » qui se laisse toujours ramener à la « construction simple » (et l’exercice de la « construction » de la version latine doit être dépassé par la « construction usuelle » cultivée en classe, le « sens » seul et enfin dégagé pouvant conférer « l’élégance » à la forme71). Dans ces prescriptions d’élégance latine, on se situe entre transmission de l’idéal logico-grammatical et promotion de l’animation stylistique du discours. Ces caractères de l’élégance peuvent expliquer pourquoi l’« oiseau-mouche » atteignit si prestement au modèle.

Écrire l’oiseau-mouche

  • 72 F. Nédellec, introduction à l’Histoire naturelle des oiseaux, avec les gravures de Martinet, Paris, (...)

35De même que les gravures de Martinet, « rehaussées de couleur » ont « une valeur artistique transcendant la donnée scientifique » et répondent aux canons esthétiques des années 176072, la prose scientifique de Buffon répond à un idéal pictural, au cœur de l’idéal linguistique et rhétorique. La science se dit dans une belle langue, et par excellence, le morceau de bravoure de l’oiseau-mouche va rejoindre la vocation de virtuosité de l’ekphrasis.

36Elle a d’abord un enjeu didactique :

  • 73 G.-L. Leclerc de Buffon, « Plan de l’ouvrage », Histoire naturelle des oiseaux, ibid., p. 27.

donner, par le discours, une idée des couleurs, car malheureusement, les différences les plus apparentes entre les oiseaux portent sur les couleurs encore plus que sur les formes. […] il n’y a même pas de termes en aucune langue pour en exprimer les nuances, les teintes, les reflets et les mélanges73 […]

  • 74 Il s’intéresse alors davantage aux minéraux (ibid., introduction, p. 28-30). Le premier état du por (...)
  • 75 J.-P. Seguin, La Langue française du xviiie siècle, op. cit., p. 207 sur la différence entre la ter (...)
  • 76 Dans le français de conversation, selon Saint-Preux, « la précision mène à l’élégance » (J.-J Rouss (...)

37La concurrence avec la gravure était dangereuse. Par ailleurs, Buffon voulait procéder rapidement, en s’aidant de collaborateurs74. Pourtant, la valeur littéraire des textes de cette partie de l’Histoire naturelle fut d’emblée appréciée par le vaste public qu’il visait. Loin des « oiseaux plus pesants et qui ne peuvent quitter la terre », les « oiseaux les plus légers et qui percent les nues » se prêtaient le mieux à l’élégance du style et à la magie de l’évocation : non pas à un style élevé, mais à un style aérien. Situé entre les « grimpereaux et les souis-mangas », et les colibris (au bec recourbé), les oiseaux-mouches sont donc « les plus élégants ». L’écueil aurait pu être l’excessive délicatesse, mais il est sans cesse évité, grâce à la langue précise du naturaliste. Les qualités générales du style – en particulier la pureté, la netteté, supposent que l’on ne recoure pas à une terminologie. Buffon préconise l’usage des noms dits « naturels » des oiseaux, à la différence de Linné75. Or justement, la précision – non terminologique (dans un siècle qui aime distinguer les synonymes) – fait aussi l’élégance de son langage76. Loin du cabinet spécialisé de l’homme de sciences, la citation de Pline (maxime miranda in minimis) est donnée en incidente, comme un proverbe.

  • 77 « Ce que Dumarsais tente de construire au plan de la langue, à savoir ce rapport de l’idée et du mo (...)

38L’animal lui-même autorise l’élégance par sa propre beauté : les noms de ses différentes espèces, motivés par leur apparence, le rapprochent de toutes sortes d’accessoires de mode et de bijoux, dans une économie savante de la figuralité. L’efficacité de la nomination en langue simple frôle la métaphore, selon un processus qui s’apparente à celui de la catachrèse, décrit par Dumarsais77 :

l’oiseau mouche huppé, l’oiseau-mouche dit le hupecol de Cayenne, l’oiseau-mouche pourpré, la cravate dorée, le saphir, l’émeraude-améthyste, l’oiseau-mouche à larges tuyaux de Cayenne, l’oiseau-mouche huppé à gorge topaze de Cayenne, l’oiseau-mouche huppé à gorge dorée de Cayenne, l’oiseau-mouche à collier dit la Jacobine, de Cayenne, l’oiseau-mouche à longue queue, couleur d’acier bruni…

  • 78 G.-L. Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, op. cit., fin du texte d’introduction de B (...)
  • 79 Voir G. Siouffi, op. cit., p. 311.
  • 80 « La manière de les abattre est de les tirer avec du sable ou à la sarbacane ; ils sont si peu défi (...)
  • 81 Le TLFI fournit cette première attestation: « 1632 (Sagard, Le Grand voyage, p. 296-297 d’apr. Arv. (...)
  • 82 Sur le « jugement de l’oreille », voir G. Siouffi, op. cit., p. 375 sq. et G.-L. Leclerc de Buffon,(...)
  • 83 Sur les « répétitions élégantes » de Bouhours, voir G. Siouffi, Le Génie de la langue française, op (...)

39Vingt-quatre espèces dans le genre des oiseaux-mouches sont ainsi répertoriées, « toutes tirées de leurs caractères les plus apparents, et qui sont suffisants pour ne pas les confondre78 ». Cette situation rejoint la dialectique entre invention et usage, qui glisse de l’ingéniosité de l’énonciateur vers la délicatesse de la langue79. Le souci de la classification justifie presque les fréquentes comparaisons de l’oiseau-mouche avec des pierres précieuses et des bijoux. Il en va de même pour d’autres portraits d’oiseaux appréciés pour la beauté de leur plumage, comme le martin-pêcheur, ou « alcyon » (livre XXII). Mais l’oiseau devient lui-même bijou, loin de la virtualité de la figure, lorsque les Péruviennes s’en font des pendants d’oreilles, après les avoir attrapés avec de la glu80. Et le nom même d’« oiseau-mouche » voit son origine critiquée à juste titre. Réputé « sentir le musc » par une étymologie fantaisiste, l’oiseau-mouche81 n’est pas non plus le produit d’une métamorphose, qui en ferait le mutant d’un insecte. La métaphore (portée par l’épithète nominale) est motivée par l’apparence de l’oiseau : sa taille et son bourdonnement. Le frôlement figural suspend la langue entre science et peinture : « Leur bec est une aiguille fine, et leur langue un fil délié ; leurs petits yeux noirs ne paroissent que deux points brillans ; les plumes de leurs ailes sont si délicates qu’elles en paroissent transparentes ». Les échos sonores et l’ellipse (« leur bec est une aiguille fine et leur langue un fil délié ») sont à la fois pleins de vivacité et de discrétion. Il faut concilier « jugement de l’oreille82 », « répétitions élégantes » (selon Bouhours) et grâce de l’ellipse, préservée par Condillac des exigences de la lisibilité grammaticale83.

  • 84 G.-L. Leclerc de Buffon, Discours sur le style, op. cit., p. 24.
  • 85 S. Schmitt, introduction de l’Histoire naturelle des oiseaux, op. cit., p. 19 ; voir le Discours su (...)
  • 86 G.-L. Leclerc de Buffon, Discours sur le style, op. cit., p. 19.

40Cette écriture si pleine d’agrément n’est donc pas un pur et simple exercice d’ornementation. Le théoricien du « style » de « l’homme même84 » comme dispositio unifiée, est, en sciences, celui du « moule intérieur ». « [A]lors qu’un moule au sens habituel donne une forme à la nature, mais en agissant seulement à sa surface, le “moule intérieur” agit dans tout le volume et façonne donc aussi bien l’anatomie interne que la morphologie externe du corps85. » L’animation naît du « plaisir86 » de l’ordre de ce « moule ».

  • 87 J.-P. Seguin, Diderot, le discours et les choses, Paris, Klincksieck, 1978, p. 275.
  • 88 A. Pellissier, op. cit., p. 182: « La périphrase ou circonlocution est la figure qui remplace le mo (...)
  • 89 J.-P. Seguin, La Langue française au xviiie siècle, op. cit., p. 148. Voir également L’Invention de (...)
  • 90 A. Filon, éd. en ligne citée plus haut.
  • 91 Cette tendance semble parallèle au traitement de faveur réservé au tour « apposition-substantif suj (...)
  • 92 Christine Noille-Clauzade a retracé l’évolution de chacune de ces formes dans « La Figure de la des (...)
  • 93 « Le ton du philosophe pourra devenir sublime toutes les fois qu’il parlera des lois de la nature, (...)

41Si nous regardons de plus près les deux premiers paragraphes du portrait de l’oiseau-mouche, régulièrement donnés en modèles aux élèves, un ensemble de traits semblent l’avoir destiné d’avance aux anthologies. D’un point de vue classique, le texte débute avec le paradoxe d’un « naturel » plus beau que l’art : « Les pierres et les métaux polis par notre art, ne sont pas comparables à ce bijou de la Nature ». L’ekphrasis, deux fois introduite par un présentatif relevant d’une écriture de l’évidence, est plus que jamais pertinente. « Voici » et « c’est » extracteur sont des « appui[s] linguistique[s] » qui « confine[nt] au geste87 » d’une conversation. Les superlatifs, fondés sur une comparaison scientifique, ne relèvent pas d’abord d’un art précieux de l’embellissement. Les périphrases88, plus ou moins métaphoriques (« ce bijou de la Nature », « ce petit favori »), la personnification progressive (de « ce bijou de la Nature » à « elle l’a fait… », en une sorte d’antanaclase), la synecdoque de « l’aile des zéphirs » relèvent d’une figuralité d’abord inégalement saillante, mais très dense ; l’ensemble vise à faire sens en plaisant. La syntaxe répond à un idéal de l’équilibre et de la variation adapté au vol de l’oiseau-mouche. L’énumération (« légèreté, rapidité, prestesse, grâce et riche parure ») transforme la liste en allègre amplification. L’art du style coupé a « peu à peu […] débarrass[é] […] la période de ses ligatures89 », et la fait reposer sur la force d’un sens unifié et délimité. Des insertions ménagent des effets de symétrie discrets. La préférence marquée pour une syntaxe combinant des structures couplées et des rythmes binaires est tempérée par ces insertions et ces détachements. Les fins de phrases sont « harmonieuses et variées90 », sans répétitions insistantes de sonorités (sauf pour « où sans cesse elles se renouvellent », qui fait entendre le renouvellement). La première phrase (« De tous les êtres animés, voici le plus élégant pour la forme, et le plus brillant pour les couleurs ») est à la fois propre à l’énoncé scientifique qui catégorise, et stylistiquement élégante par sa variation sur l’ordre des mots, grâce au détachement du complément du superlatif. En prolepse, il crée un élégant effet de suspension et correspond au goût pour l’inversion, dont le xixe siècle scolaire sera redevable à Buffon et aux naturalistes91. L’animation du portrait lui confère des caractères d’hypotypose : mais il ne s’agit guère d’une description passionnée92. Avec ce poème de la nature, on touche au « sublime93 » du délicat. L’ekphrasis animée échappe à sa vocation ostentatoire pour devenir une hypotypose moderne, profane, ingénieuse, et non plus pathétique.

42Avec Filon, on peut alors dire que le style de Buffon « ne renonce pas à plaire » :

Scrupuleux dans le choix des mots, il ne se contente pas toujours de l’expression propre : il n’admet, pour ainsi dire, que la fleur des mots en usage, et souvent il remplace un terme familier par une ingénieuse périphrase. Buffon est remarquable par l’élégance continue de son style. Dans le portrait […] de l’oiseau-mouche, il a rassemblé, avec une sorte de coquetterie ce qu’il y a de plus élégant dans notre langue.

  • 94 A. Didier, op. cit., p. 104.
  • 95 Ibid., p. 104: Didier cite la préface de Villemain au Dictionnaire de l’Académie française (6e éd., (...)
  • 96 D. Diderot, Le Neveu de Rameau [1805], Œuvres, II, L. Versini (éd.), Paris, Robert Laffont, coll. « (...)
  • 97 N. Vincent-Munnia, Aux origines du poème en prose français, Paris, Champion, 2003, p. 45. « Le pari (...)
  • 98 Illustration de la « coquetterie » soulignée par Filon : « Monsieur de Buffon, qui écrivait l’homme (...)
  • 99 Buffon, référence trop académique (« le style conventionnel de l’“école” littéraire de Buffon et de (...)
  • 100 Sur la suggestion de Jean-Louis Cabanès, lors de la journée d’étude en hommage à Anne-Simone Dufief (...)

43« Le canard » (autre « conquête de l’homme ») et même « le martin-pêcheur » sont moins élégants : la langue de Buffon modèle, avec « l’oiseau-mouche », un conscient chef-d’œuvre de style, appelé à devenir un emblème linguistique et esthétique. Quel contraste alors avec ces deux jugements de la fin du siècle : Achille Didier qui écrit « Tant de talent et d’éclat ne faisait que retarder et cacher la décadence. Les maîtres eux-mêmes y aidèrent sans le savoir ; Buffon, par son élégance trop solennelle, sa majesté que rien n’adoucit94 » : sans doute pensait-il au cheval, et non à l’oiseau-mouche. Et Gustave Lanson, si sensible à la picturalité de l’écriture, congédie Buffon de son anthologie : « Voici la noble prose de M. de Buffon, magnifique95 et froide […] largeur oratoire qui emplit l’oreille et achève d’agrandir, d’embellir les sujets. […] On se dispensera d’en donner des exemples. » Le « déclamateur ampoulé », « toujours guindé sur ses échasses », avait déjà fait les frais de la verve du neveu de Rameau96. Victime collatérale de la fin de l’empire rhétorique, Buffon n’a pas résisté à la poussée dix-neuviémiste de la « prose d’art » alors qu’il fut un modèle de prose poétique97. Le débat sur la prose en « manchettes98 », ou bien trop oratoire99 de Buffon a duré : si l’on regarde en aval, c’est aujourd’hui de la prose artiste qu’il serait aussi judicieusement rapproché100.

Notes

1 G.-L. Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, XXII. Les éditions consultées sont celle de 1770, mise en ligne par le CNRS (2007) à partir des exemplaires de Gallica (http://www.buffon.cnrs.fr/ice/ice_book_detail-fr-text-buffon-buffon_hn-16-1.html. Consulté le 01.08.2016), et celle des Œuvres de Buffon, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », S. Schmitt (éd.), 2007, p. 1143-1148. Je remercie Jean-François Bianco et Laëtitia Perret pour leur relecture de ce texte dédié à Anne-Simone Dufief.

2 Voir L. Perret-Truchot, « Buffon au miroir de l’enseignement, 1803-2000 », dans L’Héritage de Buffon, Éditions universitaires de Dijon, 2009, coll. « Histoire et philosophie des sciences », textes réunis par M.-O. Bernez. L’introduction de M. Delon aux Œuvres de Buffon (Gallimard, 2007) retrace l’histoire de la réception scientifique et esthétique de cette œuvre.

3 Cicéron, Orator, IX, 28, Paris, Les Belles Lettres, « Coll. des universités de France », 1964, p. 10.

4 B. Lamy, La Rhétorique ou l’art de parler [1675-1715], I, XVIII, Paris, Champion, Ch. Noille-Clauzade (éd.), 1998, « De la pureté du langage. En quoi elle consiste. Ce que c’est que l’élégance », p. 185-186. « Ce n’est pas que pour se servir de termes naturels et propres, il ne soit besoin de travail; mais il ne doit pas paraître. » (p. 186)

5 Voltaire, « Élégance » pour les « belles lettres », Encyclopédie, V [1755], p. 483, est cité dans Ch. Gidel, L’Art d’écrire enseigné par les grands maîtres, Paris, Ollendorff, 1879. Cette anthologie fut aussi pratiquée par Nietzsche qui cherchait en Voltaire un « maître d’élégance et de brièveté » (G. Métayer, Nietzsche et Voltaire : de la liberté d’esprit et de la civilisation, Paris, Flammarion, 2011, p. 32). Les manuels de d’A. Filon et de Gidel sont cités sur l’édition en ligne fournie par l’OBVIL, Bibliothèque du projet « L’écrivain, l’institution scolaire et la littérature », M. Jey (dir.), http://obvil.paris-sorbonne.fr/corpus/ecole/. Consulté le 01.08.2016.

6 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 87.

7 G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Livre de poche, 1992.

8 J. de La Bruyère, Caractères, « De la société et de la conversation », VII.

9 J.-B. Morvan de Bellegarde, Réflexions sur l’élégance et la politesse du style [1675], Genève, Slatkine reprints, 1971, p. 52. Pour une présentation de cet auteur, voir J. Hellegouarc’h, L’Art de la conversation. Anthologie, Paris, Dunod, Classiques Garnier, 1997, p. 196-197.

10 Sur l’« imaginaire » et la construction du « génie de la langue », voir G. Siouffi, Le Génie de la langue française. Études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’Âge classique, Paris, Champion, 2010 et H. Meschonnic, De la langue française. Essai sur une clarté obscure, Paris, Flammarion, coll. « Pluriel », 1997.

11 Sur la compétence des femmes, voir G. Siouffi, op. cit., p. 406 sq.

12 F. de Salignac de La Mothe-Fénelon, Dialogues sur l’éloquence en général et sur celle de la chaire en particulier, II, Œuvres, I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », J. Le Brun (éd.), 1983, p. 54. L’extrait figure également dans Gidel, op. cit. Voltaire écrit dans L’Encyclopédie: « La sévérité des anciens Romains donne à ce mot elegantia un sens odieux. Ils regardaient l’élégance en tout genre comme une afféterie, comme une politesse recherchée, indigne de la gravité des premiers temps: Vitii, non laudis fuit, dit Aulu-Gelle. Ils appelaient un homme élégant ce que nous appelons aujourd’hui petit-maître, bellus homuncio, et ce que les Anglais appellent un beau; mais vers le temps de Cicéron, quand les mœurs eurent reçu le dernier degré de politesse, elegans était toujours une louange. » D’où ce jugement de Montaigne, à l’autre pôle, qui oppose Sénèque à Cicéron, « […] retournant à la vertu parlière, je ne trouve pas grand choix, entre ne sçavoir dire que mal ou ne sçavoir rien que bien dire. Non est ornamentum virile concinnitas. » [« Ce n’est pas un élément viril que l’élégance » (Lettres à Lucilius, CXV, 14)] (M. de Montaigne, Essais, I, XXXIX, J. Balsamo, C. Magnien-Simonin et M. Magnien (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2007, p. 255).

13 Voir pour une synthèse l’article du Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, article « Élégance ».

14 Voltaire, op. cit. Ce passage est repris par Gidel dans son anthologie, et par Leclerc, sans être référencé.

15 Dans les dictionnaires d’Estienne, Nicot, Richelet, Furetière, de l’Académie, chez Féraud qui cite la distinction de Girard : les exemples concernent l’exercice de la parole. Voltaire remarque dans Le Temple du goût : « Cicéron se sert en cent endroits de ce mot pour exprimer un homme, un discours poli ; on a même alors un repas élégant, ce qui ne se dirait guère parmi nous. »

16 « Avons-nous des prédicateurs qui soient en état d’en faire autant ? Saint Jérôme a encore ses défauts pour le style ; mais ses expressions sont mâles et grandes. Il n’est pas régulier ; mais il est bien plus éloquent que la plupart des gens qui se piquent de l’être. Ce serait juger en petit grammairien, que de n’examiner les Pères que par la langue et le style (vous savez bien qu’il ne faut pas confondre l’éloquence avec l’élégance et la pureté de la diction). » (IIIe dialogue, éd. cit., p. 81). Au début du IIe dialogue, l’un des interlocuteurs récapitule : « Vous parliez de l’éloquence, qui consiste toute à émouvoir, d’abord au service de la vérité » (p. 31).

17 Abbé Girard, article « Élégance, éloquence », Synonymes françois, leurs différentes significations et le choix qu’il en faut faire pour parler avec justesse, Paris, Le Breton, 1769, t. I, p. 265-266. L’auteur emploie phrase dans un sens éclairci par J.-P. Seguin: « […] la frase, adoptée, familière, enrichie, ne correspond pas chez Girard à une unité linguistique, au sens moderne du mot. Trop liée à la parole, dépendant du critère intuitif de la production du sens, elle n’offre que l’apparence d’une relation hiérarchique entre les parties constitutives et la période, ce qui empêche l’avènement d’une vraie syntaxe fonctionnelle. Mais en même temps, le discours des Vrais principes insinue dans la conscience le sème de/complétude/ ». Il se situe « dans la vue empirique du passage, évident pour lui, de la pensée à la parole ». (L’Invention de la phrase au xviiie siècle. Contribution à l’histoire du sentiment linguistique français, Louvain, Peeters, 1993, p. 253).

18 Voltaire, op. cit., à propos de la statue de Jupiter Olympien de Phidias.

19 Cicéron, De Oratore, I, 21. Fénelon reprend ce passage dans son IIe dialogue sur l’éloquence.

20 J.-V. Leclerc, Nouvelle rhétorique, Paris, Delalain, 1823, p. 2. Cette distinction suit une première distinction entre éloquence et rhétorique.

21 Ibid., p. 221.

22 J.-F. Marmontel, Éléments de littérature [1787], S. Le Ménahèze (éd.), Paris, Desjonquères, 2005, p. 441.

23 Loc. cit.

24 Ibid., p. 442. Dans son acception linguistique, le « naturel » (imaginaire de la langue française) ne poserait pas ce problème; en revanche, ramené au tempérament personnel, il fait émerger la problématique de l’écriture singulière face au canon rhétorique.

25 Loc. cit.

26 Ibid., p. 442-443. Sur le style comme singularité d’un esprit, avant d’être singularité d’une écriture, voir Ch. Noille-Clauzade, « Styles ou style ? L’invention du singulier dans la réflexion rhétorique classique », Littérature, no 137, 2005, p. 55-68.

27 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., préface, n. p.

28 Ibid., p. 67 : « le dernier membre n’est point construit avec ce qui précède ; il le serait, si l’on ajoutait quelque verbe qui le liât au premier ».

29 Ces lignes de la préface sont commentées par G. Siouffi (op. cit., p. 327), comme manifestant à la fois l’extension de « génie » à « génie individuel », et « la supposition d’un caractère profondément “secret” du maniement de la langue ».

30 A. Pellissier, Principes de rhétorique française, Paris, Hachette, 1873, p. 281-282.

31 Ibid., p. 283 (« Ny la grâce plus belle encor que la beauté », Adonis, v. 78).

32 Voltaire, op. cit., p. 482. Ces distinctions rattachant l’élégance à un domaine plus immédiatement stylistique peuvent expliquer la rareté de l’emploi de cette catégorie dans les Portraits de femmes de Sainte-Beuve, où c’est la « délicatesse » qui est privilégiée.

33 V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, I. La manière et l’occasion, Paris, Éditions du Seuil, 1980, p. 12.

34 A. Didier, dans ses Principes de rhétorique et de littérature appliqués à l’étude du français, cite Rollin au sujet des trois « différents genres ou caractères d’éloquence » (Paris, F. Tandou et Cie, 1863, p. 94). Les citations ne sont pas intégrales.

35 Sur le « je ne sais quoi », voir G. Siouffi, op. cit., p. 160: « [l]e xviie siècle, face à la technicité nouvelle introduite dans le métalangage par les grammairiens, s’est ménagé un univers parallèle de description, fait quant à lui tout de mystère, de délicatesse, et de “je ne sais quoi”, de manière à protéger l’expérience du langage à l’œuvre dans la description des langues. »

36 B. Lamy, op. cit., p. 184.

37 Le Parfait Maître de langue française, Paris, Chez Blankenstein, Libraire, 1812, p. 97.

38 La métonymie se retrouve encore dans l’appréciation de la grammaire de Régnier-Desmarais par Jean-Pierre Seguin: « Le secret de la séduction que peut encore exercer sur nous le Traité de la Grammaire françoise est à la fois dans la fluidité d’une prose dont les élégances reposent le lecteur, qui souffre à lire par ailleurs des grammairiens hérissés, et dans cette parenté qu’il sent entre son auteur et une question qui est encore la sienne: nous sommes des êtres en société et nous produisons des phrases; comme cela “marche”-t-il? […] » (L’Invention de la phrase, op. cit., p. 75).

39 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 7.

40 L’« arrangement » est crucial pour la nouvelle sensibilité syntagmatique des contemporains : il semble manifester le « secret » du « génie de la langue » dans l’écriture, fonction d’une linéarité tout ensemble syntaxique, sémantique, et phonique (voir G. Siouffi, Le Génie de la langue française, op. cit., p. 264).

41 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 36.

42 Ibid., p. 48.

43 Quintilien, Institution oratoire, livre VIII (explicite sur le modèle du « tableau »). Je souhaite renvoyer aussi à une recherche en cours d’Emmanuelle Kaës sur l’épithète, « la couleur et le mordant ». Marmontel confère au coloris une action linguistique: « Il est rare que l’usage retranche d’une langue les termes qui réunissent l’harmonie, le coloris, et la clarté […] » (op. cit., p. 443). Voir G.-L. Leclerc de Buffon, Discours sur le style, éd. cit., p. 19: le « coloris » vient animer le sujet et lui donner de la grandeur.

44 « L’impression de rapidité qui peut s’éprouver à la lecture d’un texte provient du sentiment d’une parfaite coïncidence entre la production d’une pensée et son expression, avec l’idée que dans un tel discours, davantage qu’ailleurs, le langage n’est plus le truchement d’une pensée, le véhicule d’un raisonnement, mais qu’il est cette pensée même, ce raisonnement même. » (G. Dessons, La Voix juste. Essai sur le bref, Paris, Manucius, 2016, p. 79).

45 J.-P. Seguin, La Langue française au xviiie siècle, Paris-Bruxelles-Montréal, Bordas, 1972, p. 138-139.

46 Voir J. Lecointe, L’Idéal et la Différence, Genève, Droz, 1993, sur l’elegantia et son importance à la fois pour les modèles scolaires de latinité, la réflexion sur l’idiotisme, et la question du style « personnel » selon une « technique humaniste de la singularité indiscernable » (p. 604).

47 J. Déchelette, Traité d’élégance latine. Prose et vers, Lyon, Paris, Delagrave/Palud [1866], 1875, p. 3. Ce type de traités peut être utilisé pour la composition ; dans les exercices de traduction qui l’emportent à la fin du xixe siècle, l’« élégance » est la dernière étape de l’écriture du thème ou de la version, après le travail littéral (voir sur cette « élégance » D. Savatovsky, L’Invention du français. Pour une histoire des exercices dans l’enseignement classique au xixsiècle, thèse de Doctorat, université de Paris VIII, 1997, p. 471).

48 J. Déchelette, op. cit., p. 17.

49 Ibid., p. 74.

50 Loc. cit.

51 Ibid., p. 80.

52 Ibid., p. 81.

53 Ibid., p. 82.

54 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 9.

55 Ibid., p. 75.

56 Ibid., p. 71.

57 Ibid., p. 53. Pragmatiquement, la litote est de conversation, et bien plus proche de l’inventivité mondaine et de son ethos, tandis que l’euphémisme a trait aux conventions et au rapport avec le référent. Pour cette distinction conversationnel/conventionnel, « dialogisme interdiscursif »/« dialogisme interlocutif », voir A. Jaubert, « Dire et plus ou moins dire. Analyse pragmatique de l’euphémisme et de la litote », Langue française, 2008/4, no 160, p. 114. Toujours est-il que le recours quasi systématique aux négations (en latin recommandé) confère à la litote un statut plus conventionnel.

58 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 71.

59 J. Déchelette, op. cit., p. 58.

60 A. Filon, Éléments de rhétorique française, Hachette, 1854, « II. Genre tempéré. Du style élégant », http://obvil.paris-sorbonne.fr/corpus/ecole/filon_elements-de-rhetorique-francaise-ed6_1854/body-3?q=renonce#mark1. Consulté le 01.08.2016.

61 Voir G. Siouffi, op. cit., p. 317.

62 J.-B. Morvan de Bellegarde, op. cit., p. 40.

63 Loc. cit.

64 M. Bonhomme, Pragmatique des figures du discours, Champion, 2005, p. 33. La question de l’ingéniosité rencontre le problème fondamental de la licence, qui séduira l’usage même si la grammaire n’est pas satisfaite (voir G. Siouffi sur « l’idée de l’agrammaticalité élégante », op. cit., p. 433).

65 J. Déchelette, op. cit., p. 98.

66 A. Didier, op. cit., p. 113.

67 J. Déchelette, op. cit., p. 59. On reconnaît l’influence de Malherbe et Boileau, en faveur d’une élégance profondément linguistique.

68 J.-P. Seguin, op. cit., p. 137 et 144.

69 J. Déchelette, op. cit., p. 22.

70 G. Siouffi, op. cit., p. 94.

71 C. Chesneau du Marsais, Encyclopédie, t. IV, article « Construction », « C’est par ce motif, sans doute, que dans les écoles où l’on enseigne le latin, sur-tout selon la méthode de l’explication, les maîtres habiles commencent par arranger les mots selon l’ordre dont nous parlons, & c’est ce qu’on appelle faire la construction ; après quoi on accoûtume les jeunes gens à l’élégance, par de fréquentes lectures du texte dont ils entendent alors le sens, bien mieux & avec plus de fruit que si l’on avoit commencé par le texte sans le réduire à la construction simple. »

72 F. Nédellec, introduction à l’Histoire naturelle des oiseaux, avec les gravures de Martinet, Paris, Citadelles et Mazenod, 2007.

73 G.-L. Leclerc de Buffon, « Plan de l’ouvrage », Histoire naturelle des oiseaux, ibid., p. 27.

74 Il s’intéresse alors davantage aux minéraux (ibid., introduction, p. 28-30). Le premier état du portrait de l’oiseau-mouche, par l’abbé Bexon, qui « s’efforçai[t] d’imiter l’écriture du maître », est retranscrit et commenté par S. Schmitt (introduction aux Œuvres de Buffon, op. cit., p. LII-LIII).

75 J.-P. Seguin, La Langue française du xviiie siècle, op. cit., p. 207 sur la différence entre la terminologie de Buffon et celle de Linné.

76 Dans le français de conversation, selon Saint-Preux, « la précision mène à l’élégance » (J.-J Rousseau, La Nouvelle Héloïse, L, XIV).

77 « Ce que Dumarsais tente de construire au plan de la langue, à savoir ce rapport de l’idée et du mot absent, les écrivains ont montré que la littérature pouvait le tenir, au sens où la catachrèse, en tant que point de vue sur le langage, apparaît comme le lieu de la poétique même, la réalisation du poème impliquant que ces manières singulières deviennent des nécessités en langue. Simplement, ce rapport à quelque chose d’absent que la poésie viendrait combler n’est pas tenu dans le sens de la temporalité imaginée propre à la conception historiciste de la langue, mais dans celui d’une temporalité “à rebours” au sens où c’est seulement après coup qu’on se rend compte que le mot, l’expression, le discours manquaient. » (G. Dessons, « L’usage de la vie », préface au traité Des Tropes, C. Chesneau du Marsais [1730], rééd. Paris, Manucius, 2011, p. 14).

78 G.-L. Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, op. cit., fin du texte d’introduction de Buffon sur l’oiseau-mouche.

79 Voir G. Siouffi, op. cit., p. 311.

80 « La manière de les abattre est de les tirer avec du sable ou à la sarbacane ; ils sont si peu défians qu’ils se laissent approcher jusqu’à cinq ou six pas. On peut encore les prendre en se plaçant dans un buisson fleuri, une verge enduite d’une gomme gluante à la main; on en touche aisément le petit oiseau lorsqu’il bourdonne devant une fleur ; il meurt aussitôt qu’il est pris, et sert après sa mort à parer les jeunes Indiennes qui portent en pendans d’oreilles deux de ces charmans oiseaux. » (Buffon, Œuvres, éd. cit., p. 1145).

81 Le TLFI fournit cette première attestation: « 1632 (Sagard, Le Grand voyage, p. 296-297 d’apr. Arv., p. 368 : je commenceray par l’Oyseau le plus beau, le plus rare et le plus petit qui soit, peut-estre, au monde qui est le Vicilin, ou Oyseau-mousche). » L’emploi de mouche peut aussi faire signe vers la langue commune, Féraud dans son Dictionnaire critique de la langue française (1768) en relève l’emploi dans des expressions « du style familier »).

82 Sur le « jugement de l’oreille », voir G. Siouffi, op. cit., p. 375 sq. et G.-L. Leclerc de Buffon, Discours sur le style [1753], Paris, Lecoffre, 1872, A. Hatzfeld (éd.), p. 22 : « les idées seules forment le fond du style, l’harmonie des paroles n’en est que l’accessoire, et ne dépend que de la sensibilité des organes. Il suffit d’avoir un peu d’oreille, pour éviter les dissonances des mots ; et de l’avoir exercée, perfectionnée par la lecture des Poètes et des Orateurs, pour que mécaniquement on soit porté à l’imitation de la cadence poétique et des tours oratoires […] ».

83 Sur les « répétitions élégantes » de Bouhours, voir G. Siouffi, Le Génie de la langue française, op. cit., p. 83 et 100, en particulier en faveur du coloris), et l’ellipse vue par Condillac stylisticien et Condillac grammairien, ibid., p. 86-87. L’ellipse est de ce point de vue contemporain « l’un des défauts majeurs de la réalisation du sens par la syntaxe, et en même temps, l’un des principaux ressorts de la capacité expressive de cette syntaxe. » (ibid., p. 89).

84 G.-L. Leclerc de Buffon, Discours sur le style, op. cit., p. 24.

85 S. Schmitt, introduction de l’Histoire naturelle des oiseaux, op. cit., p. 19 ; voir le Discours sur le style sur les « ouvrages de la nature », op. cit., p. 22.

86 G.-L. Leclerc de Buffon, Discours sur le style, op. cit., p. 19.

87 J.-P. Seguin, Diderot, le discours et les choses, Paris, Klincksieck, 1978, p. 275.

88 A. Pellissier, op. cit., p. 182: « La périphrase ou circonlocution est la figure qui remplace le mot propre par plusieurs autres mots. Elle allonge le discours, mais dans le but de produire plus d’effet./Tantôt la périphrase est un simple moyen d’éviter la répétition monotone du mot propre./Ainsi Buffon, dans son portrait de l’oiseau-mouche, l’appelle successivement le favori de la nature, ce petit oiseau, cette petite merveille. »

89 J.-P. Seguin, La Langue française au xviiie siècle, op. cit., p. 148. Voir également L’Invention de la phrase au xviiie siècle, op. cit., p. 29.

90 A. Filon, éd. en ligne citée plus haut.

91 Cette tendance semble parallèle au traitement de faveur réservé au tour « apposition-substantif sujet » à partir de « Buffon, et des naturalistes sensibles à l’élégance de ce nouveau tour », l’ordre s’en répand au xixe siècle: « Il est un genre d’inversion pour lequel les prosateurs de notre siècle ont une prédilection singulière, c’est l’inversion qui consiste à faire précéder le sujet de circonstances qui l’accompagnent et le suivent, de manière à tenir suspendue la curiosité du lecteur, qu’on occupe ainsi du sujet avant de l’avoir nommé. » (P.-A. Sayous, Conseils à une mère pour l’éducation littéraire de ses enfants, Paris, Hetzel, 1863, cité par A. Chervel, La Culture scolaire. Une approche historique, Belin, 1998, p. 88).

92 Christine Noille-Clauzade a retracé l’évolution de chacune de ces formes dans « La Figure de la description dans la théorie rhétorique classique », Pratiques, no 109-110, juin 2001, p. 5-14. Michel Delon souligne l’apport de Buffon au sublime en commentant l’élan lyrique de la description du désert, milieu du chameau et du dromadaire, et son influence sur les tableaux de Chateaubriand (Introduction aux Œuvres de Chateaubriand, Gallimard, éd. cit., p. XII). C’est le caractère précieux du passage que l’on retrouve dans le poème de Léon Gozlan, « L’oiseau-mouche », ou dans « Le Colibri » de Vigny, tandis que dans la description naturaliste de Michelet, l’animation l’emporte (sans pathos). Ces trois textes font partie des Morceaux choisis de Ducros, destinés au cours supérieur (Paris, F.-E. André-Guédon, 1894, 15e édition, p. 139-140) où ils sont mis en correspondance avec le passage de Buffon.

93 « Le ton du philosophe pourra devenir sublime toutes les fois qu’il parlera des lois de la nature, des êtres en général, de l’espace, de la matière, du mouvement et du temps, de l’âme, de l’esprit humain, des sentimens, des passions; dans le reste, il suffira qu’il soit noble et élevé; mais le ton de l’orateur ou du poète, dès que le sujet est grand, doit toujours être sublime, parce qu’il est le maître de joindre à la grandeur des sujets, autant de couleur, autant de mouvement, autant d’illusion qu’il lui plaît; et que, devant toujours peindre et toujours agrandir les objets, il doit aussi par-tout employer toute la force et déployer toute l’étendue de son génie. » (G.-L. Leclerc de Buffon, Discours sur le style, op. cit., p. 23). Dans son commentaire, Adolphe Hatzfeld y lit un aveu de la vision des arts de la fiction, qui « exagère », par Buffon (ibid., p. IX et p. 24).

94 A. Didier, op. cit., p. 104.

95 Ibid., p. 104: Didier cite la préface de Villemain au Dictionnaire de l’Académie française (6e éd., 1835), sur la « magnificence » de la prose de Buffon, « éloquence sans passion ».

96 D. Diderot, Le Neveu de Rameau [1805], Œuvres, II, L. Versini (éd.), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994, p. 647.

97 N. Vincent-Munnia, Aux origines du poème en prose français, Paris, Champion, 2003, p. 45. « Le pari difficile tenté par Buffon est de succéder à Fénelon dans l’illustration de la prose poétique. » (M. Delon, Introduction aux Œuvres de Buffon, op. cit., p. XXVII).

98 Illustration de la « coquetterie » soulignée par Filon : « Monsieur de Buffon, qui écrivait l’homme naturel en manchettes de dentelles » (Th. Gautier, recension de L’Esprit des bêtes d’A. Toussenel, La Presse, 23 avril 1853, repris par Flaubert dans le Dictionnaire des idées reçues, voir M. Delon (Introduction aux Œuvres de Buffon, op. cit., p. XXXIV).

99 Buffon, référence trop académique (« le style conventionnel de l’“école” littéraire de Buffon et de sa disciple Mme Necker », H. Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, PUF, 1961, p. 324).

100 Sur la suggestion de Jean-Louis Cabanès, lors de la journée d’étude en hommage à Anne-Simone Dufief, le 14 janvier 2016, à l’université d’Angers.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr