Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Les élégances de la table dans le roman réaliste-naturaliste

Joëlle Bonnin-Ponnier

Texte intégral

  • 1 H. de Balzac, La Comédie humaine, Études de mœurs, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Plé (...)
  • 2 J. Bonnin-Ponnier, Les Goncourt à table, Paris, L’Harmattan, 2010 ; « La table dans les romans des (...)

1Si l’on en croit l’historien des mœurs que Balzac voulait être, « le luxe de table [...] sous la Restauration fut poussé, comme chacun le sait, au plus haut degré1 ». Cette remarque, extraite du Père Goriot, nous invite à parcourir les romans réalistes et naturalistes comme un témoignage de première main sur les habitudes de table élégantes de la société du xixe siècle. Sans doute conviendrait-il de s’appuyer sur les innombrables traités de savoir-vivre pour en dégager les traits marquants (traités qui trouvent leur point d’aboutissement à la fin du siècle avec les ouvrages de la célèbre Baronne Staffe). Mais, puisqu’il s’agit d’abord de littérature, on préfèrera privilégier l’étude des œuvres dont l’intérêt documentaire est indéniable. Les romanciers (Flaubert et Zola au premier chef) ne sont pas avares de descriptions, ce qui permet, par-delà les variations dues aux différents milieux, de découvrir, dans le cadre, le couvert, les mets, le protocole, les caractéristiques d’une forme de raffinement codifiée et donc relativement stable sur un siècle. L’élégance ressort aussi, a contrario, des tableaux sordides ou simplement triviaux dont le Naturalisme n’est pas avare. Nous avons laissé de côté volontairement le Journal et les romans des Goncourt, ayant déjà traité ailleurs cet aspect non négligeable de leur œuvre2.

2On ne s’étonnera pas de trouver le modèle de toutes les élégances de la table dans le dîner de cour, hérité des fastes de l’Ancien Régime et de l’Empire. Bien que, on le sait, Zola n’ait jamais été l’hôte d’une des « séries » inaugurées par le couple impérial et qu’il se soit enquis auprès de Flaubert du déroulement des festivités, la réception au palais de Compiègne, dans Son Excellence Eugène Rougon, demeure une description exemplaire. Les romans font, dans l’ensemble, plutôt état de réceptions privées dans les milieux les plus divers. L’aristocratie parisienne du faubourg Saint-Germain est représentée lors du dîner d’Illusions perdues mais la noblesse en province n’est pas en reste : l’éclat du célébrissime épisode du bal à la Vaubyessard (Madame Bovary) ne doit pas faire oublier que la danse est précédée par un dîner de gala. Le raffinement est également présent chez les grands bourgeois (notamment chez les Dambreuse, dans L’Éducation sentimentale), et même chez les parvenus du Second Empire qui, jouissant de considérables moyens, s’approprient facilement les usages du beau monde (dîner et souper de La Curée). Les milieux artistes aisés ne sont pas en reste dès l’instant qu’ils sont plus ou moins embourgeoisés : outre un dîner chez l’éditeur Arnoux (L’Éducation sentimentale), ou chez le journaliste Forestier (Bel-Ami), on remarquera les progrès des raffinements de la table chez l’écrivain Sandoz (L’œuvre), d’autant plus notables qu’on peut les comparer aux repas sans prétentions de sa jeunesse impécunieuse ou même de ses débuts littéraires. Le luxe est présent, on s’en doute, chez les courtisanes de haut vol, richement entretenues et/ou prodigues (souper chez Florine et chez Coralie – Illusions perdues – et, à un degré moindre, chez Rosanette – L’Éducation sentimentale – voire chez Nana). L’élégance des tables privées se retrouve (avec des nuances qu’on appréciera plus loin) dans les cabinets particuliers des grands restaurants : Frédéric Moreau est invité à la Maison d’Or pour un dîner de garçons, Georges Duroy (Bel-Ami) au Café Riche pour une petite partie à quatre, tandis que Renée et Maxime (La Curée) y soupent. Autre sortie entre hommes, le festin donné par Bachelard, dans Pot-Bouille, au Café Anglais.

  • 3 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, dans Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pl (...)

3Dans tous ces exemples, les recherches sont inhérentes au caractère « mondain » des dîners (ou soupers). À ces derniers il faut ajouter les thés, et leur mise en scène particulière (Une page d’amour, Fort comme la mort) et même le goûter d’enfants qui, dans la bourgeoisie, est une reproduction à peine parodique des festivités des adultes (Une page d’amour). Mais l’élégance est également présente dans des moments plus intimes, au quotidien, dans les hautes sphères (dans Le Père Goriot, le vicomte de Beauséant est un gourmet dont la table se pare de toutes les séductions, même en tout petit comité, et, dans L’Éducation sentimentale, les Dambreuse dînent en famille entourés d’un « bien-être luxueux3 ») ou même chez les courtisanes à l’intérieur bien pourvu (voir le dîner improvisé de Lucien chez Coralie). Quand on descend dans l’échelle sociale, l’élégance (ou ce qui se veut telle, comme on le verra) est plus exceptionnelle, généralement associée à une circonstance festive particulière. Chaque fois les recherches de raffinement marquent un changement ou une volonté de changement de statut social et/ou de fortune ; par exemple, la célébration d’un héritage : Frédéric Moreau invite ses amis dans le petit hôtel récemment acquis, les Roland, la famille de Pierre et Jean, donnent à dîner de retour de chez le notaire, de même qu’un thé est servi dans le nouvel appartement de Jean, marquant son entrée dans une carrière prometteuse. Dans La Fortune des Rougon, les personnages éponymes célèbrent le début de leur ascension politique en se mettant en frais pour un grand nombre de convives (leurs partisans). Sans doute plus semblable aux habitudes d’un artiste arrivé, la présentation du premier repas pris avec ses filles par le tout récemment divorcé Régis de Fagan (Rose et Ninette) est, néanmoins, particulièrement soignée. Plus modeste encore, mais moins exceptionnel (il s’agit, à l’occasion d’une promotion, d’inviter un supérieur hiérarchique), le dîner de L’Héritage (Maupassant, Contes et Nouvelles), médité avec soin. On trouvera encore quelques traces d’élégance (ou du moins la volonté d’en faire preuve) au quotidien à la table des Bovary et, dans de grandes occasions, en milieu ouvrier, comme la fête de Gervaise, dans L’Assommoir, correspondant à un moment où l’héroïne s’embourgeoise quelque peu ; ou paysan, comme la noce d’Emma et de Charles dans Madame Bovary. Cette dernière se distingue des fêtes où nul souci d’élégance ne figure : c’est le cas de toutes les noces paysannes décrites par Maupassant (La Ficelle, Le Père Amable, Farce normande) ou par Zola (La Terre) tranchant sur l’ordinaire de la vie uniquement par une abondance de fortes nourritures. Autres milieux écartés par nécessité et par habitude de cette aspiration à la délicatesse qui semblait se répandre dans tout le corps social, les tout petits bourgeois (quotidiennement dans La Parure, et même les jours de fête dans Les Dimanches d’un bourgeois de Paris) et, évidemment, les prolétaires de Germinal qui célèbrent la Ducasse uniquement en corsant quelque peu l’ordinaire.

  • 4 H. de Balzac, Illusions perdues, dans La Comédie humaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de (...)
  • 5 É. Zola, Son Excellence Eugène Rougon, dans Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, coll. « Biblioth (...)
  • 6 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 484.
  • 7 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 259.

4L’élégance est d’abord sensible dans le cadre : la salle à manger, écrin d’une belle table, au minimum est confortable et, au mieux, somptueusement décorée. Balzac s’en tient parfois à des formules générales mais très évocatrices : « Vers huit heures, au feu des lustres allumés, les meubles, les tentures, les fleurs [...] prirent cet air de fête qui prête au luxe parisien l’apparence d’un rêve4. » De même, quand il s’agit du dîner impérial, Zola évoque « un milieu de luxe, de lumière, de tiédeur5 ». Cela dit, il y a plusieurs sortes d’élégance. Balzac distingue le luxe aristocratique de celui du demi-monde. L’élégance est inséparable d’une certaine majesté de proportions dans le faubourg Saint-Germain (hauteur des plafonds, « ampleur des décorations », « richesse sérieuse des accessoires6 »), que l’on peut retrouver chez de grands bourgeois : Frédéric Moreau est sensible, chez les Dambreuse, à « la hauteur de la salle7 ».

  • 8 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 394.
  • 9 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 168.
  • 10 É. Zola, La Curée, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. I, 1960, p. 338.
  • 11 Loc. cit.
  • 12 H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973, p. 26 (...)
  • 13 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 338-339.

5La décoration proprement dite oscille entre deux tendances : un dépouillement (relatif) et la surcharge (surtout dans la deuxième moitié du siècle). Chez Florine la comédienne, la salle à manger « artistement décorée » est « tapissée de drap vert garni de clous à têtes dorées, [...] meublée de jardinières pleines de fleurs8 » ; chez Frédéric Moreau on entre dans une « salle à manger avec sa haute plinthe en chêne relevé d’or et ses deux dressoirs chargés de vaisselle9 » ; dans l’hôtel du parc de Monceau, au demeurant exemplaire des outrances Second Empire, la salle à manger comporte « des boiseries de poirier noirci et vernis [qui] mont[ent] à hauteur d’homme, ornées de minces filets d’or10 ». Les panneaux sont « simplement tendus de velours gros vert », contribuant à donner à la pièce « un caractère sobre et grave », mais « calculé pour concentrer sur la table toutes les splendeurs de la lumière11 ». Plus recherchée, la salle à manger de l’hôtel que Nucingen offre à Esther comporte des panneaux « où de simples filets d’or attir[ent] sobrement la lumière12 » mais qui sont ornés, néanmoins, de peintures voluptueuses (alors que, chez Saccard, le précédent propriétaire n’est pas allé jusqu’à accrocher des natures mortes, d’où le vide des murs13). Balzac feint d’abréger la description mais, en fait, s’attarde complaisamment sur les somptuosités des rideaux et des tapis.

  • 14 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 78, p. 154 ; É. Zola, Nana, dans Les Rougon-Mac (...)
  • 15 É. Zola, Germinal, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. III, 1964, p. 1306.
  • 16 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 78, p. 154 ; É. Zola, Nana, op. cit., p. 1348 ; (...)
  • 17 G. de Maupassant, L’Héritage, dans Contes et nouvelles, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de l (...)

6Beaucoup plus chargées, sans rechercher l’effet consistant à tout concentrer sur la table elle-même, les salles à manger, dans des milieux divers, sont influencées par le style « troubadour », en fait très souvent éclectique. Une profusion d’objets envahit alors les murs : chez les Arnoux, la salle, « telle qu’un parloir moyen âge, [est] tendue de cuir battu ; une étagère hollandaise se dress[e] devant un ratelier de chibouques » ; chez Rosanette, les murailles disparaiss[ent] sous de vieilles faïences accrochées » ; chez Nana, la salle à manger est « très haute, garnie de gobelins, avec une crédence monumentale, égayée de vieilles faïences et de merveilleuses pièces d’argenterie ancienne14 ». On sait que, dans Germinal, Mme Hennebeau, l’épouse du directeur des mines, emplit le logement de fonction de « tout un luxe d’art » surprenant en province : la salle à manger est ainsi « tendue de tapisseries flamandes, meublées de vieux bahuts de chêne. Des pièces d’argenterie [y] luis[ent] derrière les vitraux des crédences15 ». Cet intérieur bourgeois ressemble alors à celui de l’écrivain Sandoz (alias Zola) : « les murs couverts de vieilles faïences, avaient des tons amusants d’imagerie d’Épinal. Deux dressoirs, l’un de verrerie, l’autre d’argenterie, étincelaient comme des vitrines de joyaux16 ». Combler le vide des murs participe du désir de rendre la salle à manger la plus confortable possible : c’est la condition nécessaire, sinon suffisante, des réussites de table. Un élément indispensable du bien-être et du bon ton est l’éclairage, dispensé sans parcimonie, a giorno le soir (par un lustre de quarante bougies chez Rosanette et, à l’autre bout de la société, chez des petits bourgeois, par « la lumière vive de la lampe coiffée d’un abat-jour vert17 », moins distinguée mais visant au même effet) ou tamisé de jour (par des stores de soie blanche chez les Dambreuse), ainsi que la température (d’où la présence de poêles comme à la Vaubyessard ou de fontaines rafraîchissantes).

  • 18 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 250.
  • 19 G. de Maupassant, Bel-Ami, dans Romans, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 198 (...)
  • 20 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 448.
  • 21 A. Daudet, L’Immortel, dans Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, (...)
  • 22 A. Daudet, Le Nabab, dans Œuvres, op. cit., t. II, 1990, p. 500.
  • 23 Loc. cit.
  • 24 G. de Maupassant, Pierre et Jean, dans Romans, op. cit., p. 798. Il est piquant de constater que Ma (...)
  • 25 É. Zola, Nana, op. cit., p. 1171.
  • 26 Loc. cit.
  • 27 É. Zola, La Fortune des Rougon, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. I, p. 302.

7Les recherches en matière de mobilier et de bibelots se retrouvent dans les prétentions décoratives des grands restaurants. Prétentions plutôt que réussites, car le restaurant incarne une forme de luxe dégradé par rapport à la sphère privée. Ainsi, lorsque Cisy invite Frédéric à la Maison d’Or, évidemment dans un salon particulier, « un lustre et des girandoles illumin[ent] l’appartement, tendu de damas rouge », mais la salle, « éclairée magnifiquement », est « trop spacieuse pour le nombre de convives », le choix de l’amphitryon étant dicté par la vanité plus que par le bon goût18. Encore du rouge sur les murs du cabinet particulier du Café Riche, de « hauts candélabres », mais aussi un « canapé très bas, rouge comme les tentures », aux « ressorts fatigués19 ». Dans le même établissement prestigieux, un autre salon, « une pièce carrée, blanche et or, meublée avec des coquetteries de boudoir » ne peut néanmoins faire oublier son usage érotique avec son « large divan, un véritable lit » et sa glace éraillée par les inscriptions stupides ou graveleuses des clientes ordinaires20. En outre, dans tous les milieux, on retrouve des erreurs ou des manques qui illustrent a contrario les critères de l’élégance. Une grande dame, la duchesse Padovani, donne un dîner de gala dans son hôtel particulier, « majestueux, de ce majestueux qui s’obtient surtout avec de l’espace dans le décor, des hauteurs de plafond, des sièges très écartés21 ». Elle passe donc à côté de la véritable élégance qui doit conjuguer apparat et bien-être. Il ne suffit donc pas de posséder les codes du bon ton pour atteindre un raffinement idéal, mais l’argent n’achète pas tout non plus : un parvenu comme le Nabab d’Alphonse Daudet a bien « une salle à manger en chêne sculptée » mais elle a été fournie la veille par « quelque grand tapissier » qui a ajouté du même coup « les objets d’art, les lustres, jusqu’à la vaisselle plate étalée sur les dressoirs22 ». Rien ne manque à ce décor, rien, si ce n’est la patine du temps, la touche personnelle du maître des lieux. Et le narrateur de conclure : « c’était bien l’intérieur improvisé, dès la descente du chemin de fer, par un gigantesque parvenu pressé de jouir23 ». Parvenus aussi, en un sens, Jean et sa mère veulent aussi se conformer aux modes en décorant la salle à manger du futur avocat en « lanterne japonaise » ; mais la pièce a « l’aspect prétentieux et maniéré que donnent les mains inhabiles et les yeux ignorants aux choses qui exigent le plus de tact, de goût et d’éducation artiste24 ». Les fausses salles à manger ne peuvent pas non plus prétendre à l’élégance : Nana, à ses débuts, dans un appartement trop petit, fait dresser la table d’un grand souper dans le salon, « une vaste pièce, vide de meubles » qui sent « une crémaillère pendue trop vite, au milieu d’une fortune subite, et lorsque rien n’[est] encore en place25 ». Et d’ailleurs, détail significatif, « un lustre manqu[e]26 ». Chez les Rougon, au soir de la victoire, « la table, pour plus de solennité, [est] dressée dans le salon27 ». Enfin Gervaise, pour son dîner de fête, la dresse dans sa boutique, sans y apporter de modifications particulières.

  • 28 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 472.
  • 29 É. Zola, Son Excellence Eugène Rougon, op. cit., p. 160.
  • 30 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 250.
  • 31 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 338.
  • 32 É. Zola É., L’Œuvre, op. cit., p. 327.
  • 33 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 188.
  • 34 H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, op. cit., p. 261.
  • 35 G. Flaubert, Madame Bovary, dans Œuvres, op. cit., t. 1, 1951, p. 81 ; É. Zola, Son Excellence Eugè (...)
  • 36 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.
  • 37 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 168, p. 78 ; G. de Maupassant, Bel-Ami, op. cit (...)
  • 38 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 338-339.
  • 39 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 372.
  • 40 É. Zola, L’Œuvre, op. cit., p. 327.

8Si un beau cadre est nécessaire, il s’efface généralement au profit de la table elle-même où se concentrent toutes les élégances du couvert. En fait, par-delà les différences dues aux rituels de table (dîner de cours, dîners privés mondains, dîners ou déjeuners intimes, thés, etc.) et aux milieux sociaux, un modèle unique s’impose, interprété avec plus ou moins de faste plutôt, d’ailleurs, que de fantaisie. Il s’agit toujours de capter dès l’entrée les regards des futurs convives, de les éblouir par une mise en espace des objets obéissant à un double principe de profusion et d’harmonie (ce que Balzac appelle le « coup de théâtre de la salle à manger28 »). Le couvert impérial, très minutieusement décrit par Zola dans Son Excellence Eugène Rougon, en est la quintessence – un surtout : de la vaisselle plate, des cristaux, des réchauds alternant avec des corbeilles de fruits et de fleurs créent « une splendeur dont la clarté flottante empli[t] l’immense pièce29 ». À Compiègne, il semble que le service à la russe ait supplanté le service à la française où les mets exposés sur la table participent à l’effet décoratif. Inversement, Cisy, dans L’Éducation sentimentale, adopte, pour traiter ses convives, « la vieille mode française » qui entoure le « surtout de vermeil, chargé de fleurs et de fruits », des plats du premier service30 ». Mais l’essentiel demeure l’éclat de la lumière, le jeu des reflets. Zola en détaille les moindres nuances, en s’attardant sur la magnifique table de Saccard qui n’a pratiquement rien à envier aux fastes de la cour. Une métaphore religieuse en résume l’effet : la table est « comme un autel, une chapelle ardente31 ». On retrouve d’ailleurs cette métaphore à propos de la table du dîner de Sandoz, plus modeste certes, mais tout aussi bien ordonnancée : « la table [...] brasillait au milieu, en chapelle ardente32 ». Avec plus d’ironie, Flaubert assimile, non une table mais un buffet de souper à « un maître-autel de cathédrale ou à une exposition d’orfèvrerie33 ». Pour créer cet effet, l’argenterie (souvent sculptée, par exemple chez le vicomte de Beauséant) est indispensable. Nucingen offre à Esther un service de vermeil, mais, par un raffinement supplémentaire, « pour ne pas paraître écraser la table de valeurs d’or et d’argent » a « joint [...] une porcelaine de la plus charmante fragilité, genre Saxe, et qui coût[e] plus qu’un service d’argenterie34 ». La finesse des verres permet aussi de beaux jeux de lumière : à la Vaubyessard, « les cristaux à facettes, couverts d’une buée mate, se renvo[ient] des rayons pâles35 » tandis qu’à Compiègne « les cristaux ruissel[lent] de gouttes de flamme ». Chez Saccard, « tout le cristal du service [est] mince et léger comme de la mousseline, sans une ciselure et si transparent qu’il ne jet[te] aucune ombre36 ». Si Frédéric adopte d’emblée l’usage des « verres-mousseline » au « ton laiteux », il a connu plus d’exotisme chez les Arnoux dont la table se pare de « verres de bohème diversement colorés » ; encore de la couleur chez les Forestier qui ont fait dresser « quatre [verres] dont un légèrement teinté de bleu37 ». Un mot du linge de table qui est, bien évidemment, d’une blancheur irréprochable et damassé. Par contraste, les fleurs, souvent mêlées aux fruits, s’imposent au centre et aux deux bouts des tables. Les plus spectaculaires se trouvent dans La Curée, elles couronnent le surtout : « au-dessus du groupe, sortant d’un large cornet, un énorme bouquet de fleurs naturelles retombait en grappe. Aux deux bouts, des vases contenaient également des gerbes de fleurs38 ». Plus discrètement, chez les Dambreuse (le premier rôle étant réservée aux fruits) « une touffe de fleurs, par intervalles, se mêl[e] aux claires argenteries39 ». Et c’est « autour du bouquet central, une corbeille de roses pourpres », que s’organise « la belle ordonnance du couvert » chez les Sandoz40.

  • 41 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 219, p. 401.
  • 42 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 414.
  • 43 A. Daudet, Rose et Ninette, Paris, Flammarion, sans date, p. 10.
  • 44 É. Zola, La Conquête de Plassans, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. I, p. 905.
  • 45 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 73.
  • 46 J.-K. Huysmans, En ménage, Paris, 10-18, « Fins de Siècles », 1987, p. 345.

9Ces recherches ne sont pas cantonnées aux grands dîners, on en retrouve un écho dans la sphère intime. Rien d’étonnant si de grands bourgeois comme les Dambreuse (sans parler des aristocratiques Beauséant) déjeunent avec autant d’apparat qu’en société : « le poli des réchauds, la disposition des hors-d’œuvre, et jusqu’aux plis raides des serviettes, tout ce bien-être luxueux » charme Frédéric, tandis que son tête-à-tête avec Madame Dambreuse est « une chose exquise. Elle souri[t] en face de lui, de l’autre côté de la table, par-dessus des fleurs dans une corbeille, à la lumière de la lampe suspendue41 […] ». Lucien de Rubempré dîne en attendant Coralie de façon improvisée, sur « un magnifique guéridon », « dans une argenterie sculptée, dans des assiettes peintes à un louis la pièce42 ». L’écrivain Régis de Fagan, met un bouquet à la place de chacune de ses filles pour lesquelles il a prévu un « couvert coquet, friand43 ». Plus modeste encore, la table des Mouret, est à l’image de leur bonheur domestique : « Le soleil couchant, qui entrait par la fenêtre, rendait toutes gaies les assiettes de porcelaine, les timbales des enfants, la nappe blanche44. » Emma Bovary a des talents de maîtresse de maison : « Quand ils avaient, le dimanche, quelque voisin à dîner, elle trouvait le moyen d’offrir un plat coquet, s’entendait à poser sur des feuilles de vigne les pyramides de reines-claudes, servait renversés les pots de confitures dans une assiette, et même elle parlait d’acheter des rince-bouche pour le dessert45. » Si Flaubert conclut avec quelque ironie : « Il rejaillissait de tout cela beaucoup de considération sur Bovary », c’est que, comme tous les romanciers, il a parfaitement assimilé les règles de la vraie élégance à l’aune desquelles il juge ses personnages. Il revient à un porte-parole d’un autre romancier, Huysmans, l’écrivain André, d’admirer, d’autant plus qu’il s’en étonne, la table de son ami le peintre Cyprien qui s’est mis en ménage. Il est « ravi par l’ordonnance de la table qu’il s’attendait à voir négligée et sale46 ». Or il n’en est rien, sur la nappe immaculée, couteaux, vaisselle, vraisemblablement de faïence, verres et carafes offrent toute une gamme de reflets complaisamment détaillés (avec un effet « nature-morte » peut-être légèrement parodique).

  • 47 J.-K. Huysmans, Sac au dos, Les soirées de Médan, Paris, Grasset, 1996, p. 112.
  • 48 G. de Maupassant, Bel-Ami, op. cit., p. 255.
  • 49 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 452.
  • 50 É. Zola, Nana, op. cit., p. 1171.
  • 51 G. de Maupassant, Pierre et Jean, op. cit., p. 733 ; É. Zola, Pot-Bouille, dans Les Rougon-Macquart(...)
  • 52 Ibid., p. 751.
  • 53 É. Zola, La Fortune des Rougon, op. cit., p. 302.
  • 54 É. Zola, L’Assommoir, op. cit., p. 569. Voir aussi G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., (...)

10Les restaurants suivent les règles du bon goût : au « plus bel hôtel de la ville », des soldats en goguette ont sous leurs yeux « de magnifiques bouquets », un couvert étincelant sur une « nappe damassée47 ». Au café Riche, dans le petit cabinet particulier, la table est couverte « d’une nappe blanche, si luisante qu’elle sembl[e] vernie ; et les verres, l’argenterie brill[ent] gaiement sous la flamme de douze bougies portées par de hauts candélabres48 », ce que Zola appelle toutefois, avec quelque réserve, « le luxe des grands restaurants49 ». Mais ces derniers peuvent rivaliser avec le vrai luxe des grandes tables, comme en témoigne l’apparat du couvert du dîner à la Maison d’or dans L’Éducation sentimentale ou encore au café Anglais, dans Pot-Bouille. En revanche, quand le restaurant prête son matériel, l’élégance est discutable : Nana a tout fait venir de chez Brébant à qui elle a livré son appartement : « C’était un luxe de restaurant, de la porcelaine à filets dorés, sans chiffre, de l’argenterie usée et ternie par les continuels lavages, des cristaux dont on pouvait compléter les douzaines dépareillées dans tous les bazars50. » Les prétentions petites bourgeoises sont aussi dérisoires dans leurs efforts, maladroits parce qu’occasionnels, d’élégance. Il suffit de comparer aux thés abondants et raffinés d’Une page d’amour et de Fort comme la mort celui de Pierre et Jean (« serviettes grises, pliées en petit carré, ces serviettes qu’on ne lave jamais dans les familles besogneuses ») ou encore de Pot-Bouille : « C’était, sur une nappe grise trop étroite, un de ces thés laborieusement servis, une brioche achetée chez le boulanger [...]. Aux deux bouts, un luxe de fleurs, des roses superbes et coûteuses, couvraient la médiocrité du beurre et la poussière ancienne des biscuits51. » Les fleurs peuvent être, en effet, utilisées sans discernement : que de maladresse, parce qu’il s’agit d’un « luxe inaccoutumé », dans cet « énorme bouquet rempli de faveurs de soie, un vrai bouquet de grande cérémonie » qui « s’élèv[e] comme un dôme pavoisé52 » ! Pire encore, la touche personnelle de Félicité Rougon consiste à ajouter au couvert emprunté à un restaurant « deux bouquets de roses artificielles, dans des vases de porcelaine dorée, à fleurs peintes53 ». Cachelin, dans L’Héritage, se figure avoir atteint le summum de la distinction en ajoutant une flûte aux deux verres (un grand et un petit…) initialement prévus. Enfin, Gervaise elle-même attache de l’importance à la mise en scène de sa fête. Si les fleurs sont apportées par les invités et simplement posées au bout de la table au fur et à mesure, elle a prévu une nappe neuve et deux serviettes damassées (donc en fait dépareillées) ; pour certains convives jaloux, le luxe, jugé en fonction de ce qui représente pour eux le comble de l’élégance, est insensé : « Jamais ils n’avaleraient la table, avec ses quatorze couverts, son linge blanc, ses morceaux de pain coupés à l’avance. On se serait cru dans un restaurant des boulevards54. »

  • 55 H. de Balzac, Le Père Goriot, op. cit. p. 151.

11La table de M. de Beauséant, nous dit Balzac, « offrait [...] un double luxe, celui du contenant et du contenu55 ». Il est temps à présent de nous pencher sur ce deuxième aspect : la mise en scène, les recherches esthétiques ne doivent pas faire oublier les préoccupations culinaires.

  • 56 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 81.
  • 57 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 154, p. 372.
  • 58 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 472 ; É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.
  • 59 É. Zola, Une page d’amour, dans Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la P (...)
  • 60 G. de Maupassant, Pierre et Jean, op. cit., p. 751.
  • 61 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 55.

12Peut-on parler de menus ou de mets élégants ? Il faut prendre d’abord en considération que, service à la française oblige, les plats eux-mêmes, artistement parés ou dressés, participent à l’effet décoratif. Le premier service, disposé à l’avance contribue à flatter le regard par les couleurs des mets, l’ingéniosité de la présentation (« les pattes rouges des homards dépassaient les plats ; [...] les cailles avaient leurs plumes56 ») ou la taille surprenante de quelques belles pièces (« parmi les hors-d’œuvre et les fruits, un gigantesque turbot occup[ait] le milieu de la nappe, bordée par des assiettes pleines de potage à la bisque », ou encore : « une dorade s’allongeait, le museau tendu vers un quartier de chevreuil et touchant de sa queue un buisson d’écrevisses57 »). Malgré un soupçon d’ironie, indécidable comme souvent chez Flaubert, force est de constater que le bon usage autorise cet étalage hétéroclite. Généralement le dessert, qui permet des « recherches royales » avec ses « compotiers montés », égaie le centre de table par la diversité chatoyante de fruits exceptionnels par leur taille ou leur provenance (cerises énormes, primeurs, ananas, grenades, etc.) au point que la table peut disparaître sous cette abondance58. Une variante amusante se trouve dans l’étalage somptueux d’un goûter de fête d’enfants riches, « évocation féerique de la table des parents, sur laquelle on aurait renversé la corne d’abondance des pâtissiers et des marchands de joujoux59 ». Mais le dessert devient l’imitation laborieuse du grand genre quand l’application trahit le manque d’habitude : le bouquet central est, alors, « flanqué de quatre compotiers dont l’un cont[ient] une pyramide de pêches magnifiques, le second un gâteau monumental gorgé de crème fouettée et couvert de clochettes de sucre fondu, une cathédrale en biscuit, le troisième des tranches d’ananas noyées dans un sirop clair, et le quatrième, luxe inouï, du raisin noir venu des pays chauds60 ». Ce dessert de fête ridicule est l’héritier de la pièce montée de la noce d’Emma Bovary, chef-d’œuvre du kitsch qui fait « pousser des cris » à une assistance paysanne61.

  • 62 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 78 ; É. Zola, L’Œuvre, op. cit., p. 323.

13Pour que la fête soit complète, les mets se doivent d’être aussi bons que beaux. Sauf à Compiègne, où la chère « médiocre » reste en deçà du décorum, la gastronomie est à l’honneur dans tous ces repas, les tables privées rivalisant (surtout dans la deuxième partie du siècle) avec les grands restaurants, en empruntant parfois le secours de prestigieux traiteurs, comme Chevet, cité par Balzac. On note une tendance récurrente, chez les hôtes gastronomes, à introduire, à côté des grands classiques de la cuisine française, les plats exotiques : chez Arnoux, « dix espèces de moutarde », « du gaspachio, du cari, du gingembre, des merles de Corse, des lasagnes romaines », sans compter les « vins extraordinaires » ; chez Sandoz, entre autres, « des raviolis à l’italienne, des gélinottes de Russie62 »...

14En fait toutes les classes sociales (à l’exception des paysans et des prolétaires) sont conscientes des élégances de la table, d’où par exemple la recherche d’un « menu bourgeois et distingué » et, surtout, la rêverie, exemplaire, d’une épouse de petit employé, souffrant de la médiocrité de sa condition :

  • 63 G. de Maupassant, L’Héritage, op. cit., p. 12 ; « La Parure », dans Contes et nouvelles, op. cit., (...)

Quand elle s’asseyait pour dîner, devant la table ronde couverte d’une nappe de trois jours, [...] elle songeait aux dîners fins, aux argenteries reluisantes, aux tapisseries [...] ; elle songeait aux plats exquis servis en des vaisselles merveilleuses, aux galanteries chuchotées et écoutées avec un sourire de sphinx, tout en mangeant la chair rose d’une truite ou des ailes de gélinotte63.

15Il est facile de lui opposer la réalité de son monde, d’une affligeante trivialité même dans les moments traditionnellement festifs ; l’invitation dominicale, dans le même milieu des petits employés, racontée par Maupassant est édifiante :

  • 64 G. de Maupassant, Les Dimanches d’un bourgeois de Paris, « Chez un ami », dans Contes et nouvelles, (...)

Trois assiettes, flanquées de couverts en étain mal lavés, se collaient sur la graisse ancienne d’une table de sapin, au milieu de laquelle un vase en terre contenait des filaments de vieux bouilli réchauffés dans un liquide quelconque, où nageaient des pommes de terre tachetées64.

  • 65 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 81.
  • 66 Voir G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 250 ; Zola É., Pot-Bouille, op. cit., p. 1 (...)
  • 67 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 168.
  • 68 Ibid., p. 154 ; É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.

16Aucun repas mondain ne se passe de protocole. On ne s’attardera pas (encore qu’il donne le ton) sur celui de la cour, très pompeux, avec son entrée en musique et l’abondante domesticité diversement vêtue, dont chaque membre a une fonction réglée d’avance bien précise. Les règles de l’élégance plus « ordinaire » sont partout les mêmes, l’annonce rituelle par un domestique : « Madame est servie » et le service assuré par des domestiques exclusivement masculins, sans bruit et avec adresse. Seuls le nombre et la livrée varient. « En bas de soie, en culotte courte, en cravate blanche et jabot », le maître d’hôtel de la Vaubyessard « fai[t] d’un coup de sa cuiller sauter [...] le morceau qu’on chois[it]65. » Dans La Curée, le maître d’hôtel attitré s’adjoint les services de deux domestiques et de quatre « extras » pour diriger une sorte de ballet si bien réglé qu’il passe inaperçu. Les grands restaurants assurent aussi un service impeccable : quatre domestiques en habit noir à la Maison d’Or pour sept convives, deux maîtres d’hôtel et un valet par convive au café Anglais66. Dans une sphère encore élégante quoique plus modeste, chez les Forestier, les Hennebeau ou les Sandoz, le dîner prié n’utilise qu’un seul domestique (« en longues guêtres67 » chez Frédéric). Les règles du placement sont plus variables : parfois indiqué par un carton, ou par la maîtresse de maison, parfois libre. Enfin les toilettes contribuent à charmer les regards de même que le « froufrou d’étoffes », le « grand froissement de jupes de soie » ajoutent au plaisir de s’installer à table68.

  • 69 G. de Maupassant, Bel-Ami, op. cit., p. 214.

17Il y aurait beaucoup à dire sur les manières de table. Si, dans le détail, il est possible de relever de légers dysfonctionnements, dans l’ensemble les convives ont parfaitement assimilé les codes du bon ton. Seul un néophyte comme Georges Duroy a peur de « commettre quelque erreur » dans le maniement conventionnel de la fourchette, de la cuiller ou des verres : « Il y en avait quatre, dont un légèrement teinté de bleu. Que pouvait-on boire dans celui-là69 ? »

  • 70 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.

18Dernière composante d’une table élégante, la conversation mériterait, à elle seule, un long développement. Mais c’est avec cet aspect que les scènes romanesques deviennent autre chose qu’un document, parce que, comme on s’en doute, les conversations rapportées intègrent les moments de table à l’intrigue. Elles ne sauraient donc se borner aux futilités de bon ton recommandées par les manuels de savoir-vivre, toujours soucieux de proposer une convivialité aimable, à l’abri des conflits. Citons néanmoins quelques réussites : invité pour la première fois chez les Arnoux, Frédéric apprécie la causerie qui flatte ses goûts artistiques, tandis que, chez les Forestier, Georges Duroy découvre les particularités d’une brillante conversation entre journalistes. Le gage de la réussite réside dans l’appartenance à un même milieu des convives, dans des goûts et des centres d’intérêt communs. Une preuve a contrario en est donnée avec les interventions malheureuses des maçons enrichis invités par Saccard, qui commettent l’impair de parler crûment d’argent, de profit. Cela dit, des discussions houleuses ou le brouhaha des fins de repas ou des assemblées mêlées (dans le demi-monde notamment) font oublier aux convives les recherches du décor et des mets. Un contre-point est ainsi souvent à l’œuvre jusque dans les évocations des plus belles réussites en matière d’élégance. Mais si les attentions raffinées sont parfois dispensées en pure perte, il n’en est pas moins vrai qu’elles concourent aussi à la « béatitude70 » des convives.

  • 71 H. de Balzac, Le Père Goriot, op. cit., p. 151.
  • 72 H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, op. cit., p. 484.

19La scène de table élégante ne serait donc qu’une parenthèse heureuse. En fait il n’en est rien, elle a souvent à voir avec le sujet même du roman où elle est insérée. Ainsi, pour les jeunes ambitieux balzaciens, elle est une épreuve initiatique dont ils se tirent très bien : Rastignac y renforce sa volonté de parvenir : « Jamais semblable spectacle n’avait frappé les yeux d’Eugène [...]. L’aplomb qui le distingua plus tard si éminemment et qu’il commençait à prendre, l’empêcha de s’ébahir niaisement71. » Invité dans le faubourg Saint-Germain, Lucien de Rubempré, que son habitude du luxe plus clinquant du monde des théâtres « empêch[e] de paraître étonné », a « bonne façon » et plaît72. Le dîner chez les Forestier, où Duroy finit par briller, est le point de départ de sa réussite. En revanche l’initiation restée sans lendemain pour Emma contribue à aggraver son insatisfaction.

20On pourrait même, sans forcer le trait, voir dans la scène de table élégante l’illustration du titre de certains romans : « illusions » pas encore « perdues » pour Lucien, dupe des apparences, « éducation » mondaine autant que « sentimentale » pour Frédéric, dont la vie amoureuse s’inscrit dans un parcours de dîners recherchés.

21La place nous manque, on l’aura compris, pour développer à loisir tous les cas de figure romanesques permis par les scènes de table élégantes. Cela nous aurait permis de relativiser l’euphorie qui semble s’en dégager. Les romanciers en effet jouent souvent sur le contraste entre les apparences festives et les tensions plus ou moins notables dans les conversations entre les convives, sans compter le sourd travail des passions secrètes. Il revient à Alphonse Daudet, plus ouvertement moraliste que d’autres écrivains, de juger sévèrement l’hypocrisie mondaine :

  • 73 A. Daudet, L’Immortel, op. cit., p. 734.

des choses qui se disent, pas une qui ne soit un mensonge et ne retombe sur la nappe, banale et convenue, parmi les facticités du dessert. Les phrases restent masquées comme les visages, et c’est heureux, car si chacun se découvrant à cette minute, laissait voir sa pensée du fond, quel désarroi dans l’illustre société73 !

  • 74 H. de Balzac, Le Père Goriot, op. cit., p. 53.

22Il n’empêche que les descriptions de tous les réalistes manifestent une certaine fascination pour les raffinements du luxe de table, dont ils n’ignorent pas qu’il s’achète tout en en faisant l’expression privilégiée d’un certain art de vivre, d’autant plus appréciable qu’il se démocratise (relativement) au cours du siècle. Ainsi, à côté d’une propension parfois quelque peu morbide à s’enliser dans les trivialités, voire les « plates horreurs74 » des gargotes et autres salles à manger sordides, il existe un plaisir de décrire et de faire vivre de beaux et grands moments de table que le lecteur aurait mauvaise grâce à ne point partager à son tour.

Notes

1 H. de Balzac, La Comédie humaine, Études de mœurs, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1979, t. II, p. 151.

2 J. Bonnin-Ponnier, Les Goncourt à table, Paris, L’Harmattan, 2010 ; « La table dans les romans des Goncourt », dans Le Réalisme et ses paradoxes, Mélanges offerts à Jean-Louis Cabanès, Paris, Classiques Garnier, 2014.

3 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, dans Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1952, p. 219.

4 H. de Balzac, Illusions perdues, dans La Comédie humaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. V, 1987, p. 471.

5 É. Zola, Son Excellence Eugène Rougon, dans Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1961, p. 160.

6 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 484.

7 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 259.

8 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 394.

9 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 168.

10 É. Zola, La Curée, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. I, 1960, p. 338.

11 Loc. cit.

12 H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973, p. 260.

13 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 338-339.

14 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 78, p. 154 ; É. Zola, Nana, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. II, p. 1348.

15 É. Zola, Germinal, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. III, 1964, p. 1306.

16 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 78, p. 154 ; É. Zola, Nana, op. cit., p. 1348 ; Germinal, op. cit., p. 1306, p. 1310 ; L’Œuvre, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. IV, 1966, p. 327.

17 G. de Maupassant, L’Héritage, dans Contes et nouvelles, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1979, p. 12.

18 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 250.

19 G. de Maupassant, Bel-Ami, dans Romans, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. 255.

20 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 448.

21 A. Daudet, L’Immortel, dans Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, 1994, p. 734.

22 A. Daudet, Le Nabab, dans Œuvres, op. cit., t. II, 1990, p. 500.

23 Loc. cit.

24 G. de Maupassant, Pierre et Jean, dans Romans, op. cit., p. 798. Il est piquant de constater que Maupassant s’expose à la même critique, accusé de mauvais goût par Edmond de Goncourt : « Un morceau de littérature qui m’a fait rire aujourd’hui, c’est un article sur le goût artistique du mobilier, dédié par Champsaur à Guy de Maupassant, à ce propriétaire d’un mobilier qui semble réaliser l’idéal du mobilier rêvé par le possesseur d’un Gros 8 de l’Avenue de Suffren, qui aurait fait sa fortune » (Journal, 25 mars 1890).

25 É. Zola, Nana, op. cit., p. 1171.

26 Loc. cit.

27 É. Zola, La Fortune des Rougon, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. I, p. 302.

28 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 472.

29 É. Zola, Son Excellence Eugène Rougon, op. cit., p. 160.

30 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 250.

31 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 338.

32 É. Zola É., L’Œuvre, op. cit., p. 327.

33 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 188.

34 H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, op. cit., p. 261.

35 G. Flaubert, Madame Bovary, dans Œuvres, op. cit., t. 1, 1951, p. 81 ; É. Zola, Son Excellence Eugène Rougon, op. cit., p. 160.

36 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.

37 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 168, p. 78 ; G. de Maupassant, Bel-Ami, op. cit., p. 214.

38 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 338-339.

39 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 372.

40 É. Zola, L’Œuvre, op. cit., p. 327.

41 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 219, p. 401.

42 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 414.

43 A. Daudet, Rose et Ninette, Paris, Flammarion, sans date, p. 10.

44 É. Zola, La Conquête de Plassans, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. I, p. 905.

45 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 73.

46 J.-K. Huysmans, En ménage, Paris, 10-18, « Fins de Siècles », 1987, p. 345.

47 J.-K. Huysmans, Sac au dos, Les soirées de Médan, Paris, Grasset, 1996, p. 112.

48 G. de Maupassant, Bel-Ami, op. cit., p. 255.

49 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 452.

50 É. Zola, Nana, op. cit., p. 1171.

51 G. de Maupassant, Pierre et Jean, op. cit., p. 733 ; É. Zola, Pot-Bouille, dans Les Rougon-Macquart, op. cit., t. III, 1964, p. 54.

52 Ibid., p. 751.

53 É. Zola, La Fortune des Rougon, op. cit., p. 302.

54 É. Zola, L’Assommoir, op. cit., p. 569. Voir aussi G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 219.

55 H. de Balzac, Le Père Goriot, op. cit. p. 151.

56 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 81.

57 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 154, p. 372.

58 H. de Balzac, Illusions perdues, op. cit., p. 472 ; É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.

59 É. Zola, Une page d’amour, dans Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1961, p. 896.

60 G. de Maupassant, Pierre et Jean, op. cit., p. 751.

61 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 55.

62 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 78 ; É. Zola, L’Œuvre, op. cit., p. 323.

63 G. de Maupassant, L’Héritage, op. cit., p. 12 ; « La Parure », dans Contes et nouvelles, op. cit., t. I, 1974, p. 1199.

64 G. de Maupassant, Les Dimanches d’un bourgeois de Paris, « Chez un ami », dans Contes et nouvelles, op. cit., t. I, p. 135.

65 G. Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 81.

66 Voir G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 250 ; Zola É., Pot-Bouille, op. cit., p. 188.

67 G. Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 168.

68 Ibid., p. 154 ; É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.

69 G. de Maupassant, Bel-Ami, op. cit., p. 214.

70 É. Zola, La Curée, op. cit., p. 339.

71 H. de Balzac, Le Père Goriot, op. cit., p. 151.

72 H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, op. cit., p. 484.

73 A. Daudet, L’Immortel, op. cit., p. 734.

74 H. de Balzac, Le Père Goriot, op. cit., p. 53.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr