Version classiqueVersion mobile

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

Troisième partie. À d’autres échelles : espaces, individus, syndicalismes

Transversale 1939-1945 : les syndicalismes de l’impossible

Michel Pigenet

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors même que la période, tragique, est celle d’engagements décisifs, parfois définitifs, sa singularité exceptionnelle contribue à brouiller les frontières des catégories, jusque-là évidentes et commodes, des temps ordinaires, sinon paisibles. Le constat suffirait à justifier le double souci d’identifier les acteurs et de reconnaître les pratiques de syndicalismes plongés dans une situation inimaginable au sens le plus fort du terme.

Incertitude des structures interprofessionnelles et réévaluation des structures fédérales

« Le syndicalisme tient », affirme Saillant dans une note de janvier 1943. L’optimisme de l’analyse repose d’abord sur ce qu’il croit savoir du fonctionnement des structures élémentaires. « Plus on se rapproche de l’échelon initial du syndicat […], précise-t-il, plus on enregistre la qualité de ce caractère et retient la nature de cette volonté. » Les échos glanés au hasard des fédérations et des UD tempèrent toutefois le constat. Dès la déclaration de guerre, les ...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search