Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Éloquentes : femmes de lettres et conférences publiques à la Belle Époque

Margot Irvine

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, G. Melison-Hirchwald, « Les interviews de figures littéraires dans la seconde mo (...)

1La conférence publique est, comme l’interview d’auteur1, une activité d’autopromotion qui devient presque obligatoire pour les femmes de lettres qui font carrière pendant la Belle Époque. En même temps, assister aux conférences devient une activité mondaine de plus en plus populaire pour la société élégante et parisienne. Les cycles de conférences marient l’agréable à l’utile en proposant une activité sociale et une façon pour le public, majoritairement féminin, de continuer à s’éduquer. Le public féminin du début du xxe siècle se compose de la génération ayant fréquenté les premiers lycées féminins, créés grâce à la loi Camille Sée en 1880. Dans ce qui suit nous analyserons un échantillon de conférences qui s’adressent à ce public, prononcées par des femmes de lettres, entre 1907 et les années 1930. Il s’agira de voir, dans un premier temps, l’importance des conférences dans la carrière des romancières. Nous verrons ensuite, si, pendant ces années qui voient de grands changements dans le rôle social des femmes, les conférences s’inscrivent dans le prolongement d’une tradition féminine de la conversation, ou si elles représentent des entorses au statu quo et provoquent un questionnement des normes du genre sexuel.

Yvonne Sarcey et l’université des Annales

  • 2 Site de l’actuel Théâtre Saint-Georges.
  • 3 Quand la revue Conferencia a cessé sa production en 1970, la série de conférences associée à la rev (...)

2Une institution qui fournit un cadre pour ces conférences mondaines est l’université des Annales, située au 51, rue Saint-Georges2 dans le quartier de la Nouvelle Athènes. L’université des Annales a été créée en 1907 par Mme Madeleine Brisson (1869-1950), sans doute facilitée par ses liens étroits avec les réseaux littéraires et journalistiques parisiens. Le beau-père de Mme Brisson, Jules Brisson, est le fondateur de l’hebdomadaire Les Annales politiques et littéraires (1883). Son fils, Adolphe Brisson (le mari de Madeleine Brisson), a dirigé ce journal jusqu’à sa mort en 1925 et leur fils, Pierre Brisson, l’a dirigé à son tour de 1925 à 1934 avant de devenir rédacteur en chef du Figaro en 19643. Du côté de sa famille, le père de Madeleine Brisson est l’influent auteur, journaliste et critique dramatique Francisque Sarcey (1827-1899). Le choix du pseudonyme de Mme Brisson, Yvonne Sarcey, souligne cette filiation, d’autant plus qu’elle est souvent surnommée « cousine Yvonne », toujours en relation au surnom de son père, qui était « l’Oncle ».

  • 4 Voir Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, Paris, Secrétariat de l’u (...)
  • 5 Ibid., p. 18.
  • 6 Marcelle Tinayre (1870-1948), Gabrielle Réval (1869-1938), Julia Daudet (1844-1940), Séverine (1855 (...)
  • 7 Ibid., p. 66.

3À ses débuts, l’université des Annales proposait des séries de cours qui offraient des formations adressées particulièrement aux femmes. Il y avait des cours pratiques de couture, de chant choral, de science domestique, de dactylographie (décrites comme « Quinze leçons destinées à faire des jeunes filles les parfaites secrétaires de leur père ou de leur futur mari ») et de diction (« Quinze leçons ayant pour but d’apprendre aux jeunes filles à poser leurs voix et à lire intelligemment et correctement »)4. En plus de ces cours pratiques, on proposait aussi une série de conférences nommées les « Cinq à six littéraires ». Celles-ci sont décrites comme étant des « conférences avec projections, auditions, scènes tirées et traduites du théâtre et lues ou jouées par des artistes célèbres5 ». Yvonne Sarcey s’est servie de son vaste réseau de connaissances pour programmer ces séries et a pu proposer des conférences d’auteurs et de journalistes connus, y compris de nombreuses femmes de lettres. Plusieurs de celles-ci étaient membres du jury du prix Vie Heureuse (ancêtre du prix Femina)6. La plupart d’entre elles avaient aussi une activité de journaliste et c’est sans doute à travers ces deux réseaux qu’elles étaient en relation avec Yvonne Sarcey. Dans la conférence inaugurale de l’université des Annales, Alfred Mezières reconnaît la patience, la persévérance et le courage de « Cousine Yvonne » en créant cette institution. Selon lui, son but principal était d’ajouter un élément pratique à l’éducation que les jeunes filles recevaient dans les lycées : « Aux qualités intellectuelles, si précieuses, nous voulons ajouter une éducation pratique dont l’absence a causé, dans beaucoup d’intérieurs, des déceptions et des malentendus douloureux7. » Le but original était donc assez conservateur vis-à-vis des normes du genre, visant à les renforcer au lieu de les défier.

4En même temps qu’elle fonde l’université des Annales, Yvonne Sarcey crée la revue Conferencia : Journal de l’université des Annales. Cette revue, à laquelle étaient abonnées de nombreuses jeunes femmes des provinces incapables d’assister aux événements parisiens, contenait les transcriptions des conférences, accompagnées d’illustrations, de patrons de couture, de gravures et de partitions de musique. Accompagnant les « conférences sténographiées », on trouve aussi des traces des réactions de l’auditoire, transcrites entre parenthèses : « rires », « applaudissements » ou « vifs applaudissements » étant les réactions les plus typiques. Les annonces publicitaires qui figurent dans Conferencia confirment que la revue se destinait à la grande bourgeoisie féminine : des séjours à Cannes ou des vêtements « tout faits et sur mesure pour dames et fillettes, jeunes gens, garçonnets et babies », ainsi que plusieurs types de cours et de formations sont proposés aux lectrices.

Les conférencières

  • 8 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er novembre 1926, p. 464.
  • 9 Journal de l’université des Annales, publiant toutes les conférences faites à l’université des Anna (...)
  • 10 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 11 mars 1927, p. 87.
  • 11 Voir N. Sanchez, « Introduction », Georges de Peyrebrune, Correspondance : De la Société des gens d (...)

5Qu’est-ce que l’université des Annales offrait aux femmes de lettres qui y participaient en tant que conférencières ? D’abord, les conférences et leur publication éventuelle dans Conferencia étaient des sources de publicité pour leurs nouvelles parutions. Quand Marcelle Tinayre a parlé avec sa fille de l’éducation des femmes en février 1926, leur conférence sténographiée est accompagnée d’une longue annonce de publication pour le plus récent roman de Tinayre, Figures dans la nuit (Calmann-Lévy, 1926)8. La conférence de Julia Daudet sur « l’Éducation des petits » est entrecoupée d’extraits de son livre, L’Enfance d’une parisienne, lus par Cécile Sorel, actrice de la Comédie française9. Pour citer un autre exemple, Lucie Delarue-Mardrus commence une de ses conférences en disant, « Je n’ai pas l’intention de faire de la réclame, aujourd’hui, pour mon livre : Embellissez-vous. Mais je suis fière d’en faire tout de même, puisque c’est ce livre qui me donne l’occasion très charmante de me retrouver avec vous, ce soir, intelligent et vibrant public des Annales10 ». Nous devons aussi présumer que les conférencières recevaient un cachet pour leurs discours. Nous savons, par exemple, que Marcelle Tinayre a eu recours à la Société des Gens de Lettres en 1935 pour récupérer le paiement en retard des conférences qu’elle avait données à l’université des Grandes Conférences de Provence11. La somme doit avoir été assez importante pour justifier ces démarches.

  • 12 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 15 juin 1920, p. 57.
  • 13 Ibid., 5 mai 1930, p. 504.

6Les conférences publiques étaient attrayantes aussi parce qu’elles offraient des possibilités de performance et un contact direct avec le public. Souvent les discours des femmes de lettres étaient entrecoupés de récitations de leur poésie. Des récitations de poèmes se retrouvent parfois dans des conférences où on ne s’attendrait pas à les entendre. Ainsi, dans la série « Les Beaux Voyages », Lucie Delarue-Mardrus interrompt la description de son voyage en Syrie avec « Je vais, si vous voulez, vous lire un petit poème que j’ai écrit sous cette influence du paysage syrien qui est intitulé : Brise12 ». En plus d’offrir la possibilité de faire de la réclame pour leurs textes, les occasions de performance et d’échange avec le public étaient clairement appréciées par les auteures. Lucie Delarue-Mardrus l’observe après une de ses conférences : « C’est toujours, en définitive, le public qui fait la moitié de la conférence par les bons fluides qu’il vous passe. Merci beaucoup ! (Chaleureux applaudissements. Le poète, entouré des enfants et des artistes, est acclamé)13. »

  • 14 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 230. Accessible s (...)
  • 15 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er juillet 1926, p. 54.

7Finalement, les conférences offraient une plateforme aux auteures pour susciter le soutien du public pour les projets sociaux qui leur tenaient à cœur. À titre d’exemple, citons la conférence de Séverine ayant pour titre « Les Pauvres invisibles » qu’elle termine avec une exhortation au public : « Aimez les humbles, mes chères enfants ! Un peu de bonté leur donne tant de réconfort ! Un peu de sympathie suffit à panser tant de blessures14 ! » Il y a aussi la description faite par Gabrielle Réval de ses visites aux prisonniers de Petite-Roquette et de Saint-Lazare et son hommage aux femmes qui ont fait d’importantes réformes sociales avant même d’obtenir leurs propres droits politiques (« Ce que je trouve très beau, c’est que, dans un moment où les femmes revendiquent, au nom de la justice, les droits qu’elles n’ont pas encore, elles aient accompli ces grands devoirs de solidarité, ces grands devoirs sociaux avant même d’avoir conquis leurs droits15 »). Louise Cruppi prononce une conférence émouvante en 1914 à propos du sort des institutrices et reconnaît que les discours de l’université des Annales tentent souvent d’éveiller la conscience des auditrices :

  • 16 Journal de l’université des Annales : Publiant toutes les conférences faites à l’université des Ann (...)

Je croirais, mesdames, vous faire une criante injure si je supposais un moment que, quand vous venez entendre une série de conférences sur les misères de « Paris qui souffre », vous le faites seulement en manière de passe-temps. […] c’est que vous espériez qu’à côté des maux sociaux on vous présenterait des remèdes, et des remèdes à l’application desquels vous pourriez participer. (Vifs applaudissements)16

Littérature féminine et oralité

8Toutefois, on pourrait s’attendre à ce que le fait de voir autant de femmes de lettres prendre la parole devant des spectateurs dans un cadre prestigieux choque certains éléments du public. Les conférencières ne correspondent pas nécessairement à l’image de la « femme comme il faut » : silencieuse et associée avec la sphère privée. La pratique des femmes de lettres de prononcer des conférences semble cependant avoir été bien acceptée et ce, peut-être grâce à une stratégie employée par la revue. Dès ses premiers numéros, Conferencia propose une image de la femme auteure qui lie celle-ci à une tradition associée avec l’oralité. Dans une conférence prononcée par Gaston Rageot sur « L’Art de la conversation », le conférencier analyse les contributions littéraires de nombreuses salonnières, de la Marquise de Rambouillet à Mme Necker, et trouve que

  • 17 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 691. Accessible s (...)

les femmes qui ont conquis cette force intellectuelle représentent un des éléments les plus puissants de notre esprit français. Elles ont fait, en quelque sorte, notre littérature […]. Ce sont leurs salons […] qui ont eu une influence considérable sur la formation de l’âme française et c’est la raison pour laquelle […] il n’y a pas de sujet plus grave que la causerie. Elle a constitué le véritable art classique, elle a donné à notre littérature son caractère national17.

  • 18 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er juin 1921, p. 499.
  • 19 Journal de l’université des Annales : Publiant toutes les conférences faites à l’université des Ann (...)

9Il termine son discours en encourageant les jeunes femmes dans l’auditoire à continuer cette tradition orale. Rageot présente ainsi un discours qui associe la femme auteure française à une tradition de conversation, d’improvisation, de jeux de mots et de contes narrés oralement. Les cours de diction proposés par l’université des Annales et l’exemple des nombreuses conférencières qui s’adressent régulièrement aux jeunes femmes de l’assistance et dont on loue souvent la qualité de la voix dans la revue contribuent aussi à renforcer l’association entre les contributions littéraires des femmes et une tradition orale. À titre d’exemple, citons cette présentation d’Anna de Noailles par Gaston Rageot, avant une de ses conférences : « lorsque je parle de son éloquence, je m’exprime mal, car on ne peut pas dire qu’elle possède la faculté de la parole, mais quelque chose de bien plus mystérieux et de plus original où la parole n’entre que comme un élément, tout le reste étant représenté par l’inflexion, par le regard, par le mouvement merveilleux du rythme, par la poésie18 ». Même la grande Sarah Bernhardt prononce une conférence intitulée « Comment dit-on les vers » dans une série appelée « L’Art de la diction19 ».

  • 20 Ce roman connut plus de quarante éditions publiées entre 1807 et 1872. Sur la reception de Corinne, (...)
  • 21 M. Ianetta, « “She Must be a Rare One” : Aspasia, Corinne, and the Improvisatrice Tradition », PMLA (...)
  • 22 Ibid., p. 96.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., 97.

10Corinne (1807), le roman de Mme de Staël, n’est pas mentionné dans la conférence de Rageot mais on peut présumer qu’une grande partie des jeunes femmes qui assistaient aux conférences connaissaient cet ouvrage, dont le succès n’avait pas été démenti tout au long du xixe siècle20. Ce roman associe, encore une fois, la créativité féminine et la performance orale. Le lecteur retrouve la poétesse Corinne pour la première fois improvisant sur le thème de « la gloire et [du] bonheur de l’Italie » au Capitole, à Rome. Dans un article récent, Melissa Ianetta soutient que la focalisation sur Corinne, la femme la plus éloquente d’Italie, a contribué à renouveler l’association entre les femmes et l’éloquence publique au début du xixe siècle21. Dans son analyse de Corinne, Ianetta renvoie à la distinction faite par Aristote entre différentes formes de rhétorique. Dans une forme, qu’il appelle la rhétorique délibérative, le rhéteur s’adresse aux membres de l’auditoire comme à des juges qu’il faut persuader de faits passés et d’actions futures22. Depuis l’antiquité, cette forme de rhétorique a été associée avec l’homme qui discourt sur des problèmes civiques. Platon oppose cette forme de rhétorique à une autre tradition orale qu’il associe avec la rhétoricienne Aspasie de Milet, un professeur de Socrate, l’amante de Périclès et le sujet d’un essai publié en 1811 par nulle autre que Germaine de Staël. Selon Ianetta, le discours d’Aspasie est de genre épidictique et de caractère improvisé. Avec cette forme de rhétorique, les membres de l’auditoire écoutent et observent tandis que l’orateur loue la vertu et critique le vice, dans le but de renforcer la morale existante23. Ianetta montre les liens intertextuels entre la Corinne de Mme de Staël et Aspasie dans leurs choix vestimentaires et, surtout, dans leurs improvisations. Elle observe que les deux femmes, et Aspasie en particulier, argumentent en faveur d’une conception conservatrice du genre, répétant l’idéologie androcentrique existante. Toutefois, même si les paroles de son discours renforcent le statu quo, son rôle en tant que rhétoricienne nous porte à le questionner. Une conception conservatrice du genre n’est pas convaincante si elle empêche une performance virtuose comme l’oraison d’Aspasie ou de Corinne24.

  • 25 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 561. Accessible s (...)

11Les conférences des femmes de lettres de la Belle Époque et de l’entre-deux-guerres posent le même problème. Si leurs performances sont captivantes, est-ce que cela pose défi aux conceptions dominantes du genre sexuel ? Le but des conférences de l’université des Annales, tel que décrit en 1907, est de « mettre un peu d’ordre dans l’esprit des femmes sans, pourtant, nuire à ses qualités natives de grâce et de charme. [La nouvelle université] estime que, pour être une bonne maîtresse de maison, il n’est pas absolument nécessaire d’ignorer la littérature25 ». Ainsi, le discours explicite de l’université des Annales envisage une éducation pour les femmes qui les préparera à occuper un rôle traditionnel dans la société.

Gestes et paroles

  • 26 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 15 juin 1920, 69.
  • 27 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 556. Accessible s (...)

12Comme nous l’avons vu, les conférences aux Annales sont fréquemment parsemées de récitations de poésie, c’est-à-dire des actes rhétoriques qui s’alignent sur une conception du discours des femmes comme étant créatif et non argumentatif, sinon improvisé. Des descriptions de pays étrangers sont un sujet de prédilection pour les oratrices. Celles-ci véhiculent souvent une idéologie conservatrice, se prononçant en faveur de la mission civilisatrice française dans les colonies, par exemple. Ainsi, parlant de sa consœur au jury du prix Femina, Myriam Harry, qui est en voyage en Syrie, Lucie Delarue-Mardrus dit qu’elle sait « qu’elle a emporté beaucoup là-bas. Et ce qu’elle a emporté, c’est ce que j’ai dit : c’est la littérature, c’est l’art, c’est l’influence de l’esprit français, denrées qui n’ont pas de cours commercialement parlant, mais qui sont beaucoup plus importantes, à mon sens, que les tissus, que le blé, que le sucre, dont on parle constamment26. » Ces femmes sont en Orient, en tant que colonisatrices, des figures associées avec le pouvoir dominant. Les récits de leurs voyages encouragent d’autres femmes à les imiter en partant elles-mêmes pour explorer des contrées lointaines. Ils montrent que voyager est une activité possible pour les auditrices. Ainsi, une autre grande voyageuse, Mme Jane Dieulafoy, dit à ses auditeurs, « Si, plus tard, vous visitez en détail ce vaste empire dont je viens de vous entrouvrir les portes27… », encourageant les femmes à considérer les voyages lointains comme des possibilités pour elles-mêmes. Si leurs paroles sont assez conservatrices, leurs gestes et exemples sont plus téméraires.

  • 28 Voir M. Irvine, « Jane Dieulafoy’s Gender Transgressive Behaviour and Conformist Writing », Portsmo (...)
  • 29 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 498. Accessible s (...)
  • 30 Ibid., p. 498-499.

13Jane Dieulafoy offre un modèle intéressant pour la conception du genre dans le contexte de l’université des Annales. Elle prononce une série de discours sur l’âge d’or du théâtre espagnol et, bien que la conférence sténographiée ne mentionne pas son costume, nous devons présumer qu’elle se présente à son auditoire avec le costume masculin qu’elle porte sans interruption depuis son retour de son premier voyage en Perse en 188228. Dieulafoy se désigne au masculin comme un « conférencier » et non pas une « conférencière » pendant son discours29. De plus, sa conférence inclut des représentations dramatiques d’une pièce de Calderon, y compris une scène pendant laquelle nous retrouvons un jeune homme habillé en femme30. Comment est-ce que l’auditoire a interprété cette performance très fluide du genre, de la part de la conférencière, qui adopte la pose d’un conférencier universitaire, et des acteurs qui l’accompagnent ? Il serait presque impossible pour le public de ne pas réfléchir aux normes du genre après une telle prestation.

  • 31 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er novembre 1926, p. 458.
  • 32 Ibid., p. 463.
  • 33 Loc. cit.
  • 34 Ibid., p. 464.
  • 35 Journal de l’université des Annales, publiant toutes les conférences faites à l’université des Anna (...)

14Un dernier exemple d’une conférence qui aurait encouragé l’auditoire à réfléchir aux normes du genre est celle prononcée par l’auteure Marcelle Tinayre, accompagnée de sa fille, Lucile Tinayre-Grenaudier, une des premières femmes à être nommées au barreau en France. Le sujet de leur dialogue est « Où va l’éducation ». Tinayre commence en parlant de la grande révolution qui a eu lieu dans le domaine de l’éducation des femmes depuis les années 1880, quand l’éducation secondaire a été offerte aux jeunes filles pour la première fois. Elle soutient que les jeunes femmes de 1926 (l’année du discours) décrivent leurs mères comme fossilisées et elles-mêmes comme émancipées, libres et inaugurant une nouvelle ère sans reconnaître que ces changements sociaux ne datent pas de la fin de la Première Guerre mondiale mais, plutôt, de réformes antérieures31. Lorsque sa fille monte sur le podium, elle argumente pour l’importance de modèles à suivre pour les jeunes femmes de sa génération : « Voyant la réussite d’une ancienne camarade d’école, elles se rappellent avec satisfaction le temps où elles ne lui étaient pas inférieures […] et se disent : “ Moi aussi je plaiderai aux Assises ou je fréquenterai la salle d’opération32.” » Reconnaissant le travail accompli par la génération de femmes de lettres de sa mère, et pour lui faire honneur, elle reconnaît l’importance des modèles proposés par la littérature : « il y a les romans, les romans dont les héroïnes portent la robe noire de l’avocat et la blouse blanche du médecin33 ». Lucile Tinayre-Grenaudier dit que les femmes de sa génération sont capables de beaucoup mais qu’« [e]lles sauront encore que la connaissance de la vie est aussi nécessaire que la connaissance des livres et qu’une femme n’est sérieusement armée pour la lutte que si, en apprenant un métier d’homme, elle n’a pas oublié son métier de femme34 ». Lorsque Mme Alphonse Daudet commence sa causerie sur l’éducation des enfants, il est clair que peu importe l’éducation que les jeunes femmes de l’auditoire ont reçue, il est entendu que le rôle maternel est le plus important qui leur est réservé : « Parmi vous toutes, qui grâce à votre chère Cousine Yvonne et grâce à l’enseignement si élevé qu’elle vous accorde, êtes maintenant de jeunes lettrées, de jeunes savantes, en est-il qui se souviennent encore de leurs poupées […], cet exquis symbole de la sollicitude maternelle et des devoirs qu’elle impose et des joies délicieuses qu’elle procure35 ? »

15En conclusion, il est possible de considérer les conférences publiques des femmes de lettres comme une continuation d’une tradition plus ancienne qui associe la production littéraire des femmes avec l’oralité et l’improvisation. Cette association rendait les conférences des femmes plus acceptables pendant la Belle Époque et les premières années du xxe siècle, ainsi que les sujets à propos desquelles elles choisissaient de parler, qui n’étaient ni controversés ni ouvertement politiques. Toutefois, même si leurs paroles étaient assez conventionnelles et renforçaient les valeurs existantes, leur présence dans la salle de conférences et devant un auditoire offrait un exemple convaincant de femmes ayant des qualités de dirigeants, engagées dans des carrières professionnelles. En même temps, sur d’autres plateformes extérieures à l’université des Annales, les femmes avaient commencé à accéder au podium pour soutenir le droit au vote et d’autres campagnes politiques. À quel point est-ce qu’une forme de rhétorique a influencé l’autre ? Accéder au podium et s’adresser à un auditoire d’une position de pouvoir et d’autorité doit, nécessairement, mener à un engagement public plus accru de la part des femmes.

Notes

1 Voir, par exemple, G. Melison-Hirchwald, « Les interviews de figures littéraires dans la seconde moitié du xixe siècle : l’exemple d’Alphonse Daudet », dans Création et discours social à l’ère de la littérature industrielle, décembre 2011, Tunis, Tunisie, Institut Supérieur des Sciences Humaines, 2015, p. 30-50.

2 Site de l’actuel Théâtre Saint-Georges.

3 Quand la revue Conferencia a cessé sa production en 1970, la série de conférences associée à la revue a été reprise par Le Figaro sous le nom des « conférences du Figaro ». Elle existe sous ce nom depuis 1972. Pour plus de renseignements concernant la famille Brisson, voir http://www.imec-archives.com/fonds/les-annales-politiques-et-litteraires. Consulté le 29.06.2016.

4 Voir Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, Paris, Secrétariat de l’université des Annales, p. 43 et 52. Accessible sur https://archive.org/details/lesannalesconfe00parigoog. Consulté le 29.06.2016.

5 Ibid., p. 18.

6 Marcelle Tinayre (1870-1948), Gabrielle Réval (1869-1938), Julia Daudet (1844-1940), Séverine (1855-1929), Louise Cruppi (1862-1925), Jane Dieulafoy (1851-1916), Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945) et Myriam Harry (1869-1958) étaient toutes membres du jury du prix Vie heureuse.

7 Ibid., p. 66.

8 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er novembre 1926, p. 464.

9 Journal de l’université des Annales, publiant toutes les conférences faites à l’université des Annales, 15 mai 1912, p. 616-619 et 623-624.

10 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 11 mars 1927, p. 87.

11 Voir N. Sanchez, « Introduction », Georges de Peyrebrune, Correspondance : De la Société des gens de lettres au jury du prix Vie heureuse, N. Sanchez (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 24.

12 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 15 juin 1920, p. 57.

13 Ibid., 5 mai 1930, p. 504.

14 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 230. Accessible sur https://archive.org/details/lesannalesconfe00parigoog. Consulté le 29.06.2016.

15 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er juillet 1926, p. 54.

16 Journal de l’université des Annales : Publiant toutes les conférences faites à l’université des Annales, 15 mai 1914, p. 627.

17 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 691. Accessible sur https://archive.org/details/lesannalesconfe00parigoog. Consulté le 29 06 2016.

18 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er juin 1921, p. 499.

19 Journal de l’université des Annales : Publiant toutes les conférences faites à l’université des Annales, 15 mai 1914, p. 637.

20 Ce roman connut plus de quarante éditions publiées entre 1807 et 1872. Sur la reception de Corinne, voir M. Gutwirth, Madame de Stael, Novelist : The Emergence of the Artist as a Woman, Urbana, University of Illinois Press, 1978, p. 259-309.

21 M. Ianetta, « “She Must be a Rare One” : Aspasia, Corinne, and the Improvisatrice Tradition », PMLA, vol. 123, no. 1, Jan. 2008, p. 101.

22 Ibid., p. 96.

23 Ibid.

24 Ibid., 97.

25 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 561. Accessible sur https://archive.org/details/lesannalesconfe00parigoog. Consulté le 29.06.2016.

26 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 15 juin 1920, 69.

27 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 556. Accessible sur https://archive.org/details/lesannalesconfe00parigoog. Consulté le 29.06.2016.

28 Voir M. Irvine, « Jane Dieulafoy’s Gender Transgressive Behaviour and Conformist Writing », Portsmouth Working Papers on Contemporary France, vol. 4, 1999, p. 13-23.

29 Journal de l’université des Annales, tome premier, janvier-mai 1907, éd. cit., p. 498. Accessible sur https://archive.org/details/lesannalesconfe00parigoog. Consulté le 29.06.2016.

30 Ibid., p. 498-499.

31 Conferencia : Journal de l’université des Annales, 1er novembre 1926, p. 458.

32 Ibid., p. 463.

33 Loc. cit.

34 Ibid., p. 464.

35 Journal de l’université des Annales, publiant toutes les conférences faites à l’université des Annales, 15 mai 1912, p. 616.

Auteur

Université de Guelph, Canada

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr