Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Enquêtes et interviews sur la mode dans la presse parisienne fin de siècle

Gabrielle Melison-Hirchwald

Texte intégral

La vie élégante est la science qui nous apprend à ne rien faire comme les autres, en paraissant tout faire comme eux.

Balzac, Traité de la vie élégante

  • 1 L’enquête fait très souvent l’objet d’une réponse écrite de la part des personnes interrogées.
  • 2 Le Gaulois, 26 août-9 septembre 1895.
  • 3 Le Figaro, 19 janvier 1897.
  • 4 L’Écho de Paris, 5 mars 1895.
  • 5 Le Journal, 13 au 21 octobre 1892.
  • 6 Le Matin, 24 novembre 1895.
  • 7 Supplément de La Lanterne, « Vive la barbe », 23 avril 1903.
  • 8 D. Kalifa, « Enquête et “culture de l’enquête” au xixe siècle », Romantisme, n° 149 (3/2010), p. 3- (...)
  • 9 Voir R. Barjean, « Les Vierges de l’interview », L’Événement, 28 septembre 1897. « Chez nos célébri (...)

1L’enquête et l’interview sont à la mode à la fin du xixe siècle si on définit la première comme la réponse à une question posée à un certain nombre de participants sous la forme d’une véritable rencontre ou le plus souvent d’une sollicitation écrite, et la seconde comme l’entretien d’un journaliste avec une personne dont il veut recueillir les propos afin de les faire connaître au public. Par métonymie, ces termes s’emploient pour qualifier le texte ou la séquence rapportant cet entretien, et c’est naturellement cette utilisation qui retiendra notre attention1. De 1880 à la Belle Époque, les interviews envahissent l’espace du journal, présentes fréquemment en première page, interrogeant personnalités politiques, artistes, hommes de lettres et de loi voire parfois des individus ordinaires à propos des sujets les plus divers. Cette fièvre enquêtrice touche tous les domaines, du plus anecdotique au plus grave : de la bicyclette2 au chapeau haut de forme3, du duel4 au plébiscite de l’Académie5, d’une pétition en faveur de la libération d’Oscar Wilde6 au port de la barbe7, tels sont quelques exemples manifestant le dynamisme de ce new journalism importé en France. Comme le note Dominique Kalifa, « c’est un pic, une véritable “vogue” de l’enquête que diagnostiquent vers 1900 tous les contemporains, et que l’historiographie a récemment confirmés8 ». Quant à l’interview souvent réalisée à l’occasion d’un événement particulier (parution d’un ouvrage, représentation théâtrale, fait politique, procès, décès d’une célébrité…), elle peut aussi constituer un prétexte commode pour solliciter une personnalité publique. Bref, à la fin du siècle, il demeure ainsi bien difficile à toute célébrité d’échapper à l’interview à tel point qu’il paraît plus simple de dresser la liste des interviewophobes, néologisme forgé par René Barjean dans son article « Les Vierges de l’interview » paru dans L’Événement du 28 septembre 18979. La professionnalisation du champ journalistique à travers des personnalités comme Jules Huret ou Adolphe Brisson ainsi que la machine à fabriquer l’événement apparaissent comme l’importation d’un modèle américain dont des journaux tels Le Matin ou L’Éclair sont les représentants les plus prolifiques d’interviews.

  • 10 G. Tarde, Les Lois de l’imitation, Paris, Alcan, 2e édition, 1895. Voir aussi F. Godart, Sociologie (...)
  • 11 Entretiens avec Jules Verne. 1873-1905, textes réunis et commentés par D. Compère et J.-M. Margot, (...)
  • 12 Une vingtaine de journaux parisiens a été retenue au cours de la période 1880 à la mort de Daudet e (...)
  • 13 65 occurrences de l’expression « vie élégante » apparaissent dans les textes du xixe siècle. On en (...)

2Quoi de plus naturel alors que de consacrer des entretiens à la mode elle-même ? En effet, le domaine permet de jouer sur l’identité sociale entre processus d’imitation déjà développé par le sociologue Gabriel Tarde à la fin du xixe siècle et principe de convergence d’un goût collectif, expression d’une centralisation des tendances10. Cette coïncidence temporelle servira de fil conducteur à cette communication. Le corpus sera constitué d’interviews d’artistes et de couturiers ainsi que de quelques enquêtes portant sur la mode. Certaines interviews d’écrivains sont publiées en partie, notamment celles de Mallarmé, Jules Verne, Zola ou de Huysmans11. Dans le cadre d’une Habilitation à Diriger des Recherches, nous avons mis à jour un corpus inédit d’environ cent cinquante interviews d’Alphonse Daudet12. En outre, plusieurs enquêtes diffusées dans des journaux parisiens non spécialisés (Gil Blas, Le Figaro, Le Gaulois, La Lanterne) sont en lien direct avec cette journée consacrée à la vie élégante. Cette dernière expression propre au xixe siècle est utilisée surtout par Chateaubriand, Balzac, Daudet, Maupassant et a tendance à disparaître au début du xxe siècle si l’on s’appuie sur les 4746 textes de la base Frantext13. De leur côté, les journaux parisiens en dehors des périodiques spécialisés comme La Mode ou Les Modes par exemple, comprennent des rubriques ponctuelles intitulées « Vie élégante » à l’instar du Journal ou du Monde illustré. À la lecture de ces entretiens, le vêtement constitue toujours un marqueur social indispensable pour définir la mode, même si le siècle avançant, la question du rapport entre les classes sociales et les signes devient de plus en plus délicate. En effet, comme le souligne Philippe Perrot,

  • 14 P. Perrot, Les Dessus et les dessous de la bourgeoisie. Une histoire du vêtement au xixe siècle, Pa (...)

la mobilité sociale se traduit par une mobilité du signe qui n’est plus nécessairement indexée sur elle. [...] Dès lors, traquer les signes sanctionnant indûment une position sociale fictive ou trop neuve, débusquer pour démasquer et discriminer sans appel l’ignorant ou le contrevenant aux nouvelles lois somptuaires du « comme-il-faut », va constituer dans les classes dominantes une occupation compulsive14.

  • 15 G. Pinson, « La femme masculinisée dans la presse mondaine française de la Belle Époque », Clio. Hi (...)

3Au cours des années 1880-1890, la tendance générale est à la simplification, concernant tant la mode masculine que féminine et ce, dans tous les milieux sociaux. Le corset ordonne encore une ligne cintrée et cambrée, appuyée par les cols montants et les chapeaux larges. Pour sortir, les vêtements de dessus comme les mantelets témoignent d’une grande variété. Quant au costume masculin, il évolue peu mais se simplifie également : l’habit à basques (queue-de-pie, frac) est désormais réservé à la tenue de soirée ; seuls la cravate et les accessoires peuvent donner une touche de fantaisie à la tenue toujours sombre. De façon singulière, il est évident aussi qu’à l’orée du xxe siècle, une nouvelle représentation de « la femme » travaille à modifier en profondeur la formule ancienne de l’ange de la maison, maîtresse du foyer. Femme virile, femme sportive, femme au volant d’une automobile : telles sont les images en vogue à cette période15. Il s’agira d’étudier à travers le prisme médiatique l’évolution de ces représentations de la « vie élégante » où les interviewés eux-mêmes hésitent à franchir le pas de la modernité, préférant souvent regarder dans le rétroviseur rassurant de leurs représentations passées. Par rapport au corpus considéré, nous voudrions d’abord mesurer la place de la mode dans l’interview puis montrer comment sont restitués ces jugements esthétiques sur la « vie élégante » avant de conclure sur le profil sociologique des personnalités interviewées.

Place de la mode dans le journal

  • 16 J. Huret, « Une heure chez Émile Zola », La Revue illustrée, 15 décembre 1891. Elizabeth Emery vien (...)
  • 17 La Revue illustrée, 1er juin 1893 et 15 juin 1892.
  • 18 Entretiens avec Jules Verne…, op. cit., The World, 24 novembre 1889, p. 49-53.
  • 19 La première partie de l’article consacré à la représentation de Numa Roumestan concerne les toilett (...)

4En dehors des journaux et revues spécialisés, la mode trouve un écho non négligeable dans la presse quotidienne par le biais de nombreuses rubriques en lien avec la vie mondaine : annonces de bals, de réceptions, de banquets… Les balbutiements de la rubrique sportive montrent l’importance de la tenue aux courses notamment mais aussi dans la pratique d’un sport : tennis, cyclisme, golf… En outre, les suppléments illustrés ou non de journaux tels Le Matin, Le Figaro, L’Écho de Paris ou Le Journal accordent une large place à la vie élégante. Dans les interviews d’écrivains figurant parmi les célébrités les plus souvent sollicitées, il n’y a pas d’entretien entièrement dévolu à la mode en tant que sujet de conversation. Néanmoins, c’est souvent par l’introduction qui précède le dialogue que les références à la vie élégante apparaissent. Le portrait de l’interviewé ainsi que la description de son environnement (cabinet de travail, salon, jardin…) permettent d’appréhender les choix esthétiques de l’auteur. Le rituel du dignus intrare est facilité par certains hôtes comme Daudet, Zola ou Claretie ; les adresses des romanciers sont connues de tous à l’aide des guides et annuaires qui les fournissent comme le Tout-Paris. L’intimité du domicile tend ainsi à se confondre avec un espace professionnel montrant l’artiste au travail. Ainsi Jules Huret rendant visite à Zola à son nouveau domicile rue de Bruxelles en 1891 nous livre-t-il une description détaillée de toutes les pièces de l’appartement y compris celle de la chambre à coucher, photographies à l’appui16. Dans la même revue illustrée, Pierre Loti est fier de faire visiter sa maison de Rochefort ; de son côté, Daudet est photographié près du lawn-tennis à Champrosay17. Ainsi le reportage est-il souvent constitué d’une entrée en matière assez précise révélant les goûts du maître de maison. Robert H. Sherard, journaliste anglais proche d’Oscar Wilde, de Daudet, Zola, Maupassant et de Jules Verne, souhaite souvent comme ses confrères français Paul Belon ou Ange Galdemar contextualiser la rencontre avec ses amis afin de donner au public une version intime de l’entretien18. Outre le décor privé de l’écrivain, il arrive que le début de l’article soit consacré aux toilettes féminines. C’est le cas de documents hétérogènes mêlant présentation de la vie mondaine, interview de l’auteur et commentaires de la part du journaliste. Par exemple, à l’occasion de la représentation de Numa Roumestan, avant d’interroger Daudet, l’interviewer s’attarde sur la tenue des mondaines, montrant que le spectacle est aussi dans la salle19.

  • 20 J. Huret, « Une heure chez Émile Zola », op. cit.

5Au cours du dialogue avec l’écrivain, il arrive que la conversation porte de manière ponctuelle sur la mode en raison des personnages féminins notamment créés par les auteurs, de comparaisons entre différents types de beautés, d’un penchant pour l’harmonie des étoffes et la décoration. Zola, sans doute dans la lignée de Goncourt, confie à Jules Huret : « Si je n’avais pas été romancier, j’aurais voulu passer ma vie à décorer les hôtels des autres, à combiner des arrangements d’étoffes, des dispositions de choses20. »

6Lors de la première de La Lutte pour la vie, Daudet, sa femme Julia et leurs proches commentent le costume de Jeanne Darlaud, alors débutante au théâtre du Gymnase, interprétant le rôle de la jeune Lydie Vaillant :

– Ne trouves-tu pas Darlaud un peu, comment dirais-je… un peu nulle ?

– J’allais vous en faire la remarque, ajoute une dame, elle est un peu trop décolletée et par le haut et par le bas.

– Le jupon est peut-être un peu court, dit madame Daudet.

  • 21 « Avant les trois coups, La Lutte pour la vie, drame de M. Alphonse Daudet », L’Éclair, 30 octobre  (...)

Si j’avais pu parler à Darlaud, je lui en aurais fait la remarque21.

  • 22 C. Elliam, « Interview – Chez M. Redfern », La Revue mondaine illustrée, 10 décembre 1892, p. 7.

7Quant aux interviews de couturiers tels les Doucet, Redfern, Madeleine Le Monnier, Worth, elles traitent évidemment de manière principale de la vie élégante. On reconnaît dans le lexique utilisé par les créateurs la précision du spécialiste et l’amour des matières nobles. Le désir de faire voir son travail est très présent, à l’instar de l’écrivain qui autorise le journaliste à reproduire dans le journal des extraits de ses œuvres. Dans son atelier, Redfern montre ses créations : étole en zibeline, collet de velours ou d’astrakan que l’on peut offrir comme cadeaux de Noël22. De même, tout en reconnaissant la simplification de la mode féminine, Worth met en avant les accessoires et les tissus pour préserver le chic de la tenue : manches, broderies, volants, moire et crêpe :

– Et les jupes en forme ?

  • 23 « Grand concours de la mode – nos interviews », Le Matin, 28 juin 1923.

– Nous n’en faisons plus guère. La silhouette la plus recherchée est celle de la robe chemise, mais très ornée, très travaillée. Les broderies les plus éclatantes triomphent des tissus les plus sombres et elles remplacent momentanément la dentelle23.

  • 24 Le Figaro, 14 octobre 1901, p. 1.
  • 25 Le Figaro, 19 janvier 1897.
  • 26 Le Gaulois, 26 août-9 septembre 1895.
  • 27 Le Gaulois, 10 septembre 1896.

8L’interview peut aussi être réalisée à l’extérieur comme lors de courses à Longchamp. À cette occasion, Redfern et Lenthéric sont sollicités pour répondre à une interview sur la mode de demain24. Plutôt qu’un long discours, la réponse de Redfern tient en quatre mots : « velours noir, dentelle, zibeline » ; celle de Lenthéric en un seul : « Regardez ». Cette monstration nécessite des illustrations qu’on retrouve dans la plupart des journaux encadrant l’interview. Enfin, plusieurs enquêtes sont directement liées à la mode : enquête sur des accessoires, parmi lesquels le chapeau haut de forme25, enquête sur le costume féminin26, enquête sur le beau et l’utile27.

9Si la place de la mode reste limitée dans le journal non spécialisé, avoir son avis sur elle semble important. C’est pourquoi on sollicite non seulement des grands couturiers mais aussi les écrivains et intellectuels qui, sans être des spécialistes, sont constamment invités à se prononcer sur les tendances de l’époque.

Esthétique, mœurs et mode

  • 28 Le Gaulois, 10 septembre 1896 ; voir aussi dans le domaine littéraire l’enquête sur le beau vers, G (...)

10Les enquêtes, en particulier celles portant sur la mode, comportent très souvent une dimension axiologique comme en témoigne le titre de l’enquête précitée sur le Beau et l’Utile28. En effet, le lien entre l’apparence, les mœurs et leur évolution touche à l’ethos. Le journaliste est d’abord plus proche de la figure auctoriale qu’il interroge que de celle d’un médiateur objectif s’appuyant sur une méthode scientifique précise et rigoureuse. Les enquêtes sur la mode défendent une thèse déjà précisée avant même la réponse de l’enquêté, rendant le discours de l’interviewé orienté. L’enquête débute fréquemment par une question très souvent fermée réclamant une réponse tranchée : « Le chapeau haut de forme est-il laid ? » (Le Figaro, 19 janvier 1897), « la femme cesse-t-elle d’être femme, en s’adonnant aux exercices physiques rangés sous la dénomination générale de sports ? » (Revue des revues, 12 mars 1900), « lequel de ces deux vêtements, la jupe ou le pantalon, est le meilleur, au triple point de vue de la beauté, de l’hygiène et de la correction » pour la pratique de la bicyclette ? (Le Gaulois, 26 août-9 septembre 1895).

11Cette dernière enquête sur le costume féminin est elle-même précédée d’avertissements sur les dangers encourus par les cyclistes qui osent circuler dans la capitale :

  • 29 Tout-Paris, « Bloc Notes Parisien, Bicyclistes, soyez prudents ! », Le Gaulois, 31 juillet 1895. Vo (...)

Mais, disons-le bien haut, c’est une folie de pédaler dans Paris, surtout dans les voies encombrées. […] Il faut donc renoncer à pédaler dans Paris, à moins d’être professionnel, et ce devrait être une défense pour les femmes dont la délicatesse est faite pour augmenter l’horreur d’un accident29.

12Au cours de la publication de l’enquête, d’autres articles très critiques gravitent autour du même sujet en mettant l’accent non seulement sur le ridicule de la tenue des femmes pratiquant une activité physique mais aussi sur les risques qu’elles encourent. Naturellement, ce discours fabriqué conduit à des réponses attendues, particulièrement critiques : sur les seize interviewés, quatorze sont des femmes (Sarah Bernhardt, Séverine, Mme Melba, Mme Brandès, Eugénie Buffet, Mme Adam, Gyp, Mme Blanche Pierson, Sibyl Sanderson, Mme Bréval, Mme Gaches-Sarraute, Yvette Guilbert, Mme Bob Walter et Mme de Peyrebrune) et seulement deux hommes, le peintre Forain et le poète Mallarmé. La plupart des réactions sont très virulentes vis-à-vis du port du pantalon :

C’est franchement laid. (Séverine)

J’ai horreur du costume masculin pour la femme. (Mme Melba)

Si l’on monte vraiment, la jupe est impossible.

Le pantalon bouffant est abominable.

L’un et l’autre sont également convenables. En bicyclette, tout est convenable, parce que tout est laid. (Gyp).

13S’agissant de l’enquête sur le chapeau haut de forme et le costume moderne réalisée par Édouard Sarradin en janvier 1897 pour le compte du Figaro, huit personnalités parisiennes ont exprimé leur point de vue (Zola, Lemaître, Puvis de Chavannes, Larroumet, Claretie, Mallarmé, Henri de Régnier et Carolus-Duran). Là encore, certaines réactions sont très critiques :

Le chapeau haut de forme est ignoble, et le costume moderne pareillement. (Jules Lemaître)

Ce que je pense du chapeau haut de forme ? Il est fort laid, il est incommode, pesant, migrainigène.

Notre costume moderne ? L’artiste, qui le modifiera, méritera la grande médaille de l’Exposition de 1900. (Jules Claretie)

  • 30 P. Perrot, op. cit., chap. 9, p. 259 et suiv.
  • 31 « An interview with Alphonse Daudet », The Sydney Morning Herald, 18 avril 1893.

14L’opinion de Mallarmé, seul à faire partie des deux enquêtes, est également intéressante et ce sera le mot qui sera repris à la fin de la série : « Le monde finirait, pas le chapeau : probablement même il exista de tout temps, à l’état invisible. Aujourd’hui, chacun ne passe-t-il pas à côté sans l’apercevoir ? » Cette remarque montre l’opposition nette entre les costumes masculin et féminin. Philippe Perrot utilise également la notion de vêtement invisible pour qualifier non le chapeau haut de forme et l’apparence de l’homme mais pour évoquer corset, chemise de jour et pantalon qui constituent les dessous du panier de la femme30. Le caractère immuable et indifférencié du costume masculin entraîne parfois des confusions. Dans une interview de 1893, Daudet raconte qu’à plusieurs reprises, sa femme a cru l’apercevoir dans la rue alors que ce n’était pas lui ; il a fallu que l’homme se retournât pour que Julia se rendît compte de son erreur31.

15Rares sont donc les personnalités qui admettent leur incompétence ou leur indifférence face à la diversité des sujets d’enquêtes proposées :

Je ne trouve rien d’étrange aux questions que vous me posez relativement à une révolution dans le costume ; mais laissez-moi vous dire qu’indépendamment de mon incompétence, je touche de si près au jour où je n’aurai plus à m’habiller du tout que je reste un peu indifférent à tout ce qui peut se produire dans ce genre. (Puvis de Chavannes)

  • 32 C. Prochasson, « L’enquêteur, le savant et le démocrate… », art. cit., p. 12.
  • 33 Interviews, op. cit., p. 445 : La Petite République, 30 janvier 1905.
  • 34 « Le féminisme et le désarmement », Gil Blas, 2 août 1888.
  • 35 « Retour de Londres. Un entretien avec M. Alphonse Daudet », Le Matin, 29 mai 1895.
  • 36 Voir l’interview de L’Événement du 1er mars 1892.

16L’enquête est ainsi au point de rencontre d’un dispositif cognitif et d’une entreprise idéologique32. Cette dimension apparaît également dans les interviews d’écrivain où les clichés dominent concernant en particulier le statut de la femme : infériorité, représentation frivole de la Parisienne révélant des romanciers peu enclins à l’égalité entre les sexes. La misogynie de Huysmans apparaît sans conteste à plusieurs endroits. Le premier président de l’Académie Goncourt ne souhaitait pas décerner le prix à Myriam Harry : « Nous aurions couronné sans conteste La Conquête de Jérusalem ; mais l’auteur est une femme ; et nous ne pouvions vraiment créer ce précédent fâcheux33. » Cette attitude commune aux fondateurs de l’institution et à l’auteur d’À Rebours serait-elle à l’origine du Prix Femina ? C’est en tous les cas la remarque intéressante que signale Jean-Marie Seillan dans la notice de présentation de l’interview de Huysmans accordée à La Petite République le 30 janvier 1905. Sans rejoindre le comportement de Huysmans, Zola ne se montre pas pour autant féministe34. Chez Daudet, on retrouve les stéréotypes de la Parisienne : belle, gracieuse, élégante, légère, avec des caractéristiques que l’on peut discuter : piètre lectrice et dépensière35. Plus sérieusement, sur la question du divorce, Daudet apparaît beaucoup plus conservateur dans les interviews que dans son court roman Rose et Ninette36.

  • 37 « À bord du Saint-Michel », 1873, dans D. Compère et J.-M. Margot, op. cit.
  • 38 « Pas de femmes. Chez Émile Zola », Le xixe siècle, 11 avril 1891.

17Ainsi parle-t-on surtout des femmes quand elles sont absentes : Verne reconnaît que les personnages féminins sont très secondaires dans son œuvre37. Plus ponctuellement, à l’occasion d’une interview portant sur La Débâcle, Zola indique qu’il a voulu peindre un monde d’hommes dans l’enfer de la guerre38.

Représentation culturelle d’une élite

  • 39 Voir C. Prochasson, Paris 1900. Essai d’histoire culturelle, Paris, Calmann-Lévy, 1999, p. 213 et s (...)

18L’élite culturelle visée est censée marquer l’opinion. Dégager des tendances, dire le bon goût, telles sont les tâches dévolues aux personnalités acceptant de se plier aux enquêtes et aux interviews. Cette communauté était en réalité assez réduite : à Paris, selon Christophe Prochasson, seules trois cents personnes environ étaient sollicitées pour donner leur sentiment ou leur point de vue sur l’avenir de l’art, de la littérature, des mœurs ou de la politique39. Parmi les hommes de lettres interrogés, les mêmes noms reviennent sur les sujets les plus divers. Zola, Mallarmé, Daudet, Claretie font partie de ces personnalités constamment sollicitées. L’autorité sociale des artistes et des écrivains demeure sans conteste jusqu’à la première guerre mondiale à l’heure où les experts médiatiques spécialisés n’existent pas encore. Cette fièvre de l’enquête et de l’interview qui s’empare de la presse fin de siècle conduit les journalistes à publier hâtivement parfois, voire souvent, des articles qui mériteraient davantage de rigueur et de retenue. Sous le couvert d’un protocole scientifique – enquête universelle –, la fabrique de l’opinion demeure ainsi limitée à quelques cercles dans lesquels l’espace public se trouve réduit à une société de connivence encore proche de celle que composaient les salons du siècle précédent.

19Le plus étonnant est sans doute l’attitude des femmes interrogées lors des enquêtes. Peu défendent une position visant à leur possible émancipation. Seule Inès Gaches-Sarraute, docteur en médecine et célèbre créatrice d’un nouveau type de corset laissant plus de liberté de mouvement au corps féminin, annonce la figure de l’expert, sérieux et pragmatique, tel qu’on le conçoit de nos jours :

Et l’hygiène ?

  • 40 Le Gaulois, 1er septembre 1895.

Mais, à ce point de vue, la culotte et la jupe se valent ! Pour moi, je rêverais d’un costume ainsi composé : culotte assez large pour me laisser me mouvoir à mon gré, se terminant par une manchette boutonnée au-dessous du genou ; sur ce vêtement, une jupe qui ne descendrait pas plus bas que la cheville, mais qui ne laisserait jamais le mollet entièrement découvert ; enfin, une veste ouverte sur une chemisette en lingerie40.

20À propos d’une autre enquête sur la femme dans les sports modernes, Julia Daudet (qui signe toujours Mme Alphonse Daudet), adopte une attitude prudente, voire traditionnaliste :

  • 41 « La femme dans les sports modernes », Revue des revues, juillet 1900, p. 1-23. Voir aussi M. de Sa (...)

Sans vouloir la [la femme] restreindre à filer la laine, je redoute ce qui la sort du foyer et fait de la maison moderne un corridor où l’on passe pour changer de toilette, une halte pour les repas, au lieu de l’intérieur activement soigné et paré, comme l’entendaient nos grand’mères et nos mères41.

21Au-delà du jugement de valeur et du vêtement idéal, certains entretiens portent en eux des prescriptions. C’est le cas des interviews de couturiers. Le célèbre créateur britannique Redfern donne des conseils aux lectrices de la Revue mondaine illustrée :

  • 42 C. Elliam, « Interview – Chez M. Redfern », La Revue mondaine illustrée, 10 décembre 1892, p. 7.

Comme cadeau pouvant encore se donner à la Noël, me dit M. Redfern, tandis que je prenais congé de lui, vous pouvez conseiller à vos lectrices le collet Dom Pedro en astrakan mort-né, porté par Mlle Cerny dans Celles qu’on respecte. Lancé par la jolie artiste, ce vêtement depuis fait fureur42.

  • 43 La marquise de Bois-l’Héry incarne le type de la lanceuse dans le roman.
  • 44 Figaro-Modes, 15 février 1903 et 15 avril 1903.

22La « lanceuse », type féminin que l’on retrouve notamment chez Daudet dans son roman Le Nabab43, donne son avis sur les nouvelles tendances et conseille les lectrices de Figaro-Modes à l’occasion d’un concours d’élégances. Ainsi dans des interviews express, des actrices comme Jane Hading, Marcelle Lender, Réjane ou Jeanne Granier jouent le rôle d’arbitres de la mode44. Parallèlement, des cartes postales d’actrices notamment et des images insérées dans les paquets de cigarettes contribuent à faire connaître les goûts du moment à toutes les femmes sans distinction de classes.

  • 45 Le Matin, 21 juin 1923.
  • 46 Le Matin, 28 juin 1923.

23Par la suite, les interviews de couturiers laissent place à davantage d’interaction avec le public. Ainsi dans Le Matin, des espaces sont laissés en blanc intentionnellement pour que les lecteurs et surtout les lectrices puissent les remplir par un nom de tissu ou de couleur45. Par exemple, la fin de l’interview de Worth comprend deux champs vides que les futures clientes peuvent compléter46 :

– Et vos tissus préférés ?

– La moire, la moire si souple et si riche de reflets. Les tissus de crêpe aussi.

– Et… les volants ?

– À condition qu’ils n’élargissent pas la silhouette, ils sont les bienvenus, ce qui revient à dire que les volants à la mode sont des volants… plats. Le tout est de savoir si l’on peut encore les appeler des volants.

Comme pour justifier cette dernière phrase, nous croisons en sortant une jeune femme qui, vêtue à la dernière mode, porte une robe de…………gris argent dont les multiples volants plats se détachent sur un fond de voile de soie……………………

  • 47 G. Pinson, « La femme masculinisée dans la presse mondaine française de la Belle Époque », art. cit
  • 48 Le Figaro, « Pour les femmes, notre enquête sur la mode », 20 mars 1896.
  • 49 Le Gaulois, 21 mars 1914.

24Au début du xxe siècle, la génération des Daudet, Zola, Verne disparaît. Les journaux se spécialisent. Certaines revues féminines du début du xxe siècle comme Femina et La Vie heureuse revendiquent une certaine libération de la femme, qui suppose une forme de « virilité » assumée. Ainsi un nouveau genre journalistique, le reportage, est mis au service de ces représentations de la féminité moderne47. Doucet, tout en reconnaissant son goût pour le xviiie siècle, avait senti dès 1896 cette évolution des mœurs : « J’estime que l’incroyable vulgarisation du cyclisme conduira les femmes, avant trois ou quatre ans, à porter des costumes semi-masculins48. » Paul Poiret, ancien apprenti de Worth, ouvre sa maison de couture en 1904 et se distingue tant par ses créations inspirées par l’Orient que par son désir de repenser l’habit féminin. D’autres couturiers, comme Madeleine Vionnet, influencent à leur tour la mode de leur temps et ouvrent la voie aux grands couturiers d’aujourd’hui. Néanmoins, juste avant la guerre, dans un journal comme Le Gaulois, la page de « Madame » consacrée à la mode demeure très sage. En effet, Élise Poret et Laferrière, à l’occasion d’une enquête sur la mode de demain, défendent une définition de la mode qui peut tenir en trois principes : simplification, discrétion, correction. Les « ravissants paniers Louis XV ou Louis XVI » nous inspirent. « Qui dit original ne dit pas forcément excentrique49. »

25Au même titre que l’actualité politique, la vie judiciaire ou l’activité littéraire et artistique, la mode fait donc pleinement partie du journal fût-il généraliste. Bien que le nombre de personnes interrogées, et dans les enquêtes, et dans les interviews demeure relativement restreint, les propos retranscrits et publiés dans la grande presse influencent les comportements. On suivait déjà la mode au pied de la lettre. S’en écarter, c’était risquer d’être objet de risée. La plupart de ces entretiens revêtent donc une dimension axiologique qui a valeur prescriptive d’autant plus mise en évidence que l’évolution de la mode a partie liée avec l’émancipation féminine. La période considérée se situe à une époque charnière où les derniers vestiges de la tenue, en particulier celle de la femme en vigueur à la fin du xixe siècle, sont en train de disparaître. Ce n’est qu’entre 1908 et 1910 avec la création des ballets de Diaghilev et les modèles de Paul Poiret que s’opère un véritable changement de direction. La première guerre mondiale constituera également un événement de premier plan pour expliquer l’évolution des mœurs et de la mode en particulier. Enfin, le profil sociologique des interviewés va se transformer. Dès lors, le point de vue des personnalités qui comptent laisse peu à peu la place à des experts spécialisés intervenant dans leur sphère de compétence. L’enquête elle-même obéit à un protocole rigoureux qui n’a plus rien à voir avec l’apparence scientifique de ces questionnaires du xixe siècle.

Notes

1 L’enquête fait très souvent l’objet d’une réponse écrite de la part des personnes interrogées.

2 Le Gaulois, 26 août-9 septembre 1895.

3 Le Figaro, 19 janvier 1897.

4 L’Écho de Paris, 5 mars 1895.

5 Le Journal, 13 au 21 octobre 1892.

6 Le Matin, 24 novembre 1895.

7 Supplément de La Lanterne, « Vive la barbe », 23 avril 1903.

8 D. Kalifa, « Enquête et “culture de l’enquête” au xixe siècle », Romantisme, n° 149 (3/2010), p. 3-23, Armand Colin. Url : www.cairn.info/revue-romantisme-2010-3-page-3.htm. Voir aussi C. Prochasson, « L’enquêteur, le savant et le démocrate. Les significations cognitives et politiques de l’enquête », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle 1/2004 (n° 22), p. 7-14. Url : www.cairn.info/revue-mil-neuf-cent-2004-1-page-7.htm. Consulté le 23.04.2017.

9 Voir R. Barjean, « Les Vierges de l’interview », L’Événement, 28 septembre 1897. « Chez nos célébrités contemporaines, l’interview ne rencontre plus guère de cruelles. […] Quel personnage de marque n’ouvre son huis avec grâce devant le reporter aimable et ne délie volontiers sa langue, pour, au moyen d’un porte-parole aussi avisé qu’improvisé, prendre contact avec l’opinion publique ? Hier encore, Renan et Jules Simon étaient l’inépuisable providence des journalistes à la recherche d’opinions intéressantes. Aujourd’hui M. Zola détient joyeusement le record de ces visites reçues à propos de tout et de rien. Faire le dénombrement de leurs imitateurs empressés constituerait un travail de statisticien au-dessus d’une patience même robuste. Par contre, il semble plus aisé de passer en revue les rares et derniers ennemis de l’interview. »

10 G. Tarde, Les Lois de l’imitation, Paris, Alcan, 2e édition, 1895. Voir aussi F. Godart, Sociologie de la mode, Paris, La Découverte, 2010.

11 Entretiens avec Jules Verne. 1873-1905, textes réunis et commentés par D. Compère et J.-M. Margot, Genève, Slatkine, 1998 ; Interviews de J. K. Huysmans, textes réunis et commentés par J.-M. Seillan, Paris, Champion, 2002 ; Entretiens avec Zola, D. E. Speirs et D. A. Signori, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1990 ; Les Interviews de Mallarmé, textes présentés et annotés par D. Schwarz, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1995.

12 Une vingtaine de journaux parisiens a été retenue au cours de la période 1880 à la mort de Daudet en décembre 1897 (Les Annales politiques et littéraires, Le xixe siècle, L’Écho de Paris et son Supplément illustré, L’Éclair et son Supplément littéraire, L’Événement, Le Figaro et son Supplément littéraire, Le Gaulois et son Supplément littéraire illustré, le Gil Blas, Le Journal, Le Journal des débats, La Justice, La Lanterne et son supplément hebdomadaire, Le Matin, Le Parti national, Le Petit Parisien, La Presse, Le Rappel, Le Temps et Le Voltaire). Au total, 144 interviews ont été découvertes. Ces documents ont été numérisés et balisés en XML-TEI selon un protocole propre à ce corpus de presse. En outre, une dizaine d’interviews issues de la presse anglo-saxonne et italienne complètent l’ensemble.

13 65 occurrences de l’expression « vie élégante » apparaissent dans les textes du xixe siècle. On en relève seulement 9 au xxe siècle.

14 P. Perrot, Les Dessus et les dessous de la bourgeoisie. Une histoire du vêtement au xixe siècle, Paris, Fayard, 1981, p. 158.

15 G. Pinson, « La femme masculinisée dans la presse mondaine française de la Belle Époque », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 30 | 2009, p. 211-230. Accessible sur https://clio.revues.org/9471. Consulté le 24.04.2017.

16 J. Huret, « Une heure chez Émile Zola », La Revue illustrée, 15 décembre 1891. Elizabeth Emery vient de réunir ces entretiens à la Revue illustrée : E. Emery, En toute intimité… Quand la presse people de la Belle Époque s’invitait chez les célébrités, Paris, Parigramme, 2015.

17 La Revue illustrée, 1er juin 1893 et 15 juin 1892.

18 Entretiens avec Jules Verne…, op. cit., The World, 24 novembre 1889, p. 49-53.

19 La première partie de l’article consacré à la représentation de Numa Roumestan concerne les toilettes portées par les mondaines lors des premières. Le journaliste souligne la nécessité pour les femmes de varier leur tenue afin de ne pas porter toujours la même robe à l’occasion des premières. Ainsi une élégante ne pourra-t-elle pas porter la même toilette lors de la première de Francillon qui a eu lieu le 17 janvier et lors de la première de Numa Roumestan qui aura lieu à peine un mois plus tard. Voir « Numa Roumestan à l’Odéon », Le Temps, 5 février 1887.

20 J. Huret, « Une heure chez Émile Zola », op. cit.

21 « Avant les trois coups, La Lutte pour la vie, drame de M. Alphonse Daudet », L’Éclair, 30 octobre 1889.

22 C. Elliam, « Interview – Chez M. Redfern », La Revue mondaine illustrée, 10 décembre 1892, p. 7.

23 « Grand concours de la mode – nos interviews », Le Matin, 28 juin 1923.

24 Le Figaro, 14 octobre 1901, p. 1.

25 Le Figaro, 19 janvier 1897.

26 Le Gaulois, 26 août-9 septembre 1895.

27 Le Gaulois, 10 septembre 1896.

28 Le Gaulois, 10 septembre 1896 ; voir aussi dans le domaine littéraire l’enquête sur le beau vers, Gil Blas, 18 mai 1909.

29 Tout-Paris, « Bloc Notes Parisien, Bicyclistes, soyez prudents ! », Le Gaulois, 31 juillet 1895. Voir aussi Tout-Paris, Le Gaulois, « Bloc Notes Parisien, La Femme », 2 septembre 1895.

30 P. Perrot, op. cit., chap. 9, p. 259 et suiv.

31 « An interview with Alphonse Daudet », The Sydney Morning Herald, 18 avril 1893.

32 C. Prochasson, « L’enquêteur, le savant et le démocrate… », art. cit., p. 12.

33 Interviews, op. cit., p. 445 : La Petite République, 30 janvier 1905.

34 « Le féminisme et le désarmement », Gil Blas, 2 août 1888.

35 « Retour de Londres. Un entretien avec M. Alphonse Daudet », Le Matin, 29 mai 1895.

36 Voir l’interview de L’Événement du 1er mars 1892.

37 « À bord du Saint-Michel », 1873, dans D. Compère et J.-M. Margot, op. cit.

38 « Pas de femmes. Chez Émile Zola », Le xixe siècle, 11 avril 1891.

39 Voir C. Prochasson, Paris 1900. Essai d’histoire culturelle, Paris, Calmann-Lévy, 1999, p. 213 et suiv.

40 Le Gaulois, 1er septembre 1895.

41 « La femme dans les sports modernes », Revue des revues, juillet 1900, p. 1-23. Voir aussi M. de Saint Martin, « La noblesse et les “sports” nobles », Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 80, novembre 1989. L’espace des sports-2. p. 22-32 ; DOI : 10.3406/arss.1989.2913 http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1989_num_80_1_2913. Consulté le 24.04.2017.

42 C. Elliam, « Interview – Chez M. Redfern », La Revue mondaine illustrée, 10 décembre 1892, p. 7.

43 La marquise de Bois-l’Héry incarne le type de la lanceuse dans le roman.

44 Figaro-Modes, 15 février 1903 et 15 avril 1903.

45 Le Matin, 21 juin 1923.

46 Le Matin, 28 juin 1923.

47 G. Pinson, « La femme masculinisée dans la presse mondaine française de la Belle Époque », art. cit.

48 Le Figaro, « Pour les femmes, notre enquête sur la mode », 20 mars 1896.

49 Le Gaulois, 21 mars 1914.

Auteur

Université de Lorraine, ATILF/CNRS

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr