Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Scènes de la vie élégante angevine avant 1850 : rôle et place de la famille Pavie dans la formation du « Tout-Angers »

Guy Trigalot

Texte intégral

1Bien d’autres époques ont fait l’expérience de transitions politiques et sociétales rapides et radicales, aux conséquences multiples et durables mais les cinquante premières années du dix-neuvième siècle sont tout à fait cruciales car fondatrices de notre modernité. Elles nous offrent le spectacle de la mutation d’une civilisation. Entre deux coups d’État napoléoniens, la monarchie millénaire disparaît après deux ou trois hoquets ; le monde du travail se métamorphose avec le développement de l’industrie et l’apparition d’une nouvelle classe ouvrière. On assiste ainsi au profond changement des codes sociaux, et notamment de la mondanité, cette science des gens « du monde », jusque-là apanage de l’aristocratie mais désormais accessible à la bourgeoisie et aux élites intellectuelles. C’est cette révolution « sociale », cette modification inéluctable des mentalités qui constituera le terreau propice à l’émergence de la démocratie à la fin du dix-neuvième siècle. Louis XVIII, puis son frère Charles X tentent bien de restaurer les valeurs et l’étiquette de l’Ancien Régime, sans succès cependant : leurs maladresses ne font que ranimer les souvenirs fantasmés des nostalgiques de la Révolution et de l’Empire. Quant à Louis-Philippe, le monarque-bourgeois, il finira de désacraliser la fonction royale, renforçant involontairement les aspirations républicaines.

  • 1 A. Martin-Fugier, La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris 1815-1848, Paris, Librairie Arthème (...)
  • 2 Loc. cit.

2La « vie élégante » est le nom de cette nouvelle sociabilité qui associe dorénavant aux représentants de l’ancienne noblesse et de celle, plus récente, d’Empire, les membres de la haute bourgeoisie (finance, magistrature, université, administration et arts). Les causes de ce bouleversement remontent, bien entendu, à la Révolution et, sans en porter le nom, une certaine vie élégante s’était déjà épanouie durant tout l’épisode napoléonien. On peut néanmoins suggérer la date de sa véritable naissance au 15 février 1830, ainsi que le soutient Anne Martin-Fugier, qui décrit le Bal des Indigents donné ce soir-là, comme le point de départ de la confrontation entre une « mondanité “fermée” élitiste et restreinte, avec, au centre, les aristocrates qui fréquentent la cour1 » et une « mondanité “ouverte”, qui fait place aux nouvelles élites bourgeoises2 ». L’action de charité en question avait été décidée au vu du froid terriblement rigoureux régnant à Paris cet hiver-là. Le roi Charles X avait négligé d’y apparaître, la fête étant organisée à la fois par des dames du monde et des dames patronnesses, ce qui devait sans doute, à ses yeux, en altérer le niveau :

  • 3 Loc. cit.

L’absence du roi mit en valeur le groupe mondain dont le bal était l’émanation. S’il était venu présider, Charles X en aurait fait une fête de sa cour. Or, le bal resta sans roi, sans tête pour incarner en une seule personne le groupe entier. C’est donc le groupe lui-même, dans sa diversité et son homogénéité tout à la fois, qui apparut. […] tous les journaux […] ensuite s’y réfèrent3.

3Par ailleurs, dans l’expression « vie élégante », l’adjectif suggère l’idée d’un esthétisme délicat, d’une certaine préciosité et nous renvoie par là même au dandysme. Ces notions sont prévalentes dans Le Traité de la vie élégante, ouvrage commandé au jeune Honoré de Balzac en 1830 par le directeur du journal La Mode, Émile de Girardin. Même si, dans cette suite d’articles réunis plus tard en ouvrage, Balzac, déçu par les « Trois Glorieuses » qui ne règlent en rien selon lui le sort des pauvres, analyse et critique la société, il s’attache surtout aux conséquences « apparentes » du nouvel ordre social.

  • 4 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, présenté et annoté par M.-Chr. Natta, CRLMC, Clermont-Ferr (...)
  • 5 Ibid., p. 83.
  • 6 Ibid., p. 88.
  • 7 A. Martin-Fugier, op. cit., p. 24.
  • 8 Ibid., p. 140.
  • 9 Loc. cit.

4Mais il propose aussi une définition de la vie élégante. Pour lui, il n’y a que trois catégories d’êtres : ceux qui travaillent, ceux qui pensent et les oisifs. Les premiers (de l’ouvrier démuni à l’homme qui possède une haute responsabilité sociale : médecin, avocat, officier…) sont tous prisonniers de leur condition ou de leur charge et n’ont pour but essentiel que l’existence matérielle. Les deuxièmes, artistes et créateurs, sont libres, travaillent ou rêvent et « façonnent tout à leur guise », dit-il. Les derniers (hauts fonctionnaires, prélats, grands propriétaires, ministres, généraux…) peuvent seuls prétendre à la vie élégante, définie comme « l’art d’animer le repos4 » ou bien « la perfection de la vie extérieure et matérielle5 » ou bien encore « la science des manières6 ». Son texte, sorte d’essai resté inachevé, « hésite constamment entre une sociologie, qui rapporte la vie élégante à une nouvelle aristocratie […] et une esthétique sociale qui tourne souvent au manuel de bonnes manières […]7 ». S’il rejoint, par de nombreux aspects, la pensée de Brummell, Balzac accuse dans le même temps le dandysme d’être « une hérésie de la vie élégante8 », et reproche au dandy d’être devenu « un meuble de boudoir, un mannequin extrêmement ingénieux9 ». Et s’il souligne la particularité de la nouvelle hiérarchie sociale avec, au sommet, ceux qui décident et gouvernent, il accorde, pour finir, aux artistes qui exercent leur empire, non sur les corps mais sur les cœurs et les âmes, le droit de goûter, eux aussi, cette vie élégante.

5L’origine sociopolitique et le sous-entendu esthétique des termes « vie élégante » maintenant brièvement énoncés, voyons s’ils peuvent concerner les Pavie.

La famille Pavie

6Issue de la petite ou moyenne bourgeoisie, elle devint importante et influente après 1815. Nous évoquerons uniquement ici la mémoire de Louis Pavie et de ses deux fils, Victor et Théodore.

7Louis Pavie (1782-1859) a laissé une empreinte durable sur la vie culturelle angevine à plus d’un titre. La direction du journal angevin, Les Affiches d’Angers, à partir de 1811, en constitue le point de départ décisif. Mais son apport majeur à la presse locale consiste en la création, à partir de 1826, d’un supplément culturel de quatre pages, le Feuilleton, publié chaque quinzaine.

  • 10 Et la vice-présidence en 1842 et 1855.

8C’est également Louis Pavie qui se trouve à l’origine de la renaissance de la société savante la plus célèbre du Maine-et-Loire, l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts d’Angers, fondée en 1685 puis supprimée en 1793. Réunis chez lui, rue Saint-Laud, quelques notables avaient, vers 1815, jeté les bases de cette refondation, leur réunion prenant alors le titre de Société d’histoire naturelle. Le gouvernement du moment s’opposa cependant, en 1818, à la création d’une nouvelle académie. Mais on constate l’existence d’une véritable société littéraire privée, aux objectifs « scientifiques » dès 1823, aux Rangeardières, propriété où Pavie recevait ses amis notables. Finalement, la Société d’Agriculture, des Sciences et des Arts d’Angers (SASAA) fut créée en 182810. Naturellement, Louis Pavie en assuma la première présidence ; il fut encore président en 1835, l’année où son fils Victor y faisait justement son entrée. Les Mémoires de la SASAA furent imprimées par la famille Pavie jusqu’en 1846.

9Louis Pavie est nommé conseiller à la municipalité d’Angers en 1820 et, en janvier 1826, une ordonnance de Charles X le désigne comme adjoint. En 1827, il préside même le Conseil municipal, remplaçant le premier édile. Un de ses mérites est d’avoir pu obtenir l’institution royale pour la Société d’agriculture qu’il avait contribué à créer. Il continua d’exercer une influence notable dans les affaires de la ville, durant la décennie qui suivit.

10Homme d’ouverture et de tolérance, authentique exemple de père éclairé, Louis Pavie est à l’origine des rencontres entre Victor Hugo et ses deux fils. C’est, lui qui, le premier, invite à dîner l’auteur des Odes et Ballades, à Paris, dans les tout premiers mois de 1827. Au mois de mai suivant, il présente Hugo à David d’Angers et, en juillet, son premier fils au poète parisien.

  • 11 Récemment publiés : Victor Pavie. Récits de voyage et promenades romantiques, éd. présentée par G. (...)

11L’aîné des deux fils, Victor Pavie (1808-1886), s’engagea corps et âme pour la cause romantique. Très tôt, il voua un culte exalté à Victor Hugo, lui écrivant d’émouvantes lettres avant de le rencontrer à Paris et de devenir ensuite l’un de ses intimes les plus fidèles. Protégé de David d’Angers, le meilleur ami de son père, confident de Sainte-Beuve qu’il côtoyait chez Hugo, le jeune Victor noua également une relation privilégiée avec Adèle Hugo et rencontra, bien avant 1830, les principaux acteurs de la révolution culturelle : Nodier, Delacroix, Dumas, Lamartine, etc. Il défendit avec fougue, notamment dans les colonnes du journal paternel, le Romantisme naissant. Il voyagea, rencontra Walter Scott et rendit visite à Goethe à Weimar ; il participa aux plus célèbres joutes du temps, notamment à la bataille d’Hernani en tant que chef d’un bataillon d’étudiants angevins. Il reprit ensuite la maison d’édition familiale et diffusa auprès de ses lecteurs les écrivains de la Renaissance comme Du Bellay, ainsi que les modernes. C’est Victor Pavie qui édita, entre autres, et contre l’avis de la critique de son temps, le premier recueil de poésie en prose Gaspard de la nuit d’Aloysius Bertrand. Il écrivit personnellement de nombreux poèmes, des critiques artistiques, des mémoires, et des récits de voyage11 ; il fut également vice-président de la SASAA durant plusieurs décennies, président de la Confrérie de Saint-Vincent-de-Paul et l’un des fondateurs des Cercles catholiques ouvriers.

12Le cadet, Théodore (1811-1896), grand voyageur et éminent orientaliste, parlait neuf langues ; il rapporta de ses séjours de plusieurs années, en Amérique du Nord et du Sud, au Moyen-Orient, en Inde, à l’île de la Réunion… des carnets de dessins inédits et des traductions de textes rares. Il publia longtemps dans la Revue des Deux Mondes ou L’Artiste et signa des articles dans de nombreux autres journaux, dont la Revue de l’Anjou. Théodore Pavie succéda à Eugène Burnouf au Collège de France, où il fut chargé du cours de sanscrit, puis il fut nommé à la fin de sa vie professeur de littérature et de langues orientales à l’Université Catholique de l’Ouest.

13Écrivant à Victor Pavie en 1847, Victor Hugo disait de lui :

  • 12 Lettre de Victor Hugo à Victor Pavie du 18 juillet 1847, citée dans A. Crosnier, Théodore Pavie, le (...)

Votre frère est mon frère. Il y a longtemps que j’aime et que j’apprécie Théodore. C’est un grand esprit, c’est un noble cœur. Il est tout à la fois rêveur et positif, laborieux et insouciant, casanier et voyageur, comme toutes les riches natures, comme tous les hommes complets et doués12.

14Compagnons d’armes passionnés en littérature, les deux frères Pavie collaborèrent en de nombreuses occasions.

La vie élégante des Pavie

  • 13 Le terme daterait de 1820 et s’applique aux quelques centaines de Parisiennes et Parisiens, célèbre (...)

15S’il est difficile de comparer le faste des réceptions réunissant le « Tout-Paris13 » à celui d’une modeste ville de province, le même esprit s’y répand peu à peu, brassant des populations jusque-là séparées et constituant des pôles de notabilité avec ses nouveaux rites sociaux, ses privilèges. À la fois acteur politique et culturel de premier plan, Louis Pavie a sa place dans le cercle de ceux qui gouvernent, physiquement et moralement.

16À partir des années 1820, ses affaires sont florissantes et ses revenus suffisants pour qu’il acquière des terres et gère plusieurs propriétés : « Le Bignon » à Feneu, déjà dans la famille, et surtout « Les Rangeardières » à Saint-Barthélemy d’Anjou dont il fait une villégiature réputée. C’est là que Madame Hugo, Léopoldine et Sainte-Beuve résidèrent lors du mariage de Victor Pavie. À cinquante-trois ans (ce qui serait jeune pour un retraité d’aujourd’hui !), laissant son fils aîné lui succéder à la tête de l’entreprise familiale, Louis entame une vie de rentier. Victor, lui, vendra l’imprimerie dix ans plus tard, se retirant également des affaires mais… à trente-sept ans seulement. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’à la rubrique « profession » qu’ils doivent renseigner dans les registres de l’Académie, tous deux inscrivent « propriétaires ».

17S’ajoutent, à cette aisance financière, des relations au sein de multiples réseaux et lieux de pouvoir : en politique bien sûr mais aussi dans la Justice (Victor a été un jeune avocat du barreau d’Angers, les Pavie sont les imprimeurs officiels du tribunal), l’Église (l’imprimerie familiale possède également le marché des publications de l’évêché d’Angers, Victor s’investit énormément dans les institutions religieuses et caritatives) et les sociétés scientifiques et savantes (Louis est l’un des fondateurs de la SASAA et en deviendra président puis vice-président, Victor en sera un vice-président fidèle ; le père et le fils appartiennent tous deux à la Société Linnéenne de Botanique…). Leur position médiatique (ils dirigent l’un des journaux les plus importants du département) et leur influence intellectuelle dans la cité angevine (Louis est un notable « historique » d’Angers et Victor, grâce à sa proximité avec plusieurs célébrités de l’époque, jouit d’un statut de premier plan, vis-à-vis de la jeune génération) leur ouvrent de nombreuses portes.

18Qui plus est, ils animent le monde des arts et des lettres : Louis aurait fondé le Concert d’étude dès 1817 (les documents manquent toutefois pour préciser son rôle exact ; nous savons seulement qu’il organisait d’« aimables fêtes », ainsi que les qualifiaient ses amis). Ces concerts et bals réunissaient durant toute la saison mondaine la bonne société d’Angers.

19Avec ses fils, Louis Pavie tint salon à son domicile rue Saint Laud, à partir des années 1835. On appela ce cercle prisé de l’élite angevine, le Petit Cénacle, en hommage à ceux, bien plus célèbres, qu’avaient assidûment fréquentés les fils Pavie : Victor celui de Nodier à l’Arsenal puis, accompagné de Théodore, celui de Victor Hugo. On croisait chez les Pavie des savants, des artistes, des abbés érudits et toutes sortes de personnalités locales. Théodore y rapportait, des contrées lointaines qu’il avait explorées, des récits pittoresques. Beaucoup participaient à la revue La Gerbe animée par Victor qui était rapidement devenue un point de ralliement pour les jeunes écrivains de la région.

  • 14 H. de Balzac, op. cit., p. 99.

20Nous observons bien là le statut social nécessaire et les relations mondaines suffisantes pour appartenir au « Tout-Angers », cette classe d’« élégants », passés maîtres dans l’art de « choisir les choses vraiment belles ou bonnes » selon la définition balzacienne. Le même disait encore : « pour nous résumer, le principe de la vie élégante est une haute pensée d’ordre et d’harmonie destinée à donner de la poésie aux choses14 ». Cela ne pouvait manquer d’entraîner l’adhésion d’un poète comme Victor Pavie.

  • 15 L’année précédente, devenu vicomte, le poète avait été promu officier de la Légion d’honneur par le (...)
  • 16 Les deux familles entretenaient depuis longtemps des liens d’amitié, Louis avec le père : Henri Aub (...)

21Dans la capitale, c’est le temps où nobles et artistes se mêlent et partagent quelques moments d’intimité ; à l’instar d’Alfred de Vigny qui dîne simplement chez Louis-Philippe en 1831 ou de Hugo qui invite le duc et la duchesse d’Orléans15, en janvier 1838, à son domicile, Place Royale – on ne pouvait trouver adresse mieux nommée ! Les Pavie, eux aussi, ont quelques relations dans ce milieu, par exemple : Prégent Brillet de Villemorge, chevalier de Villemorge et seigneur du Ménil, officier de l’armée royale, député et maire d’Angers dont Louis Pavie fut le troisième adjoint. Ils connaissent un bon nombre d’aristocrates locaux, les fréquentant souvent au sein de l’Académie d’Angers qui jouissait alors d’une importante considération et pesait d’un poids non négligeable dans les affaires du département. Entre 1830 et 1848, on y trouve une forte proportion de membres appartenant à la noblesse, et on relève dans ses registres les noms de plusieurs personnalités qui soutiennent la monarchie de Juillet. En 1846, Pavie père et Théodore de Quatrebarbes, descendant d’une des plus vieilles familles d’Anjou, sont désignés comme délégués pour l’organisation du congrès central d’agriculture. En 1847, la société compte parmi ses membres titulaires le vicomte Alfred de Falloux, député, le président de la chambre de la Cour royale Sourdeau de Beauregard, et parmi ses membres honoraires le baron Charles Dupin, pair de France. Pavie fils est également familier d’Aimé de Soland, MM. de Contades et d’Andigné à la Société Linnéenne du Maine-et-Loire, et son meilleur ami s’appelle Aubin de Nerbonne16.

22Victor Pavie rédigea d’ailleurs plusieurs études historiques sur les anciennes familles nobles d’Anjou. Il regrettait de façon récurrente le déclin des valeurs chrétiennes, du sens de l’honneur et de l’esprit de sacrifice que l’avènement de la société moderne lui semblait avoir provoqué.

23Les Pavie ont souvent l’occasion de participer aux festivités qui rassemblent le « Tout-Angers ». Victor nous raconte un souvenir marquant, qui met en scène celle, justement, qui parraina le journal La Mode, l’épouse du second fils de Charles X. Alors considérée comme frivole et courtisane, elle favorisa grandement, en tout cas, l’émergence de cette « vie élégante » :

  • 17 Directeur d’une troupe équestre, originaire de Strasbourg, qui prenait ses quartiers d’hiver à Ange (...)
  • 18 V. Pavie, « Processions et foires d’Angers », dans Œuvres choisies, t. II, Paris, Perrin et Cie, 18 (...)

La duchesse de Berry, de passage dans notre cité, en repartait le lendemain pour Nantes, escortée d’une garde d’honneur [...] L’idée vint à Mahier17 homme de manifestation s’il en fut, de convoquer sa troupe en grande tenue, frac noir, gants jaunes et pantalon blanc, de se mettre à sa tête et de la diriger sur Saint-Georges [...]18.

  • 19 Ibid., p. 51.
  • 20 Second fils de Louis-Philippe et son épouse.

24Victor et Théodore Pavie se précipitèrent pour participer à la parade. « Or, quand nous arrivâmes, [...] plus d’Altesse, ni personne de sa suite19 », nous apprend Pavie. Mais le 12 août 1843, Victor et Théodore sont aux premiers rangs de la réception organisée pour le duc et la duchesse de Nemours20, et du grand bal donné en leur honneur. En tant que membre du Comice horticole, Louis Pavie prononce une allocution et présente au couple prestigieux un brillant spécimen des richesses de la région.

25La relative austérité des toilettes des dames Pavie semblerait contraire à l’esprit élégant si l’on oubliait de se rappeler que le vrai dandysme lui-même rechercha tout autant la simplicité dans le bon goût. Mais dans le cas des épouses de Victor et Théodore, elle reflète surtout leurs idées ; et la discrétion de la mise coïncide avec la retenue du comportement. Les hommes, en revanche, accordent une importance – quoique modérée – à leur tenue. Il faut dire qu’ils sortent davantage en société.

26Mis à part le mariage, organisé avec faste, en 1835 dans la propriété de Saint Barthélémy (treize jours de noces, déjeuner et dîner de quarante et soixante-huit couverts, invités prestigieux tels David d’Angers, Sainte-Beuve, Adèle Hugo…), il semble que les Pavie aient donné peu de réceptions spectaculaires. Peut-être préféraient-ils le cadre plus intime des salons et celui, plus sérieux, des réunions académiques ? S’il est permis de nuancer cette idée en ce qui concerne Louis Pavie, souvent présenté comme un bon vivant aimant recevoir et chanter lors des banquets, elle décrit bien les inclinations de Théodore, un peu sauvage, préférant ses livres et ses langues anciennes aux mondanités et celles de Victor, souvent fébrile, doutant de lui-même de façon presque maladive.

Par-delà l’élégance

27Le fait d’habiter en province constituait à l’évidence un handicap pour jouir des multiples occasions mondaines : salons et cercles de prestige, bals et réceptions, parades, premières théâtrales, opéras… qu’offrait alors la capitale. La mode s’y inventait, les réputations s’y bâtissaient et la presse s’y épanouissait. Les opportunités de briller en société étaient moindres en Anjou.

28En outre, le mode de vie des Pavie paraissait loin du luxe et des originalités observables à Paris. Leur état d’esprit s’en distinguait quelque peu. Gardant en mémoire leur passé parfois douloureux (le grand-père avait été spolié par les Révolutionnaires) et attachés à leur sens du devoir, ils restaient modestes et ne jouaient pas les « m’as-tu-vu ». Par-dessus tout, leur morale catholique les poussait à rester humbles. C’est la raison pour laquelle Victor Pavie et sa femme ne pourront demeurer éloignés des réalités sociales, rendant visite aux pauvres de leur ville, les soignant et les aidant concrètement. Cependant, même cette charité les ramène à la mondanité du moment, tant il est vrai qu’elle fut aussi un marqueur social :

  • 21 A. Martin-Fugier, op. cit., p. 156.

L’action charitable avait trois fonctions. La fonction officielle était, bien sûr, d’aider les pauvres, en répondant à des besoins ponctuels (hivers rigoureux, catastrophes naturelles) ou plus permanents (prise en charge des orphelins, etc.). La seconde fonction consistait à aider les nationalités, à proclamer la responsabilité politique et morale de l’élite française et européenne vis-à-vis des peuples opprimés : les Grecs, les Polonais. La troisième fonction, et non la moindre, était de prouver l’utilité sociale de l’élite21.

  • 22 Angers et Laval furent deux villes qui accueillirent assez massivement des réfugiés polonais.

29Les Pavie seront aussi très actifs en ce qui concerne la cause polonaise22, accueillant les proscrits dans leur salon et leur offrant d’écrire dans le journal et la revue La Gerbe. Victor Pavie s’était d’ailleurs lié d’amitié avec le poète Adam Mickiewicz lors de son voyage à Weimar et il côtoyait à Angers et à Paris Léonard Rettel et Jérôme Kajciewicz. C’est David d’Angers, de son côté, qui présenta Mickiewicz à Victor Hugo.

30La famille Pavie cédait bien aux mœurs de son temps et aux obligations de sa condition. Ainsi le déplacement (annuel à partir de 1833) de ces messieurs au Salon de peinture parisien était-il sacré. Comme l’était le fait de prendre les quartiers d’été aux Rangeardières et d’y recevoir amis et personnalités du département ou d’ailleurs. Autre illustration de leur condition sociale : les Pavie voyagent, dans les Alpes, dans le Midi, en Bretagne, en Vendée, en Normandie.

  • 23 A. Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, 1996, p. 133.
  • 24 Ibid., p. 512.

31Mais Louis Pavie, n’est pas ce bourgeois vulgaire que Jules Janin fustige tout au long de ses articles dans le Journal des Débats et que Barbey d’Aurevilly blâme dans ses écrits. Il appartient « aux classes supérieures de la société bourgeoise23 », bien différent du négociant ou du boutiquier. Payant le cens, Pavie a pu s’investir en politique ; rentier, il peut se consacrer aux affaires de l’esprit. Son mode de vie, aisé sans être opulent, lui apporte la tranquillité. Et ainsi, comme l’explique Adeline Daumard, « rentiers, propriétaires, capitalistes, tous étaient des hommes indépendants, conscients et fiers de l’être24 ».

32S’il n’a pas de noble lignée à faire valoir ni de titres, ni de fortune considérable, il a de l’esprit, une haute moralité et des principes spirituels qui s’accommodent mal du matérialisme et de l’arrivisme que d’autres, plus cyniques, érigent en vertus. Et ses opinions monarchistes et orléanistes ne le portent pourtant pas, non plus, à faire preuve de cet esprit de cour, que l’on associe encore trop souvent à la mondanité.

  • 25 Pour plus de détails, voir le texte de la conférence « Louis Pavie, l’honnête homme » donnée à la B (...)
  • 26 N. Faret (1596-1646), homme d’État et homme de lettres, auteur de L’Honnête Homme ou l’Art de plair (...)

33Plus qu’un « élégant » ou un dandy, il est un héritier de cet idéal d’« honnête homme », cher aux xviie et xviiie siècles25. La définition du Dictionnaire de l’Académie française de 1694 souligne trois aspects contenus dans l’expression : 1°) « Honneste signifie [...] Civil, courtois, poly », 2°) « homme d’honneur, homme de probité » et 3°) « Honneste homme, ne veut dire autre chose que galant homme, homme de bonne conversation, de bonne compagnie ». La locution « honnête homme », apparue sous la plume des moralistes et écrivains de l’époque, définit un modèle d’être humain, mesuré et agréable, obéissant aux valeurs sociales, morales et intellectuelles du Grand siècle, à l’opposé des pédants et des personnages excessifs que moque si finement le théâtre de Molière. Comme le disait déjà en 1630 Nicolas Faret, il faut « qu’il soit doué des vrais ornements de l’âme26 ».

  • 27 Nous pensons, entre autres, à Louis-François Bertin, (1766-1841), directeur du Journal des Débats, (...)

34Il est évident que cet idéal a continué d’influencer certains hommes du début du dix-neuvième siècle27. Instruit, tolérant, ce type de bourgeois « éclairé » fait preuve d’ouverture et d’altruisme. C’est un interlocuteur attentif qui écoute les opinions des autres ; il possède également un bon sens de l’humour et recherche en tout le juste milieu. Il a pour guide la Nature et pour fondement les vertus chrétiennes. Bref, charmant et charismatique, il a le goût des échanges humains et des bonnes mœurs.

35Commentant le Traité de la vie élégante de Balzac, Marie-Christine Natta pointait déjà cette « filiation » :

  • 28 H. de Balzac, op. cit., p. 59.

À la fin du chapitre V intitulé « Dogmes », on trouve une sorte de portrait du parfait élégant dont les qualités sont plus proches de l’honnête homme classique que de celles du dandy, même si, par ailleurs l’un et l’autre ont des qualités communes28.

36Louis Pavie serait donc ce genre d’« élégant ».

37Théodore est sans doute celui qui fait le moins cas de cette vie élégante. Façonné par les dures conditions de ses voyages, il préférera aux vaines mondanités un long exil volontaire dans ses terres du Haut-Anjou.

  • 29 Stendhal, De l’Amour, 1822, Paris, Mongie, vol. 2, chap. XLI, « des nations par rapport à l’amour. (...)
  • 30 Voir Ch. Baudelaire, « Le peintre de la vie moderne », dans Le Figaro du 26 et 29 novembre et 3 déc (...)
  • 31 Voir J. Barbey d’Aurevilly, Du dandysme et de George Brummell, Caen, G. Trebutien, 1845.

38Quant à Victor, de par son manque de confiance quasi congénital, il s’est toujours senti mal à l’aise dans la bonne société qu’il a pourtant côtoyée régulièrement lors de sa jeunesse à Paris, grâce à Nodier et Hugo notamment. Le jeune homme était trop timide et trop introverti pour finir dandy ! En tout cas pas au sens « anglais » du terme. Il n’a rien à voir non plus avec la définition de Stendhal qui parle « de jocrisses qui ne savent bien mettre que leur cravate29 ». À la rigueur, se rapproche-t-il en la matière de la conception défendue par Baudelaire30, qui insiste sur le caractère sacré de l’artiste (romantique, pour Pavie, cela va de soi !) et de celle, politique, de Barbey d’Aurevilly31, qu’il rejoint par l’identité de ses opinions antimodernistes. Mais rien d’ostentatoire ni de provocateur chez lui. Et, bien qu’il s’intéresse aux ornements et aux accessoires de mode lorsqu’il évoque, dans ses mémoires, les commerçants de son quartier, au moment de la première Restauration, ressuscitant les acteurs de l’élégance d’alors : marchands de draps, gantiers, fabricants de boutons de corne, marchands de bas, etc., il serait plus juste de parler de dandysme intellectuel à son propos, c’est-à-dire d’un souci constant d’exigence éthique et de respect des anciennes valeurs aristocratiques, mais également d’un fol attrait pour les arts, surtout la poésie, la peinture, l’architecture et la sculpture (Pavie est un critique très fin et très instruit). De plus, ses engagements religieux l’éloignent de toute originalité « bruyante ». L’élégance, chez lui, s’exprime donc essentiellement par son style (qualifiable à certains égards de « précieux ») et dans le choix de ses sujets de prédilection (l’art, les grandes figures nobles du passé…).

39Louis, Victor et Théodore Pavie ont significativement compté dans l’histoire de notre ville et de notre région ; et ils ont laissé une trace non négligeable dans la vie culturelle du dix-neuvième siècle. Ils relèvent bien, à des degrés divers, de cette sociabilité nouvelle, privilège d’une élite élargie. Mais ils n’en furent pas les otages, ne succombant ni aux modes ni aux mirages des distractions futiles. À l’échelle de la province, ils participèrent positivement à la nécessaire transformation de la société. Leur train de vie, leur notoriété furent davantage des moyens de mener à bien leurs desseins : informer, transmettre et développer la culture, améliorer le sort de leurs concitoyens, que des buts en eux-mêmes.

40Car les Pavie, forts de leur identité et de leurs convictions, ne confondaient pas rang mondain et sens de la vie.

Notes

1 A. Martin-Fugier, La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris 1815-1848, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1990, p. 15.

2 Loc. cit.

3 Loc. cit.

4 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, présenté et annoté par M.-Chr. Natta, CRLMC, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2000, p. 81.

5 Ibid., p. 83.

6 Ibid., p. 88.

7 A. Martin-Fugier, op. cit., p. 24.

8 Ibid., p. 140.

9 Loc. cit.

10 Et la vice-présidence en 1842 et 1855.

11 Récemment publiés : Victor Pavie. Récits de voyage et promenades romantiques, éd. présentée par G. Trigalot, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

12 Lettre de Victor Hugo à Victor Pavie du 18 juillet 1847, citée dans A. Crosnier, Théodore Pavie, le voyageur, le professeur, l’écrivain, l’homme et le chrétien, Angers, Lachèse et Cie, 1897, p. 2.

13 Le terme daterait de 1820 et s’applique aux quelques centaines de Parisiennes et Parisiens, célèbres et privilégiés, qui se retrouvent à chaque festivité ou solennité. Il est ce nouveau vocable amené à remplacer celui de « cour », dans ces temps où la Monarchie jette ses derniers feux.

14 H. de Balzac, op. cit., p. 99.

15 L’année précédente, devenu vicomte, le poète avait été promu officier de la Légion d’honneur par le duc d’Orléans et invité à son mariage. Toujours en 1837, grâce à cette protection, Hugo et Dumas avaient ouvert le Théâtre de la Renaissance.

16 Les deux familles entretenaient depuis longtemps des liens d’amitié, Louis avec le père : Henri Aubin de Nerbonne, Victor avec le fils : Henri Jean-Baptiste Aubin de Nerbonne.

17 Directeur d’une troupe équestre, originaire de Strasbourg, qui prenait ses quartiers d’hiver à Angers.

18 V. Pavie, « Processions et foires d’Angers », dans Œuvres choisies, t. II, Paris, Perrin et Cie, 1887, p. 50.

19 Ibid., p. 51.

20 Second fils de Louis-Philippe et son épouse.

21 A. Martin-Fugier, op. cit., p. 156.

22 Angers et Laval furent deux villes qui accueillirent assez massivement des réfugiés polonais.

23 A. Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, 1996, p. 133.

24 Ibid., p. 512.

25 Pour plus de détails, voir le texte de la conférence « Louis Pavie, l’honnête homme » donnée à la Bibliothèque municipale d’Angers le 8 juin 2012 et disponible sur le site www.bicentenairepavie.info. Consulté le 10.02.2017.

26 N. Faret (1596-1646), homme d’État et homme de lettres, auteur de L’Honnête Homme ou l’Art de plaire à la cour (1630). Citation dans l’édition de 1640, Paris, chez Pierre David, p. 54.

27 Nous pensons, entre autres, à Louis-François Bertin, (1766-1841), directeur du Journal des Débats, lui aussi pétri de culture classique, et des valeurs des xviie et xviiie siècles, mais cependant ouvert aux nouveaux courants littéraires et artistiques (voir G. Trigalot, Louis-François Bertin et la construction du journalisme : les débuts du quatrième pouvoir, mémoire de Master 2, université d’Angers, 2006).

28 H. de Balzac, op. cit., p. 59.

29 Stendhal, De l’Amour, 1822, Paris, Mongie, vol. 2, chap. XLI, « des nations par rapport à l’amour. De la France », p. 11-12.

30 Voir Ch. Baudelaire, « Le peintre de la vie moderne », dans Le Figaro du 26 et 29 novembre et 3 décembre 1863.

31 Voir J. Barbey d’Aurevilly, Du dandysme et de George Brummell, Caen, G. Trebutien, 1845.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr