Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

L’élégance aristocratique dans Les Diaboliques : Barbey d’Aurevilly balzacien

Jonathan Ruiz de Chastenet

Texte intégral

  • 1 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, dans Balzac, Baudelaire, Barbey d’Aurevilly, Sur le dandys (...)
  • 2 Ibid., p. 42.
  • 3 Ibid., p. 43.
  • 4 Dans le Traité de la vie élégante apparaissent deux événements politiques qui font date aux yeux de (...)
  • 5 A. Martin-Fugier, La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris (1815-1848), Paris, Fayard, 1990, p (...)

1Dans son Traité de la vie élégante (1830), Balzac définit l’élégance comme un phénomène individuel et social contemporain, donc limité dans le temps, mais découlant d’une réalité anthropologique universelle. Selon lui, ce phénomène procède d’un fait de nature, partout et toujours attesté, celui qui consiste pour l’homme à chercher à se différencier de ses congénères. Le besoin de distinction est en effet inhérent à l’âme humaine : « Le Sauvage même, a ses plumes, ses tatouages, ses arcs travaillés, ses cauris, et se bat pour des verroteries1 ». Cette tendance explique pourquoi, dans chaque société, divisée entre dominants dissipateurs (appelés oisifs) et dominés producteurs (qualifiés d’occupés), la minorité dirigeante se trouve particulièrement intéressée au maintien de la disparité des conditions, réputée fatale, refusant d’être confondue avec les travailleurs opprimés, relégués au dernier rang : « Du désir de ne pas appartenir à la cause souffrante et vexée dérivent la noblesse, l’aristocratie, la distinction, les courtisans, les courtisanes, etc2. » Ainsi aurait historiquement fonctionné en France la société traditionnelle, pendant quatorze siècles, jusqu’au bouleversement produit par la Révolution : « Les gens occupés se lassèrent de travailler tout seuls ; ils se mirent en tête de partager la peine et le profit par parties égales3 ». Pour autant, Balzac estime que l’égalité juridique et sociale imposée de force par les révolutionnaires n’est point parvenue à éteindre dans le cœur de l’homme son penchant à la singularisation4. L’état égalitaire a suscité la vie élégante, involontairement : l’élégance serait une réponse voire une résistance au nivellement généralisé, la manifestation moderne des différences essentielles. Comme le dit Anne Martin-Fugier dans son étude sur le monde parisien, d’une certaine façon « la vie élégante a pris la relève de la vie aristocratique de l’Ancien Régime5 ».

2Pour Balzac l’élégance n’existait donc pas avant la Révolution. À tout le moins, elle ne servait pas à distinguer les hommes puisque la forme sociale inégalitaire se chargeait elle-même de séparer les uns des autres. Dans l’Ancien Régime, le gentilhomme français se dispensait d’être élégant car il était, par sa naissance et sa position, un être tout à fait à part :

  • 6 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 47.

Un noble pouvait faire des dettes, vivre dans les cabarets, ne pas savoir écrire ou parler, être ignorant, stupide, prostituer son caractère, dire des niaiseries, il demeurait noble. Le bourreau et la loi le distinguaient encore de tous les exemplaires de Jacques Bonhomme, (l’admirable type des gens occupés) en lui tranchant la tête, au lieu de le pendre6.

  • 7 Au sujet du mythe de la conquête germanique, nous renvoyons à L. Poliakov, Le Mythe aryen, Paris, C (...)

3À la même page, cette vision de l’histoire amène Balzac à énoncer et à faire sienne une conception nobiliaire restrictive, de type socio-racial, héritée des écrivains de l’ancienne France adeptes du féodalisme, et justifiant l’inégalité des rangs par une différence d’ordre généalogique : « Véritables esclaves, les Gaulois étaient devant [le gentilhomme], comme s’ils n’existaient pas ». La noblesse, caste très fermée réunissant les féodaux issus des Francs conquérants envahisseurs de la Gaule, dominait un tiers état formé des descendants des Gaulois vaincus, réduits en servage et tenus à grande distance7. Une telle ségrégation rend effectivement superflu tout autre mode de distinction.

4Suite à l’abandon des frontières sociales, l’élégance a donc surgi spontanément et s’est imposée comme une évidence, suppléant une noblesse abolie, dépouillée de son aura ancestrale et dépossédée de ses prérogatives :

  • 8 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 51.

Du moment où […] le fils naturel d’un baigneur millionnaire et un homme de talent ont les mêmes droits que le fils d’un comte, nous ne pouvons plus être distinctibles que par notre valeur intrinsèque. […] Aussi le savoir-vivre, l’élégance des manières, le je ne sais quoi, fruit d’une éducation complète, forment la seule barrière qui sépare l’oisif, de l’homme occupé8.

5Relevons dans cet extrait le néologisme distinctible, préféré de façon révélatrice à l’adjectif distinguable, sémantiquement neutre : il s’agit de forger un terme neuf pour rendre compte d’une réalité nouvelle, qui est l’impératif, dans le chaos social né de la modernité révolutionnaire, d’inventer une démarcation visible en remplacement de celles ayant disparu.

  • 9 Ibid., p. 61.
  • 10 Ibid., p. 70. Nous soulignons.
  • 11 Ibid., p. 53. Nous soulignons.
  • 12 Loc. cit. Nous soulignons.

6Dépeignant les conditions historiques qui ont favorisé l’émergence de la vie élégante, Balzac en ébauche une définition, présentant l’élégance comme le résultat d’une formation accomplie. Pourtant, un peu plus loin dans le Traité, l’auteur affirme que l’élégance « provient également d’un instinct et d’une habitude9 », introduisant dans son discours une dialectique de l’inné et de l’acquis typiquement nobiliaire. De fait, l’élégance a beaucoup en commun avec la noblesse, notamment l’idée de naissance et de nature. L’élégance n’est-elle pas en effet le « secret des esprits nativement distingués10 » ? De même, n’est-elle pas « l’indice d’une nature perfectionnée11 » ? Lapidairement Balzac y insiste : « Un homme devient riche, il naît élégant12 ». Certes, la richesse est un moyen nécessaire à la vie élégante, mais elle ne saurait en aucune façon la déterminer : le pécule ne permet pas plus de s’arroger l’instinct natif de l’élégance qu’il ne pouvait autrefois acquérir les vertus héréditaires de la noblesse, les anoblis par la loi n’étant point en théorie assimilables aux nobles par le sang.

  • 13 Ibid., p. 51.
  • 14 Ibid., p. 53.
  • 15 Ibid., p. 52.
  • 16 Ibid., p. 40.
  • 17 Ibid., p. 41.
  • 18 Ibid., p. 45.
  • 19 Ibid., p. 53.
  • 20 Ibid., p. 84. C’est l’auteur qui souligne.
  • 21 H. de Balzac, La Fille aux yeux d’or, dans La Comédie humaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèq (...)
  • 22 H. de Balzac, Illusions perdues, dans La Comédie humaine, op. cit., t. V, p. 389.
  • 23 H. de Balzac, La Fille aux yeux d’or, dans La Comédie humaine, op. cit., t. V, p. 1057.
  • 24 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 45. C’est l’auteur qui souligne.

7Qu’est-ce exactement que ce « je ne sais quoi13 » de l’élégance ? Malgré la subtilité de la chose, Balzac tente de cerner les contours de cette « indéfinissable faculté14 », en parsemant son texte d’indices multiples. Pêle-mêle, l’élégance se manifeste tout à la fois par une « instruction », une « pureté du langage », une « grâce du maintien », une « manière de porter la toilette »15 ; ou bien « un art de dépenser ses revenus » et « une science qui nous apprend à ne rien faire comme les autres, en paraissant tout faire comme eux »16 ; ou encore un « développement de la grâce et du goût17 », une « science des manières18 », un « tact exquis », une « haute pensée d’ordre et d’harmonie19 ». Enfin, notons que Balzac prend soin de distinguer l’élégance du dandysme, qu’il condamne, empruntant au vocabulaire théologique, comme une déviance trompeuse : « Le Dandysme est une hérésie de la vie élégante20 ». Le dandysme se contenterait de suivre la mode. Il ne s’agirait que d’une posture (voire d’une imposture). En quelque sorte, le dandysme disposerait de la lettre, non de l’esprit de l’élégance. Sur ce point Balzac se contredira grandement : dans La Comédie humaine, l’opposition entre le dandy et l’homme élégant est, sinon réduite, souvent absente. En témoigne le personnage d’Henri de Marsay, héros apparaissant dans plusieurs romans balzaciens et créé à partir d’un célèbre modèle, le comte Alfred d’Orsay (la paronymie onomastique ne laisse aucune place au doute), référence du dandysme historique. Bien que fils naturel, Marsay est un gentilhomme de race : il a pris de son père et de sa mère « un sang pur, une peau de jeune fille, un air doux et modeste, une taille fine et aristocratique, de fort belles mains21 ». Doué de nombreux talents, instruit des bonnes manières par un prêtre désenchanté de la vie, et prémuni par lui des dangers du monde, le « roi de nos dandies22 » incarne à la perfection la vie élégante. Son portrait physique et moral est éloquent : artiste, spirituel, gracieux, sportif, impertinent mais agréable, maître de lui en toutes circonstances, le dandy Marsay non seulement présente tous les caractères de l’homme élégant, mais il en est également la version la plus achevée. Le narrateur de La Fille aux yeux d’or note en effet qu’Henri de Marsay sait monter « à cheval de manière à réaliser la fable du centaure23 ». Or, dans son Traité, Balzac écrit : « Pour la vie élégante, il n’y a d’être complet que le centaure, l’homme en tilbury24 ». Avec l’aristocrate Henri de Marsay, la différence entre dandysme et élégance tend à s’annuler complètement.

  • 25 Alfred d’Orsay inspire à Barbey le héros du Cachet d’Onyx, Auguste Dorsay, qui se venge de sa maîtr (...)

8Cette ambivalence finalement résolue laissera de profondes traces dans l’ensemble de la littérature théorique vouée au sujet, et marquée par ce double mouvement contradictoire d’approbation et de rejet du dandysme. L’œuvre de Barbey d’Aurevilly le confirme, balançant entre deux conceptions antinomiques du phénomène. L’une, méliorative, exalte l’originalité et l’héroïsme d’un dandy fidèle à lui-même et à sa supériorité ; l’autre, négative, stigmatise la fatuité et l’inhumanité d’un dandy monstrueux à force d’artifice et de froideur calculée. Ainsi le comte d’Orsay, archétype du dandy, est-il tour à tour détesté et célébré25.

  • 26 Pour Baudelaire, Barbey est un « catholique dandy » (Ch. Baudelaire, [Idées et listes de pièces pro (...)
  • 27 J. Barbey d’Aurevilly, « De l’élégance », dans Barbey d’Aurevilly journaliste. Articles et chroniqu (...)
  • 28 J. Barbey d’Aurevilly, lettre à Trébutien du mercredi 16 (ou 23) avril 1843, dans Correspondance gé (...)
  • 29 Entre 1850 et 1875, Barbey n’écrira pas moins de dix-neuf articles sur Balzac (voir J. Petit, Barbe (...)
  • 30 J. Barbey d’Aurevilly, « Balzac », Romanciers d’hier et d’avant-hier, dans Œuvre critique, Paris, L (...)
  • 31 Ibid., p. 471.
  • 32 Ibid., p. 470.

9Barbey, qui passait lui-même pour un dandy26, publie dès 1843, sous le pseudonyme de Maximilienne de Syrène, un article intitulé « De l’élégance », dans Le Moniteur de la mode : il y fait allusion à Balzac qu’il déclare « maître en fait d’élégance et de distinctions supérieures27 ». Cette même année 1843, Barbey évoque dans sa correspondance le projet d’un essai dédié au phénomène du dandysme28, lequel paraîtra en 1845 sous le titre Du Dandysme et de George Brummell. Jusqu’en 1879, l’auteur y apportera retouches et ajouts, signalant ainsi l’importance qu’il attache à ce texte. Dans ces différents écrits, Barbey se place manifestement dans le sillage de Balzac, révélant un effort de théorisation du dandysme que Baudelaire poursuivra dans Le Peintre de la vie moderne (chapitre IX). Dans un article consacré au créateur de La Comédie humaine29, Barbey rend compte en 1870 du Traité de la vie élégante, qu’il avait évidemment lu en 1843. Balzac est à nouveau revendiqué et présenté d’emblée comme « notre maître à tous30 », en qui Barbey plus loin salue avec fougue « le caractère épique d’un génie qui [s’approprie] tous les sujets31 ». Il lui reconnaît l’originalité d’avoir le premier dégagé les principes constitutifs de l’élégance, d’avoir en somme composé un « Esprit des Lois de la vie élégante […], mais […] un Esprit des Lois relevé de plus de généralités et d’épigrammes qu’on n’en trouve dans Montesquieu32 ». En outre, ce que Barbey admire en Balzac, ce n’est pas exclusivement le magistral théoricien de l’élégance, ni l’observateur perspicace d’un monde en transformation, c’est aussi et peut-être avant tout l’inventeur génial qui, avec un art indépassable, transpose en ses personnages d’une vérité saisissante les préceptes fondamentaux de l’élégance, tels qu’ils sont définis dans le Traité :

  • 33 Ibid., p. 474.

Les têtes les plus étonnantes de sa Comédie humaine, celles dans lesquelles il a versé le plus d’intelligence, sont des têtes de dandys. C’est Henri de Marsay, le Machiavel-Alcibiade, c’est Maxime de Trailles, le Mirabeau manqué, c’est la Palférine et tant d’autres, marqués tous, sans que la largeur de leur front en souffre, de ce cachet de dandysme laissé peut-être pour longtemps sur la fatuité de la société européenne, tant les hommes qui gravèrent ce cachet aux armes de l’Angleterre furent de redoutables fascinateurs33 !

10En disciple de Balzac, Barbey lui-même suivra une voie similaire : il peuplera ses récits de nombreux personnages élégants incarnant le dandysme et illustrant en quelque sorte la réflexion théorique élaborée dans son essai Du Dandysme à partir de la lecture du Traité de la vie élégante. De ce point de vue, le recueil de nouvelles Les Diaboliques (1874) est, dans l’œuvre de Barbey, tout à fait caractéristique.

  • 34 Voir F. Lotte, Armorial de la Comédie humaine, Paris, Garnier, 1963.

11En effet, à l’instar des héros de la noblesse balzacienne, que Barbey imagine timbrés d’un sceau du dandysme, héros d’ailleurs pourvus par leur créateur d’armoiries propres, réelles ou imaginaires34, les protagonistes des six nouvelles des Diaboliques portent la marque du dandysme et se singularisent par une distinction héraldique et généalogique. Exemplairement, la baronne de Mascranny, élégante figure nobiliaire tenant salon à Paris, le démontre à la première page du « Dessous de cartes d’une partie de whist » :

  • 35 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », Les Diaboliques, dans Œuvres (...)

La baronne de Mascranny est, par son mari, d’une ancienne et très illustre famille, originaire des Grisons. Elle porte, comme tout le monde le sait, de gueules à trois fasces, vivrées de gueules à l’aigle éployée d’argent, addextrée d’une clef d’argent, senestrée d’un casque de même, l’écu chargé, en cœur, d’un écusson d’azur à une fleur de lys d’or ; et ce chef, ainsi que les pièces qui le couvrent, ont été octroyées par plusieurs souverains de l’Europe à la famille de Mascranny, en récompense des services qu’elle leur a rendus à différentes époques de l’histoire35.

  • 36 Ibid., p. 130.
  • 37 Loc. cit.

12Ce passage, ressemblant peu ou prou à une notice armoriale tirée de l’almanach de Gotha, n’a pas qu’une fonction ornementale permettant de planter un décor mondain, il informe également sur le personnage en le situant dans une hiérarchie, qui n’est certes plus reconnue officiellement dans le monde démocratisé, mais qui a conservé tout son prestige, au moins pour ceux qui s’en réclament et qui maintiennent les traditions sociales héritées des ancêtres. L’écu marital de la baronne de Mascranny annonce une ascendance guerrière voire héroïque, car il est chargé de concessions dues aux actions d’éclat et aux bienfaits accomplis par les différents membres de ce haut parage. D’où l’arrangement « si noblement compliqué36 » de l’antique blason. L’aigle impériale et le lys royal augmentent la noblesse du personnage, le raccordant aux lignées souveraines, puisque digne d’en porter les emblèmes. La baronne exerce en effet un règne dans un salon transformé en « une espèce de Coblentz délicieux », lieu d’exil accueillant les émigrés de l’intérieur qui n’ont pas renoncé à la vie aristocratique d’antan, y perpétuant ses coutumes et ses rites, et résistant à l’envahissement des « mœurs utilitaires et occupées37 » des temps nouveaux. Notons que le narrateur emploie l’expression « mœurs occupées », renvoyant très clairement à l’antinomie balzacienne opposant vie occupée et vie élégante.

  • 38 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 246-247.
  • 39 Ibid., p. 246. Idée chère à Villiers: lui-même se prétendait « plus noble que le roi » (A. de Villi (...)
  • 40 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 247.

13D’autres personnages revendiquent l’ancienneté de leur lignage et la pureté de leur sang, telle la duchesse de Sierra-Leone, issue des Turre-Cremata, famille divisée en deux branches, l’une établie en Italie, l’autre en Espagne sous le nom de Torquemada, où leurs membres furent très puissants pendant des siècles38. La confession biographique que la duchesse livre au héros de la nouvelle, Robert de Tressignies, comporte des indications généalogiques non seulement nécessaires à la compréhension du drame qui se joue, mais également utiles au grandissement du personnage, placé au même rang que son mari, qui est selon elle « le plus grand seigneur des Espagnes et le plus orgueilleux de tous ceux qui ont le privilège de rester couverts devant Sa Majesté le Roi, car il se croit dix fois plus noble que le roi39 ». La noblesse confine à la royauté, voire elle la sublime. On ne peut imaginer distinction plus absolue. Le mariage entre Christoval de Sierra-Leone et Florinda de Turre-Cremata était donc une « affaire de race à race40 ».

  • 41 Ibid., p. 246.
  • 42 L’anthropologue Bory de Saint-Vincent rapproche le mythe hispano-gothique de notre mythe franc: « L (...)
  • 43 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 246.
  • 44 Ibid., p. 247.
  • 45 Loc. cit.

14Le duc d’Arcos de Sierra-Leone méprise les Habsbourg autrichiens et les Bourbons français au motif que l’origine de sa propre filiation est plus ancienne que celle de ces maisons royales ayant régné en Espagne : « Il descend, lui, des anciens rois Goths, et par Brunehild il est allié aux Mérovingiens de France41 ». La référence à la conquête wisigothique de l’Espagne rappelle la croyance à la supériorité de l’hérédité germanique affirmée dans le Traité de la vie élégante, ce que renforce le rattachement, par les femmes, du duc d’Arcos à la première dynastie royale française fondée par le roi des Francs Mérovée, race éteinte depuis des siècles42. De plus, la croyance au sang pur est explicitement évoquée : la duchesse rapporte que don Christoval d’Arcos de Sierra-Leone « se pique de n’avoir dans les veines que de ce sangre azul dont les plus vieilles races, dégradées par les mésalliances, n’ont plus maintenant que quelques gouttes43 ». Homme au sang bleu et d’une race sans mélange, le duc d’Arcos est tout à fait représentatif de la vie oisive, gardant intactes les « mœurs du passé44 », vivant fièrement dans sa forteresse médiévale fichée à la frontière portugaise, et se montrant « dans toutes ses habitudes, plus féodal que son château ». La duchesse raconte : « Je vivais là, près de lui, entre mon confesseur et mes caméristes, de cette vie somptueuse, monotone et triste, qui aurait écrasé d’ennui toute âme plus faible que la mienne45. » Florinda de Turre-Cremata était destinée, par sa haute origine et son éducation, à cette existence d’élégance hiératique réservée à la caste dominatrice.

  • 46 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 13.
  • 47 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 153.
  • 48 Ibid., p. 144.
  • 49 Ibid., p. 138.
  • 50 Ibid., p. 135.
  • 51 Loc. cit.
  • 52 Ibid., p. 136.
  • 53 Ibid., p. 134.
  • 54 Ibid., p. 136.
  • 55 Ibid., p. 135.
  • 56 Ibid., p. 136.
  • 57 Ibid., p. 148.
  • 58 Ibid., p. 136.

15Le vicomte de Brassard peut se prévaloir d’une lignée ancienne et conquérante. Le narrateur du « Rideau cramoisi » remarque en effet que ce gentilhomme était « de race normande, de la race de Guillaume le Conquérant, et il avait, dit-on, beaucoup conquis46 ». Facétieux, le narrateur joue sur la polysémie du mot conquête, indiquant par là les nombreux succès remportés par le vicomte auprès des femmes. L’amusement cependant ne fait pas oublier que Brassard descend des héroïques Normands envahisseurs de l’Angleterre. La comtesse de Stasseville, qui porte le nom de son château normand47, est pareillement une « femme de race48 », issue du peuple nordique conquérant, tout comme les Anglais que la petite ville normande la plus aristocratique de France, où se déroule l’histoire rapportée, accueille dans ses châteaux et ses hôtels. Entre Normands et Anglais, il y a une « parenté de race49 », ces derniers étant « fils de la même barque de pirates que les Normands50 ». En revanche, entre la noblesse et la bourgeoisie normandes, les « races se séparent51 » car la société est cloisonnée : ce clivage est voulu par des nobles intransigeants « pour qui la vie finissait à la limite de leur caste52 ». L’aristocratie se sent menacée par une « bourgeoisie insolente53 », laquelle enrage parce qu’elle rêverait d’annuler la distance obsédante qui la sépare de sa rivale. Les nobles ne se mêlent point aux bourgeois qui ne sont rien d’autre à leurs yeux que des « fils de domestiques, affranchis et enrichis54 ». Attachés à leur grandeur passée, les gentilshommes ne peuvent envisager un quelconque rapport avec les membres de l’ancien tiers état : « Comment voulez-vous, – disaient-ils, – que nous voyions tous ces bourgeois dont les pères ont donné des assiettes aux nôtres55 ? » La distance est telle que la guerre sociale ne peut avoir lieu : « Ici, la démarcation était si profonde, si épaisse, si infranchissable, entre ce qui était noble et ce qui ne l’était pas, que toute lutte entre la noblesse et la roture était impossible56. » La naissance, c’est-à-dire les « quatre générations de noblesse nécessaires pour être gentilhomme57 », niveau minimal requis, est le critère démarcatif qui fonde le séparatisme socio-racial entre les roturiers occupés et les aristocrates bien nés qui mènent une vie oisive dans « la forteresse de leurs hôtels58 ».

  • 59 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 182.
  • 60 Loc. cit. C’est l’auteur qui souligne.
  • 61 Ibid., p. 193.
  • 62 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Plus bel amour de don Juan », p. 67.
  • 63 J. Barbey d’Aurevilly, Du Dandysme et de George Brummell, dans Œuvres romanesques complètes, op. ci (...)

16Dans le « Dîner d’athées », le chevalier de Mesnilgrand présente ce caractère réaliste qui « distingue les hommes de race normande59 » : fidèle aux formes traditionnelles de la hiérarchie, il éprouve peu de goût pour les abstractions démocratiques et se défie des illusions révolutionnaires. « Il était profondément aristocrate. Il ne l’était pas seulement de naissance, de caste, de rang social ; il l’était de nature, comme il était lui, et pas un autre, et comme il l’eût été encore, aurait-il été le dernier cordonnier de sa ville60. » Cette considération ouvre clairement la voie à une vision plus élargie de la noblesse, tenant compte de la valeur individuelle. Mesnilgrand est un « patricien de nature » qui n’appartient pas à « la même espèce que les autres » aristocrates61. La noblesse lui vient d’une extraction chevaleresque ancienne, ainsi que de la place qu’il occupe dans l’organisation sociale et militaire, mais elle procède essentiellement de son individualité propre, sous l’effet d’une vertu personnelle innée dont sont également dotés des héros ne faisant pas partie de la noblesse de sang. Des protagonistes issus de la roture vérifient cette théorie de l’aristocratie individuelle, telle la princesse Jable dans « Le Plus Bel Amour de don Juan » : douée d’un « charme étrange » commun aux personnages élégants, la princesse est en fait « une Bohémienne, épousée par amour par le plus beau prince de l’émigration polonaise, et qui a l’air aussi princesse que si elle était née sous les courtines des Jagellons62 ». Ses manières distinguées reflètent une supériorité naturelle qui pallie le défaut de naissance. Comme la Grande Mademoiselle qu’évoque Barbey dans son essai Du Dandysme, la princesse Jable est une « princesse de substance63 ». L’auteur entend montrer la toute-puissance d’individualités aptes à renouveler et à renforcer l’élite aristocratique et élégante.

  • 64 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 43.
  • 65 Ibid., p. 33.
  • 66 Ibid., p. 35.
  • 67 Ibid., p. 37.
  • 68 Ibid., p. 31.
  • 69 Ibid., p. 32.
  • 70 Ibid., p. 31.
  • 71 Tel est le cas par exemple du comte de Ravila, séducteur hors pair qui appartient à « la race Juan (...)
  • 72 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 45.
  • 73 Ibid., p. 48. Quant à elle, la comtesse de Stasseville a un « nez bourbonien » (J. Barbey d’Aurevil (...)

17Dans « Le Rideau cramoisi », Albertine incarne significativement la possibilité d’une nouvelle aristocratie admise par le narrateur. Fille de « bourgeois vulgaires64 » chez lesquels le jeune sous-lieutenant de Brassard, en garnison dans une petite ville de province, a pris ses quartiers, Albertine dévoile au héros une grandeur insoupçonnable mais non moins réelle et imposante. Brassard, profondément troublé par ses manières altières, en a gardé le souvenir des décennies plus tard : Albertine avait en effet un « air si déplacé d’Infante65 », un « air de princesse de cérémonie66 », un « air d’Infante qui défiait tout par sa hauteur d’indifférence67 », et qui « la séparait non seulement de ses parents, mais de tous les autres68 ». Comment expliquer le mystère de cette « archiduchesse d’altitude, tombée du ciel chez ces bourgeois69 », autrement que par cette aristocratie de nature dont font preuve certains héros instinctivement, qu’ils appartiennent ou non à la noblesse de sang ? Sa suprême distinction est telle qu’entre Albertine et ses géniteurs « il y avait l’abîme d’une race70 », dit Brassard, suggérant l’éventualité de filiations imaginaires parallèles, propres à expliquer symboliquement la grandeur de certains héros71. Outre ses manières princières, Albertine offre une physionomie qui l’apparente à une race royale et impériale : elle présente des « traits de princesse72 » et exhibe de plus un « front néronien73 ». Son corps révèle une capacité à la souveraineté, une appartenance à l’élite dirigeante.

  • 74 Voir R. Fortassier, Les Mondains de la Comédie humaine, Paris, Klincksieck, 1974, p. 191-200.
  • 75 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 17.
  • 76 Ibid., p. 13.
  • 77 Ibid., p. 17.
  • 78 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Plus bel amour de don Juan », p. 62.
  • 79 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 233.
  • 80 Ibid., p. 238.
  • 81 Dans une autre nouvelle, la comtesse du Tremblay de Stasseville le confirme, découvrant des « mains (...)
  • 82 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 240.
  • 83 Ibid., p. 239.
  • 84 Ibid., p. 240. Il s’agit de La Tentation de saint Antoine (1552) que Barbey, emmené par son ami Tré (...)
  • 85 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 234. Il s’agit de Salomon et la reine de Sa (...)
  • 86 Ibid., p. 237. Horace Vernet a peint un tableau intitulé Judith et Holopherne (1829).

18Sous ce rapport, constatons que l’ensemble du personnel élégant du recueil, racé et affilié par métaphore à de glorieux prédécesseurs, historiques ou mythiques, manifeste sa supériorité par une morphologie typique, à l’image des mondains balzaciens74. Le front, comme nous venons de le montrer, est une partie du visage significative. Ainsi le vicomte de Brassard présente pour sa part un « front de la plus haute noblesse – un front bombé, sans aucune ride, blanc comme le bras d’une femme75 », qui authentifie l’origine distinguée du personnage de manière éclatante. Brassard en effet « était superbe76 », affirme le narrateur, et « beau de la beauté de l’empereur Nicolas77 ». Le comte de Ravila de Ravilès, au « front divin », incarne « la vraie beauté, – la beauté insolente, joyeuse, impériale »78. Empreint de beauté souveraine, le corps aristocratique ne peut pas mentir. Malgré des atours vulgaires, la prostituée que rencontre Robert de Tressignies dans la rue, et qui n’est autre que la duchesse de Sierra-Leone, ne peut pas dissimuler sa nature éminente : « Elle était d’une telle beauté qu’on pouvait s’étonner que cette beauté ne l’eût pas classée plus haut79 ». Cette courtisane pique la curiosité du dandy qui s’approche, puis la suit jusque chez elle. Là, Tressignies ausculte l’Espagnole : « Il lui prit ses mains désarmées, et il s’en attesta la beauté suzeraine80. » Comme le front, les mains, par leur beauté, sont signe de noblesse81. Débarrassée de ses ornements de mauvais goût, la duchesse qui se prostitue pour se venger laisse voir une « beauté absolue82 » que ses mains promettaient : le héros, pourtant blasé en la matière, est « littéralement foudroyé d’une beauté que son œil exercé […] n’avait pas, au boulevard, devinée tout entière83 ». Subjugué, Robert de Tressignies recouvre le désir au contact d’un corps sublime semblable à celui de la « courtisane qui tente le Saint dans le tableau de Véronèse84 ». Le narrateur multiplie les comparaisons picturales : plus haut dans la nouvelle, la prostituée lui paraissait « plus fière que la reine de Saba du Tintoret85 » ; ailleurs, son aspect général lui « rappelait la Judith de Vernet86 ». Le corps aristocratique ne peut trouver d’homologie que dans l’art.

  • 87 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 84-85.
  • 88 Ibid., p. 85.
  • 89 Ibid., p. 113.
  • 90 Ibid., p. 85.
  • 91 Ibid., p. 95.
  • 92 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 158.
  • 93 Ibid., p. 143.
  • 94 Ibid., p. 142.

19Il en va de même pour les autres élégants, tels le comte Serlon de Savigny et sa seconde épouse Hauteclaire Stassin, dont la « haute taille » indique au narrateur qu’ils appartiennent « aux rangs élevés du monde parisien87 ». Tous deux sont « parfaitement beaux88 » : ils ressemblent à « deux belles statues de la Jeunesse et de la Force89 ». Ce n’est plus la peinture mais la sculpture qui est convoquée. Hauteclaire en effet « faisait penser à la grande Isis noire du Musée Égyptien, par l’ampleur de ses formes90 » ; elle avait des « formes de Pallas de Velletri91 ». Marmor de Karkoël, un gentilhomme écossais champion de whist, affiche quant à lui un « front, qu’on eût cru sculpté dans cette substance que les peintres d’aquarelle appellent terre de Sienne92 », un « front cuivré, large et bas, écueil de marbre humain qui ne faisait pas un seul pli93 » (ce pourquoi il porte bien son nom comme le souligne lui-même le narrateur), et des « mains blanches et bien sculptées94 ». Par leur suprême beauté, les êtres élégants qui s’adonnent à la vie oisive sont de véritables œuvres d’art.

20Pourtant, l’on compte des personnages laids parmi les gentilshommes. La laideur ne risque-t-elle pas de compromettre la grandeur et la distinction des aristocrates ? Le visage de Marmor de Karkoël, bien que taillé dans du marbre, matière noble et luxueuse, ne réunit pas les conditions de la beauté corporelle. Son visage manque d’harmonie (le front et le nez sont mal appariés, les yeux très noirs sont trop rapprochés) et semble avoir précocement vieilli.

  • 95 Ibid., p. 140-141.

Il n’était pas beau, mais il était expressif. Ses cheveux étaient noirs, très durs, droits, un peu courts, et sa main les écartait souvent de ses tempes et les rejetait en arrière. Il y avait dans ce mouvement une véritable, mais sinistre éloquence de geste. Il semblait écarter un remords. Cela frappait d’abord, et, comme les choses profondes, cela frappait toujours95.

  • 96 J. Barbey d’Aurevilly, « De l’élégance », op. cit., p. 65.
  • 97 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 141. Nous soulignons.

21L’absence de beauté est largement compensée par le charme qui se dégage du personnage. Sa chevelure hideuse pourrait dégoûter, mais la grâce avec laquelle elle est manipulée fascine et séduit tous ceux qui assistent à ce spectacle, malgré l’inquiétude naissante. Entre la beauté, la grâce et l’élégance, se nouent des relations très subtiles comme l’affirme Barbey dans son premier article sur le sujet : « L’élégance est plus que la grâce et moins que la beauté, mais elle se compose néanmoins de beauté et de grâce96 ». Sans doute est-il difficile de mesurer les dosages exacts de cet heureux mélange ; constatons toutefois que tous nos aristocrates barbeyens sont empreints de cette élégance combinant beauté corporelle et grâce gestuelle. Car il y a une certaine beauté corporelle chez Marmor malgré tout. La difformité de son visage mise à part, et en dépit d’une relative disproportion entre sa petite taille et son large buste, le personnage dispose d’atouts physiques incontestables : « Il paraissait plus grand qu’il n’était […] ; mais, au défaut près que je viens de signaler, très bien fait et d’une vigueur de souplesse endormie, comme celle du tigre dans sa peau de velours97. » Beauté et grâce qui produisent l’élégance se rencontrent à nouveau. Si nous comprenons facilement que la beauté est affaire de proportion, la comparaison qu’emploie le narrateur nous renseigne sur la propriété de la grâce : celle-ci réside dans le mariage de deux vertus contraires, la force et la douceur. Force qui peut d’ailleurs se muer en férocité comme le suggère l’image du tigre, et qui explique la cruauté potentielle des êtres élégants, leur vocation diabolique.

22Dans le « Dîner d’athées », le portrait du chevalier de Mesnilgrand ressemble beaucoup à celui du gentilhomme écossais, et mérite d’être cité :

  • 98 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 184.

Il était rudement laid ; mais son visage pâle et ravagé, […] son front ridé prématurément, […] son nez épaté de léopard, ses yeux glauques, […] avaient une expression devant laquelle les plus moqueuses de la ville de *** se sentaient troublées. Quand il était là, les plus ricaneuses ne ricanaient plus. Grand, fort, bien tourné, […] le chevalier de Mesnilgrand avait, sous son costume moderne, l’air perdu qu’on retrouve dans certains majestueux portraits de famille […]. D’ailleurs, Mesnilgrand couronnait tous ces avantages par un avantage supérieur à tous les autres […] : il était toujours divinement mis98.

  • 99 Ibid., p. 185.
  • 100 Ibid., p. 184-185.
  • 101 Ibid., p. 185.
  • 102 « La moindre incorrection dans une parure, peut faire reléguer une duchesse inconnue dans les derni (...)
  • 103 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 192.

23Comme Marmor de Karkoël, Mesnilgrand n’offre point à la vue un joli visage. Néanmoins, il émane du personnage ce même charme envoûtant qui frappe et attire, quelque chose de grandiose. Mesnilgrand en impose : « Qui l’avait vu une fois ne l’oubliait plus99. » Cette fascination que l’aristocrate de nature inspire trouve sa source dans l’union de la beauté et de la grâce : Mesnilgrand est à la fois « bien tourné » et a un « air majestueux ». De plus, ce gentilhomme apparemment coquet est « toujours divinement mis », soin qui rappelle la passion de cet ancien officier pour les dépenses somptuaires et les parures luxueuses, telles peaux de tigre ou bottes rouges100 : « Le fait est qu’aucun jeune homme de Paris ou de Londres ne l’eût emporté par l’élégance sur ce misanthrope qui n’était plus du monde101 ». Le vêtement joue naturellement un rôle essentiel dans l’élégance, puisqu’il permet, nous dit Balzac, de différencier les hommes dans une société modernisée où la hiérarchie nobiliaire officiellement abolie ne détermine plus la place de chacun dans le monde102. Contrairement à ses anciens compagnons d’armes de l’Empire napoléonien, beaux mais d’une « beauté régulière », élégants mais d’une « élégance soldatesque », Mesnilgrand « se distinguait – impérialement – de tous les autres103 ». Le chevalier est en effet « adorablement mis » :

  • 104 Ibid., p. 193.

24Il portait un amour de redingote noire, et il était cravaté (comme on se cravatait alors) d’un foulard blanc, de nuance écrue, semé d’imperceptibles étoiles d’or brodées à la main. […] Son pied nerveux et fin, […] était chaussé de bas de soie à jour et de ces escarpins, très découverts et à talon élevé, qu’affectionnait Chateaubriand, l’homme le plus préoccupé de son pied qu’il y eût en Europe, après le grand-duc Constantin. Sa redingote ouverte, coupée par Staub, laissait voir un pantalon de prunelle à reflets scabieuse et un simple gilet de casimir noir à châle, sans chaîne d’or ; car, ce jour-là, Mesnilgrand n’avait de bijoux d’aucune sorte, si ce n’est un camée antique d’un grand prix, représentant la tête d’Alexandre, qui fixait sur sa poitrine les plis étendus de sa cravate sans nœud […]. Rien qu’en le voyant en cette tenue, on sentait que l’artiste avait passé par le soldat et l’avait transfiguré104.

  • 105 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 91.
  • 106 H. de Balzac, Illusions perdues, dans La Comédie humaine, op. cit., t. V, p. 285.
  • 107 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 181.
  • 108 Ch. Baudelaire, lettre du 5 décembre 1860 à Alphonse de Calonne, dans Correspondance, Paris, Gallim (...)
  • 109 Voir J. Petit, notice sur Du Dandysme et de George Brummell, op. cit., t. II, p. 1433. Dans la list (...)
  • 110 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 95.
  • 111 « Si le peuple vous regarde avec attention vous n’êtes pas bien mis, vous êtes trop bien mis, trop (...)

25De la physionomie, le narrateur est ici passé à ce que Balzac appelle dans son traité la « vestignomie105 », science qui permet, à travers l’étude détaillée du vêtement, d’identifier la nature de l’être qui le porte, de définir son rang dans la hiérarchie sociale réelle. La toilette reflète tout l’homme. La référence à l’univers balzacien s’impose d’autant plus que le tailleur de Mesnilgrand n’est autre que le fameux Johann Jakob Staub, le « tailleur le plus célèbre de cette époque106 », chez qui Lucien de Rubempré se fait habiller à son arrivée à Paris. La tenue du personnage est un chef-d’œuvre remarquable à plus d’un titre. Observons tout d’abord que le bijou arboré par notre « patricien de nature » est une mise en abyme de son propriétaire, renvoyant une image de son individualité profonde : comme Alexandre le Grand, conquérant et empereur, le chef d’escadron Mesnilgrand, si les circonstances lui avaient été favorables, aurait sans doute été un grand stratège et un grand meneur d’hommes, car il en a en soi la puissance. Ailleurs, non sans rapport, c’est à la figure de Charles le Téméraire que le narrateur compare Mesnilgrand, car à l’exemple du dernier duc de Bourgogne, notre chevalier, au destin héroïque inaccompli, ronge son frein : « Fils d’un simple hobereau bas-normand, qui devait mourir dans l’obscurité de la vie privée, [Mesnilgrand avait] manqué la grande gloire historique pour laquelle il était né107 ». D’autre part, le choix des chaussures ne procède pas plus du hasard, et rapproche le personnage du grand-duc Constantin, membre la famille impériale russe, ce qui confirme son caractère princier, et de Chateaubriand, autre référence élogieuse du dandysme littéraire plusieurs fois citée par Baudelaire dans ses divers projets d’étude sur les dandys dans les lettres. Selon lui, l’auteur des Mémoires d’outre tombe serait en fait le « père du Dandysme108 ». Idée peut-être partagée par Barbey, lequel a laissé un projet similaire à celui de Baudelaire, sur feuille volante, précisément intitulé « Dandysme en littérature »109. Enfin, le choix des tissus révèle une certaine finesse ; leur agencement final touche à l’équilibre, sans ostentation. En cela Mesnilgrand connaît le secret de l’élégance, tel que Balzac le conçoit : « L’élégance consiste en une extrême recherche dans les détails de l’habillement : c’est moins la simplicité du luxe, qu’un luxe de simplicité110. » En effet, le gilet du chevalier est « simple » et les étoiles brodées sur son foulard sont « imperceptibles ». Si l’homme élégant aspire forcément à l’originalité, par détestation de l’uniformité égalitaire, il rejette l’étalage d’une excentricité jugée par lui de mauvais goût. Le vêtement certes participe de l’élégance, mais il n’est que moyen, non une fin ; le vêtement ne doit pas être remarqué, car c’est l’homme qui importe, non la tenue qui l’habille111.

  • 112 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 85.

26En ce domaine, Serlon de Savigny fait également preuve d’une parfaite élégance : « Tout était simple et dandy comme l’entendait Brummell, c’est-à-dire irremarquable, dans la tenue de cet homme qui n’attirait l’attention que par lui-même112 ». Sa tenue est significative :

  • 113 Loc. cit.

L’homme, élancé et aussi patricien dans sa redingote noire strictement boutonnée, comme celle d’un officier de cavalerie, que s’il avait porté un de ces costumes que le Titien donne à ses portraits, ressemblait par sa tournure busquée, son air efféminé et hautain, ses moustaches aiguës comme celles d’un chat et qui à la pointe commençaient à blanchir, à un mignon du temps de Henri III113.

  • 114 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 25.
  • 115 Ibid., p. 14.
  • 116 Loc. cit.

27La simplicité caractérise la mise du comte de Savigny, dont la rigueur rappelle la tenue militaire, un habit particulièrement choyé par les aristocrates élégants comme le vicomte de Brassard, lequel confie au narrateur les sensations éprouvées dans ce qu’il nomme lui-même la « première ivresse de l’uniforme114 ». Brassard raconte qu’à dix-sept ans, il aimait revêtir sa grande tenue de sous-lieutenant, un « chef-d’œuvre de Thomassin et Pied » dit-il, et se promener dans la petite ville où il se trouvait en garnison, non pour étonner la galerie, car il ne rencontrait à peu près personne, mais pour son propre plaisir. La passion du costume ne l’a jamais quitté, si bien que plus tard, sous la Restauration, il exigeait des soldats qu’il dirigeait, outre une bravoure exemplaire, une coquetterie tout aussi parfaite. Ainsi, il les encourageait au duel pour entretenir en eux l’esprit militaire, et les récompensait en leur offrant, sur sa fortune personnelle, « des gants, des buffleteries de rechange, et tout ce qui peut les pomponner, sans que l’ordonnance s’y oppose115 ». Les hommes aimaient profondément leur capitaine, et appréciaient en lui le représentant légèrement suranné de l’officier au style d’Ancien Régime. Ils étaient fiers d’être, sous les ordres de Brassard, les plus élégants : « Aussi, la compagnie qu’il commandait effaçait-elle, par la beauté de la tenue, toutes les autres compagnies des régiments de la Garde, si brillante déjà116. » Malgré une virilité bien affirmée et tout à fait hors de doute, ce goût très prononcé pour la tenue et l’apparence pose question.

  • 117 Ibid., p. 26. Rappelons que le front du vicomte de Brassard, par sa blancheur, était déjà comparé a (...)
  • 118 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 85.
  • 119 « Barbey féminise Serlon, virilise Hauteclaire » dit justement Marie Miguet-Ollagnier (« Figures my (...)
  • 120 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 33.
  • 121 Ibid., p. 34.
  • 122 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 127.

28Brassard lui-même reconnaît en effet que la passion pour l’habillement, née lorsqu’il était en garnison, relève de la féminité : « J’étais comme ces femmes qui n’en font pas moins leur toilette quand elles sont seules et qu’elles n’attendent personne117. » Aspect que l’on retrouve dans le portrait précité de Serlon, dont « l’air efféminé et hautain118 » peut nous surprendre. D’autant plus qu’à la même page, sa seconde épouse Hauteclaire est présentée avec des attributs virils119. Intervient une espèce de permutation sexuelle entre le comte et la comtesse de Savigny, très frappante : « C’était la femme qui avait les muscles, et l’homme qui avait les nerfs… » Processus que l’on observe aussi entre Brassard et Albertine. La fille des bourgeois chez qui le héros habite ose se saisir de sa main sous la table, audacieusement, pendant le repas pris en compagnie de parents placides et sans aucune défiance. C’est la jeune fille Albertine, maîtresse d’elle-même, qui prend l’initiative, et le sous-lieutenant Brassard, ému et passif, qui subit les assauts de cette « main, un peu grande, et forte comme celle d’un garçon120 ». Brassard s’en confesse au narrateur : « Honteux pourtant d’être moins homme que cette fille hardie qui s’exposait à se perdre, et dont un effroyable sang-froid couvrait l’égarement, je mordis ma lèvre au sang dans un effort surhumain, pour arrêter le tremblement du désir121 ». Ce passage suggestif mimant une scène érotique inversée de défloration intense (main phallique d’Albertine et lèvre sanglante de Brassard) corrobore cet étrange échange des rôles entre les femmes élégantes, dont le caractère masculin est souligné avec insistance, et les hommes élégants assumant une féminité souventefois rappelée. L’ambiguïté sexuelle des héros aristocratiques nourrit un rêve androgynique fort répandu dans l’œuvre romanesque de Barbey. Par leur perfection cumulant virilité et féminité, ces aristocrates bisexués réalisent un idéal humain qui les distingue des gens occupés. Seuls ceux qui ont reçu le « don de l’oisiveté122 », comme le comte et la comtesse de Savigny, peuvent effectivement se réserver au culte de l’amour, dont la finalité est de recréer l’unité fusionnelle primordiale, ramenant ainsi nos héros nobiliaires, non avant la Révolution, mais avant la Chute, à l’Âge d’or. Le propos du narrateur, qui a vu le couple Savigny se promener au Jardin des Plantes, est tout à fait explicite à cet égard :

  • 123 Ibid., p. 87.

Ils passèrent devant nous […], mais leurs visages tournés l’un vers l’autre, se serrant flanc contre flanc, comme s’ils avaient voulu se pénétrer, entrer, lui dans elle, elle dans lui, et ne faire qu’un seul corps à eux deux, en ne regardant qu’eux-mêmes. C’étaient, aurait-on cru à les voir ainsi passer, des créatures supérieures, qui n’apercevaient pas même à leurs orteils la terre sur laquelle ils marchaient, et qui traversaient le monde dans leur nuage, comme, dans Homère, les Immortels123 !

  • 124 P. Tranouez, « La narration neutralisante », Poétique, n° 17, 1974, p. 43.
  • 125 Voir É. Carassus, Le Mythe du dandy, Paris, Armand Colin, 1971, p. 10.
  • 126 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 27-28.
  • 127 P. Auraix-Jonchière, Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly, Paris, Gallimard, coll. « Foliothèque » (...)
  • 128 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 15.

29Comme l’a remarqué Pierre Tranouez, Hauteclaire et Serlon « aiment en l’autre l’androgyne qu’ils sont eux-mêmes124 ». La question de l’élégance porte loin et soulève une dimension métaphysique qui rend compte de la profondeur du sujet. La vie élégante continue les mœurs ancestrales et véhicule un système de valeurs aristocratique qui en est le corollaire : une actualisation de l’être et une présence au monde d’ordre héroïque. Il s’agit pour les aristocrates élégants de renouer avec les élans vitaux qui poussent aux actions sublimes et permettent d’atteindre une forme de plénitude absolue, d’accéder à la gloire, de gagner l’immortalité. La vie élégante n’induit pas seulement un projet esthétique, mais suppose encore un projet éthique125. Le vicomte de Brassard aimait arborer l’uniforme militaire parce qu’à la fois cette tenue le rendait beau et le disposait à l’héroïsme, appel dont l’époque moderne « à congrès de la paix et à pantalonnades philosophiques et humanitaires n’aura bientôt plus idée126 », croit savoir le personnage. Cela explique pourquoi il n’est pas de contradiction entre les hauts faits salonniers et les hauts faits militaires, qui chez Brassard s’accordent à merveille127. Mœurs mondaines et mœurs martiales sont deux aspects d’une même vie élégante. Le vicomte confond en effet vie mondaine et vie militaire, puisqu’en juillet 1830, au « premier roulement de tambour », il quitte le dernier bal donné par la duchesse de Berry, la belle-fille du roi légitime Charles X, et part guerroyer en tenue de gala car il s’est blessé au pied en dansant et ne peut se changer : « Il s’en était allé à l’émeute comme il s’en serait allé au bal, en chaussons vernis et en bas de soie, et c’est ainsi qu’il avait pris la tête de ses grenadiers128 ». En une page épique, le narrateur rapporte les actions d’éclat du capitaine de Brassard, qui reçoit, sur une barricade qu’il parvient à enlever, suscitant l’enthousiasme de tous ses hommes, un coup de fusil en pleine épaule. En quelque sorte, blessure au bal et blessure par balle s’équivalent, attribuant au vicomte le prestige propre à un véritable héros.

  • 129 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 130.
  • 130 Loc. cit.
  • 131 Voir M. Crouzet, « Barbey d’Aurevilly et l’esprit dans Les Diaboliques », dans Barbey d’Aurevilly c (...)
  • 132 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 131.

30Pareillement, la conversation, héritage national encore vivace dans de rares salons du xixe siècle, participe de cet héroïsme auquel aspirent les personnages élégants. N’est-elle pas en effet la « dernière gloire de l’esprit français129 » ? Précisément, le salon Mascranny se distingue pour « le soin véritablement héroïque que la baronne prend de la conversation, cette fille expirante des aristocraties oisives130 ». Dans ce conservatoire distingué des traditions mondaines, les habitués se consacrent au plaisir du libre entretien et perpétuent l’art élégant de la causerie, faite d’esprit et de bons mots ; loisir que l’oisiveté permet seule, les gens occupés ayant une conception utilitaire du langage131. Le jargon démocratique et stéréotypé parlé par ces derniers, et répandu dans « l’article de journal et le discours politique, ces deux moules si vulgaires de la pensée », y est donc absolument proscrit. Les intimes du salon s’opposent à l’usage pédant d’une langue déclamatoire et prétentieuse malheureusement de mise dans les milieux comme il faut, car ce sont les fulgurances de l’esprit que les bons mots doivent révéler132. Comme le fait le vêtement d’après la théorie de l’élégance, la conversation ne doit pas retenir l’attention, mais mettre en valeur l’homme et son esprit.

  • 133 Ibid., p. 145.
  • 134 Ibid., p. 154.
  • 135 Ibid., p. 163.
  • 136 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Plus bel amour de don Juan », p. 65.
  • 137 Ibid., p. 63.

31La vie élégante implique donc une guerre, celle de l’héroïsme, sous toutes ses formes, contre le prosaïsme envahissant. Guerre d’autant plus naturelle à livrer que la conversation elle-même en est un substitut, comme les tournois ou les duels qui rythmaient la vie chevaleresque autrefois. Les images guerrières illustrant l’héroïsme élégant par l’esprit et la conversation abondent dans Les Diaboliques. L’esprit de la comtesse du Tremblay de Stasseville est ainsi un « esprit brillant, damasquiné, et affilé comme une épée, [qui] allumait parfois dans ce regard vitrifié les éclairs de ce glaive qui tourne dont parle la Bible133 ». Le personnage dispose d’autres armes, notamment « la flèche barbelée de l’épigramme », les « traits étincelants et fins comme les arrêtes empoisonnées dont se servent les sauvages134 », la « plaisanterie [qui] ressemblait à une balle135 ». Sa conversation mordante et sanguinaire met en relief une cruauté assumée qui confine au sadisme, offrant au lecteur une version inquiétante voire terrifiante de l’élégance aristocratique. Il n’en va pas de même pour les duchesses, marquises et comtesses qui font cercle autour de Jules de Ravila de Ravilès, telles des « chevalières de la Table Ronde136 » renouvelant les prouesses des héros arthuriens. Au cours d’un somptueux dîner, ces douze femmes mondaines, « mises avec génie137 », s’affranchissent des convenances modernes étouffant les salons pour redécouvrir le caractère épique du langage :

  • 138 Ibid., p. 64.

Spirituelles, nobles, du ton le plus faubourg Saint-Germain, mais ce soir-là hardies comme les pages de la Maison du Roi, quand il y avait une Maison du Roi et des pages, elles furent d’un étincellement d’esprit, d’un mouvement, d’une verve et d’un brio incomparables138.

32Dans leur quête de sublime, les aristocrates élégants parviennent à l’absolu grâce à la conversation brillante. L’esprit et l’éloquence inégalables d’un Mesnilgrand sarcastique confèrent au personnage une chevalerie intemporelle. Lassé des habitudes prises par des nobles authentiques de se donner des titres de comte ou de marquis pourtant jamais portés par leurs ancêtres, Mesnilgrand recourt à la dérision. Pour dénoncer cette vanité tout extérieure, donc marquée du plus mauvais goût digne de bourgeois parvenus, le chevalier de Mesnilgrand se fait annoncer dans un salon ultra-nobiliaire comme « Monsieur le duc de Mesnilgrand » :

  • 139 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 183.

Ce fut un haut-le-corps général. « Ma foi, – dit-il, en voyant l’effet qu’il avait produit, – en tant que tout le monde se donne un titre, j’ai mieux aimé prendre celui-là ! » On ne souffla mot. Et même quelques-uns de bonne humeur se mirent à rire dans les petits coins ; mais on ne recommença plus. Il y a toujours des chevaliers errants dans le monde. Ils ne redressent plus les torts avec la lance, mais les ridicules avec la raillerie, et Mesnilgrand était de ces chevaliers-là139.

  • 140 Ibid., p. 200-201.

33Pour mettre un terme à ces usurpations polluant les salons élégants, le capitaine de Mesnilgrand prend les armes et se bat, non à la pointe de l’épée (ou de la lance), mais avec la pointe tout court, l’ironie. C’est un véritable aristocrate car il a conservé les vraies vertus chevaleresques qui fondent la noblesse, et n’a pas adopté les usages nouveaux : il dédaigne de porter son titre de baron d’Empire auquel il a droit, ainsi que ses décorations. Seule pour lui compte la valeur héroïque, comme en témoigne son admiration pour Joséphine Tesson, une paysanne qui s’est illustrée par une intrépidité mémorable proche de la sainteté140.

  • 141 « Le whist s’est fait le substitut de ce que l’Histoire interdit désormais d’investir dans l’action (...)
  • 142 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 138.
  • 143 Ibid., p. 151-152.
  • 144 Ibid., p. 142.
  • 145 Ibid., p. 143.

34D’autres loisirs composent le quotidien des aristocrates qui perpétuent les mœurs nobiliaires en s’adonnant exclusivement à la vie élégante. Retenons en particulier le jeu de cartes, attribut emblématique de la mondanité, qui s’avère un moyen privilégié de tromper l’ennui, certes, mais surtout de redonner un sens héroïque à cette existence oisive, écho affaibli des mœurs féodales, comme l’a bien montré Philippe Berthier141. Dans « Le Dessous de cartes », les gentilshommes « taillés dans le patron des grands seigneurs, et désœuvrés comme de vieilles femmes aveugles » ont choisi de jouer au whist et comblent ainsi « l’abîme sans fond de leurs jours vides142 ». Cette distraction, depuis l’arrivée fracassante de Marmor de Karkoël dans les salons très fermés de la petite ville nobiliaire de province, prend la forme d’une émulation initialement bénéfique, qui entraîne chacun au dépassement : les aristocrates en effet « relevèrent le whist jusqu’à la hauteur de la plus difficile et de la plus magnifique escrime143 ». Telle la conversation remplaçant la lance du chevalier dans le « Dîner d’athées », les cartes se substituent ici à l’épée, symbole choisi de la noblesse chevaleresque. L’emploi de tournures superlatives insiste sur l’excellence atteinte par les joueurs au contact du gentilhomme, en un jeu comparable à un art. La donne « foudroyante et augurale144 » de Marmor de Karkoël fait de ce « joueur d’une grande force145 » un artiste, un virtuose même :

  • 146 Ibid., p. 142.

M. de Karkoël venait de se déganter. Il avait tiré de leur étui de chamois parfumé des mains blanches et bien sculptées, à faire la religion d’une petite maîtresse qui les aurait eues, et il donnait les cartes comme on les donne au whist, une à une, mais avec un mouvement circulaire d’une rapidité si prodigieuse que cela étonnait comme le doigté de Liszt146.

  • 147 Ibid., p. 144.
  • 148 Ibid., p. 143.
  • 149 Ibid., p. 152.
  • 150 Ibid., p. 151.
  • 151 Ibid., p. 155.

35Sa manière de jouer ne dément pas la suprématie annoncée par la façon de distribuer les cartes. Ce miracle fascine les autres joueurs, tous autant conquis et grandis par le « dieu du chelem147 ». Pour décrire cette théophanie, le narrateur en profite pour exposer une théorie de l’aristocratisme que Balzac ne désavouerait pas : « Toute supériorité quelconque est une séduction irrésistible, qui procède par rapt et […] vous féconde en vous emportant148. » Toutefois, cette ascension merveilleuse touchant au sublime comporte un envers dangereux, voire maléfique. Les joueurs enthousiasmés par Marmor de Karkoël, dont la souveraineté fatale « ressemble à un ensorcellement149 », deviennent obsédés, possédés et furieux. Puis choient dans la désolation la plus complète. La société mondaine empoisonnée par le jeu à l’extrême ne se remettra pas en effet du départ de l’Écossais élégant : « quand il fut parti, un spleen affreux, le spleen des passions trompées, tomba sur [la ville] comme un sirocco maudit150 ». La dimension diabolique du personnage rappelle que la recherche du sublime peut emprunter des voies prométhéennes, celles de la transgression et de la démesure, et mener droit à l’enfer, lequel serait en fait un « ciel en creux151 » selon le narrateur de cette nouvelle.

  • 152 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 259.
  • 153 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 155.
  • 154 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 184.
  • 155 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 17.

36Un autre sublime tente donc la plupart des héros : le « sublime à la renverse » ; il s’agit d’un « sublime infernal dont […] certainement le grand Corneille, au fond de son âme tragique, ne se doutait pas152 ! » Mais l’offre est illusoire. Les aristocrates élégants faisant l’expérience de « sensations qui vont jusqu’au surnaturel153 » compromettent complètement leur quête héroïque dès lors que celle-ci s’inscrit dans un satanisme, certes superbe, mais bien précaire car susceptible au final d’un châtiment providentiel, rendant lui-même compte d’une certaine faillite de la vie élégante. La réaction contre la démocratie égalitaire, aussi éblouissante soit-elle, s’avère en dernière instance incapable de restaurer l’ordre hiérarchique disparu, ou du moins de maintenir vivant l’idéal nobiliaire dans ce monde nouveau et hostile. Les héros de l’aristocratie élégante et diabolique paraissent définitivement vaincus. Ce n’est bien sûr pas un hasard s’ils évoluent dans cette atmosphère déliquescente que suggère particulièrement l’image mélancolique du soleil couchant, très présente dans le recueil. Claustrés dans un décor crépusculaire, les gentilshommes sont eux-mêmes associés à l’astre déclinant, précisément à cause de leur élégance. Le chevalier de Mesnilgrand « toujours divinement mis […] survivait à cette vie finie, enterrée, comme le soleil couché envoie un dernier rayon rose au flanc des nuages derrière lesquels il a sombré154 ». Pour sa part, le vicomte de Brassard fait figure de « soleil couchant d’une élégance grandiose155 ».

  • 156 « L’aristocratie, hors du Mouvement, se contente du ballottement stérile que son existence marginal (...)
  • 157 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 83.
  • 158 R. de Gourmont, « La vie de Barbey d’Aurevilly », Promenades littéraires, Paris, Mercure de France, (...)

37Par leur échec tragique, les aristocrates élégants des Diaboliques suivent la même trajectoire que les aristocrates élégants de La Comédie humaine condamnés à une impuissance et à une disparition inéluctables156. Barbey d’Aurevilly doit beaucoup à Balzac. Nous pouvons dire qu’en matière d’aristocratisme littéraire, il s’est montré un « élégantologiste157 » digne de son maître, et ainsi confirmer le jugement de Remy de Gourmont : « Les Diaboliques, si elles étaient de Balzac, seraient le chef-d’œuvre de Balzac158. »

Notes

1 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, dans Balzac, Baudelaire, Barbey d’Aurevilly, Sur le dandysme, Paris, Union Générale d’Édition, coll. « 10/18 », 1971, p. 50.

2 Ibid., p. 42.

3 Ibid., p. 43.

4 Dans le Traité de la vie élégante apparaissent deux événements politiques qui font date aux yeux de l’auteur: le retournement social de 1789 (destruction de la société trifonctionnelle) et le rétablissement d’une hiérarchie en 1804 (avènement de l’Empire). Pour Balzac, l’épisode égalitaire ne fut qu’un prétexte chimérique ayant rendu possible la substitution de l’élite nobiliaire par une élite oligarchique, aristocratique et ploutocratique: « La grande lutte du xviiie siècle était un combat singulier entre le tiers état et les ordres: le peuple n’y fut que l’auxiliaire des plus habiles. Aussi en octobre 1830, il existe encore deux espèces d’hommes: les riches et les pauvres, les gens en voiture et les gens à pied, ceux qui ont payé le droit d’être oisifs et ceux qui tentent de l’acquérir. La société s’exprime en deux termes; mais la proposition reste la même: les hommes doivent toujours les délices de la vie et le pouvoir, au hasard qui, jadis, créait les nobles; car le talent est un bonheur d’organisation, comme la fortune patrimoniale en est un de naissance » (ibid., p. 48-49). La Révolution n’a donc pas effacé la donnée fondamentale de toute société constituée, nécessairement inégalitaire; seules les valeurs ont changé: le mythe héroïque du sang a fait place au culte matériel de l’or.

5 A. Martin-Fugier, La Vie élégante ou la formation du Tout-Paris (1815-1848), Paris, Fayard, 1990, p. 23.

6 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 47.

7 Au sujet du mythe de la conquête germanique, nous renvoyons à L. Poliakov, Le Mythe aryen, Paris, Complexe, 1987. Spécialement p. 29-48, un chapitre est consacré à la « querelle des deux races ». Le thème est loin d’être anecdotique: en certains romans de la Comédie humaine, il est même très présent. Citons par exemple Le Cabinet des Antiques, roman qui décrit la revanche triomphale des Gaulois sur les d’Esgrignon, une antique famille franque destituée.

8 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 51.

9 Ibid., p. 61.

10 Ibid., p. 70. Nous soulignons.

11 Ibid., p. 53. Nous soulignons.

12 Loc. cit. Nous soulignons.

13 Ibid., p. 51.

14 Ibid., p. 53.

15 Ibid., p. 52.

16 Ibid., p. 40.

17 Ibid., p. 41.

18 Ibid., p. 45.

19 Ibid., p. 53.

20 Ibid., p. 84. C’est l’auteur qui souligne.

21 H. de Balzac, La Fille aux yeux d’or, dans La Comédie humaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1977, t. V, p. 1057.

22 H. de Balzac, Illusions perdues, dans La Comédie humaine, op. cit., t. V, p. 389.

23 H. de Balzac, La Fille aux yeux d’or, dans La Comédie humaine, op. cit., t. V, p. 1057.

24 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 45. C’est l’auteur qui souligne.

25 Alfred d’Orsay inspire à Barbey le héros du Cachet d’Onyx, Auguste Dorsay, qui se venge de sa maîtresse par un infâme procédé. Ce nom est une claire référence, même si la particule élidée se fond avec le patronyme, révélant peut-être une dégradation du personnage, voire une dérogeance. De fait, le dandysme est récusé dans cette nouvelle. En revanche, Barbey fait l’éloge du comte d’Orsay dans son essai Du Dandysme, en une longue note en bas de page. À ce sujet, voir A. Fonyi, « Le dandy aurevillien dans le miroir de l’histoire aurevillienne », dans L’École des lettres, 1991, numéro spécial (n° 7), p. 121.

26 Pour Baudelaire, Barbey est un « catholique dandy » (Ch. Baudelaire, [Idées et listes de pièces projetées], Théâtre, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, t. I, p. 645).

27 J. Barbey d’Aurevilly, « De l’élégance », dans Barbey d’Aurevilly journaliste. Articles et chroniques, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2016, p. 68.

28 J. Barbey d’Aurevilly, lettre à Trébutien du mercredi 16 (ou 23) avril 1843, dans Correspondance générale, Paris, Les Belles Lettres, 1980, t. I, p. 105-106.

29 Entre 1850 et 1875, Barbey n’écrira pas moins de dix-neuf articles sur Balzac (voir J. Petit, Barbey d’Aurevilly critique, Paris, Les Belles Lettres, 1963, p. 89).

30 J. Barbey d’Aurevilly, « Balzac », Romanciers d’hier et d’avant-hier, dans Œuvre critique, Paris, Les Belles Lettres, 2013, t. V, p. 469.

31 Ibid., p. 471.

32 Ibid., p. 470.

33 Ibid., p. 474.

34 Voir F. Lotte, Armorial de la Comédie humaine, Paris, Garnier, 1963.

35 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », Les Diaboliques, dans Œuvres romanesques complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1966, t. II, p. 129. Toutes nos références au recueil vont à cette édition: nous désignerons désormais les nouvelles simplement par leur titre, suivi du numéro de la page.

36 Ibid., p. 130.

37 Loc. cit.

38 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 246-247.

39 Ibid., p. 246. Idée chère à Villiers: lui-même se prétendait « plus noble que le roi » (A. de Villiers de l’Isle-Adam, « Fragments divers », Ébauches et fragments, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, t. II, p. 1002). Voir Plus noble que le roi. Représentations littéraires de la noblesse, A.-S. Dufief (dir.), Angers, Presses universitaires d’Angers, 2011.

40 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 247.

41 Ibid., p. 246.

42 L’anthropologue Bory de Saint-Vincent rapproche le mythe hispano-gothique de notre mythe franc: « Les Goths s’étaient acquis une telle renommée qu’un Castillan ne se regarde comme noble s’il ne descend pas d’une famille gode. Un tel travers est analogue à celui des gentillâtres d’entre le Rhin et les Pyrénées, qui ne veulent être Gaulois, et se disent Francs » (J.-B. Bory de Saint-Vincent, L’Homme. Essai zoologique sur le genre humain, Paris, Rey et Gravier, 1827, t. I, p. 161). Si Barbey est sensible aux rêveries généalogiques de l’aristocratie espagnole, il ne souscrit pas à la légende de la conquête franque, contrairement à Balzac qui la tenait pour avérée. Dans d’autres récits, certains aristocrates barbeyens ont des origines germaniques, comme Hermangarde de Polastron dans Une Vieille maîtresse, mais il n’y a pas lutte des races entre descendants des Francs et des Gaulois.

43 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 246.

44 Ibid., p. 247.

45 Loc. cit.

46 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 13.

47 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 153.

48 Ibid., p. 144.

49 Ibid., p. 138.

50 Ibid., p. 135.

51 Loc. cit.

52 Ibid., p. 136.

53 Ibid., p. 134.

54 Ibid., p. 136.

55 Ibid., p. 135.

56 Ibid., p. 136.

57 Ibid., p. 148.

58 Ibid., p. 136.

59 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 182.

60 Loc. cit. C’est l’auteur qui souligne.

61 Ibid., p. 193.

62 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Plus bel amour de don Juan », p. 67.

63 J. Barbey d’Aurevilly, Du Dandysme et de George Brummell, dans Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. II, p. 721.

64 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 43.

65 Ibid., p. 33.

66 Ibid., p. 35.

67 Ibid., p. 37.

68 Ibid., p. 31.

69 Ibid., p. 32.

70 Ibid., p. 31.

71 Tel est le cas par exemple du comte de Ravila, séducteur hors pair qui appartient à « la race Juan – à cette mystérieuse race qui ne procède pas de père en fils, comme les autres, mais qui apparaît çà et là, à de certaines distances, dans des familles de l’humanité » (J. Barbey d’Aurevilly, « Le Plus bel amour de Don Juan », p. 62).

72 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 45.

73 Ibid., p. 48. Quant à elle, la comtesse de Stasseville a un « nez bourbonien » (J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 145).

74 Voir R. Fortassier, Les Mondains de la Comédie humaine, Paris, Klincksieck, 1974, p. 191-200.

75 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 17.

76 Ibid., p. 13.

77 Ibid., p. 17.

78 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Plus bel amour de don Juan », p. 62.

79 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 233.

80 Ibid., p. 238.

81 Dans une autre nouvelle, la comtesse du Tremblay de Stasseville le confirme, découvrant des « mains, aristocratiques et princières pour la blancheur mate, l’opale irisée des ongles et l’élégance » (J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 154).

82 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 240.

83 Ibid., p. 239.

84 Ibid., p. 240. Il s’agit de La Tentation de saint Antoine (1552) que Barbey, emmené par son ami Trébutien, a admiré au Musée de Caen en 1856, et dont il fait une intéressante description dans ses Memoranda (voir Œuvres romanesques complètes, op. cit., t. II, p. 1061).

85 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 234. Il s’agit de Salomon et la reine de Saba (1 546).

86 Ibid., p. 237. Horace Vernet a peint un tableau intitulé Judith et Holopherne (1829).

87 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 84-85.

88 Ibid., p. 85.

89 Ibid., p. 113.

90 Ibid., p. 85.

91 Ibid., p. 95.

92 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 158.

93 Ibid., p. 143.

94 Ibid., p. 142.

95 Ibid., p. 140-141.

96 J. Barbey d’Aurevilly, « De l’élégance », op. cit., p. 65.

97 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 141. Nous soulignons.

98 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 184.

99 Ibid., p. 185.

100 Ibid., p. 184-185.

101 Ibid., p. 185.

102 « La moindre incorrection dans une parure, peut faire reléguer une duchesse inconnue dans les derniers rangs de la société » (H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 92).

103 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 192.

104 Ibid., p. 193.

105 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 91.

106 H. de Balzac, Illusions perdues, dans La Comédie humaine, op. cit., t. V, p. 285.

107 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 181.

108 Ch. Baudelaire, lettre du 5 décembre 1860 à Alphonse de Calonne, dans Correspondance, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, t. II, p. 108. Sur ce sujet bien intéressant, voir A. Néry, « Le dandysme dans les lettres selon Baudelaire: du dandy au paria », dans Recherches sur l’Imaginaire, n° 29, 2003, p. 51-64.

109 Voir J. Petit, notice sur Du Dandysme et de George Brummell, op. cit., t. II, p. 1433. Dans la liste d’auteurs dressée par Barbey, Chateaubriand toutefois n’apparaît pas: y figurent en revanche le prince de Ligne, Grammont, Hamilton, Stendhal, Custine, et Byron. De son côté, Baudelaire avait sélectionné, outre Chateaubriand, de Maistre, Custine, Ferrari, Paul de Molènes, et Barbey d’Aurevilly (Ch. Baudelaire, lettre du 9 février 1861 à Armand du Mesnil, dans Correspondance, op. cit., t. II, p. 128).

110 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 95.

111 « Si le peuple vous regarde avec attention vous n’êtes pas bien mis, vous êtes trop bien mis, trop empesé, ou trop recherché. D’après cette immortelle sentence, tout fantassin doit passer inaperçu. Son triomphe est d’être à la fois vulgaire et distingué, reconnu par les siens et méconnu par la foule » (H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 97).

112 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 85.

113 Loc. cit.

114 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 25.

115 Ibid., p. 14.

116 Loc. cit.

117 Ibid., p. 26. Rappelons que le front du vicomte de Brassard, par sa blancheur, était déjà comparé au « bras d’une femme » (p. 17). La féminité du héros se manifeste dans les combats, notamment face aux émeutiers de la révolution orléaniste de 1830: « Le capitaine de Brassard poitrinait au feu, comme une belle femme, au bal, qui veut mettre sa gorge en valeur » (p. 15).

118 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 85.

119 « Barbey féminise Serlon, virilise Hauteclaire » dit justement Marie Miguet-Ollagnier (« Figures mythiques dans Les Diaboliques », dans Actes du colloque du 16 janvier 1988, L’Ensorcelée et Les Diaboliques. La chose sans nom, Paris, SEDES, 1988, p. 105).

120 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 33.

121 Ibid., p. 34.

122 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Bonheur dans le crime », p. 127.

123 Ibid., p. 87.

124 P. Tranouez, « La narration neutralisante », Poétique, n° 17, 1974, p. 43.

125 Voir É. Carassus, Le Mythe du dandy, Paris, Armand Colin, 1971, p. 10.

126 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 27-28.

127 P. Auraix-Jonchière, Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly, Paris, Gallimard, coll. « Foliothèque », 1999, p. 90.

128 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 15.

129 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 130.

130 Loc. cit.

131 Voir M. Crouzet, « Barbey d’Aurevilly et l’esprit dans Les Diaboliques », dans Barbey d’Aurevilly cent ans après, Ph. Berthier (éd.), Paris, Droz, 1990, p. 235.

132 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 131.

133 Ibid., p. 145.

134 Ibid., p. 154.

135 Ibid., p. 163.

136 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Plus bel amour de don Juan », p. 65.

137 Ibid., p. 63.

138 Ibid., p. 64.

139 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 183.

140 Ibid., p. 200-201.

141 « Le whist s’est fait le substitut de ce que l’Histoire interdit désormais d’investir dans l’action. Tous ces gens qui se savent hors-jeu jettent dans le jeu les forces qu’ils ne peuvent déployer ailleurs » (Ph. Berthier, « Les Diaboliques à table », dans Actes du colloque du 16 janvier 1988, L’Ensorcelée et Les Diaboliques. La Chose sans nom, op. cit., p. 129).

142 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 138.

143 Ibid., p. 151-152.

144 Ibid., p. 142.

145 Ibid., p. 143.

146 Ibid., p. 142.

147 Ibid., p. 144.

148 Ibid., p. 143.

149 Ibid., p. 152.

150 Ibid., p. 151.

151 Ibid., p. 155.

152 J. Barbey d’Aurevilly, « La Vengeance d’une femme », p. 259.

153 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », p. 155.

154 J. Barbey d’Aurevilly, « À un dîner d’athées », p. 184.

155 J. Barbey d’Aurevilly, « Le Rideau cramoisi », p. 17.

156 « L’aristocratie, hors du Mouvement, se contente du ballottement stérile que son existence marginale lui imprime encore, préfiguration de l’imminente immobilité de la démission » (J. Forest, L’Aristocratie balzacienne, Paris, Librairie José Corti, 1973, p. 310).

157 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 83.

158 R. de Gourmont, « La vie de Barbey d’Aurevilly », Promenades littéraires, Paris, Mercure de France, 1904, t. I, p. 278. Une étude intertextuelle complète des Diaboliques serait à faire, car les sources balzaciennes sont nombreuses.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr