Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie élégante

 | 
Carole Auroy
, 
Cécile Meynard
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

« L’élégance contre l’éphémère ». Giovanni Macchia, lecteur du Traité de la vie élégante de Balzac

Bernard Urbani

Texte intégral

  • 1 G. Macchia, Paris en ruines, Paris, Flammarion, coll. « Critiques Flammarion », 1988, (titre origin (...)
  • 2 I. Calvino, Préface à Paris en ruines, op. cit., p. 6. Rappelons que Calvino critique s’est intéres (...)

1Paris en ruines1 (Prix Médicis Essais 1988) est un recueil d’essais du célèbre critique italien Giovanni Macchia (1912-2001) dont la dernière partie est consacrée à l’origine d’un drame qui se résume ainsi : le mythe de Paris comme ville absolue, miroir de l’univers. Le Paris de Hugo, de Sue, de Balzac, celui de Baudelaire, et des eaux-fortes de Meryon, « prend naissance au moment même où apparaît un présage de destruction, et où, derrière la richesse multiforme du spectacle urbain, on entrevoit un paysage de désert et de ruines2 ». Une vision de la fin du monde, condition permanente – selon l’essayiste italien – pour que le monde continue. En effet, dès Ferragus, le désir de Balzac, bourgeois légitimiste et romancier du merveilleux quotidien, est de faire de Paris « en ruines » une construction romanesque très organisée, représenter les quartiers et les rues comme des personnages dotés d’un caractère différent,

  • 3 I. Calvino, « La cité-roman chez Balzac », ibid., p. 258-259.

évoquer figures humaines et situations comme une végétation spontanée qui germe du pavé de telle ou telle rue, ou comme des éléments si dramatiquement opposés à leur cadre que les cataclysmes explosent en chaîne ; faire en sorte que, dans le cours mobile du temps, la vraie protagoniste soit la ville vivante […], le monstre-Paris […], gigantesque crustacé dont les habitants ne sont que les articulations motrices3.

2Le Paris de Balzac comme langage, idéologie, conditionnement de toute pensée et de toute parole.

  • 4 I. Calvino, Préface à Paris en ruines, op. cit., p. 8.
  • 5 Loc. cit.
  • 6 Ibid., p. 7.
  • 7 Ibid., p. 6.
  • 8 G. Macchia, « La librairie de Montaigne », dans Paris en ruines, op. cit., p. 11-22.

3Paris en ruines prend son élan sur les projets d’un livre que Walter Benjamin voulait écrire sur Paris, ville des passages, dont il ne reste que des morceaux et une montagne de citations. Les auteurs de citations de Benjamin sont les mêmes que ceux sur lesquels travaille Macchia, qui remodèle « dans son discours la même figure. En cela ce livre est d’une certaine manière une incarnation achevée du fantôme d’un autre4. » Dans le jugement de l’essayiste italien « passe le frémissement de la tension eschatologique propre au poète berlinois5 ». Pour lui, le mythe de Paris est l’opposé de celui de la cité idéale, parce que cette ville, capitale de la raison, de l’ordre, de la beauté était Versailles, « toute cartésienne et géométrique, et que Paris représentait l’antithèse, le contraire : un énorme organisme en mouvement, beau parce que vivant, animé dans son devenir par une vie souterraine, pleine d’ombre et profonde6 ». Dans Paris en ruines, s’inspirant de visionnaires, tel Volney, Macchia se greffe sur l’époque de la première explosion de la modernité urbaine qui violente l’image du passé, « c’est-à-dire l’éventrement qu’accomplit le Second Empire, à l’initiative d’Haussmann, qui a ouvert, comme on sait, les grandes voies qui allaient bouleverser la topographie parisienne et le monde de l’imagination poétique et romanesque7 ». Paris en ruines, qui commence avec un texte sur Montaigne8, se termine sur le pouvoir transfigurateur de la littérature :

  • 9 I. Calvino, Préface à Paris en ruines, op. cit., p. 6.

Durant le xixe et le xxe siècles, la poésie française s’investit dans l’incessant renouvellement d’une ville, et en même temps dans l’image de sa fin, et particulièrement dans le drame qui a opposé le rationalisme autoritaire des grandes perspectives rectilignes ouvertes par Haussmann et la nostalgie de la chaotique topographie médiévale et de la menue vie populaire qui lui étaient liées9.

  • 10 Dans G. Macchia, Paris en ruines, op. cit., p. 207-211, p. 212-216, p. 217-220.
  • 11 Dans Autori e personaggi (G. Macchia, Ritratti, personaggi, fantasmi, op. cit., p. 566-571).
  • 12 Dans Cronaca e miti (ibid., p. 587-594).
  • 13 Dans G. Macchia, I fantasmi dell’opera. Idea e forme del mito romantico, Turin, Bollati Boringhieri (...)
  • 14 G. Macchia, « Dans la ville du roman : retour à Balzac », dans Paris en ruines, cité, p. 208.
  • 15 Ibid., p. 209.
  • 16 G. Descotes, Itinéraires littéraires, Paris, Hatier, 1988, p. 196.

4Macchia a consacré six études au roman balzacien : « Dans la ville du roman : le retour à Balzac », « Balzac et le roman-feuilleton », « L’élégance contre l’éphémère10 », « Balzac e il libertino11 », « L’Andromaca di Balzac12 » et « Il pubblico come protagonista : Balzac e la mitologia del romanzo13. » Ces essais mettent en relief la machinerie romanesque balzacienne. Certes, le monde de la Comédie humaine, œuvre impressionnante et inachevée, est calqué sur la réalité et s’enracine dans l’épaisseur socio-politique de ce temps bourgeois dont elle est parfois la caricature et toujours le reflet, « mais sa structure est au contraire soutenue par des murs plutôt décrépis » et « au travers de profondes fissures, pénètrent à l’intérieur des faisceaux de lumière qui confèrent aux choses le relief d’une hallucination, comme si elles étaient sur le point de tomber en ruine14 ». Ainsi Balzac, avec lucidité, invente le vrai pour construire son propre univers, avec ses visions, son idéologie et ses propres mythes. L’originalité de Macchia est de s’exprimer lui-même dans les plis de son érudition et dans le réseau des rapports qu’il tend à travers les textes d’un écrivain réaliste et visionnaire, considéré « comme quelqu’un qui pose des problèmes actuels, qui suscite des problèmes d’expression dont les solutions peuvent être acceptées ou refusées15 ». En effet, la Comédie humaine, en même temps qu’elle relève d’une observation précise de la société et de ses mœurs, est la mise en œuvre d’une réflexion personnelle sur les forces qui animent cet univers : « forces affectives des sentiments et des passions, forces intellectuelles de la pensée et de la connaissance, forces matérielles des techniques économiques et de l’argent16 ».

  • 17 Paris, L’Herne, 2015, coll. « Carnets ».
  • 18 1830, commencée sous les auspices d’un basculement esthétique, est une année charnière pour Balzac. (...)
  • 19 La rédaction du Traité de la vie élégante s’est effectuée en deux étapes : avant juillet 1830, Balz (...)
  • 20 Macchia rappelle que les débuts de Balzac furent sinistres et humiliants : « la prolixité même de s (...)

5Considéré comme le produit d’une débordante activité de journalisme, le Traité de la vie élégante17 paraît au début et à la fin de la carrière de Balzac. Publié en feuilleton sans signature dans La Mode d’Émile de Girardin (2 octobre-6 novembre 183018), journal parisien, mondain et aristocratique, puis édité à part en 1854, le Traité est un ouvrage d’allure frivole qui s’inscrit dans le travail de ces années-là, entre la Physiologie du mariage, Le Dernier Chouan et La Peau de chagrin19 et semblait être relégué, selon Giovanni Macchia, tel un déchet parmi les débris des Œuvres diverses. Et pourtant Balzac, homme de passion et dandy raté, ne l’a pas oublié lorsqu’il a pensé fixer de manière définitive la grande architecture de la Comédie humaine qui aurait dû se conclure par une série d’Études analytiques. Lui qui avait rejeté toute la production juvénile des romans qu’il avait publiés sous un pseudonyme (Lord R’Hoone, Horace de Saint-Aubin20), jugea ce livre-théorie digne de prendre place dans le grand final de son œuvre.

  • 21 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », ibid., p. 217.

Ce grand final des Études analytiques, à l’exception d’un seul cas, aurait dû être occupé, non pas par des romans, mais par des œuvres qui auraient exprimé les méditations, les idées, d’où avait surgi l’immense cité de la Comédie humaine, non pas du hasard mais d’une méthode, d’une théorie21.

  • 22 Ibid., p. 218.

6En effet, dans les titres de ce traité-art de vivre, composé de conseils et de commandements ponctuels, le terme « analyse » aurait cédé la place à ceux de physiologie, de pathologie, de monographie. Rien n’enchantait Balzac comme ces mots qui le rachetaient de l’arbitraire incontrôlé du pur inventeur. Et le Traité de la vie élégante, avec la Théorie de la démarche et le Traité des excitants modernes, aurait fait partie de la Pathologie de la vie sociale, précédée et suivie d’ouvrages que le romancier n’écrivit jamais. Ainsi réduites à deux œuvres seulement (Physiologie du mariage, Petites misères de la vie conjugale), « les Études analytiques dénoncent l’échec douloureux de sa grande ambition : arriver à une sorte d’anthropologie, où auraient été codifiées les lois de l’existence extérieure et intérieure22 ». Ce fut un échec qui, accompagné d’autres faits tout aussi graves, l’affligea dans la dernière période de son existence, la plus malheureuse et la plus décousue.

  • 23 Loc. cit. Pour Macchia, la machinerie romanesque – et notamment celle créée par Balzac – est import (...)
  • 24 Voir I. Calvino, « Visibilité », dans Leçons américaines. Aide-mémoire pour le prochain millénaire, (...)
  • 25 G. Macchia, « Dans la ville du roman : retour à Balzac », dans Paris en ruines, op. cit., p. 209.

7Dans « L’élégance contre l’éphémère », Macchia s’interroge sur la place du Traité de la vie élégante dans l’œuvre balzacienne : cet essai avait-il en lui « les qualités intrinsèques nécessaires pour figurer au début ou à la fin de cette grande machinerie, métaphore de la réalité, qu’est la Comédie humaine23 ? » Le critique italien pense qu’y manquait le détachement théorique, historique et réfléchi, entre la conception du roman adoptée par Balzac dans sa prime jeunesse (la mauvaise route, celle du retardataire et du scribouilleur) et celle qu’il avait commencé à parcourir, partant du présupposé que le monde écrit peut être l’homologue du monde vivant24. En effet, en 1822, comme le rappelle Macchia, l’auteur du Père Goriot avait écrit Le Centenaire, roman centré sur un personnage d’aspect terrifiant, sorte de pyramide humaine ployant sous le poids de trois siècles. L’analyse portait, non pas sur un pays lointain, symbole d’un monde géologique en chemin, mais « sur une humanité contemporaine morcelée en un nombre infini d’expressions, observée dans les objets qui la composent, dans les vêtements, le geste, la mode, les habitudes, la façon de marcher, la désinvolture avec laquelle un homme tient sa canne, et dans tout ce que dédaignaient les amateurs de l’âme25 ».

  • 26 « La physiognomonie est une science qui consistait à étudier la psychologie et le caractère moral d (...)
  • 27 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 19.
  • 28 Ibid., p. 27.
  • 29 Loc. cit.
  • 30 R. Chollet, Balzac journaliste. Le tournant de 1830, Paris, Klincksieck, 1983, p. 331.
  • 31 R. Fortassier, Introduction au Traité de la vie élégante, dans Balzac, Œuvres, op. cit., p. 190.

8Observer les traits de la physionomie, voilà la voie que doit suivre Balzac, comme le lui avait appris Lavater (l’inventeur de la physiognomonie26) pour atteindre les mystères de l’âme humaine. Et le Traité de la vie élégante, avec sa façon de faire, brillante, ironique et paradoxale, rédigé sans respecter aucun ordre, sans obéir à aucune volonté de systématisation, incitait Balzac – pathologiste de la vie sociale bien avant Michelet et Zola – à observer déjà comme un romancier la société humaine, née de la Révolution, mais que la Révolution de 1830, qui mit fin à la Restauration, ne changerait en rien. En effet, après 1789, la société française ne changea pas : « elle se reconstitua, se rebaronifia, se recomtifia, s’enrubanisa », et, « en vertu du principe selon lequel la Trinité a mis en ce bas monde des vallées et des montagnes, des chênes et des graminées27 », on en revint aux vieilles méthodes : il y a toujours « les riches et les pauvres, les gens en voiture et les gens à pied, ceux qui ont payé le droit d’être oisifs et ceux qui tentent de l’acquérir28 ». Selon Balzac, profondément pessimiste, la nouvelle société est une démocratie de riches (aristocratie et bourgeoisie arriviste) : les riches, « princes de la pensée, du pouvoir ou de l’industrie29 », sont toujours là (les Trois Glorieuses ont entériné la toute-puissance de l’argent), et les pauvres, frustrés et déformés par le travail, ne rêvent qu’à « paraître » et à devenir riches à leur tour. Mais l’instrument permettant de se distinguer, d’afficher sa supériorité, c’est la vie élégante : en effet, l’aristocratie, « quoique déchue de ses anciens privilèges, a conservé une mystérieuse aptitude à l’élégance, et l’aristocrate, créateur de langage, est un artiste30 ». Macchia insiste sur le fait que 1789, la vente des biens nationaux et la suppression du droit d’aînesse ont divisé les fortunes, supprimé la famille et aboli les projets ; de sorte que « l’art monumental et perdurable des grandes civilisations va devoir céder la place à l’élégance – notion toute nouvelle – ornement du quotidien et vanité de l’individu31 ». Mais le Traité de la vie élégante élève cette élégance nouvelle à la hauteur d’un art de vivre,

  • 32 Loc. cit.

en montrant qu’elle a partie liée non seulement avec l’oisiveté et l’argent mais avec l’intelligence. Ouvert par des axiomes sur la mode, le chapitre des principes s’épanouit en une description idéale d’un monde élégant qui retrouverait la douce égalité inscrite dans le credo aristocratique d’antan ; et dans le portrait de l’être mondain, idéal lui aussi, perfection de grâce et même de naturel, portrait qui anticipe celui d’Antoinette de Langeais32.

  • 33 Selon Balzac, les êtres humains forment des espèces liées au milieu social qui les sécrète et qu’el (...)

9Dans sa Comédie humaine, Balzac, observateur et visionnaire, est soucieux d’emprisonner le monde réel, composé d’espèces, de multitudes, d’existences et d’histoires33. Pourtant, cela ne suffit pas à faire de cet écrivain un partisan à tout prix de l’éphémère. Selon Macchia,

  • 34 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 218-219.

pour que le romancier-observateur ne devînt pas seulement un habile chroniqueur fasciné par les choses vagues et superficielles ainsi que par les changeantes apparences, il fallait que dans tout cet infernal fatras que l’on nomme humanité, il réussît à découvrir un élément constant qui eût donné à l’ensemble sa raison34.

  • 35 Le Traité de la vie élégante devait s’accompagner de plusieurs appendices tels le Traité de la crav (...)
  • 36 R. Fortassier, Introduction au Traité de la vie élégante, dans H. de Balzac, Œuvres, op. cit., p. 1 (...)
  • 37 Voir notamment le chapitre III, intitulé : « Plan de ce traité ». Cette partie du Traité de la vie (...)
  • 38 P. Laubriet, L’Intelligence de l’art chez Balzac. D’une esthétique balzacienne, Genève, Slatkine Re (...)
  • 39 « Balzac exploite la richesse littéraire de l’aphorisme. Dans son Traité, il commente les aphorisme (...)
  • 40 P. Barbéris, Balzac et le mal du siècle, Genève, Slatkine Reprints, 2002, t. II, p. 1323.
  • 41 « Un homme placé au dernier rang de la société ne doit pas plus demander compte à Dieu de sa destin (...)
  • 42 Chez Balzac, l’artiste n’est pas une « victime ». À ce sujet, Marie-Christine Natta affirme : « Com (...)
  • 43 Voir notamment le Prologue de La Fille aux yeux d’or dans lequel Balzac analyse la faune parisienne (...)
  • 44 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 11.
  • 45 R. Chollet, op. cit., p. 330.
  • 46 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 70.

10Cette œuvre d’élégantologie inachevée35 – analyse et critique du monde – aborde notamment « des sujets politiques, philosophiques et esthétiques qui seront présents dans l’œuvre entière, des idées sur lesquelles reposent la conception même et le plan de la future Comédie humaine36 ». En effet, malgré des effets de rupture déroutants37, des contradictions et quelque difficulté à définir le sens profond de l’élégance, le Traité de la vie élégante présente avec une rigueur philosophique des thèmes et une méthode qui ont appris aux contemporains de Balzac à être aussi élégants que possible, « c’est-à-dire de la manière la plus adaptée à eux-mêmes38 ». Les définitions, les subtiles distinctions, les aphorismes, les théorèmes, les maximes abondent et se présentent comme un fil conducteur formel de l’ouvrage39. Pour l’auteur du Code des gens honnêtes et de la Physiologie du mariage, revenir aux classifications et aux statistiques, c’était renforcer cette tendance scientifique de la littérature descriptive qui montre l’individu moins comme conscience autonome et libre que comme produit. Le Traité de la vie élégante reprend le Code des gens honnêtes : « une société de voleurs est aussi une société de vie élégante. Toutes les franc-maçonneries vont à la même signification : créer, parallèlement à la “vie” fondée sur des rapports faussés, une autre “vie” où l’on soit pleinement soi-même40 ». Dès le début du Traité de la vie élégante, Balzac signale un thème connu : celui d’une impitoyable stratification sociale qui interdit les jouissances. La société est divisée en trois types d’individus : l’homme qui travaille (et qui ne peut accéder à la vie élégante41), l’homme qui pense, l’homme qui ne fait rien, division à laquelle correspondent trois formes de vie : la vie occupée, la vie d’artiste42, la vie élégante (seule digne d’être vécue dans une société aliénée par la quête éperdue de l’« avoir » et de l’« être43 ») regroupant « le haut fonctionnaire, le prélat, le général, le grand propriétaire et les princes44 ». Au sein de cette division de la société, le rôle de la vie élégante est de « sceller le nouveau pacte politique, de matérialiser par des mœurs élitaires communes l’égalité des droits à l’intérieur de la caste45 » : « il n’existe plus de supériorité : on y traite de puissance à puissance […]. Les gens de la vie élégante représentent les aristocraties naturelles d’un pays, ils se doivent réciproquement les égards de l’égalité la plus complète46 ».

11Dans « L’élégance contre l’éphémère », Macchia rappelle que chez Balzac, à la base de la société, de ses inégalités et de ses différences se trouve un contrat « d’entretien » financier : en effet, dans le chapitre II du Traité de la vie élégante, il est écrit :

  • 47 Ibid., p. 17. Ce jugement de Balzac est surtout valable « pour cette période où le pouvoir bourgeoi (...)

Depuis que les sociétés existent, un gouvernement a donc toujours été nécessairement un contrat d’assurance conclu entre les riches et les pauvres. La lutte intestine produite par ce prétendu partage à la Montgomery allume chez les hommes civilisés une passion générale pour la fortune, expression qui prototype toutes les ambitions particulières ; car du désir de ne pas appartenir à la classe souffrante et vexée dérivent la noblesse, l’aristocratie, les distinctions, les courtisans, les courtisanes, etc47.

12Le grand mot du Traité est : « pensée ». Mens agitat molem (la pensée meut tout). Dans cette épigraphe de Virgile, qui évoque la matière, Balzac comprit que la matière n’est rien si elle est inerte ; elle ne devient vivante que si elle bouge.

  • 48 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 219. La philosophi (...)

Le mouvement est l’élément le plus miraculeux de la vie, celui qui la secoue et l’agite. Et le mouvement, c’est l’esprit, c’est la pensée, c’est la force constante qui donne une signification et un visage à cette matière. Cette force, c’est l’énergie qui n’a rien de rationnel, mais qui, bien qu’elle soit liée à la volonté, confine à l’ésotérisme, à l’alchimie, à tout ce qui se cache de diabolique dans la nature humaine, comme le lui avaient appris Hoffmann et Maturin. Sur le mystère de cette énergie, il se penche comme s’il était à la fois un scientifique et un mage. D’un côté le Balzac de ces années-là fait penser à Cuvier, de l’autre au grand physicien Spallanzini qui, dans un conte d’Hoffmann, invente Olympia, l’automate, et l’habille et la fait marcher, comme un romancier le fait avec ses personnages48.

  • 49 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, cité, p. 34.
  • 50 M.-Chr. Natta, Préface à Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 29. Rappelons que Balzac, (...)
  • 51 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (aphorisme XXXIX), op. cit., p. 74. Le Code des honnêtes ge (...)
  • 52 Balzac rejette le dandysme ridicule, improductif, mais accepte un dandysme supérieur qui, selon lui (...)
  • 53 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 74.
  • 54 Pour Macchia, Balzac a rapproché le roman de la science. L’auteur de la Comédie humaine a été le sp (...)

13La vie élégante suggère à celui qui l’adopte l’idée de quelque chose de froid, d’affecté, de recherché et d’efféminé. Peut-être. Mais Balzac place l’intelligence et le talent au cœur de l’élégance et de l’entretien : il découvre même dans l’élégance intelligente et « talentueuse » – expression de l’individualisme et signe visible d’un souci de distinction symbolisé par le costume – une charge indistincte d’énergie. « Mens molem agitat : l’esprit d’un homme se devine à la manière dont il tient sa canne49 », son costume est le plus énergique des symboles. Cette idée qui domine tout le Traité de la vie élégante inaugure la conception du vêtement spiritualisé : « Balzac, puis Baudelaire et Barbey d’Aurevilly rompent avec l’assimilation simple et commune de l’élégance au vêtement50. » Et si, contrairement à Baudelaire, l’auteur de Splendeurs et misères des courtisanes a repoussé férocement le dandysme frivole, c’est parce qu’il y voyait une affectation de la mode, « une hérésie de la vie élégante51 », comme si le dandy était un meuble ou un mannequin et non un être pensant52. L’homme qui ne voit que la mode dans la mode est un imbécile : « En se faisant dandy, un homme devient un meuble de boudoir, un mannequin extrêmement ingénieux […] mais un être pensant… jamais ! […]. La vie élégante […] ne doit pas apprendre seulement à jouir du temps, mais à l’employer dans un ordre d’idées extrêmement élevé53. » L’élégance, la vie élégante, la vraie, n’exclut ni la pensée ni la science, ni même l’esprit scientifique54 ; elle exclut l’avarice et l’économie, elle prône la dépense sans prudence. En effet, pour Balzac, les gens qui cherchent à être élégants avec économie en deviennent ridicules :

  • 55 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 49 et p. 59-60.

Ne ressemblent-ils pas, à tout moment, à des machinistes inhabiles dont les décorations laissent apercevoir les ressorts, les contrepoids et les coulisses, manquant ainsi à ces deux axiomes fondamentaux de la science : « L’effet le plus essentiel de l’élégance est de cacher les moyens », « Tout ce qui révèle une économie est inélégant ». En effet, l’économie est un moyen. Elle est le nerf d’une bonne administration, mais elle ressemble à l’huile qui donne de la souplesse et de la douceur aux roues d’une machine : il ne faut ni la voir ni la sentir. Ces inconvénients ne sont pas les seuls châtiments dont les gens pernicieux soient punis. En restreignant le développement de leur existence, ils descendent de leur sphère, et, malgré leur pouvoir, se mettent au niveau de ceux que la vanité précipite vers l’écueil opposé. Qui ne frémirait pas de cette épouvantable fraternité55 ?

  • 56 R. Fortassier, « Un pape de la modiphilie : l’auteur de la Comédie humaine », dans Cahiers de l’ass (...)
  • 57 J.-P. Saïdah, « Esquisse d’une poétique du vêtement chez Balzac », dans Vêtement et littérature, F. (...)
  • 58 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (aphorisme IX), op. cit., p. 33.
  • 59 R. Fortassier, « Un pape de la modiphilie : l’auteur de la Comédie humaine », art. cit., p. 162.

14L’élégance, la mode, « représente la circulation de l’argent, parce que la richesse d’un pays est fonction des besoins qu’il se crée, parce qu’il déteste l’immobilisme et que, quels que soient ses choix politiques, il est toujours pour le parti du mouvement56 ». Associée constamment à l’aristocratie et aux beaux-arts, elle est « une qualité innée qui fonde la supériorité des êtres comblés par la grâce57 » (« Un homme devient riche, il naît élégant58 »). Seuls les gens de condition savent ce qu’est la mode : d’emblée, Balzac exclut « que l’on puisse enseigner l’élégance, qui est instinct et habitude, à quiconque n’est pas né, né du moins dans l’oisiveté59 ». Idéal de beauté sociale et politique, apanage aristocratique, elle les consacre comme elle consacre l’être humain. Dans le vêtement se cache le plus énergique de tous les symboles, et dans la toilette il y a l’homme tout entier. En effet, chez Balzac théoricien de la mode, l’élégance est un système et un langage ; son objectif est la constitution d’une sémantique de l’élégance : en effet,

  • 60 R. Chollet, op. cit., p. 325.

il s’efforce d’en définir les principes par approximations, aboutissant parfois à des formules d’une grande profondeur qu’il ne parvient guère à exploiter. Sa réflexion paraît osciller constamment entre deux conceptions, selon qu’il considère l’élégance comme un code que l’homme doit maîtriser pour s’exprimer, ou un système de signes qui produit sa signification60.

  • 61 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 35.
  • 62 Nombre de romans de Balzac accordent au vêtement, à la mode, une place importante ou mettent en scè (...)
  • 63 C’est ce que la fiction balzacienne exprime en déployant des descriptions, en alternant commentaire (...)
  • 64 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (aphorisme XXVI), op. cit., p. 64.
  • 65 « L’élégant balzacien a compris et la lettre et l’esprit de l’héritage classique de l’honnête homme (...)

15Exemple : « un traité de la vie élégante, étant la réunion des principes incommutables qui doivent diriger la manifestation de notre pensée par la vie extérieure, est en quelque sorte la métaphysique des choses61 ». Chez Balzac, le vêtement, comme la toilette, n’est pas choisi et montré pour décorer : il portraitise et caractérise à merveille les personnages dont certains sont devenus indissociables de leur habit62. Le vêtement (avec ses nombreux accessoires et objets) – mais surtout la façon de le porter – n’est pas un simple et pur enjolivement, il est parole et identité : à l’intersection de l’individuel et du collectif, de l’intime et du social, il ne cesse de dire et de symboliser63. C’est le plus énergique des symboles. Signifiant du signifié qu’est le corps, non seulement le vêtement fait partie de l’inventaire anthropologique mais il en constitue un élément privilégié. Il est modèle et il modèle profondément l’image du corps. En un mot, l’habit, « sine qua non de l’élégance64 », fait l’individu et l’entretient. L’homme élégant – avec sa démarche, sa façon de parler, ses conversations – doit être parfait pour combattre la classe dominante, l’atteindre et consolider son statut social : il s’interdit donc tout relâchement, tout mensonge ; il respecte les règles de sociabilité à la lettre, il rassure65.

  • 66 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (axiome XVIII), op. cit., p. 49.
  • 67 R. Fortassier, « Un pape de la modiphilie : l’auteur de la Comédie humaine », art. cit., p. 160.

16Le Traité de la vie élégante révèle une morale de l’élégance : « L’homme impoli est le lépreux du monde fashionable66. » Pour la première fois, « il est demandé à l’élégance d’être “harmonie”, “raison”, “unité”, “ensemble”, “système” » : on reconnaît là les maîtres-mots du constructeur de cette œuvre cohérente qu’est la Comédie humaine67. Pour Macchia, la toilette, c’est « l’homme hiéroglyphé » :

  • 68 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 219.

La Révolution elle-même fut une dispute entre la soie et la toile. La vie élégante commence quand un homme et une femme trouvent infiniment plaisant de crier qu’ils sont au-dessus de leurs concitoyens, afin de pouvoir les éclabousser, les protéger et les gouverner68.

  • 69 Ibid., p. 220.
  • 70 Sur Baudelaire, voir les essais de Macchia : Baudelaire e la poetica della malinconia (dans Ritratt (...)
  • 71 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 220. Voir aussi A. (...)

17Selon Macchia, étant donné ces prémisses, il est assez risqué d’offrir à Balzac des précurseurs et des successeurs dans ce domaine. En laissant de côté le Code de la toilette d’Horace Raisson, publié deux ans avant l’ouvrage de l’écrivain français, l’auteur de Paris en ruines se limite à deux exemples. La Bruyère consacra à la mode quelques pages des Caractères, mais il eut de la mode une vision opposée, dans la mesure où elle dénonçait la petitesse de celui qui s’y assujettissait ; toutefois il fut un précurseur de l’auteur de la Théorie de la démarche quand il affirmait : « Il n’y a rien de si délié, de si simple et de si imperceptible, où il n’entre des manières qui nous décèlent. Un sot ni n’entre ni ne sort, ni ne s’assied, ni ne se lève, ni ne se tait, ni n’est sur ses jambes, comme un homme d’esprit69. » Parmi les successeurs de Balzac, Baudelaire s’est avéré son plus fidèle élève. En effet, comme l’affirme Macchia, l’auteur des Fleurs du mal et du Spleen de Paris70, s’opposant à la théorie du beau unique et absolu, « aimait décréter que la beauté était composée d’un élément éternel, invariable, et d’un élément relatif, dicté par les circonstances, et que celui-ci pouvait être l’époque, la morale, la passion, et même la mode71 ».

  • 72 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 220.

18Aussitôt reviennent en mémoire à l’auteur de Paris en ruines les inoubliables créatures féminines de Balzac et leurs vêtements-langage, telles la duchesse de Langeais, reine de Paris, Béatrix, Madame de Mortsauf ou la princesse de Cadignan avec sa merveilleuse robe (marque de son élection et de sa « liberté »), le jour où elle vit pour la première fois d’Arthez : « Elle avait mis une robe de velours bleu à grandes manches blanches et traînantes, à corsage montant à quatre doigts de son cou, et couvrant les épaules, comme on en voit dans quelques portraits de Raphaël72. » Le théoricien-chroniqueur de l’art et de la mode conçue pour poétiser et dramatiser la vie oisive, celui de l’élégance aux mille et une implications, prépare la voie au romancier-mythographe du grand monde qui élève la réalité à la vérité par l’art.

Notes

1 G. Macchia, Paris en ruines, Paris, Flammarion, coll. « Critiques Flammarion », 1988, (titre original : Le rovine di Parigi, Milan, Mondadori, 1985 ; traduction française : Paul Bédarida, Mario Fusco). Ce recueil d’essais fait partie de la trilogie sur la culture française : Il paradiso della ragione, Il mito di Parigi et Le rovine di Parigi. Les principaux écrits de Giovanni Macchia sont rassemblés dans le volume : Giovanni Macchia, Ritratti, personaggi, fantasmi (M. Bongiovanni Bertini (éd.), Milan, Mondadori, coll. « I Meridiani », 1997). Sur Macchia, écrivain, professeur, critique universitaire et traducteur, voir notamment : M. Bongiovanni Bertini, « Per un profilo di Giovanni Macchia », dans Giovanni Macchia, Ritratti, personaggi, fantasmi, op. cit., p. XI-XXXVII ; M. Colesanti, Ritratti di critici, Rome, Bulzoni, 1970, p. 139-189 ; L. De Nardis, « Schede per l’itinerario critico di Giovanni Macchia », dans L’usignolo e il fantasma, Milan-Varese, IEC, 1970, p. 230-246 ; G. Macchia, Prefazione a Honoré de Balzac, La Commedia umana, Rome, Casini, 1968 ; J. Risset, « Il metodo Baudelaire », dans La letteratura e il suo doppio. Sul metodo critico di Giovanni Macchia, Milan, Rizzoli, 1991, p. 21-40 ; G. Violato, « Studi baudelairiani in Italia tra le due guerre », dans Gli studi francesi in Italia fra le due guerre, Urbino, Quattro Venti, 1987, p. 141-155.

2 I. Calvino, Préface à Paris en ruines, op. cit., p. 6. Rappelons que Calvino critique s’est intéressé à l’œuvre de Balzac et a influencé certains points de vue de Giovanni Macchia. Voir notamment les essais suivants : « La cité-roman chez Balzac » (dans I. Calvino, Défi aux labyrinthes II, Paris, Seuil, 2003, p. 258-262, traduction : Michel Orcel), « Les Petits Bourgeois de Balzac » (ibid., p. 263-269, traduction : Jean-Paul Manganaro).

3 I. Calvino, « La cité-roman chez Balzac », ibid., p. 258-259.

4 I. Calvino, Préface à Paris en ruines, op. cit., p. 8.

5 Loc. cit.

6 Ibid., p. 7.

7 Ibid., p. 6.

8 G. Macchia, « La librairie de Montaigne », dans Paris en ruines, op. cit., p. 11-22.

9 I. Calvino, Préface à Paris en ruines, op. cit., p. 6.

10 Dans G. Macchia, Paris en ruines, op. cit., p. 207-211, p. 212-216, p. 217-220.

11 Dans Autori e personaggi (G. Macchia, Ritratti, personaggi, fantasmi, op. cit., p. 566-571).

12 Dans Cronaca e miti (ibid., p. 587-594).

13 Dans G. Macchia, I fantasmi dell’opera. Idea e forme del mito romantico, Turin, Bollati Boringhieri, 2001, p. 101-127.

14 G. Macchia, « Dans la ville du roman : retour à Balzac », dans Paris en ruines, cité, p. 208.

15 Ibid., p. 209.

16 G. Descotes, Itinéraires littéraires, Paris, Hatier, 1988, p. 196.

17 Paris, L’Herne, 2015, coll. « Carnets ».

18 1830, commencée sous les auspices d’un basculement esthétique, est une année charnière pour Balzac. Elle correspond « à une crise dans [sa] carrière mais aussi à celle du roman en général. En effet, pour assurer sa subsistance, comme d’autres, il dut se tourner vers les journaux ; et il le fit de manière radicale » (M.-Chr. Natta, dans H. de Balzac, Traité de la vie élégante, M.-Chr. Natta (éd.), Clermont-Ferrand, PUBC, 2000, coll. « CRLMC/Textes », p. 9). Pendant environ une année, Balzac est exclusivement journaliste.

19 La rédaction du Traité de la vie élégante s’est effectuée en deux étapes : avant juillet 1830, Balzac tente de formuler une théorie de l’élégance (chapitres III, IV, V) ; après juillet 1830, il enrichit son texte de développements politiques qui occupent les deux premiers chapitres.

20 Macchia rappelle que les débuts de Balzac furent sinistres et humiliants : « la prolixité même de sa première production lui confère un caractère de facilité grossière […]. Mais bien que grossièrement, on entrevoit quand même le concept qui s’affirmera en lui dans toute sa force : l’objectivité de la création ». En effet, l’auteur de Wann-Chlore et de Clotilde de Lusignan va garder de son expérience de jeunesse « l’obsession de voir, où que l’on jette les yeux, les essences et les forces démoniaques, irrationnelles et mystérieuses ». Il va lui rester « une manière rude et peu crédible de développer des intrigues romanesques ». Mais si, dans sa première production, Balzac se fiait à l’imaginaire pour découvrir la réalité, « il se fiera par la suite à la réalité pour découvrir l’imaginaire. Il exclura les faits imaginaires pour leur substituer ce qui se passe partout » (G. Macchia, « Balzac et le roman-feuilleton », dans Paris en ruines, op. cit., p. 213, p. 215-216).

21 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », ibid., p. 217.

22 Ibid., p. 218.

23 Loc. cit. Pour Macchia, la machinerie romanesque – et notamment celle créée par Balzac – est importante : c’est de son bon fonctionnement que dépend la réalisation de la « comédie » et la pointilleuse organisation de la généalogie des personnages. Mais « rien n’est moins généreux que de l’accuser d’être responsable au premier chef du roman traditionnel à trois dimensions, où tout ce que l’on voit existe et où tout ce qui existe se voit, avec ses personnages en ronde bosse qui se penchent en avant » (G. Macchia, « Dans la ville du roman : retour à Balzac », dans Paris en ruines, op. cit., p. 209).

24 Voir I. Calvino, « Visibilité », dans Leçons américaines. Aide-mémoire pour le prochain millénaire, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1992, p. 154-159. Sur la notion de visibilité, voir par exemple le deuxième chapitre de La Duchesse de Langeais et l’ouverture de La Fille aux yeux d’or.

25 G. Macchia, « Dans la ville du roman : retour à Balzac », dans Paris en ruines, op. cit., p. 209.

26 « La physiognomonie est une science qui consistait à étudier la psychologie et le caractère moral d’un individu à partir de la forme des traits et des expressions de son visage » (M.-Chr. Natta, dans Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 35). La lecture de Lavater a révélé à Balzac, comme à nombre de ses contemporains, l’importance de l’apparence. En effet, « toute une littérature d’observation, qui se présente sous une forme à la fois didactique et humoristique, naît entre 1825 et 1830 de cet intérêt nouveau pour l’apparence révélatrice : codes, arts de…, physiologies, manuels » (R. Fortassier, Introduction au Traité de la vie élégante, dans H. de Balzac, Œuvres, P.-G. Castex (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1981, t. XI, p. 188).

27 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 19.

28 Ibid., p. 27.

29 Loc. cit.

30 R. Chollet, Balzac journaliste. Le tournant de 1830, Paris, Klincksieck, 1983, p. 331.

31 R. Fortassier, Introduction au Traité de la vie élégante, dans Balzac, Œuvres, op. cit., p. 190.

32 Loc. cit.

33 Selon Balzac, les êtres humains forment des espèces liées au milieu social qui les sécrète et qu’elles contribuent à façonner. De là cette véritable symbiose entre les personnages balzaciens – produits d’une construction – et le décor où ils vivent ; de là, « cette relative schématisation de figures typiques qui portent sur elles les stigmates de leur passion dominante » (D. Rincé et D. Barbéris, Langue et littérature xixe-xxsiècles, Paris, Fernand Nathan, 1992, p. 165).

34 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 218-219.

35 Le Traité de la vie élégante devait s’accompagner de plusieurs appendices tels le Traité de la cravate. Études des mœurs par le gant, la Nouvelle Théorie du déjeuner, la Physiologie du cigare, la Théorie de la démarche.

36 R. Fortassier, Introduction au Traité de la vie élégante, dans H. de Balzac, Œuvres, op. cit., p. 188.

37 Voir notamment le chapitre III, intitulé : « Plan de ce traité ». Cette partie du Traité de la vie élégante introduit une rupture de registre et une rupture énonciative : en effet, dans les deux premiers chapitres, « Balzac expose directement au lecteur des éléments théoriques et historiques de sa conception de l’élégance ; au troisième chapitre, il l’introduit abruptement dans les coulisses de la création, c’est-à-dire dans celles du journal. Ainsi, on passe de la troisième personne de l’auteur théoricien à la première personne du journaliste » (M.-Chr. Natta, dans H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 36). Balzac a tendance à brouiller les pistes en faisant, tout au long de son essai, « une utilisation déroutante de deux composantes du style didactique : la définition et l’aphorisme » (ibid., p. 39).

38 P. Laubriet, L’Intelligence de l’art chez Balzac. D’une esthétique balzacienne, Genève, Slatkine Reprints, [1re éd. 1961], 1980, p. 12.

39 « Balzac exploite la richesse littéraire de l’aphorisme. Dans son Traité, il commente les aphorismes en les développant de manière tantôt grave, tantôt ironique, tantôt polémique […]. Certains jouent le double rôle de point de départ et de conclusion […]. Balançant entre continuité et discontinuité, les aphorismes du Traité sont l’expression complexe d’une pensée non systématique et même contradictoire » (M.-Chr. Natta, dans H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 41).

40 P. Barbéris, Balzac et le mal du siècle, Genève, Slatkine Reprints, 2002, t. II, p. 1323.

41 « Un homme placé au dernier rang de la société ne doit pas plus demander compte à Dieu de sa destinée qu’une huître de la sienne » (H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 16).

42 Chez Balzac, l’artiste n’est pas une « victime ». À ce sujet, Marie-Christine Natta affirme : « Comme le dandy, c’est un être singulier et insaisissable en raison de son caractère mobile et paradoxal bien rendu par cette formule aphoristique du Traité : “son oisiveté est un travail et son travail est un repos ; il est élégant et négligé tour à tour ; il revêt à son gré la blouse du laboureur, et décide du frac porté par l’homme à la mode”. C’est un lanceur, non un suiveur : “il ne subit pas les lois, il les impose” » (dans H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 51). L’artiste est du côté de la vie élégante et des dominants de la société nouvelle.

43 Voir notamment le Prologue de La Fille aux yeux d’or dans lequel Balzac analyse la faune parisienne sur le plan sociologique et psychologique.

44 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 11.

45 R. Chollet, op. cit., p. 330.

46 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 70.

47 Ibid., p. 17. Ce jugement de Balzac est surtout valable « pour cette période où le pouvoir bourgeois se renforce et où le grand impératif est de ne pas appartenir à la classe souffrante et vexée […]. On pense déjà à tous les romans où Balzac peindra ces bourgeois parvenus qui dépensent sans compter dans le but d’atteindre symboliquement les sommets de la pyramide sociale » (C. Nesci, La Femme, mode d’emploi. Balzac, de la Physiologie du mariage à la Comédie humaine, Lexington, French Forum Publishers, coll. « French Forum Monographs », 1984, n° 81, p. 82).

48 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 219. La philosophie balzacienne est une physiologie de l’énergie, une énergétique, voire une thermodynamique, « dont il énonce le primum movens dans la Théorie de la démarche, où il découvre que l’homme pouvait projeter en dehors de lui-même, par tous les actes dus à son mouvement, une quantité de forces qui devait produire un effet quelconque dans sa sphère d’activité et, dès lors, “le Mouvement comprit la Pensée, action la plus pure de l’être humain ; le Verbe, traduction de ses pensées ; puis la Démarche et le Geste, accomplissement plus ou moins passionné du Verbe”. La volonté doit donc se concevoir comme une projection de fluide nerveux et la pensée – la passion aussi – comme une véritable décharge électrique, le plus souvent mortelle : Louis Lambert, César Birotteau et tant d’autres dans la Comédie humaine, cèdent au coup de l’idée qui les tue. » (N. Preiss, Introduction à la Comédie humaine de Balzac, D. Alexandre, Cl. Blum, N. Preiss (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2009, n° 23, p. 12).

49 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, cité, p. 34.

50 M.-Chr. Natta, Préface à Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 29. Rappelons que Balzac, Barbey d’Aurevilly et Baudelaire tentent de faire la typologie du dandysme et créent un dandysme mythique et un dandysme idéal (voir Traité de la vie élégante, 1830, Du dandysme et de George Brummel, 1845, Le Peintre de la vie moderne, 1863).

51 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (aphorisme XXXIX), op. cit., p. 74. Le Code des honnêtes gens et le Traité de la vie élégante donnent une image détestable du dandy : en effet, dans ces deux essais, Balzac le méprise à cause de son air trop guindé, de sa vanité, de son insolence et de son caractère superficiel.

52 Balzac rejette le dandysme ridicule, improductif, mais accepte un dandysme supérieur qui, selon lui, est consciente recherche de liberté. Selon Pierre Barbéris, « le dandysme est un subterfuge pour vivre avec un sentiment de liberté dans un monde vulgaire qui vous presse et contre lequel on ne peut, ou on ne veut, rien faire d’autre que de se moquer et mépriser » (P. Barbéris, op. cit., p. 1324). Sur le dandysme de Baudelaire et de Barbey d’Aurevilly, voir R. Fortassier, « Deux dandys et leur mundus muliebris », dans Les écrivains et la mode de Balzac à nos jours, Paris, PUF, 1988, p. 77-95.

53 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 74.

54 Pour Macchia, Balzac a rapproché le roman de la science. L’auteur de la Comédie humaine a été le spectateur et l’interprète d’une transformation de la société qui ressemble un peu à la nôtre. Certes, « sa science n’est pas la nôtre, mais, dans une perspective nouvelle, c’est l’esprit scientifique qui pourrait concourir à animer une conception de la littérature. Il s’agit de développer de façon non scientifique une intuition scientifique. C’est cet aspect-là de la science qui est utile à la littérature. La science occupe un des domaines de l’imagination » (G. Macchia, « Dans la ville du roman : le retour à Balzac », dans Paris en ruines, op. cit., p. 210). Rappelons que Balzac a fait l’éloge du xviiisiècle qu’il oppose à l’utilitarisme moderne.

55 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 49 et p. 59-60.

56 R. Fortassier, « Un pape de la modiphilie : l’auteur de la Comédie humaine », dans Cahiers de l’association internationale des études françaises, 1986, vol. 38, n° 1, p. 164-165.

57 J.-P. Saïdah, « Esquisse d’une poétique du vêtement chez Balzac », dans Vêtement et littérature, F. Monneyron (dir.), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2001, p. 183.

58 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (aphorisme IX), op. cit., p. 33.

59 R. Fortassier, « Un pape de la modiphilie : l’auteur de la Comédie humaine », art. cit., p. 162.

60 R. Chollet, op. cit., p. 325.

61 H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 35.

62 Nombre de romans de Balzac accordent au vêtement, à la mode, une place importante ou mettent en scène des personnages pour lesquels l’acte de se vêtir ou de vêtir les autres n’est pas une activité négligeable. Le vêtement dit aussi le ton d’une époque, le type de société, l’humeur, le goût et l’esprit des individus. « Les détails de la mise sont le juste complément des portraits physiques qui, chez Balzac, sont en étroite corrélation avec la physiognomonie : les habits renvoient donc non seulement au contexte socio-historique mais sont aussi au service de l’intrigue. » (F. P. A. Madonia, « Effets et dérobade diégétique chez Vautrin », dans La Grâce de montrer son âme dans le vêtement. Scrivere di tessuti, abiti, accessori. Studi in onore di Liana Nissim, M. Modenesi, M. B. Collini, F. Paraboschi (dir.), Milan, Ledizioni, coll. « di/segni », 2015, n° 11, t. II, p. 270).

63 C’est ce que la fiction balzacienne exprime en déployant des descriptions, en alternant commentaires, allusions et développements. « À l’évidence, le vêtement participe du système général de la description ; d’où les abondantes descriptions vestimentaires de La Comédie humaine » (J.-P Saïdah., « Esquisse d’une poétique du vêtement chez Balzac », art. cit., p. 184).

64 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (aphorisme XXVI), op. cit., p. 64.

65 « L’élégant balzacien a compris et la lettre et l’esprit de l’héritage classique de l’honnête homme. Énormément sociable, il est un des derniers représentants de ce modèle séculaire et universel. » (M.-Chr. Natta, dans Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 67)

66 H. de Balzac, Traité de la vie élégante (axiome XVIII), op. cit., p. 49.

67 R. Fortassier, « Un pape de la modiphilie : l’auteur de la Comédie humaine », art. cit., p. 160.

68 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 219.

69 Ibid., p. 220.

70 Sur Baudelaire, voir les essais de Macchia : Baudelaire e la poetica della malinconia (dans Ritratti, personaggi, fantasmi, op. cit., p. 1213-1409) et « La comunione con il passato : il paradiso familiare di Baudelaire » (dans I fantasmi dell’opera. Idea e forme del mito romantico, op. cit., p. 145-156).

71 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 220. Voir aussi A. Michel, Le Réel et la Beauté dans le roman balzacien, Paris, Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2001, n° 46, p. 307.

72 G. Macchia, « L’élégance contre l’éphémère », dans Paris en ruines, op. cit., p. 220.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr