Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

État, associations professionnelles, syndicalismes

Le cas cheminot

Pierre Vincent

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lors des séances des 14 et 21 novembre 1944, la Commission nationale de reconstitution des organisations syndicales de travailleurs, présidée par Lucien Jayat et dont Gérard Ouradou1est membre, examine le cas des dirigeants nationaux de la fédération légale des cheminots2. Elle décide l’exclusion à vie de toute organisation syndicale de trois d’entre eux : Georges Badinot, membre du comité directeur du Rassemblement national populaire de Marcel Déat, Lucien Cancouët, collaborateur du journal L’Œuvre et membre du comité directeur de la Pensée française, et Mentor Pasquier, membre du Conseil national institué par le maréchal Pétain. Le secrétaire général, Roger Liaud, qui a accepté la nomination de Pasquier au Conseil national contre l’avis de la majorité du bureau fédéral n’est, en revanche, exclu que pour dix ans3. S’ajoutent à ces exclusions, celle, à vie, d’Albin Magail, responsable des Wagons-Lits, membre du bureau exécutif fédéral, décidée par la Commission le 18 octobre précéde...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540