Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage de la lecture

 | 
Mohamed Nouri Romdhane
, 
Jean Emile Gombert
, 
Michèle Belajouza

Partie IV : Les retombées pédagogiques

La Langue arabe : spécificités et évolution

Taieb Baccouche

Texte intégral

1L’histoire connue des arabes remonte à environ trois milles ans. Ils occupaient l’espace septentrional de la péninsule qui porte leur nom : l’Arabie.

2Leur langue, l’arabe, connut un destin extraordinaire dès le VIIème siècle, avec l’avènement de l’Islam.

3Aujourd’hui, l’arabe est la langue officielle de 22 pays (250 millions d’habitants), plus Malte dont l’idiome est typologiquement d’origine arabe. Mais l’arabe est également pratiqué assez largement dans plusieurs pays musulmans non arabes comme l’Iran ou la Turquie, dont les langues ont connu au cours de l’histoire diverses formes d’interférence.

Historique

41.1 Avant l’avènement de l’Islam, l’arabe était en contact avec les langues appartenant à la famille sémitique comme l’akkadien, le phénicien, l’hébreu, l’araméen, l’assyrien, etc. Ces langues forment typologiquement deux sous-groupes : le septentrional et le méridional. Bien que l’arabe fasse partie de ce dernier, il partage avec l’autre certaines caractéristiques.

5Ainsi, parmi les principales caractéristiques qu’il partage avec le groupe méridional on peut citer :

  • Un système phonologique proche du sémitique ancien avec un taux élevé de consonnes d’arrière (gutturales).
  • Un système morphologique structuré par la dérivation : verbes affixés et pluriels internes.

6Parmi les principales caractéristiques qu’il partage avec l’autre groupe :

  • La suffixation nasalisée du pluriel masculin.
  • Le passif interne.
  • Le diminutif.

7Ceci semble conférer à l’arabe, le statut de langue de synthèse ou de jonction entre les deux groupes ; ce qui en fait la langue encore vivante la plus proche du sémitique ancien.

8On connaît les états anciens de cette langue à travers des inscriptions remontant au VIIIème siècle av. J.C. ; mais c’est surtout la production littéraire, notamment poétique et essentiellement orale, qui permet de saisir les spécificités de l’arabe à l’époque préislamique.

9Le raffinement de la poésie ancienne, prouve qu’elle est le fruit d’une longue maturation. Par ailleurs, elle semble être véhiculée par une sorte de koiné, plus proche des parlers ouest-arabiques du Hijàz. Cette koiné, semble être élaborée autour du parler de la tribu de Quraych, qui habitait la Mecque, ville du prophète Muhammed. Elle était déjà ville sainte et lieu de pèlerinage. C’est là que la révélation s’est réalisée au début du VII après J.C. et dans cet idiome précisément.

10C’est grâce à l’immense apport coranique et à toute la production religieuse qu’il a engendrée, que l’arabe dit classique a succédé à l’arabe ancien. Cette mutation est attestée en particulier par le développement de l’écriture, enrichie par des signes diacritiques et vocaliques à valeurs graphémo-phonologiques, et par la codification de la langue et l’apparition des premiers dictionnaires et traités de grammaire.

11La langue du Coran, sacrée et « inimitable », est prise comme norme immuable, avec certes une marge de souplesse, puisque les particularités dialectales de sept parlers jugés représentatifs du Bon Usage (f a s a :h a) ont été récupérées et intégrées dans la norme, suite à la tradition du Prophète qui ordonnait aux fidèles de s’adresser aux gens, notamment les candidats à la conversion, dans la langue qui leur est familière.

12L’activité linguistique liée initialement au Coran et à son exégèse contribue en même temps à la normalisation de l’arabe classique et à sa diffusion dans les contrées ou l’Islam réussit à pénétrer, en Asie, en Afrique et en Europe. Il réussit à supplanter le copte en Egypte, et les autres langues sémitiques au Moyen Orient, tout en subissant leur influence, tout comme celle du persan et du turc.

13Ces diverses influences sont à l’origine des variétés d’arabe qui ont évolué vers les parlers actuels pratiqués dans chacun des pays arabes.

14Après quelques siècles de rayonnement intense qui a fait de l’arabe la première langue mondiale de culture, commence une période de stagnation, limitant sa fonction à l’expression littéraire et à la conservation du patrimoine. Ce déclin coïncide avec la désintégration de l’Empire musulman et du Califat abbasside, sous les coups des barbares mongols puis tatars.

15L’évolution de l’arabe classique et de ses dialectes pendant un millénaire finit par engendrer ce qu’on appelle l’arabe moderne, avec la Renaissance, notamment au XIXème siècle.

16Cette renaissance linguistique et culturelle s’est réalisée conjointement par un retour aux sources et une redécouverte ou relecture du patrimoine et par une grande ouverture sur la civilisation européenne, par le biais de la traduction, de l’emprunt et du calque. Ces influences sont surtout perceptibles dans la langue de la presse. Ceci sans négliger l’influence plus ou moins inconsciente des parlers locaux. L’opposition littéral / dialectal, à la base du phénomène de diglossie, est une donnée fondamentale de la situation linguistique actuelle dans les pays arabes. Comment cette évolution linguistique se manifeste-t-elle sur le plan de la structure ?

Structures

17La structure générale de l’arabe littéral moderne ne diffère pas sensiblement de celle du classique qui reste la norme, représentée par la bonne lecture du Coran (tajwid). Pour éviter les détails des particularités régionales et locales du littéral dues notamment aux influences dialectales, nous présenterons les principales caractéristiques structurelles de la norme classique.

Phonologie

18L’arabe dispose de 28 phonèmes consonantiques dont deux semi-consonnes (w et y) et de 6 phonèmes vocaliques (trois timbres : u-a-i, doublés par la durée). Le tableau en annexe, illustre ce système.

19Le pendant de l’allongement vocalique, pour les consonnes est la gémination qui peut affecter toutes les unités du système.

  • On remarque que les consonnes d’arrière sont relativement nombreuses (presque le quart).
  • La corrélation de sonorité comporte une double série de huit consonnes chacune, et six d’entre elles (3x2) forment un faisceau avec une troisième série d’emphatiques (3 interdentales, 3 dentales et 3 sifflantes).

20Cette norme classique de référence, selon la tradition grammaticale, a connu dans l’usage du dialectal et même du littéral moderne, des variations notables :

  • L’emphatique dad, considérée comme spécifique à l’arabe au point de lui donner son nom, n’est plus réalisée comme une latéro-interdentale. Etant hors système, elle est devenue soit une dentale comme en Egypte, soit assimilée à l’interdentale comme en Tunisie, soit une latérale comme dans de rares parlers arabiques.
  • L’ordre des interdentales, maintenu en Tunisie (sauf à Mahdia), a donné des dentales comme au Maroc, et des sifflantes comme en Egypte.
  • La dentale emphatique sonore /d/ est devenue curieusement sourde même dans les lectures coraniques.
  • Il en est de même de l’occlusive vélaire. Sa réalisation sonore continue à caractériser les parlers d’origine bédouine /g/ et sa réalisation sourde, les parlers citadins /q/.

21Ces changements intervenus au niveau des parlers, ont fini par affecter la prononciation du littéral.

  • La combinaison des phonèmes en littéral est très restrictive. En effet, un mot doit commencer par une consonne suivie nécessairement d’une voyelle ; d’où un système syllabique très réduit (cv (v) et cv (v)c).
  • A ce niveau, les changements affectant le dialectal sont importants, les combinaisons plus variées ont donné un système syllabique plus riche permettant d’intégrer plus facilement les emprunts.
  • Le système vocalique s’est également enrichi par des apertures intermédiaires dans beaucoup de dialectes arabes (notamment /e/ et /o/, comme c’est le cas dans la plupart des parlers tunisiens).

morphosyntaxe

Système morphologique arabe

22La principale caractéristique du système morphologique arabe réside dans sa structuration dérivationnelle qui fait de lui un système paradigmatique de schèmes, alliant complexité et rigueur. En effet, certains schèmes sont analogiquement prévisibles ; d’autres relèvent au contraire de l’usage et présentent souvent des variantes (ex : bank « banque » donne au pluriel bunu:k en Tunisie et abna:k au Maroc). Les schèmes sont générés par l’amalgame d’une racine fonctionnant comme unité lexicale consonantique virtuelle, et d’un affixe ou plus, comme l’illustre le tableau suivant :

23Les racines, relevant du lexique, forment un système ouvert alors que les schèmes, relevant de la morphologie, forment un système relativement clos. Ces racines sont essentiellement triconsonantiques. L’arabe, qui a toujours emprunté des mots comme toutes les langues vivantes, doit pouvoir les intégrer dans l’un de ses schèmes. On en arrive ainsi à dégager une racine virtuelle et fictive qui pourrait devenir dérivationnellement productive (ex : recyclage [rskl] ; doublage [dbl∞]). Mais ceci n’est pas toujours possible, comme pour stratégie qui est intégrée mais non productive.

24C’est également le cas pour les noms composés, perçus comme unités simples.

25Pour le mot emprunté, son intégration dans un schème du pluriel interne, serait un signe d’intégration plus avancée : (ex : faylasu:f / fala:sifa « philosophe/s »)

26Si les schèmes des noms sont assez nombreux et peu prévisibles, ceux des verbes, sont au contraire plus réduits et rigoureusement prévisibles. Cependant, cette régularité ne manque pas de complexité du fait que 40 % des verbes trilitères forment des sous-ensembles ayant chacun une régularité interne. Cet écart apparent par rapport à la norme est dû à la présence dans la racine d’une consonne instable comme le hamza (occlusive laryngale sourde qui ressemble à l’attaque vocalique) et les deux semi-voyelles (w et y). Le système de base, servant de norme qualifiée de sa:lim « sain » est du type R1 R2 R3.

27Les sous-systèmes à semi-voyelles sont les suivants :

  • w/y R2 R3.
  • R1 w/y R3.
  • R1 R2 w/y.
  • w/y R2 y.
  • Les verbes arabes ont moins une valeur temporelle qu’une valeur aspectuelle (accompli/inaccompli. Ce dernier a trois modes : indicatif, subjonctif et jussif).
  • L’avantage d’un tel système est qu’il permet d’une part une lecture non voyellée, grâce à la régularité des schèmes, et d’autres parts la génération de nouvelles unités, et l’usage d’unités en réserve dans le système, car aucune racine ne couvre tous les schèmes tant verbaux que nominaux. Mais cet avantage n’est pas sans limites, imposées par le mécanisme de la dérivation arabe qui marginalise toute unité qui ne s’intègre pas dans le moule schématique.
  • En outre, l’arabe connaît un duel à morphème suffixé a:n au nominatif et ayn à l’accusatif et au génitif.
  • L’une des caractéristiques les plus importantes de l’arabe est qu’il est une langue à flexion casuelle pour les noms et les adjectifs (sujet à suffixe u, objet direct en a et indirect en ï) ; cette flexion confère aux mots une grande marge de liberté distributionnelle dans la phrase arabe.
  • Pour reconnaître un mot ou le chercher dans les dictionnaires, il faut connaître sa racine consonantique et son schème ; ce qui exige une connaissance minimale préalable du système linguistique arabe.

Le dialectal

28L’écart du dialectal par rapport à la norme du littéral est à ce niveau très important, au point d’en faire typologiquement deux langues, bien que nettement apparentées.

  • L’écart le plus notable est la disparition des désinences flexionnelles avec comme corollaire une limitation de la liberté distributionnelle des mots dans la phrase.
  • Le duel a pratiquement disparu ; il n’en reste que des témoins figés.
  • Le système verbal a changé surtout au niveau vocalique. En effet, le littéral semble avoir une prédilection pour l’alternance vocalique, notamment a/i et i/a dans l’opposition accompli/inaccompli, alors que le dialectal semble préférer la similitude comme tendance dominante (il s’agit de la voyelle de la deuxième consonne radicale, qui est le pivot et l’élément le plus stable du schème et du mot).
  • La variation syllabique a entraîné une plus grande variation schématique et par voie de conséquence, une plus grande souplesse structurelle dans le mot et une capacité d'intégration des emprunts et des néologismes.
  • Les divers dialectes arabes ont laissé leur empreinte dans les variétés d’arabe littéral. Mais les différences dialectales d’un pays arabe à un autre sont beaucoup plus importantes que les différences littérales. Ces dernières ne constituent aucunement un obstacle à l’intercompréhension, notamment entre lettrés. Il convient de noter à ce propos que le développement actuel des moyens de communication, notamment les médias, favorise de plus en plus les facteurs de convergence.

Conséquences sociolinguistiques de cette évolution

Diglossie

29Nous appliquons ce terme à la dualité littéral /dialectal. Il est évident qu’au cours des siècles, le dialectal, de par son caractère usuel vivant et utilitaire, a évolué plus rapidement par rapport à la norme classique.

30Cette différence dans le rythme de l’évolution a creusé davantage le fossé séparant les deux registres de l’arabe, au point que le célèbre socio-historien arabe Ibn Khaldoun parle déjà au XIVème siècle de deux langues.

31Si nous leur appliquons aujourd’hui l’approche typologique, à tous les niveaux d’analyse, nous pouvons aller jusqu’à les considérer comme deux langues, malgré leur parenté incontestable. Cependant, leur dynamique propre et l’influence réciproque qu’elles exercent l’une sur l’autre favorisent l’émergence de niveaux intermédiaires observables dans tous les pays arabes grâce aux médias, à la culture de masse et à l’alphabétisation. Ces niveaux intermédiaires, peu décrits, en font de plus en plus des registres ou des niveaux d’une même langue.

Répartition

32Dans la vie de tous les jours, toutes les catégories sociales utilisent le dialectal. Mais les lettrés, quand ils abordent des sujets intellectuels, l’enrichissent de mots puisés dans le stock lexical littéral que le dialectal intègre facilement. L’usage dans la vie courante du littéral, serait plus que pédant, ridicule. Par contre, en classe, dans un discours public, ou dans un canal médiatique, le locuteur choisit le registre qui lui convient en fonction de ses compétences et de son auditoire. On peut donc dire qu’il y a une répartition complémentaire entre les registres avec des interférences presque inévitables.

33Si le dialectal domine à l’oral, le littéral s’impose plus à l’écrit, car la transcription du dialectal n’est pas normalisée. A ce niveau, la spécialisation est encore plus nette qu’à l’oral. C’est pour ces raisons que les journaux utilisent presque exclusivement un arabe littéral moderne, alors que les canaux radiophoniques et télévisés utilisent tous les registres selon les personnes et les émissions.

34Dans la production littéraire et artistique, la plupart des publications sont en littéral, excepté le théâtre et la poésie populaire. Dans le cinéma produit, le dialectal est dominant. Mais lorsqu’il s’agit de films historiques ou de doublage, le littéral est assez présent.

35Cette situation se complique dans certains pays par le bilinguisme ou même le plurilinguisme. En Algérie et au Maroc une proportion notable de la population est berbérophone (unilingue ou non). Dans ces deux pays, avec la Tunisie, le français, est largement utilisé, non pas comme langue étrangère, mais comme langue seconde véhiculaire, dans l’enseignement et dans des secteurs administratifs, économiques et culturels importants.

Conclusion

  • La langue arabe, dans sa forme écrite, est l’une des plus anciennes langues vivantes dans le monde actuel ; et ce, tout en continuant à développer des niveaux dialectaux ou intermédiaires.
  • Les Arabes, vénèrent leur langue et la considèrent comme le symbole de leur unité culturelle et spirituelle.
  • Au lieu d’éclater (comme la plupart des langues classiques) en variantes régionales ou dialectales accédant par la suite au statut de langues standards, comme ce fut le cas pour les langues romanes, l’arabe a développé parallèlement les deux registres qui tendent de plus en plus à se compléter dans leur distribution et leur répartition géographique et sociale.
  • On pourrait même dire sans forcer les traits, qu’il s’agit de plus en plus d’un continuum à la fois géographique, socioculturel et structurel.

Bibliographie

Bibliographie

Baccouche, T. (1970). Bibliographie critique des études linguistiques concernant la Tunisie. Revue Tunisienne des Sciences Sociales, 20, 239-286.

Baccouche, T. (1973). at-tasrif al ?araby... Tunis. Une synthèse en a été tirée : Structure morphologique des verbes trilitères en arabe classique GLECS, Tomes XVIII-XXIII, 1973-1979, 33-48.

Baccouche, T. (1974). Esquisse d’une étude comparative des schèmes des verbes en arabe tunisien. Cahiers de Tunisie, XXII, no 87-88, 167-176.

Baccouche, T. (1994). L’emprunt en arabe moderne. Carthage : éd. Beit El-Hikma et IBLV, Université de Tunis I.

Baccouche, T. (1998). La langue arabe dans le monde arabe. In T. Baccouche & S. Mejri (Eds.), L’information grammaticale, no spécial Tunisie, 49-54.

Baccouche, T. (2001). L’arabe, d’une koiné dialectale à une langue de culture. In Mémoires de la Société Linguistique de Paris, 87-93.

Baccouche, T. Mejri, S. (Eds, 2000). Langage et altérité : l’expérience de l’Atlas linguistique de Tunisie. RSST, Ed. CERES, no 120.

Badawiy, S.M. (1973).-al-?arabiyya l-mu?àsira fi Misr, dar-l-dar-l-ma?a:rif. Egypte.

Bakalla, M.H. (1975). Bibliography of Arabic linguistics. Londres.

Blachere, R. (1952). Histoire de la littérature arabe, T.I. Paris.

Cantineau, J. (1960). Etudes de linguistique arabe. Paris : Klincksiek.

Cohen, D. (1970). Etudes de linguistique sémitique et arabe. Paris.

Cohen, D. Langue arabe. In L'Encyclopédie Universalis, 423-430.

Collectif. (1969) Travaux de Phonologie. Cahiers du CERES, Série Linguistiques 2, Tunis.

Collectif. (1970). Quelques Aspects du Bilinguisme en Tunisie Cahiers de CERES, Série Linguistique 3, Tunis.

Collectif. « Arabiyya ». In Encyclopédie de l’Islam. 879-622.

Collectif. « Tunisie ». In Encyclopédie de l’Islam. (Baccouche, T. « Langue », 709-712).

De Landberg, C (1905). La Langue arabe et ses dialectes. Leyde.

Fleisch, H. (1956). L‘Arabe classique, Esquisse d’une structure linguistique. Beyrouth.

Fuck, J. (1955). Arabiyya, recherches sur l’histoire de la langue et du style arabe, trad.fr. C. Denizeau, Paris.

Grandguillaume, G. (1983). Arabisation et politique linguistique au Maghreb. Paris: Maison Neuve et Larose.

Jamoussi, S. (1984). A Case Study in Multilingual Behaviour: Code Switching, Among Educated Speakers in Tunisia. Thèse de 3éme cycle Inédite (DRA), Tunis.

Monteil, V. (1956). l’Arabe moderne. Paris.

Pellat, C. (1952). Langue et littérature arabe. Paris.

Pellat, C. (1960). Introduction à l’arabe moderne. Paris.

Annexes

Annexe : le système phonologique de l'arabe

Auteur

Professeur de linguistique arabe. Université de Tunis-Carthage.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540