Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

État, associations professionnelles, syndicalismes

Les universitaires et le corporatisme sous le régime de Vichy

Alain Dalançon

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1940, l’enseignement secondaire conserve sa fonction d’éduquer les futures élites issues essentiellement des classes dirigeantes. Ses buts peuvent fort bien se marier avec la formation des chefs, un des piliers de l’éducation pour réaliser la Révolution nationale.

Pourquoi les universitaires1, qui adhèrent très majoritairement à des syndicats corporatifs très représentatifs de leur identité, vont-ils refuser les associations professionnelles créées par Vichy ? Celles-ci doivent pourtant faire la synthèse entre deux formes du corporatisme, celui de la défense des intérêts professionnels et celui contenu dans la Charte du travail. Quel rôle les questions corporatives jouent-elles dans cette désaffection, mais aussi dans la Résistance universitaire et la reconstitution du syndicalisme en 1944 ?

Le corporatisme universitaire en 1939-1940

La défense des revendications corporatives (reclassement, retraites, recrutements, titularisations, nominations et mutations, maxima de service) joue d...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540