Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'apprentissage de la lecture

 | 
Mohamed Nouri Romdhane
, 
Jean Emile Gombert
, 
Michèle Belajouza

Partie I : Processus généraux et spécificités des langues

Observations sur les effets potentiels de la dimension phonographique

Jean-Pierre Jaffré

Texte intégral

1La phonographie est une composante essentielle mais non suffisante de l'écriture. Une écriture ne vaut en effet, et finalement, que par sa capacité à représenter les formes significatives d'une langue (Jaffré, 1993). Si la phonographie est nécessaire, c'est qu'elle fournit une base économique et récurrente qui conditionne le fonctionnement de l'écriture, son acquisition et, dans une moindre mesure, sa gestion. Mais elle est relative parce qu'elle ne constitue qu'un moyen - aussi commode soit-il - d'accéder à des niveaux linguistiques supérieurs. Une fois que ces niveaux sont devenus opérationnels, la dimension phonographique doit faire place à des fonctionnements plus directement sémiographiques. Une telle flexibilité nécessite une complexité structurelle, et la représentation simultanée de niveaux linguistiques différents. Toute écriture oscille par conséquent entre une dépendance étroite à l'égard de la langue orale et des facettes plus autonomes. Cette autonomie relative peut résulter d'une réanalyse sémiographique de la phonographie mais elle peut également emprunter des graphies d'emblée non phonographiques. Ces remarques valent pour toutes les écritures, qu'elles soient alphabétiques ou non.

Une option théorique

2Avant de passer à une analyse plus détaillée, quelques précisions s'imposent sur les référents théoriques utilisés ici. En effet, et contrairement à ce que soutiennent les approches classiques, une écriture ne peut être seulement monovalente, c'est-à-dire alphabétique, ou syllabique, voire logographique (Daniels, 1996 ; Gelb, 1973 ; Sampson, 1985 ; etc.). Nous considérons au contraire qu'une écriture obéit par définition à deux principes au moins, eux-mêmes déterminés par la double articulation des langues humaines (Hannas, 1997 ; Jaffré, 2001a ; Sproat, 2000). Le premier de ces principes fournit la base structurelle sans laquelle aucune organisation systémique suffisamment économique ne serait possible. C'est la phonographie, seule composante qui puisse fournir à l'écriture un ensemble fini d'éléments à partir desquels un nombre infini de nouvelles unités pourra être construit. Sur ce point, l'histoire des écritures confirme l'importance de la représentation segmentale, qu'il s'agisse de syllabes ou de phonèmes. Je n'insisterai pas ici sur l'étiologie du choix des unes ou des autres (Daniels, 1992).

  • 1 Dans ce texte, la notion de signe implique à chaque fois une forme et une signification. Elle excl (...)
  • 2 Le terme « morphème » a ici une valeur générique. Dans d'autres analyses, il peut désigner les uni (...)

3Cette phonographie est elle-même au service d'un second principe, la sémiographie, tout aussi fonctionnel que le précédent mais centré sur la représentation des signes linguistiques1. Sont concernées des unités significatives dont la forme peut varier avec les langues, selon des modes spécifiques d'association du lexique (concepts) et de la grammaire (morphologie et syntaxe). La sémiographie désigne des unités graphiques plus ou moins complexes (mots), parfois réduites à leur plus simple expression quand les formes significatives sont les plus petites possibles (morphèmes2). Une écriture comme celle du chinois accorde aux morphèmes une visibilité maximale puisqu'ils sont, dans leur quasi-totalité, représentés par les caractères. Il en va autrement en français, ou en arabe standard, où prédominent des mots, c'est-à-dire des représentations linguistiques plus complexes. Un mot peut certes être l'équivalent d'un morphème mais le plus souvent il en regroupe plusieurs.

4La phonographie et la sémiographie sont donc deux principes indispensables à la mixité de toute écriture. Leur coexistence pose toutefois un certain nombre de problèmes qui découlent de la morphogenèse des écritures. Loin d'être un long fleuve tranquille, celle-ci doit en effet compter avec les aléas de l'histoire. Mais cette complexité fait également partie des préoccupations du linguiste de l'écrit dans la mesure où phonographie et sémiographie, tout en jouant un rôle spécifique, doivent absolument coopérer, ce qui a des retombées sur l'écriture (Jaffré, 2000). La phonographie informe la sémiographie et, ce faisant, impose certaines contraintes.

5L'allomorphie en est la principale manifestation puisque, dans ce cas, une même fonction grammaticale est exprimée par des formes linguistiques qui varient à l'oral et à l'écrit. On en a de multiples exemples avec les flexions des langues romanes, l’harmonie vocalique du turc,... et bien d'autres encore. En retour, la sémiographie contraint la phonographie. Des oppositions phoniques sont alors neutralisées, des formes homophones s’écrivent différemment, certaines échappant à toute correspondance phonographique directe. De façon plus générale encore, des phénomènes oraux sont parfois dépourvus de toute équivalence graphique (intonation, accents régionaux, etc.) et des phénomènes graphiques n'ont aucune existence à l'oral (blancs graphiques, etc.).

Des besoins différents

  • 3 C'est le point de vue de l'esthète qui établit un lien culturel, historique, voire savant, entre l (...)

6Si l'écriture est à ce point multidimensionnelle, c'est qu'elle doit répondre à des demandes qui ne sollicitent pas au même titre toutes ses composantes. C'est ce qu'exprimait Stubbs (1980) quand il décrivait l'orthographe de l'anglais comme une solution de compromis plutôt acceptable pour répondre à des demandes incompatibles. Dans ce qui suit, nous limiterons volontairement l'examen de cette polyvalence fonctionnelle aux deux domaines qui nous semblent majeurs : celui de l'acquisition avec son moteur phonographique, et celui de l'usage courant, associé à une expertise qui a plutôt besoin de sémiographie. Pour mémoire, nous y ajouterons l'étymologie. Les informations sur l'origine des mots peuvent certes nourrir l'imaginaire affectif des usagers3 mais il arrive aussi qu'à certains moments de l'histoire, elles servent de compléments sémiographiques (hétérographie, morphographie, etc.). La frontière est d'ailleurs parfois ténue entre ces trois domaines, une même séquence graphique pouvant s'analyser différemment selon le point de vue adopté. Ainsi, en français, le digramme « ai », dans « (il) venait », peut être considéré comme phonogramme, ou morphogramme, tout en référant à une étymologie latine qui rend compte de la présence de « a » et de « i ». On trouve bien entendu des cas similaires dans d'autres écritures (hiéroglyphes égyptiens et mayas, caractères chinois, etc.).

  • 4 Pour une brève synthèse, voir : Uhry, J.K. & Ehri, L. (1999), ainsi qu'un petit ouvrage collectif (...)

7Du point de vue de l'apprenti, la qualité d'une écriture se mesure d'abord à son potentiel systématique. On pourrait imaginer un apprentissage par mémorisation d'unités qui seraient ensuite réutilisées telles quelles. Bien que cet aspect ne soit pas totalement à écarter, on considère que l'entrée dans l'écrit ne peut être productive que si elle dispose des mécanismes adéquats, qui permettent d'anticiper et de créer du nouveau. Telle est la fonction dévolue au code phonographique. Les ressources graphiques d'un apprenti ne sont jamais « prêtes à l'emploi ». Il doit au contraire « inventer » des solutions graphiques à partir de principes dynamiques, basés en l'occurrence sur la langue parlée. Telle est la finalité de la conscience phonologique avec des segments oralisables que l'on peut associer à des éléments graphiques4. C'est ce dont témoignent la notion de décodage (cipher) en réception (Gough, Juel & Griffith, 1992) ou celle d'orthographes inventées en production (Read, 1986).

  • 5 « Passer au second plan » ne signifie pas disparaître. Les experts peuvent, le cas échéant, faire (...)
  • 6 Au XVIIe siècle déjà, période de formation de l'orthographe du français, Ch. Perrault, auteur de c (...)

8Du point de vue de l'expert, en revanche, la qualité d'une écriture tient surtout à son potentiel d'évocation sémantique (pris dans un sens large). Une écriture doit en effet donner à voir, de la façon la plus utile et la plus efficace possible, des formes porteuses de significations linguistiques. La phonographie n'est évidemment pas conçue pour remplir un tel rôle. Elle contribue pour l'essentiel à l'élaboration formelle et structurale des formes sémiographiques mais, cela fait, passe au second plan, en quelque sorte absorbée par les niveaux du lexique et de la grammaire5. La sémiographie doit quant à elle répondre à des questions nouvelles et satisfaire à des besoins plus strictement scripturaux. C'est ce qui justifie par exemple que l'on distingue certains homophones, distinction d'autant plus utile que ceux-ci sont nombreux et fréquents6. Toujours au nom de la sémiographie, on neutralise certaines variations phonographiques pour leur préférer un marquage morphographique plus standard. C'est le cas du pluriel des noms, en anglais et en français, avec dans ce dernier cas une marque (le « s ») rarement prononcée (sauf dans les liaisons). La stabilité graphique qui en résulte compense, en partie au moins, les aléas de la variation phonographique. Et la neutralisation des allomorphes parait d'autant plus souhaitable que les indices phoniques sont absents.

Les relations phonographie / sémiographie

Cadre général

  • 7 Les écritures sémitiques (arabe, hébreu) sont alphabétiques.

9L'étude comparée des écritures montre que la relation phonographie / sémiographie, omniprésente, génère des applications hétérogènes. Partons de celle qui produit de la sémiographie par une réanalyse de la phonographie. Toutes les écritures présentent un certain nombre de structures de ce type, même si aucune n'y est complètement réductible. C'est évidemment le cas des écritures alphabétiques7, avec des distributions allant d'une quasi biunivocité (écritures « de surface ») à des écarts qui peuvent être très importants (écritures « profondes »). Mais les écritures non alphabétiques sont logées à la même enseigne : un des syllabaires du japonais (hiragana) note des unités grammaticales, un syllabogramme devenant alors morphogramme. L'écriture du japonais comporte cependant des composants qui échappent à cette réanalyse. De la même façon, l'écriture du chinois, si souvent qualifiée, à tort, de « logographique », se compose en fait de caractères qui, pour la plupart, notent une syllabe. La phonographie y est certes moins régulière que celle des kana du japonais, ce qui ne veut pas dire qu'elle soit pour autant totalement asystématique (DeFrancis, 1984).

10Par définition, la phonographie est au service d'une sémiographie mais la nature de sa contribution varie avec les écritures. On peut sans doute admettre, en théorie au moins, que les signes graphiques sont plus ou moins le produit de la seule réanalyse phonographique. Ce point de vue demeure toutefois très idéal dans la mesure où aucune écriture ne se réduit jamais à un tel processus. Si l'on admet en effet que la « raison d'être » de l'écriture est de donner à voir les unités significatives d'une langue, supposer que la phonographie puisse fournir tous les éléments dont l'écriture a besoin impliquerait une homologie quasi parfaite entre les unités de l'oral et celles de l'écrit. Or, dans toute société à tradition écrite, les deux médias sont forcément en distribution complémentaire. C'est parce que l'oral ne répondait pas à certains des besoins vitaux d'une communauté linguistique que l'usage de l'écrit s'est imposé. Par ailleurs, l'oral et l'écrit relèvent de modalités cognitives et perceptives distinctes, ce qui suffirait à justifier certaines de leurs spécificités (Jahandarie, 1999). Le besoin de distinguer les homophones est sans doute l'un des indices les plus explicites de cette différence de traitement. L'écriture ne se ramène donc jamais à un calque de la parole, ni à sa naissance, ni a fortiori quand les habitudes de l'usage ont créé des demandes plus spécifiques encore.

Description et continuum

11La sémiographie se comporte en quelque sorte comme le reflet en creux de la phonographie. Plus la part de cette dernière est importante et plus les chances d'avoir d'emblée des composants strictement sémiographiques sont faibles. Mais tous les cas de figure sont possibles et, sur ce versant de l'écriture, on peut tenter d'en rendre compte à l'aide d'un continuum. D'un côté, les écritures « de surface » utilisent des correspondances phonographiques aussi régulières que possibles, sans échapper pour autant à toute remotivation sémiographique, comme en témoigne la présence des blancs graphiques, à peu près généralisée aujourd’hui. À l'autre bout du continuum, les écritures « profondes » recourent à des éléments ne jouant, directement au moins, aucun rôle phonographique.

La logographie

  • 8 Par exemple : « homme », « femme », « roi », « déesse », « bois », etc.
  • 9 Par exemple : « 1 », « 2 », « dessus »,... pour les idéogrammes simples, et « soleil » + « lune » (...)
  • 10 Par exemple « personne » + « mouvement » > « travail ».

12Pour comparaison, signalons pour commencer quelques exemples de sémiographie relevant d'une logographie pure et dure, que l'on peut qualifier de totalement autonome. C'est le cas des déterminatifs du sumérien ou de l'égyptien (Cooper, 1996 ; Ritner, 1996)8 ; des idéogrammes du chinois, qu'ils soient simples ou composés (Coulmas, 1989)9 ; des noms de lieux et de divinités mayas (Robinson, 1995) ; ou encore des kokuji japonais, formés à la façon des idéogrammes composés du chinois (Seeley, 1991)10. D'une façon somme toute comparable, les écritures alphabétiques contiennent des éléments dont la fonction linguistique n'implique aucune prononciation systématique (majuscules, ponctuation, blancs graphiques, etc.).

  • 11 « No script with a zero phonetic comportent can fonction as a full System of writing. » (p. 56).

13On peut certes considérer qu'à un niveau supérieur d'analyse, certains de ces logogrammes ont des équivalents oraux (Coulmas, 1989). Mais, pour le moins, la représentation phonique d'unités telles que « & », « $ », « £ »,... est soumise à des conditions très particulières (relation indirecte et non systématique). Quoi qu'il en soit, ces éléments logographiques n'occupent qu'une part extrêmement réduite dans les écritures auxquelles ils appartiennent. Et aucune écriture n'a jamais pu fonctionner sur leur seule base (DeFrancis, 198911 ; Sproat, 2000). Sur le versant sémiographique, une position « autonomiste » pure et dure n'est donc pas tenable et il semble plus réaliste d'en revenir au continuum évoqué plus haut, avec une description des écritures qui balance entre dépendances phonographiques minimale et maximale.

Dépendance phonographique minimale

14La dépendance phonographique minimale implique que l'on attribue un statut d'autonomie sémiographique à certains des éléments constitutifs d'une écriture, sans préjuger de leurs usages fonctionnels. En français par exemple, les majuscules, qu'elles indiquent le début d'une phrase ou un nom propre, relèvent de catégorisations (syntaxique ou lexicale) qui, du côté de la langue orale, ne comportent guère que des équivalents indirects. Tout se passe en fait comme si les dimensions orale et écrite d'une langue disposaient de moyens propres pour exprimer des fonctions linguistiques en partie communes. C'est tout le sens du débat sur la ponctuation (Catach, 1998) ou sur les blancs graphiques (Saenger, 1997). La présence de tels éléments atteste des dispositions sémiographiques de l'écriture, dont nous allons indiquer quelques exemples typiques.

15Les écritures du chinois et du japonais sont sans doute celles qui illustrent le mieux cette tendance. En chinois, la plupart des caractères contiennent une clé « sémantique » (« homme », « eau », « bois », etc.). Depuis l'origine, ces clés remplissent en fait la fonction classificatoire que ne peuvent assumer les phonétiques, en raison de leur extrême complexité (polyvalence syllabique, tons). Au fil du temps, la coexistence au sein d'un même caractère d'une clé et d'une phonétique dont les fonctions respectives sont souvent très imprécises, a largement contribué à la création d'entités amalgamées. Les phonétiques affinent le sémantisme des clés et celles-ci rendent la phonographie moins équivoque. Tout cela, au détriment d'une économie de base.

  • 12 En chinois, les mêmes caractères équivalent à ren, shan et mu.

16La question est encore plus complexe en japonais car les principes graphiques y sont moins fusionnels qu'en chinois. L'écriture du japonais repose en effet, pour l'essentiel, sur la coexistence de procédés relativement autonomes les uns par rapport aux autres. Les syllabaires kana rendent le principe phonographique parfaitement transparent mais il est en revanche très opaque du côté des kanji, caractères directement inspirés du chinois. Mais dans leur cas, à la différence de ce qui se passe en chinois, la référence syllabique ne peut même plus être évoquée. Dans la prononciation « à la japonaise » (kun), il n'existe en effet aucune correspondance systématique entre le nombre de caractères et la structure syllabique. Bien des mots polysyllabiques s'écrivent à l'aide d'un caractère simple (hito / « personne », yama / « montagne », moku / « arbre », etc.)12.

17Les écritures alphabétiques utilisent quant à elles certaines lettres à des fins directement sémiographiques. Il peut s'agir d'une contribution partielle, mais souvent décisive, comme dans le cas des homophones hétérographes, en anglais (right, rite, write) ou en français (cent, sang, sans). La levée d’ambiguïté est encore plus circonscrite dans le cas de l’homophonie de certaines formes verbales françaises ((il) donnait, donné, donner). Mais il arrive aussi que des lettres ou des caractères aient une fonction à part entière. C'est le cas en français du « s » du pluriel ou du « e » du féminin, et en anglais de l'apostrophe : the girls'cake / the girl's cake (Bryant & al., 1997). On a alors affaire à de véritables « morphogrammes », c'est-à-dire à des unités qui marquent une fonction grammaticale, sans équivalence directe du côté de la phonie.

Dépendance phonographique maximale

18S'ils illustrent de façon éloquente le net penchant de l'écriture pour la sémiographie, les cas précédents ne dérogent pas pour autant à la loi générale qui veut que son noyau dur soit phonographique, mais avec des nuances qui ont leur importance.

19En Europe, bien des écritures ne sont pas très éloignées de l'idéal de biunivocité : celles de l'allemand, du russe, du roumain, de l'italien, de l’espagnol, etc. Le français et l’anglais sont à cet égard les plus irrégulières mais pour des raisons différentes. La première se caractérise surtout par un goût prononcé pour les compléments logographiques (Sampson, 1985) ; la seconde, par une morphographie des plus complexes (Jaffré, 1998). La régularité des correspondances phonographiques caractérise également une part importante des écritures utilisées hors d'Europe. C'est le cas des écritures sémitiques, qu'il s'agisse de l'arabe (Bauer, 1996), ou de l'hébreu (Goerwitz, 1996), des écritures indiennes, comme le devanagari par exemple (Bright, 1996), sans oublier hangul, l'alphabet coréen inventé par le roi Sejong au XVe siècle (Kim-Renaud, 1997).

  • 13 D'autres il est vrai, mais de moins en moins nombreux, pensent le contraire (Vandermeersch, 1990).
  • 14 Pour une synthèse, voir aussi Jaffré (2001b).

20Mais, paradoxalement, ce sont les écritures qui semblent les plus éloignées de cette régularité qui offrent peut-être les arguments les plus forts en faveur d'une dépendance phonographique maximale. Nous avons déjà mentionné les kana du japonais, spécialisés dans des tâches grammaticales (hiragana), et cela même si leur transparence, mise en évidence par toutes les descriptions linguistiques, ne vaut pas pour les kanji. Dans le cas du chinois, la question de la rentabilité phonographique se pose également mais sous un autre angle. Ce qui est en jeu cette fois c'est le degré de régularité des phonétiques, bien réel pour certains spécialistes (DeFrancis, 1984)13. Dans le cas des kanji japonais ou des hanzi chinois, nous devons pourtant admettre que nous sommes très loin du critère de biunivocité, et cela même si de nombreux travaux psycholinguistiques font désormais la preuve que la phonologie y joue un rôle non négligeable (Hanley & Huang, 1997 ; Hatta & al., 1998 ; Ho & Bryant, 1997 ; Kinoshita, 1998 ; Leong & Tamaoka, 1995, Rickard Liow & Poon, 1998 ; Tan & Perfetti, 1998 ; etc.)14.

  • 15 Il s'agit de kana servant à prononcer des kanji mal connus ou peu fréquents.
  • 16 Hanyu pinyin est une représentation phonémique du pékinois, en lettres latines. Il s'emploie dans (...)
  • 17 Créé en 1918, zhuhinfuhao regroupe une série de 37 signes qui représentent soit l'initiale (conson (...)
  • 18 L'écriture du vietnamien est parfois citée pour souligner les effets pervers d'une notation phoniq (...)
  • 19 Le cas des écritures sémitiques renforce cet argument, a contrario. L'opposition « pointé » / « no (...)

21En fait, dans des sociétés comme celles du Japon ou de la Chine, les preuves les plus flagrantes de la nécessité phonographique sont à rechercher du côté des systèmes intermédiaires. Tout se passe en fait comme si le principe sémiographique, très présent, obscurcissait la phonographie au point que certains besoins aient du mal à être satisfaits. On pense ici, bien entendu, à l'acquisition puisque la plupart de ces systèmes intermédiaires sont utilisés par l'enseignement. C'est le cas des furigana japonais15, du pinyin en Chine continentale16 et de zuhinfuhao à Taiwan17 (Taylor & Taylor, 1995). Une telle remarque conforte ce que nous disions au début de ce texte. Pour répondre aux multiples problèmes qui se posent à elle, une écriture doit pouvoir jouer simultanément sur au moins deux tableaux. Que les écritures soient alphabétiques ou syllabiques, plus elles sont proches de la surface et moins elles semblent avoir de difficultés à satisfaire les besoins sémiographiques. Elles recourent pour cela aux moyens déjà décrits : blancs graphiques, compléments morphographiques, sans parler de tous les procédés qui permettent d'éviter des surcharges phoniques inconsidérées18. L'inverse semble en revanche plus problématique : pour trop s'éloigner de bases phonographiques suffisamment transparentes et accessibles, certaines écritures doivent faire appel à des procédés secondaires et transitoires. C'est ce qui se passe au Japon et en Chine19.

Une grammaire phonographique

22Au terme de ce tour d'horizon, l'hypothèse de la mixité de l'écriture et de sa fonctionnalité semble donc tout à fait valide. La sémiographie s'affirme comme la raison d'être ultime de l'écriture mais, en même temps, elle ne peut se passer d'une phonographie qui lui fournit une base systémique, indispensable lors de l'acquisition notamment. Si l'on se réfère au nombre d'écritures en usage dans le monde, le principe alphabétique apparaît certes comme une solution extrêmement répandue. Avec une réserve : les écritures alphabétiques dérivent d'une source unique, cananéenne et peut-être même égyptienne, qui remonte au milieu du IIe millénaire avant J.-C. (Healey, 1990). Les écritures syllabiques ont des origines plus éparses que celle de l'alphabet mais, dans de nombreuses langues, elles se heurtent au nombre de segments, trop important pour offrir une solution véritablement économique (Faber, 1992).

23Cela dit, et pour éviter de céder à la « tyrannie de l'alphabet » (Harris, 1986), interrogeons-nous pour terminer sur la portée de cette base phonographique, et plus spécialement sur le concept de « conscience phonologique ». Du point de vue du linguiste au moins, celui-ci mérite en effet d'être réexaminé. En l'occurrence, c'est la langue orale qui est censée fournir la substance d'une analyse formelle laquelle, moyennant une segmentation en phonèmes ou en syllabes, va servir de point d'ancrage à l'écriture. Ce qui soulève la question du décalage potentiel entre l'activité métalinguistique à laquelle donne lieu l'acquisition de l'écrit et la nature des unités phonographiques telles qu'elles se manifestent dans les écritures. Car, avec le temps, le lien qui associe segments phoniques et phonogrammes fait l'objet d'un processus de réification, la valeur visible et stable de la lettre ou du caractère primant progressivement une valeur plus concrètement phonique. Divers facteurs contribuent d'ailleurs à amplifier ce phénomène. La polyvalence des correspondances, par exemple, qui amène Gaur (2000) à faire une différence entre une écriture comme celle de l'anglais, qui serait centrée sur la lettre (« letter script »), et une écriture comme celle de l'allemand, centrée sur le son (« sound script »). Dans certaines langues, on assiste en outre à la montée d'une voyelle indifférenciée en position atone. C'est le fameux « schwa » qui l'on trouve fréquemment en anglo-américain (ex. : surrealism / [sә′ riәlizm] ; seasonal / [si:znl] ; etc.).

24Ce phénomène de réification est encore accru par la tendance fixiste d'écritures devenues orthographes. On peut sans doute le regretter mais, de fait, les unités qui ont servi à la mise en place des écritures contemporaines réfèrent le plus souvent à des états de langue disparus. Ce qui, dans le cas des écritures « alphabétiques », peut paraitre quelque peu paradoxal. En anglais par exemple, la première standardisation remonte au XVe siècle, quand Caxton imprima ses premiers ouvrages (Graddol et al., 1996). De la même façon en France, l'essentiel de la norme orthographique est en place dès le XVIe siècle. Or on sait combien il est difficile de modifier une forme graphique existante au nom d'une meilleure adéquation avec la prononciation. Ce qui explique par exemple que « événement » perdure malgré les Rectifications de 1990. Au total, comme l'écrit Cerquiglini (1996) : « Si la graphie est bien une représentation, elle transcrit moins des sons qu'une image de la langue, une conception de l'écriture, une théorie du signe. » Et que dire quand une écriture ne correspond à aucune « langue » effectivement parlée, comme c'est le cas en arabe classique ?

25Un tel constat tend à prouver, dans une certaine mesure au moins, que la part phonographique des écritures relève davantage d'une nécessité structurelle élémentaire que d'une homologie obligée avec les segments oraux d'une langue effectivement parlée. Ce qui importe en l'occurrence, ce n'est pas que les inventaires respectifs se correspondent terme à terme mais que l'écriture se dote d'un ensemble d'unités de base qui va en quelque sorte lui servir de grammaire. Car ce que nous enseignent des écritures comme celles de l'arabe, de l'hébreu, du japonais (pour les kanji) ou encore du chinois, c'est que toute phonographie est par définition secondaire et que, dans ce domaine comme dans quelques autres, ce qui importe finalement c'est ce qui reste quand on a tout oublié.

Bibliographie

Références

Abu-Rabia, S. (1999). The effect of Arabic vowels on the reading comprehension of second- and sixth-grade native Arabic children. Journal of Psycholinguistic Research, 28, 93-101.

Bauer, T. (1996). Arabie writing. In P.T. Daniels & W. Bright (Eds.), The World's writing Systems (pp. 559-564). Oxford: Oxford University Press.

Bright, W. (1996). The Devanagari script. In P.T. Daniels & W. Bright (Eds.), The World's writing Systems (pp. 384-390). Oxford: Oxford University Press.

Bryant, P., Devine, M., Ledward, A., Nunes, T. (1997). Spelling with apostrophes and understanding possession. British Journal of Educational Psychology, 67, 91-110.

Catach, N. (1998). La ponctuation et les systèmes d'écriture : dedans ou dehors. In J.-M. Defays, L. Rosier & F. Tilkin (Eds.), À qui appartient la ponctuation ? (pp. 31-43). Bruxelles : Duculot.

Catach, N., Pellat, J.-Ch. (1990). Mercure ou le messager des dieux, Perrault et l'orthographe. Europe, 739/740, 82-94.

Cerquiglini, B. (1996). Le roman de l'orthographe. Au paradis des mots, avant la faute 1150-1694. Paris : Hatier.

Cooper, J.S. (1996). Sumerian and Akkadian. In Daniels & W. Bright (Eds.), The World's writing Systems (pp. 37-57). Oxford: Oxford University Press.

Coulmas, F. (1989). The Writing Systems of the world. Oxford: Basil Blackwell.

Daniels, P.T. (1992). The syllabic origin of writing and the segmental origin of the alphabet. In P. Downing & al., (Eds.), The linguistics of literacy (pp. 83-110). Amsterdam : J. Benjamins.

Daniels, P.T. (1996). The Study of writing Systems. In Daniels & W. Bright (Eds.), The World's writing Systems (pp. 3-17). Oxford: Oxford University Press.

DeFrancis, J. (1984). The Chinese Language: Fact and Fantasy. Honolulu: University of Hawaii Press.

DeFrancis, J. (1989). Visible Speech. The diverse oneness of writing Systems. Honolulu: University of Hawaii Press.

Faber, A. (1992). Phonemic segmentation as epiphenomenon: evidence from the history of alphabetic writing. In P. Downing & al. (Eds.), The linguistics of literacy (pp. 111-134). Amsterdam: J. Benjamins.

Gaur, A. (2000). Literacy and the politics of writing. Portland: Intellect.

Gelb, I.J. (1973). Pour une théorie de l'écriture. Paris: Flammarion.

Goerwitz, R.L. (1996). The Jewish scripts. In Daniels & W. Bright (Eds.), The World's writing Systems (pp. 487-498). Oxford: Oxford University Press.

Gough, P., Juel, C., Griffith, P.L. (1992). Reading, spelling, and the orthographic cipher. In P. Gough, L. Ehri & R. Treiman (Eds.), Reading acquisition (pp. 35-48). Hillsdale, N.J.: Erlbaum.

Graddol, D., Leith, D., Swann, J., (Eds., 1996). English. History, diversity and change. London: Routledge.

Hanley, J.R., Huang, H.S. (1997). Phonological awareness and learning to read Chinese. In C.K. Leong & R.M. Joshi (Eds.), Cross-language studies of learning to read and spell, Phonologic and orthographie processing (pp. 361-378). Dordrecht: Kluwer Academic Publishers.

Hannas, W.C. (1997). Asia's orthographic dilemma. Honolulu: University of Hawaii Press.

Harris, R. (1986). The origin of writing. London: Duckworth.

Hatta, T., Kawakami, A., Tamaoka, K. (1998). Writing errors in Japanese kanji: a study with Japanese students and foreign learners of Japanese. Reading and Writing, 10, 457-470.

Healey, J.F. (1990). The early alphabet. London: British Museum.

Ho, C S-H, Bryant, P. (1997). Development of phonological awareness of Chinese children in Hong-Kong. Journal of Psycholinguistic Research, 26, 109-126.

Jaffré, J.-P. (1993). La phonographie : sa genèse et ses limites. In J.-P. Jaffré, L. Sprenger-Charolles & M. Fayol (Eds.), Lecture-écriture : acquisition (pp. 22-37). Paris : Nathan.

Jaffré, J.-P. (1998). Morphographie et processus cognitifs. In J.-G. Lapacherie (Ed.), Propriétés de l'écriture (pp. 39-44). U. de Pau.

Jaffré, J.-P. (2000). "Écritures et sémiographie". Linx, Université Paris X, 43, 15-28.

Jaffré, J.-P. (2001a). Écriture(s) et problèmes terminologiques. In B. Colombat & M. Savelli (Eds), Métalangage et terminologie linguistique (pp. 529-543). Coll. Orbis / Supplementa, Louvain / Paris / Sterling : Peeters.

Jaffré, J.-P. (2001b). "Écritures et acquisition. Retour sur la mixité graphique", dans C. Gruaz & R. Honvault, (Eds.), Variations sur l'orthographe et les systèmes d'écriture. Mélanges en hommages à Nina Catach (pp. 61-72), Paris : Champion.

Jahandarie, K. (1999). Spoken and written discourse: A multidisciplinary perspective. Stamford, Connecticut: Ablex.

Kim-Renaud, Y.-K., ed. (1997), The Korean Alphabet. Its history and structure, Hawaii: University of Hawaii Press.

Kinoshita, S. (1998). The role of phonology in reading Japanese. Or why I don't hear when reading Japanese. Reading and Writing, 10, 439-455.

Leong, C.K., Tamaoka, K. (1995). Use of phonological information on processing kanji and katakana by skilled and less skilled Japanese readers. Reading and Writing, 7, 377-393.

Observatoire National de la Lecture (1998). Apprendre à lire. Paris: Odile Jacob.

Read, C. (1986). Children's Creative spelling. London: Routledge and Kegan Paul.

Rickard Liow, S.J., Poon, K.L. (1998). Phonological awareness in multilingual Chinese children. Applied Psycholinguistics, 19, 339-362.

Ritner, R.K. (1996). Egyptian writing. In Daniels & W. Bright (Eds.), The World's writing Systems (pp. 73-84). Oxford: Oxford University Press.

Robinson, A. (1995). The story of writing. London: Thames & Hudson.

Saenger, P. (1997). Space between words. The origins of silent reading. Stanford, Ca.: Stanford University Press.

Sampson, G. (1985). Writing Systems. London: Hutchinson.

Seeley, C. (1991). A History of writing in Japan. Leiden, Holland: E.J. Brill.

Sproat, R. (2000). A Computational theory of writing Systems. Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Stubbs, M. (1980). Language and Literacy: The Sociolinguistics of Reading and Writing. London: Routledge & Kegan Paul.

Tan, L.-H., Perfetti, C.A. (1998). Phonological codes as early sources of constraint in Chinese word identification: a review of current discoveries and theoretical accounts. Reading and Writing, 10, 165-200.

Taylor, I., Taylor, M. (1995). Writing and literacy in Chinese, Korean and Japanese. Amsterdam: John Benjamins Publishing Company.

Uhry, J.K., Ehri, L. (1999). Children's reading acquisition. In D.A. Wagner & al. (Eds.), Literacy. An international handbook (pp. 43-48). Boulder, Col.: Westview Press.

Vandermeersch, L. (1990). Écriture et langue graphique en Chine. Le Débat, 62, 61-73.

Notes

1 Dans ce texte, la notion de signe implique à chaque fois une forme et une signification. Elle exclut par conséquent les phonèmes et les syllabes.

2 Le terme « morphème » a ici une valeur générique. Dans d'autres analyses, il peut désigner les unités de la grammaire, par opposition à celles du lexique (lexèmes).

3 C'est le point de vue de l'esthète qui établit un lien culturel, historique, voire savant, entre la langue et l'écriture. Cela peut aller jusqu'à la revendication d'une idéographie imaginaire. En France, voici quelques années, lors des discussions sur les Rectifications orthographiques, on a pu entendre que sans « y » et « ph », un « tifon » n'était qu'une petite pluie.

4 Pour une brève synthèse, voir : Uhry, J.K. & Ehri, L. (1999), ainsi qu'un petit ouvrage collectif édité par l'Observatoire National de la Lecture (1998).

5 « Passer au second plan » ne signifie pas disparaître. Les experts peuvent, le cas échéant, faire appel à la dimension phonographique, pour accéder à des domaines linguistiques mal maîtrisés (imaginer l'orthographe d’un mot qu'on n'a jamais vu). Cette fonction est très proche de celle que l'on trouve spécifiée pour l'acquisition.

6 Au XVIIe siècle déjà, période de formation de l'orthographe du français, Ch. Perrault, auteur de contes et membre de l'Académie française, critiquait les consonnes superflues qui « blessent les yeux » mais ne discutait pas la distinction des homophones (Catach & Pellat, 1990).

7 Les écritures sémitiques (arabe, hébreu) sont alphabétiques.

8 Par exemple : « homme », « femme », « roi », « déesse », « bois », etc.

9 Par exemple : « 1 », « 2 », « dessus »,... pour les idéogrammes simples, et « soleil » + « lune » > « clarté », ou « homme » + « mot » > « honnête », pour les idéogrammes composés.

10 Par exemple « personne » + « mouvement » > « travail ».

11 « No script with a zero phonetic comportent can fonction as a full System of writing. » (p. 56).

12 En chinois, les mêmes caractères équivalent à ren, shan et mu.

13 D'autres il est vrai, mais de moins en moins nombreux, pensent le contraire (Vandermeersch, 1990).

14 Pour une synthèse, voir aussi Jaffré (2001b).

15 Il s'agit de kana servant à prononcer des kanji mal connus ou peu fréquents.

16 Hanyu pinyin est une représentation phonémique du pékinois, en lettres latines. Il s'emploie dans le cadre scolaire (et parfois pour les étrangers) où il est enseigné pendant quelques semaines, avant l'apprentissage des caractères chinois.

17 Créé en 1918, zhuhinfuhao regroupe une série de 37 signes qui représentent soit l'initiale (consonne), soit la finale (voyelle (+ consonne)) d'une syllabe.

18 L'écriture du vietnamien est parfois citée pour souligner les effets pervers d'une notation phonique trop précise (Hannas, 1997).

19 Le cas des écritures sémitiques renforce cet argument, a contrario. L'opposition « pointé » / « non pointé » tend en effet à prouver que l'acquisition a besoin de marques phonographiques explicites. Mais une fois qu'un certain niveau de compétence est atteint, des raccourcis deviennent possibles (Abu-Rabia, 1999).

Auteur

Laboratoire d'Etudes sur l'Acquisition et la Pathologie du Langage chez l'Enfant (LEAPLE), UMR 8606, Centre André-Georges Haudricourt, 7, rue Guy Môquet, F-94801, Villejuif Cedex (tél. : 33 1 49 58 38 37 / fax : 33 1 49 58 38 36 / mél : jpjaffre@vjf.cnrs.fr).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540