Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Psychologie sociale et formation professionnelle

 | 
Jacques Py
, 
Alain Somat
, 
Jacques Baillé

Troisième partie. La psychologie sociale : un objet de formation professionnelle

Chapitre 11bis. De l’articulation entre savoir et action sociale : regard critique sur le texte de Kouabenan

Charles Hadji

Texte intégral

1Kouabenan défend une double thèse. D’une façon générale, il lui paraît nécessaire qu’une formation à la sécurité prenne en compte l'analyse naïve de l'accident, dans la mesure même où « les représentations des gens ordinaires peuvent être des supports précieux des actions de préventions ». Tout le problème est de savoir comment, exactement, prendre cela en compte, et de préciser en quel sens les représentations peuvent devenir des supports pour une formation. L'intérêt intrinsèque de l’analyse naïve de l’accident paraît indéniable. Cette analyse se situe dans le cadre théorique général de l’analyse de l’attribution, selon laquelle l'homme aurait tendance à attribuer une cause au comportement qu’il observe, ce qui le conduirait à produire ces inférences causales particulières qui ont été désignées par le terme d'attribution. Selon Monteil (1989, p. 42), l’attribution participe de la recherche d’un équilibre cognitif et « répond au besoin de l’individu d’organiser son environnement de façon cohérente, afin de le rendre plus prévisible ». Attribuer, c’est prendre parti sur les raisons d’être, d’exister, d’une situation particulière, avec deux grands pôles, celui des explications « dispositionnelles » (norme d’internalité) et celui des explications « situationnelles ». En ce qui concerne l’attribution de responsabilités pour un accident, l’exploration de la « rationalité du sujet ordinaire » se révèle, en effet, être une « voie heuristique » particulièrement éclairante. On pourrait résumer les résultats de recherches évoquées par Koubenan par un maître-mot, celui de « divergence ». En effet, ces recherches mettent en évidence un fait majeur, celui de la prégnance d'une attribution défensive, probablement en raison de l’existence d'un biais d'autocomplaisance. Devant l’accident, le discours des sujets serait une variation autour de la formule : « c’est pas moi, c’est l’autre ! », et cela semble d'autant plus net que l’autre appartient à un groupe social non seulement distinct, mais en quelque sorte rival : cadres contre ouvriers, conducteurs contre piétons, syndicalistes contre patrons, et même victimes contre témoins ! Dans tous les cas, le biais prend la forme d’un « biais au service de son groupe ».

2Quel est exactement l’intérêt de ce résultat pour la formation à la sécurité ? C’est ici que les choses deviennent moins simples, car quel « profit » peut-on « tirer » de ce savoir, par ailleurs passionnant ? Quel est tout d’abord, le champ d’action sociale visé ? Pour l’auteur, il s’agit de la prévention et, d’une façon plus large, de la formation à la sécurité. L’objectif serait de rendre les sujets capables d’effectuer une analyse sereine et objective des accidents. En effet, l’efficacité des mesures de prévention (dans le domaine de l’action sociale, c’est bien toujours cette efficacité qui est recherchée) suppose l’adhésion des acteurs concernés aux mesures proposées en raison même des causes objectivement identifiables des accidents. Or, l’existence d’attributions causales erronées limite cette souhaitable adhésion. On peut donc supposer qu’une lutte contre les biais d’analyse serait susceptible de susciter le « changement de regard » sur les problèmes de sécurité sans lesquels il n’y aurait pas d’adhésion.

3Si ce raisonnement entraîne globalement l’adhésion du lecteur, il reste à savoir comment pourra être provoqué, concrètement, ce changement de regard. Ici, la recherche ne met pas en évidence l’efficacité effective de telle ou telle façon de faire, de telle ou telle voie empruntée pour vaincre « les réticences et les résistances ». L’auteur ne peut que faire des suggestions, en s’appuyant sur les travaux concernant les changements d’attitudes et les transformations de représentations. Il s’agit, en effet, bien de cela : faire évoluer des représentations. Les moyens concrètement suggérés, à l’exemple de ce qui s’est fait au Nigeria, demanderait à être évalués par la mise à l’épreuve des faits. S’il est clair que les biais mis en évidence par la recherche psychologique sont de nature à encourager le sujet à ne pas persévérer dans des comportements inadéquats, il n’est pas assuré qu’une formation centrée sur l’analyse naïve cb l’accident soit de nature à faire disparaître ces biais. On peut savoir, et continuer, cependant, à subir. Autrement dit, pour savoir si l’analyse naïve de l’accident offre vraiment une nouvelle perspective pour la formation à la sécurité, il conviendrait, d’une part, d’approfondir l’analyse théorique des conditions d’une modification du comportement et, d’autre part, de mettre à l’essai, et d’évaluer les pratiques de formation suggérées.

4On pourrait, d’ailleurs, se demander si les résultats obtenus par la recherche en analyse naïve de l’accident ne rendent pas problématique « la recherche conjuguée et positive de mesures de prévention appropriées ». Une analyse sereine et objective de l’accident n’est-elle pas quasi impossible dans les conditions, précisément, décrites par la recherche ? L’auteur a bien senti la difficulté. C’est pourquoi il affirme qu’il serait faux de croire que les attributions du sujet ne sont jamais fonctionnelles et guident aveuglément sa conduite. Se pose alors la double question des conditions d’émergence d’attributions plus fonctionnelles, et non victimes de biais ; et du poids réel des attributions sur le comportement. Cette double question mériterait une étude approfondie. Du point de vue de la prévention et de la formation, la question essentielle, nous l’avons noté ci-dessus, est de savoir comment faire évoluer les attributions, du biaisé au correct. Sur le problème des voies possibles du changement, que nous apprend concrètement cette contribution ? Elle nous apprend qu’il serait nécessaire de prendre en compte le point de vue du sujet. Il y a là une idée-force, qui se situe dans l’axe de l’intérêt accordé (à très juste titre) au thème de la nécessaire adhésion. Il faut, en effet, accorder à l’auteur que les obstacles au changement se situent très souvent à ce niveau-là. Mais on ne voit pas concrètement comment les représentations peuvent devenir un « support précieux » pour une action de prévention, car elles sont « support », d’abord, en tant qu’obstacle à dépasser. La seule prise de conscience est-elle un facteur décisif de dépassement ? On peut en douter. C’est pourquoi, la seconde conviction forte de l’auteur (car il s’agit plus ici d’une conviction que d’un savoir), selon laquelle la prise de conscience (de ses biais, en particulier) serait un moyen efficace de transformation des représentations et des mentalités, mérite d’être mise à l’épreuve des travaux expérimentaux. De tels travaux devraient également mettre à l’épreuve l’efficacité du moyen suggéré in fine : il serait nécessaire d'associer le sujet à la définition des actions de sécurité. En résumé, cette contribution appelle d’autres analyses sur le « traitement didactique des obstacles », dans le sens des recherches évoquées et suggérées par Astolfi (1993).

5Il n’est donc pas sûr que la connaissance des inférences causales soit de nature à « orienter efficacement les actions de prévention ». C’est une chose que de décrire la façon dont les sujets produisent des inférences causales. C’en est une autre que de déterminer les conditions d’une action destinée à faire évoluer les modalités habituelles de fonctionnement. Il n’y a pas de passage immédiat entre un modèle théorique de la réalité (disant comment elle fonctionne) et un modèle praxéologique d’action portant sur cette réalité (disant comment on pourrait, éventuellement – mais c’est à voir – la faire évoluer : Hadji, 1997). Cependant, si cette tentative pour fonder l’action sociale sur la connaissance est guettée par l’illusion selon laquelle on pourrait déduire un modèle d’action d’un modèle scientifique, on peut néanmoins considérer a minima que l’objectif d’articuler action et savoir est, par essence, bienvenu, y compris dans la perspective précisément adoptée ici en matière de sécurité.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540