Version classiqueVersion mobile

Psychologie sociale et formation professionnelle

 | 
Jacques Py
, 
Alain Somat
, 
Jacques Baillé

Deuxième partie. La psychologie sociale : une aide à la formation professionnelle

Chapitre 8. L’analyse textuelle et narratologique du témoignage vécu de l’ancien malade alcoolique : éléments de méthode pour la formation des professionnels en alcoologie

Alain Cerclé

Texte intégral

  • 1 Depuis plus d’un siècle, les associations d’anciens alcooliques ont développé des systèmes de repr (...)
  • 2 Selon Rappaport (traduit par Le Bossé et al.) : le terme « empowerment » renvoie à « un processus (...)

1L’attention portée ici au témoignage vécu de l’ancien buveur alcoolo-dépendant n’a rien d’anecdotique, elle s’inscrit dans une double démarche inaugurée il y a plus de dix ans (Cerclé, 1986). Premièrement, il s’agit de poursuivre nos recherches concernant « les étiologies, les théories et les thérapies profanes1 » de l’alcoolisme, ce domaine ayant déjà été abordé par voie d’investigation extensive (plusieurs milliers d’interviewés et d’enquêtés à ce jour). Deuxièmement, notre souci est de compléter notre analyse du fonctionnement des groupes d’auto-assistance paritaire post-alcooliques (self-help group). et de leurs modes d’ajustement face aux conséquences psychologiques et sociales de l’abstinence totale et définitive d’alcool. Jusqu’ici, nos efforts dans ce champ ont surtout été consacrés à l’étude des liens existant entre les stratégies d’ajustement (coping) inter-personnelles et inter-groupes et le concept de soi des ex-alcooliques. En focalisant notre attention sur le témoignage de l’ancien buveur, nous souhaitons, cette fois, améliorer notre compréhension des « thérapies profanes » mises en œuvre par ces groupes. De cette manière, nous espérons concourir au développement et au renouveau des réflexions concernant les rapports entre la psycho-pathologie, la psychologie clinique et la psychologie sociale (Leary et Miller, 1986 ; Maddux, Stoltenberg et Rosenwein, 1987). Ce projet rejoint aussi celui de la « psychologie communautaire » (Le Bossé, Lavallée et Herrera, 1996) et les recherches actuelles sur le travail social, l’auto-assistance paritaire et « l’empowerment2 » (Adams, 1990). Initiative assez récente et qui gagnerait à être davantage promue à l’heure où les groupes d’auto-assistance paritaire se multiplient et suppléent aux interventions d’experts de plus en plus ciblées et de plus soucieuses d’optimiser leurs actions (Cerclé et Lebras, 1994). Notre démarche participe aussi d’un courant plus ancien de la psychologie qui, des études classiques (Freud, 1910 ; Erikson, 1968, 1972) aux recherches plus récentes sur les narrations de soi (Gergen et Gergen, 1986, p. 17-56), tente de saisir l’identité du sujet à travers ses histoires de vie. Or, dans la perspective interactionniste et constructiviste dans laquelle cette étude est inscrite, on peut admettre avec Gergen et Gergen (1986, p. 17) que « nous utilisons l’histoire (l’activité narrative) pour nous identifier aux autres et à nous même ». Ces « histoires » sont des moyens privilégiés « pour rendre nos sois intelligibles » (ibid.). Mais la compétence narrative n’est pas innée, elle est acquise. Selon les recherches en psychologie génétique et cognitive, l’activité narrative se construirait progressivement en suivant un ordre donné : amasséquencesnarrations primaires (scripts) – chaînes non focaliséeschaînes focalisées – narrations. Ces narrations sont « orientées dans le sens d’une progression – intuitivement ressentie – vers le sommet de l’histoire. Chaque incident se développe à partir du précédent et, dans le même temps, introduit un nouvel élément du thème. Ce type de production (20 % à l’âge de 5 ans) apparaît « clos », c’est-à-dire que la situation initiale s’oppose à celle finale » (Fayol, 1985, p. 80). Si la capacité narrative n’est pas innée, elle n’est pas non plus immuable et certains avatars psychopathologiques ont déjà été signalés chez l’adulte anxieux, mélancolique ou schizophrène (Charbonneau, 1993, p. 41-47). De leur côté, les sujets dépendants à l’alcool vivent non seulement comme des « ivrognes enfermés dans leur présent » (Proust) mais ils subissent aussi, avec une grande intensité et régularité, les effets délétères de l’alcool sur les processus autoréférentiels (Hull, 1987). Cet « oubli » du Soi jouant sans-doute un rôle central dans l’explication de leurs conduites « irresponsables ». Or, comme en opposition à ces défaillances auto-référentielles massives, tous les groupes d’auto-assistance post-alcooliques (Alcooliques Anonymes, Croix d’Or Française, Vie Libre...) valorisent l’activité du « témoignage » en réservant aux histoires de vie racontées « en première personne » une place importante dans leurs activités de communication dirigées vers leurs semblables ou le hors-groupe.

Une condition préalable à la définition du témoignage vécu comme objet de connaissance : le passage du modèle de la révélation religieuse à la narration de l’expérience personnelle

  • 3 « On se sauve en sauvant les autres ». Cette formule fait l’unanimité dans les groupes d’entraide (...)

2Fortement influencés par le modèle religieux de la rédemption et de la révélation, les premiers témoignages « d’ivrognes repentis » ont d’abord été perçus et analysés par les psychologues comme des expériences de crise. C’est ainsi que James fait explicitement référence aux expériences alcooliques de conversion (1901-1902, p. 165-167) et reprend à son compte la typologie du psychiatre Starbuck qui distingue les conversions de type « volitionnel » de celles du type « capitulation de soi ». Selon James, ces dernières sont moins graduelles et font davantage intervenir les mécanismes subconscients (p. 171-176). James adhère, d’ailleurs, sans réticence (note 6, p. 213) au point de vue médical de l’époque qui postule que « le seul remède radical à la dipsomanie [c’est-à-dire à l’intempérance alcoolique], c’est la religiomanie ». De même, Jung énoncera-t-il le principe homéopathique : « spiritus ([l’alcool] contra spiritum ». Devant l’échec fréquent de la médecine et de la psychiatrie, il conseillera lui aussi explicitement aux alcooliques invétérés de tenter l’expérience religieuse (Léonard, 1990, p. 227-242). Au début des années trente, c’est donc toujours le modèle de la conversion religieuse qui façonne le discours des buveurs « repentis ». La plupart affirment, en effet, avoir soudainement été touchés par la grâce et tous relatent des expériences de « conversion crisique ». C’est le cas de « Bill. W. », l’un des deux fondateurs des « Alcooliques Anonymes », jusqu’à ce que, la faillite de la prohibition et l’évolution des mœurs aidant, cet alcoolique influencé par les principes évangélistes de l’Oxford Group accepte de suivre les conseils de son médecin et de transformer son message religieux en un compte-rendu plus modeste de son histoire personnelle avec l’alcool (Cerclé, 1991, p. 126). Au récit codé du miracle paulinien (éblouissement soudain, chute à genoux, révélation) succède la relation plus prosaïque de l’histoire vécue. Cette laïcisation du discours prosélyte3 accompagnera d’ailleurs l’émergence et la diffusion progressive du concept d’alcoolo-dépendance à travers le monde (Cerclé, 1991). La méthode de communication prônée par les groupes renonce peu à peu à transmettre l’expérience de révélation pour emprunter le modèle plus réaliste du récit de vie. Avec les témoignages alcooliques de seconde génération, il s’agit avant tout d’apporter la preuve que l’on peut vaincre la « maladie-alcoolique » et que le « qui a bu boira » est désormais une formule erronée. Renforcée par l’espoir placé dans les cures de désintoxication massivement pratiquées dès la seconde guerre mondiale, la lutte contre la dépendance à l’alcool intègre l’arsenal des savoir-faire cliniques et de nombreux groupes seront activement soutenus (sinon créés) par les médecins de l’époque. Le témoignage devra donc rendre compte de l’existence objective d’une solution à l’alcoolisme. Dès lors, on peut s’attendre à ce que ce type de discours valorise surtout les faits et les arguments d’ordre démonstratif. Quant au témoin, peu importe qu’il soit « bon » car, conformément à la distinction proposée par le linguiste Charaudeau (1995, p. 22), il a moins à témoigner d’un savoir dire (crédibilité) que d’un pouvoir dire (légitimité) sur la maladie. Ainsi que le souligne Theunis (1972, p. 361), « le témoin socialement parlant n’est pas celui qui tient de beaux discours, ni celui qui fait des efforts pour convaincre, ni celui qui brûle d’un amour malheureux pour la vérité, mais celui qui relie le public avec la chose, (...) qui supprime la distance dans l’espace ou dans le temps, qui fait voir la chose elle-même ». Le témoignage semble donc bien un mode particulier de communication persuasive qui donne peu de place aux informations sur l’émetteur du message.

La mise en scène discursive de l’histoire de vie alcoolique

  • 4 « Annonce de la bonne nouvelle à un croyant par un missionnaire ».

3Le changement de paradigme survenu au milieu du XXe siècle ouvre de nouvelles perspectives à l’étude du récit de vie alcoolique. En effet, même si le « pouvoir dire » s’impose, la formule du témoignage ne se résume pas au seul kérygme4 : « Je suis celui qui en est sorti ! ». L’(ex)alcoolique raconte son parcours.

  • 5 Les analyses de la variance ont été effectuées sur la base de la ventilation de la population en q (...)
  • 6 Conformément à la tradition psychanalytique qui a longtemps prévalu dans ce domaine, les « psy » o (...)

4En tant qu’acte de narration et d’énonciation, le témoignage est donc tenu de combiner « histoire » et « discours » (Benveniste, 1966). Cette dualité en fait un objet d’analyse sémantique et formelle. Dans cette optique, on peut espérer comprendre comment le témoignage mobilise, à travers l’acte de langage, des « ordres d’organisation (...) repérables dans et par l’explicite du discours » (Charaudeau, 1983, p. 58). Or, dans le cas qui nous préoccupe, ces organisateurs (énonciatifs, argumentatifs, narratifs, rhétoriques) ne sauraient être appréhendés en dehors des objectifs de persuasion qui caractérisent l’activité testimoniale. Les recherches montrent, en effet, que les modalités d’organisation du témoignage sont indissociables de la véracité et du pouvoir persuasif du message. Par exemple, on sait, depuis les travaux expérimentaux de Bennett et Feldman (cités par Gergen et Gergen, 1991), que la cohérence narrative du témoignage face à une cour de justice est une variable déterminante quant à son authenticité perçue. Les histoires qui sont prises pour être vraies sont celles dans lesquelles les événements mis en relation avec l’objectif final de l’histoire dominent et où les liens de causalité entre les faits sont les plus nombreux. Comme le résume Mc Adam (1989, p. 429-430), « une bonne histoire est celle qui organise des informations diverses, des scènes, des personnages, des thèmes, des intrigues dans un cadre narratif qui produit du sens psychologique ». Ceci vaut pour les narrations de soi qui « réfèrent au compte-rendu individuel des relations qui existent entre les événements concernant le soi à travers le temps » (Gergen et Gergen, 1991, p. 19). Or, ces histoires – bien que personnelles – ne sont pas des créations à usage intime, elles sont « des systèmes symboliques utilisés pour des finalités sociales telles que la justification, la critique et l’affirmation sociale » (ibid. p. 20). Le témoignage de l’ex-alcoolique entre tout à fait dans cette catégorie narrative puisqu’il est censé promouvoir la légitimité de la guérison alcoolique. Cependant, en tant qu’énoncé centré sur l’histoire de chacun(e), le témoignage mobilise aussi ce que Ross et Conway (1986) appellent des « théories implicites du soi » (p. 124) et « du changement personnel » (p. 135). Toutefois, les théories de la consistance temporelle ou du changement ne sont pas déterminées par les seules motivations individuelles. L’intervention de ces théories implicites et, plus particulièrement, du biais de changement qui consiste à noircir le passé pour glorifier le présent a effectivement été démontrée par Ross et Conway dans le cadre des programmes collectifs d’amélioration personnelle (hors alcoolisme) qu’ils ont étudiés aux États Unis. Ce constat rejoint nos propres données recueillies par questionnaires auprès des adhérents du Mouvement Vie Libre (N = 587) puisque le degré croissant d’implication du sujet alcoolique dans les activités du groupe d’entraide explique l’accentuation des dommages rétrospectivement associés au passé alcoolique (les scores de dommages ont été calculés sur la base des réponses à 14 items ; F(3,584) = 3,73 ; p<.02). Ce qui est encore plus net pour l’appréciation positive des bénéfices de la guérison (F(3,584) = 20.03 ; p<.001). Plus que la seule durée de l’abstinence, c’est l’adhésion active5 au programme du groupe qui semble inciter les sujets à renforcer le contraste perçu entre l’état de maladie antérieur (restitué comme très négatif) et le présent de la guérison (évalué comme très positif). On a vu que le témoignage alcoolique actuel n’avait plus à rendre compte d’une mystérieuse crise d’identité, mais plutôt d’un processus de transformation entre états, ce qui suppose l’intervention de la « mémoire reconstitutive » décrite par Ross et Conway (1986, p. 139). Quels que soient les modèles thérapeutiques implicites à l’œuvre dans le discours de l’ex-alcoolique comme de toute autre personne « guérie » (restitution ad integrum de l’état de santé antérieur ou guérison-stabilisation : Laxenaire, 1988, p. 43-47), le témoignage moderne n’échappe pas à l’historicité. Les modalités d’organisation de cette temporalité devraient donc être accessibles par la voie de l’analyse textuelle et fournir des indications utiles quant à la généralité du biais identifié par Ross et Conway. Une telle vérification contribuerait à expliquer les écarts souvent notés (Cerclé, 1984, p. 185) entre l’évaluation des états abstinents faite par les médecins ou les psychologues et l’appréciation portée par les intéressés eux-mêmes6.

5L’analyse du témoignage de l’ancien buveur invite aussi à la confrontation des modèles savants et profanes des thérapies contre-addictives. En complément plutôt qu’en opposition aux modèles psychologiques classiques tels que l’auto-régulation de Bandura ou la balance décisionnelle de Janis et Mann, les recherches de ces dix dernières années ont surtout porté sur une approche « compréhensive » des cycles du changement susceptibles de s’appliquer à l’ensemble des thérapies des addictions (Prochaska et Diclemente, 1986). Pour ces auteurs, dont l’objectif pragmatique et trans-théorique est clairement annoncé, on doit retenir six étapes ordonnées selon un schéma plus circulaire que linéaire puisque les rechutes font souvent partie du parcours addictif. Il s’agit de la phase de pré-contemplation (indifférence), de contemplation (auto-évaluation et ouverture au point de vue d’autrui), d’action (auto-libération et auto-efficacité), de maintenance (réorientation des idéaux du soi et objectivité face au risque) et de sortie de la dépendance ou de rechute. Un tel modèle est particulièrement bien accepté par les praticiens du conseil car, quelles que soient leurs références théoriques, il offre à tous un véritable inventaire des interventions possibles (Velleman, 1992, p. 46-47). On peut, cependant, légitimement se demander si les étapes de ce « tambour tournant » se retrouvent peu ou prou dans les témoignages post-alcooliques. Les enchaînements décrits par l’expert ne correspondant pas nécessairement à ceux identifiés par l’ex-malade, il semble utile de mettre en parallèle les deux « versions », savante et profane, du parcours addictif. Pour ce faire, il faut définir une méthodologie d’analyse qui puisse rendre compte de l’évolution des états alcooliques telle qu’elle est mise en scène par le témoignage du sujet.

L’analyse statistique textuelle : un outil performant pour mettre en évidence le rôle organisateur du schéma narratif dans le témoignage de l’ancien buveur

6Comment s’opère le passage du vécu alcoolique chaotique au témoignage tel qu’il est énoncé au sein des groupes d’auto-assistance paritaire et en direction du hors-groupe ? Les informations stockées et sélectionnées à partir de l’expérience éthylique peuvent être nombreuses, riches ou au contraire objectivement déficitaires (c’est notamment le cas des palimpsestes alcooliques : « trous de mémoire » souvent observés en clinique de l’alcoolique). Cependant, à elles seules, ces informations ne sauraient constituer une représentation mentale cohérente ni une « bonne histoire ».

  • 7 Fiske et Morling (1995) précisent que « tous les schémas sociaux ont en commun de décrire des rela (...)

7L’existence d’un principe structurant doit donc être postulée et recherchée. C’est pourquoi, à ce stade de notre investigation, nous fixerons comme objectif principal à l’analyse textuelle du témoignage la mise à jour de l’organisation interne des informations à l’intérieur des récits échantillonnés. Depuis Bartlett (1932), on sait que tout rappel est « une reconstruction inférentielle faite à partir de quelques éléments retenus et du schéma d’un individu donné » (Diguer, 1993, p. 35). Un schéma étant une connaissance macro-structurelle, générique et abstraite qui sélectionne, structure et intègre les informations7. Les distorsions, les omissions ou les « inventions » autobiographiques ne sont donc pas de simples erreurs de mémoire, elles sont des indices caractéristiques d’un traitement cognitif. Or, comme le rappelle Monteil (1993, p. 37), « la mémoire autobiographique n’est plus à concevoir comme une simple base d’archives, mais bien (...) comme une ressource sociale pour la vie de tous les jours ». C’est pourquoi, il nous semble nécessaire de porter une attention prioritaire au rôle du schéma narratif dans le témoignage de l’alcoolique, car ce témoignage est avant tout un acte de communication présenté sous forme d’histoire personnelle et ayant pour but d’apporter la preuve que l’on peut « se sortir » de la dépendance à l’alcool. Or, pour convaincre son auditoire, l’histoire énoncée par l’ex-malade doit d’abord répondre aux critères culturels d’une « bonne histoire ». Cette bonne histoire représente le résultat de l’intervention, chez le sujet émetteur, du schéma narratif qui « a la charge d’organiser au niveau cognitif les informations contenues (ou contenables) dans un récit » (Diguer, 1993, p. 17).

Le repérage des séquences narratives

8On sait que tous les schémas narratifs découverts à ce jour « s’articulent autour de la transformation d’un état initial et qu’ils comprennent tous trois grandes variables : état initial, transformation, état final, notre analyse première aura donc pour objectif de vérifier la présence d’une structure séquentielle et ternaire au sein de notre échantillon de témoignages. Cependant, on peut noter, conformément aux enseignements de la linguistique (Adam et Revaz, 1996, p. 32-41), que la subdivision d’un texte en trois parties ne garantit pas qu’il s’agisse d’un récit. L’analyse devra faire aussi la distinction entre la simple description d’états simultanés, la relation d’événements successifs non inscrits dans une structure d’intrigue et la narration où la transformation des états est présentée sous la forme d’un dénouement suite à une ou des période(s) de tension. La simple relation chronologique ne suffit pas à distinguer le texte procédural (par exemple, la recette) de la narration, c’est-à-dire d’une histoire. « Pour qu’il y ait récit, il faut au moins une tentative de transformation des prédicats initiaux au cours d’un procès » (Adam et Revaz, 1996, p. 55). En fait, c’est la notion sémantique de « tension » associée ou non au « nœud » (élément de la mise en intrigue) qui aide à distinguer la structure procédurale de la structure dramatique. De plus, même dans l’hypothèse où la structure du témoignage se révèle de nature dramatique, deux types de situations initiales peuvent se présenter : des situations non problématiques ou des situations problématiques (voir le schéma 1).

Schéma 1. La structure d’une narration d’après Adam et Revaz (1996).

Schéma 1. La structure d’une narration d’après Adam et Revaz (1996).

9On constatera aussi que, bien que provenant d’un horizon différent, ce modèle n’est pas sans rappeler celui de Prochaska et Diclemente commenté plus avant.

Schéma 2. La structure d’une narration d’après Prochaska et Diclemente (1986).

Schéma 2. La structure d’une narration d’après Prochaska et Diclemente (1986).
  • 8 Cette pratique est courante en alcoologie clinique (voir. J.-P. Ferrant, 1997). Mais, à la différe (...)

10Cette isomorphie peut donc servir de cadre de référence pour le thérapeute qui cherche à évaluer l’évolution du malade en s’appuyant sur la pratique du témoignage8. D’un point de vue plus fondamental, l’application de cette méthode est aussi un moyen de tester en alcoologie communautaire (dans les groupes d’auto-assistance paritaire) ou clinique (dans le cadre des protocoles de cure et de post-cure) la validité du schéma de Prochaska et Diclemente qui a été établi à partir des histoires « naturelles » de fumeurs engagés dans un processus personnel de changement. Cette recherche alcoologique est d’autant plus stimulante que lorsque Prochaska et Velicer (1996) oppose à ses détracteurs la validité de son modèle, il évoque à cette occasion douze domaines d’application..., mais pas celui des dépendances alcooliques (p. 1 281).

Des indicateurs pertinents : Les modalités d’énoncés qui expriment l’attitude du sujet par rapport aux états et à leur transformation

11Outre l’identification des modalités séquentielles du témoignage, son analyse en tant que discours narratif impose également la prise en compte des modalités d’énoncés (c’est-à-dire la virtualité et l’actualité des états et des actions). En effet, comme le signale Cervoni (1987, p. 67), la sémiotique de la narration considère comme indispensable les notions de vouloir/devoir/pouvoir/savoir qui décrivent « les types d’attitudes par rapport à l’être et au faire qui expliquent le fonctionnement du récit ».

Schéma 3. Le programme narratif d’après Diguer (1993).

Schéma 3. Le programme narratif d’après Diguer (1993).

12La grille d’analyse du programme narratif de référence (schéma 3) prend en compte les types « d’actions » qui structurent ordinairement toute histoire. Pour l’analyste du témoignage, il est essentiel d’identifier la nature et l’enchaînement des opérations en cause dans le récit qu’il recueille. On peut, en effet, supposer que certaines narrations alcooliques restent fixées sur telle ou telle phase du « programme » et ne débouchent pas sur un état qui annule le manque initial. Cependant, avant d’aller plus loin, il importe de vérifier 1) si le témoignage de l’alcoolique est construit selon un schéma de base ternaire (le schéma narratif comme macro-structure organisatrice qui correspond au modèle de la « bonne histoire ») ; 2) si le principe organisateur de la structure narrative est bien le procès narratif identifié par la sémiotique. Ce procès est censé se dérouler selon une logique qui va du « manque » (état initial de disjonction) à la « quête » (transformation de l’état initial), de l’être au faire (Charaudeau, 1983, p. 75).

La validation empirique du modèle narratif

Le corpus étudié

13Un corpus de 224 témoignages publiés dans la presse du mouvement Vie Libre de 1954 à 1992 constitue la population parente des textes ici analysés. Ces textes sont publiés sous la signature d’hommes ou de femmes dont l’identité est, selon la volonté de chacun(e), plus ou moins masquée. Des exemples de ces témoignages sont proposés ci-après.

14Témoignage 001 (homme) : « J'ai été malade alcoolique de vingt-huit à trente-six ans. J'ai fait une cure, une rechute et un an après, j’ai suivi de nouveaux soins. Je suis abstinent total depuis six ans. J'ai commencé ma maladie sur les marchés. En les faisant, il se créait beaucoup d’occasions de boire avec les collègues. Au départ, c’était à l’occasion. Puis par la suite, nous recherchions les occasions pour nous retrouver. On se donnait rendez-vous à telle heure sur le marché... petit à petit la dépendance est venue. Depuis que j’ai vingt-deux ans, j’assume la responsabilité de l’exploitation. Je produis des choux-fleurs, des carottes, des salades, du lait et de la viande. Quand je buvais je me rendais pas bien compte des problèmes sur la propriété. Le travail se faisait, il y avait mon père et ma femme. La production de l’exploitation, depuis que j’ai arrêté de boire, a augmenté de plus de la moitié avec la même surface. Je fais quasiment 2/3 de chiffre d’affaire en plus. Au début, il faut dire que je buvais normalement entre les saisons du 15 mai au 1er janvier. Après, chez-moi, je me retrouvais avec mon copain. Il venait chez moi ou j’allais chez lui. Tous les prétextes étaient bons, par exemple, demander du matériel. À chaque fois, c'était une occasion pour boire. Mon ami est mort d’un cancer de l’œsophage. Alors je planquais mon alcool dans la cave et je buvais seul. Même avec les tracteurs le travail était dur, il y avait beaucoup de manutention à faire, f avais de plus en plus de mal à travailler car j’étais dans une dépendance totale. Mon père buvait aussi, mais il s'est rendu compte de mes problèmes et il s’est arrêté de boire pour moi. Avec ma femme, ça n’allait pas. Je suis allé me faire soigner. Mon fds n’aurait pas travaillé avec moi si je ne m’étais pas guéri. J’ai été le premier de l’association Vie Libre dans le secteur. Les habitants de la commune se rendent bien compte du changement de comportement depuis six ans. Le maire m’a dit : « tu ne te rends pas compte de l’admiration que les gens ont pour toi ». Je suis responsable de la section et nous sommes maintenant une soixantaine ».

15Témoignage 010 (femme) : « Cela remonte peut-être à plus de quinze ans. Au début, je prenais cela à la rigolade, je ne pensais pas du tout être malade. La dépendance, je ne savais même pas ce que cela voulait dire. Alors commencèrent les arrosages avec les copines, les vacances, les fêtes de fin d’année, les anniversaires. Puis, après le travail : une bière, deux, puis arrivé à six heures, les apéro, un, deux, puis trois. Le soir, sur la table, le vin, la bouteille, pleine de préférence. Christian en buvait un verre, moi il fallait que je la finisse, pas contente de cela, j’avais ma réserve... tout cela sans problème. Jusqu’au jour où Christian s’aperçut que je buvais seule... cela ne pouvait plus durer ; il fallait que je fasse quelque chose. Vint alors la première cure de désintoxication que je ne souhaitais pas vraiment, et la rechute dix huit mois après, suivie de la deuxième cure. Maintenant, je vais très bien et je suis heureuse de m’être sortie de cet enfer qu’est l'alcool... je n’oublie pas mon mari qui m’a beaucoup aidée ».

La méthode d’analyse textuelle

16Nous avons utilisé le logiciel SPADT (Système Portable d’Analyse des Données Textuelles) qui, adapté de l’ancien logiciel de traitement d’enquête SPADN (données numériques), a été conçu par Lebart et Salem (1988,1994) pour analyser les réponses aux questions ouvertes des enquêtes. L’usage que nous en présentons dans ce compte-rendu est différent puisque notre objectif n’est pas de cerner des champs sémantiques ou d’identifier les réponses modales issues d’une enquête, mais, de manière pragmatiquement orientée, d’aider à la caractérisation de la structure narrative du témoignage.

L’analyse des données textuelles

  • 9 Nous ne rendrons pas compte ici des résultats obtenus sur la base du découpage historique effectué (...)

17Dans un premier temps9, chaque texte a été découpé « à l’aveugle » en trois volumes lexicaux égaux. Cette procédure automatique a permis de constituer trois sous-fichiers selon l’ordre des parties sélectionnées : début, milieu et fin. Le profil fréquentiel des formes substantives, verbales, pronominales et outils les plus nombreuses a été établi pour chaque mot afin de vérifier l’ampleur des fluctuations observables sur les séquences textuelles découpées. Hormis la grande stabilité (attendue) des auxiliaires verbaux (ai, a, suis, ont, etc.), des mots outils (joncteurs additifs) et du pronom de première personne « je », toutes les autres formes présentent des variations séquentielles remarquables. Ce constat confirme donc empiriquement l’existence de trois univers lexicaux distincts (voir le graphe 1).

Graphe 1. Exemples de ventilation des formes graphiques simples dans les trois sous-textes du corpus de témoignages (début-milieu-fin).

Graphe 1. Exemples de ventilation des formes graphiques simples dans les trois sous-textes du corpus de témoignages (début-milieu-fin).

18Cette vérification faite, un échantillon aléatoire de 74 témoignages (63 % d’hommes, 37 % de femmes) a été sélectionné. Une lecture systématique des textes et un découpage en trois univers thématiques distincts a ensuite été effectué : histoire alcoolique (H), période des soins (S) et actualité abstinente (A). Plus de 90 % des témoignages sont structurés selon l’enchaînement (H-S-A) avec parfois une complication de l’ordre séquentiel due à la narration des rechutes (ex. H-S-H-S-A).

  • 10 Ici la lemmatisation portera essentiellement sur la transformation des formes verbales à l’infinit (...)
  • 11 Cette attention portée aux énoncés spécifiques structurés autour du référent « je » répond aussi a (...)

19Afin de pouvoir intervenir « manuellement » sur le corpus (lemmatisation des formes10) et de concentrer notre attention sur l’actant principal du témoignage (l’ego ex-alcoolique11), les analyses lexicographiques qui suivent ont porté sur les segments de texte construits avec la forme-pôle « je » (ou « j’« ) comme syntagme sujet (SN1) ; soit 1 335 segments délimités, après élimination des ambiguïtés de signes, par les séparateurs classiques de la phrase. Ces segments se répartissaient en « Je Histoire » (n = 574) ; « Je Soin » (n = 368) ; « Je Actualité » (n = 421). L’adéquation de ce nouveau fichier de données textuelles à notre découpage en séquence (H-S-A) a été testée par une analyse factorielle des correspondances effectuée sur le tableau lexical entier (Lebart et Salem, 1994, p. 57) qui ventile les formes graphiques selon les trois périodes retenues. En dehors d’un premier axe qui oppose l’histoire de vie lexicalement et statistiquement « aberrante » d’un ex-clochard à l’ensemble du corpus, l’analyse révèle un espace triangulaire où chacun des « je » intervient bien comme variable contributive dominante sur chaque versant des facteurs 2 et 3 (voir l’illustration graphique ci-après) :

Graphe 2. Représentation des 3 axes ressortant de l’analyse factorielle effectuée sur le tableau lexical entier.

Graphe 2. Représentation des 3 axes ressortant de l’analyse factorielle effectuée sur le tableau lexical entier.

20« Je pense que pour raconter, il faut avant tout se construire un monde » affirme Umberto Ecco (in Adam et Revaz, 1996, p. 27). Or, ce n’est pas un, mais trois « mondes » peuplés de personnages et d’objets que le témoin dresse. Comme on peut le constater sur le résumé graphique ci-dessus, le passé alcoolique évoque l'univers de la famille ou du travail, la période des soins le monde médicalisé de la cure, et le présent abstinent celui du groupe et de la fraternité post-alcoolique. Mais selon quelles catégories ces mondes sont-ils construits ? À la fin des années 60, dans un des rares travaux d’analyse morpho-syntaxique consacré au discours de l’alcoolique en milieu de soin, Gori et Bondoux (1970, p. 85) relevaient « une proportion importante de substantifs inanimés abstraits (mettant) l’accent sur la dévitalisation du discours de l’alcoolique ». « Le monde perçu est un monde de valeurs « sociomorales » ; il est collection de « clichés » et de « stéréotypes ». Le dénombrement et la classification que nous avons opérés sur la base des substantifs positionnés dans l'espace factoriel défini ci-dessus nuance, du moins pour les ex-alcooliques, ce constat puisque le passé alcoolique est très nettement mis en scène dans le cadre concret du travail et de la vie quotidienne avec des références spatio-temporelles nombreuses et précises, alors que le présent abstinent est davantage référé à des valeurs ou des réalités plus abstraites.

21Les temps conjugués du témoignage sont aussi variables selon les séquences considérées (voir Graphe 3). Mais, contrairement à la théorie (Benveniste, 1966, p. 244), le parfait de 1re personne (le passé composé) ne semble pas s’imposer numériquement dans le témoignage, alors qu’il est habituellement présenté comme la « forme autobiographique par excellence ». Composé d’un auxiliaire au présent et d’un participe signalant l’accompli, « c’est le temps de celui qui relate les faits en témoin, en participant ; c’est donc aussi le temps que choisira quiconque veut faire ressentir jusqu’à nous l’événement rapporté et le rattacher à notre présent » (ibid.). Notre sondage effectué sur 472 segments « je » ne vérifie pas ce principe, mais il est probable que l’ex-alcoolique tient à marquer une rupture entre son passé alcoolique et le présent abstinent. L’imparfait (regroupé ici avec les emplois plus rares du passé simple et du plus-que-parfait) est un temps du discours et de l’histoire. Il domine l'évocation du passé alcoolique et renvoie à l’époque révolue de la dépendance alcoolique. Par là, il contribue à souligner l’opposition entre le passé et le présent. L’aspect duratif et non limité vers l’avenir du présent caractérise l’état abstinent et vient en opposition aux imparfaits chargés de restituer la durée des états et actions pré-curatifs.

Graphe 3. La temporalité du témoignage (N = 160 x 3).

Graphe 3. La temporalité du témoignage (N = 160 x 3).

22Cependant, l’opposition bipolaire créée ne se limite pas aux seules différences de conjugaison. Les contributions (CTR) factorielles révèlent, en effet, que l’axe 2 issu de l’analyse est surtout un axe de différenciation globale entre l’histoire et le présent puisque les deux variables « Je Histoire » (facteur 2 > 0) et « Je Actualité » (facteur 2 < 0) apportent toutes deux de fortes contributions à ce facteur. L’axe 3 est quant à lui plus exclusivement redevable du « Je Soin ». Les analyses effectuées à partir du corpus des formes graphiques vérifient donc la construction ternaire du témoignage en apportant la preuve de la spécificité lexicale, sémantique et temporelle des trois séquences retenues. Mais, qu’en est-il du procès narratif qui organise en récit la transformation de l’état alcoolique initial ?

Les modalités du devoir, vouloir, savoir et pouvoir faire (ou modalités de virtualité et d’actualité du procès narratif)

  • 12 La lemmatisation entreprise ici est non automatisée, ce qui évite les ambiguïtés classiques (homog (...)

23Pour cerner le procès à l’œuvre dans le témoignage, nous avons procédé à la lemmatisation12 systématique des formes verbales (c’est-à-dire à la transformation à l’infinitif de ces formes) du corpus des segments « je ». Cette démarche est nécessaire pour identifier le poids respectif des verbes modaux (devoir, vouloir, pouvoir, savoir) sur le « faire » de l’actant principal (ex)alcoolique et pour éviter certains artefacts parfois causés par les marques grammaticales du langage naturel. Les résultats de cette démarche sont consignés dans les graphes 4 à 6. Dans l’espace à trois dimensions (Histoire/Soin/Actualité) du témoignage, d’autres formes verbales de fréquence égale ou supérieure à trois et n’appartenant pas exclusivement à une seule séquence ont été positionnées afin d’offrir une carte de fond quant aux procès évoqués au voisinage des modalités de virtualité et d’actualité (Graphe 6).

Graphe 4. La répartition par séquences des modalités de virtualité et d’actualité.

Graphe 4. La répartition par séquences des modalités de virtualité et d’actualité.

Graphe 5. La répartition séquentielle du verbe faire.

Graphe 5. La répartition séquentielle du verbe faire.

Graphe 6. L’espace des formes verbales et des modalités.

Graphe 6. L’espace des formes verbales et des modalités.
  • 13 « L’alcoolique est celui qui est dans l’impossibilité de boire modérément : dès qu’il prend un ver (...)
  • 14 Le devoir-faire ici repéré ne relève pas directement du « discours de la morale » (Charaudeau, 198 (...)

24Les recherches sur le rappel ou la compréhension des récits sont plus nombreuses que celles concernant leur production (schéma driven). Toutefois, dans le cadre de ses travaux empiriques, Diguer (1993, chap. 5) a constaté la très faible présence du devoir dans les récits recueillis auprès de jeunes adultes scolarisés. Dans son échantillon, le vouloir supplante le devoir et l’auteur invoque à ce propos la moindre influence des normes externes et l’accroissement de l’individualisme. Il n’en va pas tout à fait de même pour les témoignages étudiés ici. La perte (perdre, oublier...) et la compulsion (commencer, recommencer, continuer...) sont bien situées dans l’espace historique et ces formes sont plus proches du devoir que des autres formes de modalité. Même si cette tendance est discrète, la formule initiale du témoignage semble donc bien placer en exergue la perception du manque de contrôle et la prise de conscience du devoir faire. L’instanciation majoritairement « déontique » de la première variable du schéma narratif montre combien les discours profanes ont assimilé le concept d’addiction alcoolique. Face à la loi impérieuse de la dépendance à l’alcool, les groupes d’auto-assistance considèrent que le buveur a trop souvent et sans succès compté sur son vouloir (« si je veux, je peux... »). Cette condamnation de l’illusion volontaire (manifestation narcissique primaire du « Moi » alcoolique) est un thème central à tous les groupes d’ex-alcooliques et fait corps avec les définitions cliniques de l’alcoolo-dépendance considérée comme « la perte de la liberté de s’abstenir d’alcool13 ». Quelles que soient les variantes idéologiques et les théories étiologiques implicites en cause, l’auto-étiquetage alcoolique prôné par les groupes passe par l’acceptation d’un impossible contrôle sur l’alcool. L’affirmation du « devoir faire » se situe donc logiquement au cœur de la séquence initiale du témoignage14. En premier lieu, le « je » est confronté à l’inéluctable plutôt qu’au désir. L’obligation supplante nettement le vouloir qui est relégué au dernier rang des verbes modaux de la première séquence. En revanche, de façon très contrastée, le vouloir s’impose comme fréquence modale de la deuxième séquence. C’est dans l’univers du soin que le désir du changement se forge et s’affirme. À ce stade, le sujet exprime une relation plus directe au manque, mais il se situe toujours dans la virtualité du faire. Les modalités de l’actualité (pouvoir et savoir) dominent plutôt la séquence du « je actuel ». C’est dans la phase terminale du récit que la compétence est annoncée et que, conformément au modèle de sémantique structurale (Greimas, 1966), « le sujet opérateur acquiert un et/ou deux autres objets dits “objets modaux de l’actualité” : le pouvoir-faire (capacité physique et instrumentale) et le savoir-faire (capacité cognitive) » (Diguer, 1993, p. 85). La comparaison des fréquences de ces deux modalités placent en tête le savoir qui vient couronner le parcours du témoignant. On notera, cependant, la progression linéaire du pouvoir qui rappelle que les groupes d’entraide alcoolique sont aussi préoccupés par l’acquisition de compétences instrumentales et de contrôle vis-à-vis de l’alcool (voir l’« empowerment »).

Le témoignage : recette ou intrigue ?

25Afin de vérifier si les ingrédients essentiels du récit sont bien présents dans le témoignage, notre analyse a porté sur les sous-textes intégraux (H-S-A) recueillis à partir des 74 protocoles échantillonnés. La fréquence unimodale et élevée (n = 1 581) des joncteurs additifs et causaux (cf. Ghiglione et Blanchet, 1991, p. 62-63) pourrait laisser penser que le témoignage est plus un texte procédural (c’est-à-dire une recette pour en finir avec l’alcoolisme) qu’une véritable histoire. Cependant, on sait que les marques véritables du récit sont le « nœud » et le « dénouement ». Ainsi, pour Adam et Revaz (1996, p. 66), il n’y a pas récit quand « les actions s’enchaînent sans aucune rupture ». Le « nœud » est le déclencheur de l’intrigue qui vient perturber l’équilibre initial. Son repérage exige un retour au texte et une analyse plus qualitative. Or, la lecture systématique des séquences historiques et de soin nous renseigne non seulement sur l’existence de ces nœuds, mais aussi sur la possibilité d’une double construction des séquences initiales. Cette dualité ressort nettement des extraits suivants : « J'ai commencé à boire, au début, le week-end avec des amis, et puis un peu tous les jours. Chaque occasion était une raison pour boire. Ensuite, plus besoin d'occasions, il y a le manque, ce besoin qui s’installe comme un ennemi invisible qui use de plus en plus et qui devient un deuxième soi-même. Cet ennemi s'empare de la volonté, de la raison, prend des décisions à ma place » (histoire alcoolique homme, sans rupture). « Avant que tout balance dans l’alcool. J’étais heureuse... Mais mon mari m’a quittée... Je suis allée à Bordeaux, et là tout a basculé... Je me suis mise à boire un verre, puis un autre au point de ne plus pouvoir m’arrêter » (histoire alcoolique femme, avec rupture).

26Les séquences historiques du témoignage peuvent donc être ou ne pas être structurées en intrigue. Si l’installation de la dépendance à l’alcool est toujours rapportée comme un enchaînement progressif, insidieux et sans rupture, certains témoins (surtout féminins) dramatisent le passage d’un état d’équilibre pré-alcoolique à l’état alcoolique. Cette mise en forme narrative rejoint les données épidémiologiques et anamnéstiques qui signalent une alcoolisation objectivement plus tardive chez la femme et un passage à la consommation à risque souvent associé à des événements biographiques ponctuels et perçus comme déclencheurs (Cerclé, 1991). Il n’en est pas de même pour les sujets de sexe masculin qui construisent généralement des histoires alcooliques où l’on passe sans rupture d’une alcoolisation inoffensive et considérée comme ordinaire pour un homme à l’état de dépendance. L’identité de genre semble donc bien intervenir de manière pertinente dans la structuration de la phase initiale du récit. Mais l’indicateur le plus patent de la mise en intrigue se situe au début de la séquence soin : « Et puis un jour j’ai rencontré Daniel, un ancien copain de bistrot. Je l’ai invité à prendre un verre à ma grande surprise, il a pris un café... On a parlé de Vie Libre... et j’ai décidé de faire une cure » (homme). « Jusqu'au jour où mon esprit l’a rencontré face à face [l’alcool]. Ce jour-là, mon ennemi n’avait plus de place chez moi » (femme). « Il fallait que je réagisse... j'ai appelé un médecin » (femme). « Je me suis retrouvé en prison et en ai profité pour faire une cure » (homme). « Après son décès, je reste seule et en profite enfin pour me faire soigner » (femme). « Un beau jour, le patron me met au pied du mur : la cure ou la porte. » (homme). « Jusqu’au jour où je me suis aperçu (après plusieurs années) que mon travail, ma vie de famille et tout ce qui en découle devenait une vraie corvée » (homme).

27Le nœud ouvre la séquence soin. C’est là que le principe de la rupture avec l’état initial est réellement posé. Après les choses se déroulent sans tension extrême et les rechutes ne sont jamais présentées comme un retour à l’état initial : « J'ai rechuté, mais cette fois-là, je savais que je n'étais pas seul » (homme). « Vint alors la première cure de désintoxication que je ne souhaitais pas vraiment et la rechute dix-huit mois après, suivie de la deuxième cure. Maintenant, je vais très bien » (femme).

28En référence au schéma actantiel de Greimas (cf. Adam et Revaz, 1996, p. 60-62), il convient de remarquer que le désir (Vouloir) qui met le sujet en relation directe avec l’objet valorisé (c’est-à-dire l’absence de tension et la suppression des événements menaçants ou aversifs) ne passe pas par un « contrat » établi avec un (ou des) acteur(s) externe(s) qui commanderai(en)t au sujet d’aller à la quête de l’objet convoité. Même quand le patron ou le médecin pose un ultimatum, c’est un impératif (« boire ou travailler », « boire ou mourir ») rien de plus. S’il y a « manipulation » selon les termes de Greimas et donc existence d’un « faire-faire », cette manipulation s’origine plutôt du bilan négatif de la première période et de l’obligation qui en découle de transformer l’état initial (devoir faire). Quant aux acteurs qui tiennent le rôle de figures manipulatrices dans les contes traditionnels, ils sont peu présents dans le témoignage. Ici c’est le sujet qui occupe les deux rôles actantiels. Ce « syncrétisme » (Diguer, 1993, p. 80) fait du malade alcoolique le destinateur et l’opérateur, le décidant et l’exécutant, ce que confirment les fréquences élevées du vouloir et du faire dans les segments « je » de la séquence soin. La transformation vient ensuite annuler la tension entre états selon un cheminement médicalement et socialement balisé où le médecin et surtout les « amis Vie Libre » jouent le rôle d’adjuvants indispensables. Hormis la mention rapide des rechutes, les opposants sont quant à eux très discrets, ce qui se traduit effectivement par une faible présence des joncteurs d’opposition (n = 190).

Schéma 4. Les actants et les modalités.

Schéma 4. Les actants et les modalités.

29La phase de transformation est inaugurée par la nécessaire transition entre la virtualité du faire et son actualisation. Or, cette transformation est nettement placée sous le signe de ce que Prochaska et Diclemente (1986) appellent la « contemplation », avec les processus d’éveil de conscience caractéristiques de cette étape. En effet, « les clients au stade de la contemplation sont plus ouverts aux interventions de prise de conscience (« consciousness-raising interventions »), telles que les observations, confrontations et interprétations » (p. 9). Cette phase de prise de conscience et d’auto-évaluation est bien caractérisée par des formes verbales explicites (accepter, apprendre, découvrir, intégrer, réfléchir, réaliser...) comme le montrent les profils calculés à partir des segments « je » sur les trois séquences du témoignage (Graphe 7), alors que la dernière séquence est davantage dévolue au savoir de certitude (croire, penser, connaître, savoir, affirmer). Plus qu’à des compétences comportementales (« habilités », « renforcements »...), le récit des adhérents Vie Libre renvoie à l’acquisition finale d’une théorie de la maladie. La compétence qui est mise en avant par le témoignage est donc de l’ordre du savoir plutôt que du savoir faire. Quant à l’état final, il est celui de la sanction et de la vérification tant au niveau de l’être que du paraître. La règle étant l’évaluation positive et l’annulation de la disjonction première.

Graphe 7. Les modalités du savoir.

Graphe 7. Les modalités du savoir.

Éléments de méthodologie pour une analyse du témoignage vécu de l’alcoolique

  • 15 50 % des alcooliques du mouvement « Vie Libre » que nous avons interrogés déclarent au moins une r (...)
  • 16 Christie (1996) rappelle qu'aujourd’hui les « Alcooliques Anonymes » sont plusieurs millions à tra (...)
  • 17 Nous avons montré ailleurs (Cerclé, 1991) en quoi les théories étiologiques implicites des groupes (...)
  • 18 Suite à la formation des intervenants, nos protocoles d’analyse vont être progressivement expérime (...)

30Face une pratique qui relève de la tradition orale, il convient de proposer aux intervenants des méthodes d’investigation adaptées aux réalités qu’ils auront inévitablement à côtoyer. On sait qu’il ne suffit pas de diagnostiquer l’alcoolisme, ni d’envoyer le patient en cure pour en finir avec la dépendance alcoolique15. Plus qu’à un processus de guérison, c’est à un processus de réhabilitation globale auquel est confronté l’intervenant. Les alcooliques en soin ou en post-cure, comme tous les sujets qui perçoivent une menace sur les dimensions diachronique et synchronique de leur identité, sont en quête de significations, d’explications et de repères biographiques. C’est pourquoi les témoignages qu’ils nous livrent méritent plus qu’une oreille distraite. Ces témoignages vécus ont, d’ailleurs, pris une place centrale dans l'activité des groupes d’entraide aujourd’hui en plein développement (Christie, 1996)16. Ces groupes d’auto-assistance paritaire sont, en effet, de plus en plus nombreux et concernent un nombre croissant de pathologies, de handicaps ou de dysfonctionnements (sida, dépression, maladie cardio-vasculaire...). De tels collectifs n’écrivent pas ou peu. Leur moyen privilégié de communication est la parole référée à l’histoire personnelle. Leur corpus de connaissances et d’expériences se trouve donc dans des témoignages vécus comme ceux que nous avons étudiés dans la première partie de cette contribution en utilisant les modèles narratologiques et en nous aidant de techniques d’analyse textuelle. Ainsi que nous l’avons constaté, ces témoignages sont très fortement structurés par les règles sociales et cognitives qui définissent la macrostructure de toute histoire (le schéma narratif), mais une étude attentive du procès la maladie sur la narration du changement et la dramatisation du thème personnel. Loin d’être un acte purement individuel et une création autonome, le témoignage du malade « associatif » est sur-déterminé. Il est non seulement un effet des conventions culturelles, comme le sont toutes les narrations de soi (« self narratives » : Gergen et Gergen, 1986), mais aussi producteur et produit des représentations sociales du groupe. Lorsque le spécialiste de l’alcoologie aura à étudier des témoignages énoncés par des membres des groupes d’entraide, son analyse gagnera donc à être attentive aux théories implicites de l’alcoolisme adoptées par ces groupes (Cerclé, 1994, p. 211-228) 17. Toutefois, même « groupal », ce discours reste soumis aux lois de l’intrigue et de la dramatisation, ce qui ouvre la porte à l’individuation et à de subtiles variantes au sein du schéma actantiel. Les principes de méthode que nous proposons ici concernent donc l’ensemble des témoignages vécus, qu’ils proviennent de malades « associatifs » ou non. Une telle démarche déborde le seul champ de l’alcoologie et peut probablement s’appliquer à l’ensemble des processus addictifs18.

Les compétences nécessaires à l’analyse des narrations alcooliques impliquent deux aptitudes de base

Savoir caractériser un récit en tant que description, relation ou narration

31Pour déterminer si le témoignage est une narration plutôt qu’un simple énoncé de méthode (par exemple, une recette, un exposé procédural) ou un récit narratologiquement inachevé, il faut mettre à jour sa structure d’intrigue et donc vérifier si la situation de départ signale un manque, une disjonction entre le sujet et l’objet exprimée d’emblée ou suite à la rupture d’un état initial d’équilibre. Le « nœud » représente l’événement qui vient perturber l’équilibre de départ ; c’est le déclencheur de l’action. Il convient ensuite de savoir repérer l’existence d’un procès de transformation entre états (actions, péripéties), d’un « dénouement » (résolution de la problématique) et d’une situation finale (véridiction, sanction). Conformément aux indications fournies par Adam et Revaz (1996, p. 67), les propositions ou macro-propositions narratives du témoignage seront mises en correspondance avec la structure canonique exposée ci-dessus.

32Exemple de témoignage d’un « buveur guéri » (mouvement Vie Libre) : a. situation initiale : « Je me suis mis à boire très jeune, J'ai connu une femme, nous nous sommes mariés, nous avons eu trois enfants. Je battais ma femme et mes enfants, je me suis retrouvé pas mal de fois devant la justice “à cause de l'alcool” » ; b. nœud : « J'ai perdu mes emplois ; la famille me rejetait, ainsi que les amis, il fallait que je trouve une solution à ma maladie alcoolique » ; c. action ( = réaction) : « Seul j'ai décidé de me faire soigner, ma femme m'a beaucoup aidé... » ;d. dénouement : « Voilà sept ans que je ne bois plus..., » e. situation finale : « J'ai pu retrouver un emploi (...) Maintenant, je peux dire que nous sommes vraiment heureux ».

Savoir analyser le programme narratif du témoignage

33Le repérage des modalités de virtualité et d’actualité est indispensable à l’analyste. Il sert à identifier si le devoir-faire et le vouloir-faire « surgissent dans le sujet opérateur à la faveur du seul contact de celui-ci avec un état de disjonction » (Diguer, 1993, p. 82) et/ou si le désir de transformation de l’état initial est le résultat d’une intervention externe (manipulation, persuasion). On mesure sans mal l’importance et l’utilité de ce travail d’identification pour tous ceux qui ont à faire avec la dénégation alcoolique.

L’identification de « l’opération factitive » initiale (le faire-faire)

34« Un camarade me conseille de me faire soigner, mais je ne suis pas encore décidé à l'écouter ». Les rôles de « décidant » et « d’exécutant » sont généralement confondus dans les témoignage d’anciens buveurs publiés par la presse des groupes d’entraide. Toutefois, il s’agit là de témoignages exemplaires qui insistent tous sur le rôle essentiel de la « décision personnelle » (je-vouloir), sachant que cette décision est subordonnée à la prise de conscience préalable de la « nécessité » d’en finir avec un état devenu insupportable (je-devoir).

L’identification des modalités de virtualité (devoir/vouloir-faire)

  • 19 Les stratégies persuasives retenues par Diguer sont les suivantes : le désir (valorisation de l'ob (...)

35L’analyse du vouloir et du devoir faire ne peut s’appuyer sur les seules traces lexicales, elle doit prendre en compte leur mise en forme narrative (actants, personnages, fonctions, rôles). Lorsque l’actant destinateur qui persuade le sujet opérateur du vouloir et/ou devoir faire est figuré par un (ou des) personnage(s) distinct(s) de l’actant sujet, la manipulation est dite transitive19. En revanche, si le destinateur et le sujet opérateur sont confondus dans un même personnage, la manipulation (ou « destination ») est notée « réfléchie ». L’analyse des témoignages « Vie Libre » montre que l’acquisition du devoir et du vouloir faire est surtout valorisée sous sa forme « réfléchie » : « Sous la pression de mes frères et sœurs, j'ai fait une première cure à 24 ans...mais j'ai recommencé à boire...Je n’étais pas tellement motivé... En contact régulier avec mon frère, je décide cette fois de ma propre volonté d’entreprendre de nouveaux soins... Cette fois, je n’ai pas la contrainte de la famille, je suis tout à fait volontaire pour me soigner, et vivre autrement ».

L’identification des modalités de l’actualité (pouvoir/savoir-faire)

  • 20 Nous avons ainsi repéré la permanence de thèmes prohibitionnistes et polémiques dans des discours (...)

36Ces modalités sont, elles aussi, « transitives » ou « réfléchies » selon que l’acquisition des compétences nécessaires à la transformation des états (pouvoir et savoir faire) concerne des personnages distincts ou confondus. Le programme de transformation se subdivise quant à lui en plusieurs phases, la performance étant la phase principale de transformation des états. Elle met d’abord en relation (transitive ou réfléchie) le sujet d’état et le sujet opérateur : « Je me suis dit qu’il fallait arrêter ce carnage...j’ai appelé un membre Vie Libre » (relation « réfléchie »). « Un beau jour, le patron me met au pied du mur...la cure de désintoxication ou la porte...Je suis allé me faire soigner accompagné de deux gendarmes » (relation « transitive »). Viennent ensuite les relations entre le(s) sujet(s) et l’objet (ou les objets). Les témoignages étudiés précédemment renvoient tous à un modèle de renversement des états où l’état initial de manque (de santé, de bonheur...) est finalement transformé en son contraire. Dans ce type de témoignage-modèle, il s’agit le plus souvent d’un échange entre états qui n’exige pas la dépossession d’un autre sujet humain pour obtenir le bien convoité. Seul l’alcool (« ennemi », « poison », « maître »...) est à combattre et occupe la place de « l’opposant ». Généralement, l’anti-récit (c’est-à-dire un récit spectaculaire, constituant le double inversé du récit) est construit autour du pouvoir de l’alcool qui anime le contre-programme et qui tente de s’opposer aux efforts de transformation déployés par le sujet et ses alliés. Le poids et la permanence de cette « polémique » sont variables dans les témoignages et méritent d’être évalués par l’analyste qui repérera peut-être à cette occasion des marques de fragilité post-alcoolique20.

L’identification des qualités de l’objet visé

37Quelle est la nature et la valeur de l’objet (ou des objets) visé(s) par la quête de transformation ? Les témoignages exemplaires que nous avons analysés précédemment indiquent que les objets de valeur visés sont essentiellement l’abstinence d’alcool et l’état de non dépendance. D’autres objets, plus cognitifs que pragmatiques, sont aussi évoqués dans l’univers de l’actualité (graphe 2) : la fierté, le bonheur, l'amitié. Toutefois, ils ne sont pas toujours présents au sein de la séquence historique du témoignage. À l’aide d’une analyse lexicale du type de celle qui a été utilisée ici et d’une analyse thématique classique, on peut repérer les correspondances qui existent (ou qui n’existent pas) entre les objets évoqués au début et à la fin du témoignage.

L’identification de la sanction et les jugements de véridiction

38Ce sont des jugements internes au témoignage et qui évaluent si le contrat de transformation entre états a bien été exécuté. Le sujet véridicteur est souvent le destinataire (« Aujourd’hui, j’ai retrouvé en moi ce que j’avais perdu : l’amour et l’amitié ») mais d’autres figures peuvent aussi intervenir (« Le Maire m'a dit : “Tu ne te rends pas compte de l’admiration que les gens ont pour toi” »). La situation finale peut être décrite comme la victoire du programme sur l’anti-programme ou, au contraire, comme la permanence de l’état initial d’insatisfaction.

39L’approche que nous proposons du témoignage vécu de l’(ex)alcoolique est entièrement dévolue à l’étude de sa structure narrative. Or, nous partageons le point de vue selon lequel le schéma narratif doit être considéré « non comme le contenant insignifiant d’un contenu signifiant, mais comme une structure signifiante qui s’articule toute entière autour d’une quête » (Diguer, op. cit., p. 167). Le témoignage – à condition qu’il réponde aux critères de la narration – est l’histoire d’un désir : celui d’en finir avec un état de manque initial. L’évaluation narratologique de ce type de discours est donc indispensable à tous ceux qui ont pour mission de favoriser et d’accompagner la transformation des états pathologiques de dépendance en états de non dépendance. Les éléments de méthode présentés ici démontrent qu’il est désormais possible de codifier une telle démarche et de mettre en œuvre des procédures standardisées.

Annexes

Annexe

MODÈLE DE GRILLE POUR L’ANALYSE DU TÉMOIGNAGE VÉCU

MODÈLE DE GRILLE POUR L’ANALYSE DU TÉMOIGNAGE VÉCU

Notes

1 Depuis plus d’un siècle, les associations d’anciens alcooliques ont développé des systèmes de représentations et de pratiques concernant les causes de l’alcoolisme, ses modalités d’évolution et les moyens de « s’en sortir ».

2 Selon Rappaport (traduit par Le Bossé et al.) : le terme « empowerment » renvoie à « un processus par lequel les personnes, les organismes ou les communautés acquièrent le sentiment d’exercer ou exercent un plus grand contrôle sur les événements qui les concernent ».

3 « On se sauve en sauvant les autres ». Cette formule fait l’unanimité dans les groupes d’entraide et signale l’importance du prosélytisme dans les systèmes de pratiques mis en place.

4 « Annonce de la bonne nouvelle à un croyant par un missionnaire ».

5 Les analyses de la variance ont été effectuées sur la base de la ventilation de la population en quatre types de participation croissante dans la vie associative du Mouvement Vie Libre (méthode des centres mobiles couplée à une analyse factorielle des profils d’implication militante). Les items concernant l’appréciation rétrospective des dommages et des bénéfices « avant et après la guérison » recouvraient les divers secteurs de vie de la personne : vie familiale, professionnelle, amicale, conjugale, sexuelle. Les scores ont tous été calculés de manière additive.

6 Conformément à la tradition psychanalytique qui a longtemps prévalu dans ce domaine, les « psy » ont souvent critiqué les thérapies centrées sur le symptôme (l’alcool) et les groupes considérés comme des « bars sans alcool ». On possède, toutefois, peu de données fiables concernant les évaluations faites par les professionnels et les membres des groupes d’entraide.

7 Fiske et Morling (1995) précisent que « tous les schémas sociaux ont en commun de décrire des relations entre les éléments qu’ils contiennent afin de permettre et d’influencer la compréhension de l’information nouvelle, de retrouver en mémoire les faits qui sont dans un rapport de pertinence avec le schéma et de compléter les détails manquants ».

8 Cette pratique est courante en alcoologie clinique (voir. J.-P. Ferrant, 1997). Mais, à la différence des interprétations référées à des modèles explicatifs externes (psychanalytiques, transactionnels...), notre utilisation du témoignage n’a rien d’anecdotique. Elle vise, au contraire, à mettre sur pied une grille d’analyse et de diagnostic qui prenne comme indicateurs pertinents les éléments morpho-syntaxiques, structuraux et fonctionnels du récit.

9 Nous ne rendrons pas compte ici des résultats obtenus sur la base du découpage historique effectué par tranches de dix ans sur l’ensemble du corpus. Les variations observées au niveau des formes simples et des environnements des mots-pôles ont permis de dater l’apparition de certains thèmes (par exemple, l’équivalence entre l’alcool et la drogue qui apparaît à partir des années 80). Ces observations ont été statistiquement confirmées par les procédures de SPADT : mots et segments caractéristiques. L’ensemble des résultats est disponible dans un rapport de recherche : L'analyse du témoignage de l’ancien malade alcoolique, Fonds National de la Vie Associative, Vie Libre/LAUREPS, 1994, 50 p.

10 Ici la lemmatisation portera essentiellement sur la transformation des formes verbales à l’infinitif.

11 Cette attention portée aux énoncés spécifiques structurés autour du référent « je » répond aussi au souci de confronter le discours en première personne du témoignage à des investigations morphosyntaxiques déjà effectuées à partir du test du « Qui êtes-vous ? » (Cerclé, A. 1995).

12 La lemmatisation entreprise ici est non automatisée, ce qui évite les ambiguïtés classiques (homographie, etc.). Une telle démarche présente également des garanties d’objectivité puisque la référence au lemme et la réduction des flexions des formes graphiques est une technique standardisée qui limite les biais d’interprétation chez le codeur. Associée à une prise en compte des contextes sémantiques, la lemmatisation fournit des indications fiables.

13 « L’alcoolique est celui qui est dans l’impossibilité de boire modérément : dès qu’il prend un verre, il ne peut plus s’arrêter » (Archambault et Chabaud, 1995, p. 34).

14 Le devoir-faire ici repéré ne relève pas directement du « discours de la morale » (Charaudeau, 1983, p. 139), mais il renvoie quand même à l’acceptation d’une obligation incontestable. C’est ainsi que les « Alcooliques Anonymes » prônent explicitement « la soumission à une puissance supérieure à soi ».

15 50 % des alcooliques du mouvement « Vie Libre » que nous avons interrogés déclarent au moins une rechute (N = 5 000), Cerclé, 1991). Comme le souligne Rueff (1995, p. 190), « la réalcoolisation est très fréquente au cours des 6 premiers mois suivant le sevrage. Les travaux expérimentaux de Marlatt ont montré qu’il s’agissait d’un phénomène psychologique et non d’un phénomène biologique directement lié à la molécule ».

16 Christie (1996) rappelle qu'aujourd’hui les « Alcooliques Anonymes » sont plusieurs millions à travers le monde. En France, on enregistre plus d’une dizaine d’associations d’anciens buveurs déclarées.

17 Nous avons montré ailleurs (Cerclé, 1991) en quoi les théories étiologiques implicites des groupes « d’anciens buveurs » pouvaient être décrites à l’aide de l’opposition entre les schémas « exogène-extensif » versus « endogène-restrictif » de l’alcoolisme. Certains groupes adoptent une théorie hygiéniste du risque-alcool et conçoivent l’alcool comme un agent pathogène externe également dangereux pour tous. D’autres groupes, au contraire, affirment que seuls certains sujets (intrinsèquement fragiles) sont susceptibles d’être concernés par la dépendance alcoolique. Ces représentations ne sont pas sans effet sur la structure actantielle du témoignage. Ainsi, la place de « l’actant-alcool » présentée dans le schéma 4 variera selon la théorie de l’alcoolisme adoptée par le groupe : dans les groupes d’inspiration « hygiéniste », l’alcool occupera essentiellement le rôle d’opposant, alors que ce même rôle sera dévolu au « moi tout puissant « dans les collectifs qui se réfèrent à la théorie endogène-restrictive de la dépendance à l’alcool.

18 Suite à la formation des intervenants, nos protocoles d’analyse vont être progressivement expérimentés sur plusieurs sites : Fédération Nationale de la Croix d’Or Française (alcooliques), Unité des addictions de Nantes (anorexiques, boulimiques, toxicomanes, polydépendances), Maison associative de la Santé de Rennes, Centre d'Hygiène Alimentaire et d'Alcoologie de Montreuil (alcooliques et polytoxicomanes).

19 Les stratégies persuasives retenues par Diguer sont les suivantes : le désir (valorisation de l'objet à acquérir), la menace (mise en garde contre l’état actuel de manque), la séduction (valorisation des qualités de l’opérateur) ou la provocation (mise en doute des qualités de l’opérateur). Cependant, une telle liste n’est pas exhaustive et bien d’autres modalités de persuasion peuvent être également prises en compte : la crédibilité, la cohérence, etc.

20 Nous avons ainsi repéré la permanence de thèmes prohibitionnistes et polémiques dans des discours sur soi produits par des sujets abstinents depuis plus de dix ans. Ceci n’est pas le cas de tous les ex-alcooliques et dénote la difficulté de certains sujets à passer d’une existence « sans alcool » à une existence « hors alcool » (Cerclé, 1995, p. 88-89).

Table des illustrations

Titre Schéma 1. La structure d’une narration d’après Adam et Revaz (1996).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Schéma 2. La structure d’une narration d’après Prochaska et Diclemente (1986).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Schéma 3. Le programme narratif d’après Diguer (1993).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Graphe 1. Exemples de ventilation des formes graphiques simples dans les trois sous-textes du corpus de témoignages (début-milieu-fin).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphe 2. Représentation des 3 axes ressortant de l’analyse factorielle effectuée sur le tableau lexical entier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Graphe 3. La temporalité du témoignage (N = 160 x 3).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphe 4. La répartition par séquences des modalités de virtualité et d’actualité.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Graphe 5. La répartition séquentielle du verbe faire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Graphe 6. L’espace des formes verbales et des modalités.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Schéma 4. Les actants et les modalités.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphe 7. Les modalités du savoir.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre MODÈLE DE GRILLE POUR L’ANALYSE DU TÉMOIGNAGE VÉCU
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/48337/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteur

LAUREPS – Laboratoire de Psychologie Sociale
Université de Haute-Bretagne (Rennes)

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search