Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Psychologie sociale et formation professionnelle

 | 
Jacques Py
, 
Alain Somat
, 
Jacques Baillé

Préface

Jean-Léon Beauvois

Texte intégral

1Quand j’étais étudiant, et il y a encore une quinzaine d’années, la psychologie sociale opposait institutionnellement dans l’Université Française deux types idéaux de psychologues sociaux. Il y avait ceux qui posaient des problèmes de terrain à l’aide de concepts empruntés au terrain lui-même et au savoir commun, éventuellement parlés dans les termes de quelques grandes grilles de lecture comme la « théorie (en faveur) des organisations », la psychanalyse ou le marxisme. Puis il y avait ceux qui posaient des problèmes théoriques à l’aide de concepts issus du savoir théorique, consolidés dans le processus de recherche, recherche empirique mais pure. On appelait les premiers des praticiens, les seconds des chercheurs. Ceux-ci lisaient l’anglais, ceux-là pouvaient s’en passer avantageusement. Les praticiens, à l’Université, signaient des « contrats » qu’ils tenaient pour de la « recherche appliquée », les chercheurs attendaient des « aides » ou des « subventions ». Régulièrement, quelqu’un se levait pour affirmer qu’en vérité pratique et théorie ne pouvaient que se compléter et s’enrichir mutuellement, l’une n’étant rien sans l’autre. Un tel énoncé était rigoureusement exact sur le plan institutionnel, et rigoureusement inopérant sur le plan heuristique.

2On fera valoir que cette opposition est très caricaturale et surtout extrêmement franco-française. On avancera quelques grands noms, ceux de Kurt Lewin, Musaref Shérif, Morton Deutsch, Gordon Allport... à l’appui de l’idée que les préoccupations pratiques ont toujours animé les grands théoriciens de la psychologie sociale expérimentale. Tout cela est vrai. Je suis même prêt à admettre que cette caricature est celle du corps des universitaires plus que celle de la psychologie sociale en tant que discipline. Mais qui enseignait Lewin, Shérif, Deutsch ou Allport dans nos DESS, nos DESS où l’on préparait davantage les étudiants à se couler dans le terrain quitte à y perdre leur spécificité psychosociale qu’à appliquer sur ce terrain des concepts et un savoir appris durant les années antérieures ?

3Ce sera donc, au moins dans la psychologie sociale française, un véritable mouvement de fond que celui qui conduit aujourd’hui tant des praticiens que des chercheurs à emprunter au savoir théorique et méthodologique de la psychologie sociale expérimentale pour poser et aider à résoudre des problèmes formulés sur le terrain, et qui aboutira, sans doute pas demain mais après-demain, à l’institutionnalisation d’une psychologie sociale théorique appliquée. Il relève, pour les Presses Universitaires de Rennes, d’un projet ambitieux que d’en marquer les avancées dans le champ éditorial français.

4L’ouvrage que publie aujourd’hui Py, Somat et Baillé s’inscrit, en effet, dans ce mouvement. Délibérément orienté vers les pratiques de formation, il fait suite à celui publié, chez le même éditeur, par Guingouain et Le Poultier en 1994 (À quoi sert aujourd'hui la psychologie sociale ?) qui brossait un tableau plus large des applications de la psychologie sociale théorique. Le lecteur constatera que la psychologie sociale théorique, celle qui se construit dans le processus de recherche expérimentale et quantitative, peut non seulement apporter aux praticiens de la formation des concepts et outils nouveaux pour l’évaluation et la mise en oeuvre des actions et dispositifs (première et deuxième parties), mais encore leur proposer des finalités ou objectifs spécifiques fondés dans le savoir psychosocial (troisième partie). Les responsables du volume ayant eu l’heureuse idée d’insérer, après les chapitres, en contrechamp ou contrepoint, quelques commentaires plus ou moins interrogatifs sinon critiques, je me limiterai, dans cette préface, à formuler quelques problèmes qui se posent ou qui se poseront tôt ou tard aux tenants d’une psychologie sociale théorique appliquée et que suscite la lecture de ce livre. Ces problèmes ne concernent pas l’idée d’application en général, mais bien les spécificités de l’application de la psychologie et de la psychologie sociale plus particulièrement. Cela concerne, bien évidemment, certains chapitres plus que d’autres.

5Lorsqu’un ingénieur, disons : traditionnel, applique quelque savoir scientifique, il a une idée finalement assez claire, et ses interlocuteurs l’ont aussi, des limites d’intervention de ce savoir, donc, dans une application concrète, une idée assez claire de ce qui relève de ce savoir strictement professionnel et de ce qui relève d’un savoir plus partagé qui environne l’application. Dans les sciences sociales et humaines, les limites entre le savoir scientifique, professionnel, et le savoir commun ne sont pas toujours décidables, et tout donne à penser que le savoir professionnel peut, dans une application donnée, se trouver inséré dans une trame où le savoir théorique, le sens commun, voire les dadas idéologiques des uns et des autres se trouvent subtilement emmêlés. Certaines raisons de cet état de choses sont probablement transitoires (jeunesse et limites actuelles de la discipline, méconnaissance de la discipline par nos interlocuteurs...) D’autres nous semblent plus essentielles, qui tiennent au fait que savoir théorique et savoir commun ne sont pas dans les sciences sociales en position de simple substituabilité (auquel cas le développement du savoir scientifique réduirait progressivement l’appel au savoir commun) mais en position de concurrence effective quant à leur fonction dans la vie sociale. Le lecteur verra là un point de vue quelque peu dogmatique que j’ai plus longuement développé ailleurs (Beauvois, 1994). Il reste qu’il devra dans certains chapitres déceler ces ruptures dans le discours entre la connaissance partagée qui est celle du sens commun et la connaissance professionnelle qui est celle de l’ingénierie psychosociale.

6Dans un ordre finalement assez proche d’idées, une certaine forme d’enthousiasme peut nous conduire à considérer comme relevant de la psychologie sociale théorique appliquée toute démarche qui emprunte à un savoir psychosocial théorique académique, sans interrogation plus approfondie sur ce qu’est un savoir théorique scientifique en psychologie sociale. Il serait particulièrement malvenu, dans une préface comme celle-ci, d’engager des luttes de chapelle et de décerner des labels de scientificité et de saine application. Il faut néanmoins se souvenir que si toute démarche d’application est a priori sympathique (en tout cas pour le projet disciplinaire que nous défendons), certaines théories qu’on peut aujourd’hui solliciter disparaîtront avec les ans, ce qui nécessitera une réinterprétation de leurs applications. Ce problème prend d’autant plus de relief qu’on sait bien qu’en sortant du registre des applications en quelque sorte pionnières, ce que sont la plupart des applications qui suivent, nous devrons fonder nos pratiques dans un nécessaire éclectisme théorique exigé par le terrain (Doise et Monteil, 1989).

7Oublions ces problèmes épistémologiques un peu austères qui tiennent à la nature du savoir qu’on applique pour en évoquer au moins deux autres, moins intradisciplinaires, qui tiennent à l’application proprement dite et qu’évoquent surtout les chapitres des deuxième et troisième parties de ce livre. L’un et l’autre tiennent aux effets que peut avoir la divulgation du savoir appliqué par le psychologue social.

8Le premier, s’il s’avérait gênant, ne le serait que pour le psychologue social lui-même. Il touche à la répétabilité de certaines formes d’interventions et de pratiques lorsque la rationalité des effets a été divulguée. On peut, en effet, se demander dans quelle mesure certains effets fondés en psychologie sociale ne peuvent être produits sur le terrain qu’auprès de personnes entièrement « naïves ». Je prendrai volontiers comme exemple les effets d’engagement que présentait Robert Vincent Joule dans l’ouvrage précédent. De nombreux collègues sont convaincus (et nous-mêmes l’avons été) que la connaissance de tels effets immunise les gens contre l’usage à leur endroit ou d’un pied-dans-la-porte ou d’un amorçage ou encore d’une porte-au-nez (voir Joule et Beauvois, 1987 et 1998). En vérité, nous n’en savons rien. Quelques recherches montrent que ce n’est probablement pas le cas. Il reste que de nombreux effets présupposés par les recherches appliquées (ne citons ici que les effets de confirmation comportementale et d’autoprésentation normative) ne sont peut-être, en matière d’application, que des fusils à un coup. Là encore, certains chapitres me donnent davantage à réfléchir sur ce point que d’autres.

9Reste, entre autres, le problème (idéologique ? éthique ?) de l’insertion d’un savoir psychosocial scientifique, à l’occasion d’une application, dans le savoir commun, dans les images et les représentations ambiantes. Notre vie démocratique repose sur quelques images de l’Homme qui ne sont pas toujours celles que véhiculent nos savoirs psychosociaux. Ce problème est d’autant plus aigu que la formation est bel et bien un lieu de production des images et représentations nécessitées par notre fonctionnement démocratique et libéral. Un seul exemple : certains états que les psychologues sociaux ont appris à considérer comme des normes sociales (et même comme des normes de groupes dominants : l’internalité, l’autosuffisance, l’ancrage individuel...) sont tenus par les formateurs qui s’attachent à les promouvoir comme des valeurs psychologiques portées par la nature humaine (ils disent alors : la responsabilité, l’autonomie, l’aptitude à se prendre en charge), comme de réelles motivations (autodétermination), ou encore comme de véritables compétences (ils disent alors : le savoir-être, cf. Bellier-Michel, 1997). Il y a là une véritable hétérogénéité dans le traitement de certaines valeurs ou utilités sociales par le psychologue social qui peut s’attacher à les produire en tant qu’événements normatifs et socialement contingents (stage d’autoprésentation) et ses interlocuteurs qui les tiennent pour des vérités psychologiques essentielles du développement humain. Le savoir psychosocial peut ainsi avoir une fonction idéologique, évidemment non contractuelle, que celui qui s’engage dans une application doit assumer comme telle. De nombreuses résistances au savoir psychosocial, y compris certaines résistances « libérales », tiennent à cette fonction idéologique. Je ne crois pas que la nier aidera à la levée de ces résistances.

10Ces quelques interrogations ne sauraient mettre en cause l’utilité du savoir psychosocial et le projet d’une psychologie sociale théorique appliquée. Elles problématisent toutefois son insertion sociale actuelle. Le lecteur, décideur, praticien ou chercheur, trouvera, dans ce livre dense mais ouvert, sérieux mais bien souvent passionnant, des éléments d’information et de réflexion lui permettant d’envisager les principaux termes de cette insertion.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540