Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le syndicalisme dans la France occupée

 | 
Michel Margairaz
, 
Danièle Tartakowsky

Salariés, secteur privé, syndicalismes

Les syndicats de dockers et la Fédération des ports et docks à l’épreuve du syndicalisme légal. 1940-1944

Michel Pigenet

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la veille de la guerre, la Fédération des ports et docks se situe dans la mouvance de Syndicats. Sortis renforcés des grèves de 1936, les ex-unitaires ne sont pas parvenus à supplanter les « confédérés » et, moins encore, à entamer au Havre la plus solide base fédérale, l’autorité des anciens autonomes, de sensibilité syndicaliste-révolutionnaire1. En septembre 1938, 93 de ses 161 syndicats représentés (soit 57 %) au congrès confédéral de Nantes soutiennent la motion Delmas sur la paix. Impulsée du sommet de la CGT, l’épuration anticommuniste est menée sans état d’âme sur les quais. Le 12 octobre 1939, l’approbation de la position de la commission administrative (CA) de la Confédération par le comité national des ports et docks se double d’une vigoureuse dénonciation de « l’infâme trahison russe », de l’ » abominable attentat contre le prolétariat international ». En l’absence d’un sursaut d’indignation des « dirigeants communistes de nos organisations », le comité vote leur exclu...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540