Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À quoi sert aujourd'hui la psychologie sociale ?

 | 
Gérard Guingouain
, 
François Le Poultier

3e partie. Croyances, théories implicites et jugements

Description des personnes et illusion de connaissance : une illustration du modèle de la jugeabilité

Pascale Gosselin et Gérard Guingouain

Texte intégral

1Décrire quelqu’un en termes de traits de personnalité est une activité courante dans le monde professionnel comme dans la vie quotidienne. Elle sert, par exemple, de support au recrutement d’un collaborateur, à la promotion d’un employé, à l’orientation d’une personne ou encore à la formulation d’un bilan professionnel, médical ou psychologique. La production de jugement sur la personnalité d’autrui au moyen de traits n’est pas seulement un acte professionnel dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la justice ou de l’entreprise. Elle est aussi l’activité “naturelle” de l’homme de la rue lorsque, par exemple il évoque le tempérament de son collègue de travail avec son voisin ou se répand sur le caractère de son enfant ou de celui des autres : “il est intelligent, serviable mais tellement têtu”. La plupart des auteurs qui se sont intéressés à ce sujet s’accorde à reconnaître qu’il n’existe pas vraiment de différence de nature entre des descriptions que l’on pourrait qualifier de “professionnelles” parce que produites par des psychologues ou des spécialistes de la personnalité et des descriptions “naïves” faites par l’homme de la rue (voir pour une revue, Leyens, 1983 et Beauvois, 1984). Entre les deux, existe une grande similitude de structuration même si le contenu diffère à travers un vocabulaire professionnel spécifique.

2Il est aussi remarquable que ces descriptions personnologiques courantes s’effectuent avec très peu d’informations. Dans une expérience très connue des psychologues sociaux (Passini et Norman, 1966), les sujets d’une expérience devaient décrire une autre personne qu’ils n’avaient vue que quelques instants dans une salle d’attente sans avoir pu lui adresser la parole. La pauvreté des informations concernant ce que les chercheurs ont pour habitude d’appeler la cible n’empêcha pas les sujets de la décrire avec une étonnante richesse de vocabulaire. Dans des situations proches et relativement répandues dans la vie quotidienne, un simple et unique comportement, un geste brusque dans une file d’attente esquissé par une personne inconnue, par exemple, suffit pour produire une inférence personnologique et penser qu’il s’agit de quelqu’un d’impatient, sans doute impulsif et probablement violent. On se contente d’autant plus facilement d’un minimum d’information que celle-ci correspond à une attente. Il suffit alors d’un seul élément de confirmation pour attester en quelque sorte notre “jugement”.

Les traits et la valeur des descriptions personnologiques

3Deux questions se posent alors, la première concerne la nature des traits utilisés et la seconde la validité du portrait effectué avec ces traits. Les traits sont des concepts ou des étiquettes verbales pour reprendre l’expression de Gergen et Gergen (1984). En ce sens, ils sont déjà eux-mêmes le produit d’un traitement de l’information : “conceptualiser Manon comme agressive et Pierre comme accommodant attire l’attention sur quelques caractéristiques... et en néglige d’autres” (Gergen et Gergen, op.cit, p. 39). Chaque trait recouvre un certain nombre de comportements et représente ainsi une part de réalité. Pour autant, il ne s’agit jamais d’une véritable traduction dans la mesure où cette correspondance est sujette à de grandes variations d’un groupe à l’autre et plus encore d’un sujet à l’autre. S’il existe des comportements caractéristiques d’un trait, comportements à fort consensus, il en existe bien plus qui demeurent de ce point de vue très ambigus. Ce vocabulaire personnologique très riche, puisqu’il recouvre plus de 4000 mots en langue française, constitue l’outil privilégié du jugement mais son étendue, sa diversité, ses ambiguïtés sont aussi une source de difficultés pour apprécier la validité des descriptions utilisant des traits.

4Par ailleurs, il est admis que, dans les conditions où elles sont produites, ces descriptions font la plupart du temps appel à des préconceptions. Si un premier trait peut être inféré à partir de quelques données comportementales, d’autres traits viennent s’ajouter au portrait parce qu’ils vont bien ensemble, parce qu’ils sont associés dans ce qu’il est convenu d’appeler des théories implicites de la personnalité (TIP). Celles-ci sont des modèles de connaissance préalable que l’individu possède ou garde en mémoire concernant la personnalité. Plus précisément, il s’agit de croyances relatives à des associations ou des exclusions existant entre des traits, le caractère souvent infondé de ces associations ou exclusions échappant à la connaissance de l’individu. La mobilisation de ces théories entraîne, par exemple, à partir du trait “dynamique” la production du trait “volontaire” et pas du trait “fourbe”, ceci dans l’absolu, en dehors de toute observation. Il apparaît aussi que ces théories sont structurées par une forte dimension évaluative. Les traits à connotion positive tendent à être associés entre eux et les traits à connotation négative également. Toutes les études effectuées dans le but de comprendre la manière dont les gens construisent leurs portraits des autres produisent des résultats consistants sur ce point (voir pour une revue, Schneider, 1973, Beauvois, 1982). Cela signifie que lorsqu’une personne en décrit une autre au moyen de traits, elle code avant tout la valeur de cette personne plus que ses caractéristiques comportementales. Elle exprime ainsi sa valeur de bon employé, de bon collaborateur ou de bon élève dans une situation donnée par rapport à une sorte de modèle ou de théorie implicite de l’employé, du collaborateur ou de l’élève. Lorsqu’elles caractérisent les membres d’une catégorie sociale, ces théories implicites de la personnalité prennent alors la forme de stéréotypes : le stéréotype de l’immigré (Doraï, 1989), du cadre ou de l’employé (Aldrovandi et Gryselier, 1986). Lorsqu’il est demandé à une personne d’en décrire une autre catégorisée comme cadre ou cadre dynamique, il est alors probable qu’elle mobilisera de manière non consciente un stéréotype, autrement dit une sorte de prêt à porter du jugement. Ces stéréotypes tiennent une part importante dans l’activité de jugement. Cela ne veut pas dire que le jugement se fait en dehors de toute base perceptive.

L’activite de jugement

5Un autre niveau d’analyse de l’activité de description personnologique concerne justement les bases du jugement ou la selection des informations pertinentes. Il suffit bien souvent d’une simple induction catégorielle, “Paul est un publicitaire”, pour que l’on décrive la personne en mobilisant une préconception de nature stéréotypique relative à ce que doit être un publicitaire : “il est extraverti, dynamique, sportif...”. Ce fonctionnement est aisément observable dans de multiples situations de la vie sociale. La question se pose alors de savoir à partir de quel moment ou de quel niveau d’information, un sujet se considère-t-il suffisamment informé pour effectuer un jugement de personnalité ? Se satisfait-il de cette simple indication de profession ? Demandera-t-il un complément d’information plus personnel ? Aura-t-il besoin d’informations de caractère plus comportemental ?

6Poser ces questions et tenter d’y répondre conduisent à considérer théoriquement deux niveaux dans l’activité de traitement de l’information personnologique. Le premier niveau concerne l’objet, c’est dire la personne à décrire, l’autre les conditions mêmes de la description. L’un va considérer le rapport ou l’écart qui peut exister entre le portrait fourni et l’objectivité des faits somme toute théorique. L’autre s’intéressera plus particulièrement à l’évaluateur ou plus exactement au rapport qu’il entretient avec son activité de jugement. A quel moment ou dans quelles conditions un individu se considérera-t-il suffisamment informé pour s’autoriser à décrire ou juger un autre individu ?

7Les recherches dans le domaine de la personnologie ont surtout concerné le premier niveau de cette activité à travers l’étude de la structuration du jugement, de ses erreurs ou de ses biais. On connaît assez bien maintenant les effets de la mémoire sur ces descriptions. Il s’agit souvent d’erreurs de traitement qui pourraient être dues à ce que l’on peut qualifier simplement “d’incompétence cognitive” naturelle. Elles sont nombreuses et ont été pour certaines assez systématiquement étudiées. Ainsi, une erreur de traitement comme la corrélation illusoire (Hamilton et Gifford, 1976) conduit à associer de façon privilégiée deux informations conjointement rares et à attribuer faussement à une population minoritaire des comportements indésirables. Autre exemple, la distorsion systématique (Shweder, 1975) explique comment, dans des portraits réalisés par des sujets, des traits ou des comportements sont associés entre eux en fonction de leur proximité sémantique et non sur la foi d’observations réelles. Enfin, les effets de l’amorçage montre qu’il est possible de diriger le jugement en jouant sur l’accessibilité de concepts particuliers (Higgins, Rholes et Jones, 1977). Ces erreurs ont été interprétées à la fois d’un point de vue purement cognitif mais aussi dans une perspective plus sociocognitive. Certes, l’individu est limité dans ses capacités de “scientifique intuitif” mais l’est-il innocemment ? S’agit-il de simples erreurs de traitement ou bien de l’expression, en termes d’erreurs certes, de justifications ou d’utilités de nature sociale. Si l’on demande a posteriori au sujet comment s’est effectué son jugement il dira immanquablement qu’il s’est appuyé sur des observations précises ou des connaissances incontestables alors qu’il s’est contenté d’une information parcellaire et qu’il a traité sommairement les informations disponibles. L’intérêt de la recherche dans ce domaine se déplace donc vers l’activité de connaissance que les personnes ont à propos des conditions dans lesquelles elles ont à produire un jugement et notamment sur la quantité nécessaire et sur la qualité requise des informations pour que les personnes s’estiment en capacité de juger.

Deux niveaux de connaissance dans l’activite de jugement

8Dans cet ordre d’idée, Zukier (1982) propose l’hypothèse suivante : la phase active de traitement de l’information serait précédée d’une “étape stipulative” qui serait en quelque sorte une étape d’orientation stratégique. En fonction des objectifs et de la représentation de la tâche, l’individu mobiliserait des niveaux de connaissances différents et donc des niveaux de pertinence différents en ce qui concerne les faits et caractéristiques à retenir. Deux formes ou deux modes de connaissance sont alors définis par Zukier. Le première mode est paradigmatique. Il renvoie à la logique scientifique recherchant essentiellement des liens de causalité attestés par une validité externe et passibles d’un critère de vérité parce que vérifiables à l’épreuve des faits. Le deuxième mode est narratif. Il est sous-tendu par une logique de l’action et de l’intentionnalité humaine qui cherche plutôt des raisons dans une logique de validité interne définie par des critères de vraisemblance, de plausibilité ou de cohérence. Ces deux formes de connaissance ne sont pas sans rappeler, à moins que ce ne soit l’inverse les deux formes de connaissance proposées par Beauvois (1990). La première est une forme de connaissance descriptive, scientifique dont la validité est à rechercher dans la vérité : ce que sont les objets ou les gens, quelles en sont les caractéristiques. La seconde est une forme de connaissance évaluative. Elle est fonction du rapport que les gens entretiennent avec l’objet de leur jugement et son environnement. Sa validité est plutôt à rechercher dans l’acceptabilité sociale : ce que valent les gens dans un rapport donné en fonction des utilités de ce rapport et comment il convient de se comporter avec eux. Il s’agit bien sûr aussi de modes de connaissance complémentaires dans la mesure où il est difficile d’envisager un jugement qui soit exempt de toute insertion sociale fût-elle dans le cadre d’une expérimentation scientifique. Cette insertion qui définit les conditions de l’évaluation instancie les termes du rapport entre le sujet et la cible de son jugement. L’évaluation d’un stagiaire par un formateur ou d’un salarié par un responsable des ressources humaines ne se réduit pas à une opération de traitement d’informations à finalité quasi scientifique réalisée in abstracto. Dans une expérience, Zukier et Pepitone (1984) montrent que la formulation même du problème peut être suffisante pour évoquer des modes de traitement différents. Il s’agissait en l’occurrence de faire simuler à des sujets soit un rôle de scientifique soit un rôle de clinicien. Ils observent que les premiers, les scientifiques, utilisent une orientation plus paradigmatique, alors que les seconds, les cliniciens, utilisent un mode d’appréhension que les auteurs qualifient de narratif. L’intérêt de ces constatations est de montrer que le sujet procède à une analyse des informations concernant la personne à juger et, en même temps, à une analyse des conditions et de la situation de jugement.

9On sait un certain nombre de choses sur le sujet et sur la manière dont il procède pour produire ses jugements sur les personnes. En particulier (Darley et Gross, 1983), nous savons qu’il fonctionne avec des règles implicites concernant le type d’information utilisable dans une situation donnée. Il s’agit en quelque sorte de scripts de jugement qui correspondent à des attentes de l’individu quant à son activité de jugement. En d’autres termes, en fonction de la situation et de la perception qu’il en a, le sujet acceptera ou non de porter un jugement dans la mesure où son estimation ou sa connaissance des informations qu’il possède est conforme ou non à son script de jugement. Ses exigences seront certainement différentes entre un jugement émis au cours d’une conversation informelle et un jugement demandé par une autorité judiciaire par exemple. Dans le premier cas, même si cela est contraire à ses convictions scientifiques, il peut se satisfaire d’informations catégorielles et développer un jugement fort conséquent sur son voisin d’origine belge, son beau-frère publicitaire de son état ou son jeune collègue de bureau fraîchement émoulu de l’école des mines. Dans le deuxième cas, il se montrera beaucoup plus exigeant quant à la qualité et la quantité des informations nécessaires à l’émission d’un jugement ou d’un avis autorisé dans le cadre d’une enquête de moralité portant sur les mêmes personnages. En résumé, les sujets portent un jugement sur les conditions de production de leurs jugements.

La jugeabilite comme produit d’une activite metacognitive

10Les personnes ont d’une manière générale peu conscience des déterminants de leur jugement. S’ils utilisent massivement et sans compter des stéréotypes et des préconceptions, la plupart d’entre eux admettent, en même temps, qu’ils ne peuvent réaliser un jugement en l’absence d’informations individuelles pertinentes. Cela peut paraître contradictoire mais à partir de telles remarques et d’études plus particulières concernant les stéréotypes, Schadron a formulé un modèle dit “de la jugeabilité” (Schadron, 1991 ; Schadron et Yzerbit, 1991). Il s’agit d’un modèle de jugement social basé sur des “règles implicites de jugement”. Il propose une théorie des conditions nécessaires à l’élaboration d’un jugement et s’efforce d’apporter une réponse théorique à ces questions : à partir de quel moment, le sujet social, possesseur d’une certaine quantité d’informations sur une personne ou sur un groupe de personnes, dans une situation sociale donnée, émettra-t-il ou s’autorisera-t-il à émettre un jugement et avec quel degré de confiance le fera-t-il ? Dans le modèle de Schadron, l’évaluateur en position de jugement disposerait de deux types d’information.

11D’une part, il aurait des éléments informatifs sur la personne à juger. Ceux-ci peuvent être de différente nature et en particulier, n’être que catégoriels : la profession de la personne, son sexe, son groupe social d’appartenance. Ces informations sont objectivement définies et l’observateur extérieur peut théoriquement en faire le compte. Elles concernent aussi la situation elle-même et, par exemple, le type d’évaluation demandée, la définition explicite des enjeux concernant la cible à juger ou le producteur du jugement.

12D’autre part, le sujet aurait des éléments de définition de la situation dans laquelle il est amené à effectuer ce jugement, niveau qu’il est possible de qualifier avec Schadron (op. cit., p. 159) de “méta-informationnel”. Ce niveau concerne la connaissance que le sujet a de son propre niveau de connaissance : “je sais que je ne possède qu’une information catégorielle, il est bibliothécaire, alors qu’on me demande de juger une personne particulière”. A ce niveau, les théories implicites de jugement fournissent au sujet un modèle de la situation qui le renseigne à la fois sur l’origine de son jugement et sur la confiance qu’il peut avoir en celui-ci. Son activité de jugement proprement dit s’en trouvera affecté, par exemple, lorsqu’un stéréotype est rendu saillant. Ainsi, des sujets atténuent leurs jugements lorsqu’ils pensent que ceux-ci sont basés sur des stéréotypes sexuels (Higgins et King, 1981). Dans cet exemple comme dans d’autres, une opération de second niveau ou d’ordre métacognitif portant sur l’analyse de la situation fournit au sujet des éléments d’appréciation de son propre jugement. Il est amené alors à moduler ou à réguler son jugement à partir ou en fonction de règles implicites, c’est-à-dire non directement disponible. Cet aspect “méta-cognitif” de régulation ou de contrôle de l’activité de jugement a été appelé par Schadron “modèle de la jugeabilité”. Plus qu’un processus automatique de faisabilité qui renverrait à une conception schématique de la régulation du jugement, il faut considérer cette activité métacognitive comme une activité supérieure de prise de décision agissant en parallèle à tous les niveaux du jugement et impliquant une analyse à la fois de la situation, des informations disponibles et des enjeux du jugement demandé. La validité d’un tel modèle a évidemment été testée expérimentalement.

Un paradigme experimental original

13Le principe des expériences montrant l’existence d’un niveau méta-informationnel dans l’activité de jugement personnologique consiste à manipuler non pas l’information détenue par le sujet mais l’impression qu’il a ou non d’en posséder. On sait que pour juger avec un certain degré de confiance celui-ci doit disposer d’une proportion suffisante d’information individuelle par rapport à un autre type d’information de type catégoriel. Il s’agit de savoir s’il s’agit de l’information elle-même ou du sentiment de la posséder qui autorise la production du jugement.

14Dans l’expérience princeps de Schadron, des sujets-étudiants étaient invités à réaliser en laboratoire une série de tâches faisant partie d’un programme de recherche sur l’impact des activités quotidiennes sur les processus de jugement et de formation d’impression. Cette expérience se déroulait ainsi. Les sujets prenaient d’abord connaissance d’une information catégorielle relative à la profession de la personne à juger. Pour certains sujets, elle était archiviste et pour d’autres, elle était gérant de café. De cette manière, étaient suggérés des stéréotypes relativement importants : celui de l’introverti pour l’archiviste et de l’extraverti pour le gérant de café. Puis, les sujets entendaient un enregistrement court d’un entretien de cette personne avec un psychologue. Cet entretien ne leur fournissait aucune autre information que des données biographiques. Ensuite, les sujets réalisaient une tâche de vigilance consistant en un travail grammatical qui était supposée simuler la charge cognitive des activités quotidiennes. Enfin, les sujets devaient répondre à un certain nombre de questions concernant la personne à juger. Mais avant qu’ils ne répondent, il était annoncé à certains sujets que, pendant la tâche de vigilance, une information concernant la personne à juger leur avait été fournie de manière subliminale, autrement dit sans qu’ils aient eu conscience d’intégrer cette information. Aux autres sujets, il n’était rien dit. Ce dispositif réalisait donc une situation paradoxale dans laquelle des sujets croient avoir eu de l’information sans qu’effectivement ils en aient eu, l’information ayant alors le statut de placebo. Les résultats ont montré, que les sujets se croyant informés sont beaucoup plus sûrs de leur jugement et ont utilisé un profil de réponse significativement plus stéréotypique que les autres. Ainsi, le fait de se croire détenteur d’informations affecte la production du jugement et celui-ci est bien sous la dépendance d’une variable de niveau supérieur ou métacognitif : la jugeabilité.

Une replique dans un contexte professionnel plus affirme

15Si les travaux de Schadron permettent de mieux comprendre théoriquement comment s’élaborent les jugements à propos de la personnalité, ils ont aussi des implications pratiques qui méritent d’être développées notamment parce que, comme ceci a été évoqué en introduction, la production de jugement à partir de données personnologiques est une pratique sociale fort répandue. Mais, avant de discuter du transfert des propriétés de la jugeabilité dans les évaluations quotidiennes, il a semblé important de reproduire l’expérience de Schadron notamment parce qu’elle pouvait sembler assez éloignée d’un contexte professionnel.

16En effet, l’expérience concernait uniquement des étudiants qui avaient à décrire des personnes très stéréotypées n’appartenant pas à leur milieu professionnel. Il est possible que le recours à cette population ait eu tendance à accentuer les effets. Il est reconnu que la population étudiante est plus manipulable, a “des habiletés cognitives plus fortes” et “une tendance plus forte à se conformer à l’autorité” (Sears, 1986). Aussi, est-il apparu intéressant de répliquer cette expérience avec des sujets davantage engagés professionnellement dans leur activité de jugement.

17Les sujets sont 139 étudiants de première et de deuxième année d’une école de masso-kinésithérapie. Ils pensent participer à une expérience censée étudier les effets du quotidien sur l’activité de jugement. Ils ont pour tâche finale de décrire, à l’aide d’une liste de traits de personnalité, un malade qui leur avait été présenté par son kinésithérapeuthe comme très “motivé”. Le rapport entre l’évaluateur et la cible à évaluer est de nature professionnelle ce qui n’était pas le cas dans l’expérience de Schadron. Le malade appartient bien à l’univers professionnel des élèves-masseurs-kinésithérapeutes. Ceux-ci simulent, d’une certaine manière, un travail quotidien, même si la description personnologique n’est pas leur activité principale comme elle pourrait l’être pour des psychologues. Pourtant, elle appartient à leur pratique puisque, d’une manière formelle, ils ont à formuler des comptes rendus, des diagnostics préparant leur intervention ou des notes et, d’une manière moins formelle, ils se forment des impressions ou des perceptions du malade qui orientent nécessairement leurs conduites ultérieures envers lui.

18L’expérience se déroule de la manière suivante. Les sujets reçoivent d’abord comme information concernant le malade qu’il s’agit d’un homme souffrant d’une luxation de l’épaule et qu’il est décrit comme “motivé”. Pour matérialiser la situation, trois diapositives montrant le malade assis sur son lit d’hôpital sont présentées aux élèves-masseurs kinésithérapeutes. Ceux-ci ne possèdent donc aucune autre information objective que celle afférente à un stéréotype induit, à savoir celui du malade “motivé”, et que celles contenues dans des images banales. Ensuite, un clip video de trois minutes est présenté aux sujets. Il ne concerne pas spécifiquement le malade mais il montre des images d’épaules et des techniques de rééducation de l’épaule défilant très rapidement. Enfin, les sujets doivent émettre un jugement sur la personnalité du malade à l’aide d’une grille comportant soixante traits. Mais avant de produire leur jugement, 70 des 139 sujets (36 de première année et 34 de deuxième année) apprennent que, lors du clip video, ils ont été exposés à des images subliminales leur apportant des informations sur la personnalité du malade. Bien sûr aucune information de cette sorte n’était transmise de cette manière. Cette information-placebo laisse simplement croire au sujet qu’il en sait plus que la seule information catégorielle présentée en début d’expérience : le malade est motivé. Les 69 autres sujets (37 de première année et 32 de deuxième année) ne reçoivent aucune indication complémentaire. Les sujets des deux groupes se différencient sur ce seul point fondamental : les uns croient disposer de plus d’information que celle qui leur a été fournie au début de l’expérience, les autres ne disposent que de cette seule information initiale. Lors du remplissage de la liste des soixante traits, les sujets des deux conditions répondent par “oui”, par “non” ou par “je ne sais pas” pour chacun des traits en essayant de répondre à une question qui pourrait se résumer ainsi : “ce trait appartient-il à la personnalité du malade que vous avez à évaluer ?”

19Diverses comparaisons ont été faites entre les deux groupes mais la principale porte sur l’indicateur principal du sentiment de jugeabilité : le nombre de “je ne sais pas” utilisé lors de l’évaluation du malade à l’aide de la grille de traits. Il s’agit en effet d’un indicateur quantitatif mesurant le degré de confiance qu’un sujet peut avoir dans son propre jugement. L’utilisation d’un nombre faible de “je ne sais pas” révèle une certaine assurance, le sujet s’autorisant à juger. A l’inverse, un nombre fort de “je ne sais pas” traduit une incapacité à juger qui peut dépendre du sentiment de manquer d’information. Cet indicateur est également intéressant parce qu’il mesure indirectement la confiance que le sujet a dans son jugement, la question ne lui étant pas posée de façon explicite. Trois autres indicateurs complémentaires de la jugeabilité ont été étudiés.

20Il s’agit d’abord du nombre de traits employés par les sujets pour décrire la personnalité du malade présenté. Il est supposé que les sujets qui pensent posséder suffisamment d’information ont une activité évaluative plus intense.

21Ensuite, un indice de stéréotypie ou indice de préconception a été calculé pour chacun des sujets des deux groupes. Une étude prélable dans le même milieu professionnel a permis de définir le stéréotype du malade “motivé” en recueillant les traits les plus spontanément utilisés pour décrire un malade hypothétique qualifié de “motivé”. L’indice de stéréotypie correspond alors schématiquement à la proportion de traits appartenant au stéréotype par rapport à l’ensemble des traits utilisés dans la description de la personnalité du malade présenté. En théorie, les sujets qui pensent détenir une information individuelle sur le malade doivent utiliser plus de traits stéréotypiques en pensant tout simplement qu’ils ont été suggérés par l’information subliminale. Ils ne sont pas alors en contradiction avec leur “script de jugement” qui leur aurait interdit d’émettre un jugement en l’absence d’information individuelle. Enfin, un indice de confiance explicite a été calculé à partir de la réponse, sur une échelle en dix points, des sujets à la question : “quelle est le degré de confiance que vous accordez à votre jugement ?”. Il est aussi supposé que les sujets informés seront ceux qui exprimeront une plus grande confiance dans leur jugement.

Les effets de l’illusion de connaissance

22Conformément aux attentes et aux résultats précédemment obtenus, lorsque les sujets pensent avoir une information particulière, individualisante sur la personnalité du malade, ils emploient significativement moins de “je ne sais pas” lors du remplissage de la liste que les autres sujets : 12,12 en moyenne contre 17,12 (F = 12,281, p =.0006). De toute évidence, ils présentent plus d’assurance dans leur jugement. Un tel fait peut raisonnablement s’interpréter comme une autorisation qu’ils se donnent de juger, persuadés qu’ils sont de posséder l’information suffisante pour cela.

23Pour la description d’un malade dont ils n’ont pu observer aucun comportement, les sujets emploient en moyenne un grand nombre de traits, soit environ 21 sur les soixante disponibles. Cela démontre s’il en était encore besoin que les personnes décrivent assez facilement quelqu’un, en particulier lorsqu’elles disposent de grilles destinées à cet effet, même avec très peu d’éléments réellement informatifs. Mais surtout, il est remarquable que les sujets se croyant informés emploient en moyenne plus de traits pour décrire la personnalité du malade que les autres sujets, soit respectivement 22,78 traits en moyenne contre 19,88 (F = 6,725, p =.01). Cette différence est là aussi conforme aux hypothèses du modèle de la jugeabilité. Les sujets se croyant informés puisent plus largement dans le vocabulaire de traits pour décrire le malade “motivé” et développent donc une activité évaluative plus intense.

24Les résultats obtenus jusqu’à présent confirment ceux observés antérieurement avec une autre population et un autre support. Pourtant, en ce qui concerne l’indice de stéréotypie, les résultats sont inversés par rapport à ceux de Schadron. En effet, les sujets se croyant informés produisent des jugements moins stéréotypés que les autres puisque les pourcentages de stéréotypie dans les portraits sont respectivement de 29,99 et de 33,75. Certes, la différence n’est pas massive (F = 2,75, p =.10) mais il s’agit d’une tendance qui mérite d’être analysée du point de vue de la nature du stéréotype en jeu dans l’expérience et du lien que les sujets entretiennent avec lui. Les résultats ont été traités plus finement en fonction des caractéristiques de la population. Comme indiqué plus haut, une partie des sujets étaient des étudiants-masseurs-kinésithérapeutes en première année chez lesquels était précisément souligné l’inexpérience. Une autre partie était composée de sujets en deuxième année chez lesquels, par contraste avec les étudiants de première année, était mis en exergue l’expérience. L’objectif était d’introduire une variable d’expertise qui peut être sommairement définie comme le sentiment de compétence. Si cette variable n’a produit aucun effet sur les premiers indicateurs de jugeabilité, nombre de “je ne sais pas” et nombre de traits choisis, elle intervient par contre sur le degré de stéréotypie comme l’indique les résultats du tableau 1.

Tableau 1. moyennes de l’indice de stéréotypie variant de 0 à 100

Sujets insérés comme “non experts”

Sujets insérés comme “experts”

Ensemble des sujets

Sujets se croyant informés

33,98

26,00

29,99

Sujets du groupe contrôle

33,51

31,99

33,75

Ensemble des sujets

34,74

28,98

31,87

25Les sujets insérés comme “non experts” dans la tâche fournissent plus d’éléments du stéréotype que les sujets insérés comme “experts”. Tout se passe comme si, ayant pris acte de leur incompétence présumée, les sujets étudiants-masseurs-kinésithérapeutes utilisent ensuite des réponses conventionnelles ou socialement partagées.

26Enfin, les comparaisons impliquant le degré de confiance explicite que les sujets accordent à leur description ne donnent aucune différence significative. Cette mesure ayant un caractère accessoire dans le disposif ne donnait pas lieu à des attentes particulières. Il faut toutefois souligner l’absence de relation entre cette variable portant sur le degré de confiance explicite dans le jugement produit et l’indice de doute implicite mesuré par le nombre de “je ne sais pas “à propos du même jugement. Autrement dit, les sujets n’ont pas une conscience claire du déroulement de jugement et il ne suffit pas de leur demander comment ils ont procédé pour savoir comment ils ont jugé. Ce fait renforce l’hypothèse, déjà bien étayée (Nisbett et Bellows, 1977 ; Dubois et Le Poultier, 1991), selon laquelle les théories du jugement sont souvent implicites ou non directement accessible à la connaissance des personnes. A l’instar des théories implicites de la personnalité, ces “théories implicites de jugement” ne s’expriment et ne sont donc observables qu’à travers la production effective du jugement indépendamment du discours explicite que les sujets tiennent à son propos.

27Cette expérience a permis de répliquer les résultats d’une série d’expériences antérieures dans un contexte sensiblement différent et par conséquent d’argumenter dans le sens de la généralisation du modèle de la jugeabilité. En résumé, Il suffit qu’une personne ayant à juger ou à évaluer sache qu’elle possède de l’information individuelle pour qu’elle s’autorise à émettre un jugement, même si cette information est inexistante ou infondée. Son jugement n’est alors supporté que par la seule information de type stéréotypique qu’elle possède.

Quelles retombees pour les pratiques sociales de jugement ou d’évaluation ?

28Au regard des résultats expérimentaux qui en montrent la validité, l’intérêt du concept de jugeabilité est indéniable. Il apparaît en effet évident que l’émission d’un jugement dépend aussi de la connaissance que les personnes ont des conditions dans lesquelles elles le produisent. Ces conditions recouvrent aussi bien les enjeux pesant sur le jugement que la quantité et la qualité des informations apparemment à la disposition de celui qui juge. Cette connaissance des conditions de production du jugement serait prépondérante puisqu’il suffit que les évaluateurs ou les juges croient détenir de l’information pour qu’ils intensifient leur activité de jugement et pour qu’ils doutent moins de la valeur de leur production. Au terme de cette contribution, il importe de savoir si les propriétés d’un tel modèle sont transférables dans le domaine des jugements ou des évaluations quotidiennes usant de données personnologiques.

29Une attitude classique est de considérer qu’il y a loin d’une situation construite pour les besoins d’une expérience à un contexte professionnel ordinaire. En première analyse, un tel argument pourrait être recevable. En effet, dans la jugeabilité, le facteur déterminant est le sentiment de posséder une information et non l’information elle-même. Les expériences évoquées ou présentées ci-dessus reposent exclusivement sur la création d’un tel sentiment. Alors, on peut légitimement se poser la question de la vraisemblance de telles situations hors du cadre de la recherche expérimentale, ne serait-ce parce que le recours au subterfuge de l’information subliminale est impraticable ailleurs. Pourtant, en observant de près le fonctionnement des jugements et évaluations quotidiennes, une assez forte ressemblance apparaît avec les processus décrits plus haut. Nombre de fois, les évaluateurs pensent disposer d’informations personnelles et jugent en conséquence alors qu’il ne s’agit que d’informations catégorielles donc d’informations peu spécifiques. Très souvent aussi, la quantité d’informations détenues à propos d’une personne masque le fait que ces informations sont très peu pertinentes et l’évaluateur est abusé par un luxe de détails ou d’aspects accessoires. A l’appui de cette idée, Zukier (1982, cité par Myers et Lamarche, 1992, p. 132) rapporte une expérience au cours de laquelle des sujets devaient juger de la valeur universitaire d’une étudiante en lui attribuant une note moyenne. La moitié des sujets apprenait que cette étudiante “... consacre en moyenne trois heures par semaine à étudier en dehors des cours”. L’autre moitié était informée que cette étudiante “... consacre en moyenne trois heures par semaine à étudier en dehors des cours. Elle a quatre plantes dans son appartement. Durant la semaine, elle se couche vers minuit. Elle a un frère et deux sœurs. Sa plus longue période de fréquentation amoureuse a duré deux mois”. Est-il besoin de préciser que les sujets ne disposant que d’une seule information juge plus favorablement l’étudiante en lui attribuant un moyenne plus élevée que ne le font les autres sujets conduits nécessairement à produire des inférences ?

30D’un point de vue strictement rationnel et pour le propos qui nous intéresse, les sujets des deux groupes auraient du refuser d’évaluer l’étudiante, les uns arguant du fait qu’ils ne disposaient que d’une seule information, les autres objectant qu’ils ne détenaient que des informations non pertinentes ou ambigües quant à la valeur académique de l’étudiante. Pourtant, il est rare que des évaluateurs s’interdisent de produire un quelconque jugement sur une personne en raison d’un manque d’informations pertinentes. La plupart d’entre eux, dans les conditions où ils produisent leurs évaluations, sont habités par un sentiment de compétence et une illusion de connaissance qui les conduisent alors à se satisfaire d’informations réduites et à ne pas douter de la validité de leur jugement. Nous sommes bien alors dans le domaine de la jugeabilité autrement dit à un niveau où, pour reprendre un distinction faite récemment par Leyens (1993), les personnes ne traitent pas la réalité objective concernant le comportement humain mais plutôt les rapports sociaux et les enjeux de tous ordres engagés par leur activité de jugement ou d’évaluation. Caetano (1992, cité par Leyens, op. cit.) a ainsi montré que l’induction d’un statut élevé chez des adolescents contribuait à créer chez eux une impression d’être en position de juger. L’intérêt pour les bilans de compétences ou la gestion prévisionnelle des emplois dont la pierre angulaire est 1’entretien ou les tests de personnalité rend bien sûr ce problème plus saillant encore. Récemment, un de nos collègues assistait à la présentation d’un énième test de personnalité professionnelle distribué, moyennenent de somptueuses royalties, par un cabinet de conseil en ressources humaines. Les arguments développés pour promouvoir cet outil reposaient complètement sur une paraphrase de la jugeabilité : il se passe rapidement, s’exploite en quelques minutes, fournit des profils d’un réalisme saisissant et surtout il n’y a pas besoin d’être psychologue pour l’administrer et l’interpréter, expliquait la vendeuse-consultante en ressources humaines. Il est évident que ces effets de jugeabilité jouent pleinement dans ce domaine de la description et de l’évaluation de la personnalité où les évaluateurs manquent de points de repères précis quant à leurs propres compétences et où, en caricaturant un peu, tout le monde peut dire à peu près n’importe quoi sur n’importe qui sans avoir trop d’états d’âme et sans risque réel d’être démenti par les faits, ce qui en soi n’aurait pas d’importance si cela ne trompait tout le monde quant au niveau réel de traitement.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540