Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

6e partie. Retour à l'étymon

Avant-propos

Texte intégral

1Dans l’espace littéraire intertextuel, il peut arriver que le texte interdise l’intertexte évoqué. Inversement, dans certaines pratiques musico-littéraires, telles que les messes parodies du XVIe siècle, c’est l’intertexte vernaculaire qui peut condamner, par son inévitable présence, l’oeuvre vocale sacrée à une illicite profanité. Processus interdictifs inverses, mais qu’unit un fil dévidé par l’étymologie inter (entre) – dit, laquelle signifie une relation ternaire : d’une part le texte, soit de Baudelaire, comme Le Joujou du pauvre, soit de la messe en latin ; de l’autre l’intertexte, convoqué littérairement, comme la Neuvième rêverie de Jean-Jacques, promeneur solitaire dans le « petit poème en prose » baudelairien, ou convoqué musicalement dans les messes, comme les chansons Se la face ay pale de Guillaume Dufay, La Bataille de Clément Janequin, Ie suis deshéritée de Pierre Cadéac : et, dans cet entre-deux, ce qui se dit, – inter (-) dit, – par exemple la sentence tridentine, que, furtivement, Palestrina transgressera ; ou cet autre et très subtil exemple : le poème de Baudelaire « sommant la Rêverie de ne pas dire ce qu'elle dit » et, « ce faisant, la sommant de dire ce qu’elle “oublie” de dire (son “interdit”) » !

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540