Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

5e partie. Entre-dire, outre-dire

Contourner l’interdit

Quelques stratégies dans la littérature autobiographique algérienne

Maurice Le Rouzic

Texte intégral

1Tout d’abord, quelques explications sur le titre de la communication. Le choix de la littérature autobiographique algérienne d’expression française n’est pas innocent. Elle cumule face à l’interdit un certain nombre de handicaps qui en font une sorte de condense ou de laboratoire. Ce qui veut bien sûr dire que les remarques qui seront faites ici peuvent sans doute s’appliquer à d’autres domaines littéraires.

2Cet expose s’articulera autour des deux adjectifs « autobiographique » et « algérienne ».

3« Autobiographique » parce que, en terre d’Islam, l’image et plus particulièrement l’image de soi fait partie de ces tabous culturels que l’on rencontre dans toutes les sociétés. Ainsi, parlant de la langue française, Mohamed Kacimi-El Hassani écrit dans un article intitulé « Langue de Dieu et langue du Je » publié dans le numéro 60 de la revue Autrement consacré à l’Algérie 30 ans après l’Indépendance : « Elle m’a permis pour la première fois d’utiliser la première personne du singulier, “Je”, sans la faire suivre de la traditionnelle formule : “Que Dieu me préserve de l’usage d’un pareil pronom, car il est l’attribut du Diable” ». Somme toute, l’individu n’est qu’un membre de la communauté en dehors de laquelle il n’existe pas. Alors s’étaler sur plusieurs pages est rien moins qu’évident, même si les rapports avec la religion sont distendus. En ce sens l’autobiographie est un combat où il faut se colleter au « je ». La plupart des autobiographes algériens ne l’utilisent qu’avec réticence et trouvent des moyens détournés pour parler d’eux tout en avançant masqué. Cela pourrait s’appliquer à tout le Maghreb et pas seulement à l’Algérie.

4Alors « algérienne » parce que l’Algérie a une histoire qui lui est propre. Et cette histoire fait que certaines questions, liées à la religion ou à la politique par exemple, y sont des questions sensibles qu’on ne peut aborder de manière innocente. Or, comment parler de soi en évitant ces questions ? Un individu n’est jamais coupé d’un contexte culturel ou politique. Surtout dans les années qui nous intéressent dont le centre de gravité est la guerre de libération nationale : 8 ans qui ont eu un avant – rappelons-nous Sétif le 8 mai 1945 – et un après dont nous vivons aujourd’hui les séquelles tragiques. Les écrivains ne peuvent pas occulter ces problèmes. En même temps ils doivent trouver pour en parler des biais qui permettront d’éviter la censure officielle ou celle qu’ils ont profondément intégrée.

5Ce sont quelques-uns de ces biais que nous nous proposons de recenser ici. Dit d’une autre façon, il s’agira de voir comment les procédés stylistiques et grammaticaux qu’offre la langue française permettent de contourner ce qui – implicitement ou explicitement – appartient au domaine de l’interdit.

L’auteur face a lui-même

6De toute évidence, dans les ouvrages à tendance autobiographique – utilisons volontairement cette périphrase car aucun d’entre eux, à une exception peut-être, ne se présente explicitement comme une autobiographie, tout au plus portent-ils la notion « récit » ou « roman » – l’usage du « je » est un usage difficile. Si première personne il y a, c’est le plus souvent un « nous » collectif qui s’impose. Le « je » n’émerge la plupart du temps que par à-coups comme dans Le soleil sous le tamis de Rabah Belamri ou Le village des asphodèles d’Ali Boumahdi. Sinon, il intervient à retardement comme dans Le fils du pauvre de Mouloud Feraoun où il faut attendre le quatrième chapitre – celui qui évoque la naissance – pour que l’auteur accouche d’un « je ». Dans Rue des tambourins signé de Marguerite Taos, il n’apparaît qu’au début de la deuxième partie. Cela traduit une difficulté à parler de soi. Cette difficulté est encore plus nette si l’on s’attarde sur la personne du narrateur et la manière dont il se présente.

7En effet, pour citer Lejeune, il n’y a pacte autobiographique qu’à partir du moment où le nom de l’auteur, du narrateur et du personnage est le même. Or, dans les 4 livres que nous venons d’indiquer, ce n’est jamais le cas.

8Le narrateur du Fils du pauvre est désigné comme Fouroulou Menrad, anagramme certes de Mouloud Feraoun, mais anagramme significative en ceci qu’elle signale que ce narrateur peut être lu par qui veut comme un personnage de fiction, mais aussi comme un double de l’auteur. Moyen intéressant de contourner l’interdit culturel sur sa propre représentation. Même chose en ce qui concerne Le village des asphodèles dont le narrateur se prénomme Ali, comme l’auteur, mais s’appelle Yacoubi et non Boumahdi. Continuons avec les deux autres ouvrages pour constater que dans Le soleil sous le tamis, pourtant présenté comme une autobiographie par Jean Déjeux qui en signe la préface, il faut attendre la dernière partie pour se rendre compte que le narrateur se prénomme Lahcen et non Rabah comme l’auteur. Mais ce qui montre la prégnance de ce tabou culturel – à moins qu’il ne s’agisse ici d’un problème familial – c’est que bien qu’elle soit chrétienne, issue d’une famille kabyle christianisée, Taos Amrouche aussi utilise le même procédé : la narratrice de Rue des tambourins se prénomme Marie-Corail et se présente comme appartenant à la famille des Iakouren.

9Il est vrai qu’en Algérie, le problème du nom de famille se pose de manière un peu particulière car on sait que l’administration française a imposé, de façon arbitraire, un nouvel État-Civil à toute une partie de la population. Mouloud Feraoun l’explique dans une lettre à Emmanuel Roblès ; par la voix de Si Mokhtar, Kateb Yacine en parle également dans Nedjma ; il revient d’ailleurs sur ce problème dans un article paru dans la revue Géo intitulé « Pèlerinage aux sources de la tribu ». Ceci peut expliquer cela. Cependant comment ne pas voir qu’il s’agit aussi d’un moyen de tourner autour de la notion d’autoreprésentation et de jouer avec elle ? Par l’utilisation d’un narrateur-pseudonyme, l’auteur proclame : ce n’est pas de moi qu’il s’agit, mais d’un personnage. Mais par l’utilisation, même timide, du « je », par les rapprochements que chacun peut faire entre le narrateur et l’auteur, il laisse le loisir à qui veut bien l’entendre de le reconnaître sous son personnage-narrateur.

10En tout état de cause, il est rare le cas où l’auteur parle explicitement de lui a la première personne. Citons tout de même Fadhma Aït Mansour Amrouche – la mère de Taos et de Jean – qui sous un titre sans équivoque (Histoire de ma vie) rédige son autobiographie. Notons tout de même que, bien que d’origine musulmane, l’auteur s’est convertie au christianisme et que, terminé en 1946, le livre n’a été publié qu’en 1968, pour satisfaire à la demande du mari de l’auteur qui refusait que cet ouvrage soit publié lui vivant.

11Puisque le « je » pose problème, puisque, même à la première personne, l’auteur sent le besoin de se créer un double, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout ? Pourquoi ne pas utiliser une troisième personne ? Pourquoi ne pas donner l’illusion de la fiction ? Trois des auteurs dont nous venons de parler se sont ainsi servis du « il » ou du « elle » avec d’autant plus de liberté que ce pronom leur permet de se détacher de leur personnage. Ils l’objectivent et cette objectivation, cette mise à distance, autorise sur lui, et donc sans doute sur soi-même, un regard plus complet.

12Lorsqu’il écrit Le fils du pauvre, Mouloud Feraoun utilise la première personne dans la première partie sous-titrée « la famille » qui s’intéresse davantage à la communauté villageoise et familiale. Mais dès que Fouroulou arrive sur le devant de la scène – la seconde partie s’intitule « Le fils aîné » – il change de narrateur et passe à la troisième personne. On peut faire une remarque équivalente en ce qui concerne Rabah Belamri. Le soleil sous le tamis est écrit à la première personne (singulier ou pluriel) sans doute parce que l’entreprise consiste pour l’essentiel à parler d’un ensemble de rites et de traditions. Le sous-titre est sur ce point suffisamment clair : « Un enfant, une famille, un village d’Algérie avant l’Indépendance ». Mais lorsqu’il veut évoquer son cas particulier, il choisit la fiction et écrit un roman, Regard blessé, qui met en scène un jeune adolescent, Hassan, qui perd la vue au moment même où son pays accède à l’indépendance. On sait que Rabah Belamri est définitivement devenu aveugle en 1962. Un peu différent est le cas de Taos Amrouche puisque Rue des tambourins qui se décline à la première personne est postérieur à Jacinthe noire où il est question de Reine, une jeune Tunisienne qui arrive à Paris pour poursuivre ses études. Difficile de ne pas voir dans ce personnage au caractère entier une sorte de clone de l’auteur. Il est vrai cependant que l’exemple de Taos Amrouche est un peu particulier tant cette femme a pu être taraudée par des problèmes d’identité. Son œuvre en témoigne, mais aussi les différents noms sous lesquels ses livres sont publiés. À ces trois « romans », nous ajouterons La malédiction de Mohamed Haddadi, publié chez L’Harmattan en 1988, parce qu’il est présenté de la manière suivante : « La malédiction est un roman autobiographique » et parce que l’itinéraire de cet auteur croise à plusieurs reprises celui de Mouloud Feraoun. Ici aussi, le héros, Madjid Oussane, que l’on suit depuis sa jeunesse dans un village kabyle à son adolescence et son entrée à l’École Normale, ressemble par bien des traits à son créateur.

13Il semble que pour parler d’eux-mêmes, de manière plus intime, tous ces auteurs aient préféré utiliser la fiction, un personnage, sorte de porte-parole par délégation. C’est certes parce que cela leur permet de contourner l’interdit posé sur l’image de soi, interdit que chacun d’eux a inconsciemment intégré en dépit des histoires personnelles différentes. C’est peut-être aussi parce que cela leur permet de soulever des questions qu’il leur serait difficile d’évoquer autrement ; en particulier lorsqu’il s’agit de problèmes ayant trait à la politique ou à la religion – domaines sensibles en Algérie.

14On pourra certes objecter que certains n’ont pas hésité à rédiger à la première personne et sous leur nom des ouvrages qui affrontent ces questions. Cela est vrai : Augustin Ibazizen écrit Le pont de Bereq’mouch pour défendre la politique d’assimilation française en Algérie. Dans Un enfant dans la guerre, Saïd Ferdi évoque à travers son cas les jeunes algériens enrôlés malgré eux par l’armée française pendant la guerre de libération. C’est que leur objectif est dès le départ plus militant ou idéologique que franchement autobiographique. L’individu ici n’aspire pas à être mis au premier plan en tant que tel, mais il sert d’exemple à une cause qui le transcende. La perspective est ainsi renversée. Vouloir parler de soi en premier et, accessoirement, évoquer les problèmes politiques et religieux sans volonté édifiante oblige à adopter une stratégie littéraire plus nuancée.

L’auteur face aux questions sensibles

15En Algérie, peut-être plus que dans d’autres pays du Maghreb, les domaines qui touchent à la politique et à la religion sont des domaines sensibles qu’un écrivain a du mal à aborder de front. Aussi faut-il trouver des stratégies pour en parler malgré tout. C’est essentiellement dans le langage lui-même que l’écrivain trouvera des moyens de contourner les interdits qui lui sont imposes ou qu’il a lui-même intégrés. Ainsi – et sans que la liste soit forcément exhaustive – il nous a semblé détecter à travers les différents ouvrages sur lesquels nous nous appuyons trois voies différentes, mais convergentes, de détournement qui sont :

  • l’ambiguïté quant à la personne du narrateur,
  • les différentes ressources offertes par le discours rapporté,
  • l’utilisation d’un certain type de vocabulaire.

16On comprendra que ces trois points sont intimement lies car ils posent les mêmes problèmes d’énonciation. Ce sont ces trois possibilités rhétoriques de contournement que nous nous proposons d’explorer maintenant.

La personne du narrateur

17Nous en avons déjà longuement parlé dans la première partie. Un exemple simplement pour en souligner les effets. Dans la deuxième partie de Regard blessé, nous sommes en 1962 au moment crucial de l’indépendance. Hassan, le héros, est à l’hôpital d’Alger où on tente de lui soigner les yeux. Toute cette partie met au-devant de la scène une galerie de personnages plus ou moins pittoresques – malades, employés ou maquisards – qui, successivement ou à l’occasion de discussions vont croiser des points de vue sur l’Histoire et l’Indépendance en train de se faire. Cependant, cette seconde partie se clôt par une sorte de bilan dont le narrateur n’est pas précisé :

Pendant que le peuple fêtait l’Indépendance, des bataillons entiers de la nouvelle armée algérienne s’affrontaient dans une lutte fratricide sur les routes du pouvoir.

Chaque fois qu’un convoi militaire ou un dirigeant traversait un village, entrait dans une ville, les habitants s’amassaient le long du chemin, dansaient, chantaient, acclamaient tous les noms qui avaient été pour eux porteurs d’espoir dans les années terribles. Profitant de la confusion politique, les plus avisés conclurent les affaires de leur vie ; les uns mettaient la main, au moyen d’actes notariés antidatés, sur des immeubles, des cinémas, des restaurants, des magasins, des fabriques et autres biens hâtivement cédés par les colons ; les autres, forts du rôle occulte qu’ils prétendaient avoir joué dans la Révolution, occupant d’autorité la place de leur ancien maître, à la tête du domaine agricole, de l’entreprise commerciale. Pour contraindre au départ ceux qui tardaient à partir ou refusaient de partir, et s’approprier le plus rapidement leurs biens, on commença à les terroriser, à jeter des pierres contre leurs fenêtres, la nuit, à leur lancer des injures, le jour. Les plus intrépides, parmi les habitants des bidonvilles, s’attaquèrent aux immeubles en voie d’achèvement, forçant les portes des appartements pour prendre possession des lieux. Ne leur avait-on pas dit que l’Indépendance signifierait la fin de leur misère ! Ceux qui cherchaient des distractions fortes à odeur de sang et ceux qui désiraient inscrire à leur actif, fut-ce a posteriori, un acte révolutionnaire, s’organisèrent pour donner la chasse aux collaborateurs.

18Qui s’exprime ainsi ? Hassan ? Un narrateur x ? Un personnage ? L’auteur ? Rien ne permet de le déterminer, mais ce qui devait être dit est dit. Ce procédé sera repris dans la fin du roman en particulier pour stigmatiser la cruauté des chefs, la veulerie des courtisans, l’hypocrisie des révolutionnaires de la dernière heure. Autant de choses qui vont à l’encontre de la mythologie de la guerre de libération nationale que le pouvoir a développée depuis 1962 et qui au moment où le livre est publié (1987) ne sont toujours pas acceptables. Rabah Belamri a trouvé ce narrateur non identifié, mais lucide, pour dire ce qui lui tient à cœur mais que pour différentes raisons, il ne peut ou ne veut pas assumer en son nom propre.

Le discours rapporté

19On trouve le même processus d’énonciation ambiguë si on s’attarde aux paroles prononcées par les héros ou les protagonistes des différents ouvrages. Deux figures émergent à ce moment-là : le discours indirect libre et le discours direct.

20Dans Je est un autre, Philippe Lejeune définit ainsi le discours (ou style) indirect libre : « Au style indirect libre, l’énoncé rapporté est intégré au discours du narrateur par ellipse de tout procédé introductif (…) Ainsi est obtenu un chevauchement de deux énonciations : on entend une voix qui parle à l’intérieur d’une autre. Cette voix n’est pas citée, elle est en quelque sorte mimée. » Puis il poursuit en décrivant les effets possibles de ce procédé stylistique : « C’est un procédé d’économie, qui peut servir simplement au « fondu » de la narration, ou être employé en vue d’effets pathétiques ou ironiques. L’économie peut être source d’ambiguïté : si l’énonciation seconde ne se distingue pas stylistiquement de la première, le lecteur peut se demander si le narrateur mime les réflexions d’un personnage ou s’il expose les siennes. » En ce qui concerne l’autobiographie, nous serions presque tentés de remplacer « narrateur » par « auteur ».

21Dans Le fils du pauvre, Mouloud Feraoun utilise assez fréquemment le discours indirect libre. Nous avons retenu deux passages. Dans le premier, il est question de religion. Pour inciter Fouroulou à le suivre à la pension Lambert :

Azir expliqua qu’un missionnaire est un homme de bien, fait pour aider les pauvres à peu près dans le genre des Pères Blancs. En plus de tous les services qu’il rendait aux malheureux montagnards, chaque soir, il les réunissait dans une grande salle pour leur parler de religion, les conseiller, les éduquer. C’était admirable.

22Commencée au discours indirect, cette tirade se poursuit au discours indirect libre et se termine par un « c’était admirable » que le lecteur ne sait pas très bien à qui attribuer : à Azir ? à Fouroulou ? au narrateur ? à l’auteur ?…

23Dans le second passage, il s’agit d’une question politique au sens large du terme. Parti en France, Ramdane, le père de Fouroulou, a un accident ; les rumeurs les plus extravagantes circulent dans le village. Pour en avoir le cœur net :

Lounis alla à Tizi-Ouzou et envoya un télégramme avec réponse payée au patron de l’hôtel où logeait son frère. Le télégramme revint, une lettre le suivait de près. Un Français ne peut mentir. On finit par se rassurer.

24« Un Français ne peut mentir. » : qui profère cette opinion ? Fouroulou ? L’oncle ? Le narrateur ? L’auteur ? Faut-il la prendre au second degré ? Est-elle ironique ? Toutes ces questions restent ouvertes.

25Connaissant Mouloud Feraoun par d’autres œuvres et d’autres prises de position, on peut penser que, dans les deux cas, les opinions émises sont proches des siennes à cette époque de sa vie. Dans Le fils du pauvre, il a su les écrire sans les prendre à son compte, en utilisant les possibilités énonciatives à sa disposition.

26Un autre emploi du discours rapporté est celui du discours direct contre lequel Pascal Ifri nous met en garde dans un article intitulé « Focalisation et récits autobiographiques » publié en novembre 1987 dans le numéro 72 de la revue Poétique. Il y parle de L’immoraliste d’André Gide et note que : « Le héros, lorsqu’on le voit agir ou parler de lui-même, (peut) apparaître sous une lumière différente de celle que le narrateur projette sur lui. » Et il avertit : « Notons bien que cette faculté Je jeter deux lumières distinctes sur le héros est normalement interdite à l’autobiographe, qui n’est pas censé utiliser la technique du dialogue ou du monologue direct – pour des raisons évidentes. Même lorsque la distance narrative est brève, l’utilisation du discours rapporté est suspecte dans une autobiographie. »

27Malgré tout, des passages entiers des ouvrages que nous avons pris pour référence sont des dialogues parfois fort longs et fort détaillés. Il est vrai que la notion « récit » ou « roman » facilite bien les choses. Mais surtout, ce partage de la parole permet à l’auteur de faire prendre en charge par un ou plusieurs personnages le message qui est peut-être le sien. Nous avons déjà cité la deuxième partie de Regard blessé faite de réflexions croisées des uns et des autres. C’est le moment idéal pour déléguer la parole. C’est ainsi un « gargotier de Marengo » qui déclare :

Maintenant que la guerre est finie, tous les bagnards de la terre et tous les truands vont se découvrir militants nationalistes. Et tout le monde va dire : « J’ai tué un Français. J’ai tué un collaborateur. Je suis membre du FLN, un révolutionnaire… »

28Puis c’est une voix anonyme qui s’écrie alors que deux maquisards se disputent :

Si ce n’est pas honteux ! Notre pays est à peine indépendant et vous vous mangez déjà les uns les autres. Et demain alors ? Comment ça va être ?

29Nous retrouvons le même procédé dans toute la fin de La malédiction : un long dialogue (à peu près vingt pages soit le cinquième du livre) entre Oussane et son camarade Imoula. Il y est beaucoup question des langues – Français, Arabe, Berbère – et, tour à tour, un point de vue prévaut sur l’autre. Haddadi s’autorise de cette manière à ne jamais dévoiler sa pensée en la diffusant dans des dialogues contradictoires. Cependant le système de l’énonciation à la troisième personne laisse voir de quel côté il penche. Ainsi dans cette discussion entre deux étudiants, Harirèche et Izemrane, que le narrateur rapporte de la façon suivante :

Harirèche disait toujours philosophiquement : – Le racisme, c’est ridicule. Le berbérisme, l’arabisme, tout cela est ridicule. Il faut défendre notre culture, il faut la déterrer, l’authentifier, l’enrichir, comme un vêtement sur mesure. Tous ceux qui se reconnaîtront dans cette culture et l’adopteront feront partie de notre peuple ! Izemrane, un fanatique, affirmait : – Il faut d’abord chasser la France ! Après on verra…

30L’utilisation de l’adverbe « philosophiquement » pour Harirèche et la qualification de « fanatique » pour Izemrane ne sont bien sûr pas des hasards.

31On voit bien que si les dialogues permettent d’émettre des opinions sans les assumer, l’utilisation d’un certain type de vocabulaire amène le lecteur à donner à certaines paroles plus d’importance qu’à d’autres.

Un certain type de vocabulaire

32L’utilisation du vocabulaire n’est jamais innocente. Nous venons de le suggérer. Nous voudrions maintenant développer ce point à partir d’un exemple : la manière dont Mouloud Feraoun parle de la religion dans Le fils du pauvre.

33Le matin du départ du père pour la France, le fils l’entend prier. Or cette prière ne s’adresse pas explicitement à Dieu, mais à la « Providence », notion que l’on retrouve plus loin puisque si Fouroulou trouve à se loger à Tizi-Ouzou, c’est que « La Providence n’abandonne jamais les malheureux ». « Providence » : notion floue qui se rattache, nous semble-t-il, davantage à la religion chrétienne qu’à la religion musulmane, d’autant qu’elle s’inscrit dans tout un contexte. Lorsque meurt Khalti – une des tantes de Fouroulou – « on se hâta de déduire que la folle, telle une sainte des temps bibliques, s’en était allée de vie à trépas, rejoindre sa sœur bien aimée. » « Une sainte des temps bibliques » : encore une fois, d’où vient cette comparaison ? Des villageois ? Du narrateur ? De l’auteur ?

34On peut également relever l’utilisation d’un certain nombre de périphrases pour éviter de nommer quelque chose de précis. Ainsi, à la suite d’une dispute entre deux familles rivales, les « cheikhs » arrivent chez les parents de Fouroulou :

L’un d’eux sort un vieux livre en arabe tout noir de fumée, enveloppé dans un mouchoir. Il lit quelque chose d’incompréhensible, appelle sur nous la baraka, puis, sans transition, les foudres du ciel si nous ne nous apaisons pas. Instantanément, ma grand-mère tremblante va effleurer le livre saint de ses lèvres timides. Mon oncle est tenu de jurer, la main sur le vieux parchemin, de ne plus chercher à ranimer la querelle.

35Ce « livre saint » écrit « en arabe » est-il le Coran ? Dans ce cas, le qualifier de « vieux parchemin » et dire que ce qu’on y lit est « incompréhensible » peut sembler sacrilège.

36Autres périphrases : au même moment, l’amin commence à parler « après avoir énoncé la formule rituelle qui précède chaque discours ». Pourquoi ne pas citer cette formule rituelle que chacun en Algérie – même le moins croyant – connaît puisqu’elle sert à la moindre occasion et qu’il s’agit des premiers mots du Coran ? Même chose lors de la maladie du père. Le « taleb » déclare que les djenouns sont entrés dans le corps du père « parce qu’on n’a pas pris la précaution de les conjurer en prononçant la formule rituelle. » Mais ici le narrateur va plus loin puisqu’il ajoute : « quelque chose comme “vade retro, Satanas.” »

37Certes l’auteur sait qu’il s’adresse à un public essentiellement européen. Peut-être se place-t-il sur son terrain. Mais toutes ces formules ambiguës traduisent aussi un malaise inavouable publiquement vis-à-vis de la religion. Ce n’est que dans son Journal ou dans les Lettres à ses amis que Feraoun peut, en privé, faire état de ses doutes, voire de son incroyance en matière de religion. Une lettre à Rene Nouelle – datée du 16 juin 1949 – donne la clé de toute cette ambiguïté : Feraoun a envisagé de venir en France au moment du Ramadan, mais il hésite encore sur sa date de départ et explique :

Mon père veut que je passe cette période avec la famille. Il se doute bien que je ne suis ni croyant ni pratiquant. Il m’a fait comprendre qu’il n’est pas dupe et que je veux me sauver en France pour n’avoir pas à jeûner. Eh bien, oui, ici je jeûne sans y croire pour ne contrarier personne. Discutable ? Tu pourrais me donner raison si tu avais toutes les données du problème : milieu à part, mœurs à part, etc.

38Mieux que tout un discours, cette lettre donne les raisons pour lesquelles les écrivains algériens qui désirent parler d’eux-mêmes sont obligés de trouver dans le langage différentes stratégies pour contourner les interdits qui sont autant dus à une censure officielle qu’à une série de tabous sociaux et familiaux. En écrivant, l’auteur tient compte de son public potentiel, partagé qu’il est entre le désir de dire les choses et celui de ne pas choquer.

39Dans le même ordre idée, et pour conclure, il aurait fallu préciser que tous les ouvrages dont nous avons parlé ont été publiés en France. Certes pour des raisons pratiques, mais aussi parce qu’en Algérie, ils n’auraient sans doute pas été édités étant donné leur contenu. Y sont-ils lus ? Il faudrait une enquête plus précise pour le savoir. Des extraits de certains d’eux, du Fils du pauvre en particulier, se trouvent dans des manuels scolaires ; encore faut-il savoir qu’il s’agit d’extraits bien choisis qui ne donnent pas une vision globale de l’ouvrage. Il est vrai que, quoiqu’ils puissent nous paraître timides, ces ouvrages ont un côté scandaleux dans leur société d’origine. Dans une perspective comparatiste, il peut être intéressant de noter que les procédés que nous avons évoqués peuvent se retrouver chez des écrivains d’autres époques – on peut penser à Zola pour l’utilisation du discours indirect libre ; à Diderot en ce qui concerne les dialogues, etc. – mais aussi d’autres lieux. C’est en cela, pour terminer sur ce que nous avancions en introduction que la littérature autobiographique algérienne n’est pas à prendre comme un cas particulier, mais comme un lieu d’exacerbation où les stratégies de contournement des interdits apparaissent avec une acuité particulièrement remarquable.

Bibliographie

Références bibliographiques

Amrouche Fadhma Aït Mansour, Histoire de ma vie, Paris, Maspero, 1968.

Amrouche Marie-Louise Taos, Jacinthe Noire, Alger, Chariot, 1947. Réédition, Paris, Maspero, 1972 (publié sous le nom de Taos Amrouche), réédition, Paris Joëlle Losfeld, 1995.
Rue des Tambourins, Paris, La Table Ronde, 1960 (publié sous le nom de Marguerite Taos). Réédition, Paris, Joëlle Losfeld, 1996.

Belamri Rabah, Le soleil sous le tamis, Paris, publisud, 1982. Regard blessé, Paris, Gallimard, 1987.

Boumahdi Ali, Le Village des asphodèles, Paris, Robert Laffont, 1970.

Feraoun Mouloud, Le Fils du pauvre, Le Puy, Cahiers du nouvel humanisme, 1950. Réédition, Paris, Le Seuil, 1954 (sans la 3e partie reprise dans L’Anniversaire, Paris, Le Seuil, coll. “Points”, 1972.)
Journal (1955-1962), Paris, Le Seuil, 1962.
Lettres à ses amis, Paris, Le Seuil, 1969.

Ferdi Saïd, Un enfant dans la guerre, Paris, Le Seuil, coll. “Points”, 1981.

Haddadi Mohamed, La Malédiction, Paris, L’Harmattan, 1988.

Ibazizen Augustin, Le Pont de Bereq’Mouch, Paris, La Table Ronde, 1979.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540