Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

5e partie. Entre-dire, outre-dire

Avant-propos

Texte intégral

1Quand règne la censure de la parole et du regard, que la parole et le regard passent outre les frontières des langues et des langages ! Si le Régent a interdit que soit jamais racontée la scandaleuse histoire, les « azulejos » perfides en feront une narration muette, grotesque, allusive, plus transgressive encore. Comment se dire, comment faire naître une parole sur si, dans une culture où le « je » est « attribut du diable » ? Que le colonisé passe outre et qu’il emprunte au colonisateur sa langue et ses détours. Si les mots se figent, que la caméra succède à la plume, qu’elle donne à entendre la parole des femmes interdites de paroles et qu’elle comble enfin le droit du regard à « boire le monde ».

2Tout franchissement de frontières est arrachement et conquête. Écrire contre son ordre social, écrire dans la culture de l’autre est une libération, mais aussi un exil. C’est trahir sa place dans le groupe et prendre le risque de n’être pas entendu par les siens. D’un tout autre ordre est la violence quand les frontières ne sont plus celles de la règle, mais celles de la Loi. Transgresser l’antique interdit religieux du regard, superposer l’espace de l’animalité et celui de l’humanité, faire monter la violence dionysiaque, c’est pour Pascal Quignard interroger et construire l’esthétique d’un éros pervers ; c’est pour Pier-Paolo Pasolini forcer les limites et frayer dans le monde d’aujourd’hui l’étroit chemin du sacré.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540