Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

4e partie. Interdictions : défense d'entrer

Avant-propos

Texte intégral

1 Au lieu de se heurter à l’interdit, l’écriture peut au contraire se l’imposer pour mieux développer son dire : le tabou de l’inceste conduit Chateaubriand à cerner la vérité œdipienne de l’amour, la contrainte lipogrammatique de La Disparition ouvre la possibilité paradoxale d’exprimer l’interdiction de parole qui affecte les personnages et Perec lui-même ; l’illisibilité de Finnegans Wake ou d’un texte de fou, en rendant impossible une lecture conventionnelle, implique une « écoute » nouvelle du texte, « paradigmatique » (Grossman) ou, tout simplement, littéraire (Bozzetto). L’avant-garde elle-même ne théorise son mouvement de libération que dans le resserrement prescriptif de tout art sur son medium spécifique.

2Ainsi, l’interdiction – librement consentie, délibérément imposée – peut circonscrire assez hermétiquement ce que l’œuvre vise pour que, la déjouant, celle-ci s’affirme comme telle.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540