Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et interdits

 | 
Jacques Dugast
, 
Irène Langlet
, 
François Mouret

3e partie. Transgression : les risques de la loi

Avant-propos

Texte intégral

1« Horrible chose que d’être Européen » : la formule de Michel Leiris résume à elle seule tout le malaise et toutes les difficultés de l’homme occidental confronté à des univers mythiques ou magiques. Qu’elle se situe aux « Indes Extrêmes », en haute mer, dans l’« Afrique fantôme » ou la jungle de Paris sous l’Occupation, la rencontre des frontières qui séparent la pensée rationnelle de tout ce qu elle ne peut légitimer, croyances, survivances ou déviances, se fait sous le signe de la transgression.

2Car ce n’est pas seulement la persistance du sacré qui génère l’interdit, c’est aussi l’usage – souvent perverti – qui se fait dans un monde désenchanté : devant ces « racines culturelles mythifiées par les uns, mystifiées par les autres » (G. Voisset), depuis la rapine des masques jusqu’au meurtre du frère ou de l’enfant, la confrontation avec l’irrationnel se charge d’autant plus de violence que la raison technicienne étend plus solidement son empire.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540